Montès – Isabelle Bauthian

8
Montès
est le nouveau roman fantasy de l’autrice française Isabelle Bauthian. Publié par ActuSF, vous trouverez ce roman partout en librairie au prix de 20.90 euros.
Je remercie Jérôme Vincent et les éditions ActuSF pour ce service presse numérique.

De quoi ça parle ?
Depuis quarante ans, la paix règne sur Civilisation… Mais la guerre revient frapper aux portes de Montès, baronnie martiale dirigée depuis peu par un homme souffrant de folie des grandeurs (c’est la façon polie de dire que c’est un c*****d). En effet, les mi-hommes envahissent la troisième province de Montès pour se venger des visées expansionnistes du nouveau Baron. Pour empêcher cette guerre de coûter encore plus de vie, Oditta, la ministre des frivolités, décide d’agir dans le dos de son souverain, accompagnée par nul autre que Thélman, le redoutable chef de la guilde des épiciers qui est aussi son plus vieil ennemi. Commence alors un long périple Outre-Civilisation…

Avant d’aller plus loin, je me dois de signaler que l’autrice a écrit deux autres romans dans le même univers que celui-ci, avec des personnages qu’on retrouve parfois de l’un à l’autre, tout en réussissant l’exploit de les rendre véritablement indépendants. Je n’ai lu ni Grish-Mère, ni Anasterry (ce qui va changer sous peu !) et cela ne m’a pas empêché de comprendre la totalité de ce texte. À l’heure où beaucoup d’éditeurs proposent de faux one-shot, je pense important de préciser que Montès en est bien un. J’en profite pour, du coup, saluer le travail de l’autrice à ce sujet. 

Quelques mots sur le contexte
Le roman prend place en Civilisation, un rassemblement de plusieurs baronnies articulées autour de la Capitale (avec une majuscule donc). Montès est une baronnie à tendance martiale qui protège une large partie des frontières de Civilisation. Chaque baronnie possède un peu sa spécialité, sa particularité et ses coutumes. L’univers créé par l’autrice est ainsi d’une très grande richesse, ce qui lui permet de traiter beaucoup de thématiques sociales en les mettant en scène à travers les différences qui existent entre les baronnies.

Dans Montès, c’est plus particulièrement l’opposition entre les mi-hommes et les humains qui est exploitée. Il s’agit donc d’aborder les thèmes de l’intégration, de la peur de l’inconnu, de la peur des autres cultures. Quand le nouveau baron prend les commandes à la mort de son père, il décide de rejeter tous les mi-hommes présents dans la société de Montès, les mettant dans le même sac que ceux qui attaquent sa province. Et si ça ne vous rappelle rien, que dites-vous de ceci ? Je surinterprète peut-être mais j’ai vu dans ce roman une métaphore de notre propre société : notre modernité s’est construite sur une économie de guerre, notre prospérité occidentale, nos avancées scientifiques, tout aurait pris beaucoup plus de temps en période de paix. Pourtant, la guerre coûte des vies, répand le malheur, on se bat contre elle tout en continuant à l’entretenir dans certaines régions du monde. C’est ce qu’on voit finalement dans Montès : le paradoxe de la guerre, qu’on veut stopper sans savoir quel type de société cela engendrera. Et comme on a peur de l’inconnu, on veut changer les choses mais pas trop quand même hein, faut pas déconner.

On y évoque aussi le danger des généralités, le fait de mettre « dans le même sac » tous les individus issus d’un même endroit sans prendre en compte la multiplicité des cultures, des personnalités, des opinions. Certains mi-hommes veulent la guerre, d’autres espèrent la paix, et parmi ceux qui désirent la paix, certains la pensent possibles alors que d’autres se montrent cyniques à ce propos. Isabelle Bauthian dresse un tableau nuancé dont tout manichéisme est banni. Et quand on pense qu’elle va sauter à pied joins dans la facilité, elle esquive habilement l’écueil, apportant une sacrée dose de surprise et transformant son texte en page-turner. Personnellement, je n’ai rien vu venir à aucun moment et tout ce à quoi je m’attendais n’est pas arrivé. 

L’autrice propose donc un roman de fantasy, oui. Mais comme beaucoup de bons romans de l’imaginaire, elle y aborde des thématiques modernes qu’on peut aisément transposer à notre propre monde. 

Oditta, une protagoniste remarquable
Isabelle Bauthian écrit à la troisième personne et se place presque exclusivement du point de vue d’Oditta, à l’exception de la lettre en début de roman et de l’épilogue. J’ai rarement rencontré un personnage aussi solide et aussi développé. L’alternance entre le passé et le présent permet de découvrir petit à petit comment la naïve ministre des frivolités gagne en maturité, montre son courage et sa détermination, sans jamais que cela ne me donne l’impression d’être trop ou mal équilibré. Oditta est attachante en tant que femme de bonne condition, élevée pour être une gentille fille, une bonne épouse, qui n’a pas forcément d’avis sur les questions d’importance mais qui apprend petit à petit à aiguiser son esprit, à devenir indépendante, à remettre son éducation en question sans pour autant se renier totalement. On sent en elle toute la contradiction de ceux qui aimeraient changer le monde sans réussir à assumer ou même imaginer les conséquences.

Elle forme, avec Thélban, un duo délicieux. Cet homme est parti de rien et a réussi à s’élever tout au sommet du monde commercial de Montès, devenant très riche et pouvant se permettre de défendre ses convictions. Pour lui, les mi-hommes ne sont pas des sous créatures et il embarque Oditta dans une mission diplomatique alors même que tous les deux se détestent depuis des années. On comprend qu’il y a derrière cette situation des histoires de cœur, de jalousie, Oditta se sentant menacée par Thélban dans le cœur de son mari, mais on comprend aussi qu’il y a plus que cela. Les subtilités sont apportées petit à petit par l’autrice et vraiment bien distillées. J’ai apprécié que (surlignez pour dévoiler le spoiler) cela ne finisse pas en passion interdite ni même en triangle amoureux. D’ailleurs, il n’y a pas de romance dans Montès. Oditta est mariée, elle aime son mari, on les voit ensemble mais ce n’est pas le sujet du texte et j’ai trouvé ça vraiment rassénérant. 

La conclusion de l’ombre 
Montès est un roman de fantasy tout à fait remarquable grâce auquel je prends contact pour la première fois avec la plume d’Isabelle Bauthian. Si ce texte se place dans le même univers que les deux autres romans de l’autrice (Anasterry et Grish-Mère), il est véritablement indépendant et peut se lire en premier ou en dernier, au choix du lecteur. Le travail effectué sur l’univers était déjà à lui seul remarquable mais Oditta, la protagoniste principale du roman, est l’un des personnages féminins les mieux construits que j’ai pu croiser dans ce genre littéraire. J’ai adoré chaque ligne de Montès que je recommande très chaudement !

D’autres avis : l’ours inculte – vous ?

printempsimaginaire2017
Quinzième lecture – Pas de défi

La loutre et le Prince – S. A. William

9782379100710
La loutre et le Prince
est un roman de fantasy jeunesse écrit par l’autrice française (mais belge d’adoption) S. A. William. Publié chez Livr’S Éditions (et actuellement en précommande jusqu’au 30 avril), vous trouverez ce texte au prix de 16 euros. Sachez également qu’il est illustré par Caly (l’artiste derrière la couverture) et contient un CD avec les chansons écrites qui se trouvent au sein du roman.

De quoi ça parle ?
Aonyx est le prince du royaume où se déroule l’histoire et n’a jamais pu marcher. Coincé dans un fauteuil roulant, il souffre d’un manque de confiance en lui, persuadé qu’un infirme ne peut pas accomplir de grandes choses. C’était sans compter l’arrivée d’une joyeuse loutre qui va l’aider à changer l’image qu’il a de lui.
Et si Aonyx détenait la clé pour arrêter les trolls sur le point d’envahir son pays ?

Un roman jeunesse sur le handicap, l’acceptation de soi et le respect des différences.
Comme tous les textes de l’autrice, la loutre et le Prince dégage une ambiance pleine de bienveillance et de positivité, à la limite du bisounours. Cela ne l’empêche pas d’aborder des thèmes difficiles avec justesse, ce qui est parfait pour son public visé. En tant qu’adulte, le lecteur manquera peut-être d’informations sur l’univers, de nuance sur certains personnages, d’un contexte politique global plus poussé mais pour la cible de ce roman, l’ensemble est très bien maîtrisé.

À travers le personnage d’Aonyx, S.A. William parle du handicap physique, des difficultés que cela pose au quotidien (qu’on soit un puissant ou non), du regard des autres, de la manière dont une personne handicapée se projette dans la société et de la manière dont la société la considère. L’autrice aborde ces thèmes avec respect et bienveillance, en essayant d’apporter des pistes de réflexion chez son lecteur au lieu de lui matraquer des vérités toutes faites. 

Mais la loutre et le Prince ne se limite pas à la thématique du handicap. Le texte évoque aussi l’acceptation des différences et de la façon dont on a tendance à craindre l’inconnu au lieu d’essayer de le comprendre. L’inconnu ici étant symbolisé par le peuple troll qui n’est peut être pas ce qu’on pense au premier abord. En effet, les puissants du royaume les considèrent comme violents et stupides en se basant sur leur apparence mais on comprend rapidement que la nuance est de mise ici et qu’il est plus judicieux d’apprendre à connaître une culture au lieu de porter un jugement sur ce qu’on croit savoir de prime abord. Des thèmes forts et tristement d’actualité. 

Tous ces éléments viennent renforcer une intrigue certes classique mais bien rythmée, au point que les pages se tournent sans même y penser et on arrive à la fin en se demandant si une suite est prévue pour continuer à explorer ce sympathique univers et ses personnages attachants.

La conclusion de l’ombre :
La loutre et le Prince est un roman de fantasy jeunesse qui tient ses promesses pour son public visé. L’autrice aborde les thèmes du handicap, de l’acceptation de soi et des différences au sein d’une agréable aventure qui déborde de positivité. Un texte tout doux comme un bonbon !

D’autres avis : KiriitiTroian – vous ?

printempsimaginaire2017
Neuvième lecture – Défi « la planète des singes »
(un livre qui parle de tolérance et de différence)

La sorcellerie est un sport de combat – Lizzie Crowdagger

15
La sorcellerie est un sport de combat est un roman d’urban fantasy auto-publié par l’autrice française Lizzie Crowdagger. Je vous invite à visiter son site Internet pour savoir comment vous procurer ses différents ouvrages et même, lire le début du roman.

Avant d’aller plus loin je souhaite mettre en lumière la démarche de l’autrice qui propose certains de ses textes au format numérique en prix libre. Voici les explications qu’elle donne sur son site : « Je pense que la culture ou le divertissement devraient pouvoir être accessible à tout le monde, et d’autant plus lorsqu’il s’agit essentiellement de textes qui parleront à des personnes qui font partie de groupes minorisés et ne roulent pas forcément sur l’or. C’est pourquoi je propose ces textes librement. D’un autre côté, l’écriture est ma source principale de revenus, et il faut bien payer son loyer. Je pense que la notion de prix libre, où vous payez ce que vous voulez ou pouvez en fonction de vos moyens, y compris si ce n’est rien du tout, permet d’articuler ces deux volontés qui peuvent sembler contradictoires (accessibité d’un côté, rémunération de l’autre). »

Sur un plan personnel, je ne dis pas que c’est la solution miracle à tous les problèmes du milieu éditorial mais je trouve que c’est une chouette démarche qui essaie de prendre en compte les visions et les difficultés de chaque lecteur potentiel. Cela vaut la peine de s’y arrêter un instant.

À présent, je vous propose d’entrer dans le vif du sujet, à savoir le roman La sorcellerie est un sport de combat !

De quoi ça parle ?
Razor était une sorcière mais ça, c’était avant. Elle a changé de vie et s’en porte bien, même si elle souffre de paranoïa aigue. Les ennuis commencent quand une fille qu’elle vient de rencontrer se fait non seulement tuer mais revient en plus d’entre les morts en tant que vampire… Pas de bol, toute l’histoire semble liée au passé de Razor qui va devoir une nouvelle fois affronter ce putain de sorcier nazi. Heureusement, Razor est bien entourée par sa bande de copines. Même si elles n’ont pas exactement toutes une expérience probante dans le domaine du surnaturel, elles apportent une dose d’enthousiasme et c’est déjà ça de pris.
Non ?

Les tribulations de lesbiennes hooligans face à un sorcier nazi.
Voici comment Lizzie Crowdagger sous-titre son roman et ça annonce déjà la couleur. La sorcellerie est un sport de combat est donc un texte d’urban fantasy à l’univers classique mais qui se démarque surtout par ses personnages. Déjà, la plupart sont des femmes, lesbiennes, issues de minorité ou non, transexuelles ou non, avec des physiques normaux (donc pas de top modèles ou de beauté fatale à tour de bras), une personnalité affirmée, des passions et des métiers divers allant de garagiste à thésarde en sociologie en passant par programmeuse, bref elles existent, possèdent une personnalité propre ce qui est loin d’être gagné tout le temps. C’est une vraie bouffée d’air autour de la question de la représentation. J’aimerais vraiment lire des romans comme celui-là plus souvent !

C’est, à mon sens, le gros point fort de La sorcellerie est un sport de combat parce qu’en tant que lectrice, je me suis sentie proche de Razor, Betty, Karima, Cassandra, Elvira, Cookie, Crow et même Morgue et Shade. Je me sentais incluse dans le crew, concernée par leurs histoires, les petites de cœur (qui ne prennent pas trop de place donc si comme moi la romance ça ne vous plait pas trop, soyez rassuré(e)s) comme les grosses à base de vampires et de sorcier nazi qui essaient d’en tuer certaines pour des raisons nébuleuses. On rit avec elles, on désespère de certaines blagues, on ricane devant certaines situations, bref tout fonctionne. L’ambiance est top.

L’autre élément positif, c’est l’intrigue. Ça bouge, il se passe toujours quelque chose et la multiplication des points de vue couplée à des chapitres courts, dynamiques fait qu’on ne s’ennuie jamais. Je l’ai lu en numérique, j’ai appris que le texte comptait un peu plus de 350 pages au format papier et bien ça s’enchaîne en un claquement de doigt. Du beau travail.

Alors oui, l’univers n’est pas très détaillé et oui, on reste sur de l’urban fantasy à base de vampires et de loup-garous avec un peu de sorcières / sorciers. Il n’y a rien de neuf sous le soleil. Les amateurices de world-building vont rester sur leur faim. Et oui, par moment, il y a quelques facilités scénaristiques, notamment sur la résolution finale (même si ça m’a fait mourir de rire) mais à nouveau, alors qu’en général ces éléments m’agacent, ça n’a pas été le cas ici et je pense que ça vient vraiment de ce talent qu’a eu l’autrice lors de la construction de ses protagonistes et de son ambiance globale, qui éclipsent aisément les petites faiblesses à droite à gauche.

La conclusion de l’ombre :
La sorcellerie est un sport de combat est un roman d’urban fantasy décapant avec des héroïnes qu’on aimerait avoir comme copines. Lizzie Crowdagger propose un chouette texte bourré d’action et d’humour sans oublier la question de la représentation qui fait souvent défaut au sein de ce genre. Une preuve, s’il en fallait, que l’autoédition a de beaux jours devant elle en francophonie car on y trouve des œuvres comme celle-ci qui apportent une bouffée d’air au genre de l’urban fantasy. C’est le roman parfait pour passer un bon moment sans prise de tête. Je le recommande volontiers !

D’autres avis : Ma lecturothèque – vous ?

printempsimaginaire2017
Huitième lecture – défi « Mage, mageresse, les deux, ou pas »
(Lire un livre d’un/e auteur/ice LGBT+ ou avec un personnage LGBT+)

Francis – Loputyn

12
Francis
est une bande-dessinée scénarisée et dessinée par Jessica Cioffi, une illustratrice italienne qui utilise le pseudo Loputyn. Publié chez l’éditeur Shockdom, vous trouverez cet album au prix de 16 euros partout en librairie.

De quoi ça parle ?
Métillia est une sorcière qui préfère s’amuser au lieu d’étudier. Pourtant, son grand jour approche, celui où elle va devoir se mesurer à sa meilleure amie / rivale, Camélia, pour savoir laquelle deviendra la prochaine chef de clan. La veille de ce moment crucial, Métillia prend conscience du retard accumulé et se laisse décourager. Mieux vaut boire pour oublier… Sauf que la boisson lui donne de mauvaises idées : et si elle invoquait un esprit pour l’aider ? Ainsi arrive Francis, incarné sous la forme d’un renard.

Un premier contact enthousiasmant.
J’ai eu du mal à rédiger cette chronique car je ne possède pas la culture liée à la bande-dessinée qui me permettrait d’en faire une analyse poussée comme un roman, en tout cas d’un point de vue graphique. De plus, j’avais un peu de mal à trouver les mots adéquats pour expliquer quelles émotions j’ai pu ressentir au contact de Francis. Mais j’ai décidé de passer outre tout cela car ce titre m’a vraiment touchée et je voulais absolument vous en dire quelques mots.

Je vais commencer par m’arrêter sur le dessin et sur l’objet-livre en tant que tel, qui est superbe. Il me rappelle les dessins anciens, crayonnés puis travaillés avec de l’aquarelle ou des pastels, pour un résultat dont se dégage beaucoup de personnalité. J’ai été séduite par les représentations des personnages, les couleurs qui se marient bien à l’ensemble. Le tout est imprimé sur du papier épais qui rappelle celui des cours de dessin que j’ai suivi à l’école, un peu granuleux, agréable au toucher. C’est, en prime, un papier issu du développement durable puisque l’éditeur finance la plantation d’arbres en Colombie, une initiative que je trouve plutôt positive.

Quant à l’histoire, elle est assez courte mais aborde de nombreux thèmes comme le poids de l’héritage face aux ambitions personnelles, l’importance de se confronter à notre vraie nature et de l’assumer. C’est bien fait, ça change du manichéisme habituel qu’on peut retrouver dans ce type d’histoire liées à la magie avec le bien d’un côté et le mal de l’autre. La relation qui se développe en quelques pages à peine entre Métillia et Francis est à la fois effrayante et touchante. L’autrice ne se perd pas dans trop de dialogue, préférant la mise en scène subtile pour faire passer ses messages et ses émotions. C’est très réussi.

Résolument immersif donc, je me dois de relever un petit bémol ou deux. Premièrement, les corrections de la version française laissent à désirer si bien que malgré le peu de textes, j’ai trouvé deux ou trois coquilles. Deuxièmement, l’histoire a une fin très (trop?) ouverte qu’on peut choisir d’interpréter comme on veut. L’autrice se laisse peut-être le loisir de retourner dans cet univers mais j’aurais aimé un peu plus de réponses ou au moins, entrevoir une suite.

La conclusion de l’ombre :
Malgré une fin un peu trop ouverte à mon goût qui m’a donc provoqué une sorte de frustration, Francis est une bande-dessinée magnifique autant par son dessin à la forte personnalité que pour son histoire de sorcière qui aborde des thèmes comme le poids de l’héritage et l’envie de s’en défaire. Voilà un titre plus que recommandable !

D’autres avis : je n’en ai pas trouvé hélas !

Les orphelins du sommeil – Pascaline Nolot

5
Les orphelins du sommeil
est un roman jeunesse fantastique écrit par l’autrice française Pascaline Nolot. Publié aux éditions du Chat Noir dans la collection Chatons Hantés, vous trouverez ce texte uniquement au format papier sur leur site internet au prix de 10 euros.

De quoi ça parle ?
L’institut Dormance est une école un peu spéciale, isolée du reste du monde, où chaque élève souffre d’un trouble du sommeil plus ou moins rare. Marcus, atteint de paralysie du sommeil, essaie de retrouver des nuits normales. Il va se lier d’amitié avec Joane, insomniaque, mais également Sam, un jeune rêveur lucide surdoué. Les enfants vont alors découvrir que l’Institut cache un secret qui pourrait bien concerner le directeur…

Un roman jeunesse qui accroche dés les premières pages.
Voilà comment on pourrait résumer les orphelins du sommeil qui s’ouvre sur un prologue assez angoissant où un jeune garçon est terrifié par une ombre malfaisante dans sa chambre, ombre qui se détourne finalement de lui pour s’en prendre à sa sœur, le laissant impuissant. Dés le début, le ton est donné : on oscillera entre les rêves et les cauchemars, avec une préférence pour ces derniers à travers la figure des Ombreux. Mais sont-ils véritablement diaboliques ? Suspens. Outre cette introduction très efficace, la plume de Pascaline Nolot est ici particulièrement soignée. J’ai déjà eu l’occasion de lire l’autrice en jeunesse avec les larmes de l’araignée puis en young adult avec Rouge, je savais donc à quoi m’attendre d’autant que ce n’est pas la première fois que je relève sa tendance à user de l’allitération et des rimes. Ici, c’est souvent autour du son « é » mais ça fonctionne très bien et donne au texte un aspect chantant, enfantin, un peu comptine parfois, tout simplement savoureux.

Des personnages qui marquent.
Le premier chapitre permet au lecteur de rencontrer Marcus, un garçon de treize ans qui souffre de paralysie du sommeil. J’avais déjà entendu parler de ce trouble sans vraiment me rendre compte de tout ce que ça pouvait impliquer. Marcus en devient très impressionnant pour sa résilience face à ces moments de terreur ! C’est aussi un gentil garçon qui m’a, par moment, un peu rappelé Charly, le héros d’Audrey Alwett (Magic Charly), avec qui il partage bien plus de points communs que leur couleur de peau. J’aime beaucoup ce nouvel archétype de préadolescent avec un bon fond, de bonnes manières, de l’empathie, qui affrontent les difficultés la tête haute sans s’oublier en chemin. Ça change agréablement.
Outre Marcus, le lecteur suit parfois Joane, une jeune fille atteinte d’insomnie. Comme tout le monde, cela m’est arrivé une fois ou deux de ne pas réussir à dormir (souvent, c’est quand je suis malade !) et de me dire que, bon sang, c’est long une nuit… Je n’ai donc eu aucun problème à comprendre les problématiques tissées autour de Joane et j’ai apprécié son caractère franc. Pourtant, mon cœur a fondu pour le jeune Sam, un surdoué de sept ans qui a son petit ego mais dont la candeur est tout simplement adorable. Enfin, le trio va être rejoint par Mina, un personnage mystérieux qui souffre d’un mal aussi terrible que poétique. Je n’ai pas pu m’empêcher d’y voir un clin d’œil à l’illustratrice de la collection Chatons Hantés, Mina M, ce qui a été confirmé dans les remerciements de l’autrice. Je trouve ce type d’attention vraiment très sympa et c’est vrai que le personnage ressemble un peu à l’image que renvoie Mina d’elle-même, en tout cas sur les réseaux. Et oui, c’est un compliment !

Ces personnages possèdent tous une personnalité et une existence tangible. Ils sont très réussis chacun à leur façon, sans que les personnages secondaires ne soient en reste. La bibliothécaire excentrique est géniale, le directeur recèle aussi quelques surprises… Rien n’est à jeter !

En apprendre plus sur le sommeil.
Pascaline Nolot ne se contente pas d’une aventure rondement menée dans un monde onirique, que nenni ! Le texte se parsème d’informations intéressantes sur les troubles du sommeil et sur le sommeil de manière générale, si bien que j’en ai appris énormément. Chaque chapitre est également surmonté d’une berceuse, ce qui permet de rester dans le champ sémantique du sommeil. Outre tous ces éléments, l’autrice développe une mythologie originale autour du monde des rêves avec ses règles, ses créatures,  etc. Une mythologie qui aurait finalement mérité un roman plus dense, plus long ou mieux : d’autres aventures ! Parce que même si ce titre est le plus épais des Chatons Hantés (il compte plus de 200 pages) je pense qu’il recèle le potentiel, autant sur les personnages que sur l’univers, pour beaucoup plus et j’espère que l’autrice finira par y revenir un jour.

La conclusion de l’ombre :
Les orphelins du sommeil est un roman jeunesse fantastique écrit par l’autrice française Pascaline Nolot pour la collection Chatons Hantés du Chat Noir. Ce texte invite son lecteur au sein de l’institut Dormance où il pourra suivre une bande de préadolescents très attachants qui chercheront à éclaircir certains mystères qui planent autour de leur école. Tout fonctionne parfaitement dans ce texte très bien rythmé et mon seul regret est que l’univers original créé par l’autrice autour du monde des rêves ne soit pas davantage développé dans une saga. C’est donc un roman jeunesse plus que recommandable !

D’autres avis : Livraisons LittérairesLes fantasy d’AmandaPlumes de luneSaveur littéraire – vous ?

printempsimaginaire2017
Quatrième lecture – défi « la cafetière »
(lire un livre qui parle de rêves)

Anergique – Célia Flaux

1
Anergique
est un one-shot steampunk écrit par l’autrice française Célia Flaux. Publié par ActuSF sous le label Naos, vous trouverez ce roman partout en librairie au prix de 17.90 euros.
Je remercie les éditions ActuSF pour ce service presse numérique.

De quoi ça parle ?
Lady Liliana Mayfair est une lyne qui appartient à la garde royale. Elle et son compagnon sont envoyés en Inde sur les traces d’une violeuse d’énergie qui sévit depuis des années. Une seule victime a, à ce jour, survécu : Aminat, agressé alors qu’il n’avait que dix ans et anergique depuis. De Londres à Surat, voici une enquête dans une Angleterre steampunk victorienne…

Du steampunk ?
C’est quand même le premier élément que je souhaitais relever car Anergique est qualifié de roman steampunk par son éditeur, toutefois je n’y ai pas retrouvé les codes du genre en le lisant. Ou, du moins, pas de manière suffisamment marquée pour que ça me saute aux yeux. Je me fie pour cela au guide d’Apophis qui, pour résumer, définit le genre de cette façon : Grossièrement, on pourrait définir le Steampunk comme une Uchronie (un monde où l’histoire s’est déroulée différemment par rapport à la nôtre) dans laquelle des technologies que nous qualifierions d’ « avancées » (typiquement : informatique, robotique, mechas et exosquelettes de combat, voire exploration spatiale) sont apparues à un stade bien plus précoce que dans notre monde, typiquement lors de la période Victorienne (d’où le « Steam » : ère de la vapeur).
Bien sûr, l’intrigue prend place dans une Angleterre victorienne mais à l’exception du dirigeable qui semble être plus développé (et encore, on a peu d’informations), il n’y a pas trace des éléments précités. Au contraire, c’est plutôt la magie qui est mise en avant. Attention donc si vous lisez ce livre en recherchant un roman à l’esthétique steampunk, vous serez probablement déçu. Personnellement, ça ne m’a pas vraiment dérangée car j’avais oublié ce point lors de ma lecture (je m’en suis souvenue en lisant le résumé de l’éditeur pour écrire ce billet) mais je pense important de le préciser.

Une violeuse ?
Autre point que je dois souligner, l’utilisation du terme violeuse qui a fait tiquer sur une autre chronique que j’ai pu lire. Il ne s’agit pas du tout d’une erreur de ma part ou de celle de l’éditeur. La lyne qui a agressé Aminat est bien qualifiée de violeuse et j’ai l’impression que ce terme heurte, choque aussi, peut-être par sa mise au féminin ? Pourtant, il est correctement employé par l’autrice car, dans la description de l’agression, on retrouve des bien des éléments reliés au viol. Ces points sont également présents dans la manière dont se sent la victime, dont elle essaie de surmonter son traumatisme. Ce mot est donc pertinent et son utilisation renforce les exactions de la criminelle.

Une métaphore sociale
Outre l’aspect enquête qui reste plutôt classique, la force du roman se situe, pour moi, dans la métaphore sociale que tisse l’autrice autour des concepts de lyne et de dena. Une lyne est un individu, de sexe masculin comme féminin, qui aspire l’énergie d’un dena (qui est donc un donneur, de sexe masculin comme féminin) pour se nourrir et être capable de prouesses magiques comme la création d’un bouclier ou le jet d’énergie. Cela ne sera pas sans rappeler à certain/e le mythe du vampire.

Je n’ai pas ressenti de discrimination genrée au sein de la société décrite dans le roman, ce qui est rafraichissant. Par contre, Célia Flaux dessine clairement, selon moi en tout cas, une métaphore sur le prolétariat face aux patrons puisque ceux qui produisent (ici les denas) sont exploités par les lynes qui dépendent pourtant d’eux pour survivre. De plus, les denas doivent se plier à tout un tas de règles. Il est par exemple interdit et tabou de donner son énergie à une plante en tant que dena. La problématique se pose avec Aminat, qui souffre d’un énorme traumatisme depuis son viol et n’arrive plus à nourrir qui que ce soit et donc à se débarrasser de ce surplus d’énergie. Quand sa mère le surprend à donner son énergie à un arbre, elle va jusqu’à qualifier son acte de blasphème envers les dieux.

Ces concepts sont abordables dans l’ensemble et exploités d’une manière assez intelligente pour faire passer le message voulu. L’univers créé par l’autrice n’est pas des plus fouillés ni des plus complexes mais il a le mérite de se tenir et d’induire de vraies thématiques. Je n’ai pas eu besoin de plus pour l’apprécier et m’y plonger.

Une narration à trois voix.
Ce roman est écrit à la première personne, au présent, et les points de vue alternent entre Liliana (la garde royale), Clément (son compagnon) et Aminat (la victime qui est aussi un ami d’enfance de Clément). Les transitions sont annoncées à chaque début de partie et on en a plusieurs au sein d’un même chapitre. Parfois, le changement se fait au bout d’une ou deux pages seulement (sur ma liseuse) ce qui permet un vrai dynamisme au sein de l’action et de l’intrigue. Les pages passent sans qu’on s’en rende compte, l’ensemble est plutôt efficace et bien mené. Les personnages sont suffisamment caractérisés pour qu’on ne les confonde pas même si les transitions restent rapides et parfois abruptes, ce qui peut gêner les lecteurs qui n’aiment pas trop qu’on les bouscule.

Liliana est une Lady issue d’une famille noble et en rébellion contre son père qui n’approuve pas sa relation avec Clément, qui n’est qu’un fils d’une famille bourgeoise. Elle a donc quitté le domicile familial et vit par elle-même depuis qu’elle a rejoint la Garde Royale, se mettant ainsi au service de la reine. J’ai vraiment aimé le fait de trouver un couple déjà formé au début du roman et entretenant une relation saine dés le départ puisque les intrigues / considérations amoureuses ont tendance à ne pas m’intéresser du tout. Le point de vue de Clément sert aussi à nuancer celui de Liliana mais également à apporter des informations sur Aminat et leur relation d’enfance. Aminat va ensuite prendre une plus grande part au sein de l’intrigue puisqu’il est le seul capable d’identifier cette violeuse, étant sa seule victime à avoir survécu. Cela a tissé un lien entre eux dont l’homme, devenu précepteur dans une noble famille, ne parvient pas à se débarrasser. Le traumatisme est toujours présent malgré les années. J’ai trouvé cet aspect vraiment intéressant et (surlignez la suite pour la lire mais attention, elle contient un élément d’intrigue) j’ai regretté qu’il disparaisse aussi vite tout comme je n’ai pas su me projeter dans l’évolution de la relation entre Liliana et Aminat, qui ne m’a pas semblée très crédible. L’aspect deuil et souffrance n’a pas su me toucher car trop vite oublié.  Après, c’est une affaire de goût, vous savez comment je suis avec les histoires de cœur…

Une postface enrichissante
J’ignore qui a rédigé la post-face (probablement Jean Laurent Del Socorro qui a dirigé l’ouvrage ?) toutefois celle-ci fait le point sur l’univers créé par Célia Flaux et sur la façon dont elle met en scène la magie, avec les lynes et les denas. C’est vraiment intéressant à lire même si ça peut paraître redondant à un lecteur attentif. Dans le cadre d’une collection comme Naos, qui se destine aux adolescents, je trouve que cette postface a une certaine utilité pour être exploitée, pourquoi pas, dans un cadre scolaire par exemple.

La conclusion de l’ombre :
Anergique est un roman qui se dit steampunk mais qui me parait plutôt de fantasy victorienne car l’esthétique du genre (définie plus haut dans ce billet) n’est pas pas présente. Cela ne l’empêche pas de proposer une enquête intéressante dans une Angleterre victorienne alternative qui a l’originalité de se dérouler en partie en Inde. Je retiendrais surtout la métaphore sociale tissée par l’autrice à travers ses concepts de lyne et de dena ainsi qu’une aventure menée sans temps morts dans une narration alternée plutôt efficace. J’ai passé un bon moment avec ce roman tout à fait recommandable !

D’autres avis : Lauryn BooksPlumes de LuneTasse de thé & Piles de livresLes dream-dream d’une bouquineuseEncres et calamesIel était une fois – vous ?

printempsimaginaire2017
Première lecture – défi « nouveaux horizons »
(découvrir une nouvelle autrice)

Papier noir, lueur d’espoir – Mina M.

8
Papier noir, lueur d’espoir
est un roman jeunesse fantastico-onirique écrit et illustré par Mina M. Publié aux éditions du Chat Noir dans la collection Chatons Hantés, vous trouverez ce titre uniquement au format papier au prix de 10 euros. N’hésitez pas à commander directement par leur site Internet pour les soutenir !

De quoi ça parle ?
Numa a douze ans. Orphelin plutôt taiseux passionné par l’origami, il est le souffre douleur de ses compagnons d’infortune. Son seul bonheur dans la vie : Emi, avec qui il partage une profonde amitié. Hélas, lors d’une tempête, la jeune fille chute et tout le monde accuse Numa, qui s’enfuit dans la forêt où il se perdra entre les mondes…

Mina M, artiste aux nombreuses facettes.
Certain(e)s parmi vous connaissent peut-être déjà le travail de Mina M. en tant qu’illustratrice. Son trait si particulier se retrouve sur beaucoup de couvertures des éditions du Chat Noir et elle est celle qui illustre tous les titres de la collection Chatons Hantés, autant pour l’image de couverture que pour des illustrations internes. Son parcours professionnel ne s’arrête pas là puisqu’elle travaille aussi ponctuellement avec d’autres éditeurs.

Je connaissais donc déjà son talent artistique et son coup de crayon particulier, tout en rondeur, porteur d’une beauté onirique parfois sombre. C’est la toute première fois que je lis un de ses textes et une chose est certaine : je me réjouis que son premier roman adulte sorte au Chat Noir cette année car en tant qu’autrice, Mina M. ne manque pas non plus de potentiel.

Onirisme et métaphores
L’univers proposé ici par Mina s’inspire, selon moi, de Lewis Carroll car il a un petit côté absurde et sombre à la fois qui fait qu’on ne peut pas éviter ce comparatif. Cela se retrouve dans la description des décors et des divers personnages auxquels le héros est confronté. Numa est un jeune garçon en souffrance qui pense avoir tué sa meilleure amie (ou son amoureuse, j’avais compris qu’ils étaient en couple mais la quatrième de couverture de l’éditeur me met le doute…). Accusé par les parents de celle-ci, il s’enfuit dans la forêt où il se perd, jusqu’à tomber sur le Corbu, une créature à l’allure improbable. De cette rencontre découlera l’arrivée de Numa dans la Demeure sens dessus dessous, domaine de Dame Résilience.

Cet endroit semble être une sorte de havre où plusieurs personnages jeunes adolescents tentent de résoudre leurs troubles, d’exorciser leurs démons intérieurs. Bien entendu, cet univers n’existe pas dans notre réalité mais bien à part et il est menacé par Dame Mélancolie, la sœur de Dame Résilience. Chacun/e des pensionnaires possède une pièce qui s’accorde à ce qu’ils sont et se modifie en profondeur en fonction de ce qui les hante. Ils s’entraident, chacun pouvant devenir la clé de la guérison de l’autre. Mina traite ainsi de la manière dont on peut guérir ses tourments en s’ouvrant aux autres, en dialoguant et en acceptant la douleur plutôt qu’en la repoussant. Ce sont des messages vraiment forts qui me parlent bien. Toutefois, je me demande si le public cible y serait vraiment réceptif ? J’ai un peu de mal à me projeter pour répondre à cette question, je suppose que ça dépendra de la sensibilité des enfants.

Divers personnages très originaux prennent vie sous la plume de Mina, des adolescents qui vont s’unir pour sauver Numa et combattre le sbire de Dame Mélancolie, le terrible Bile Noire. Sur une petite centaine de pages, l’autrice propose une belle histoire avec une plume très poétique qui se marie à merveille avec les dessins de l’ouvrage. Voilà encore un titre tout à fait recommandable pour cette collection atypique !

D’autres avis : Le monde d’ElhyandraLivraisons LittérairesThe notebook 14La bibliothèque d’Aelinel – vous ?

Vers les étoiles – Mary Robinette Kowal

2
Vers les étoiles
est un roman de science-fiction écrit par l’autrice américaine Mary Robinette Kowal. Publié par Denoël dans sa collection Lunes d’encre, vous trouverez ce texte partout en librairie au prix de 24 euros.
Un tout grand merci à Un papillon dans la lune pour m’avoir offert ce roman à l’issue d’un concours !

Petite précision : il a été porté à ma connaissance que ce texte s’inscrit dans une série d’autres (dont le recueil Lady Astronaut publié par Folio) mais aucune mention de tomaison n’étant présente, je considère qu’il peut se lire de manière indépendante et donc j’en ai parlé comme d’un one-shot. Cette affirmation sera vouée à évoluer en fonction de la traduction ou pas de la suite par l’éditeur mais ça me semblait intéressant de le préciser.

De quoi ça parle ?
En 1952, une météorite s’écrase au large de Washington, dévastant la côte Est des États-Unis dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres. Elma et son mari Nathaniel en réchappent par chance puisqu’ils se trouvaient en congé à ce moment-là, loin de la capitale où ils résident normalement. Elma est une ancienne pilote de l’unité WASP durant la seconde guerre mondiale ainsi qu’une génie des maths. Son mari, lui, est ingénieur spatial. Ils vont donc prêter main forte à ce qui reste de gouvernement américain et découvrir qu’outre les conséquences dramatiques immédiates, cette météorite va entrainer des changements climatiques radicaux qui ne laissent qu’une seule option à l’espèce humaine : coloniser l’espace. 

À la frontière des genres
Ce roman se place à la frontière de plusieurs genres littéraires et je vais laisser le Grand Serpent vous détailler les termes exacts à utiliser (il vous faudra donc lire sa chronique 😉 ). Je dois commencer par dire qu’on se trouve dans une uchronie puisqu’un évènement (ici la chute de la météorite) change radicalement le cours de l’Histoire telle que nous la connaissons. Cette météorite provoque un début de « fin du monde » et amorce une forme d’apocalypse puisque sa chute va rendre petit à petit la planète inhabitable. Et pour cause, puisque la vapeur envoyée dans l’atmosphère au moment de l’impact va entrainer un réchauffement climatique radical en l’espace d’une dizaine d’années. Elma s’en rend rapidement compte via une série de calculs et c’est cette base qui va sonner le départ du roman. 

C’est également un texte axé sur la science et l’exploitation de concepts scientifiques. Ma formation ne me permet pas de dire si tout y est correct ou pas (je vous laisse lire la chronique de personnes plus expertes que moi là-dessus) mais, sauf erreur de ma part, ça peut classer ce roman dans la « light hard sf » parce que les éléments scientifiques restent malgré tout plutôt accessibles, détaillé avec un côté presque pédagogique.

De plus, Vers les étoiles se veut un roman social et féministe car il aborde toute une série de thématiques (le statut de la femme, l’inclusion des personnes de couleur) sur lesquelles je vais revenir en profondeur plus bas dans ce billet. C’est donc un roman d’une grande richesse qui se place à la frontière des genres et des publics. 

Une richesse thématique qui laisse pantois. 
Mary Robinette Kowal écrit à la première personne, du point de vue d’Elma York, docteur en physique, génie des maths mais également juive, femme mariée et pilote. Son profil détonne déjà dans l’époque où elle évolue et permet d’aborder les fameuses thématiques sociales évoquées plus tôt. En effet, si son mari est un homme charmant et pas du tout sexiste, ce n’est pas le cas d’autres hommes qui remettent sans arrêt ses compétences en doute, pas tant sur un plan mathématique que sur celui de ses exploits de guerre ou de pilote. On se rend rapidement compte que si certains la voient comme une petite chose fragile à protéger (parce que c’est une femme donc elle est fragile, logique… #ironie) d’autres ne considèrent même pas son intelligence, uniquement à cause de son sexe. Si les choses ont un peu évolué depuis jusqu’au 21e siècle, Vers les étoiles reste hélas assez moderne sur la question, notamment celle du sexisme ordinaire.

Mais pas que ! On y aborde aussi la discrimination raciale qui causait encore des ravages aux États-Unis dans les années cinquante. Un racisme qui reste lui aussi d’une dérangeante modernité, quand on y pense… Il suffit de voir tout ce qui se passait là-bas sous la présidence de Trump. En effet, si les femmes sont dépréciées, que dire des personnes de couleur à qui on n’offre même pas assistance après la catastrophe ? La prise de conscience d’Elma de ce racisme qu’elle ne remarquait même pas jusqu’ici accompagne celle du lecteur avec brio. Cela vient par petites touches et ce combat se rajoute à celui des femmes puisqu’Elma va rencontrer plusieurs pilotes de sexe féminin ET afro-américaines. Des femmes très compétentes en tant que pilote mais à qui on dénie même le droit de postuler pour devenir astronaute. Pas frontalement, bien entendu. Toutefois, les présélectionnées sont toutes Blanches et une fois qu’Elma commence à le remarquer, la discrimination systématique saute aux yeux. 

Le traitement de ces thèmes et l’évolution de ceux-ci sont présents au cœur du roman et accompagnent l’intrigue en elle-même qui est celle du combat d’une femme pour le droit à se rendre dans l’espace. On pourrait craindre des longueurs et un trop plein d’introspection mais ce n’est pas le cas. L’autrice gère très bien les différents éléments constitutifs de son univers, si bien qu’on ne s’ennuie pas une seconde. 

Pour ne rien gâcher, chaque chapitre est surmonté d’un extrait de journal qui fait le point sur la situation à un endroit du monde ou montre de quelle manière la presse aborde tel ou tel sujet (et c’est le retour du sexisme / racisme ordinaire !). L’autrice explique dans sa note historique que la plupart de ces extraits sont très réels et même si elle en a réadapté certains à la situation, c’est loin d’être le cas pour la majorité. Et franchement, vu le ton employé envers les femmes ou les personnes de couleur, ça fait froid dans le dos. 

Elma York, héroïne malgré elle
Elma est la Lady Astronaut, celle qui se retrouve sur le devant de la scène sans le vouloir et va devoir assumer cette pression médiatique. Son intelligence et ses compétences ne l’empêchent pas de souffrir d’anxiété chronique, jusqu’à l’en rendre malade (elle vomit quand elle est trop stressée, c’est pas super pratique quand les journalistes sont sans arrêt sur son dos…) ce qui la montre comme étant très humaine, avec ses forces et ses faiblesses. J’ai trouvé son personnage vraiment nuancé, bien travaillé. On a d’un côté une femme qui se bat pour la cause féminine mais est mariée, se préoccupe du travail de son mari, le soutient en tout, avec une mentalité très « années cinquante » à sa manière, sans l’aspect soumis. Et il le lui rend bien. Nathaniel est un homme adorable, qui a lui aussi ses failles mais qui croit toujours en sa femme et ne l’empêche jamais de mener à bien ses projets. Au contraire, il la soutient et c’est vraiment agréable de suivre un couple comme eux, unis, sains dans leurs échanges. Mes tendances défaitistes font que je les trouve même un poil idéalisés sur ce plan mais au fond, ça ne fait de mal à personne. Au contraire !

La conclusion de l’ombre :
Vers les étoiles est un roman de science-fiction à la frontière des genres. Mary Robinette Kowal raconte à la première personne l’histoire d’Elma York, une femme pilote et génie des maths qui se bat contre la discrimination des 50′ afin de participer à la colonisation spatiale. Ce texte très humain est un régal à découvrir, je le recommande chaudement au plus grand nombre ! Et ce que vous aimiez ou non la SF parce que, pour ne rien gâcher, il est vraiment très accessible en tant qu’uchronie spatiale. 

D’autres avis : Le Culte d’Apophis – L’Épaule d’Orion – Albédo – Les lectures du Maki – Le Dragon Galactique –  Un papillon dans la luneLes blablas de TachanAu pays des cave Trolls – vous ?

Bpocalypse – Ariel Holzl

1
Bpocalypse
est un one-shot young adult post-apocalyptique écrit par l’auteur français Ariel Holzl. Publié à l’école des loisirs dans sa collection Médium+, vous trouverez ce roman partout en librairie au prix de 17 euros.

Je vous ai déjà régulièrement parlé de cet auteur puisque j’ai lu tous ses romans publiés jusqu’ici et chaque découverte a été un enchantement. Vous pouvez retrouver mes différentes chroniques sous le tag « ariel holzl » !

De quoi ça parle ?
Il y a huit ans, l’apocalypse a eu lieu. L’histoire prend place à Concordia, aux États-Unis, et suit Sam, une adolescente de quinze ans qui se rend au lycée plutôt bien équipée : batte, talismans, couteau… Il n’en faut pas moins pour affronter cette ville post-apocalyptique, ses quartiers dangereux et ses créatures mutantes.
L’intrigue commence quand la quarantaine est levée sur l’ancien parc public, permettant à ceux qui s’y étaient retrouvés coincés d’en sortir et de rejoindre la population. Problème : ils ont muté et entre leurs dents pointues, leurs yeux rouges et leur peau pâle, personne n’a envie de se lier d’amitié avec les jumeaux originaires du parc qui débarquent au lycée… Au contraire ! Les moqueries sont légions mais ceux qui les ennuient subissent tous des accidents plus ou moins violents. Sam décide d’enquêter pour faire la lumière sur ces histoires.

Un univers post-apocalyptique extrêmement riche.
Vous le savez peut être si vous suivez le blog avec attention mais je lis assez peu de post-apo parce que ce genre littéraire ne me séduit pas du tout. On y retrouve régulièrement le même genre de codes et d’esthétique qui me hérissent parce que ce n’est pas ce que je recherche en littérature. Si ce roman n’avait pas été écrit par Ariel Holzl, je ne l’aurais certainement pas acheté. Et j’ai eu raison de me fier à la magie des mots de cet auteur talentueux… qui en arrivait à me faire oublier mon aversion pour ce genre littéraire.

Magie des mots donc au service d’une originalité remarquable. Ariel Holzl ne se contente pas d’écrire dans l’univers post-apocalyptique : il le réinvente. Une météorite est tombée sur le monde, certains fragments ont frappé Concordia, ce qui a donné lieu à plusieurs phénomènes. Déjà, les animaux ont muté, parfois par des croisements, parfois autrement, ce qui donne un bestiaire très riche. Ensuite, des phénomènes étranges se sont produits : certains quartiers ont été totalement gelés, certains habitants sont devenus des zombies, d’autres ont subi des mutations différentes à l’instar de ceux du parc. Quant aux morts, certains ont été enfermés dans le réseau électrique, provoquant l’apparition d’une nouvelle profession, celle d’élecromancien (électricité + nécromancien !). Comme l’argent n’a plus la moindre valeur, on paie avec des CD et des DVD, du coup le vidéoclub est devenu une banque et nécessite la protection de miliciens privés. D’autres métiers ont émergé, avec des buts bien précis : délimiter les zones dangereuses, récolter des plantes, effectuer des recherches ésotériques sur les différents phénomènes induis par l’apocalypse… Bref, j’avais davantage le sentiment d’être dans un autre monde plutôt que dans un après le nôtre et ça m’a vraiment bien plu.

Comme toujours, Ariel Holzl prend soin des détails et rend son univers vivant, tangible. Je n’ai eu aucun mal à m’y plonger ni à me sentir intéressée par toutes les merveilles qu’il renferme. Si on ne devait retenir qu’une seule qualité à cet auteur (qui en a de très nombreuses au demeurant) c’est vraiment celle de son imagination foisonnante.

Samsara, une ado en colère.
Même si le roman est écrit à la troisième personne, la narration reste toujours focalisée sur Samsara, une adolescente d’origine indienne qui a vu son père (un policier) mourir sous ses yeux durant l’apocalypse, justement dévoré par une araignée géante sortie du parc dont on lève la quarantaine au début du roman… Son rêve est de rejoindre la milice pour « casser du mutant » mais cela exige de réussir certaines épreuves difficiles avec un certain niveau de résultats. Comme de juste, Sam est pleine de colère même si elle essaie de la contrôler. Elle vit seule avec sa mère dans un immeuble hanté par un fantôme qui gère leur électricité et se rend à l’école en vélo. Là-bas, elle retrouve ses deux meilleurs amis : Yvette et Danny. Danny est le fils du chef des électromanciens. Quant à Yvette, elle vient d’un quartier sorti de quarantaine quelques années plus tôt seulement, un genre de bayou qui m’a donné un peu une impression de s’inspirer de la Louisiane tant par son climat que par son folklore.

En tant qu’héroïne, j’ai trouvé Sam très intéressante à suivre car elle ressemble vraiment à une ado, avec ce que ça implique de positif comme de négatif. Elle est bornée, butée, par moment égoïste même si elle se rend compte de ses erreurs et de ses égarements. Je l’ai aussi trouvée très résiliente face aux situations qu’elle a pu vivre et la violence qu’elle porte en elle ne manque pas d’intérêt non plus car elle va longtemps marcher sur le fil. J’ai adoré la suivre même si je n’ai pas toujours été en phase avec ses réflexions et ses choix. Je n’ai eu aucun souci à m’intéresser à elle, à ses états d’âme, ce qui est la marque, je trouve, d’un bon personnage. De plus, elle a un petit côté brute de décoffrage avec une pointe d’humour noir qui fait mouche chez moi.

Sam n’est pas la seule à avoir un réel intérêt : ses deux meilleurs amis sont également consistants et dotés d’une vraie personnalité, en plus d’une galerie de personnages secondaires assez haut en couleur. C’est une autre qualité qu’on retrouve systématiquement dans les romans d’Ariel Holzl, ce soin apporté à ses protagonistes.

Des messages forts : diversité et tolérance
La diversité et la tolérance sont les principaux messages présents au cœur du roman sans que ça ne soit abordé frontalement. Je trouve que c’est la manière la plus efficace de l’amener, d’ailleurs, car ça renforce le propos. Samsara est d’origine indienne et pas très féminine. Yvette semble venir d’une famille afro-américaine et sort avec une de leurs camarades de classe. Quant à Danny, il est le seul à offrir son amitié aux jumeaux et à accepter d’avoir une ouverture d’esprit suffisante pour les comprendre. Une partie de l’intrigue tourne d’ailleurs autour de l’intolérance que ressent la population envers les mutants, une intolérance de groupe, d’office, pour tout un ensemble d’individus pourtant très différents les uns des autres. On se rend compte que beaucoup de morts et de souffrance auraient pu être évités si seulement les gens avaient accepté de regarder plus loin que le bout de leur nez…

Nous sommes donc sur des thèmes résolument modernes quoi que classiques, mais si bien abordés que ça ne laisse pas indifférent.

La conclusion de l’ombre :
Bpocalypse est un roman post-apocalyptique qui porte la patte littéraire si reconnaissable de son auteur : bourré d’originalité, d’humour (noir), avec des personnages solides et de beaux messages sur la tolérance. Le tout avec une intrigue dynamique, addictive, qui fait que les pages se tournent sans qu’on s’en rende compte. Moi qui ne suis pas très fan de ce genre littéraire, j’ai adoré ce one-shot dévoré en moins de deux jours et je vous le recommande très chaudement. Tout comme le reste de la bibliographie de l’auteur, d’ailleurs.

D’autres avis : Les pages qui tournentUn bouquin sinon rienLes blablas de TachanEncres et calamesL’univers d’Ulfin – vous ?

Eriophora – Peter Watts

7
Eriophora
est un roman de science-fiction écrit par l’auteur canadien Peter Watts. Publié par Le Bélial, vous trouverez ce roman partout en librairie au prix de 18,9 euros.

De quoi ça parle ?
Trente mille personnes voyagent depuis des millions d’années à bord du vaisseau (organique ?) Eriophora. Leur job ? Assister l’IA de bord dans la création de divers portails à travers l’espace. Mais la mission ne semble pas avoir de date de fin…

Si vous me suivez sur Twitter, vous avez peut-être lu mon court tweet plein d’autodérision qui se désespérait un peu de n’avoir pas tout compris à ce roman. Pourquoi donc le chroniquer, demanderez-vous à juste titre ? Déjà parce que j’ai quand même compris ce que je pense être l’aspect humain d’Eriophora mais aussi parce qu’il me semble important de parler de textes de ce genre à des lecteurs qui, comme moi, sont novices en (hard?) science-fiction et essaient de s’y mettre. Si je me suis lancée sur celui-ci plutôt que sur un autre c’est parce que certains blogpotes ont qualifié ce roman de « light hard sf », sous entendu : davantage accessible. Après quelques discussions, je comprends qu’ils voulaient dire « plus accessible par rapport au reste de la bibliographie de l’auteur » et non au sein du genre en lui-même. Bref, je pense qu’on ne partage pas tous la même échelle d’accessibilité et ça me parait important de le rappeler, de nuancer aussi ce qui a pu être écrit chez des personnes bien plus calées que moi dans le domaine. Je compte donc sur votre indulgence à la lecture de ce billet qui n’a certainement pas pour ambition de déprécier le texte de Peter Watts ni la maison d’édition, au contraire. Je souhaite simplement partager ma petite aventure de novice avec ce roman.

J’en profite d’ailleurs pour vous conseiller la lecture du guide d’Apophis pour débuter en hard-sf si, comme moi, vous avez envie de vous pencher sur ce genre sans savoir par quel bout le prendre !

Je dois également préciser qu’une partie de mon incompréhension vient (peut-être ?) du fait que ce texte s’inscrit dans la continuité de trois nouvelles publiées dans un recueil du Bélial (Au-delà du gouffre). Il s’agit, si j’ai bien saisi, du même univers. Ces nouvelles apportent (peut-être ?) un éclairage autre ou des notions importantes pour comprendre l’aspect plus scientifique du texte. Toutefois, ce n’est précisé nulle part. 

Light hard sf pas si light que ça…
Si j’ai bien saisi le côté humain du roman et de l’intrigue sur lequel je vais revenir plus bas, je dois avouer m’être complètement perdue dans l’aspect technologique et dans les réalisations scientifiques expliquées au sein d’Eriophora. Comme je ne comprenais pas ces éléments, j’avais du mal à me plonger dans le texte puisque je passais trop de temps à m’interroger sur le pourquoi du comment. Ce n’est qu’en laissant totalement tomber cet aspect que j’ai pu me concentrer sur Sunday et ce à quoi elle était confrontée. Je vais évoquer ces aspects hard-sf dans les paragraphes suivants pour vous dresser un bref panorama de l’ensemble.

Le vaisseau Eriophora a quitté la Terre il y a plusieurs millions d’années avec trente mille personnes à son bord et une mission : créer des portails pour, si j’ai bien compris, permettre à l’humanité d’ensuite voyager au travers. D’emblée, la narratrice (prénommée Sunday) explique que les humains voyagent gelés, comme morts, et sont ramenés à la vie par Chimp (l’IA) au bout de x temps quand celle-ci pense avoir besoin d’un œil humain pour régler un problème. Il y a six cent tribus différentes au sein de l’Eriophora, qui ne se côtoient pas ou presque puisque seuls quelques uns sont ramenés à la vie au même moment, en fonction de leurs compétences. À ce stade, je dois préciser que le temps passe à une vitesse folle pendant toute la durée du livre. Ça se compte en millions d’années parfois entre deux chapitres et ça donne un peu le tournis.

La narratrice évoque aussi des voyages spatio-temporels, en parlant de machine à remonter le temps, etc. dans son introduction et elle m’avait déjà perdue à ce stade là parce que je ne saisissais pas les liens avec leur mission ni les explications qui viennent après. Voyager dans l’espace, d’accord. Rester en stase pendant longtemps (et donc théoriquement avoir une plus longue durée de vie même si la durée de conscience ne change pas) d’accord. Mais que vient faire cette histoire de temps là-dedans ? Comment est-ce qu’on remonte le temps en voyageant dans l’espace ? Je pense qu’elle donnait dans la métaphore mais je n’ai toujours aucune certitude… Et même les chroniques éclairées de certains amateurs spécialistes n’ont pas aidé là-dessus. 

Je me dis que ce flou participe peut-être à l’effet du roman car les humains du vaisseau n’ont pas tous l’air de savoir si / quand la mission doit prendre fin ni ce que ça peut impliquer. Du coup, l’auteur cherche peut-être à cantonner son lecteur au même sentiment qu’une partie de l’équipage ? Mystère. Ce n’est pas ce qui ressort des chroniques que j’ai pu lire en tout cas. 

L’humain et l’IA, une histoire d’esclavage moderne.
Voilà la partie perceptible pour moi novice. Le vaisseau est géré par une IA appelée Chimp avec parfois un déterminant devant (le Chimp) qui est qualifiée d’IA « stupide » et les explications du pourquoi mettre une IA inférieure dans une mission comme celles là m’ont aussi parues un peu en dehors de ma portée. Mais ce n’est pas très grave car ça n’empêche pas de comprendre les soucis principaux. D’une part, le Chimp refuse tout retour sur Terre sans recevoir un signal dans ce sens de leur part. Mais et si l’humanité était éteinte et avait laissé place à autre chose? Un scénario possible mais que l’IA n’envisage pas (encore ?) pour une raison qui m’échappe aussi. De plus, la mission ne devait en théorie pas durer autant ni se passer « aussi bien » ce qui implique pas mal de choses au niveau de la gestion de l’élément humain que je ne vais pas développer pour laisser quand même une part de mystère dans ce déjà trop long billet. Les soucis posés par les actions de Chimp sur l’équipage ne sautent pas tout de suite aux yeux mais une fois que les explications arrivent, tout s’éclaire et une forme de résistance / révolte s’organise pour justement libérer les humains du vaisseau de la dépendance à l’IA et des choix qu’elle est amenée à faire pour eux.

J’ai eu du mal à adhérer à la logique sous-jacente de cette résistance humaine vu leur situation. Déjà parce que, si j’ai bien compris, ces personnes sont des engagés volontaires qui savaient (normalement ?) dans quoi ils mettaient les pieds ou en tout cas, qui ont été formés pour. C’est vrai que par moment, Sunday évoque une enfance, une formation qui aurait commencé autour de leur septième année d’existence, donc c’est un peu flou. Difficile de dire s’il s’agit d’endoctrinement ou pas et ce paradigme a quand même son importance pour saisir les enjeux du texte et les décisions des personnages, je trouve. C’est donc dommage qu’il ne soit jamais explicitement dit de quoi il en retourne. Outre cela, je pense avoir compris qu’ils espéraient tous une date de retour et que le fait qu’elle ne semble pas se dessiner à l’horizon pose un souci majeur. Ça, ma foi, oui, je crois que je serais dans le même état d’esprit à leur place. De là à prendre une décision pareille avec les conséquences que cela implique, j’ai du mal à saisir la logique. Et Sunday aussi, au début. D’ailleurs, quand elle pose la question, on lui rétorque qu’ils auront tout le temps de décider après coup quoi faire de leur liberté mais en attendant, ils sont quand même coincés quelque part dans l’espace, totalement dépendants de cette IA qui répond à des protocoles obscurs et qui semble parfois proche d’une forme de conscience ou d’humanité, ce qu’on ressent via certains souvenirs de Sunday. Chimp est-il si stupide que ça ? Qu’ils souhaitent rentrer sur Terre, je le comprends et qu’ils agissent dans ce but aussi. Mais pas en prenant ce genre de décision, ça ressemble davantage à une forme de suicide, de tentative désespérée pour reprendre un bref contrôle sur leur vie. 

Je saisis bien ici la mise en avant du paradoxe humain dans toute sa splendeur mais franchement, difficile de s’attacher à leur combat puisqu’ils vont droit dans le mur (ce qui rentre en plein dans ce fameux paradoxe) selon moi et ce que j’ai compris encore une fois. Sans compter que je n’ai pas saisi le dénouement final qui ne répond pas aux questions centrales comme par exemple, que devient l’équipage après cet évènement ? Est-ce une fin ouverte ou y aura-t-il une suite ? J’opte plutôt pour la première solution car si une suite avait été annoncée, le Bélial aurait mentionné une tomaison, ce qui n’est pas le cas. Si j’aime les fins ouvertes, j’apprécie quand même d’avoir la réponse à certains des enjeux mis en place dans le roman, surtout les enjeux centraux, ce qui n’est pas le cas actuellement. Trop de points d’interrogation donc…

Un texte dans le texte.
Les lecteurs attentifs remarqueront que l’ouvrage contient des lettres rouges qui apparaissent dans le texte pour former un message. J’ai pris soin de les noter et je me demande si je n’en ai pas loupé quelques unes au passage ou si les fautes sont là exprès. Mystère… En tout cas, je pensais que ce message aiderait à m’éclairer sur la signification finale du texte mais… Non. Ou alors, encore une fois, je suis passée tellement à côté que je me suis carrément trompée de portail, allez savoir ! Pour autant, je tenais à saluer le travail éditorial sur ce point car même si ça n’a pas aidé à ma compréhension du roman, je trouve l’initiative vraiment ludique. Sans parler de la magnifique couverture signée Manchu ou des chapitres illustrés. C’est un bel objet-livre. 

La conclusion de l’ombre : 
Si Eriophora est un roman de hard-sf centré sur l’humain, une partie de ses éléments me demeurent obscurs au point de laisser de trop grosses interrogations pour que je puisse vraiment dire que j’ai apprécié ma lecture. Si j’ai trouvé le propos intéressant sur un plan humain, je ressors très frustrée de cette lecture qui n’est pas, comme j’ai pu le lire ailleurs, à la portée de novices en hard-sf. Peut-être est-elle plus accessible que d’autres livres de l’auteur, je n’en doute pas, hélas pas suffisamment pour moi. Qui sait, j’y reviendrai une fois mon bagage en science-fiction meilleur et l’apprécierai probablement davantage à ce moment là ! D’ici là, je recommande plutôt ce roman aux lecteurs qui connaissent déjà Watts ou qui savent à quoi s’attendre sur un plan plus scientifique. 

D’autres avis : Le culte d’ApophisL’épaule d’OrionGromovarLes lectures du MakiAlbédoLes blablas de Tachan – vous ?