#PLIB2020 : mon vote final & une fin d’aventure pour moi

Bonjour à tous !

Si vous suivez le blog depuis quelques mois, vous savez que j’ai eu le plaisir d’appartenir à l’aventure du #PLIB pendant deux années : en 2019 et en 2020. Aujourd’hui, je vous propose un petit article pour vous parler de mon vote final (puisque les votes s’achevaient hier) et vous évoquer mon avenir (ou plutôt son absence) au sein de ce prix.

logo_plib_2020
Mon vote final
Pour rappel, voici mes chroniques au sujet des cinq finalistes : Mers Mortes d’Aurélie Wellenstein – Les brumes de Cendrelune de Georgia Caldera – Félines de Stéphane Servant – La Cité des Chimères de Vania Prates et Je suis fille de rage de Jean-Laurent Del Socorro.

Cette session du PLIB a été assez pénible pour moi puisque parmi les finalistes, seulement deux titres sur les cinq m’attiraient. Après leur lecture, je suis d’autant plus déçue que certains autres romans n’aient pas été plus loin (cf mon débriefing sur les 20 sélectionnés) parce qu’ils possédaient des qualités bien supérieures à au moins trois des finalistes, selon moi. C’est le jeu, me direz-vous ! Et vous avez raison. Toutefois, j’ai abandonné deux lectures : La Cité des Chimères parce que je n’arrivais pas à m’intéresser à l’histoire et Félines parce que la lecture du roman m’a vraiment mise en colère pour tout un tas de raisons que je détaille dans l’article dédié. Je trouve ça assez choquant même si, vous le savez, l’année 2020 m’a vu multiplier les abandons littéraires…

Il me restait donc à choisir entre Mers Mortes, Cendrelune et Je suis fille de rage. Cendrelune a vite été écarté parce que même si la lecture a été plus chouette que ce que j’attendais, elle n’arrivait pas à la hauteur (du tout) des deux autres. Ça s’est, pour moi, vraiment joué entre Mers Mortes et Je suis fille de rage

8
J’ai finalement opté pour ce dernier texte. Je sais que certains trouvent qu’il n’a pas sa place dans un prix de l’imaginaire puisque la dose de fantastique présente est minime mais pour moi, c’est le roman le plus riche, le mieux écrit et le plus abouti que j’ai pu lire pour le prix. Mers Mortes a de nombreuses qualités également mais Je suis fille de rage a le courage de proposer quelque chose de différent par rapport à ce qu’on peut lire, renforcé par le talent qu’on connait à l’auteur. J’ai donc décidé de voter pour lui même si je doute qu’il l’emporte, hélas trois fois hélas. Mais bon, qui sait, il peut y avoir des surprises !

La fin d’une aventure.
J’en parlais déjà dans mon article défouloir sur Félines mais j’ai désormais pris la décision définitive de ne pas poursuivre l’aventure du PLIB en 2021. Les raisons sont multiples à cela et je vais tâcher de les exposer avec honnêteté.

La première c’est que j’ai un roman qui vient de sortir (Clément Coudpel contre les spectres de Samain) que j’espère voir aller loin dans ce prix. L’espoir fait vivre, je sais mais si on n’essaie pas, on n’a jamais rien ! Il existe bien entendu des règles pour les jurés qui sont également auteurices mais ça me met quand même mal à l’aise d’avoir une double casquette d’autant que si le roman va au delà des présélections, il est possible que l’intégrité du prix soit remise en cause. Vous allez me traiter de paranoïaque mais il ne se passe pas toujours de très belles choses dans le milieu littéraire, malheureusement. Je le sais pour l’avoir vécu. De mon point de vue, mieux vaut prévenir que guérir d’autant que je trouve que l’organisation a déjà suffisamment à gérer comme ça.

La seconde c’est que, dans l’ensemble, j’ai le sentiment que les goûts des membres du jury ne s’accordent pas / plus vraiment avec les miens. Que, pour la majorité, nous n’avons pas des attentes semblables sur la littérature. Pourtant, je lis énormément de romans qui se retrouvent dans les présélections mais ils ne vont jamais suffisamment loin, à quelques exceptions, pour que je puisse les défendre ou m’en réjouir. Cette session a été plus que flagrante sur le sujet et je tiens à préciser que ce n’est pas une critique envers le prix ou envers les goûts des autres jurés. C’est simplement que je ne m’y retrouve plus et ça me déçoit chaque fois de voir des pépites passer à la trappe. Je comprends qu’il soit compliqué d’imposer la lecture de plus de cinq romans à des gens mais les cinq finalistes sont souvent sélectionnés sur base des couvertures, des résumés, pas du texte en lui-même. Un peu comme en librairie, me direz-vous. C’est vrai ! Mais ça me frustre quand même énormément et j’ai du mal à le gérer.

Enfin, dernière raison: je n’arrive pas à m’intéresser aux animations et aux défis préparés par le staff. Je trouve génial l’investissement de l’équipe pour animer ce prix sauf que la sauce ne prend pas avec moi. C’est une question de goûts personnels, pourtant j’ai vraiment essayé au début sauf que j’ai perdu le fil et je me sens déconnectée. Ce qui est une aventure collective intense pour beaucoup est au final quelque chose d’assez solitaire pour moi. Je le vis dans mon coin, ça ne change rien à ma manière d’aborder le blog ou de mettre en avant la littérature que j’aime donc… voilà. Je pense que cette équipe enthousiaste mérite des jurés qui sont davantage au taquet.

Je prends donc mes distances pour l’année 2021 afin de voir un peu concrètement si l’aventure me manque et comment va se passer cette nouvelle édition. Je remercie l’équipe du PLIB pour son légendaire investissement et pour l’organisation de ce prix ! Je souhaite également bon courage à tous les membres du jury, puissiez-vous passer de bons moments avec vos lectures ♥

tumblr_m7mzlkmwrR1ruwi4no1_500

49 réflexions sur “#PLIB2020 : mon vote final & une fin d’aventure pour moi

  1. J’ai clairement le sentiment que ce prix est un prix YA. Et, ce n’est pas péjoratif, loin de là. Car le YA est une excellente porte d’entrée vers la SFFF plus mature.
    Je n’ai pas voulu participer pour les raisons que tu cites.

    Et je comprends que tu prennes cette décision.

    • Merci pour ton commentaire bienveillant ! Ce sentiment est partagé par beaucoup alors même que les orga poussent à voter avec plus de diversités dans leurs vidéos et communication interne. Mais bon, elles ne contrôlent pas les goûts des jurés et c’est très frustrant quand on est dedans. Regarde cette année on se retrouve avec 4 YA distopiques en finale même si ce sont des textes différents les uns des autres c’est déjà un genre que j’aime pas plus que ça la distopie et c’est super à la mode 😅 bref je vais pas revenir sur tout ça mais je ne me sens pas de revivre une année semblable.

  2. Je suis un peu dans le même état que Sometimes a book, très peinée avec les larmes aux yeux. Certains sauront pourquoi.

    Alors je vais écrire un long message. Ceux qui le prennent mal, veuillez m’en excuser. Vous le prendrez aussi bien que moi pour vos avis.

    Qu’est ce que le YA ou l’adulte ? Pourquoi ne faisons nous pas de distinction ?

    Ceux qui sont jurés pourront le confirmer. Nous faisons une vidéo pour demander aux jurés d’élargir les champs d’horizon et de faire leur vote selon une grande ouverture d’esprit. De ne pas choisir uniquement les livres qui sont très marketing, trop jolies de la couv. De faire un mixe et d’être équitable pour le YA et l’adulte. De faire des efforts aussi niveau genre mxm ou autres romans variés. Mais nous ne dictons pas les choix aux jurés. Nous ne décidons pas en amont de qui aura le droit d’être dans le prix. (pas comme beaucoup d’autres prix littéraire)

    A la différence de d’autres prix où majoritairement se sont les Maisons d’Edition qui proposent les titres qui doivent être dans le prix, puis les membres du jury (parfois un petit comité décisionnaire) choisi 5 romans et ensuite les jurés votent parmi les 5 romans un gagnant (pas toujours lu en plus) .

    Le Plib laisse une visibilité aux livres de la SFFF francophone grâce à un an d’engagement des jurés, des interviews organisées, des Lives avec les auteurs, des rencontres avec eux et des négociations pour obtenir les Ebooks. Les livres sont mis en avant, avant la présélection, pendant les présélections puis les sélections. Les étapes de votes sont faites entièrement par les Jurés.

    Choisir un juré parce qu’il lit de la SFFF adulte ou YA ? Comment le déterminer ? Je dois sélectionner sur quel critère ? Nous laissons aussi les lecteurs découvrir des livres qu’ils n’auraient jamais lu et donc une possibilité de sortir de sa zone de confort. Choisir des lecteurs Adulte et des YA. Je n’ai pas la possibilité moral, physique, de temps pour couper le prix en plusieurs prix parce que nous bossons 365 jours par an sur le prix pour réaliser toutes les actions que nous faisons.

    Je suis fille de rage ne gagnera peut-être pas, mais déjà l’auteur est heureux de voir qu’un livre comme lui a été autant lu et aussi visible (avis négatif ou non). Je suis pas convaincue que le retour sur son livre soit mauvais et l’important en tout cas c’est la mise en avant de son oeuvre. Les abandons sont aussi liés au sujet du livre. En attendant le livre a été beaucoup vendu, et ça, ça n’a pas de prix pour l’auteur et l’éditeur.

    Je rappelle que Comment le dire à la nuit et La fille qui tressait les nuages de l’année dernière ne sont pas des YA. Les seigneurs de Bohen a perdu à UNE VOIX avec Les soeurs Carmines.

    Le travail de communication de beaucoup de ME du genre SFFF adulte ne font pas une extraordinaire com auprès de la communauté des lecteurs. Ils restent aussi sur leur communauté de lecteurs. Ouvrir le champ des horizons n’est pas une force chez eux. On le voit parfaitement sur les RS et notre prix regroupe des influenceurs. Clairement le souci est aussi au niveau de la communication des ME. Vous pouvez aller voir sur les RS. Qui a comprit que la Com passe par les RS pour les livres ? Le YA.

    Un autre point est l’offre des ebooks et autres reconnaissances. Certains ici (je ne dirais pas qui) disent que nous devrions faire des partenariats. Je crois que vous n’imaginez pas comment le monde du livre est en coulisse. Le nombre d’emails, d’appels, de rencontres physiques et de déplacements sur nos frais persos pour obtenir un minimum voire parfois du mépris. Le manque de prise au sérieux justement parce que soit disant trop YA, mais ce sont les même ME qui n’offrent rien et ne s’intéressent pas aux jurés quand ils se déplacent en salon pour aller les voir et parler avec eux. Quand les ME ne jouent pas le jeu et n’apporte pas les livres sélectionnés sur les stands parce que même si nous leur avons dit prenez des exemplaires en plus des jurés viendront acheter, ils ne le font pas. Alors le résultat est simple ceux qui nous considèrent et qui nous offrent les ebooks ils sont lus et chroniqués (Critics cette année a été beaucoup lu, ils ont offerts les ebooks), et plus visibles aussi auprès de tous les lecteurs sur les RS. Lors que j’entends que des jurés me disent qu’ils sont allés dans des salons pour parler du PLIB et dire ce qu’ils pensent du roman mais que des auteurs ou des ME les prennent de hauts… Le sentiment de tristesse du juré restera en lui un long moment.

    Il y a multitude de raisons qui font que. Il y a des situations et des résultats qui ne sont pas de notre fait. Si vous prenez une petite ME (je dirais pas le nom) qui a toujours été sponsor alors que ses livres ne sont jamais dans les 20 sélectionnés mais qui malgré la crise financière qu’ils subissent nous offre encore des livres en papier parce que la communication que nous réalisons derrière leur apportent un Enorme avantage et qu’ils sont heureux que nous existions pour sortir des prix existants. Le plib est le responsable officiellement mais pas officieusement. On se retrouve comme l’Ouroboros qui se mort la queue. Boudé par les ME, boudé par les blogueurs… parce que…ça va jamais. Reste les ME de YA qui ont tout compris.

    Il y en a certainement beaucoup parmi vous qui pensent savoir ou qui ont des avis sur comment résoudre les choses. Je leur laisse le penser, l’affirmer et agir pour réussir à faire un prix parfait. Je serais là pour soutenir et apprendre d’elles.

    Je finirais sur l’intégration dans la communauté. Je comprends qu’en tant que jurée on est plus envie de faire le plib, plus envie de s’investir, de lire des livres qu’on n’aime pas. Je dis que oui il faut stopper dans ce cas parce que le Plib n’est pas là pour être un calvaire.

    En revanche, certains disent que le prix on s’y reconnait plus. On le vit mal, on se sent à part…Les animations…

    Les obligations sont : voter pour les étapes, lire les 5 finalistes et les chroniquer.

    Mais pour éviter que les gens se contentent de ça et pour mettre le plus en avant les livres nous mettons en place :

    Les lectures communes
    Les interviews organisées pour les jurés
    Les rencontres avec les auteurs et les ME.
    Les Lives de l’équipe mais aussi Les Lives Interviews.
    Les livres voyageurs
    Un espace Juré pour simplifier le tout.
    Un partage des avis. (bien que cette année Blogger, Youtube et Insta/FB ont décidé d’obtenir de l’argent dessus)
    Un partage constant sur les RS.
    Un discord pour échanger.

    J’espère que les autres prix littéraire prennent autant à cœur de mettre en avant la littérature.

    Et nous dans tout ça ? Je suis là à 9h53 du matin a tenté d’écrire pour expliquer des choses que vous ne voyez pas parce que vous n’êtes pas en coulisses. Je suis là à 9h53 du matin alors que j’ai mon fils de 6 ans et ma fille de 5 ans malades à la maison confinés pour cas contact covid. Je suis là parce que le Plib…

    Je parlerai uniquement en mon nom. Le Plib tient par la passion que l’on met pour défendre les auteurs, la littérature SFFF (peut importe l’âge du lecteur ou l’âge de la cible de la ME), mais force est de constater que c’est pas assez et trop YA. Le Plib prend sur ma vie, mon temps, mon écriture que je néglige tellement, la vie avec mes 3 enfants, mon énergie, mon sommeil et mon moral ainsi que les centaines d’euros par an voire plus si je compte les déplacements, tout ça pour ça. Tout cette investissement pour quoi finalement ?

    Et si ? Et si Demain le PLIB n’est plus. Il restera quoi pour vous ? Rien, vous l’oublierez aussi facilement que vous lui reprocheiez des choses.

    Et pour les auteurs ? Rien n’ont plus.
    Pour beaucoup d’entre eux. Ils continueront à tout faire pour un peu de visibilité. Pour certains élus et connus ils seront encore dans des prix très spécifiques SFFF qui décideront de mettre tel livre ou untel en avant le temps d’un mois ou d’un événement littéraire et ne se retourneront pas sur les auteurs inconnus qui veulent avoir aussi une petite place sans être dans le cercle restreint des élus.

    Rien parce que finalement pas important.

    P.S : Merci Ombrebones, je sais pourquoi tu ne reviens pas et je t’en remercie parce qu’un juré malheureux visiblement me rend autant triste. Tu fais le bon choix. Tu le sais, on ne force personne et je te remercie pour ton investissement. Je m’excuse d’avance pour ce message qui tombe sur ton blog. Il est ce que j’ai en moi au moment de la lecture dans une période ou l’on s’en prend beaucoup dans la tête.

    Une merveilleuse journée.

    • J’ai juste envie de te remercier d’avoir pris le temps d’expliquer les choses de manière honnête et transparente ainsi que de comprendre ma décision. Aucun souci que ça tombe sur mon article, au contraire je suis ravie que l’espace commentaire puisse vivre avec des échanges riches et que chacun apporte sa pierre à la discussion. L’équipe et toi faites de votre mieux avec ce que vous avez, je comprends la frustration qui découle de toutes ces remarques pas toujours formulées d’une façon adaptée et j’espère vraiment que la prochaine édition apportera de belles choses, de beaux échanges, pour te / vous permettre d’aller mieux et de vous sentir mieuxdans cette orga bénévole. C’est important de savoir accepter les critiques et de se remettre en question, j’espère aussi que certains commentaires auront aidé dans ce sens parce que tout n’est pas à jeter dans ce qui a été dit, je pense. C’est vrai que vous appelez les jurés à plus de diversité et que vous ne contrôlez pas les votes, je pense que les gens ici en commentaire partageaient une frustration globale dans la représentation. Pour moi une autrice ne doit pas forcément être cataloguée jeunesse ou YA même si ça arrive trop souvent.. Je vous souhaite en tout cas le meilleur pour la suite et courage dans cette édition à venir.

  3. Pingback: Bilan de ma participation de jurée du PLIB 2020 : vis ma vie de jurée #9 – Les tribulations de Miss Chatterton

  4. Pingback: #PLIB2020 : mon vote finale et la fin d’une aventure de deux ans | La Bibliothèque d'Aelinel

  5. Pour moi aussi ça se jouait entre Mers mortes et Je suis fille de rage, même si il y en a un que j’ai aimé et l’autre non, je trouve que ce sont les deux qui qualitativement le méritent le plus. J’ai voté pour Fille de rage aussi ❤ ! Mais un peu par défaut car je n'ai pas non plus adoré (même si j'ai beaucoup aimé). et pareil, je ne compte pas me réinscrire vu que cette année c'était mitigée cochon d'Inde :/

  6. Je comprends tes raisons te poussant à arrêter l’aventure PLIB. Déjà je trouve ta démarche assez honnête vis-à-vis de ta potentielle casquette membre du jury/autrice sélectionnée qui éthiquement aurait posé un sacré problème…
    L’orientation du prix me convient parfaitement, mais c’est vrai que le prix me semble plutôt orienté YA, mais surtout SFFF grand public. Cela se voit plus particulièrement au niveau de la SF…
    Quant à Une fille de rage, on en a déjà discuté, mais ça a vraiment été mon cas de conscience. Si je n’avais pas eu peur que sa victoire lui porte plus préjudice qu’autre chose (comme le montre les nombreux abandons), j’aurais voté pour lui sans hésiter. C’est clairement un très bon roman qui restera aussi bon dans 10, 20 ou 30 ans !

    • Merci pour ton commentaire et ton ressenti 🙂 je comprends totalement ta position sur ce roman ! Je ne pense pas que ce prix soit le plus représentatif pour lui de toute façon si on veut être honnête mais c’est certain que j’aurais été contente qu’il l’emporte pour un peu casser cet aspect YA. Je n’ai rien contre le YA comme je le disais mais il y a clairement un manque pour le reste selon moi.

  7. Ton article et les commentaires sont très intéressants à lire 🙂 je comprends ton ressenti même si on a pas le même avis sur certains bouquins, les goûts et les couleurs tout ça. Cette année aussi aura été une contrainte pour moi à cause des livres qui ne m’attiraient pas et du contexte actuel, je ne me réinscris pas non plus pour l’année prochaine.

    Par contre, quand je lis des avis comme quoi le plib se tourne plus vers un prix YA (ce qui n’est pas faux), je me demande si il n’y aurait pas la possibilité d’ajouter des catégories. Un prix SFFF YA et un prix SFFF adulte ? Les deux genres n’étant pas vraiment comparables ça pourrait être intéressant. Mais je ne sais pas du tout comment ça pourrait se passer niveau organisation.

    • Merci beaucoup 🙂 je comprends ton sentiment ! Quant à ton idée, elle permettrait de régler pas mal de soucis mais… Quels critères font qu’un roman est plutôt YA ou plutôt adulte ? Pour certains c’est évident mais pas forcément pour tous. Il suffit de voir certains prix qui se permettent de mettre en jeunesse un roman clairement adulte (coucou elbakin) alors que l’autrice et l’éditeur disent tous les deux que c’est adulte. On risquerait d’avoir des situations de ce genre et je ne sais pas du tout comment le staff pourrait gérer ça 😅

    • Ah c’est marrant Miss Chatterton aussi va en écrire un qu’elle publiera mercredi sur le même ressenti qu’on a ! C’est rassurant de lire que je ne suis pas la seule dans ce cas mais c’est un peu triste aussi :/ Je lirais ton retour quoi qu’il en soit.

  8. Oh je n’avais pas fait le lien que c’était toi qui avais écrit ce roman ! Bon, j’ai pas suivi grand chose dernièrement… Il a l’air super, bravo !
    Je comprends tout à fait ta déception de voir les livres que tu aimes ne pas aller très loin dans la compétition… En tout cas, bonne continuation avec tes projets et ton roman ^^

  9. Je comprends tout à fait tes raisons pour t’éloigner de ce type d’aventure. D’ailleurs je suis étonné de voir que tu pourrais à la fois être membre du jury tout en ayant un roman dans la sélection. Sur ce point, tu as raison, ça ferait forcément des débats pas très agréables je pense et des remises en question.

    Personnellement je ne connais pas du tout le monde des remises de prix… sauf avec le festival du film Italien de Villerupt auquel j’avais participé en tant que membre du jury jeune il y a des années, et c’était tellement bien.
    Maos pour le coup là c’était forcément un truc à vivre collectivement, logés dans un hôtel pendant un week-end où on a enchaîné les films, avec parfois les équipes qui y ont participé. C’était une super expérience, mais qui pour le coup devait être très différente.

    • Je suis bien d’accord avec toi ! D’ailleurs au départ je pensais que c’était impossible mais une orga m’a détrompée donc…

      En effet l’aventure que tu décris me semble très différente. Si ç’avait été sous ce format là, je pense que j’aurais davantage apprécié parce que c’est court, intense, y’a pas un étalement sur une année avec des évènements ponctuels en ligne etc. Tout ce que l’équipe organise est super mais ça ne me correspond juste pas / plus ><

      • Bonjour,
        Juste une précision pour éviter les erreurs. Si tu avais été jurée du prix et que tu étais présélectionnée avec ton roman, on aurait vérifié que tu n’avais pas ajouté ton roman toi même dans les 3 titres présélectionnés. Le juré/auteur ne peut voter pour son livre à aucun moment dans le prix. En général à l’étape des finalistes, lorsque le jurée est auteure nous en parlons avec la personne pour savoir si elle poursuit ou non l’aventure sachant qu’elle n’aurait pas le droit de voter pour son roman.
        De la même manière que l’une des éditrices de chez Scrinéo qui était jurée a stoppé l’aventure lorsque la ME est arrivée dans les finalistes.
        Nous prenons soin de vérifier de très près les auteures et auteurs qui sont jurés puisque le cas a déjà existé et que nous avons déjà exclus une jurée pour ça.

        Voilà tout est dans le règlement.

      • Comme je l’ai dit, il y a des choses mises en place et je le sais mais ça n’empêche pas que ça me pose un cas de conscience. Nous, on sait très bien que vous discutez, que vous êtes transparentes, mais les mauvaises langues et les rumeurs, ça va vite et c’est épuisant à gérer. C’est une façon de préserver tout le monde (moi la première hein 😉 ) que de ne pas du tout prendre part au prix cette année. De plus, ce n’est pas l’unique raison de mon désistement même si ça y a participé.
        Merci pour l’éclaircissement en tout cas !

  10. Je suis d’accord avec Apophis même si c’est un prix que je suis de loin, pour moi c’est un prix qui s’oriente clairement vers du YA et non de la SFFF adulte. D’ailleurs dans les 20 sélectionnés il n’y a pratiquement que des maisons d’éditions jeunesse ou YA.
    En fait rien de grave à cela mais il faudrait peut être que cela soit plus clairement assumé par l’équipe du prix.

    • Oui et non ! En fait, c’est une question compliquée. Comme je le disais à Célindanae, je ne crois pas que l’équipe veut que ça devienne un prix YA (enfin je n’ai pas ce sentiment), ce sont juste les votes des jurés qui vont dans ce sens. Et n’importe qui peut devenir un membre du jury, il suffit de s’inscrire, le staff vérifie juste que le blog ou le compte booksta’ n’a pas été créé juste pour l’occasion et que les personnes sont sérieuses, si j’ai bien compris. J’ignore les critères précis. Il y a une vérification en tout cas.
      L’idéologie du prix c’est de mettre en avant de la littérature imaginaire francophone (ce qui est bien) sans distinction de public (l’idée de base est bien aussi). Le souci c’est que très clairement de l’extérieur on voit un prix YA et rien d’autre donc on a le sentiment qu’une partie du public n’est pas représentée, c’est ce que je ressens. Pourtant on a quand même Je suis fille de rage dans les finalistes… Donc on en revient au postulat de base : c’est plus compliqué que ça en a l’air.
      De plus, qu’est-ce que le YA ? Même les éditeurs n’ont pas une définition « officielle » (pourtant j’ai demandé parce que je voulais comprendre) alors on pourrait chipoter sur plein de romans… Il y en a pour lesquels c’est évident bien entendu, mais pas tous.
      Après je chipote, je comprends ce que vous dites l’un comme l’autre et je ressens des sentiments semblables. J’ai envie d’un prix où on met en avant de la SFFF adulte francophone (il y en a plein !) et des éditeurs indépendants en priorité de préférence, tant qu’on y est, parce qu’il y en a aussi plein qui méritent d’être sur le coup. En fait j’ai envie d’un prix où tous les publics se sentiront représentés mais c’est assez utopique de ma part ^^

      • Non je ne pense pas que ce soit utopique de ta part. Mais dans ce cas, il faut que ce soit une volonté de l’ensemble du jury.
        Après je suis complètement d’accord avec toi l’étiquette YA est assez fourre tout (on l’a bien vu dernièrement) et même si j’ai été trop réductrice dans mon commentaire précédent ce que je voulais dire c’est que, en tant que grosse lectrice de SFFF, je ne me reconnait pas du tout dans ce prix.
        A ce moment là, c’est peut être à l’équipe du prix d’avoir une réflexion sur le choix des jurés… pas simple comme question effectivement.

      • Je te rejoins, moi non plus je ne me reconnais pas / plus dans ce prix. Peut-être que cet article va permettre d’initier une réflexion au sein du jury justement… Mais j’en doute un peu hélas ^^’

  11. Pour suivre plusieurs des membres du jury, il est pour moi de plus en plus clair qu’il s’agit en fait d’un prix YA qui ne se revendique pas comme tel mais qui ne récompensera pourtant jamais de la pure SFFF adulte, tout simplement parce que rarissimes sont les jurés qui en lisent et plus rares encore ceux qui l’apprécient. Et pour ce qui est du Del Socorro, quand tu vois que certains jurés ne l’ont même pas fini, on peut clairement dire qu’il n’a aucune chance de gagner.

    Pour ce qui est de ta décision, je la comprends et la respecte évidemment, mais je me dis que des personnes comme Aelinel ou toi apportiez une ouverture vers la SFFF adulte qui est beaucoup trop rare dans le jury et qui aurait pu faire de ce prix quelque chose reflétant un peu plus l’imaginaire en France que ce que l’ultra-polarisation actuelle du PLIB vers le Young / New Adult donne à voir. Rien que l’absence des UHL du Belial’ dans les finalistes est incompréhensible. Sans parler des bouquins d’AMI, de l’Atalante, de Lunes d’encre, etc.

    • C’est un peu le sentiment que j’ai. Après, je n’ai rien contre le YA, il m’arrive d’en lire et d’avoir de bonnes surprises mais souvent on se retrouve quand même face à du YA générique ou pire, du YA qui essaie de surfer sur une vague de thèmes d’actualité en échouant lamentablement parce que l’auteur n’est pas crédible (coucou Félines) dans sa démarche. C’est lassant. Il y avait de bons titres même dans les 20 sélectionnés, qui ont totalement disparu de la circulation au moment des votes finaux.

      Le prix est réservé à des auteurices francophones, donc on peut comprendre l’absence d’UHL vu que je pense qu’il n’y avait pas d’auteurs francophones dedans sur la fournée 2020 (sauf erreur de ma part ?) remarque qui est valable pour les autres éditeurs comme AMI qui jusqu’ici ne publiait pas de francophone (ce qui a changé récemment avec Les monts d’automne et la marche du levant) ainsi que Lunes d’encre. Quand l’Atalante a du francophone, on voit les romans dans les présélections (souvent via moi ou peut être Aelinel) mais ils ne vont jamais beaucoup plus loin alors que j’ai lu de très bons titres chez eux (Dunyach par exemple, premier francophone qui me vient à l’esprit). Je le déplore mais je ne m’en étonne pas car c’est une littérature un peu à part, un peu plus difficilement accessible, qui demande un autre type d’investissement que celui des membres du jury à l’heure actuelle. Du moins, il me semble mais le fait est que je n’en ai pas rencontré beaucoup, que j’ai échangé avec encore moins si je ne les connaissais pas déjà donc je me fie à ce que j’ai pu voir sur Instagram par exemple, ce qui n’est pas révélateur au fond. J’aimerais bien me tromper et peut être que la prochaine édition me donnera tort. Pour le moment en tout cas, je préfère arrêter parce que je n’en retire rien au fond, même pas de satisfaction…

      • Je suis extrêmement peinée par tout ce que je peux lire ici. Déjà non il n’y a pas que toi et Aelinel qui mettez des romans adultes dans la sélection, rien que cette année j’ai proposé deux romans de chez l’atalante pour la présélection sur 3. Et puis forcément si toutes les personnes qui lisent de l’adulte s’en vont, c’est clair qu’il n’y aura plus de représentation. Sachant que contrairement à ce que tu dis on n’a pas besoin de venir « en masse », les votes sont toujours extrêmement serrés, ça se joue à une seule voix près. Bref, il faut que je prenne du recul, parce que ça me fait un peu mal tout ça.

      • Je suis vraiment désolée que tu le prennes de cette manière, je n’ai jamais voulu blesser qui que ce soit en postant cet article. Le blog et les commentaires sont des lieux d’échange et il n’y a rien de mal ou d’insultant qui a été dit ici. Je n’arrête d’ailleurs pas de reprendre pour l’équipe justement et défendre leur travail… Les personnes qui s’expriment expliquent leur ressenti extérieur vis à vis du prix, ça permet aussi de voir quelle image a le PLIB, ne pourrait-on pas y voir une piste de réflexion plutôt qu’une attaque ?
        Je suis contente de lire que tu t’es inscrite avec des titres de l’Atalante et j’espère qu’ils iront loin, pour une fois. Je n’ai jamais voulu dire qu’Aelinel et moi étions les seules à proposer des romans adultes. Si tu as compris cela, je suis sincèrement désolée, je ne pense pas forcément à tout le monde quand je réponds à un commentaire et j’oublie des gens, je suis humaine après tout… J’ai simplement voulu souligner que j’ai le sentiment (j’insiste sur ce mot, c’est MON ressenti) que nous étions assez peu dans le lot et j’ai vu pas mal de jurés réagir à mon article (ici, sur Twitter) en disant qu’ils avaient des sentiments semblables aux miens et qu’ils n’allaient pas faire la prochaine session. Je pense que ça aussi, c’est à prendre en compte, non ? Si j’étais toute seule, je me dirais que je suis juste une emmerdeuse mais je compte au moins cinq personnes dans le même cas que moi… Ce prix est une belle initiative, il mérite de durer mais peut-être aussi de réfléchir sur lui-même pour s’améliorer.
        Encore désolée si je t’ai blessée d’une quelconque manière. N’hésites pas à venir discuter en privé si tu préfères.

      • Je ne pense pas que les organisatrices le souhaitent spécialement à la base, elles veulent un prix de l’imaginaire francophone et il se tourne vers le YA « à cause » des votes et des préférences des membres du jury en fait. Je le vois comme ça en tout cas, du coup ça donne en effet ce sentiment et c’est très dommage :/ Il faudrait y débarquer « en masse » avec notre sphère dirais-je, pour avoir un réel impact.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s