#Challenge – Le projet Maki

Salut à tous !
Vous qui me suivez depuis longtemps, vous savez que je participe à assez peu de challenges littéraires. Deux exceptions notables : le Printemps de l’Imaginaire francophone et le S4F3 de l’amie Lutin. Pour le premier, parce que le but de ce challenge est l’essence de mon blog (promouvoir la littérature francophone) et pour le second, parce que c’est toujours sympa de vider sa PàL entre amis.

Mais voilà, en ce début 2020, j’ai entendu parler d’un nouveau challenge : le projet Maki. IMG_20191223_114201
Vous trouverez tous les détails au bout de ce lien, sur le blog du concerné. En quelques mots, il s’agit de mettre en avant le genre court : les nouvelles, les novellas, tout ce qui a moins de 40 000 mots (je me suis renseignée !). Je trouve l’initiative très intéressante car le format court est souvent boudé et mal aimé en francophonie alors qu’il a plein d’avantages. Le principal étant de permettre à des personnes qui manquent de temps de pouvoir lire sans ressentir une forme de frustration.

Pourtant, c’est un genre difficile et je l’ai moi-même longtemps boudé. Mais que ce soit en tant qu’autrice ou lectrice, mon sentiment change de plus en plus à son sujet et c’est ainsi que j’ai ressenti l’envie de participer. Je commence petit avec le palier Hapalémur Doré qui consiste en la lecture de 13 nouvelles sur l’année. Si je vais au-delà, tant mieux ! Nous ferons un bilan le moment venu.

Alors vous allez me demander, comment trouver des nouvelles de qualité ? Plusieurs possibilités (je vous mets chaque fois le lien direct) :
– Ce mois-ci, le Chat Noir propose des réductions sur leurs précédents recueils tels que Montres enchantées (steampunk) ou Bal masqué (gothique) que je me suis empressée de commander. Depuis le temps ! L’excellent Black Mambo est aussi en réduction, je vous le précise comme ça en passant (foncez.)
ActuSF propose chaque année des nouvelles gratuites tirées des univers phares de leurs auteurs. Elles sont en numérique, vous les trouverez sans difficulté sur leur boutique.
Livr’S édite chaque année un recueil de nouvelles sur un thème différent. L’année dernière, il s’agissait de Nouvelles-Orléans par exemple et cette année, le thème sera Nouvelles-Ères dont davantage autour de la science-fiction (sortie prévue pour le milieu 2020 +-)
Le Bélial propose depuis deux ans maintenant la collection Une Heure Lumière dédiée au format court. Je vous ai déjà parlé de plusieurs titres (dont le magistral les meurtres de Molly Southbourne) et les sorties de cette année promettent du lourd. C’est le moment de découvrir l’éditeur à petit prix !

Évidemment, il y en a d’autres mais ce sont celles que je connais le mieux et que je vais exploiter pour ma part.

Connaissez-vous le challenge ?
Que pensez-vous du format court? Ça vous plait ?
Allez-vous participer ? 🙂

FOCUS – Mon bilan littéraire de 2019

Bonjour à tous et BONNE ANNÉE ! 😀
Que 2020 vous soit favorable ♥

J’ai un peu changé la formule de mon bilan annuel, comme les attentifs ne manqueront pas de le remarquer. Cette année, j’arrête les comptes au 31 décembre à 9h (pour une publication le 1er Janvier à 9h parce que personne n’aura la gueule de bois hein :P) et j’en ai des choses à dire !

2019 a été une année… Compliquée. Beaucoup de déceptions, de pertes, de moments douloureux, mais je préfère me concentrer sur le positif : j’ai passé avec succès mon permis de conduire, j’ai décroché mon premier emploi, signé un nouveau contrat d’édition pour un roman à paraître au second semestre 2020, écrit un roman, une nouvelle pour un appel à texte et une novella en espérant qu’elle soit acceptée dans la maison d’édition qui me fait de l’œil depuis des années. J’ai aussi fait d’énormes progrès avec Loki, mon chien adopté l’année dernière à la SRPA qui s’épanouit de jour en jour. Je me réjouis vraiment de tous ces accomplissements même si ça n’a pas été sans mal. Pour aucun d’eux. Mais je sens que je remonte la pente.

Au niveau du blog, il y a aussi plein de belles choses ! À commencer en février par un nouveau partenariat avec l’Atalante dont je ne me remets toujours pas, d’ailleurs ♥ Merci à eux pour leur confiance !
2019 c’est aussi l’année de tous les records car mon nombre d’abonnés a presque doublé, ainsi que mon nombre de visites et de commentaires. Voyez plutôt sur ce graphique… (au passage je n’ai aucune idée de pourquoi il y a une petite barre en 2014 vu que j’ai entamé le blog en 2017 oO Mystère.)

stat

Les blogpotes les plus assidus au niveau des commentaires sont respectivement : Sometimes a book (première place !) Célinedanae (seconde place !) et les livres de rose (troisième place !) ex-aequo avec John Évasion (le serial commentateur) et Elhyandra merci à vous mais merci aussi à tous ceux qui prennent le temps de laisser des commentaires sur mes articles ^_^ C’est toujours un plaisir de pouvoir échanger autour de la lecture et ça me pousse à continuer.
D’ailleurs, les trois articles les plus populaires sont : Mon focus sur Mnémos, ma chronique de Chevauche-Brumes et mon article sur les 10 autrices incontournables (et bien vivantes) dans l’imaginaire francophone. On note une belle tendance :3

J’ai donc fait les comptes, à l’occasion de ce bilan. Du 1er Janvier 2019 au 31 décembre 2019 j’ai lu :

111 romans
3 livres non-fiction
66 mangas
7 comics

Je vous avoue que ces chiffres m’ont donné le tournis. J’ai donc compté plus spécifiquement et presque la moitié des romans découverts en 2019 sont des services presses (sans parler de ceux qu’on a pu me prêter). J’en ai parlé sur ma page facebook il y a quelques jours et une amie m’a adressé une remarque très pertinente : en fait, t’as surtout bossé plus que vraiment lu.
Et elle n’a pas tort.
J’ai ouvert mon blog pour partager ma passion de la littérature et pour offrir une plateforme légitime aux éditeurs qui souhaitaient partager mes chroniques. Pour rappel, avant, je les publiais dans un album sur ma page facebook mais qui était aussi ma page autrice… Du coup, ça gênait certains, ce que je peux comprendre. Assez rapidement, ma petite initiative a pris de l’ampleur et c’est Mnémos en premier lieu qui m’a proposé de mettre en place un partenariat presse. Encore aujourd’hui, je me sens reconnaissante de cette confiance et de cette opportunité. Je n’en reviens toujours pas. D’ailleurs c’est arrivé par Johan Heliot, le même grâce auquel j’ai décroché mon partenariat avec l’Atalante. Il faudra vraiment que je lui offre une boîte de chocolats xD

Mais…
Même si aucun éditeur ne m’a jamais forcé la main ( j’ai cette chance ) je me sens parfois obligée de prendre tel ou tel texte quand on me transmet les newsletters. J’ai du mal à me dire « non, ce mois ci, y’a rien qui me botte ». J’évolue dans une optique de « faire plaisir » sauf que je me rends compte d’à quel point cette réflexion transpire l’égocentrisme. Et ouais, le problème vient bien de moi. Aucun éditeur n’attend après ma chronique pour vivre, je ne suis pas un pilier de la blogosphère et je n’ai pas spécialement pour ambition de le devenir. Je me sens bien comme ça au quotidien. Du coup, j’applique une restriction depuis quelques semaines déjà, que je vais poursuivre pour réduire davantage ma portion de services presses. Quand on m’en proposera (vu que je ne sollicite pas, je n’aime pas du tout ça) je me poserai la question suivante : As-tu vraiment envie de lire ce livre? Vraiment? VRAIMENT ? Si c’est triple oui, alors j’accepte. Si je suis moins sure de moi, je passe mon tour quitte à y revenir plus tard par moi-même si je change d’avis ou si j’ai le temps.

Je pense que c’est une démarche qui sera plus saine pour tout le monde et me permettra d’éviter le surmenage. Récemment j’en suis arrivée à presque développer un dégoût des livres, à les considérer de la même manière que les bouquins utilisés pour mon mémoire, comme un mal nécessaire et je trouve ça assez grave vu ma passion pour la littérature. J’ai envie de me soigner, de me consacrer à des ouvrages qui m’enchanteront vraiment et qui me transporteront. Parce que oui, je ne vous l’ai pas encore dit mais j’ai eu peu de coups de cœur cette année, ils se comptent sur les doigts d’une main ce qui est assez malheureux. Donc voilà, en 2020, je pense à MOI avant tout ! Mais ne vous inquiétez pas, ça ne signifie pas que je vais arrêter de travailler avec les éditeurs que j’aime défendre ou que je vais arrêter de parler des auteurs qui me tiennent à cœur. Je vais juste procéder autrement en espérant agir au mieux pour tout le monde. Je songe notamment à mettre en place des articles de présentation des nouveautés à paraître de chaque éditeur partenaire. Ça demandera aussi un certain travail mais pourquoi pas, après tout? Je vois bien le début des « teasings de l’ombre » 😀

Je ne peux pas conclure ce bilan sans vous parler de ma découverte la plus enthousiasmante de l’année. En réalité, il y en a deux. L’une est une autrice, l’autre un éditeur. Vous sentez déjà venir la révélation pas vrai ?

J’ai découvert en 2019 l’autrice française Audrey Alwett et ça a été un coup de foudre absolu. J’ai lu ses deux romans : les poisons de Katharz et Magic Charly, que j’ai eu beaucoup de mal à lâcher. Deux textes totalement différents mais excellents chacun à leur manière. J’ai hâte de lire ses prochains romans et elle se hisse dans mon top 5 des meilleures autrices françaises de tous les temps ♥ Je remercie d’ailleurs chaudement Sometimes a book qui, la première, a attiré mon attention sur elle en parlant des poisons sur son blog.

belial-4.094334.094340
En 2019, j’ai également découvert le Bélial. Je connaissais cette maison d’édition de nom et ce depuis un moment mais je ne sais pas pourquoi je n’avais pas encore sauté le pas. Peut-être parce que je ne les croise jamais en salon et qu’il y a toujours autre chose à lire… Vu l’enthousiasme des blogpotes, j’ai décidé de craquer dans leur collection Une Heure Lumière et je n’ai aucun regret ! Voyez plutôt : première lecture et premier coup de cœur avec l’excellent les meurtres de Molly Southbourne. J’en possède déjà plusieurs (6 lus), d’autres attendent dans ma PàL (encore 2!) et j’ai étendu ma découverte à certains de leurs romans. Je suis ravie du vent de fraicheur qu’ils apportent dans ma vie de lectrice et dans ma PàL.

Et voilà, nous sommes déjà à la fin de ce petit bilan qui est déjà plus long que je ne l’escomptais. Je tiens à vous remercier tous, chacun de mes 168 abonnés mais aussi chaque visiteur qui passe par ici, que ce soit à dessein ou par hasard. Merci de me lire, je vous souhaite le meilleur pour 2020 ♥

Bonne année !

FOCUS – L’Atalante, 30 ans d’évasion

EPLUk0GR_400x400

Salut tout le monde !
Une fois n’est pas coutume, je vous propose un petit article de fond au sujet d’une maison d’édition que j’aime beaucoup : l’Atalante. Vous le savez peut-être mais depuis février de cette année, j’ai la chance de compter parmi leurs partenaires presses et ça a été un véritable honneur pour moi  de recevoir une telle confiance de la part d’un éditeur aussi prestigieux. J’étais pas prête, franchement… Je me revois encore à la foire du livre de Bruxelles en train de bégayer devant la proposition si spontanée de leur attachée presse. Pas prête, je vous dis ! Je suis probablement toujours en train de rêver.

D’autant que notre partenariat ne se limite pas aux nouveautés ! J’ai pu explorer leur catalogue et j’ai lu sur un peu plus d’une année 21 romans de chez eux. Je dis plus d’un an car j’avais déjà découvert deux tomes de Honor Harrington ainsi que le fabuleux Redshirts par mes propres moyens. Je lis donc plus ou moins deux romans de chez eux par mois ! Dingue. Ça m’aide à concrétiser une envie de longue date qui est de lire davantage de science-fiction pour mieux connaître et maîtriser ce genre littéraire.

Si je vous parle de l’Atalante aujourd’hui (oui j’arrête les digressions, ça va) c’est parce que la semaine dernière, l’éditeur a dévoilé un site vraiment sympathique qui s’appelle 30 ans d’évasion. En tout cas, je l’ai vu pour la première fois la semaine dernière. En répondant à une série de questions, un algorithme vous trouve le roman le plus adapté à vos goûts au sein de cette maison d’édition. Franchement, c’est pas merveilleux? Trois semaines avant les fêtes de Noël?

Il faut d’abord choisir le genre (science-fiction / fantasy / fantastique) et ensuite si on souhaite une série ou un tome unique. Après cela, plusieurs thèmes sont proposés au futur lecteur. Par exemple si je choisis : fantasy -> tome unique -> fantasy historique je tombe sur les lions d’Al-Rassan du fameux Guy Gavriel Kay. Si je choisis science-fiction > saga > dans l’espace > space opera > avec uniforme > (à ce stade le site me demande si j’ai lu Honor Harrington, SERIOUSLY LE SITE ?! É-vi-demment.) mission en espace alien, je tombe sur l’Artefact de Jamie Sawyer. Oui, y’a des genres un peu plus spécialisés que d’autres hein, du coup y’a des questions poussées. J’ai finalement le choix entre « Je veux le lire » ou « Je veux recommencer ». Si j’opte pour la première option, je suis redirigée vers le site de la librairie l’Atalante ce qui permet, en plus, de soutenir un libraire indépendant. Ce qui fait largement mon bonheur, personnellement, vu que je préfère toujours soutenir un commerçant indépendant qu’une grande chaîne (ne me lancez pas sur amazon.)

C’est tellement ludique que je passe mon temps depuis une heure à me créer une petite liste des titres que je dois encore lire. Franchement, c’est pas l’idée parfaite pour trouver ses cadeaux?

Bref voilà, j’avais envie de vous faire partager cette découverte (de l’ombre 😉 ) et de vous encourager à découvrir cet éditeur incontournable !

Bon dimanche à tous ♥

#PLIB2020 : les 20 sélectionnés – débriefing

Coucou tout le monde !

Samedi soir, nous avons eu le plaisir de découvrir quels romans étaient sélectionnés pour le PLIB. Pour rappel, je vous avais écrit un billet concernant ma propre sélection et j’ai eu envie de débriefer un peu avec vous sur les résultats finaux (même si je l’ai déjà fait en salon ce week end, faut que j’en parle pluuuuuuuus voilà parce que je vis le truc à fond). Alors attention, avant d’aller plus loin, je rappelle que mon avis ne concerne que moi et est purement subjectif ! Je partage avec vous mon ressenti, je ne me permettrais pas d’émettre un quelconque jugement de valeur ou de déprécier le choix de la majorité. Qu’on se le dise et que ce soit bien noté. Parce que le PLIB, c’est aussi et surtout découvrir de nouveaux auteurs dans de nouvelles structures 🙂

Sans plus attendre, voici les résultats:

Soit 7 romans de ma sélection initiale : Mers Mortes, les Héritiers d’Higashi, Magic Charly, Thorngrove, l’Apprentie Faucheuse, Je suis fille de rage et les Lames Vives. Je vous ai déjà donné une explication concernant mon vote donc je ne vais pas me répéter. Je suis évidemment ravie que ces titres soient dans les 20 sélectionnés et j’espère qu’ils iront plus loin bien qu’il n’y ait que 5 places pour la finale… Vous sentez déjà venir les dilemmes colossaux pour la suite ? ._.

Concernant mes déceptions générales :
– Il n’y a qu’un seul roman des Éditions du Chat Noir qui est parvenu à passer alors qu’il y en avait d’excellents dans la sélection. Je pense notamment au dernier Vincent Tassy et au roman de Marie-Lucie Bougon qui valent le détour. Ceci dit, je suis très contente concernant les Héritiers d’Higashi qui est un texte de qualité (japooooooon !!).
– Si je suis ravie que Thorngrove passe chez Lynks, j’aurai préféré voir le Garçon et la Ville qui ne souriait plus à la place des Nocturnes car si ce sont tous les deux de bons romans, je trouve que le Garçon et la Ville est porteur de messages plus forts et a un contexte plus intéressant, qui colle mieux à mes propres goûts. Toutefois je suis ravie que la maison d’édition soit si bien représentée !
– Aucun roman de Victor Fleury alors que ce sont des perles ! Injustice.

Concernant mes déceptions spécifiques :
– J’ai été surprise de voir les Noces de la Renarde dans les 20 sélectionnés puisque, de mémoire, beaucoup de jurés n’avaient pas apprécié Rouille plus que ça. C’était mon cas et j’ai très peur de lire ce roman même si a priori, il a tout pour me plaire ! Parce que c’était le cas de Rouille aussi… À voir donc. Je compte bien tenir ma parole et lire ce roman de Floriane Soulas qui, au demeurant, est une personne très sympa quand on la croise en salon. Je n’ai juste pas d’affinité avec son univers littéraire (et croyez moi, ça me frustre.)
Cendres ne me tente vraiment pas du tout si je me fie à son résumé qui parait déjà brouillon. J’ai très peur de le commencer mais là aussi, à voir !
– Je redoute de lire les Brumes de Cendrelune car mes précédentes expériences avec les romans de l’autrice n’ont pas été concluantes. Georgia Caldera écrit très bien, elle a de bonnes idées mais la romance passe toujours au premier plan et ce en dépit de l’univers, ce qui est frustrant. Lors de ma découverte de Victorian Fantasy, ça m’avait vraiment déçue vu la richesse que laissait entrevoir le monde esquissé. À voir donc. Peut-être que ce texte va me réconcilier avec l’autrice ?
– Je n’ai pas plus envie que ça de lire le Serment de l’Orage de Gabriel Katz. Pourtant, je n’ai eu que de bonnes expériences avec cet auteur mais les chroniques sur ce roman m’ont tellement refroidie… Je n’ai pas envie d’être déçue par lui ! Argh.

Et parce que je ne vais pas faire que râler :
– Comme je l’ai dit, je suis super heureuse de voir passer 7 romans de ma sélection ! Dedans, il y a même plusieurs coups de cœur que je vais défendre du mieux que je peux.
– Plusieurs titres m’intriguent sur base des résumés alors que je ne les aurai probablement jamais découvert sans le PLIB. Une bonne occasion à saisir et je l’espère, de bonnes surprises en perspective.
– La majorité des titres sélectionnés font l’objet d’un service presse de la part des maisons d’édition, ce que je trouve vraiment génial de leur part. Ça va me permettre de tenir mon engagement de lire les vingt romans et le tout, sans me ruiner avec des textes qui risquent de ne pas trop me plaire. Merci MILLE FOIS de jouer le jeu ♥

Je termine ce billet par une réflexion un peu plus personnelle en réaction à certaines discussions ou articles que j’ai pu lire.
Quand on s’engage en tant que juré(e) dans le PLIB, on s’attend forcément à ne pas voir que des titres qu’on connait déjà ou uniquement des maisons d’édition qu’on soutient. Sur le moment, j’ai ressenti de la déception mais avec du recul… Je suis plutôt heureuse. Heureuse que cette aventure existe et chanceuse d’y participer comme jurée. Il y a plusieurs maisons d’édition qui ont des romans sélectionnés dont je n’ai jamais lu un seul titre, comme SNAG par exemple ! C’est l’occasion de laisser mes préjugés et mes a-priori derrière moi. Évidemment, c’est plus facile à dire qu’à faire mais je suis sure que ça va m’enrichir sur un plan personnel et intellectuel. C’est ce que j’aime particulièrement dans cette aventure, d’ailleurs 🙂

J’en profite également pour remercier toute la super équipe du PLIB qui gère à 2000% et qui m’impressionne un peu plus chaque jour ♥

Et vous, que pensez-vous de cette sélection? 🙂

#PLIB2020 – ma sélection des 20

logoplib2020

Bonjour tout le monde !

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez que j’ai eu le plaisir d’être reprise dans le jury du PLIB2020. Arrive déjà le temps des premiers votes et la compétition est rude ! Il y avait en tout 124 romans sélectionnés. Le 16 novembre, il n’en restera plus que 20. Imaginez la pression sur nous, pauvres petits blogueurs…

L’avantage d’être à jour (ou presque) sur l’actualité littéraire francophone, c’est que j’avais déjà lu, disons, au moins la moitié des 124 titres sélectionnés. J’ai tout de même pris la peine de lire chaque résumé pour me faire une idée et de juger sur la qualité de la couverture, la façon dont l’éditeur le présente, tous ces petits détails qui sont centraux en librairie. Alors oui, peut-être que des perles se cachent derrière un résumé bancal et une couverture pas très soignée, j’en ai conscience, mais c’est le jeu. Je précise aussi avoir voté selon mes propres goûts. Après tout, c’est le but. Cela ne signifie pas que les autres romans sont nuls ou dénués d’intérêt 😉

Vous remarquerez aussi que certains auteurs se retrouvent deux fois. Les fautifs, à savoir Messieurs Fleury et Holzl, n’ont qu’à écrire de moins bons romans, voilà. Ils volent deux places potentielles mais j’ai beaucoup trop aimé les deux romans de Victor Fleury et totalement confiance en Ariel Holzl pour sa dernière sortie (que je reçois bientôt). Du coup, à mon sens, ils méritent de passer.

Voici donc les titres sélectionnés par mes soins. J’espère en retrouver au moins la moitié dans la sélection finale, je croise les doigts ! Je vous mets chaque fois le lien vers ma chronique, s’il y en a une. Notez qu’ils ne sont pas du tout classés par ordre de préférence mais plutôt vaguement alphabétique… Si vous me suivez, vous savez lesquels sont mes coups de cœur.

Chevauche-brumes – Thibaud Latil-Nicolas (Mnémos)
Pépite de l’imaginaire francophone 2019 chez Mnémos, ce roman a su me séduire avec son intrigue militaire efficace et ses personnages vivants. Un auteur à découvrir et à suivre.
Fingus Mallister #1 – Ariel Holzl (Rageot)
Le talent d’Ariel Holzl n’est plus à prouver ! Coup de cœur pour sa saga des Sœurs Carmines, j’ai pris plaisir à le découvrir dans un roman jeunesse à plusieurs niveaux de lecture qui raconte l’histoire d’un Seigneur du Mal en devenir. Un texte qui vaut le détour pour son originalité.
La croisade éternelle #1 – Victor Fleury (Bragelonne)
Envie de fantasy qui s’inspire plutôt de la Mésopotamie? Victor Fleury le fait pour vous en développant une culture assez innovante dans le genre ainsi qu’un personnage principal fort. J’ai été très enthousiasmée par ma lecture, j’attends la suite avec une impatience désespérée.
Le club des érudits hallucinés – Marie-Lucie Bougon (Chat Noir)
Du steampunk à la française qui s’inspire de l’Eve du futur, le roman de Villiers de l’Isle Adam. À travers une intrigue passionnante qui se déroule dans un 19e siècle alternatif, l’autrice propose des questionnements sur la robotique et l’intelligence artificielle. Une belle surprise.
Le garçon et la ville qui ne souriait plus – David Bry (Lynks)
Un roman tout public fort, une ode à la différence dans un Paris alternatif où il est hors la loi de ne pas être comme tout le monde. Des personnages attachants et beaucoup d’émotion, un coup de cœur lors de sa lecture.
Les héritiers d’Higashi #1 – Clémence Godefroy (Chat Noir)
Japon médiéval, légendes nippones… J’ai besoin d’en dire plus? L’autrice propose un premier tome accrocheur plutôt à destination des gens qui s’y connaissent un peu mais c’est mon cas donc je n’ai eu aucun souci à me plonger dans ce roman ni à le savourer.
Les machines fantômes – Olivier Paquet (L’Atalante)
Un techno-thriller terrifiant sous forme de roman chorale qui met en scène cinq personnages dont le destin est relié par des I.A. Une critique sociale piquante et brillante.
Les révoltés de Bohen – Estelle Faye (Critic)
Estelle Faye. Bohen. Ou la cheffe de file en matière de nouvelle vague fantasy francophone. Mon gros coup de cœur sur cette saga, ses personnages, ses thématiques. L’autrice ose sortir des sentiers battus et elle le fait bien.
L’estrange malaventure de Mirella – Flore Vesco (L’école des loisirs)
J’ai lu plusieurs chroniques sur ce roman qui ont su me mettre l’eau à la bouche. J’apprécie particulièrement l’idée de réécriture d’un conte, du point de vue d’une jeune fille et avec du vocabulaire tiré du vieux français. Séduisant !
Loin de lui le soleil – Vincent Tassy (Chat Noir)
Roman gothique magistral signé Vincent Tassy, préquelle de l’excellent Apostasie mais qui peut se lire indépendamment. Un bijou de poésie, de lyrisme, bref tout ce que Vincent Tassy a à offrir de mieux sur un plan littéraire.
Magic Charly #1 – Audrey Alwett (Gallimard)
Gros coup de coeur pour ce roman d’Audrey Alwett qui propose de suivre le jeune Charly dans un monde magique riche, crédible, excentrique avec la dose de noirceur nécessaire à tout bon texte.
Mers Mortes – Aurélie Wellenstein (Scrinéo)
Une belle surprise pour ce nouveau one-shot d’Aurélie Wellenstein qui nous embarque dans un monde post-apocalyptique auquel elle mélange des éléments surnaturels avec des exorcistes, les fantômes d’animaux marins morts et même des pirates ! Un texte très enthousiasmant.
Thorngrove – Cécile Guillot (Lynks)
Envie d’un roman gothique young adult sans la moindre trace de romance? Envie d’une histoire de sœur? Envie de moderniser un genre qui vous parait peut-être vieillot? Alors lisez absolument ce roman, je l’ai a-do-ré.
Cassylyna #1 – S.A. William (Livr’S)
Cassy est une anti-héroïne : une fille plutôt égoïste qui meurt bêtement et se retrouve à devoir aider les fantômes ! Pas de bol. J’apprécie le parti narratif de proposer un personnage loin des standards en terme féminin, que ce soit sur le physique ou la morale. J’ai envie de soutenir cette autrice dans sa démarche. Pour avoir lu les premiers chapitres, c’est prometteur !
Lames vives #1 – Ariel Holzl (Mnémos)
Alors je dois recevoir le roman sous peu mais le résumé me met déjà l’eau à la bouche. Sans compter que, jusqu’ici, je n’ai jamais été déçue par un roman d’Ariel Holzl donc je n’ai pas hésité une seconde à voter pour les lames vives.
Danse avec les lutins – Catherine Dufour (L’Atalante)
J’ai lu de nombreuses critiques sur ce roman qui, au premier abord, ne m’attirait pas. Mais l’aspect critique sociale et l’originalité du contexte me donne envie de lui laisser sa chance.
Je suis fille de rage – Jean Laurent Del Socorro (ActuSF)
Autre roman que je dois recevoir bientôt et dont j’ai déjà lu des critiques élogieuses. Je ne lis pas souvent de textes qui se déroulent aux États-Unis pendant la guerre de Sécession et je suis très curieuse de voir comment s’en sort un auteur français dans le traitement de cette thématique.
L’homme électrique – Victor Fleury (Bragelonne)
Premier roman découvert de l’auteur et premier coup de coeur pour ce texte de volta punk où l’électricité remplace la vapeur. Une originalité qu’on ne voyait plus trop chez cet éditeur et qui a été bienvenue.
Morts – Philippe Tessier (Léha)
Joseph vient de mourir… Et il rouvre les yeux dans une société pleine de squelettes qui veulent faire de lui leur ambassadeur auprès des humains car il a eu la chance d’être embaumé par le meilleur. Il ressemble donc encore à un vivant ! Pas de chance, entre temps, les humains se sont entretués… Un texte très drôle et très intelligent que j’ai adoré découvrir.
L’apprentie faucheuse – Justine Robin (Héron d’Argent)
Ce choix est purement superficiel, je l’avoue. J’ai eu le plaisir de feuilleter ce roman en salon et de constater le soin apporté à l’ouvrage par les éditrices ainsi que le talent de l’autrice pour le dessin. Si elle écrit moitié aussi bien, aucun doute : ce roman doit être une pépite !

Vous pouvez trouver ICI la liste des présélectionnés si ça vous intéresse 🙂

Et vous, vous avez / auriez choisi qui?

Bookhaul #7 – Les Halliénnales & la Retro Wizard Day

Salut à tous !
Le week-end dernier (5 et 6 octobre) j’ai enchaîné deux salons. Le samedi, je me suis rendue aux Halliénnalles à Lille en co-voiturage avec Katia Lanero Zamora, un évènement qu’il n’y a plus lieu de présenter tant il est devenu le rendez-vous incontournable du Nord de la France pour tous les mordus de l’imaginaire. On y retrouve les auteurs fameux qu’on croise si souvent en salon et même certains qu’on voit un peu moins. Je pense notamment à la marraine de cette édition, Christelle Dabos (autrice de la Passe-Miroir), qui a probablement une tendinite à l’heure où je vous parle parce qu’elle a à peine cessé de signer pour aller manger sur le temps de midi avant de s’y remettre et même avec un peu de rab’ pour que tout le monde puisse discuter avec elle et avoir sa dédicace. C’était de la folie ! Ce n’est d’ailleurs pas la seule dans le cas. Je pense à Ariel Holzl (l’auteur des Sœurs Carmines, de Fingus Mallister et des Lames Vives, une nouveauté chez Mnémos dont je vous parle bientôt) que j’avais juste en face et à qui j’ai pu dire bonjour en toute fin d’après-midi, impossible avant sans le déranger. Et je ne vous cite que les plus marquants, Vincent Tassy notamment n’est pas en reste avec sa nouveauté dont je vous ai parlé hier (Loin de lui le soleil).

Alors il y avait des tables rondes organisées mais j’étais là pour bosser donc je n’ai pu participer à rien en terme d’animations et j’ai à peine vu la partie des artisans qui se résumait à deux allées. Il faut dire que l’endroit n’est pas gigantesque et qu’on ne peut pas abattre les murs, le festival est victime de son succès !

En étant de l’autre côté de la table, je vis ce type de manifestations différemment. Pour moi, ce sont des moments de retrouvailles avec les copains auteurs et éditeurs, des échanges très humains, des petites infos en avant-première à chiper de ci, de là… Du style qui écrit quoi en ce moment et qui va publier quoi bientôt et chez qui. La seule chose que je peux vous dire c’est que la remise du prix des Halliénnales a été un peu un flop (au sens drôle du terme), les micros ne fonctionnant pas (ou pas suffisamment forts). Du coup j’ai bien saisi qu’Adrien Tomas avait gagné quand il a fini par arriver sur scène (pour la petite histoire, il était en train de dédicacer quand on l’a annoncé et il n’avait pas du tout pigé que c’était en cours vu que personne n’entendait rien. Il a fallu aller le chercher, ce qui a fait rire un peu tout le monde, moi la première :3) mais pas grand chose de plus stimulant.

Pour revenir à nos moutons, une chance pour moi, le stand qui attirait le plus ma convoitise était juste à côté ! Du coup, j’ai pu craquer complètement aux Éditions du Chat Noir pour leurs nouveautés… Mais pas que. Jugez par vous même.

halliénnales
Loin de lui le soleil – Vincent Tassy
Effroyable porcelaine – Vincent Tassy
Le Carrousel Éternel #2, #3 et #4 – Anya Allyn
Nixi Turner contre les croquemitaines #1 – Fabien Clavel
Thorngrove – Cécile Guillot

J’ai reçu en cadeau de la part d’Émilie les tomes 3 et 4 du Carrousel Éternel. Comme il me manquait le 2 pour avoir la collection complète, je me suis fait plaisir. Cela donne un total de 5 romans achetés et 2 offerts.

Le lendemain, j’ai participé à la Retro Wizard Day, un petit festival très sympa pas loin de chez moi (donc du côté de Liège). Je m’y rends depuis trois ans maintenant en tant qu’exposante et j’en ressors à chaque fois très satisfaite. Les ventes y sont bonnes, l’équipe aux petits soins et on y croise des artisans locaux qui proposent un travail assez original. La preuve, je me suis offert un t-shirt qui, je trouve, manquait cruellement dans ma vie (peuple d’instagram, vous savez de quoi je parle). Mais pas de romans, il y avait de toute façon très peu d’auteurs.

Ce que j’aime dans les plus petits salons à taille humaine, c’est de pouvoir discuter. On n’en a pas toujours le temps sur les manifestations plus importantes, du coup j’ai profité d’échanges et de débats très stimulants sur les littératures de l’imaginaire (mais pas que !)

Voilà, vous savez un peu tout même si je reste plutôt générale, j’en ai conscience.En même temps, faut bien conserver une part de mystère :3

Et vous, en quoi consistaient vos derniers craquages? 🙂

#PLIB2019 : mon vote, mon bilan

Bonsoir à tous !

Aujourd’hui se clôturait le vote pour la session 2019 du PLIB, un prix dont je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises puisque j’avais la chance de compter parmi les membres du jury. J’avais envie d’en profiter pour vous proposer un bilan de cette aventure.

Petite info en passant : la remise des prix aura lieu le 12 octobre à Paris en présence des auteurs qui ont été invités par l’organisation. Je ne pourrai malheureusement pas y assister en personne mais je me réjouis qu’une retransmission en directe soit prévue ! J’ai vraiment hâte de connaître le résultat final.

Commençons par nous remémorer qui sont les 5 finalistes :
plib2019-finalistes
Le dieu oiseau – Aurélie Wellestein
Terre de brume #1 – Cindy Van Wilder
Rouille – Floriane Soulas
La fille qui tressait les nuages – Céline Chevet
Comment le dire à la nuit – Vincent Tassy

J’étais en demi teinte sur cette sélection des finalistes. Pour moi, d’autres romans dans les présélectionnés auraient largement mérité d’arriver à ce stade et j’ai été déçue qu’ils ne soient pas retenus. C’est peut-être l’un des seuls bémols que je mets au PLIB, c’est que les jurés ne sont pas obligés de lire les romans présélectionnés pour voter. Seule la lecture des finalistes est obligatoire (et très bien encadrée au passage, pas question de voter sans avoir lu ! Les cheffes veillent au grain), du coup les premiers votes se font à la couverture, au résumé, peut-être au copinage / popularité et c’est dommage. Mais bon, les organisateurs se démènent déjà tellement ! Je ne vois pas comment ils pourraient s’en sortir autrement pour contrôler tout le monde. Et c’est le jeu, au fond, car beaucoup de romans sont achetés chaque jour en se basant uniquement sur un nom, une couverture ou un résumé.

J’étais déjà très heureuse de voir figurer deux romans du Chat Noir dans les finalistes. J’adore la plume de Vincent Tassy et je suis tombée amoureuse du roman de Céline Chevet (et de l’autrice aussi qui est tellement adorable ♥). J’étais aussi contente de voir Aurélie Wellenstein en final car c’est une autrice dont j’apprécie le travail et qui est super sympa sur un plan humain. J’avais aussi apprécié la lecture du Dieu Oiseau (hormis la fin !) donc ça partait quand même bien.

J’étais un peu plus mitigée sur les deux autres titres. J’aime beaucoup Cindy Van Wilder en tant que personne mais j’étais restée un peu sur ma faim en lisant Mémorex et en plus, Terre de Brume était référencé comme roman jeunesse. Double aoutch. Finalement, ça a été une bonne surprise ! Je suis donc contente d’avoir été « forcée » de le lire parce qu’il est clair que je serai passée à côté sans ce prix.

Quant à Rouille, je ne savais pas trop quoi en penser. Je ne l’aurai pas acheté pour moi en temps normal, c’est certain. Je sais que je ne suis pas le public cible et le résumé ne me tentait pas. En matière de steampunk, je suis de plus en plus exigeante (faut dire que j’ai l’habitude d’autrices très pointilleuses dans le domaine) Si sa lecture n’a pas été la catastrophe à laquelle je m’attendais (vous avez les détails dans ma chronique, je ne vais pas revenir dessus !) j’ai quand même trouvé que les personnages manquaient de crédibilité et j’avais deviné les rouages de l’intrigue. Du coup, c’est probablement la lecture que je regrette le plus d’autant que j’ai acheté le livre, mais pas au point de l’avoir abandonné en cours de route, ce qui est déjà pas mal car j’ai vu beaucoup de jurés qui n’ont pas su lire au-delà des 10% minimum. Et pas seulement pour celui-là. Ça permet de se rendre compte que tous les goûts sont vraiment dans la nature !

Du coup, pour qui ai-je voté?
Ça a été très difficile de choisir entre les deux romans du Chat Noir mais voilà… La fin de Comment le dire à la nuit m’a laissée perplexe et déçue. Deux chapitres en moins et j’aurai probablement voté pour Vincent. Ou peut-être pas. Parce que la fille qui tressait les nuages est un chef-d’œuvre et je prie pour qu’elle remporte le trophée haut la main !

13

Au final, quel est mon sentiment sur le PLIB?
C’est un concours extra et respectueux des auteurs (ça paraît bête mais organiser un Ulule pour pouvoir les rémunérer en plus d’organiser une vraie cérémonie, je trouve ça génial quand on pense que certains salons ne prennent même pas la peine de payer les auteurs qu’ils invitent !). Les organisateurs sont disponibles, investis et très présents sur les réseaux sociaux. Non seulement pour répondre aux questions mais aussi pour organiser des concours, des lectures communes, différents évènements et rencontres comme aux Imaginales. J’ai découvert une équipe très humaine et passionnée à qui j’ai envie de tirer bien bas mon chapeau.

Le groupe facebook permet d’échanger des avis constructifs avec d’autres blogueurs et ça aussi, c’est vraiment positif. Par contre, mon côté un peu vieille chieuse casanier m’a empêché de participer aux évènements sur discord, aux lecteurs communes et aux différents concours puisque j’avais déjà la majorité des titres. De plus, j’avais déjà lu une bonne partie des romans sélectionnés vu que je suis déjà à fond dans la promotion de la SFFF francophone. Je n’ai donc rien découvert de transcendant mais je ressens beaucoup de fierté à avoir pu apporter ma petite pierre à ce grand édifice.

Est-ce que je vais participer au PLIB2020? Évidemment !
Et vous? 😉