Vilain chien ! – Morgane Caussarieu

15
Vilain chien !
est le nouveau roman jeunesse de l’autrice française Morgane Caussarieu. Publié aux éditions du Chat Noir dans sa collection Chatons Hantés, vous trouverez ce texte sur leur site au prix de 10 euros.

De quoi ça parle ?
Québec, au milieu de la forêt. Zach vient de perdre son père dans un accident de chasse et n’accepte pas sa disparition. Le soir d’Halloween, son étrange voisin lui offre un chiot, un chiot plutôt spécial…

Adapter son écriture au public.
Morgane Caussarieu s’est illustrée dans l’écriture de fiction pour adulte, que ce soit dans l’imaginaire (Dans les veinesJe suis ton ombreRouge ToxicRouge Venom) ou dans la littérature blanche (ChéloïdesTechno Freaks). C’est par ce biais que je l’ai connue et que je suis devenue accro à sa plume et à sa façon de raconter une histoire. Quand j’ai appris qu’elle s’essayait au roman jeunesse, je ne savais pas trop quoi en penser ni, surtout, quoi en attendre. J’ai très clairement acheté ce livre à cause du nom de son autrice et j’ai bien fait de croire en son talent !

L’exercice difficile quand on écrit pour la jeunesse est d’adapter son style littéraire au public visé et Morgane Caussarieu a relevé le défi haut la main sans pour autant tomber dans l’infantilisation. Il faut dire que ce n’est pas la première fois qu’elle écrit du point de vue d’un enfant (Poil de Carotte, les journaux de Gabriel) et même si le contexte est ici moins sombre (heureusement pour le pauvre Zach) son expérience se ressent dans la maîtrise qu’elle met dans cet exercice. Son écriture possède une vraie personnalité, une vraie originalité, qui vient aussi du lieu où se déroule l’histoire, à savoir le Québec. En effet, l’autrice a parsemé son roman d’expressions locales mises en italique pour avertir le public français que non, il ne s’agit pas d’une faute, juste d’une expression qui parait d’emblée exotique à tout lecteur non québécois (et c’est une belge qui vous le dit). De plus, même si le roman est écrit à la troisième personne du point de vue de Zach, le lecteur n’a aucun mal à s’immerger dans l’ambiance un peu angoissante qui est dépeinte, un brin fantastique aussi à sa façon. Au contraire, le point de vue de l’enfant renforce l’aspect émotionnel. Rien que sur ce point, j’ai été bluffée.

Le deuil et les animaux
Le père de Zach était un chasseur là où son fils a tendance à plutôt aimer les animaux et ne pas vouloir les tuer. Petite nuance importante, l’autrice ne se contente pas de juste cracher sur les chasseurs, elle explique leur façon de considérer la nature, l’empaillement de leurs proies, etc. C’est intéressant car même si on sent (ou on croit sentir en tout cas) que leur opinion n’est pas partagée par elle, Morgane Caussarieu ne tombe à aucun moment dans le manichéisme.

Le texte s’ouvre sur une scène de chasse où l’enfant se révèle incapable d’appuyer sur la détente et de tuer un orignal, ce qui a entrainé une déception paternelle. Pourtant, le père n’est pas décrit comme un stéréotype du chasseur macho et barbare. Il est nuancé, différent, on ressent à son sujet des sentiments ambivalents. Sa perte est difficile à vivre pour Zach même s’il est persuadé que son père va revenir puisque dans son schéma de pensée, quand on est mort, on est forcément empaillé donc si on a mis son père dans une boîte, c’est qu’il va revenir. Ai-je oublié de préciser que l’homme était taxidermiste ? Quoi qu’il en soit, cette négation de l’évidence entre en conflit avec le deuil maternel. La mère a du mal à remonter la pente et une chance qu’un ami de la famille pense à apporter des courses sans quoi l’enfant aurait été laissé en plan…

L’arrivée du chiot va tout chambouler, chiot dont Zach ne veut même pas vraiment mais dont il va s’occuper, faisant montre d’un sens des responsabilités plutôt aiguisé pour son âge (dix ans à peine). Leurs interactions et leur relation vont évoluer jusqu’à un final surprenant qui m’a émue aux larmes. Qu’on possède ou non un chien, impossible de rester de marbre face à ces 140 pages.

Les animaux ont donc une grande place dans Vilain chien ! déjà à travers le personnage du chiot mais aussi avec ce qui tourne autour de la chasse et de la taxidermie. L’autrice en profite pour glisser un discours sur le respect des animaux et de la nature qui a tout de suite trouvé un écho en moi et ne manquera pas d’atteindre les jeunes lecteurs comme les moins jeunes. La richesse thématique de ce court roman est vraiment sidérante, quel boulot !

De belles illustrations (comme toujours !)
Comme vous le savez peut être, chaque texte de la collection Chatons Hantés est illustré par la talentueuse Mina M qui est également à l’origine de la couverture. Il y a sept illustrations dans ce volume et elles représentent toutes un moment clé de l’histoire. Je suis particulièrement sous le charme de celle du chien dans le fauteuil et j’espère qu’on pourra la trouver sous format de carte ou quelque chose comme ça parce qu’elle me rappelle un peu mon Loki et je trouve ça sympa. Bref, tout ça pour dire que ces dessins apportent une vraie plus-value au roman et accompagnent magnifiquement les mots de l’autrice.

La conclusion de l’ombre :
Vilain chien ! est un roman jeunesse intense et émouvant. Morgane Caussarieu propose un protagoniste attachant et traite avec brio de thématiques difficiles comme le deuil d’un parent en y ajoutant l’importance de défendre la nature et les animaux. Vilain chien ! est un texte d’une grande richesse devant lequel on ne peut rester indifférent, peu importe notre âge. J’en suis la première surprise mais il s’agit d’un coup de cœur pour moi que je recommande chaudement aux parents mais aussi à celles et ceux qui ont envie de lire un texte court, touchant et bien fichu sur tous les points.

D’autres avis : FungiLumini (Livraisons Littéraires) – Les lectures de PippinSometimes a bookLa bibliothèque d’Aelinel – vous ?

22 réflexions sur “Vilain chien ! – Morgane Caussarieu

  1. Pingback: [Chronique] Vilain chien, de Morgane Caussarieu – Sometimes a book

  2. Pingback: Vilain chien de Morgane Caussarieu | La Bibliothèque d'Aelinel

  3. Pingback: BML #29 – novembre 2020 | OmbreBones

  4. Hé bien dire que ça me donne envie est un euphémisme. Toutes les thématiques que tu soulève me semblent intéressantes, en particulier celle du lien avec les animaux.
    Je dois avouer que je suis aussi intrigué par la façon de traiter le personnage du père, étant farouchement opposé à la chasse sous toutes ses formes.

    Je pense que je le prendrai pour la médiathèque et que je serai le premier à l’emprunter, c’est un titre qui devrait me parler, mais aussi parler à beaucoup de gens d’après ce que tu en dis !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s