Vertèbres – Morgane Caussarieu

10
Vertèbres
est un roman fantastico-horrifique écrit par l’autrice française Morgane Caussarieu. Publié au Diable Vauvert, vous trouverez ce texte au prix de 17 euros partout en librairie.

De quoi ça parle ?
En 1997, dans une station balnéaire des Landes, Jonathan, dix ans, est enlevé par une femme dans une camionnette. Il réapparait une semaine plus tard et n’est plus tout à fait le même…

Le problème de la narration « journal intime » (selon moi).
Le roman possède une double narration. Celle du point de vue de Sasha, dix ans (enfin, neuf ans et demi), qui écrit dans son journal intime Diddl et celle de Marylou, la mère de Jonathan. Je vais m’arrêter sur chacune d’elles en commençant par Sasha puisque cela va me permettre de partager une petite réflexion sur la forme du récit.

L’utilisation du journal intime est quelque chose qu’on retrouve régulièrement en littérature, que ce soit blanche ou de l’imaginaire. L’auteur.ice se projette dans son personnage et se met dans sa peau pour confier à un journal, au format papier ou numérique, tout ce qu’il vit, pense, ressent de manière générale, comme cela a pu nous arriver à tous.te un jour dans notre vie. Le problème que j’ai avec cette façon d’écrire, c’est qu’elle demande une sacrée suspension de l’incrédulité de la part du lecteur.ice ou une certaine maestria de la part de l’auteur.ice pour être crédible.

En effet, il est probable qu’un jour dans votre enfance ou dans votre vie, vous ayez tenu un journal intime. Cela a été mon cas et quand je lis ces journaux fictifs, je n’ai jamais le sentiment de lire un véritable journal intime. J’ai conscience qu’il s’agit d’un trucage littéraire pour se montrer original, le souci c’est que quitte à opter pour une narration hors du commun, autant pousser le concept jusqu’au bout comme le font certains éditeurs, en incluant des ratures, des fautes d’orthographe, en acceptant que tout ne soit pas dit ou pas clair, etc. au lieu de se cantonner à la langue littéraire telle qu’on l’attend dans un livre, bien proprette, avec un certain vocabulaire et des phrases qui n’ont pas de sens comme d’écrire dans le journal qu’on s’arrête prendre une pause pipi… De plus, trouver des dialogues au sein d’un journal intime n’a pas de sens (personne n’a une aussi bonne mémoire…), pas plus que des descriptions précises qui donnent le sentiment d’être dans un roman. On oublie trop souvent qu’un journal intime n’a, en théorie, pas pour vocation d’être lu par quelqu’un. C’est quelque chose de personnel, ce qui implique qu’il ne doit pas forcément contenir des explications ou des justifications.

Ici, l’autrice fait comme si Diddl était une entité vivante à laquelle Sasha se confie, la petite fille l’interpelle d’ailleurs plusieurs fois. Cela pourrait être une justification au format, sauf que non. Personne ne raconte une histoire de manière littéraire à qui que ce soit, à l’oral ou à l’écrit. On résume toujours. Du coup, le trucage tombe à l’eau puisqu’on pourrait tout aussi bien avoir une narration à la première personne au sens classique du terme, comme on le voit régulièrement en littérature young-adult (mais pas que).

Malheureusement, Vertèbres n’a pas fait exception à mon sentiment par rapport à ce type de narration. Je n’ai cru à aucun moment être en train de lire le journal d’une petite fille de dix ans, encore moins neuf ans et demi. Déjà à cause du souci expliqué plus haut mais également à cause du langage qui fait faussement naïf. Aucun enfant de dix ans ne s’exprime de cette manière, n’a autant de vocabulaire, n’inclut autant de références, sans faute de langage ou même d’orthographe, et la plupart des enfants n’ont pas la maturité émotionnelle pour exprimer tout ce que partage Sasha. Et je ne parle pas du fait qu’elle se genre au masculin en affirmant ne pas vouloir être une petite fille. Au contraire, je suis persuadée qu’il y a des enfants qui n’ont pas envie de se conformer à leur genre de naissance, sans tout l’aspect théorique que nous, adultes, mettons derrière cela, et qui se comportent donc comme leur cœur le leur dicte. C’est un aspect que j’ai beaucoup apprécié dans ce personnage car on en voit assez peu finalement, surtout traité de manière frontale. On ressent vraiment son cri du cœur, son désespoir, du fait d’être dans un corps de fille, avec tout ce que ça implique comme normes sociales.

L’émotion est donc là mais c’est tout le contours qui me gêne. Si Sasha avait été un/e adolescent/e, je ne dis pas, mais là… À mon goût (et c’est tout personnel) cette partie du récit aurait été plus efficace avec une narration classique à la troisième personne (où l’autrice aurait pu jouer sur les pronoms pour embrouiller le.a lecteur.ice) ou mieux, avec une narration à la deuxième personne, comme c’est le cas pour Marylou.

Je précise que ça ne m’a pas empêché de m’y plonger mais j’ai profité de l’occasion pour écrire un peu sur le sujet.

Écrire en « tu », une prise de risque qui paie.
Je me suis régalée des chapitres consacrés à Marylou, la mère de Jonathan. Non seulement le personnage ne manquait pas d’intérêt mais en prime, je suis une fervente partisane de la narration en « tu », qu’on retrouve malheureusement assez peu au sein de la littérature, pour une raison qui m’échappe complètement. Selon moi, c’est une façon efficace et différente de mettre un personnage face à ses contradictions, de dévoiler ses secrets sans que cela ne paraisse artificiel (comme dans une narration en « je ») ou trop descriptif (comme dans une narration classique à la troisième personne) mais aussi de rythmer le récit. En général, une narration en « tu » implique des phrases courtes, percutantes, ça en devient musical à la lecture et honnêtement, j’adore.

Parce que Marylou n’est pas qu’une mère éplorée. On découvre petit à petit le portrait d’une femme laissée seule avec sa maternité, qui a reconstruit sa vie autour de son enfant dont elle ne voulait pas vraiment au départ, qui l’a couvé, sans réussir à couper le cordon, qui a été jusqu’à certaines extrémités pour ne pas le laisser s’en aller. C’est une bonne mère, Marylou, enfin, elle essaie et ça la mène à perpétrer des actes qui en terrifieront plus d’un.e. C’est glaçant et fascinant. Dans ces parties, j’ai retrouvé la touche dérangeante sans être gratuite qui m’a fait aimer les romans de Morgane Caussarieu quand j’ai commencé à lire l’autrice il y a maintenant quelques années. J’espère qu’elle se prêtera de nouveau à l’exercice de cette narration dans ses prochains textes.

Un roman à ne pas mettre entre toutes les mains.
Il me semble nécessaire de le préciser car on y parle d’enlèvement, de maltraitance, d’abus divers (et sexuels) sur des enfants, de maltraitance animale assez sanglante… On n’est pas au stade d’un Je suis ton ombre mais on s’en rapproche et il vaut mieux le savoir avant de se lancer dans la lecture de Vertèbres. J’ai lu des chroniques chez des blogpotes qui ont été chamboulés, qui ont lu ce livre à un mauvais moment pour eux et ce serait quand même dommage de passer à côté à cause de ça.

Parce qu’outre ces éléments qui paraissent de prime abord négatifs, Vertèbres est aussi (et surtout ?) un roman qui transpire la nostalgie des années 1990 avec de très nombreuses références (vous vous souvenez des Minikeums ? Et du minitel ?) bienvenues. On y retrouve des éléments classiques du mythe loup-garou et on repart sur un texte horrifique qui rappelle un peu (sur le principe de base quoi) la série Stranger Things dans son ambiance aussi rétro que sanglante. Pourtant, l’aspect fantastique sert surtout, à mon sens, de métaphore sur la fin de l’enfance et l’entrée dans la puberté, avec tout ce que cela comporte de cauchemardesque.

C’est aussi une histoire d’amitiés, l’amitié qui unit trois enfants laissés pour compte, rejetés parce qu’ils sont différents, pas nés dans la bonne famille, qui ne vivent pas au bon endroit. Une amitié qui parvient à passer outre l’horreur qu’inspire la condition de Jonathan mais ne résiste pourtant pas à tous les affronts.

Enfin, c’est une histoire de monstres dans tout ce que ce terme a de pluriel. Monstres, humains ou non, sont légions comme toujours dans les romans de cette autrice.

Et ça fonctionne. Même si je n’ai pas accroché à la façon de raconter la partie de Sasha, l’histoire est rythmée correctement et jouit d’une richesse thématique surprenante. Je l’ai d’ailleurs lu d’une traite, on ne sent pas les pages se tourner et bien qu’on devine comment ça va s’achever si on connait un peu l’autrice et qu’on a l’habitude de ce genre littéraire, ce n’est à aucun moment ennuyeux ou mal fichu.

Je n’irais toutefois pas jusqu’à dire, comme l’indique l’éditeur sur la quatrième de couverture, que Morgane Caussarieu signe ici son roman le plus ambitieux. Pas à mon goût, en tout cas (et c’est tout personnel comme remarque). Mais elle signe un bon texte qui mérite d’être lu à condition que les TW dont j’ai parlé ne vous posent pas de problèmes.

La conclusion de l’ombre : 
Vertèbres est un roman fantastico-horrifique qui traite du mythe du loup-garou dans les années 1990. Un petit garçon de dix ans disparait pendant une semaine et revient profondément changé. L’autrice choisit de raconter l’histoire du point de vue de Sasha, dix ans également et meilleure amie de Jonathan (la victime) ainsi que de Marylou, la mère de Jonathan. L’alternance des points de vue et des narrations (un journal intime et une narration en « tu ») offre une certaine profondeur au récit crade et malsain, comme Morgane Caussarieu les écrit si bien. Ce n’est pas un texte à mettre entre toutes les mains toutefois je suis ravie d’avoir eu l’occasion de le lire d’une traite.

D’autres avis : Au pays des cave trollsGromovarYuyineJae LouL’imaginaerum de SymphonieLe Dragon Galactique – vous ?

24 vues du Mont Fuji, par Hokusai – Roger Zelazny

14
24 vues du Mont Fuji, par Hokusai
est une novella de science-fiction écrite par l’auteur américain Roger Zelazny, qu’on ne présente plus. Publié dans la collection Une Heure Lumière du Bélial, vous trouverez ce texte au prix de 9.90 euros dans toutes les bonnes librairies.

Je n’avais pas lu le résumé avant de me lancer dans la découverte de ce dixième texte publié au sein de la collection Une Heure Lumière. Il me semblait que la blogosphère en parlait de manière très positive mais je craignais l’aspect contemplatif mit en avant par beaucoup car je sais que c’est quelque chose qui, normalement, me déplait.

Pourtant, j’ai bien apprécié la découverte.

De quoi ça parle ?
Suite au décès de son époux, Mari entreprend un voyage autour du Mont Fuji, choisissant 24 estampes dans Les Vues du mont Fuji, par Hokusai. Mais ce pèlerinage ne l’aide pas seulement dans son deuil, il lui permet aussi de se préparer à ce qui l’attend…

Qui est Hokusai ?
Commençons par le commencement… Le nom de ce peintre japonais à cheval sur le 18e et le 19e siècle ne vous dit peut-être rien mais vous avez déjà, je suis sûre, contemplé au moins l’une de ses œuvres, à savoir la célèbre vague qu’on voit un peu partout dans la pop culture. Je vous invite à consulter le site de la BNF qui vous permettra de (re)voir ces estampes gratuitement. Ce personnage bien réel quoi que décédé depuis longtemps est partie prenante de l’intrigue par deux points.
Le premier, c’est que Mari se sert de ses estampes pour son voyage et tente de superposer le Japon moderne (enfin des années 1980 puisque la novella est parue pour la première fois en 1985) à ce que Hokusai a représenté. Je regrette que le Bélial n’ait pas inséré les estampes concernées au-dessus de chaque chapitre mais rassurez-vous, les noms y sont à chaque fois et il suffit de consulter Internet pendant sa lecture pour avoir le visuel tout en lisant le chapitre qui y est consacré.
Le second, c’est que Hokusai semble présent aux côtés de Mari, sous forme de spectre mais un spectre majoritairement taiseux quoi que quelques interactions avec Mari soient décrites.

Et la science-fiction, dans tout ça ?
Peut-être vous posez-vous la question puisque je m’échine à décrire un roman qui semble un brin fantastique et très contemplatif. Et bien l’époux de Mari n’est pas vraiment décédé, il a plutôt changé d’état en parvenant en quelque sorte à numériser sa conscience. Il aimerait bien que sa femme le rejoigne dans le système, d’ailleurs, mais Mari… ça ne l’intéresse pas. Nous sommes donc au milieu des années quatre-vingt et on voit déjà des thématiques qu’on utilise énormément de nos jours. Non seulement cela évoque la question de l’immortalité (de l’esprit à défaut du corps) mais aussi des potentielles dérives ou profonds changements que cela pourrait entrainer.

Cette novella, en fait, se situe à la frontière des genres et confronte « l’ancien » avec le « nouveau » faute de meilleurs termes. Armée de son bâton, Mari va combattre des créatures faites d’énergie électrique, envoyées par son mari pour l’emmener dans le réseau, tout en continuant son pèlerinage avec un certain but en tête, but qu’on découvrira lors de l’avant-dernier chapitre.
C’est surprenant, vraiment, ce que Roger Zelazny est parvenu à faire en mélangeant ainsi les codes et les attentes des genres. J’ai ressenti une certaine surprise tout en avançant dans ma lecture, sans jamais vraiment me douter d’où j’allais arriver à la fin.

Mon seul regret, c’est d’avoir attendu aussi longtemps pour découvrir ce texte. Alors ne faites pas comme moi et foncez découvrir cette novella.

D’autres avis : L’épaule d’Orionle Culte d’ApophisL’ours inculteLorkhanLutin82Au pays des cave trollsle Dragon GalactiqueNevertwhereLes lectures du Maki – vous ?

Ici se cachent les monstres – Amelinda Bérubé

13
Ici se cachent les monstres
est un roman young-adult horrifique écrit par l’autrice canadienne Amelinda Bérubé. Disponible aux éditions du Chat Noir dans la collection Cheshire, vous trouverez ce texte sur leur site Internet au prix de 19.90 euros.

De quoi ça parle ?
Avant toute chose je vous invite à ne PAS lire la quatrième de couverture qui dévoile un élément qui se passe après la moitié du roman. Ce n’est pas, en soi, un trop gros souci mais quand même, ça oriente la lecture.
Skye a seize ans et en a marre de sa sœur, Deirdre, qui fait tout (et surtout le pire) pour attirer l’attention. Leur déménagement à l’autre bout du pays semble être une bonne occasion de tout reprendre de zéro, de se faire de nouveaux amis. Évidemment, Deirdre prend très mal cette volonté qu’a sa sœur de rencontrer d’autres personnes. Alors quand Deirdre disparait, Skye pense d’abord à une fugue avant de se demander s’il n’y aurait pas quelque chose qui se cache dans ces bois…

Une histoire de sœurs.
Comme régulièrement quand Cécile Guillot repère un texte, on retrouve une histoire qui met principalement en scène des personnages féminins et même des sœurs dont la relation est, ici, compliquée. Tant mieux, j’adore !

Voilà des années que Skye protège Deirdre, Deirdre qui est si étrange, qui invente un monde imaginaire où elles sont toutes les deux des Reines et vivent des aventures dangereuses mais passionnantes. Sauf que les rumeurs vont vite et Deirdre devient un souffre douleur qu’il faut protéger des enfants cruels. Skye ira assez loin dans cette démarche. Après leur déménagement, elle estime que les choses doivent changer et que Deirdre doit apprendre à se débrouiller toute seule. Elle cesse donc leurs jeux, rencontre William, Sophie et Kevin, tente de s’inclure socialement tout en gérant les crises de folie de Deirdre qui créé des monstres à partir de morceaux d’os, de bâtons et de boue.

En tant que lectrice, j’ai ressenti beaucoup d’empathie pour Skye, tiraillée entre l’amour qu’elle porte à sa sœur et l’envie de vivre, légitimement, pour elle-même. La relation n’est jamais nommée comme toxique mais on la ressent ainsi à travers les pages. Deirdre apparait comme une petite fille immature et égoïste sauf que rien n’est aussi tranché. La narration à la première personne, du point de vue de Skye, empêche la balance de pencher totalement d’un côté ou de l’autre car rien n’est inscrit dans le marbre. Skye remet sans arrêt les choses en perspective en fonction des évènements et, en cela, j’ai trouvé le choix narratif bien exploité.

Une histoire d’horreur.
N’oublions pas qu’avant d’être un récit de famille ou une histoire de sœurs, Ici se cachent les monstres est un roman à l’ambiance horrifique bien maîtrisée, qui va crescendo à mesure que les trois parties du texte se dévoilent. Les descriptions de l’autrice sont simples et efficaces. Elle n’a besoin d’aucune fioriture pour décrire l’atmosphère qui entoure la forêt toute proche ou l’urgence qui devient de plus en plus prégnante à mesure que les créatures posent des ultimatums à Skye. L’aspect horrifique paraîtra probablement classique à certain.es lecteur.ices adeptes du genre, toutefois classique ne signifie pas mauvais (on ne le rappellera jamais assez) et il est assez rare que je tombe sur des textes d’une telle efficacité.

Une histoire… plurielle.
Ici se cachent les monstres est un page-turner efficace avec des protagonistes principales particulièrement bien réussies mais ce n’est pas son seul atout. En toile de fond, on y évoque aussi le harcèlement scolaire et ses conséquences tout en peignant le portrait d’une famille comme il en existe tant, avec une mère qui travaille trop et un père dépassé par les évènements, une aînée sur qui repose la charge familiale et une cadette en constant besoin d’attention. Le principe parait banal mais c’est justement parce qu’il est à la portée de compréhension de n’importe qui qu’il fonctionne aussi bien, qu’on se prend autant au jeu. De plus, le roman nous oblige à nous confronter à des questions dérangeantes sur les choix que nous ferions et les extrémités auxquelles nous serions prêtes à aller pour protéger quelqu’un de cher. Et c’est en ça qu’il est brillant puisqu’à l’instar de textes comme ceux d’Anya Allyn (traduits chez le même éditeur), il oblige le.a lecteur.ice à considérer la légitimité de ses certitudes et de ses préconceptions. L’autrice bannit le manichéisme de l’équation, ce dont je me réjouis.

La conclusion de l’ombre : 
Ici se cachent les monstres est une one-shot horrifique young adult efficace et nuancé. C’est un roman qui dérange parce que rien n’y est simple, le manichéisme n’y a pas sa place. J’ai adoré me plonger dans ce texte et je le recommande plus que chaudement aux amateur.ices d’horreur.

D’autres avis : pas encore !

Guide sorcier de l’évasion : atlas des contrées réelles et imaginaires – Alix E. Harrow

7
Guide sorcier de l’évasion
est une novella écrite par l’autrice américaine Alix E. Harrow. Publiée pour la première fois en français dans le Bifrost 99, cette nouvelle était disponible gratuitement pendant quelques semaines après avoir reçu le prix des lecteurs du Bifrost. C’est à cette occasion que je me la suis procurée et bien m’en a pris car il s’agit d’un texte de qualité.

Je l’ai lue pour la première fois durant le mois d’août et j’ai été tellement emballée par le propos que j’ai demandé au Bélial leur autorisation pour l’inclure dans mon dossier de lectures, à destination de mes étudiant.es. Je n’avais pas écrit de chronique dessus mais après l’avoir fait lire en classe une première fois, j’en ai eu l’envie et pour deux raisons. D’une part, vous partager mon propre ressenti et, d’autre part, vous raconter comment elle a été reçue.

De quoi ça parle ?
À Maysville, dans le Sud des États-Unis, un adolescent se rend à la bibliothèque pour emprunter des livres d’aventure et s’évader de son quotidien maussade. La bibliothécaire, qui est aussi une sorcière, sent sa détresse et essaie de l’aider en lui conseillant les ouvrages adéquats. Mais plus le temps passe, plus la situation du jeune garçon empire, si bien qu’elle commence à envisager de lui donner un ouvrage interdit par sa profession…

L’avis de l’ombre :
Je trouve que cette nouvelle est une ode à la littérature de l’imaginaire et à tout ce qu’elle peut apporter, même si beaucoup de gens ont l’impression qu’elle est au contraire néfaste. Il suffit de voir qu’on brûle des ouvrages de l’imaginaire dans certains pays ou, plus proche de nous, les réflexions désagréables de certain.es profs ou parents. Ces personnes sont représentées par l’assistante sociale qui dit à un moment au jeune garçon qu’il doit « lire des choses utiles ». C’est une phrase que vous avez peut-être entendue un jour, comme si toute activité qui ne générait pas un « profit » tangible ne méritait pas qu’on « perde » du temps avec elle…

Alix E. Harrow réfléchit sur la place des livres, des bibliothèques mais aussi des œuvres de fiction de manière générale. Il suffit de constater les nombreuses références littéraires qui parcourent ce texte pourtant long de quelques pages seulement. Chaque « partie » est surmontée d’un titre de livre et d’un.e auteur.ice dont le contenu du roman correspond ou résonne avec ce qui serait dit dans le chapitre. On y trouve ainsi un sous-texte très riche et qui gagne en intensité en fonction de notre culture littéraire.

Comment les étudiant.es ont reçu le texte :
J’utilise mon dossier de lecture dans plusieurs classes et la première fois, ça a été avec des bacheliers (licence). Premièrement, j’ai remarqué que tout le monde ne lisait pas aussi vite que moi… Pour évaluer le temps que ça devrait leur prendre, j’ai relu le texte en même temps qu’elleux tout en prenant des notes et iels ont eu besoin du double de temps pour arriver au bout. Cela m’a fait réfléchir sur mes préconceptions…

Ensuite, en les invitant à s’exprimer, j’ai rapidement compris qu’iels n’avaient pas compris qu’il s’agissait d’une nouvelle de l’imaginaire. Iels sont tellement habitué.es à lire de la littérature blanche dans un cadre scolaire que, malgré les indices évidents et les déclarations de la bibliothécaire, ils ont plutôt pensé qu’il s’agissait d’une métaphore, d’une personne tellement passionnée par son métier qu’elle en avait développé un sixième sens et que le Guide sorcier finalement offert au jeune homme était lui aussi une métaphore pour le livre parfait qu’on aimerait tous.tes avoir dans les mains quand ça ne va pas.

J’ai été surprise par cette analyse mais je la trouve plutôt intéressante donc j’avais envie de l’ajouter à ma chronique. Quand je leur ai ensuite présenté / contextualisé la nouvelle, ils ont été surpris et vont la relire pour le prochain cours avec ça à l’esprit, pour voir s’iels la comprennent autrement.

Dans l’ensemble, iels m’ont dit qu’iels avaient aimé ce texte pour son ancrage dans le réel, qu’iels n’ont eu aucun mal à comprendre les enjeux même quand iels ne sont pas de grand.es lecteur.ices. Iels ont même été surpris qu’en si peu de pages, on puisse en dire autant.

La conclusion de l’ombre :
Peu importe comment on l’analyse, il semble évident et unanime qu’Alix E. Harrow a écrit une nouvelle pleine de sensibilité sur l’importance de la littérature et des bibliothèques, qui ne peut que parler à des amoureux.ses des livres. Je vous encourage vivement à le lire !

Lullaby – Cécile Guillot

4
Lullaby
est une novella fantastique écrite par l’autrice française Cécile Guillot. Publiée aux éditions du Chat Noir dans la nouvelle collection F. nigripes, vous trouverez ce texte sur leur site Internet ou en salon sur leur stand au prix de 12 euros. La couverture est signée Mina M.

Ça y est, les éditions du Chat Noir ouvrent une collection dédiée au format court, judicieusement intitulée F. nigripes pour felis nigripis qui est un félin nocturne, le plus petit qui existe d’ailleurs. Je fais celle qui savait mais je l’ai appris en lisant le descriptif de la collection… L’idée est de proposer le même format que Chatons Hantés (9×13) mais avec un style plus proche de Griffe Sombre, leur collection gothico-horrifique. Deux textes ouvrent le bal en octobre 2021: Quand vient le dégel de Jay Robert Ducharme et Lullaby de Cécile Guillot, dont il est ici question.

De quoi ça parle ?
Cette novella écrite à la première personne se déroule aux États-Unis dans les années 1920. On y rencontre Hazel, une jeune femme qui aime écrire des histoires horrifiques dans son carnet et semble entretenir certains sentiments envers Blanche, sa voisine française. Vu la période, on devine sans peine qu’au moment où ses parents vont découvrir ses diverses « déviances », ils ne vont pas bien réagir du tout. De fait, ils décident de l’interner à l’asile Montrose…

Une histoire d’émancipation… mais pas que.
Une fois de plus, Cécile Guillot signe un texte où les personnages féminins se retrouvent en majorité et subissent les affres du patriarcat de plein fouet, cherchant ainsi à dénoncer des travers qu’on pourrait croire derrière nous mais qui sont hélas toujours d’actualité, même si on peut se réjouir d’une progression manifeste des droits de la femme. C’était déjà le cas dans sa nouvelle Le boudoir aux souvenirs où la protagoniste principale avait été transformée par un vampire sans son accord puis embarquée dans une relation malsaine, mais aussi dans Coeur Vintage où Mina, son héroïne, se retrouve prise dans une relation avec un garçon qui cachait bien son jeu et où des sauts temporels permettaient de suivre une autre histoire, celle d’une femme qui a aussi subi les obligations sociales de son époque (dans les années cinquante). Cette fois, c’est au tour de Hazel d’être rejetée par ses parents (sa mère va jusqu’à la traiter de monstre) parce qu’elle est en dehors de la norme imposée par les hommes. Une fois enfermée à l’asile, elle va y rencontrer Joséphine alias Jo, une femme internée par son mari pour ses convictions profondément féministes et son engagement dans la défense des droits des femmes.

Lullaby aborde donc l’émancipation de la femme et l’autrice choisit de le faire en se plaçant dans une époque où on éduquait justement les femmes à ne pas être indépendantes. Il faut garder cela à l’esprit quand on lit cette novella, notamment une fois la fin venue. Je ne vous expliquerais pas pourquoi d’autant que Cécile Guillot le fait très bien dans une note ajoutée à la fin qui contient également des références bibliographiques d’ouvrages en anglais qui lui ont permis d’écrire son histoire en restant au plus proche des horreurs de la psychiatrie d’antan ainsi que de la manière dont la société traitait (traite toujours parfois…) les femmes victimes d’abus (quels qu’ils soient).

Si Cécile Guillot a tenu à rester proche du réel, cela n’empêche pas sa novella de contenir une dimension onirique qui permet à Lullaby de se classer dans les genres de l’imaginaire. On peut débattre longtemps de ce qui tient de la métaphore, du jeu de l’esprit ou de la simple imagination de Hazel. Les réponses dépendront du / de la lecteur.ice. Toujours est-il que le texte fonctionne dans l’ensemble et qu’il colle parfaitement à ce qu’on attend d’une histoire publiée aux éditions du Chat Noir.

Enfin, l’autrice y évoque aussi en filigrane l’homosexualité féminine avec la douceur qui la caractérise et qu’on aime retrouver dans ses écrits. Elle passe aussi, pour cela, par les poèmes de Renée Vivien qui est une poétesse britannique que je ne connaissais pas mais dont la plume a su me toucher. Ses textes parsèment le récit et l’enrichissent.

La conclusion de l’ombre :
Pour résumer en quelques mots, Lullaby ouvre le bal d’une nouvelle collection prometteuse où le format court se pare d’atours gothico-horrifique, pour notre plus grand plaisir. Cécile Guillot propose un texte sur l’émancipation féminine avec des personnages féminins comme elle sait si bien en écrire et des thèmes hélas encore d’actualité. On est ici sur un texte classique du Chat Noir tant sur la forme que sur le fond et c’est tant mieux puisque c’est en général ce que je recherche quand j’achète un titre dans cette maison d’édition.

D’autres avis : pas encore mais cela ne saurait tarder !

Contes hybrides – Lionel Davoust

10
Contes hybrides
est un recueil de trois nouvelles écrites par l’auteur français Lionel Davoust. Publié aux éditions 1115, vous le trouverez sur la boutique de l’éditeur au prix de 7 euros au format papier.

Lionel Davoust est un auteur que j’apprécie beaucoup sur un plan humain comme artistique. J’ai déjà eu l’occasion de lire sa prose à plusieurs reprises : avec sa nouvelle Les Questions dangereuses (ActuSF), son recueil La route de la conquête (Critic), son roman Port d’âme (au format poche, que j’ai mis de côté pour le lire à un meilleur moment) et son essai Comment écrire de la fiction (chez Argyll, que je n’ai pas chroniqué mais qui est très bon). Je me suis jusqu’ici plus volontiers retrouvée dans ses textes courts et dans son essai. Je me lançais donc dans la découverte de ce recueil avec une certaine dose de confiance bien que j’ignorais totalement à quoi m’attendre, n’ayant une fois de plus pas lu le résumé avant d’acheter l’ouvrage.

Sommaire :
Le sang du large
Point de sauvegarde
Bienvenue à Magicland

Le sang du large :
Ce recueil commence fort avec l’histoire d’un auteur en souffrance qui remet son art en question. Quelques lignes seulement ont suffit pour que je me retrouve dans ce personnage, avec ses doutes, sa procrastination chronique et son sentiment de n’avoir plus rien d’intéressant à raconter. J’en étais au point où je soupçonnais Lionel Davoust de lire dans mes pensées tant il a retranscrit à la perfection mes émotions et mes pensées de ces derniers mois vis à vis de l’écriture.

Cet auteur (celui de l’histoire, pas Lionel Davoust ! Enfin, je pense…) vit sur une île isolée et, un soir de tempête, il entend un chant magnifique avant d’apercevoir la créature dont il provient. Cette sirène va devenir son obsession car il a toujours cru à la magie et en avoir la preuve sous les yeux, c’est quand même quelque chose. Cet aspect-là aussi m’a touchée puisque, comme ce personnage, je pense sincèrement que l’absence de preuves n’invalide pas la présence du surnaturel. Finalement, Lionel Davoust met sur papier tout ce qui constitue, je pense, les troubles d’un écrivain moderne et ses fantasmes quand il s’agit d’un.e auteur.ice de l’imaginaire. Brillant ! Il place la barre très haut pour commencer.

Point de sauvegarde :
On quitte radicalement le genre du fantastique pour se lancer dans la science-fiction militaire. À nouveau, le récit est à la première personne et raconte une mission du point de vue d’un cyborg. Lui et deux autres soldats sont chargés d’infiltrer une base ennemie en Amérique du Sud (enfin j’en ai déduit que c’était là-bas mais je me trompe peut-être) où, évidemment, tout ne se passera pas comme prévu.

La nouvelle commence de manière plutôt classique et rappelle un peu le principe du Vieil Homme et la Guerre de Scalzi sauf qu’ici, l’armée propose à des condamnés à mort (au lieu de personnes âgées) de copier leur cerveau pour l’installer dans des corps cybernétiques, afin de servir la nation s’ils le souhaitent. Le lecteur comprend rapidement que les trois soldats sont en réalité plutôt jeunes et qu’en guise de criminels, on a surtout des gamins paumés avec une enfance difficile.

Je dois avouer ne pas avoir grand chose à dire sur ce texte si ce n’est qu’il souffre de la comparaison avec le précédent. Ce qui est aberrant, j’entends bien, puisqu’ils n’ont rien avoir l’un avec l’autre mais Le sang du large m’a tellement parlé que j’attendais quelque chose d’aussi fort ici, ce qui n’a pas été le cas. On est sur du bon divertissement, avec une ambiance qui rappelle Demande d’extraction de Rich Larson, nouvelle parue dans le 102e Bifrost. C’est efficace mais oubliable.

Bienvenue à Magicland :
Après le fantastique et la science-fiction, voici de la fantasy…. et de la bonne, s’il vous plait ! Garam est un troll qui travaille à Magicland, une sorte de zoo pour créatures fabuleuses. Garam est obsédé par les licornes et rêve de devenir soigneur pour ces animaux si particuliers. La nouvelle est divisée en quatre saison, chacune contenant une scène du quotidien de Garam à Magicland et un extrait de sa conversation avec son psy.

Parce que oui, Garam voit un psy pour apprendre à gérer sa colère. Ce troll n’aime pas trop ses semblables, qu’il trouve dans l’ensemble stupides et irrespectueux. On sent, au fil des pages et des scènes, cette grande rage qui l’habite et on ne peut qu’éprouver de l’empathie pour lui. Moi, en tout cas, j’en ai ressenti tout au long de ma lecture et j’ai trouvé chacune de ses réflexions sur les autres très pertinentes. Devrais-je me faire soigner ?

Bienvenue à Magicland est une nouvelle d’une richesse extraordinaire qui, en une vingtaine de pages (sur ma liseuse) aborde la question du bienêtre animal, notre tendance à anthropomorphiser les animaux (et à tout ramener à nous, bien sûr), notre rapport à autrui, la gestion d’un mal-être moderne, le tout à travers le personnage d’un troll qui aurait tout aussi bien pu être humain tant tout ce qu’il ressent m’a parlé. J’ai été enchantée par ce texte qui déborde d’originalité, également au niveau de son bestiaire puisque Lionel Davoust propose des licornes carnivores au mode de reproduction… inattendu ! Ce qui conduira à la chute de ce texte, que je qualifie volontiers de brillante.

La conclusion de l’ombre :
Au risque de radoter, Contes hybrides est selon moi un recueil de grande qualité. Lionel Davoust propose trois histoires courtes dans chacun des grands genres littéraires de l’imaginaire, rappelant ainsi son talent pour ce format qui n’était déjà plus à prouver depuis Les questions dangereuses. Je me suis interrogée quant à la pertinence d’associer ces trois récits les uns aux autres mais, en y repensant, chaque histoire aborde un aspect de l’imaginaire et met en garde le lecteur sur l’importance de préserver le rêve, la magie mais aussi les cultures anciennes. Je ne peux que chaleureusement vous recommander la lecture de cet ouvrage !

D’autres avis : La bibliothèque d’AelinelAu pays des cave trollsL’Épaule d’OrionLe syndrome Quickson – vous ?

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3s7 : 21e lecture

La princesse au visage de nuit – David Bry

5
La princesse au visage de nuit est un one-shot fantastico-policier écrit par l’auteur français David Bry. Publié par l’Homme sans Nom, vous trouverez ce roman partout en librairie au prix de 19.90 euros.

Ce n’est ni la première ni la dernière fois qu’on parle de David Bry sur ce blog. L’auteur m’avait séduite (littérairement parlant !) avec Le garçon et la ville qui ne souriait plus édité chez Lynks, un texte touchant qui avait été un coup de cœur. Sans crainte, je me suis lancée dans Que passe l’hiver qui avait souligné la capacité extraordinaire de l’auteur à poser des ambiances mystérieuses, un brin surnaturelles. Par la suite, j’avais même essayé deux de ses textes au format court qui, une fois de plus, ont fait mouche. Vu son talent, on peut légitimement se demander pourquoi j’ai mis autant de temps à découvrir La princesse au visage de nuit.

De quoi ça parle ?
Hugo, trentenaire parisien, apprend la mort de ses parents et retourne dans son village natal, Saint-Cyr, pour leur enterrement. Pas de grande séquence émotions, Hugo est un enfant battu et placé qui tente de refaire sa vie loin du drame qui a secoué son enfance il y a vingt ans. Drame suite auquel ses deux meilleurs amis, Sophie et Pierre, ont disparu. Tous ces évènements ne seraient-ils pas liés entre eux ?

Un roman fantastique (dans tous les sens du terme !)
La princesse au visage de nuit est un roman qui s’inscrit principalement dans les genres fantastique et policier. Alors que Hugo retourne à Saint-Cyr, son passé le rattrape, se manifestant par des évènements étranges : des symboles anciens dessinés sur les murs, des objets normalement disparus qui réapparaissent, des ombres qui rôdent autour de sa maison… Sans parler de cette vieille légende, celle de la princesse au visage de nuit qui accepterait d’exaucer les vœux de certains enfants. C’est en la cherchant que Sophie et Pierre ont disparu il y a vingt ans. Seul Hugo est revenu de la forêt, amnésique.

David Bry déploie son talent pour poser une ambiance efficace qui prend directement aux tripes. Il alterne entre le présent à Saint-Cyr, le présent à Paris (en suivant Hugo) et le passé, en 1999 (principalement pour Hugo mais également pour Sophie et Pierre). Cela permet de voir le protagoniste principal à différentes étapes de sa vie, lui qui essaie de se reconstruire après les drames qu’il a vécu et qui continuent pourtant, inlassablement, de revenir le hanter. Le ton général du roman tire plutôt vers la mélancolie. C’est sombre, difficile, de se replonger dans le passé de Hugo, dans ses traumatismes, dans sa souffrance. Pourtant, ce n’est jamais malsain ou voyeuriste, l’auteur réussit à rester dans le registre du poétique avec un surprenant brio.

Doté de chapitres courts, de dialogues qui sonnent toujours justes et des descriptions courtes mais percutantes, l’auteur donne un rythme maîtrisé à son récit au cœur duquel on ne s’ennuie jamais. Petit à petit, il pose les balises de ce mystère de grande ampleur et met en scène un village où tout le monde a son petit secret honteux. L’aspect fantastique est bien présent par légères touches surnaturelles qui laissent planer un doute. Hugo est-il fou ? La princesse existe-t-elle ? Qu’est-il arrivé à Sophie et Pierre ? Accompagné par Anne, la sœur de Sophie, le jeune homme va tenter de le découvrir.

Anne étant gendarme, on reste sur le récit d’enquête plutôt classique avec ses rebondissements mais, comme je l’ai déjà dit, rondement mené par l’auteur si bien qu’on ne s’ennuie pas. Toutefois, outre l’aspect policier et l’aspect surnaturel, La princesse au visage de nuit est un roman profondément humain qui met en scène un protagoniste en souffrance, au sein d’un groupe d’ami.es qui dissimulent vainement un malaise typique de notre 21e siècle. La façon dont David Bry se sert de ces éléments pour l’intégrer à son récit est très réussie, l’équilibre est présent et l’auteur a le bon goût de rester cohérent jusqu’à la fin de son histoire.

Enfin, ce roman se révèle également être un texte sur l’amitié, l’amitié entre enfants mais aussi entre adultes, qui traverse tout le récit et se révèle d’une importance capitale. Pour une fois, c’est cela qui prime et non les peines de cœur, ce qui m’a particulièrement touchée.

La conclusion de l’ombre : 
La princesse au visage de la nuit est un one-shot fantastico-policier dont l’intrigue principale prend place dans le village de Saint-Cyr, en France. Hugo, enfant battu et survivant d’une nuit d’horreur dans la forêt, doit retourner sur place à la mort de ses parents et affronter les spectres de son passé. De prime abord, on pourrait craindre un texte vu et revu mais ce serait mal connaître David Bry qui déploie tout son talent pour proposer une intrigue efficace dotée d’une ambiance sombre, soignée, accolant ainsi à son roman le qualificatif de page-turner. J’ai adoré !

D’autres avis : Sometimes a bookBookenstockYuyineL’ours inculteAu pays des cave trollsPatiVoreLes fantasy d’Amanda – vous ?

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3s7 : 18e lecture

9 (anthologie)

24
9
est la dernière anthologie en date des éditions du Chat Noir, sortie pour fêter leur 9e année d’existence. Vous pourrez la trouver uniquement au format papier sur le site de l’éditeur, au prix de 14.90 euros.

Au sommaire :
La justice des ogres de Jérôme Akkouche
La 9e symphonie de Mathilde Verboz
Les larmes du Kyubiko d’Émilie Malherbe
La maison des Gabory de Clémence Godefroy
Le pendu de Sophie Abonnenc
Nine de Jean Vigne
Kaibyo de Céline Chevet
Neuf jours pour l’enfer d’Aiden R. Martin
Les 9 fantômes de Mayfair de Gwendolyn Kist

L’anthologie est dirigée par Mathieu Guibé.

Le principe de l’anthologie est de ressembler neuf texte autour de la thématique du chiffre neuf. On a donc des histoires très diverses avec un peu d’imaginaire à chaque fois, des imaginaires venus du monde entier, des mythologies japonaises et nordiques, de la musique, de l’historique, de la magie orientale… L’avantage, c’est la diversité. Aucun texte ne ressemble à un autre et j’ai trouvé intéressant de voir comment les auteur.ices ont décidé d’exploiter ce thème.

Toutefois, je dois dire qu’à mon goût, deux nouvelles se détachent clairement du lot, à savoir les deux dernières même si celle de Céline Chevet amorce déjà cette fin en apothéose.

La première est donc Neuf jours pour l’enfer où Aiden R. Martin raconte l’histoire de Jane Grey, la reine des neuf jours qui a précédé bien malgré elle le règne de Marie Tudor en Angleterre à la fin du 16e siècle. Le lecteur suit son parcours, le complot dans lequel elle se retrouve embarquée par sa famille et les conséquences de tout cela sur sa vie. La nouvelle se déroule sur plusieurs années et est écrite à la première personne, avec Jane en guise de narratrice avec des alternances entre le passé et le présent, ce qui donne des scènes courtes mais percutantes. Au moment des faits, Jane n’a que dix-sept ans et vu trop de choses dans sa courte vie… Le grand atout de ce texte réside dans la plume de l’auteur, immersive et détonante. Il s’agit en plus de sa toute première publication ! Un beau succès, je vais surveiller sa carrière de près.

La seconde est, sans trop de surprise je crois, les 9 fantômes de Mayfair de Gwendolyn Kiste à qui on doit également le roman Filles de rouille paru aux éditions du Chat Noir l’année dernière, dont j’ai déjà eu le plaisir de parler. Il s’agit d’une visite guidée d’un lieu mystérieux où se trouvent neuf fantômes, qu’un.e narrateur.ice nous décrit à l’imagine d’un.e guide de foire ou de lieu culturel fantastico-gothique. C’est très original et bien mené, l’autrice n’a besoin que de quelques pages pour développer son idée, simple mais efficace. Le meilleur, cette fois-ci, se trouvait effectivement à la fin ! J’ai dévoré ce texte et je me réjouis de lire d’autres romans de cette autrice.

La conclusion de l’ombre : 
L’anthologie 9 des éditions du Chat Noir marque l’anniversaire de la maison d’édition et se compose de neuf nouvelles, chacune tournant autour du chiffre 9. C’était la seule consigne de l’éditeur et ça a donné des textes très diversifiés, proposés par des auteur.ices débutant.es ou non. Pour un prix plus que modique (moins de 15 euros !), on retrouve un ouvrage intéressant qui vaut le coup d’œil.

D’autres avis : pas encore, du moins à ma connaissance.

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3 : 16e lecture

Tokyo, la nuit – Nick Bradley

8
Tokyo, la nuit
est le premier roman de l’auteur anglo-allemand Nick Bradley. Publié par Belfond, vous trouverez ce texte au prix de 21 euros partout en librairie.

J’ai découvert ce texte grâce à Amélia Chatterton durant le Hanami Book Challenge, je la remercie pour cela et vous invite à lire sa chronique.

De quoi ça parle ?
À Tokyo, de nombreuses vies se croisent, se touchent et s’influencent sans en avoir conscience. Dans ce roman fix-up, le lecteur suit plusieurs personnages tous connectés entre eux d’une manière ou d’une autre et souvent par la présence d’un mystérieux chat…

Un roman à la frontière des genres.
De prime abord, on pourrait croire que Tokyo, la nuit est un texte de littérature blanche qui prend place dans un Japon moderne et décrit des tranches de vie (presque) banales. De prime abord seulement. En effet, on se rend rapidement compte que tout le roman est traversé par un sentiment de fantastique onirique, de surnaturel léger propre à la littérature japonaise. Ce n’est pas tout ! L’un des chapitres est également consacré à une nouvelle de science-fiction intitulée Copy-cat de Nishi Furuni, un écrivain fictif que l’auteur, dans une interview, avoue être inspiré en partie de Hoshi Shin’ichi. Cette nouvelle a tout à fait sa place dans Tokyo, la nuit puisqu’elle est traduite par l’un des personnages que l’on rencontre et que l’auteur en question est le père et le grand-père de trois autres protagonistes que l’on va suivre ensuite.
Vous pensiez les surprises terminées ? Que nenni ! Le roman contient aussi plusieurs planches d’un manga dessiné par un enfant qui met en scène sa rencontre avec un hikikomori, rencontre qui a lieu grâce au chat calico présent tout au long des différents récits.
Enfin, on pourrait même évoquer une uchronie puisque le roman se déroule en 2020, une année sans la moindre trace de pandémie au point que les Jeux Olympiques s’ouvrent dans les dernières pages. J’ai trouvé ça amusant et je me demande si c’est voulu par l’auteur (et si oui, quel message cela cache-t-il ?) puisque le roman semble avoir été publié en VO en 2020 justement…

Nous voici donc en compagnie d’un petit OLNI qui, non content de traverser les genres, traverse également les médias !

Un roman mosaïque.
J’ai découvert ce terme en cherchant comment qualifier ce texte et il me semble tout à fait adapté. Dans Tokyo, la nuit, le lecteur suit une galerie de personnages très différents, à un moment de leur présent, durant l’année 2020. Un tatoueur à l’ancienne qui reçoit une étrange demande d’une femme pour un tatouage atypique, deux collègues qui se découvrent une passion commune pour Street Fighter, une traductrice américaine qui étouffe à Tokyo, un couple dysfonctionnel, des chauffeurs de taxi, des sans-abris qui disparaissent mystérieusement des rues, un détective à la recherche d’un jeune homme disparu… Ce ne sont que quelques exemples parmi d’autres de profils qui permettent de brosser un portrait crédible et réaliste de la société japonaise aujourd’hui avec ses codes, ses attentes, ses frustrations, la sensation d’étouffement qu’un/e occidental/e (ou un/e japonais/e) peut ressentir à son contact mais aussi la beauté et la diversité de sa culture, de ses psychologies, de ses traditions.

Les pages se tournent sans qu’on n’y prenne garde, embarqué dans ces moments de vie volés souvent aperçus par notre mystérieux chat calico. La construction du récit est maîtrisée, cela laisse présager de belles choses pour les prochains textes de Nick Bradley car même s’il ne répond pas à toutes les questions et ne donne pas de clé à tous les mystères (notamment celui du chat -ce qui ne me pose pas de soucis car je ne suis pas une lectrice qui attend qu’on lui explique tout mais je sais que ça pourrait déranger certain/es) on sent chez lui une inventivité et un amour de la culture nippone, la vraie, qui me parle forcément.

La conclusion de l’ombre :
Tokyo, la nuit est un roman mosaïque à la frontière des genres qui saura séduire les japanophiles. Nick Bradley propose une multitude d’instantanés de la vie de plusieurs personnages en 2020 qui ont deux choses en commun : iels vivent à Tokyo et iels vont croiser la route d’un étrange chat calico. J’ai adoré l’ambiance générale qui se dégage de ce roman original et maîtrisé. Je le recommande très chaudement !

D’autres avis : Les tribulations de miss Chatterton – vous ?

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3s7 : 8e lecture.

Toutes les saveurs – Ken Liu

23
Toutes les saveurs
est une novella écrite par l’auteur sino-américain Ken Liu. Publié dans sa version française au Bélial au sein de la collection Une Heure Lumière (traduction par Pierre-Paul Durastanti), vous trouverez ce texte partout en librairie au prix de 9.90 euros ou sur le site de l’éditeur.

Ce n’est pas la première fois que je lis Ken Liu, encore moins dans la collection UHL. Je l’ai découvert avec le Regard, une nouvelle de science-fiction qui avait manqué de force pour moi, surtout que j’attendais beaucoup de l’auteur vu les nombreux éloges à son égard. J’ai ensuite dévoré l’Homme qui mit fin à l’histoire et comprit pour quelle raison la blogosphère encense tellement cet auteur. Cette novella a été un coup de cœur magistral que je continue de recommander chaudement.

Un partout, donc ! Qu’en est-il de ce texte particulier ? Va-t-il faire pencher la balance en faveur de Ken Liu ? Et bien si on peut dire quelque chose au sujet de cet auteur, c’est qu’il n’écrit pas deux textes identiques et aime varier les genres… D’ailleurs, si vous avez envie d’en apprendre plus à son sujet, je vous recommande d’écouter la rencontre organisée par Le Bélial avec lui. Je trouve qu’elle complète extrêmement bien la lecture de Toutes les saveurs et qu’elle donne un éclairage supplémentaire sur l’œuvre de ce talentueux écrivain.

Un étonnant mélange des genres.
Toutes les saveurs se déroule pendant la période de conquête de l’ouest américain, à Idaho City. Lily est une jeune fille très intriguée par les prospecteurs chinois qui vivent entre eux, s’entassent dans d’étroites habitations et cuisinent des plats à l’odeur totalement nouvelle pour ses narines. Elle se lie d’amitié avec l’un d’entre eux, Lao Guan, qui va lui apprendre quelques morceaux de sa culture notamment le jeu du wei qi ainsi que les récits du dieu de la guerre Guan Yu.

Ce sont ces récits qui apportent à Toutes les saveurs une touche surnaturelle ou plutôt, mystique. Le lecteur s’enfonce dans le mystère sans savoir ce qui tient de la réalité ou de la légende fantaisiste. C’est l’occasion de découvrir cette Chine impériale dont on ne connait généralement pas grand chose et de revenir sur une période assez nébuleuse (pour moi du moins) de l’histoire américaine. Comme tout le monde, j’ai entendu parler de cette fameuse conquête de l’ouest pour l’avoir vue dans de nombreux films ou dessins animés (j’ai grandi avec Lucky Luke donc voilà, j’assume mes références foireuses) mais je ne me rendais pas bien compte que la place du peuple chinois y avait été si importante et à quel point ils avaient été exploités dans la construction du chemin de fer. Une fois de plus, Ken Liu instruit son lecteur sur un morceau peu connu de l’Histoire et s’en sert efficacement au sein d’une fiction qu’on dévore. C’est moins « coup de poing » que dans l’Homme qui mit fin à l’histoire mais ça reste joliment maîtrisé.

En 128 pages, Ken Liu parvient à brosser efficacement une histoire qui parle d’Histoire avec un grand H mais aussi d’immigration, d’intégration, d’identité culturelle et de mélange des cultures, des thèmes qui sont très actuels encore aujourd’hui et dans lesquels on se retrouve aisément. J’ai passé un excellent moment de lecture et je vous recommande ce texte.

D’autres avis : Le nocher des livresOutrelivresYuyineLe syndrome Quickson – vous ?

Logo ProjetOmbre
+1 novella
Avancée du challenge : 33 formats courts lus en 2021.

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03

#S4F3s7 : 1ere lecture.