Apprendre, si par bonheur – Becky Chambers

chambers_v2.indd
Apprendre, si par bonheur
est une novella de science-fiction positive écrite par l’autrice américaine Becky Chambers. Publié par l’Atalante pour la rentrée littéraire 2020, vous trouverez ce roman partout en librairie au prix de 12.90 euros.
Je remercie Emma et les éditions l’Atalante pour ce service presse numérique.

Je vous ai déjà parlé de cette autrice sur le blog en chroniquant sa saga les Voyageurs : L’espace d’un anLibrationArchives de l’Exode.
(NB : il semble que suite à une fausse manipulation, j’ai supprimé ma chronique sur Libration. Vous pouvez toutefois la retrouver sur le site de l’Atalante dans sa totalité !)

De quoi ça parle ?
Les quatre membres de l’expédition Lawki 6 quittent la Terre pour un voyage de plusieurs décennies dans le but d’explorer quatre exoplanètes à quatorze années lumières de là : Aecor, Mirabilis, Opéra et Votum. Ariadne, l’ingénieure du vaisseau Merian, raconte leur périple sous forme de carnet de bord romancé et ce avec un but bien précis…

De la SF positive et de la représentation.
Ce texte court de 144 pages invite le lecteur à suivre un groupe de quatre astronautes : Ariadne, qui s’occupe de l’aspect technique du voyage. Elena, spécialiste météorologique. Jack, géologue et Chikondi, biologiste. Ne vous laissez pas abuser, si chacun a sa spécialité, tous s’entraident car comme le précise justement Ariadne, c’est comme ça qu’on peut avancer en sciences. Becky Chambers nous a habitué à de la diversité et elle continue d’œuvrer pour la représentation et l’égalité des genres. Ainsi, pas de sexisme ni d’hétérocentrisme malvenu. L’autrice propose même un personnage asexuel, fait que je retrouve dans plusieurs lectures ces derniers temps et qui me plait beaucoup. Non seulement les protagonistes ne sortent pas tous du même moule mais ils ont également l’avantage d’être très humains, avec tout ce que cela implique. À nouveau, l’autrice démontre son habileté à construire des personnages solides et intéressants.

Leur mission n’a rien de politique et n’enclenchera pas une vague de conquêtes comme on le trouve souvent dans la littérature SF -en tout cas celle que j’ai pu lire. Elle a pour but de découvrir, de comprendre les mécanismes de la vie, d’apprendre, tout simplement. D’où le titre et la citation sur la quatrième de couverture que j’aime tout particulièrement au point de l’avoir noté car je trouve qu’elle résume très bien l’esprit du texte : « Nous n’avons rien trouvé que vous pourrez vendre. Nous n’avons rien trouvé d’utile. Nous n’avons trouvé aucune planète qu’on puisse coloniser facilement ou sans dilemme moral, si c’est un but important. Nous n’avons rien satisfait que la curiosité, rien gagné que du savoir. »

L’expédition Lawki 6 est d’ailleurs financée par les citoyens de la Terre et non pas par un pays en particulier comme c’était le cas au début des conquêtes spatiales. Ce financement est possible via une organisation connue sous l’acronyme GAO. Des initiatives de ce type existent également dans notre société bien qu’elles n’en soient pas encore à ce stade de développement.

Un rapport romancé…
Cette novella se présente donc comme un rapport divisé en quatre parties, une pour chaque planète visitée par le groupe : Aecor, Mirabilis, Opéra et Votum. La première possède un paysage glacé avec de mystérieuses lumières sous la surface. La seconde a une pesanteur bien supérieure à celle de la Terre et abrite une quantité phénoménale de formes vivantes. Opéra est un enfer aquatique à la météo tempétueuse et enfin Votum est un désert silencieux. On pourrait craindre que la forme de rapport empêche une intrigue intéressante ou un attachement de se créer vis à vis des personnages mais ce n’est pas le cas. Becky Chambers propose un bel équilibre entre l’aspect scientifique et humain, si bien que la lecture ne m’a jamais parue longue ou hors de ma portée. L’autrice donne dans la vulgarisation scientifique en expliquant de quelle manière les astronautes réussissent à tenir face aux différences entre la Terre et les planètes visitées ainsi que les longues distances parcourues sans pour autant mourir de vieillesse avant d’arriver. Pour moi qui suis novice sur un plan scientifique (et un peu en SF aussi, je poursuis mon apprentissage), je trouve qu’elle s’y prend très bien.

On ne comprend le but de ce rapport qu’une fois à la toute dernière page. Je ne vais pas révéler le twist final mais j’en ai eu des frissons. C’était intense, frappant, bref c’était parfait et ça justifie mon coup de coeur pour cette novella.

… avec une base scientifique solide.
On apprend grâce aux remerciements que Becky Chambers a été très influencée par les travaux d’une scientifique qui pourraient permettre, à terme, de rendre tout ça possible : Lisa Nip. Cette chercheuse du MIT propose de recourir à la biologie synthétique pour résoudre les difficultés du voyage spatial humain. Elle n’est pas la seule si on se fie à ces remerciements car l’autrice s’est appuyée sur des faits scientifiques avérés et solides pour écrire cette novella.

La conclusion de l’ombre :
Avec Apprendre, si par bonheur, Becky Chambers offre une novella de science-fiction positive tournée vers l’humain avec une base scientifique solide. L’autrice raconte comment quatre astronautes mènent une mission d’exploration sur quatre planètes différentes dans le but de comprendre l’origine de la vie. Elle prend le temps de mettre en scène les protocoles de recherche et de vulgariser ce qui doit l’être pour rendre son texte accessible au plus grand nombre sans jamais que cela ne devienne ennuyeux, même pour ceux qui n’ont pas d’atomes crochus avec ces matières. J’ai dévoré d’une traite ce court roman que je recommande avec enthousiasme.

D’autres avis : le Syndrome de QuicksonLes lectures du Maki – vous ?

18 réflexions sur “Apprendre, si par bonheur – Becky Chambers

  1. Pingback: Apprendre, si par bonheur, Becky Chambers | L'Imaginaerum de Symphonie

  2. Pingback: S4F3 : les résultats, le classement général – Albédo

  3. Pingback: Apprendre, si par bonheur de Becky Chambers – Au pays des cave trolls

  4. He bien tu vois, celui-là je l’ai mis dans la prochaine commande pour la médiathèque. Et la façon dont tu en parle me conforte dans cette idée… a voir si il sera emprunté parce que la SF chez nous, ça passionne pas les foules.

    • Ah je suis bien contente de lire cette nouvelle ! C’est justement une SF différente, accessible, humaine, je pense que ça peut intéresser du monde. C’est une chouette porte d’entrée sur le genre aussi ! Très bon choix.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s