Toutes les saveurs – Ken Liu

23
Toutes les saveurs
est une novella écrite par l’auteur sino-américain Ken Liu. Publié dans sa version française au Bélial au sein de la collection Une Heure Lumière (traduction par Pierre-Paul Durastanti), vous trouverez ce texte partout en librairie au prix de 9.90 euros ou sur le site de l’éditeur.

Ce n’est pas la première fois que je lis Ken Liu, encore moins dans la collection UHL. Je l’ai découvert avec le Regard, une nouvelle de science-fiction qui avait manqué de force pour moi, surtout que j’attendais beaucoup de l’auteur vu les nombreux éloges à son égard. J’ai ensuite dévoré l’Homme qui mit fin à l’histoire et comprit pour quelle raison la blogosphère encense tellement cet auteur. Cette novella a été un coup de cœur magistral que je continue de recommander chaudement.

Un partout, donc ! Qu’en est-il de ce texte particulier ? Va-t-il faire pencher la balance en faveur de Ken Liu ? Et bien si on peut dire quelque chose au sujet de cet auteur, c’est qu’il n’écrit pas deux textes identiques et aime varier les genres… D’ailleurs, si vous avez envie d’en apprendre plus à son sujet, je vous recommande d’écouter la rencontre organisée par Le Bélial avec lui. Je trouve qu’elle complète extrêmement bien la lecture de Toutes les saveurs et qu’elle donne un éclairage supplémentaire sur l’œuvre de ce talentueux écrivain.

Un étonnant mélange des genres.
Toutes les saveurs se déroule pendant la période de conquête de l’ouest américain, à Idaho City. Lily est une jeune fille très intriguée par les prospecteurs chinois qui vivent entre eux, s’entassent dans d’étroites habitations et cuisinent des plats à l’odeur totalement nouvelle pour ses narines. Elle se lie d’amitié avec l’un d’entre eux, Lao Guan, qui va lui apprendre quelques morceaux de sa culture notamment le jeu du wei qi ainsi que les récits du dieu de la guerre Guan Yu.

Ce sont ces récits qui apportent à Toutes les saveurs une touche surnaturelle ou plutôt, mystique. Le lecteur s’enfonce dans le mystère sans savoir ce qui tient de la réalité ou de la légende fantaisiste. C’est l’occasion de découvrir cette Chine impériale dont on ne connait généralement pas grand chose et de revenir sur une période assez nébuleuse (pour moi du moins) de l’histoire américaine. Comme tout le monde, j’ai entendu parler de cette fameuse conquête de l’ouest pour l’avoir vue dans de nombreux films ou dessins animés (j’ai grandi avec Lucky Luke donc voilà, j’assume mes références foireuses) mais je ne me rendais pas bien compte que la place du peuple chinois y avait été si importante et à quel point ils avaient été exploités dans la construction du chemin de fer. Une fois de plus, Ken Liu instruit son lecteur sur un morceau peu connu de l’Histoire et s’en sert efficacement au sein d’une fiction qu’on dévore. C’est moins « coup de poing » que dans l’Homme qui mit fin à l’histoire mais ça reste joliment maîtrisé.

En 128 pages, Ken Liu parvient à brosser efficacement une histoire qui parle d’Histoire avec un grand H mais aussi d’immigration, d’intégration, d’identité culturelle et de mélange des cultures, des thèmes qui sont très actuels encore aujourd’hui et dans lesquels on se retrouve aisément. J’ai passé un excellent moment de lecture et je vous recommande ce texte.

D’autres avis : Le nocher des livresOutrelivresYuyineLe syndrome Quickson – vous ?

Logo ProjetOmbre
+1 novella
Avancée du challenge : 33 formats courts lus en 2021.

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03

#S4F3s7 : 1ere lecture.

18 réflexions sur “Toutes les saveurs – Ken Liu

  1. Pingback: Toutes les saveurs de Ken Liu #S4F3 | La Bibliothèque d'Aelinel

  2. Pingback: #ProjetOmbre – bilan final du challenge et annonce des gagnant/es. | OmbreBones

  3. Pingback: Toutes les saveurs de Ken Liu – Au pays des cave trolls

  4. Pingback: Bilan mensuel de l’ombre #36 – juin 2021 | OmbreBones

  5. Tout à fait d’accord sur ton avis (merci pour le lien d’ailleurs). Ken Liu a ce talent de raconter des choses avec force détails dans un format aussi court. Il donne vie à ses histoires.

  6. Pas encore lu celui ci, il est sur ma PAL. Mais plus je lis de textes de cet auteur plus il me surprend. Ces nouvelles sont vraiment souvent d’une impressionnante qualité. Jai aussi la ménagerie de papier qui m’attend du coup 😊

  7. J’avoue être passée à côté du côté fantastique du récit façon Trous royaumes des encarts, j’y ai plus vu une relation d’échanges entre les 2 héros façon Père Castor (moi aussi j’ai des références foireuses lol)
    Par contre, je te rejoins totalement sur l’exploitation des Chinois que j’ai découvert ici.

  8. Pingback: Toutes les saveurs, Ken LIU – Le nocher des livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s