Une Heure Lumière – récapitulatif

Vous trouverez sur cette page un récapitulatif de mes lectures et mes chroniques de la collection Une Heure Lumière du Bélial dont j’ambitionne de lire toutes les parutions. Cette page sera mise à jour au fur et à mesure de mes lectures et de mes achats.

Envie de vous lancer dans cette fabuleuse collection ? Rendez-vous sur la boutique du Bélial !

Avancée :
27 UHL lus sur 33.
4 hors-série lus sur 4.

1_DVKTFAi656xihtxDuCS7Rw

1. Dragon – Thomas Day
« Dragon est une novella à la croisée des genres qui se déroule dans la ville de Bangkok, dans un futur proche. Le tueur surnommé Dragon -qui donne donc son titre au roman- s’en prend aux touristes sexuels et un inspecteur est chargé de l’arrêter. Si le pitch de base semble classique, Thomas Day offre un texte coup de poing qui entraine le lecteur dans ce que la Thaïlande a de plus laid, ce que l’humanité a de plus rebutant. Avec un style d’écriture brut, cru et sans concession, l’auteur ouvre brillamment la collection. »

2. Le Nexus du Docteur Erdmann – Nancy Kress
« Le Nexus du Docteur Erdmann est une novella de science-fiction écrite par l’autrice américaine Nancy Kress. Celle-ci emmène son lecteur au sein de Saint-Sébastien, une maison de retraite où réside le docteur Erdmann. Lui et certains pensionnaires vont être victimes d’un phénomène étrange au sujet duquel il faudra mener l’enquête. En peu de pages, l’autrice brasse énormément de thèmes liés à la vieillesse et elle le fait avec beaucoup de sensibilité, sans pourtant en avoir l’air. Son style d’écriture dynamique permet de s’immerger totalement dans ce texte et d’en ressortir plus que satisfait en tournant la dernière page. »

3. Cookie Monster – Vernor Vinge
« Dans Cookie Monster, Vernor Vinge propose une réflexion pertinente et effrayante sur la problématique de la copie numérique d’un individu. Pour une novice en Hard SF, certains éléments me sont passés totalement au-dessus ce qui ne m’a pas empêché de lire cette novella d’une centaine de pages presque d’une traite et d’avoir apprécié ma découverte. Une belle pioche qui s’inscrit dans la continuité qualitative de la collection Une Heure Lumière mais qui m’a moins provoqué cet effet « wahou » lié à d’autres titres. »

4. Le choix – J. Paul McAuley
« Paul J. McAuley signe ici un texte poignant qui met en scène une amitié compliquée entre deux jeunes garçons issus d’un milieu difficile, forcés de grandir trop vite à cause de leurs parents et du monde complexe dans lequel ils vivent. La psychologie des protagonistes est finement développée, ce qui peut paraître étonnant sur aussi peu de pages (96 à peine !) et avec un world-building aussi solide. Encore un auteur qui démontre qu’on peut écrire du format court sans sacrifier l’un ou l’autre aspect d’une histoire. Sans compter qu’il y parle aussi d’écologie, avec un postulat de départ qui n’est pas sans rappeler le monde dans lequel nous vivons… Sauf qu’aucune espèce extra-terrestre n’a l’air de vouloir nous dépanner. Pas de chance (pour nous). »

5. Un pont sur la brume – Kij Johnson
Abandon. Je n’ai pas accroché au style d’écriture.

6. L’homme qui mit fin à l’histoire – Ken Liu
« L’homme qui mit fin à l’histoire est un énorme coup de cœur. Cette novella écrite par Ken Liu est remarquable tant sur sa forme (un documentaire !) que sur le fond qui s’interroge sur le devoir de mémoire et instruit le lecteur occidental sur des évènements dont il n’avait probablement jamais entendu parler. C’est un texte à découvrir absolument et qui ne vous laissera pas indifférent. »

7. Cérès et Vesta – Greg Egan
« Cérès et Vesta est une novella de science-fiction qui parle d’immigration et de discrimination. En une centaine de pages à peine, Greg Egan parvient à écrire un texte choc et social qui ne peut pas laisser indifférent. »

8. Poumon Vert de Ian R. MacLeod
Abandon. Je n’ai pas accroché au style d’écriture.

9. Le regard – Ken Liu
« Le Regard est un texte à la construction plutôt classique en terme d’enquête policière avec des personnages archétypaux qui servent le récit. À mon goût, Ken Liu ne pousse pas suffisamment ses thématiques mais propose quand même un page-turner efficace. »

10. 24 vues du Mont Fuji par Hokusai – Robert Zelazny
« Je m’attendais à un récit contemplatif et c’est le cas toutefois maîtrise du rythme empêche de trouver le temps long. On découvre avec avidité le déroulé puis le fin mot de cette histoire. Un texte surprenant. Très recommandable. »

11. Le sultan des nuages – Geoffrey A. Landis
(pas encore acheté)

12. Issa Elohim – Laurent Kloetzer
(pas encore acheté)

13. La ballade de Black Tom – Victor Lavalle
« La Ballade de Black Tom peut se lire qu’on aime / connaisse Lovecraft ou non. Cette novella appartenant au genre fantastique est une belle réussite qui développe la thématique du racisme dans les années 1920 avec brio. »

14. Le fini des mers – Gardner Dozois
« Le fini des mers m’a d’abord laissée perplexe puis m’a petit à petit attrapé dans ses filets, proposant une dose de cynisme dans laquelle je me retrouve totalement en parallèle de l’histoire touchante d’un enfant à la situation familiale difficile et à l’imagination (vraiment ?) débordante. Je trouve que ce texte transmet de nombreuses émotions (parfois sombres je l’admets) et est une belle métaphore sur les difficultés de la communication ainsi que sur les conséquences de cet échec de communication, non seulement sur un plan mondial (vis à vis des extra-terrestres) mais aussi sur un plan très humain (vis à vis de Tommy à l’école ou avec ses parents). Ces 112 pages sont d’une richesse incroyable et j’espère sincèrement que cet UHL connaitra un succès plus grand dans sa version française que dans sa version originale. »

15. Les attracteurs de Rose Street – Lucius Shepard
« Les attracteurs de Rose Street est une novella fantastique très agréable à lire. Elle prend pour cadre le Londres du 19e siècle, étouffant et sombre, pour proposer une histoire de fantômes à l’atmosphère maîtrisée et aux personnages fascinants. Si l’intrigue reste, à mon goût, assez classique, Lucius Shepard offre tout de même une fin très satisfaisante. »

16. Retour sur Titan – Stephen Baxter
« Retour sur Titan est une novella de hard-sf que je juge accessible aux novices (dont je fais partie). Elle s’axe sur la découverte du satellite avec tout ce que ça implique comme apports scientifiques. Les personnages existent surtout pour leur fonction et l’intrigue reste classique, pourtant l’ensemble fonctionne car l’auteur nous en met plein les yeux avec un sense of wonder de folie.  Vertigineux ! »

Hors-série Une Heure Lumière 2018 (Ken Liu)
« Il faut avancer dans la lecture pour comprendre qu’on se trouve dans de la science-fiction de haute volée où on parle de l’avenir de la planète, d’écologie, de l’écart entre les pays riches et les pays pauvres, de numérisation de l’esprit, et des stratégies possibles, souhaitables, à mettre en place pour sauver le genre humain au point de dépasser l’humain (arrivant donc dans le transhumanisme) de chair. C’est fascinant de se dire qu’on passe d’une simple petite fille qui joue au cerf-volant sur une place à un texte d’une telle profondeur. »

17. Helstrid – Christian Léourier
(pas encore acheté)

18. Les meurtres de Molly Southbourne – Tade Thompson
« Cette novella maîtrisée axée sur la psychologie propose de suivre un personnage atypique, une anti-héroïne fascinante dans un univers teinté de science-fiction même si ça reste assez léger. Attention, âmes sensibles s’abstenir car ce texte est glauque, plutôt malsain et n’épargne personne. »

19. Waldo – Robert Heinlein
«  si Waldo n’est pas un roman qui correspond à mes goûts, je lui trouve quand même un certain nombre de qualités rien que par sa thématique de crise énergétique, très moderne pour une novella datant de 1942 ! Le mélange de technologie et de magie a de quoi surprendre et le personnage de Waldo, anti-héros au caractère difficile, m’a vraiment plu. »

20. Abimagique – Lucius Shepard
« Abimagique est une novella qui porte bien son titre car il emporte le lecteur dans une aventure fantastique au sens classique du terme. Avec sa narration à la deuxième personne et son héroïne mystérieuse, Lucius Shepard retourne nos habitudes en donnant la part belle à un personnage féminin et en acceptant que son héros se retrouve paumé, sans réponses à ses questions ni aux nôtres. Toute une expérience. »

21. L’enfance attribuée – David Marusek
(pas encore acheté)

22. Acadie – Dave Hutchinson
« Acadie est une novella de science-fiction transhumaniste au narrateur attachant et à l’intrigue maîtrisée. En peu de pages, l’auteur parvient à questionner pas mal d’éléments reliés au prisme du transhumanisme jusqu’à proposer un final inattendu. »

Hors-série Une Heure Lumière 2019 (Ian R. Macleod)
« Isabel des feuilles mortes est un texte court et dépaysant qui se place dans le même univers que Poumon Vert. Très clairement orientalisant, on se surprend à découvrir un univers très porté sur la technologie tant on aurait pu être dans un texte type « Moyen-Âge ». Avec une écriture très poétique, Ian R. Macleod raconte la légende d’Isabel, Chanteuse de l’église de l’Aube, et de son amitié interdite avec Genya, membre d’une église rivale.  »

23. Le Temps fut – Ian McDonald
Pas de chronique sur le blog mais voici ce que j’en disais dans mon thread lecture : « Les voyages dans le temps et moi, ça fait deux. Mais comme je compte lire tous les UHL, j’ai quand même laissé sa chance à ce texte à côté duquel je suis malheureusement passée. Ça arrive et c’est vraiment propre à mes goûts personnels. »

24. La survie de Molly Southbourne – Tade Thompson
« Contrairement aux Meurtres de Molly Southbournela Survie de Molly Southbourne est -selon moi- un texte moins psychologique et davantage orienté sur l’action, le présent et la fuite pour la survie comme l’indique son titre. Tade Thompson développe efficacement son world-building en mettant en doute tout ce que le lecteur pensait savoir jusqu’ici. Si la surprise et l’effet « wahou » du premier opus n’a pas été au rendez-vous, j’ai tout de même passé un très bon moment avec cette novella »

25. Vigilance – Robert Jackson Bennett
Pas de chronique sur le blog mais voici ce que j’en disais dans mon thread lecture : « Un texte dur, oppressant, angoissant, terrifiant de réalisme parce que clairement, on pourrait en arriver là… Ce qui le rend, je trouve, nécessaire à lire. J’en ai encore la gorge nouée. »

26. Les agents de Dreamland – Caitlin R. Kiernan
Pas de chronique sur le blog mais voici ce que j’en disais dans mon thread lecture : « Je suis totalement passée à côté de ce texte ! Mais bon, Lovecraft et les inspirations liées, ça me plait rarement. Au moins j’ai tenté ! »

Hors-série Une Heure Lumière 2020 (Kij Johnson)
« C’est la première fois que je lis un texte de cette autrice et il m’a déconcerté -dans le bon sens. Je ne m’attendais pas aux évènements narrés tout comme je n’ai pas pu anticiper la fin. En peu de pages, l’autrice aborde des thèmes forts avec finesse et intelligence : comment se reconstruire après un drame ? Comment réadapter une société entière quand la base de sa culture disparait ? Remplacez les chevaux pour l’outil informatique par exemple et vous obtenez une très belle métaphore. C’est poétique, efficace, un vrai plaisir. »

27. La chose – John W. Campbell
(pas encore acheté.)

28. La fontaine des âges – Nancy Kress
(pas encore acheté.)

29. Ormeshadow – Priya Sharma
Pas de chronique sur le blog mais voici ce que j’en disais sur mon thread lecture : « Un récit riche sur la dureté de la vie enrobé par la légende de l’Orme, une dragonne endormie le long de la côte anglaise. Un drame familial accompagné d’une peinture sociale et psychologique maîtrisée qui ne laisse pas indifférent. »

Hors-série Une Heure Lumière 2021 (Greg Egan)
« Un texte surprenant sur des quadruplés dont les esprits sont reliés entre eux. Alors quand un disparait… Je ne suis pas sûre d’avoir bien saisi la fin mais j’ai beaucoup aimé lire cette nouvelle. »

30. Toutes les saveurs – Ken Liu
« En 128 pages, Ken Liu parvient à brosser efficacement une histoire qui parle d’Histoire avec un grand H mais aussi d’immigration, d’intégration, d’identité culturelle et de mélange des cultures, des thèmes qui sont très actuels encore aujourd’hui et dans lesquels on se retrouve aisément. »

31. À dos de crocodile – Greg Egan
« Si À dos de crocodile reste un Egan accessible, il est certain que le commun des mortels ou les non-initiés à la hard-sf n’en comprendront pas tous les aspects techniques. Cela ne les empêchera pas de s’émerveiller (normalement !) devant le sense of wonder extraordinaire mit en place par l’auteur australien ni d’être touché par Leïla et Jasim. Une hard-sf où le psychologique a sa place, je dis oui ! »

32. Le livre écorné de ma vie – Lucius Shephard
Pas de chronique sur le blog mais voici ce que j’en disais dans mon thread lecture : « Fascinant, voilà le qualificatif qui me vient après ma lecture. Une fascination presque malsaine pour les (més)aventures de ce détestable protagoniste. Encore un texte interpellant déniché par le Bélial. »

33. Symposium Inc. – Olivier Caruso
« Symposium Inc. est un texte d’une grande richesse où beaucoup de thématiques s’entremêlent, ce qui le transforme en outil pédagogique de premier plan pour l’éducation numérique. On y parle non seulement d’un drame familial mais aussi des dérives des réseaux sociaux, de la manière dont il est facile de manipuler l’opinion publique… Il met également en garde sur l’avancée toujours plus rapide et intrusive de certaines technologies. Un texte brillant qui méritera une relecture de ma part pour l’approfondir avec mes étudiant.es. Sans surprise, voilà un autre UHL de qualité qui rappelle que le talent se trouve aussi chez les auteur.ices francophones. »