Emmurées – Alex Bell

14
Emmurées
est un one-shot young-adult horrifique écrit par l’autrice anglaise Alex Bell. Publié chez Milan, vous trouverez ce texte au prix de 15.90 euros.

Je vous ai déjà parlé de cette autrice en 2019 lors de la publication du roman Waterwitch aux éditions du Chat Noir. Envoutée par ce texte, j’ai demandé à l’éditrice s’ils comptaient publier d’autres romans de l’autrice et, à ce moment là, c’était en projet. J’espère toujours que ça se concrétisera ! Il me semble toutefois qu’Alex Bell est maman depuis peu et a donc pris une pause bien méritée dans son métier.
Cécile Guillot m’a entre temps conseillé de lire Emmurées qui, selon elle, ne pouvait que me plaire. J’aurais mis le temps et ça aurait encore trainé si je ne l’avais pas par hasard trouvé à la bibliothèque. Comme souvent, le conseil de Cécile s’est révélé très sûr et j’ai dévoré ce roman d’une seule traite !

De quoi ça parle ?
Après la mort de son meilleur ami, Sophie se rend dans sa famille en Écosse pour essayer de passer à autre chose. Elle y retrouve ses cousins : Cameron, un garçon taciturne. Piper, une adolescente un peu trop parfaite. Lilia, une enfant troublée qui a la phobie des os. Et Rebecca, qui est morte sept ans plus tôt… et dont la chambre renferme d’angoissantes poupées.

Un roman young adult horrifique de haute volée.
Voilà comment résumer Emmurées en une phrase. Paradoxalement, on y retrouve pourtant tous les ingrédients convenus du genre : une famille à problèmes, une mort tragique qui revient sur le devant de la scène des années plus tard, des fantômes, des poupées maléfiques, une vieille bâtisse hantée, un décor écossais brumeux et tempétueux. Sur le papier, Emmurées n’a rien d’original si ce n’est le talent de son autrice.

Parce qu’à l’instar de Waterwitch, la magie d’Alex Bell a encore opéré ici alors même qu’il s’agit, sauf erreur de ma part, de son ou d’un de ses premiers romans. Tous les éléments s’imbriquent parfaitement, accompagnant le style efficace de l’autrice qui privilégie des phrases courtes, percutantes, dans une narration à la première personne maîtrisée.

Les malheurs de Sophie :
Sophie est la narratrice d’Emmurées, à l’exception du prologue et de l’épilogue. On la rencontre dans un café avec son meilleur ami Jay qui vient de télécharger une application pour utiliser une planche de Ouija sur son téléphone. Sophie n’y croit pas trop mais pense à sa cousine Rebecca, décédée plusieurs années auparavant, et tous les deux essaient de l’appeler. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu et c’est le début de la descente aux Enfers pour la jeune fille…

Je l’ai dit, la narration à la première personne est maîtrisée et ce n’est pas quelque chose d’aisé, je trouve. Le personnage de Sophie est crédible, subtile, et le fait de se focaliser sur elle n’empêche pas de développer d’autres protagonistes intéressants au sujet desquels on nourrit des doutes à mesure que la lecture avance. Qui est dérangé et qui ne l’est pas ? Qu’est-ce que la folie, au fond ? Peut-on tout mettre sur le dos des poupées ? Et d’où vient cette terrifiante comptine dont un morceau précède chaque chapitre ? La psychologie de Sophie est si bien développée, son cheminement si bien pensé, qu’on vit littéralement avec elle ces évènements terrifiants qui ont, parfois, un petit air de Shinning.

Tout fonctionne si bien qu’on se retrouve à lire un véritable page-turner impossible à reposer. Je n’ai pas vu passer ces 320 pages, je les tournais une après l’autre avec avidité, emprisonnée dans cette histoire comme les poupées emmurées dans les murs de cette ancienne école. L’ambiance, glaçante et très graphique, ne peut qu’inspirer des images claires et effrayantes dans l’esprit du lecteur. J’ai lu Emmurées par une matinée pluvieuse et j’aurais presque préféré le faire de nuit, pour le plaisir de sentir davantage ce nœud d’angoisse s’épanouir dans ma poitrine. Il est rare qu’un roman parvienne à me saisir à ce point.

La conclusion de l’ombre :
On a tendance à croire que le young adult ne se marie pas bien avec le genre horrifique mais Alex Bell démontrera efficacement le contraire à tous.tes les sceptiques. J’ai eu un coup de cœur pour ce livre ! Mon seul regret, c’est de ne pas le retrouver dans la même collection que Waterwitch car il a parfaitement sa place aux éditions du Chat Noir.

D’autres avis : Il y en a beaucoup sur Babelio mais aucun – sauf erreur de ma part – parmi les blogs que je suis.

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3s7 : 22e lecture

Contes hybrides – Lionel Davoust

10
Contes hybrides
est un recueil de trois nouvelles écrites par l’auteur français Lionel Davoust. Publié aux éditions 1115, vous le trouverez sur la boutique de l’éditeur au prix de 7 euros au format papier.

Lionel Davoust est un auteur que j’apprécie beaucoup sur un plan humain comme artistique. J’ai déjà eu l’occasion de lire sa prose à plusieurs reprises : avec sa nouvelle Les Questions dangereuses (ActuSF), son recueil La route de la conquête (Critic), son roman Port d’âme (au format poche, que j’ai mis de côté pour le lire à un meilleur moment) et son essai Comment écrire de la fiction (chez Argyll, que je n’ai pas chroniqué mais qui est très bon). Je me suis jusqu’ici plus volontiers retrouvée dans ses textes courts et dans son essai. Je me lançais donc dans la découverte de ce recueil avec une certaine dose de confiance bien que j’ignorais totalement à quoi m’attendre, n’ayant une fois de plus pas lu le résumé avant d’acheter l’ouvrage.

Sommaire :
Le sang du large
Point de sauvegarde
Bienvenue à Magicland

Le sang du large :
Ce recueil commence fort avec l’histoire d’un auteur en souffrance qui remet son art en question. Quelques lignes seulement ont suffit pour que je me retrouve dans ce personnage, avec ses doutes, sa procrastination chronique et son sentiment de n’avoir plus rien d’intéressant à raconter. J’en étais au point où je soupçonnais Lionel Davoust de lire dans mes pensées tant il a retranscrit à la perfection mes émotions et mes pensées de ces derniers mois vis à vis de l’écriture.

Cet auteur (celui de l’histoire, pas Lionel Davoust ! Enfin, je pense…) vit sur une île isolée et, un soir de tempête, il entend un chant magnifique avant d’apercevoir la créature dont il provient. Cette sirène va devenir son obsession car il a toujours cru à la magie et en avoir la preuve sous les yeux, c’est quand même quelque chose. Cet aspect-là aussi m’a touchée puisque, comme ce personnage, je pense sincèrement que l’absence de preuves n’invalide pas la présence du surnaturel. Finalement, Lionel Davoust met sur papier tout ce qui constitue, je pense, les troubles d’un écrivain moderne et ses fantasmes quand il s’agit d’un.e auteur.ice de l’imaginaire. Brillant ! Il place la barre très haut pour commencer.

Point de sauvegarde :
On quitte radicalement le genre du fantastique pour se lancer dans la science-fiction militaire. À nouveau, le récit est à la première personne et raconte une mission du point de vue d’un cyborg. Lui et deux autres soldats sont chargés d’infiltrer une base ennemie en Amérique du Sud (enfin j’en ai déduit que c’était là-bas mais je me trompe peut-être) où, évidemment, tout ne se passera pas comme prévu.

La nouvelle commence de manière plutôt classique et rappelle un peu le principe du Vieil Homme et la Guerre de Scalzi sauf qu’ici, l’armée propose à des condamnés à mort (au lieu de personnes âgées) de copier leur cerveau pour l’installer dans des corps cybernétiques, afin de servir la nation s’ils le souhaitent. Le lecteur comprend rapidement que les trois soldats sont en réalité plutôt jeunes et qu’en guise de criminels, on a surtout des gamins paumés avec une enfance difficile.

Je dois avouer ne pas avoir grand chose à dire sur ce texte si ce n’est qu’il souffre de la comparaison avec le précédent. Ce qui est aberrant, j’entends bien, puisqu’ils n’ont rien avoir l’un avec l’autre mais Le sang du large m’a tellement parlé que j’attendais quelque chose d’aussi fort ici, ce qui n’a pas été le cas. On est sur du bon divertissement, avec une ambiance qui rappelle Demande d’extraction de Rich Larson, nouvelle parue dans le 102e Bifrost. C’est efficace mais oubliable.

Bienvenue à Magicland :
Après le fantastique et la science-fiction, voici de la fantasy…. et de la bonne, s’il vous plait ! Garam est un troll qui travaille à Magicland, une sorte de zoo pour créatures fabuleuses. Garam est obsédé par les licornes et rêve de devenir soigneur pour ces animaux si particuliers. La nouvelle est divisée en quatre saison, chacune contenant une scène du quotidien de Garam à Magicland et un extrait de sa conversation avec son psy.

Parce que oui, Garam voit un psy pour apprendre à gérer sa colère. Ce troll n’aime pas trop ses semblables, qu’il trouve dans l’ensemble stupides et irrespectueux. On sent, au fil des pages et des scènes, cette grande rage qui l’habite et on ne peut qu’éprouver de l’empathie pour lui. Moi, en tout cas, j’en ai ressenti tout au long de ma lecture et j’ai trouvé chacune de ses réflexions sur les autres très pertinentes. Devrais-je me faire soigner ?

Bienvenue à Magicland est une nouvelle d’une richesse extraordinaire qui, en une vingtaine de pages (sur ma liseuse) aborde la question du bienêtre animal, notre tendance à anthropomorphiser les animaux (et à tout ramener à nous, bien sûr), notre rapport à autrui, la gestion d’un mal-être moderne, le tout à travers le personnage d’un troll qui aurait tout aussi bien pu être humain tant tout ce qu’il ressent m’a parlé. J’ai été enchantée par ce texte qui déborde d’originalité, également au niveau de son bestiaire puisque Lionel Davoust propose des licornes carnivores au mode de reproduction… inattendu ! Ce qui conduira à la chute de ce texte, que je qualifie volontiers de brillante.

La conclusion de l’ombre :
Au risque de radoter, Contes hybrides est selon moi un recueil de grande qualité. Lionel Davoust propose trois histoires courtes dans chacun des grands genres littéraires de l’imaginaire, rappelant ainsi son talent pour ce format qui n’était déjà plus à prouver depuis Les questions dangereuses. Je me suis interrogée quant à la pertinence d’associer ces trois récits les uns aux autres mais, en y repensant, chaque histoire aborde un aspect de l’imaginaire et met en garde le lecteur sur l’importance de préserver le rêve, la magie mais aussi les cultures anciennes. Je ne peux que chaleureusement vous recommander la lecture de cet ouvrage !

D’autres avis : La bibliothèque d’AelinelAu pays des cave trollsL’Épaule d’OrionLe syndrome Quickson – vous ?

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3s7 : 21e lecture

Je relis un roman de mon enfance : @ssassins.net de Christian Grenier

9
Attention ! Ce billet contient des éléments personnels de mon passé de lectrice, si bien qu’il va mêler un peu de « je raconte ma vie » à une réflexion plus globale. 

Un peu d’histoire (des ombres) :
Lorsque j’avais une dizaine d’années, à l’école primaire, nous nous rendions une fois par mois à la bibliothèque du village pour emprunter des livres. C’est là que je suis tombée sur les romans de Christian Grenier : les enquêtes de Logicielle. J’ai lu @ssassins.net pour la première fois à cette époque et j’en garde un souvenir très fort principalement parce que c’est grâce à ce livre que j’ai découvert Cyrano de Bergerac et eu envie de lire non seulement ses textes (ce qui est arrivé plus tard à l’adolescence) mais également la pièce d’Edmond Rostand, qui restera l’une de mes œuvres théâtrales favorites. J’en connaissais des passages entiers par cœur et ça m’a donné le goût du théâtre de manière générale. Imaginez donc l’influence que ça a eu sur moi.

Récemment, je suis retournée dans cette même bibliothèque, poussée par une curiosité estivale et l’envie de reprendre certaines habitudes. Je suis alors retombée sur ce même livre, plus de quinze ans après ! Je n’ai pas résisté à l’envie de l’emprunter pour m’y replonger en me demandant ce que j’allais penser en tant qu’adulte de ce titre publié dans la collection Heure Noire de chez Rageot, collection dédiée au polar jeunesse.

De quoi ça parle ?
La lieutenante Logicielle, de la brigade informatique parisienne, accepte une enquête hors du commun : retrouver l’assassin de Cyrano de Bergerac grâce au Troisième Monde, une simulation virtuelle du Paris du 17e siècle. Hélas, sa mission va prendre des proportions inattendues quand le programme est dévoilé au public. Et si de vrais assassins rôdaient sur le net ?

À la croisée des genres.
J’ai été stupéfaite de me rendre compte à quel point ce texte de presque deux cent pages empruntait à plusieurs genres littéraires. Il est évident que nous sommes d’abord dans un récit d’enquête policière assez classique et ce jusqu’à la scène finale où l’enquêtrice réunit les différents protagonistes afin de partager ses théories. Nous sommes également dans une forme de science-fiction par l’existence de ce monde virtuel où on peut se plonger comme dans le nôtre à l’aide d’une simple puce dans la nuque. On retrouve aussi des aspects historiques précis et documentés sur le milieu du 17e siècle et la période de Régence connue par la France. Ces éléments sont strictement exacts jusqu’à ce qu’un assassinat (je ne dirais pas lequel) fasse tomber le Troisième Monde dans l’uchronie la plus complète !

L’enquête en elle-même est correctement ficelée. Christian Grenier ne propose pas le mystère du siècle à élucider mais il donne suffisamment d’indices pour que son lectorat puisse enquêter de manière efficace aux côtés de Logicielle et donc s’investir dans l’affaire. Je ne me rappelais plus du tout du dénouement mais en y réfléchissant après coup, tout s’emboîte bien pour ravir autant le lectorat cible que celui plus âgé en recherche d’évasion.

Des réflexions passionnantes sur l’imaginaire.
Et c’est surtout pour cette partie que je voulais écrire ce billet.
Beaucoup de lecteur.ices ont des a priori sur la littérature jeunesse mais on y trouve des œuvres passionnantes ainsi que des réflexions d’une grande justesse. Voici un petit extrait duquel j’ai retiré l’aspect dialogue avec les questions impromptues de l’interlocuteur de Logicielle : « Autrefois, on croyait que c’était le réel qui gouvernait l’imaginaire. Aujourd’hui, la situation s’est retournée. (…) Notre quotidien récupère, utilise et intègre l’imaginaire véhiculé dans les médias : radio, télévision, cinéma… Dans ce siècle régenté par l’information et la communication, le réel ne sert plus guère de norme à l’imaginaire. Ce sont les nouveaux imaginaires qui servent de repères pour construire une nouvelle réalité. (…) Et si conquérir le monopole de l’imaginaire, c’était devenir le futur maître du réel ? »

L’interconnexion entre réel et imaginaire est, je trouve, un sujet passionnant sur lequel je réfléchis régulièrement. Je ne pense pas être la seule, d’ailleurs, encore moins au sein de la blogosphère justement spécialisée dans l’imaginaire, qui constitue l’essentiel de mon lectorat. Retrouver cette réflexion au sein d’un roman jeunesse que j’ai moi-même pu lire du temps où j’étais le public cible me fait me demander à quel point j’ai été influencée par les mots de Christian Grenier. J’avais, évidemment, oublié cette citation précise mais en la relisant, je me rappelle avoir été très impressionnée par cette déclaration.

Aujourd’hui, je pense sincèrement que l’imaginaire, si les décisionnaires acceptaient de se pencher dessus, pourrait apporter des solutions à nos problèmes quotidiens et, oui, par extension, donner le pouvoir à celleux qui auraient pris cette peine. C’est d’ailleurs une partie de l’intrigue du roman puisqu’un groupuscule va tenter de prendre le contrôle du Troisième Monde pour montrer que leurs idéaux sont viables. Il suffit de voir de quelle manière la science-fiction réfléchit à bon nombre de questions actuelles comme le climat, la numérisation de la conscience ou la conquête spatiale, avec des scénarii crédibles. Je me rappelle également avoir lu un livre (un essai) qui expliquait comment les films au cinéma nous préparaient à des scénarii catastrophes possibles et nous apprenaient à y réagir, de manière inconsciente, quand le moment serait venu. Dans l’un de mes romans, j’avais même écrit que les vampires orchestraient la révélation de leur existence via la vague de littérature bit-lit, soignant leur image auprès du plus grand nombre pour retirer l’aspect cauchemardesque qu’on leur prêtait jusque là et donc mieux s’intégrer dans la société.

Du coup, je me demande si Christian Grenier n’a pas joué un plus grand rôle que je le pensais dans ma construction de lectrice / autrice de l’imaginaire. Incroyable, ce que la relecture d’un roman d’enfance peut amener comme réflexion(s) !

La conclusion de l’ombre : 
Pour résumer, ma relecture du roman @ssassins.net de Christian Grenier a été une réussite. Je me suis replongée dans un roman lu dans mon enfance avec le même plaisir qu’à l’époque au point d’avoir envie de relire toutes les enquêtes de Logicielle. Ce sont des textes très recommandables (dont la première édition date du début des années 2000 !) pour de jeunes lecteur.ices qui aiment les récits d’enquête où se mêle de l’imaginaire.

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3s7 : 20e lecture

La princesse au visage de nuit – David Bry

5
La princesse au visage de nuit est un one-shot fantastico-policier écrit par l’auteur français David Bry. Publié par l’Homme sans Nom, vous trouverez ce roman partout en librairie au prix de 19.90 euros.

Ce n’est ni la première ni la dernière fois qu’on parle de David Bry sur ce blog. L’auteur m’avait séduite (littérairement parlant !) avec Le garçon et la ville qui ne souriait plus édité chez Lynks, un texte touchant qui avait été un coup de cœur. Sans crainte, je me suis lancée dans Que passe l’hiver qui avait souligné la capacité extraordinaire de l’auteur à poser des ambiances mystérieuses, un brin surnaturelles. Par la suite, j’avais même essayé deux de ses textes au format court qui, une fois de plus, ont fait mouche. Vu son talent, on peut légitimement se demander pourquoi j’ai mis autant de temps à découvrir La princesse au visage de nuit.

De quoi ça parle ?
Hugo, trentenaire parisien, apprend la mort de ses parents et retourne dans son village natal, Saint-Cyr, pour leur enterrement. Pas de grande séquence émotions, Hugo est un enfant battu et placé qui tente de refaire sa vie loin du drame qui a secoué son enfance il y a vingt ans. Drame suite auquel ses deux meilleurs amis, Sophie et Pierre, ont disparu. Tous ces évènements ne seraient-ils pas liés entre eux ?

Un roman fantastique (dans tous les sens du terme !)
La princesse au visage de nuit est un roman qui s’inscrit principalement dans les genres fantastique et policier. Alors que Hugo retourne à Saint-Cyr, son passé le rattrape, se manifestant par des évènements étranges : des symboles anciens dessinés sur les murs, des objets normalement disparus qui réapparaissent, des ombres qui rôdent autour de sa maison… Sans parler de cette vieille légende, celle de la princesse au visage de nuit qui accepterait d’exaucer les vœux de certains enfants. C’est en la cherchant que Sophie et Pierre ont disparu il y a vingt ans. Seul Hugo est revenu de la forêt, amnésique.

David Bry déploie son talent pour poser une ambiance efficace qui prend directement aux tripes. Il alterne entre le présent à Saint-Cyr, le présent à Paris (en suivant Hugo) et le passé, en 1999 (principalement pour Hugo mais également pour Sophie et Pierre). Cela permet de voir le protagoniste principal à différentes étapes de sa vie, lui qui essaie de se reconstruire après les drames qu’il a vécu et qui continuent pourtant, inlassablement, de revenir le hanter. Le ton général du roman tire plutôt vers la mélancolie. C’est sombre, difficile, de se replonger dans le passé de Hugo, dans ses traumatismes, dans sa souffrance. Pourtant, ce n’est jamais malsain ou voyeuriste, l’auteur réussit à rester dans le registre du poétique avec un surprenant brio.

Doté de chapitres courts, de dialogues qui sonnent toujours justes et des descriptions courtes mais percutantes, l’auteur donne un rythme maîtrisé à son récit au cœur duquel on ne s’ennuie jamais. Petit à petit, il pose les balises de ce mystère de grande ampleur et met en scène un village où tout le monde a son petit secret honteux. L’aspect fantastique est bien présent par légères touches surnaturelles qui laissent planer un doute. Hugo est-il fou ? La princesse existe-t-elle ? Qu’est-il arrivé à Sophie et Pierre ? Accompagné par Anne, la sœur de Sophie, le jeune homme va tenter de le découvrir.

Anne étant gendarme, on reste sur le récit d’enquête plutôt classique avec ses rebondissements mais, comme je l’ai déjà dit, rondement mené par l’auteur si bien qu’on ne s’ennuie pas. Toutefois, outre l’aspect policier et l’aspect surnaturel, La princesse au visage de nuit est un roman profondément humain qui met en scène un protagoniste en souffrance, au sein d’un groupe d’ami.es qui dissimulent vainement un malaise typique de notre 21e siècle. La façon dont David Bry se sert de ces éléments pour l’intégrer à son récit est très réussie, l’équilibre est présent et l’auteur a le bon goût de rester cohérent jusqu’à la fin de son histoire.

Enfin, ce roman se révèle également être un texte sur l’amitié, l’amitié entre enfants mais aussi entre adultes, qui traverse tout le récit et se révèle d’une importance capitale. Pour une fois, c’est cela qui prime et non les peines de cœur, ce qui m’a particulièrement touchée.

La conclusion de l’ombre : 
La princesse au visage de la nuit est un one-shot fantastico-policier dont l’intrigue principale prend place dans le village de Saint-Cyr, en France. Hugo, enfant battu et survivant d’une nuit d’horreur dans la forêt, doit retourner sur place à la mort de ses parents et affronter les spectres de son passé. De prime abord, on pourrait craindre un texte vu et revu mais ce serait mal connaître David Bry qui déploie tout son talent pour proposer une intrigue efficace dotée d’une ambiance sombre, soignée, accolant ainsi à son roman le qualificatif de page-turner. J’ai adoré !

D’autres avis : Sometimes a bookBookenstockYuyineL’ours inculteAu pays des cave trollsPatiVoreLes fantasy d’Amanda – vous ?

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3s7 : 18e lecture

L’Apocalypse selon Sandra – Céline Saint-Charle

3
L’Apocalypse selon Sandra
est un one-shot post-apo zombie écrit par l’autrice française Céline Saint-Charle. Publié chez Livr’S Éditions, le titre est actuellement en précommande jusqu’au 15 septembre pour une sortie en librairie prévue le 1er octobre.

Céline Saint-Charle a un incroyable talent…
Céline Saint-Charle, c’est une autrice dont je ne pensais pas aimer les livres. Elle écrit systématiquement dans les genres que je n’apprécie pas, voir que je déteste, et je me retrouve pourtant chaque fois à lire son bouquin, par un improbable concours de circonstance. J’aime pas le post-apo ? BAM ! Elle sort #SeulAuMonde qui m’a agréablement surprise par son humanité. J’aime pas la dystopie ? BIM ! Elle m’envoie la Divine Proportion en pleine face, qui a été un énorme coup de cœur et ce dés le comité de lecture (quand j’y étais encore) alors imaginez mon plaisir quand j’ai relu la version éditée. J’ai une aversion profonde pour les zombies ? ZBEM ! Voilà qu’elle débarque avec l’Apocalypse selon Sandra, roman avec lequel j’ai passé un excellent moment et qui déborde de bonnes idées.

Je vis à présent dans la crainte qu’elle se mette à la romance.

De quoi ça parle ?
Sandra Cochrane est une jeune texane qui travaille dans le ranch familial. Le jour où l’apocalypse commence, Sandra accompagne son frère Tom pour tester l’une de ses inventions quand le shérif Perkins arrive. Il vient arrêter Diego, un gars pourtant sans histoire, qu’il accuse du meurtre de sa femme. On comprend rapidement que Perkins est un cliché du flic texan dans toute sa splendeur, avec le racisme et l’abus de pouvoir qui vont avec. Alors quand il devient un zombie et que Sandra finit menottée à lui, on n’imagine pas une seule seconde qu’on finira par éprouver de la sympathie à son égard…

Revisiter le genre.
Céline Saint-Charle semble passionnée par l’apocalypse et les zombies, cela se sent dans son récit car elle s’amuse à démonter un par un les codes du genre. Elle illustre parfaitement l’intérêt, pour un.e auteur.ice, de connaître le genre dans lequel iel écrit afin de pouvoir se le réapproprier et même, pourquoi pas, le renouveler. Quand je pense post-apo zombie, j’ai des images de The Walking Dead, d’intrigues violentes et gores autour de plusieurs groupes de survivants aux idéologies opposées, la loi du plus fort qui règne, la crasse, le désespoir, etc. Ici, on a tout ça, mais au lieu de se pencher sur les humains, l’autrice se place du côté des… zombies ! Et oui, même avec Sandra en narratrice dans une écriture à la première personne. On se rend vite compte que les véritables monstres ne sont pas ceux qu’on croit…

Avec une vingtaine de chapitres dynamiques intitulés « épisodes », l’autrice découpe son roman comme une série efficace, mâchant le travail de la firme qui ne manquera pas de racheter les droits de cette œuvre. Vous pensez que je m’emballe ? C’est parce que vous n’avez pas encore découvert l’Apocalypse selon Sandra.

Toute l’histoire est racontée par Sandra, qui doit déployer une grande capacité de résilience pour ne pas perdre l’esprit alors qu’elle avance au milieu de cette horde zombie, sans savoir pour quelle raison elle ne sert pas de repas comme les autres. L’autrice développe finement la psychologie de sa protagoniste, insistant sur les différentes étapes de son évolution mentale comme morale, sur la manière dont l’humain s’adapte pour simplement survivre et ne pas sombrer dans la folie. La présence de Sandra au sein de la horde permet d’observer le comportement des créatures, qui s’éloigne de ce dont on a l’habitude au cinéma, dans les séries ou même dans les romans / BD sur le sujet. En règle générale, on tient toujours pour l’humanité dont on espère la survie et l’apocalypse apporte une bonne occasion de remettre en question les différents excès contemporains que nous vivons au quotidien. Ici, Céline Saint-Charle met le nez de l’Humanité dans (son) caca (de vache) et n’a pas la prétention d’offrir le moindre pardon à qui que ce soit. Il fallait l’oser et j’ai personnellement trouvé ça savoureux !

Sandra, une protagoniste qui marque.
Sandra Cochrane est un peu la texane typique, dans les standards de beauté et d’intelligence, douée de capacités au travail manuel. Elle n’a rien de spécial si ce n’est qu’elle tombe dans une fosse pleine de purin au moment où le zombie attaque le shérif, ce qui l’épargne dans un premier temps et l’oblige à suivre la horde, menottée à l’un de ses membres. Elle doit prendre sur elle pour ne pas craquer et on ne peut qu’éprouver une profonde admiration pour sa résilience. Elle n’est pas toujours angélique, elle ne prend pas toujours les meilleures décisions, toutefois elle ne fait rien que nous ne ferions pas à sa place. C’est une protagoniste crédible pour laquelle on ne peut que ressentir de l’empathie. J’ai adoré découvrir son cheminement, son parcours, ses rencontres, les obstacles sur sa route et la manière dont tout ça se « termine ».

Cette protagoniste, à la fois typique et surprenante, n’écrase pas pourtant de son aura les personnages secondaires qui croisent sa route. L’autrice a soigné l’ensemble de son roman, on sent le travail minutieux qu’elle a accompli et qui ne fait qu’amplifier le plaisir de lecture.

Un roman… pas très ragoutant.
Je me dois quand même de préciser que, pour lire l’Apocalypse selon Sandra, mieux vaut avoir le cœur bien accroché. Outre la violence inhérente à ce type de récit, l’autrice aborde divers points d’hygiène auxquels on ne pense jamais et qu’on peut trouver inutiles… Sauf que ça apporte une crédibilité supplémentaire à l’histoire. Ainsi, comment fait-on ses besoins lorsqu’on est menotté.e à un zombie ? Est-ce que les zombies ont ou non un système digestif ? Quelle est l’importance d’une bonne hygiène dans notre perception de nous-même, en tant qu’être humain ? Ces scènes ne sont jamais gratuites, je trouve qu’elles apportent vraiment quelque chose au sein de l’histoire.

La conclusion de l’ombre :
L’Apocalypse selon Sandra est un one-shot de zombie post-apo que j’ai lu avec grand plaisir alors même que je n’aime pas ce genre littéraire. Céline Saint-Charle a effectué un travail remarquable autant sur le fond que sur la forme, proposant une protagoniste à l’évolution psychologique minutieusement soignée qui se déplace malgré elle au sein d’une horde de zombies, renversant le point de vue habituel de ce type d’histoire pour voir si ces créatures n’auraient pas, par hasard, mieux à offrir que l’Humanité. Un roman surprenant à lire absolument !

D’autres avis : KiriitiTemps de mots – vous ?

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3s7 : 17e lecture

9 (anthologie)

24
9
est la dernière anthologie en date des éditions du Chat Noir, sortie pour fêter leur 9e année d’existence. Vous pourrez la trouver uniquement au format papier sur le site de l’éditeur, au prix de 14.90 euros.

Au sommaire :
La justice des ogres de Jérôme Akkouche
La 9e symphonie de Mathilde Verboz
Les larmes du Kyubiko d’Émilie Malherbe
La maison des Gabory de Clémence Godefroy
Le pendu de Sophie Abonnenc
Nine de Jean Vigne
Kaibyo de Céline Chevet
Neuf jours pour l’enfer d’Aiden R. Martin
Les 9 fantômes de Mayfair de Gwendolyn Kist

L’anthologie est dirigée par Mathieu Guibé.

Le principe de l’anthologie est de ressembler neuf texte autour de la thématique du chiffre neuf. On a donc des histoires très diverses avec un peu d’imaginaire à chaque fois, des imaginaires venus du monde entier, des mythologies japonaises et nordiques, de la musique, de l’historique, de la magie orientale… L’avantage, c’est la diversité. Aucun texte ne ressemble à un autre et j’ai trouvé intéressant de voir comment les auteur.ices ont décidé d’exploiter ce thème.

Toutefois, je dois dire qu’à mon goût, deux nouvelles se détachent clairement du lot, à savoir les deux dernières même si celle de Céline Chevet amorce déjà cette fin en apothéose.

La première est donc Neuf jours pour l’enfer où Aiden R. Martin raconte l’histoire de Jane Grey, la reine des neuf jours qui a précédé bien malgré elle le règne de Marie Tudor en Angleterre à la fin du 16e siècle. Le lecteur suit son parcours, le complot dans lequel elle se retrouve embarquée par sa famille et les conséquences de tout cela sur sa vie. La nouvelle se déroule sur plusieurs années et est écrite à la première personne, avec Jane en guise de narratrice avec des alternances entre le passé et le présent, ce qui donne des scènes courtes mais percutantes. Au moment des faits, Jane n’a que dix-sept ans et vu trop de choses dans sa courte vie… Le grand atout de ce texte réside dans la plume de l’auteur, immersive et détonante. Il s’agit en plus de sa toute première publication ! Un beau succès, je vais surveiller sa carrière de près.

La seconde est, sans trop de surprise je crois, les 9 fantômes de Mayfair de Gwendolyn Kiste à qui on doit également le roman Filles de rouille paru aux éditions du Chat Noir l’année dernière, dont j’ai déjà eu le plaisir de parler. Il s’agit d’une visite guidée d’un lieu mystérieux où se trouvent neuf fantômes, qu’un.e narrateur.ice nous décrit à l’imagine d’un.e guide de foire ou de lieu culturel fantastico-gothique. C’est très original et bien mené, l’autrice n’a besoin que de quelques pages pour développer son idée, simple mais efficace. Le meilleur, cette fois-ci, se trouvait effectivement à la fin ! J’ai dévoré ce texte et je me réjouis de lire d’autres romans de cette autrice.

La conclusion de l’ombre : 
L’anthologie 9 des éditions du Chat Noir marque l’anniversaire de la maison d’édition et se compose de neuf nouvelles, chacune tournant autour du chiffre 9. C’était la seule consigne de l’éditeur et ça a donné des textes très diversifiés, proposés par des auteur.ices débutant.es ou non. Pour un prix plus que modique (moins de 15 euros !), on retrouve un ouvrage intéressant qui vaut le coup d’œil.

D’autres avis : pas encore, du moins à ma connaissance.

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3 : 16e lecture

À dos de crocodile – Greg Egan

22
À dos de crocodile
est une novella hard sf écrite par l’auteur australien Greg Egan. Il s’agit du 30e texte à paraître dans la collection Une Heure Lumière du Bélial, traduit ici par Francis Lustman. Vous le trouverez dans toutes les bonnes librairies au prix de 8.90 euros au format papier ou directement sur le site de l’éditeur si le cœur vous en dit.

Décidément, on aura beaucoup parlé de Greg Egan cette année sur le blog ! Qui l’eut cru ? Au risque de radoter, j’étais très frileuse à la perspective de me lancer dans la lecture de ce géant de la hard-sf. Comme l’a déjà précisé Apophis, les textes de l’auteur sont inégaux en terme d’accessibilité et j’ai jusqu’ici eu la chance de tomber sur ceux à ma portée, raison pour laquelle je me fais un devoir de les chroniquer. J’espère ainsi que d’autres oseront sauter le pas et se prendront une claque.

Je précise avant d’aller plus loin que cette novella s’inscrit dans un cycle composé en tout de 3 textes courts et d’un roman. Je ne peux pas en dire davantage puisqu’ils n’ont pas encore été traduits, je l’ai appris en lisant les chroniques des blogpotes. Toutefois, il semble qu’À dos de crocodile soit compréhensible sans la lecture du reste. Peut-être est-ce le texte d’introduction ?

Du sense of wonder vertigineux…
Une des craintes / critiques que j’entends le plus souvent au sujet du format court consiste à affirmer que sur si peu de pages, il n’est pas possible de développer un univers digne d’intérêt. Dans À dos de crocodile, Greg Egan prouve le contraire avec maestria puisqu’en une nonantaine de pages, il construit un concept très solide qui donne très clairement le vertige.

Les personnages principaux se nomment Leila et Jasim. Ils vivent au sein de l’Amalgame, une sorte de méga civilisation qui regroupe plusieurs espèces (dont l’humaine ?). Au sein de cette société, il semble possible de vivre plusieurs milliers d’années, à moins que ça ne soit une caractéristique propre à l’espèce à laquelle appartiennent Leila et Jasim, espèce qui n’a pas toujours une forme incarnée, d’ailleurs. Cet aspect reste flou ou plutôt, libre d’interprétation. À moins qu’il ne soit développé dans les autres textes de l’auteur au sein de cet univers ? Apophis vous en parlera mieux que moi.

Toujours est-il qu’à côté de l’Amalgame, on trouve les Indifférents. Il s’agit d’un peuple dont on ne sait rien, pas même s’ils existent réellement. On suppose qu’ils vivent dans un certain espace puisque quand on y envoie une sonde pour tenter un contact, celle-ci est renvoyée immédiatement, sans sa mémoire. Le mystère autour d’eux est donc total.

Leïla et Jasim ont partagé plus de dix mille années de vie commune et envisagent de mourir. Sauf qu’avant, Leïla souhaite percer le mystère autour des Indifférents, ou du moins essayer. Commence alors pour le couple de très longues recherches. Quand je dis longues, ça se chiffre à nouveau en plusieurs centaines et même milliers d’années qu’ils vont passer tantôt conscients, tantôt en voyage d’un point à l’autre de leur espace galactique pour tenter de réaliser ce fameux contact.

Je ne vais pas mentir, il y a parfois eu des aspects techniques qui me sont restés totalement obscurs. Je comprenais les mots utilisés mais pas ce qu’ils représentaient ni leur sens réel. Toutefois, ça reste assez négligeable face à tous les thèmes abordés.

De la hard-sf ?
En règle générale, quand on parle de hard-sf, on s’attend à tomber sur un texte où les personnages sont peu développés au profit d’un concept scientifique bien précis. Ce n’est pas le cas ici et ça a été pour moi une belle surprise. Leïla et Jasim forment un couple en paix avec eux-mêmes et l’idée de mourir, qui se lance dans une dernière aventure pour ne pas avoir de regrets. Une aventure à laquelle ils réfléchissent, un but qui leur tombe dessus presque par accident et qui va finalement les occuper très longtemps. La poursuite de ce but ne se fait pas sans heurts puisque le couple ne verra pas toujours les choses de la même manière, ce qui entachera leur harmonie. Finalement, en essayant de communiquer avec les Indifférents, ils vont entacher leur propre communication. Les significations possibles de tout cela sont multiples et méritent qu’on y réfléchisse encore une fois le livre reposé.

Tout comme le choix final de l’auteur, qui consiste finalement à ne pas répondre clairement à la grande interrogation d’À dos de crocodile : qui sont les Indifférents ? Et quelle est la signification de ces « mille spectacles » vus par Leïla ? Pourquoi par elle et pas par Jasim ou celui qui a décidé de les suivre ensuite ? On ne peut qu’imaginer d’hypothétiques réponses et, sur un plan personnel, j’apprécie les textes qui me donnent envie de réfléchir sur eux, d’échafauder des théories, des textes qui restent même après la dernière page tournée.

La conclusion de l’ombre :
Si À dos de crocodile reste un Egan accessible, il est certain que le commun des mortels ou les non-initiés à la hard-sf n’en comprendront pas tous les aspects techniques. Cela ne les empêchera pas de s’émerveiller (normalement !) devant le sense of wonder extraordinaire mit en place par l’auteur australien ni d’être touché par Leïla et Jasim. Une hard-sf où le psychologique a sa place, je dis oui !

D’autres avis : Le culte d’ApophisL’Épaule d’OrionGromovarLes lectures du MakiAu pays des cave trolls – vous ?

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3s7 : 15e lecture

Temps mort – Ariel Holzl

14
Temps mort
est un roman one-shot d’urban fantasy destiné à un public 13+ écrit par l’auteur français Ariel Holzl. Publié par Slalom, vous trouverez ce texte partout en librairie au prix de 15.95 euros.

De quoi ça parle ?
Léo, dix-sept ans, arrive à Paris après la mort de ses parents pour être pris en charge par son oncle Théobald. L’homme vit claquemuré dans un étrange manoir et semble lié à un univers alternatif, le Périmonde, sorte de négatif de la ville de Paris. Léo s’y retrouve embarqué pour essayer de sauver la seule famille qu’il lui reste.

De l’urban fantasy classique à la sauce Ariel Holzl.
Soyons clairs : Ariel Holzl ne réinvente pas ici le genre de l’urban fantasy. Vous me direz, on ne le lui demande pas et vous avez totalement raison ! Ce que je veux dire par là, c’est qu’on retrouvera des éléments classiques de ce genre littéraire comme un monde alternatif (le Périmonde), des créatures issues du bestiaire des ombres (spectres, vampires, liches, goules), un adolescent précipité dans ce monde où il aura la chance d’avoir quelqu’un pour le guider (c’est pratique ces gens altruistes (ou pas) !), des puissants qui semblent porter une attention injustifiée à cet adolescent susmentionné, bref vous voyez le tableau. Toutefois, Temps Mort possède cette « patte holzlienne » qui lui permet de se distinguer.

Ce que j’entends par là c’est que j’ai retrouvé dans ce roman ce que j’aime chez l’auteur : cette ambiance grand-guignolesque à l’esthétique résolument 19e siècle, cet excentrisme assumé qui me donne presque l’impression de lire un manga, que ce soit par la façon dont les personnages se présentent ou la manière dont ils s’affrontent. Ce n’est certes pas sa production la plus inspirée en terme de création d’univers mais le roman reste plaisant.

Quelques éléments de contexte :
Il existe un Paris alternatif appelé Périmonde, qui est une version en négatif de la capitale française. Une cinquantaine d’individus immortels y (sur)vivent, des individus appelés les ichorides parce qu’ils dévorent l’ichore (l’âme, l’essence) des personnes qui meurent dans le Paris d’En-Haut. Ces ichorides sont répartis en quatre maisons : Léthé pour les liches qui façonnent les os, Cocyte pour les goules qui façonnent la chair, Achéron pour les vampires qui corrompent le sang et enfin Styx pour les spectres liés à l’âme. Chaque maison est dirigée par un dynaste, généralement l’ichoride le plus ancien et / ou le plus puissant. Mourir dans le Périmonde n’est pas très grave car à chaque fin de cycle, le Glas sonne et le Périmonde est en quelque sorte réinitialisé, ce qui permet aux personnes décédées de revenir comme avant, si toutefois personne n’a volé leur précieux ichor. Il existe bien entendu des lois pour empêcher cela mais c’est bien l’une des seules règles de cet univers où la quasi absence de trépas définitif rend les habitants plutôt extrêmes dans leurs interactions sociales (c’est la façon polie de dire que ce sont de grands tarés meurtriers.)

Sur le papier, l’univers est prometteur mais voilà : au contraire des Sœurs Carmines où Ariel Holzl a pu développer de petits détails amusants et évocateurs ainsi que des personnages iconiques sur trois tomes, il signe ici un one-shot où les idées sont présentes, tout comme le potentiel, mais où il n’y a décidément pas assez de pages pour m’empêcher de rester sur ma faim. Car si Léo (sur lequel je vais revenir) est très réussi, tout/es celles et ceux qui gravitent autour sont à peine esquissé/es au point de devenir des éléments de décor alors que, damned, rien que les Dynastes ont un potentiel de malade ! Et je ne dis pas ça parce que j’ai -évidemment- (quoi, t’es surpris/e, really ?) craqué sur le personnage de Monsieur.

Bref, c’est justement parce que les idées me plaisent que je ressors frustrée de ma lecture : j’en voudrais davantage.

Léo, protagoniste principal et narrateur.
Il existe des centaines, peut-être des milliers de roman qui sont racontés par leur protagoniste principal a posteriori, sous forme d’un journal très (trop ?) détaillé où, finalement, ce personnage devient romancier même s’il s’en défend à grands cris. Ariel Holzl fait le même choix ici avec un récit à la première personne, du point de vue de Léo. Là où l’auteur se montre original, c’est qu’il justifie l’existence de ce texte, de ce journal, d’une manière qui me semble assez solide par rapport aux standards habituels.

En effet, Léo souffre de la maladie de Huntington. En quelques mots, il s’agit d’une maladie neurodégénérative qui affecte les fonctions motrices, cognitives et émotionnelles. Ce n’est pas la première fois que je la croise dans la fiction (comment oublier Numéro 13 ?) et l’auteur la représente assez bien ici, avec les conséquences que cela a sur la vie de Léo. C’est d’ailleurs pour cela que l’adolescent écrit de manière détaillée son premier contact avec le Périmonde. Il s’adresse à son lui du futur, sans savoir si un traitement sera entre temps trouvé, s’il va oublier ce qui lui est arrivé ou non. Il écrit « au cas où » il oublierait et devrait se rappeler de tout ce qui concerne ce Paris alternatif, pour différentes raisons que vous découvrirez au fil du roman.

La conclusion de l’ombre :
Temps mort est un récit très holzlien avec tout ce que ce qualificatif comporte de compliments. Une urban fantasy certes classique mais à l’esthétique grand-guignolesque assumée qui la transforme en chouette moment de lecture en compagnie de Léo. Pourtant, je reste sur ma faim car ce texte fourmille d’excellentes idées qui ne sont pas suffisamment exploitées. Je me demande si l’auteur y reviendra un jour ou non. Quoi qu’il en soit, je continuerai à suivre ses publications.

D’autres avis : YuyineZoé prend la plume – vous ?

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03

#S4F3s7 : 11e lecture

Tokyo, la nuit – Nick Bradley

8
Tokyo, la nuit
est le premier roman de l’auteur anglo-allemand Nick Bradley. Publié par Belfond, vous trouverez ce texte au prix de 21 euros partout en librairie.

J’ai découvert ce texte grâce à Amélia Chatterton durant le Hanami Book Challenge, je la remercie pour cela et vous invite à lire sa chronique.

De quoi ça parle ?
À Tokyo, de nombreuses vies se croisent, se touchent et s’influencent sans en avoir conscience. Dans ce roman fix-up, le lecteur suit plusieurs personnages tous connectés entre eux d’une manière ou d’une autre et souvent par la présence d’un mystérieux chat…

Un roman à la frontière des genres.
De prime abord, on pourrait croire que Tokyo, la nuit est un texte de littérature blanche qui prend place dans un Japon moderne et décrit des tranches de vie (presque) banales. De prime abord seulement. En effet, on se rend rapidement compte que tout le roman est traversé par un sentiment de fantastique onirique, de surnaturel léger propre à la littérature japonaise. Ce n’est pas tout ! L’un des chapitres est également consacré à une nouvelle de science-fiction intitulée Copy-cat de Nishi Furuni, un écrivain fictif que l’auteur, dans une interview, avoue être inspiré en partie de Hoshi Shin’ichi. Cette nouvelle a tout à fait sa place dans Tokyo, la nuit puisqu’elle est traduite par l’un des personnages que l’on rencontre et que l’auteur en question est le père et le grand-père de trois autres protagonistes que l’on va suivre ensuite.
Vous pensiez les surprises terminées ? Que nenni ! Le roman contient aussi plusieurs planches d’un manga dessiné par un enfant qui met en scène sa rencontre avec un hikikomori, rencontre qui a lieu grâce au chat calico présent tout au long des différents récits.
Enfin, on pourrait même évoquer une uchronie puisque le roman se déroule en 2020, une année sans la moindre trace de pandémie au point que les Jeux Olympiques s’ouvrent dans les dernières pages. J’ai trouvé ça amusant et je me demande si c’est voulu par l’auteur (et si oui, quel message cela cache-t-il ?) puisque le roman semble avoir été publié en VO en 2020 justement…

Nous voici donc en compagnie d’un petit OLNI qui, non content de traverser les genres, traverse également les médias !

Un roman mosaïque.
J’ai découvert ce terme en cherchant comment qualifier ce texte et il me semble tout à fait adapté. Dans Tokyo, la nuit, le lecteur suit une galerie de personnages très différents, à un moment de leur présent, durant l’année 2020. Un tatoueur à l’ancienne qui reçoit une étrange demande d’une femme pour un tatouage atypique, deux collègues qui se découvrent une passion commune pour Street Fighter, une traductrice américaine qui étouffe à Tokyo, un couple dysfonctionnel, des chauffeurs de taxi, des sans-abris qui disparaissent mystérieusement des rues, un détective à la recherche d’un jeune homme disparu… Ce ne sont que quelques exemples parmi d’autres de profils qui permettent de brosser un portrait crédible et réaliste de la société japonaise aujourd’hui avec ses codes, ses attentes, ses frustrations, la sensation d’étouffement qu’un/e occidental/e (ou un/e japonais/e) peut ressentir à son contact mais aussi la beauté et la diversité de sa culture, de ses psychologies, de ses traditions.

Les pages se tournent sans qu’on n’y prenne garde, embarqué dans ces moments de vie volés souvent aperçus par notre mystérieux chat calico. La construction du récit est maîtrisée, cela laisse présager de belles choses pour les prochains textes de Nick Bradley car même s’il ne répond pas à toutes les questions et ne donne pas de clé à tous les mystères (notamment celui du chat -ce qui ne me pose pas de soucis car je ne suis pas une lectrice qui attend qu’on lui explique tout mais je sais que ça pourrait déranger certain/es) on sent chez lui une inventivité et un amour de la culture nippone, la vraie, qui me parle forcément.

La conclusion de l’ombre :
Tokyo, la nuit est un roman mosaïque à la frontière des genres qui saura séduire les japanophiles. Nick Bradley propose une multitude d’instantanés de la vie de plusieurs personnages en 2020 qui ont deux choses en commun : iels vivent à Tokyo et iels vont croiser la route d’un étrange chat calico. J’ai adoré l’ambiance générale qui se dégage de ce roman original et maîtrisé. Je le recommande très chaudement !

D’autres avis : Les tribulations de miss Chatterton – vous ?

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3s7 : 8e lecture.

Retour sur Titan – Stephen Baxter

27
Retour sur Titan
est une novella de hard-sf écrite par l’auteur anglais Stephen Baxter. Publié par Le Bélial dans sa collection Une Heure Lumière, vous trouverez ce texte au prix de 9.90 euros partout en librairie ou encore sur leur site Internet.

Avant-propos.
Je n’ai pas toujours connu d’heureuses expériences avec des textes de hard-sf et ce malgré le très bon guide d’Apophis sur le sujet. Le souci principal que j’ai avec ce genre, c’est que j’ai régulièrement l’impression que les personnages n’ont pas grand intérêt et que l’intrigue n’a pas besoin d’être très travaillée pourvu que l’aspect scientifique et le fameux sense of wonder soit au rendez-vous. Je tombe peut-être dans les généralités mais en tout cas, c’est ainsi que je vois les choses et ça me rebute forcément car vu mes faibles connaissances, la science poussée me fascine un peu comme une forme de magie inaccessible, jolie à regarder, impossible à comprendre.

On ne va pas se mentir : Retour sur Titan ne brille pas d’originalité par son intrigue ni par la profondeur de ses personnages. Pourtant, la novella sort du lot et a su me séduire avec ce qui me bloque en général : son sense of wonder ! Elle méritait donc que je prenne le temps d’en parler sur le blog.

Deux informations supplémentaires avant d’aborder le texte en lui-même :
Premièrement, c’est la lecture du Bifrost consacré à Arthur C. Clarke qui m’a donné envie de découvrir Stephen Baxter car j’ai été séduite par son entretien. Je vous invite donc à y jeter un œil ! Deuxièmement, sachez que cette novella s’inscrit dans le cycle « Xeeles » du même auteur, publié par le Bélial mais n’a par contre aucun lien (si j’ai bien compris) avec le roman Titan, du même auteur… Je n’ai lu aucun de ces textes précités et cela n’a pas entaché ma compréhension du contenu ni mon plaisir de lecture.

De quoi ça parle ?
3685, l’humanité est partie depuis longtemps à la conquête des merveilles de l’univers et ce en partie grâce à Harry Poole et à son fils, Michael, génies du développement technologique. Ceux-ci s’intéressent aujourd’hui à Titan, un satellite de Saturne globalement inexploré à cause de son environnement hostile. Mais il en faut plus aux Poole pour renoncer…

Une hard-sf accessible.
Beaucoup de lecteurices (dont je fais régulièrement partie) craignent la hard-sf et son côté scientifique pointu qui empêche de s’immerger dans l’intrigue, en partie parce que celle-ci passe au second plan. Il y a des textes qui appartiennent à cette catégorie et sont destinés à un public initié qui aiment s’en prendre plein les yeux sans se préoccuper de la qualité du développement des personnages ou de l’intrigue mais il y en a d’autres qui exploitent brillamment ces mêmes éléments scientifiques en les rendant compréhensible des novices, ce qui est le cas ici.

Cela est peut-être lié au narrateur, Jovik Emry, sorte de raté fils à papa qui occupe un poste administratif de surveillant planétaire (Gardien de la Sentience, ça claque comme titre non ?) et est enlevé par les Poole pour prendre part à cette expédition. Même si Jovik est un raté, il connait les procédures administratives qui permettront de rendre leur intrusion invisible aux yeux des autres Gardiens.
Mais pourquoi chercher à se rendre sur cette planète hostile ? Et bien les Poole aimeraient savoir si Titan abrite une vie sentiente afin de potentiellement l’exploiter et enfin rentabiliser l’espèce de passage dimensionnel qu’ils ont contribué à construire vers Saturne. S’ils trouvent de la sentience, tout est foutu. Mais si, par chance (pour eux) Titan en est dépourvue, alors…
C’est là le début de la (mes)aventure pour Emry, Michael, Bill et Miriam, la fine équipe envoyée sur place. On ne peut d’ailleurs pas dire que ces personnages brillent par leur amabilité ou leur originalité. Ils sont des fonctions, même Jovik qu’on suit pourtant dans une narration interne à la première personne. J’ai tout de même trouvé intéressant de rassembler plusieurs personnages corrompus et amoraux au sein de la même équipe. Déjà, ça change un peu puis ça donne au récit une dimension plutôt cynique quant à l’Humanité et j’aime bien ça moi, le cynisme.

Titan et ses merveilles.
Le texte s’attache surtout, comme je l’ai dit, à décrire Titan et tout ce qui s’y trouve. En lisant d’autres chroniques, j’ai appris que Stephen Baxter se basait sur les résultats de la mission spatiale Cassini-Huygens qui a exploré la vraie Titan. Je suppose donc que l’auteur a extrapolé tout son texte autour des découvertes réalisées dans ce cadre, notamment l’aspect vie autour du méthane, formes d’existence avec d’autres acides aminées que celles que nous connaissons et même autre que le carbone. C’est tellement bien monté (aux yeux d’une novice comme moi en tout cas) que j’avais vraiment le sentiment que tout cela existait bel et bien et que Stephen Baxter nous racontait ce qu’il avait pu voir de ses yeux. Son écriture m’a parue puissante et évocatrice tout en restant didactique, pédagogique. Cela, en partie grâce au narrateur qui n’est PAS un scientifique et pour qui les autres vulgarisent au moins un peu.

À ce stade, on pourrait craindre un rythme plus lent et un aspect contemplatif mais ce n’est pas le cas. L’action est au rendez-vous tout comme la tension narrative de savoir si les personnages vont tenir deux semaines sur Titan ou non. Quant à l’épilogue, il m’a mis une grosse claque. Je pense qu’on peut sans problème accoler l’adjectif « vertigineux » à cette novella.

La conclusion de l’ombre :
Retour sur Titan est une novella de hard-sf que je juge accessible aux novices (dont je fais partie). ELle s’axe sur la découverte du satellite avec tout ce que ça implique comme apports scientifiques. Les personnages existent surtout pour leur fonction et l’intrigue reste classique, pourtant l’ensemble fonctionne car l’auteur nous en met plein les yeux avec un sense of wonder de folie.  Vertigineux ! Je recommande.

D’autres avis : Le culte d’Apophisl’Épaule d’OrionAlbédoLes lectures du MakiGromovarAu pays des cave trollsLorkhanL’ours inculteLes notes d’Anouchkale dragon galactique – vous ?

Logo ProjetOmbre
+1 novella
Avancée du challenge : 39 formats courts lus en 2021.

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3s7 : 5e lecture