#PLIB2020 : mes laborieuses lectures de Félines & la cité des chimères

Bonjour à tous !

Voici aujourd’hui un article un peu particulier. Comme vous le savez, je fais partie du jury pour le PLIB2020 ce qui implique l’obligation de lire les cinq romans désignés comme finalistes. Je l’ai déjà dit, j’ai été assez déçue des choix finaux à l’exception de deux titres lus précédemment sur le blog (Mers Mortes et Je suis fille de rage). Les trois autres ne m’inspiraient pas grand chose entre une maison d’édition inconnue au bataillon, une autrice déjà lue auparavant avec laquelle je n’avais pas trop d’atomes crochus et enfin un roman à la couverture vraiment peu avenante en plus d’un résumé pas terrible. C’est le jeu, je me suis lancée et parmi ces trois lectures, une seule a finalement été une bonne surprise. Et pas celle que je pensais.

J’ai donc décidé d’écrire un billet groupé au sujet des deux autres romans parce que je suis obligée de produire une chronique, même si j’ai abandonné le livre en cours de route -ce qui a été deux fois le cas. Vous le savez, c’est quelque chose que je n’aime pas du tout faire sur le blog mais voilà, ce sont les règles donc je m’y plie. Puis je vous avoue que j’ai quand même quelques trucs à dire, surtout sur Félines, et faut que ça sorte.

9782490151226_1_75
La cité des chimères
– Vania Prates (SNAG)
Je ne connaissais ni l’autrice ni la maison d’édition, je partais donc sans a priori (même si j’admets être frileuse de découvrir une nouvelle maison que je n’ai jamais croisé en salon alors que j’en fais quand même pas mal) et sans rien attendre même si le résumé ne me branchait pas plus que cela.

Malheureusement, j’ai assez rapidement compris que je n’allais pas accrocher avec le style d’écriture de l’autrice. Pas qu’il soit mauvais en soi, il ne colle juste pas à mes goûts. Je l’ai trouvé sans âme, je n’ai pas ressenti la moindre magie et ne suis pas parvenue à m’intéresser au contenu du roman. Il faut dire que la cité des chimères commence avec une longue exposition où l’autrice nous balance les règles de son univers directement, ce qui entraine des longueurs déplaisantes dés les premières pages. Du coup je dois avouer avoir trainé des pieds pour arriver à 10% et j’ai ensuite préféré abandonner ma lecture malgré les très bons retours lus chez pas mal de jurés.

Je rate peut-être quelque chose et j’espère que l’autrice ne m’en voudra pas d’avoir éprouvé cela envers son roman. Je ne remets pas son travail en question, je pense juste ne pas être le public cible et manquer de patience. Il y a un an ou deux, j’aurais été au bout malgré tout mais plus aujourd’hui car je me tiens à mes résolutions. Je veux que mes lectures soient de bons moments, pas des contraintes qui provoquent des pannes parce que « je dois le lire ». C’est donc un premier abandon qui remonte tout de même au mois de janvier ou février. J’attendais un peu pour voir si l’envie de reprendre viendrait mais ce n’est pas le cas.

9782812618291
Félines
– Stéphane Servant (Le Rouergue)
Il a suffit de deux lignes à ce roman pour me donner envie de le refermer. J’ai profondément détesté la narration employée avec cette fille inconnue qui m’interpelle, moi lectrice, pour me donner son témoignage avec des mots maladroits justifiés par son âge. Et encore, je dis justifiés par son âge sauf que c’est assez condescendant vis à vis des adolescentes qui sont capables de s’exprimer correctement, en réalité. La prof en moi a eu du mal à se contenir toutefois j’ai quand même tenu 56 pages avant de jeter l’éponge. Qu’est-ce que c’était long bon sang… Et agaçant. En fait c’est mon énervement qui m’a permis d’aller jusque là avant que le bon sens ne me dicte d’arrêter la torture.

Sur ce laps de temps, l’auteur nous balance des adolescentes clichées et sans profondeur, des stéréotypes tellement énormes que j’ai pas arrêté de rouler des yeux. Je suis une femme, mon adolescence ne remonte pas à si loin alors pitié… C’est quoi ça ? Sans rire… Je sais que les filles peuvent se montrer cruelles, attachent beaucoup d’importance au culte de l’apparence -surtout dans cette période de notre vie où nous sommes si influençables. N’empêche, quand on voit ce qui se passe en cours de natation, jamais un prof n’aurait laissé passer ça dans les écoles que j’ai fréquenté (en tant qu’élève ou prof). C’est quoi ce délire ?

Mais mettons, à la limite, je pouvais encore accepter cette possibilité parce que je sais que tous les enseignants n’ont pas forcément à cœur de bien faire (hélas) et que certaines ados sont vraiment des monstres. Sauf que ça ne s’arrête pas là… La cerise sur le gâteau ça a été la vidéo vue par Louise où une fille se fait lapider en public parce qu’elle a des poils sur le corps. Pas trois poils et demi hein, plutôt version loup-garou, mais quand même. C’est tellement improbable au 21e siècle ! Pourtant je suis la première à dire qu’on vit dans un monde cruel mais là, l’auteur pousse son idée trop loin, trop dans l’absurde, surtout au tout début de cette épidémie où on ignore encore tout à son sujet. De plus, il existe une maladie appelée hypertrichose qui consiste en l’apparition d’une pilosité envahissante sur une partie ou la totalité du corps et qui frappe autant l’homme que la femme. Une maladie qu’on connait depuis au moins le 14e siècle puisqu’on a des cas célèbres recensés… Donc bon…Ces inconnus qui croisent cette fille pleine de poils ne la connaissent pas depuis sa naissance et ne sont pas supposés savoir qu’elle n’en est pas atteinte. Qu’on la regarde de travers, je veux bien. Qu’on lui balance quelques insultes aussi. Mais qu’on la lapide ? Faut arrêter.

Et oui, il existe des pays où la lapidation se pratique de nos jours mais ironiquement, ces pays offrent justement des vêtements capables de dissimuler le problème rencontré par les Félines. C’est un peu paradoxal du coup, non ? Et si la vidéo se déroule en Europe, comment peut-on imaginer qu’une telle chose puisse se produire sans que personne n’intervienne, pas même la police ? On a des exemples de violence au quotidien, je suis d’accord, mais on en a aussi de gens qui ont le courage de réagir. Du coup, je n’y ai pas cru un seul instant et la lecture m’énervait un peu plus à chaque page. La base de l’écriture de fiction, c’est quand même d’offrir un cadre suffisamment crédible pour que le lecteur se dise « oui, ça peut arriver ». Ici, l’auteur proposait une mise en place trop grossière pour que cela fonctionne avec moi.

Pour ne rien arranger, j’ai trouvé Louise détestable et sa façon de s’exprimer en racontant sa vie dans le désordre manque vraiment d’intérêt. Je n’ai ressenti aucune empathie pour elle ni le moindre intérêt pour ce qu’elle avait à raconter.

Ça m’énerve de devoir démonter ce roman avec des mots aussi durs toutefois quitte à devoir m’exprimer pour le prix, je préfère me montrer honnête. En l’état, j’ai du mal à comprendre que ce texte ait pu être publié par un éditeur et qu’on le destine à un public ado. Alors vous me direz que je n’ai lu que 56 pages, que tout s’éclaire par la suite, qu’en fait il ne voulait pas exprimer tout ça et peut-être que c’est vrai. Raison pour laquelle il faut prendre ce billet avec du recul car je n’ai pas terminé le livre. Peut-être que j’ai jugé ce roman trop rapidement. Sauf que, désolée, pour moi, un roman se travaille dans son ensemble, pas juste certaines parties. Rien que l’introduction, j’ai du me faire violence alors que je n’ai pas de soucis à ce qu’un personnage brise le quatrième mur (je suis archifan des comics Deadpool par exemple). C’est simplement la manière de faire, cette répétition, cette insistance. Rien ne m’a inspiré une quelconque sympathie ou le moindre sentiment positif.

Notez toutefois que je trouve ça positif qu’un auteur parle de bodyshaming, de cette pression sociale qui pèse sur la femme au niveau de son apparence, des poils, etc. Les thématiques sont très importantes et justement, j’aurais voulu un meilleur cadre, plus subtil, plus crédible, pour donner une véritable force au propos. Après, je suis l’une des seules -il me semble- à avoir détesté à ce point et je ne suis pas le public cible de ce texte, donc mon retour est à prendre avec des pincettes.

La conclusion de l’ombre :
Le PLIB est un prix que j’apprécie beaucoup pour son engagement et pour son équipe au top, toutefois je ne suis pas certaine de réitérer l’expérience l’année prochaine. Je ne prends plus de plaisir à découvrir des romans imposés par d’autres. C’est peut-être triste mais voilà, je sais ce que j’ai envie de lire, je sais quand moi j’ai envie de tenter des nouveautés, de prendre des risques, je veux rester maîtresse de ce que je lis. Mes goûts littéraires s’éloignent de plus en plus de ceux des autres jurés du coup ça ne risque pas d’aller en s’arrangeant. De plus, à mon sens, il y avait d’autres romans bien meilleurs qui méritaient de prendre la place de ceux-ci, en particulier la place de Félines. Je suis frustrée, je ressens un certain agacement et j’espère ne plus jamais avoir à me plier à écrire ce type de billet.

tumblr_m7mzlkmwrR1ruwi4no1_500

Oui je termine par un gif de Sheldon parce que je n’avais aucune idée de comment conclure cet article autrement et que c’est toujours sympa un gif de Sheldon.

44 réflexions sur “#PLIB2020 : mes laborieuses lectures de Félines & la cité des chimères

  1. Pingback: #PLIB2020 : mon vote final & une fin d’aventure pour moi | OmbreBones

  2. Pingback: #PLIB2020 : Félines de Stéphane Servant | La Bibliothèque d'Aelinel

  3. Pingback: #PLIB2020 : Félines de Stéphane Servant | La Bibliothèque d'Aelinel

  4. Pingback: #PLIB2020 : La cité des chimères de Vania Prates | La Bibliothèque d'Aelinel

  5. C’est ton commentaire sur mon blog (sous Cendrelune) qui m’a donné envie de lire ton avis sur Félines. Comme tu le sais peut-être je l’ai adoré pour ma part alors on va pas faire un débat de qui a raison qui a tort, on a toutes les deux raison. Ce qui est amusant c’est de voir à quel point notre confrontation à l’oeuvre a été différente.
    Je connais bien Stéphane Servant, j’ai lu beaucoup de ses romans dont Sirius, Le cœur des Louves, et la Langue des bêtes et je dirais que cette invraisemblance qui pour toi a été déstabilisante est une caractéristique principale de son oeuvre de manière générale. Je m’y suis tellement habituée que je n’y ai pas pris attention ! Mais quand je lis ce que tu écris je peux dire que oui, c’est effectivement exactement le cas ^^
    Sauf que pour moi son pas de côté permet à son histoire d’avoir beaucoup plus d’ampleur, d’avoir à la fois l’aspect conte (extrapolation en vue de délivrer un message) et l’engagement (beaucoup d’auteurs se servent d’une extrapolation afin de prendre conscience de faits plus minimes ou considérés comme minimes comme La Guérilla des Animaux de Camille Brunel).

    Après… ben on a tous nos déceptions ^^ Globalement je suis aussi assez déstabilisée pour le prix.. Je suis contente que Félines soit ici parce que ça montre ce que peut aussi être l’imaginaire (un engagement) tout comme Mers Mortes que j’ai adoré. Mais globalement on se retrouve sur du YA ou de l’ado, ce qui est plus représentatif des juré.e.s que de l’imaginaire (à mon sens), et je trouve ça très dommage. C’est bien de vouloir englober l’ensemble de l’imaginaire…mais si c’est pour qu’on se retrouve qu’avec du YA / Ado ben…c’est un prix littéraire des romans ado de l’imaginaire. Et pas un prix de l’imaginaire. Quand bien même c’est le jury qui a choisi, etc. Enfin bref ^^ J’hésite aussi à continuer l’aventure (alors que j’ai tout de même beaucoup aimé les romans proposés, seulement je ne les trouve pas représentatifs).

    Voili voilou ! En tout cas on devrait tous et toutes s’exprimer avec franchise et je suis heureuse de voir des avis divergents sur Félines, j’aurais trouvé ça bizarre que tout le monde aime. Je sais pourquoi j’ai aimé mais je sais aussi ce qui peut être mal vu ou détesté par d’autre ^^ Les goûts et les couleurs, c’est passionnant !

    • Merci pour ton commentaire ! Concrètement je ne cherche pas le débat puisque comme tu le soulignes, il n’y a aucune raison d’en avoir. Ce sont nos goûts, nos sensibilités, qui nous font aimer ou détester une œuvre et pour moi il manquait trop de choses pour que je réussisse à me plonger dans ce roman, à être sensible à ses thèmes. Comme je l’ai dit, je ne suis pas dans la tête de l’auteur donc je ne peux pas lui prêter des intentions qu’il aurait pu peut-être avoir ou non. Je me base uniquement sur ce que j’ai lu à savoir cinquante pages du roman, donc je ne suis pas bien placée pour donner un avis pertinent. Je ne me sentais tout simplement pas de continuer, j’ai eu un vrai sentiment de rejet face à ce texte et ça ne m’était plus arrivée depuis très longtemps.
      Peut-être que quand on a lu plusieurs œuvres de l’auteur, on l’appréhende autrement comme ça semble être ton cas mais c’était mon premier essai avec lui et ce sera le dernier pour être honnête. Après, voilà, c’est moi ! Et comme tu dis, les goûts et les couleurs, c’est passionnant. Si tout le monde est d’accord sur tout, c’est fade et ça n’a aucun intérêt ^^’

      Je comprends ton commentaire sur le PLIB, en cela je me retrouve davantage sur le Planète SF qui brasse beaucoup plus large. J’attendais, je dois dire, autre chose des sélections surtout vu les titres dans les 20 et j’ai même été surprise d’y retrouver Je suis fille de rage qui n’a pas grand chose en commun avec les canons habituels de ce qui est sélectionné. Perso, j’ai voté pour lui même si j’ai hésité avec Mers Mortes. Plus le temps passe et plus je suis convaincue que je ne vais pas retenter l’aventure l’année prochaine en tout cas.

  6. J’avais vraiment bien aimé La cité des Chimères pour ma part. Ce n’est pas un grand roman, mais l’univers m’avait emporté – une lecture qui tombe au bon moment.
    Félines est un roman qui divise énormément. Je l’ai aimé pour ma part. Je te rejoins sur la vraisemblance de certains événements mais j’avais essayé au moment de ma lecture de me détacher de notre réalité pour entrer dans celle-ci (bien qu’elle y ressemble fortement).
    En revanche, je n’ai vraiment pas aimé Mers mortes.

    • Ah bah comme quoi les sensibilités de chacun… Pour moi Félines prend place dans un univers trop inspiré du nôtre pour qu’on puisse mettre au placard la vraisemblance. En tout cas, je n’ai pas réussi :/ Alors que pour Mers Mortes j’ai trouvé l’ensemble assez bon, pas parfait, pas le meilleur roman de l’autrice mais agréable et intelligent dans son propos.

  7. Pingback: BML #25 – juillet 2020 | OmbreBones

  8. Boooon! Alors, pour ma part, j’aime beaucoup la plume de Vania Prates mais d’autres choses m’ont gênée dans ce roman: un univers pas assez développé et une intrigue qui ne m’a pas convaincue (ma chronique devrait sortir prochainement donc je ne m’étale pas.. XD). Et Félines….J’ai peur parce que je n’avais pas du tout accroché à Sirius du même auteur qui manquait pour moi cruellement de subtilités…J’avais eu l’impression que l’auteur m’imposait ses idées et j’avais détesté ça! Et comme tu évoques aussi un manque de subtilité ici…+ de crédibilité…Breeeef, je peux être surprise mais je n’ai pas du tout envie de le lire…
    C’est dommage pour le PLIB mais je te comprends! Pour ma part, je pense réétirer l’expérience mais j’ai des goûts plus « passe partout » que toi, je pense (sans que ça ne soit une critique ni pour toi ni pour moi :-D).

    • J’ai hâte de lire ta chronique je n’ai pas été assez loin dans la cité des chimères pour juger l’intrigue ou l’univers. Quant à Félines même si tu as des goûts plus ouverts que moi je pense que tu vas ressentir la même chose que pour Sirius 😅 heureusement que tu peux arrêter à 10% au cas où…
      Je ne me suis pas encore décidée j’attends de voir mais j’y songe de plus en plus je dois dire..

      • :-/…Je pense que je vais prendre Félines en numérique mais je t’avoue que, pour une fois, ça me fait vraiment mal au *** de l’acheter…Après c’est le jeu mais si j’arrête à 10 % …c’est un peu bête!

      • Bah je te l’aurais bien passé pour pas que tu l’achètes (je vais pas mentir ça m’a fait mal au cul de dépenser de l’argent pour ce truc) mais l’envoyer par la poste te coûtera quasi aussi cher je pense, après si tu passes vers Visé il est à toi 😁

      • Haha c’est gentil! Sait-on jamais, si je passe par là, je te tiendrai au courant! :-p Sinon, en numérique ça sera très bien (enfin moins pire qu’en papier disons)! Tu l’avais pas pris en numérique toi d’ailleurs?

      • Non parce que de mémoire il était cher donc je l’ai pris en papier pour ce prix là :/ et oui n’hésites pas 😁 ou si tu as un truc pour envoyer pas cher aussi comme tu veux ! Moi de toute je le donnerais à la bibliothèque du village je ne veux pas le garder 😅

      • Bah quitte à payer ce prix là je le prends en papier quoi xD vraiment l’éditeur m’a pas vendu du rêve. Si tu ne le trouves pas à petit prix fais moi un mp on s’arrange 😉

  9. RAAAAAAH FELINES M’A TELLEMENT SOULE AUSSI ! J’ai réussi à le finir mais je le hais de toute mon âme. Et je suis tellement d’accord avec ce que tu en dis ! Et du coup, nan tkt dans le reste du livre c’est exactement pareil voire c’est de pire en pire. Oui les thématiques sont importantes mais le traitement est super maladroit et je trouve que ça a même tendance à desservir le message è_é bref, il m’a mis dans tous mes états celui-là !

    Mais attends du coup ça veut dire que t’as aimé Cendrelune si je suis bien ?? (arg lui aussi je l’ai pas aimé XDD)
    Kin

    • Ah bah ça me rassure ! Enfin… pas tellement quand je vois le nombre de gens qui ont aimé et qui recommandent ^^’
      Disons que je m’attendais à tellement détester Cendrelune que je n’avais aucune attente donc je dirais que c’était plutôt sympa à lire, un bon divertissement mais clairement il a des défauts et je ne vais pas voter pour lui. J’ai programmé la chronique pour demain !

  10. Plus que durs, j’ai trouvés tes propos clairs et honnêtes soit ce qu’on attend d’un membre de jury littéraire. Je n’ai pas encore lu ces romans, mais ce sera bientôt fait participant également au prix. J’espère évidemment plus les apprécier que toi, ce qui est fort probable puisque connaître les limites d’un roman avant de l’attaquer permet déjà de recadrer les attentes…

    • Merci à toi 🙂 en effet savoir à quoi t’attendre te permettra d’être moins surprise négativement parlant même si j’avais lu moi aussi une chronique très peu convaincue chez sometimes mais ça n’a pas suffit à me préparer à ce bouquin. Je te souhaite tout de même d’y trouver bien plus de plaisir que moi 🙂 bonne lecture !

  11. Pour une fois on ne va pas être d’accord (c’est rare d’après ce que j’ai pu lire dernièrement sur ton blog 😉 ) Le roman faisait parti d’une sélection de livres que j’ai donné à mes 3e cette année dans le cadre d’un prix jeunesse et toutes et tous l’ont adoré (et même préféré à d’autres que j’avais pour ma part adoré mais auxquels ils ont moins accroché). Moi même je l’ai trouvé plutôt sympathique, et la prose de l’auteur ne m’a pas spécialement gênée. Comme quoi, les goûts et les couleurs… 😉

      • Ne vous inquiétez pas, les filles : au Masque et la plume, ils ne sont parfois pas DU TOUT d’accord, au point qu’on se demande s’ils ont lu le même livre 😉😄 !

      • Oui oui le même ^^ Disons qu’on n’a pas les mêmes goûts en littérature jeunesse seulement, parce que sur le reste on est sur la même longueur d’onde 😉 Après j’avoue que je suis quand même assez étonnée de voir que ce roman cartonne bien plus que d’autres auprès de mes élèves…

      • Haha bien dit Brize 😏
        Allez disons ça même si je suis moi aussi étonnée de voir son succès sur le booksta’ et que la manière dont l’auteur présente son concept… Enfin je ne vais pas radoter 🤣tant mieux si le livre donne à tes élèves l’envie de lire !

  12. Je comprends pourquoi tu envisages de ne pas rempiler, mais c’est dommage, parce que des gens comme Aelinel ou toi apportez une expérience en SFFF adulte et un sens critique affûté qui me semblent être l’exception plutôt que la règle dans le jury (par ailleurs fort sympathique, ce n’est pas la question). Mais bon, on ne va clairement pas te demander de te sacrifier pour la « cause » 😉

    • Je suis très touchée par ce que tu dis, sincèrement 🙂 Mais je dois t’avouer que me sentir perdue au milieu de blogueurs qui n’ont pas des goûts semblables aux miens provoque plus de frustration qu’autre chose… Vu comment je me sens actuellement là-dessus ce serait clairement un gros sacrifice pour la cause 😛

  13. J’ai trouvé cet article super intéressant, et la façon dont tu abordes ces lectures que tu n’as pas fini est pertinente selon moi.
    En particulier pour Félines, où je comprends bien ce que tu veux dire quand tu parles du fait qu’il faut que l’auteur arrive à créer un cadre dans lequel les réactions des personnages semblent crédibles, et que ce n’est pas le cas ici. J’ai souvent le sentiment en fiction qu’on insère des choses au chausse pied pour amener vers un « message » spécifique, mais que ça se fait parfois au détriment de la crédibilité de l’ensemble. Donc je trouve très bien que tu soulignes ça.

    Du coup, je comprends tout à fait ta gène à « tailler » les romans en question, mais en même temps je trouve ton point de vue très pertinent, ce qui légitime totalement ton article.
    Et puis tout le monde ne peut pas tout aimer, ça fait partie du jeu quand on écrit des romans.

    • Merci beaucoup pour ton commentaire 🙂 C’est une partie de la difficulté d’écrire en fiction, réussir à trouver le bon équilibre entre le message dont on a envie de parler et l’histoire, l’univers, les personnages. C’est très délicat et ici ça a été un gros échec alors que je suis certaine que l’auteur a de très bonnes intentions derrière :/

  14. Je trouve plutôt bien que tu dise pourquoi tu as arrêté tes lectures… Je suis peut-être un peu naïve sur les bords mais je pense que les auteurs doivent aussi comprendre pourquoi on n’adhère pas à leur oeuvre… à partir du moment où c’est argumenté, je trouve ces chroniques importantes…
    J’avais eu le dilemme avec un livre pour enfant… et l’auteur bien sûr n’a pas compris sur le coup, je comprends bien que ça puisse faire mal au cœur, un livre c’est un enfantement, c’est une grosse part de soi-même, mais un auteur de talent est aussi quelqu’un qui sait se remettre en question.
    Bref je suis pour les retours non concluants aussi parce que ça reste une base de réflexion…

    • Merci ! Je suis d’accord avec toi et dans un monde parfait tous les auteurs sont capables de se remettre en question, malheureusement j’ai trop souvent été confrontée à des egos démesurés, ce qui m’a poussée à ne plus écrire de retours négatifs et à prendre des pincettes quand je suis mitigée, pour concilier ma tranquillité d’esprit avec mon honnêteté intellectuelle. Mais ici voilà quitte à être forcée d’écrire dessus, autant que ça puisse servir à d’autres !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s