Prise de tête – John Scalzi

scalzi_prise-de-tete.indd
Prise de tête
est un roman policier / science-fiction / uchronie écrit par l’auteur américain John Scalzi. Publié chez l’Atalante, vous trouverez ce texte au prix de 21.9 euros.
Je remercie Emma et les éditions l’Atalante pour ce service presse.

Avant d’aller plus loin, sachez que Prise de tête s’inscrit dans le même univers et dans la continuité des Enfermés, texte dont je vous ai parlé en octobre. Comme souvent dans les sagas policières, les deux volumes peuvent se lire de manière indépendante à condition d’accepter de louper un clin d’œil ou l’autre de temps en temps. Rien de fondamental en soi. Les deux enquêtes sont séparées chronologiquement d’une année. Je vous encourage à jeter un oeil à ma chronique sur les Enfermés pour comprendre le contexte dans lequel Scalzi évolue. En quelques mots : un virus s’est développé au sein de la population humaine, attaquant le cerveau et enfermant des gens dans leur propre corps. La science et la technologie ont du se développer à toute vitesse pour libérer ces enfermés, ainsi sont arrivés les réseaux neuronaux, les transports personnels (cispés) etc. Je parle d’uchronie car on a bien un évènement qui modifie le cours de notre Histoire. Simplement, il a lieu dans notre passé proche.

Prise de tête exploite cette fois-ci le monde du sport si cher aux américains. L’hilketa est une discipline prisée par les haddens où il faut décapiter l’adversaire et marquer un but avec sa tête. Forcément, ça se joue avec des cispés (des robots de transport personnel), pas de panique. La ligue d’hilketa se développe de plus en plus et cherche à exister sur le marché mondial. Pas de chance, pendant un match amical supposé attirer les investisseurs, l’un des joueurs décède vraiment pendant le match. Les agents Shane et Vann vont donc devoir mener l’enquête pour savoir s’il s’agit ou non d’un accident.

Non content de proposer une enquête intéressante, dynamique et bien tournée, John Scalzi exploite surtout de nouvelles thématiques fortes. La fameuse loi qui sucre aux haddens une partie de leurs avantages fiscaux est passée, ce qui change la donne dans le monde des affaires. Les sociétés spécialisées dans la fabrication des cispés vont devoir élargir leur marché pour ne pas déposer le bilan. Arrive alors la perspective que les personnes valides utilisent des cispés en se faisant poser un réseau neuronal, comme s’ils étaient eux aussi victimes du syndrome. Les applications sont nombreuses : robots sexuels, facilités dans les voyages, accès à l’Agora, cet espace en ligne utilisé par les haddens… Ce qui m’a le plus marquée, c’est la manière dont les gens valides (donc qui ne sont pas enfermés dans leur corps) cherchent à s’approprier les technologies développées pour réinsérer les victimes du syndrome dans la société. On en est au point où des gens manifestent devant les stades d’hilketa sous prétexte qu’il est injuste que tous les joueurs soient des haddens (et donc des handicapés, techniquement !). Et oui, désolée, ça m’a choqué. Je pense que le but de Scalzi est de confronter le lecteur à l’absurdité et à l’hypocrisie de notre société et il s’en sort très bien.

Le roman compte 336 pages et on ne les sent pas passer. C’est en partie grâce au duo d’agents du FBI. Scalzi opte pour une narration à la première personne du point de vue de Chris Shane mais sa coéquipière est aussi très présente avec son caractère haut en couleur et très rentre dedans. Un régal. D’ailleurs, j’en profite pour souligner que dans ce volume-ci aussi, l’auteur ne genrifie pas Chris. On ignore toujours s’il s’agit d’une femme ou d’un homme et depuis que ma Troll préférée me l’a fait remarquer, j’ai fait la chasse au pronom pour m’en assurer. Mais non, rien. Quel coup de génie !

Une fois de plus, les dernières pages du roman sont consacrées au développement d’un point important de l’univers. Ici, l’hilketa. Comme pour un article de présentation encyclopédique, Scalzi nous en explique l’origine, les règles, les polémiques et j’ai apprécié que ça apparaisse à la fin plutôt qu’au début.

Je me rends compte que je n’ai pas énormément à dire sur ce roman. Ce n’est pas, fondamentalement, ma série favorite chez Scalzi mais je prends tout de même beaucoup de plaisir à la lire car on retrouve sa personnalité et son style inimitable tout au long du texte. Si je le préfère en space-opera, il s’en sort honorablement dans le genre polar SF uchronique et en profite pour amener une critique subtile de notre société. Ce texte s’adressera en priorité aux lecteurs qui ont envie de le découvrir mais qui ont peur de se lancer en science-fiction spatiale ou, tout simplement, qui n’aiment pas ça.

Pour résumer, Prise de tête est une nouvelle réussite à afficher au palmarès de ce talentueux auteur. John Scalzi propose un polar uchronique dans une société technologiquement un peu plus avancée que la nôtre grâce (ou à cause ?) du virus hadden. Il réutilise un duo d’agents du FBI qui fonctionne merveilleusement bien pour proposer une enquête dans le milieu sportif, enquête dont les rouages et l’intrigue ne manquent pas d’intérêt. Ce page-turner permet de passer un bon moment en compagnie de cet écrivain incontournable dont je vous recommande plus que chaudement la bibliographie complète.

Archives de l’exode – Becky Chambers

chambers_3.indd
Archives de l’exode
est le troisième volume (après l’Espace d’un an et Libration) d’une saga de science-fiction composée de tomes indépendants et écrite par l’autrice américaine Becky Chambers. Édité chez l’Atalante, vous trouverez ce roman au prix de 21.9 euros.
Je remercie Emma et les éditions l’Atalante pour ce service presse.

Ce roman se déroule cette fois-ci principalement dans la Flotte. Pour rappel, à l’origine, les humains qui composent la Flotte en question ont été les derniers à quitter une Terre dévastée en espérant survivre et préserver leur espèce. Ils ont adopté un mode de vie bien à eux très inspiré des bons côtés du communisme, au point d’exister dans une forme d’utopie crédible car imparfaite. Dans ce roman, Becky Chambers nous propose à nouveau de suivre une galerie de personnages très divers aux vies ordinaires. Si vous avez envie d’intrigue à grande échelle ou d’action haletante, les textes de cette autrice ne sont pas faits pour vous.

Fidèle à ses habitudes, Becky Chambers propose une science-fiction tournée vers l’individu et la richesse apportée par les autres cultures. Son roman chorale lui permet d’aborder de nombreux thèmes et peindre beaucoup de profils. Voyez plutôt. Le lecteur rencontre d’abord Tessa. Elle est mère de deux enfants et travaille dans un secteur menacé par les intelligences artificielles. Isabel est une personne âgée qui travaille aux Archives et est chargée de préserver le souvenir de leur Histoire pour les générations futures. Eyas est une soignante, c’est à dire qu’elle s’occupe des morts et les transforme en composte pour qu’ils continuent d’être utiles à la communauté en servant à faire pousser les récoltes car dans la Flotte, rien ne se perd. Kip est un adolescent comme n’importe quel autre, que l’ennui pousse à mener des expériences idiotes et à s’interroger sur le sens de son existence. Quant à Sawyer, c’est un humain extérieur qui ne trouve pas son compte sur une planète après avoir perdu un énième travail et ressent l’envie de vivre au sein de la Flotte car leur mode de vie l’attire. Pour terminer, Ghuh’loloan est une ethnologue alien qui apparait dans les chapitres d’Isabel mais aussi à chaque début de partie (le texte est divisé en sept) sous forme de compte-rendu de ses recherches dans une simulation de publication scientifique.

Cette accumulation de profil permet au lecteur de se retrouver dans au moins l’un des protagonistes. L’intrigue des Archives de l’exode est assez simple. Il s’agit surtout d’écrire des tranches de vie et de culture, de montrer au lecteur toutes les phases d’une vie, de son commencement à sa presque fin. On a en effet un adolescent, un jeune adulte, une femme active célibataire, une mère, une personne âgée… C’est assez fascinant à découvrir et très différent de ce dont on a l’habitude. J’évoquais les thèmes abordés par l’autrice, ils sont aussi pluriels que ses personnages: le devoir de mémoire, le vivre ensemble, l’importance d’appartenir à une communauté… C’est une véritable ode à la tolérance et à l’ouverture.

Comme pour ses autres textes, je me dois de souligner la richesse de l’univers créé par l’autrice, surtout d’un point de vue des sciences humaines au sens large: les différentes races, leurs mœurs, leurs cultures, leur Histoire, Becky Chambers ne néglige pas le moindre détail au point qu’on ne s’étonnerait presque pas de croiser un aéluon au coin de la rue.

Archives de l’exode est un texte calme qui permet de souffler et de réfléchir à son propre quotidien, à ses propres habitudes. Sur un plan personnel, il y a notamment une phrase qui m’a marquée au point que je la photographie pour la retranscrire ici. Quand l’un des personnages apprend que son travail est menacé, elle écrit à son compagnon qui voyage pour son travail et lui dit : Pourquoi apprendre si tout est dans les Liens et qu’il suffit d’interroger l’IA? C’est, je trouve, une problématique terriblement actuelle et ce n’est pas la seule. Voici un exemple parmi tant d’autres de la richesse portée par les romans de cette autrice atypique dans la veine de la science-fiction. Atypique, je le précise, sur base de mes modestes connaissances du genre.

Pour résumer, Archives de l’exode est une réussite qui ne plaira certes pas à tout le monde pour son aspect très humain et social (ce qui induit une presque absence d’action) mais qui ne manque pas de qualités sur la forme comme sur le fond. Becky Chambers s’inscrit dans un nouveau genre de science-fiction typé sciences humaines pour proposer un texte riche sur bien des thématiques. À découvrir, l’expérience vaut le coup !

Le Vieil Homme et la Guerre – John Scalzi

3
Le Vieil Homme et la Guerre est le premier tome de la saga du même nom écrit par l’auteur américain John Scalzi. Publié chez l’Atalante dans la collection la Dentelle du Cygne, vous trouverez ce roman au prix de 19.90 euros en grand format.
Je remercie Emma et les Éditions l’Atalante pour ce service presse.

John Perry a soixante-quinze ans et vient de s’engager dans les forces de défense coloniale. Il va partir dans l’espace, sans possibilité de revenir un jour sur Terre. De toute façon, rien ne l’y retient alors pourquoi ne pas aider à l’expansion de l’humanité dans l’univers ? John espère aussi (et surtout) que la technologie avancée des colonies lui permettra de retrouver une seconde jeunesse…

J’ai immédiatement été attirée par le postulat de départ et l’idée de suivre un protagoniste du quatrième âge. Pourquoi l’armée recruterait-elle des seniors? C’est la question qu’on se pose tout de suite à la lecture du résumé. Il y a forcement anguille sous roche. Comme le supposent la plupart des protagonistes, ils disposent bien d’une technologie pour les rendre « aptes au combat » quoi que cela puisse signifier. Attirés par la cure de jouvence promise, ils vont un peu déchanter en se rendant compte que ça implique de laisser son vieux corps derrière soi. Commence alors l’entrainement de John et de la bande des Vieux Cons, comme ils s’appellent. Pas des amis depuis toujours, simplement des gens qui se sont rencontrés en chemin et se sont liés d’amitié dans leur nouvelle vie, en l’espace d’une semaine. J’ai rapidement ressenti des affinités entre ces personnages et l’envie qu’ils puissent se retrouver même si Scalzi n’est pas tendre avec ses lecteurs de ce point de vue là. Je vais y revenir.

Comme son titre l’indique, le Vieil Homme et la Guerre est un roman construit autour de la chose militaire. On suit l’entrainement de John, son évolution dans l’armée, leurs missions et leurs implications morales / psychologiques. Si vous avez un problème avec tout ce qui touche à l’armée, alors Le Vieil Homme et la Guerre n’est pas pour vous. Par contre, si ce qui vous rebute en général dans ce genre littéraire c’est que vous craignez de ne rien comprendre, prêtez-y attention ! John est un type lambda comme vous et moi qui était écrivain. Il n’a aucune notion de physique quantique, n’est pas doué en math et débarque dans ce nouveau monde. Quand il apprend des concepts utiles ou importants pour la suite, on le lui explique en langage simple et je trouve que ce roman constitue une parfaite porte ouverte sur le genre space opera car, sans infantiliser son lecteur, Scalzi se montre très accessible. Chapeau.

Comme toujours, l’univers imaginé par l’auteur ne manque pas d’intérêt bien qu’il revête un aspect assez classique sur le fond. Une partie de l’humanité a quitté la Terre pour coloniser l’espace suite à des guerres entre pays. Ces colonies recrutent des soldats sur Terre mais uniquement parmi le quatrième âge -on apprend plus tard pour quelle raison. Dans leur course à la colonisation, l’humanité a rencontré d’autres espèces, d’autres mondes, et est très souvent entrée en guerre avec eux pour obtenir le contrôle d’une planète. Le concept ne révolutionne pas le genre mais ce qui est intéressant, c’est tout ce que Scalzi apporte dans son background. La manière dont il déconstruit nos préjugés (j »ai adoré la scène des photos aliens à l’académie !). Et surtout, ses personnages.

Sincèrement, John Perry est un protagoniste très agréable à suivre, l’un de ceux que j’ai préféré découvrir chez l’auteur. Le roman étant écrit à la première personne, on s’y attache très rapidement même si ça enlève une partie de la tension narrative car on se doute que rien de définitif ne va lui arriver. John est un homme touchant aux plaisirs simples, qui accepte son destin et se donne au maximum pour aller au bout de ce qu’on lui demande. Il ne manque pas de courage (à moins que ça ne soit de la folie ?) ni de malice. Il se distingue à quelques reprises et son statut de héros lui octroie une chance parfois insolente. C’est peut-être l’unique reproche que j’ai à formuler envers ce roman mais je l’ai tellement aimé que je lui pardonne assez volontiers. D’autant qu’il s’agit de son premier roman ! Quelle qualité, pour un premier texte, j’en suis soufflée.

La narration s’étale sur plusieurs mois, divisés en parties au sein du roman. D’abord tout ce qui précède l’engagement et l’arrivée sur Phénix, puis tout ce qui touche à l’entrainement et enfin l’aspect militaire à proprement parler. D’un chapitre à l’autre, plusieurs semaines peuvent s’écouler et on apprend parfois la disparition d’un des Vieux Cons dans ce laps de temps. John les raconte sans larmoiements inutiles, il reste factuel et ça renforce l’aspect à la fois terrible et inéluctable de la guerre. Chaque fois, j’ai ressenti un pincement au cœur, m’étant attachée au héros et à ses compagnons. Narration efficace donc et déjà bien maîtrisée.

Pour résumer, le Vieil Homme et la Guerre est pour moi une réussite. Il s’agit du premier roman de John Scalzi qui propose un space opera de qualité, très accessible aux novices dans le genre sans pour autant les prendre inutilement par la main. Dans ce premier volume d’une saga qui en comporte six, le lecteur rencontre John Perry, narrateur attachant qui s’exprime à la première personne et nous dessine les contours de cet univers riche en ouvrant des pistes enthousiasmantes pour la suite. Résolument militaire, comme son titre l’indique, l’aspect humain n’est pourtant pas exclu de l’équation, offrant ainsi une belle richesse au texte. Je recommande donc très chaudement la lecture de ce roman ! Ainsi que de tout texte de Scalzi qui reste une valeur sure.

Le Regard – Ken Liu

21
Le Regard
est une novella d’anticipation / science-fiction écrite par l’auteur américain d’origine chinoise Ken Liu. Publié dans la collection Une Heure Lumière du Bélial, vous trouverez ce texte au prix de 8.90 euros.

Ruth est détective privée, obstinée et augmentée par une technologie jugée illégale. Une mauvaise décision la ronge depuis des années et une enquête sur la mort d’une prostituée va peut-être lui donner l’occasion de se racheter.

J’entends beaucoup parler de cet auteur sur la blogosphère et je m’attendais peut-être à autre chose comme premier contact. Un texte plus… Fort. Que ce soit clair, cette novella est efficace. Elle remplit son rôle en tant que divertissement policier, de roman noir dans un futur pas si lointain où les améliorations corporelles existent sans être totalement légales. Il y a de bonnes idées, comme celle du Régulateur. Mais je trouve que l’auteur ne va pas assez loin.

Je m’attendais à un traitement plus poussé des problèmes engendrés par cette technologie. Pour Ruth, c’est une mauvaise décision qui la pousse à garder son Régulateur allumé 23 heures sur 24, histoire de ne plus ressentir cette écrasante culpabilité. Dans cette novella d’anticipation (ou de science-fiction? La frontière est mince, je ne suis pas spécialiste des genres de ce type-là), le Régulateur est une technologie qu’on impose aux policiers afin de juguler leurs émotions pour les rendre plus efficaces. Normalement, le Régulateur ne doit pas fonctionner en permanence car il cause des dommages au cerveau mais Ruth le laisse tourner, incapable d’affronter ses cauchemars et sa culpabilité.
Et… voilà.
Il ne sert pas l’intrigue en elle-même. Il s’agit d’un élément perdu dans la masse, qui se désactive lors du final pour laisser la place à un autre choix, dicté par les émotions de l’héroïne, au point qu’il aurait pu ne pas être présent du tout finalement.

Et ça m’a déçue parce que l’auteur entrebâille des portes sans aller plus loin au point que les lecteurs inattentifs reposeront ce livre en se disant qu’ils ont lu le script d’un épisode sympa d’une série américaine standard. La subtilité des questionnements relevée par certains blogueurs est, selon moi, justement trop subtile pour avoir un réel impact. Évidemment qu’on lit une critique sociale sur ce que l’humanité pourrait devenir dans un futur proche. Et évidemment que la question des émotions humaines face à la froideur logique des machines est importante. Mais ce n’est pas le thème central du Regard qui se contente d’être une novella policière classique. Du moins, c’est ainsi que je l’ai ressenti.

Classique mais efficace. Ken Liu utilise l’alternance des points de vue pour emmener son lecteur tantôt dans la psychologie de Ruth, tantôt dans celle du Surveillant alias le coupable. Ruth est une ancienne flic dont on ressent bien les douleurs et la culpabilité. Son passé aussi est plutôt classique, elle remplit son rôle d’archétype en restant convaincante. Tout comme le Surveillant. Il ne tue pas pour le plaisir, il préfère ressentir le pouvoir sous toutes ses formes. Surtout en dénichant des informations sur des personnes hautes placées qu’il va ensuite faire chanter. Classique, une fois de plus, mais il a le mérite d’incarner les dérives d’un système déjà bien mis en place. L’effet est efficace et rendra le lecteur paranoïaque sur du plus ou moins long terme.

On pourrait croire que je n’ai pas aimé cette novella mais c’est tout le contraire. J’ai apprécié ce premier contact bien que son texte ne m’ait pas transcendée. J’ai lu que d’autres nouvelles ou recueils valaient davantage le détour donc je ne vais pas stopper ici ma découverte de l’auteur. Le Regard a l’avantage de se lire d’une traite, un peu comme on regarde une rediffusion de sa série préférée confortablement installé dans le canapé. On n’a pas conscience de tourner les pages au point que quand le final arrive, on s’attend à au moins un épilogue… Mais non. C’est aussi brutal qu’une coupure de courant et c’est probablement voulu par l’auteur.

En bref, le Regard est un texte à la construction plutôt classique en terme d’enquête policière avec des personnages archétypaux qui servent le récit. À mon goût, Ken Liu ne pousse pas suffisamment ses thématiques mais propose quand même un page-turner efficace. Une agréable découverte.

Libration – Becky Chambers

18
Libration
est le second volume de la saga Voyageur écrite par l’autrice américaine Becky Chambers. Publié chez l’Atalante dans sa collection la Dentelle du Cygne, vous trouverez ce roman au prix de 21.9 euros dans toutes les bonnes librairies.
Je remercie Emma et les Éditions l’Atalante pour ce service presse !

Avant d’aller plus loin je dois préciser que si ce tome se déroule dans l’univers de l’Espace d’un an (chroniqué ici), il peut parfaitement se lire de manière indépendante même s’il est la conséquence d’un évènement du tome précédent. Ce que je vais dire ici (en blanc pour ne pas divulgâcher donc pensez à surligner si ça vous intéresse) suffit largement pour tout comprendre.

Libration est un terme qui désigne un point de l’espace en équilibre entre deux astres, une zone de stabilité. Je l’ai appris grâce à la quatrième de couverture et j’avoue volontiers qu’il correspond parfaitement au contenu du roman.

Dans ce volume nous suivons l’.I.A. Lovelace. Dans le premier tome, une attaque sur le vaisseau Voyageur l’endommage et entraine la perte de ses fichiers mémoriels. Le tech à bord qui est amoureux d’elle, Jenks, est obligé de la réinitialiser et il le vit comme la mort de celle qu’il aimait. La nouvelle Lovelace, mal à l’aise de causer autant de peine, décide d’accepter la proposition de Poivre à savoir prendre possession d’un kit à l’apparence humaine. Ce qui, dans l’Union Galactique, est totalement illégal. 
Lovelace devient alors Sidra et on découvre de quelle manière elle s’acclimate à sa nouvelle vie. Spoiler alert: pas très bien. Parallèlement à cela (au rythme d’un chapitre sur deux) nous découvrons l’histoire de Poivre, qui s’appelait Jane et était une enfant esclave sur une planète pas franchement joyeuse au quotidien rythmé par le tri des pièces défectueuses dans une usine. Cela nous permet de comprendre pourquoi elle choisit d’aider Sidra, quel est son rapport à la technologie et tout un tas d’autres petits éléments fascinants.

Comme pour le premier tome, Becky Chambers choisit de se concentrer sur le quotidien, sur le psychologique, sur la culture et les rapports humains plutôt que sur l’action. Elle invite son lecteur à se poser des questions fondamentales qu’on peut aisément transposer à notre époque. Si vous cherchez des batailles spatiales, des explosions et des enjeux à l’échelle galactique alors passez votre chemin car ce n’est pas chez Becky Chambers que vous trouverez votre bonheur. Ici, on cause éthique, origine de l’intelligence et de la conscience, pluralité culturelle… Les problèmes rencontrés par les personnages entrent dans le registre du quotidien et ne vont pas au-delà. Évidemment, Sidra craint qu’on la découvre et que cela attire des ennuis à ses amis mais au-delà de ça, il n’y a pas énormément de tensions narratives.

Sauf dans les chapitres qui se déroulent dans le passé. La jeune Jane s’enfuit de l’usine où elle était enfermée et découvre le monde en partant de zéro. Pour vous situer, même le ciel, elle ne connaissait pas. Imaginez l’horreur… Elle rencontre dans la décharge l’I.A. d’un vaisseau cloué au sol depuis cinq ans, prénommée Chouette. Chouette va lui apprendre tout ce qu’elle sait sur l’U.G., les espèces, le klip (la langue commune) ce qui donnera lieu à certaines réflexions plutôt sympathiques et à des expériences dans les sims qui m’ont un peu rappeler l’époque où, enfant, je jouais à Adibou. Pour survivre, Jane va devoir apprendre à chasser les animaux de la décharge et développer son propre but: réparer le vaisseau pour quitter la planète. Ces chapitres dans le passé s’étendent sur plusieurs années, en commençant quand Jane a 10 ans jusqu’à ses 19 ans puis en continuant dans le présent sous l’appellation « Poivre ».

Dans l’ensemble, Becky Chambers maîtrise admirablement l’aspect psycho-social de son roman. Elle a pensé à tout et son texte en devient fascinant. Elle déborde d’imagination et le degré de détails, leur crédibilité, m’impressionne. Son univers s’étoffe encore et le fait qu’elle se concentre sur seulement deux personnages a rendu Libration plus intéressant et facile à suivre que l’Espace d’un an.

Côté intrigue, toutefois, pas de surprise. On s’attend à un final comme celui-là et s’il fait plaisir parce qu’on s’attache aux personnages, j’ai quand même regretté un peu le manque de tension et d’enjeux à une plus grande échelle. Il manquait une petite dose de drame pour que ça devienne vraiment ma came. Ce qui, notez bien, ne lui enlève pas ses qualités. Ça reste un goût purement personnel.

Pour résumer, Libration est un roman de science-fiction psycho-sociale centré sur les rapports humains et les questions éthiques autour de l’intelligence artificielle. Becky Chambers n’écrit pas de la SF « traditionnelle » : on aime ou on n’aime pas mais on ne peut pas lui retirer son talent ni son originalité. On découvre de quelle manière l’I.A. Sidra s’adapte au monde maintenant qu’elle vit dans un kit et le passé tragique d’une protagoniste du tome précédent, les deux étant liés. Ce n’est pas un roman plein d’action ou de rebondissements, loin de là, mais il n’en reste pas moins intéressant et intimiste. Je le recommande volontiers pour l’expérience unique (du moins selon mes connaissances) qu’il constitue.

Les Enfermés – John Scalzi

9
Les Enfermés est un one-shot de science-fiction / uchronie / policier écrit par l’auteur américain qu’on ne présente plus, John Scalzi. Publié chez l’Atalante en 2016 dans sa collection la Dentelle du Cygne, vous trouverez ce roman au prix de 21.90 euros.
Je remercie Emma et les Éditions l’Atalante pour ce service presse.

Chris Shane est agent du FBI depuis quelques heures seulement quand une enquête impliquant un haden lui tombe sur le coin de la tête. Avec sa coéquipière, Leslie Vann, il va tenter de résoudre le mystère qui plane autour de cet intégrateur surpris en flagrant délit supposé. Mais peut-être qu’il y bien davantage derrière cette banale affaire de meurtre…

Ce que je retiens principalement des Enfermés, c’est son univers surprenant et très crédible. Il y a vingt-cinq ans, un virus a frappé l’humanité toute entière. Au début, on pensait à une forme de grippe aviaire mais les scientifiques ont vite compris que c’était bien plus grave. Au début du roman, on a droit à une introduction de quelques lignes pour poser le contexte et comprendre l’uchronie proposée par Scalzi. Parce qu’il s’agit bien de cela, finalement, à la différence que le point divergent de l’histoire se situe dans l’Histoire proche au lieu de siècles éloignés comme on trouve souvent dans ce genre littéraire. Après le roman en lui-même, on découvre une cinquante de pages intitulées « Libération » sous forme de documentaire (mais en version scripturale forcément) où les témoignages de plusieurs spécialistes, chercheurs, victimes, etc. s’enchaînent afin de renseigner en profondeur le lecteur sur l’histoire du virus haden. J’ai adoré cette idée même si une partie donnait l’impression de redite avec le contenu du roman. Ce que décrit Scalzi paraît tellement crédible que j’ai du mal à croire que ça ne soit pas réellement arrivé, que ça n’appartiennent pas à notre véritable histoire. Chapeau.

Pour vous donner quelques bases dans l’univers : si certains meurent de ce virus, d’autres finissent enfermés dans leur corps. On les appelle « haden » du nom de la première dame des États-Unis qui a elle aussi contracté le virus à l’époque. Pour cette raison, le Président a investi des sommes colossales dans la recherche afin de trouver un moyen de libérer ces personnes enfermées. Un système a été imaginé par des chercheurs qui sont passées par plusieurs phases (détaillées dans « Libération » ) pour finalement aboutir à la création de robots qu’on appelle des cispés. Ce sont des enveloppes mécaniques contrôlées par l’esprit des hadens enfermés qui réussissent à s’y transférer. Il existe également des intégrateurs, soit des personnes qui ont survécus au virus sans être enfermées mais dont le cerveau a été modifié si bien qu’ils peuvent se synchroniser avec des hadens et les inviter dans leur corps, ce qui peut donner parfois lieu à des dérives. Voilà, vous avez les clés de base pour appréhender l’univers. Je ne sais pas ce qu’il vous faut de plus pour vous mettre l’eau à la bouche?

Les romans en lui-même, titré les Enfermés, raconte la première semaine au FBI de Chris Shane qui ne va pas chômer. Chris est un haden depuis l’enfance et le fils d’une star du basket. Il a été célèbre pour avoir contracté le virus et devenir l’un des premiers à bénéficier d’un cispé. Ils enquêtent au départ sur une agression qui serait peut être un suicide mais des éléments ne collent pas. Plus leur enquête va avancer et plus ils vont mettre à jour un plan assez glaçant. Ce sera l’occasion pour l’auteur d’aborder toute une série de thématiques importantes et d’inviter son lecteur à réfléchir, comme il a pu le faire dans la Controverse de Zara XXIII. Ce qui m’a le plus marquée, ici, c’est la polémique autour des hadens. Une entreprise n’était pas loin de réussir à trouver le moyen de les libérer en parvenant à leur rendre le contrôle de leur corps mais certains hadens s’y refusent et militent contre cette perspective en parlant de génocide envers toute une partie de la population. Ça parait très violent et insensé exprimé ainsi. Au début, j’ai moi-même eu du mal à appréhender leur point de vue mais finalement Scalzi exploite bien notre tendance culturo-centrée. Il la critique de manière intelligente et ça remue. Il faut dire que les hadens disposent d’un réseau appelé Agora où ils peuvent exister comme ils le souhaitent, chacun a son espace privé, peut y inviter d’autres hadens, etc. Faut-il vraiment vivre dans le monde réel pour exister? J’aime beaucoup cette question. D’ailleurs quand on suit le personnage de Chris en tant que lecteur, on s’aperçoit à peine qu’il est « handicapé ». On l’oublie souvent, sauf quand il se bat avec son cispé et qu’il en casse trois ou quatre sur sa première semaine, ou qu’il est confronté à son corps physique. Grâce à la narration à la première personne, on ressent vraiment que tout ça constitue sa normalité, son quotidien, qu’il n’a aucun problème à être un haden. Une belle réussite de la part de Scalzi. Je me permets un ajout après une discussion dans les commentaires avec Célindanaé (qui a aussi chroniqué ce roman d’ailleurs) et comme ça peut vous révéler un élément important, je le dissimule en blanc toutefois sentez vous libre de surligner pour en apprendre plus. Il s’avère que je n’avais pas remarqué mais Scalzi réalise un tour de force en écrivant tout le roman sans jamais préciser le sexe de Chris ! Je suis partie du principe qu’il s’agissait d’un homme (par habitude sans doute) mais il n’utilise jamais de pronom et ses interlocuteurs non plus, pas pour le définir. Du coup, je conserve le « il » mais ça pourrait très bien devenir un « elle ». Je suis bluffée !

Du coup, au milieu de cet univers hyper riche, l’intrigue passe un peu au second plan. Ou plutôt, elle se révèle classique dans son développement et sa résolution. En soi, ce n’est pas forcément un mal mais je n’ai pas eu beaucoup de surprises de ce côté là. De plus, j’ai regretté quelques longueurs sur les explications au sein du texte en lui-même. Ça ne m’a pas gâché ma lecture mais ça me semblait important de le relever.

Pour résumer, les Enfermés est un roman de science-fiction / uchronie / policier à l’univers solide, très engagé et d’une redoutable intelligence. Tout ce à quoi Scalzi nous a habitué, en somme. Si j’ai regretté le côté classique de l’intrigue en elle-même, je me suis régalée avec son contenu et sa narration à forte portée signifiante. Je recommande donc volontiers ce texte, tout comme chaque roman de Scalzi lu jusqu’ici !

L’espace d’un an – Becky Chambers

10
L’espace d’un an
est le premier tome de la série Voyageur écrit par l’autrice américaine Becky Chambers. Publié chez l’Atalante dans sa collection La Dentelle du Cygne, vous trouverez ce roman au prix de 23.90 euros partout en librairie.
Je remercie Emma et les Éditions l’Atalante pour ce service presse !

Le Voyageur est un vaisseau tunnelier, c’est à dire qu’il creuse l’espace pour créer des passages entre différentes galaxies. Rosemary vient d’être engagée comme greffière à son bord et semble fuir un lourd passé. Dans une narration à différents points de vue, Becky Chambers nous raconte le voyage d’un an effectué par le Voyageur pour rejoindre une lointaine planète torémi qui doit être reliée au reste de l’Union Galactique suite à des accords diplomatiques qui ne font pas franchement l’unanimité.

Je ne savais pas précisément à quoi m’attendre avec ce roman. En général, quand je lis de la SF, j’espère des batailles spatiales, du militaire, de gros enjeux scientifiques. Comme je débute dans ce genre, je me réfère beaucoup à ce que je connais : Scalzi, Weber… Il n’y a pas grand chose de tout cela au sein de l’Espace d’un an et pourtant, j’ai vraiment apprécié ce texte.

Becky Chambers prend le parti d’une SF orientée sur les sentiments, les émotions, la famille que constitue le Voyageur. Sur le social, devrais-je dire, et sur tout l’aspect anthropologique / xénologique. Ainsi, les personnages et leurs cultures sont la grande force du récit. L’autrice les présente les uns après les autres, via des scènes clés et chaque en-tête de chapitre permet de suivre la date où se déroulent ces moments quotidiens, parfois séparés de longues périodes à vide.

Le lecteur rencontre d’abord Rosemary et c’est une entrée en matière qui m’a un peu refroidie car au premier abord, elle me paraissait très clichée, peu intéressante. Une humaine qui fuit sa planète natale (Mars) sans jamais trop en révéler… Ce qui est arrivé est tellement horrible, blablabla. Je roulais des yeux. Puis sont arrivés les autres. Le capitaine Ashby Santoro, un humain exodien droit dans ses bottes qui essaie de jongler avec ses différentes casquettes et la relation secrète qu’il entretient avec une autre capitaine d’une race différente de la sienne. Sissix, la pilote reptilienne appartenant à la race aandrisk qui a une culture et des mœurs très éloignés de ce qu’on croise habituellement au coin de la rue. Jenks, le technicien de petite taille et étrangement formé qui est amoureux de Lovey, l’IA dotée d’une personnalité qui gère le vaisseau. Le Docteur Miam, l’un des derniers représentants d’une race en voie de disparition qui apporte son lot de sagesse. Ohan, infecté par un virus qui fait de lui une paire sianate et lui permet de percevoir l’imperceptible dans l’espace. Kizzy, l’autre technicienne totalement excentrique qui n’aurait pas cloché dans Borderlands. Corbin, le misanthrope qui s’occupe des algues (et donc du carburant) du vaisseau, un spéciste franchement désagréable à qui on collerait bien une claque ou deux.

Ce panel de personnage permet d’une part de développer plusieurs cultures intéressantes et d’autre part d’exploiter des thématiques vraiment importantes qui cassent nos habitudes anthropocentristes. Quand Rosemary rencontre l’équipage pour la première fois, elle essaie de comprendre les mœurs aliens avec ses propres valeurs et doit se rappeler sans arrêt que ça n’a pas de sens. Comme Becky Chambers multiplie les points de vue, ça permet aussi d’être dans la tête des aliens comme Sissix qui a du mal avec les habitudes des humains, qu’elle trouve prise de tête. D’ailleurs, dans une discussion qu’elle a avec le Docteur Miam, elle dit une phrase qui m’a fait sourire: si seulement ils pouvaient être NORMAUX ! Ça nous fait grandement relativiser le concept de normalité et j’ai adoré ce bousculement dans mes habitudes.

L’univers en lui-même m’a paru bien construit et crédible. Becky Chambers donne un certain nombre d’informations pertinentes sans trop noyer le lecteur (même s’il y a des longueurs) et utilise certaines astuces comme des échanges de mail ou des recherches effectuées par Rosemary. Hélas… Tout cela a beau créer un roman riche, il est aussi assez lent. Les trois premiers quarts du roman sont consacrés à la vie quotidienne de l’équipage et s’il y a parfois un peu d’action, elle disparait vite au profit des conséquences psychologiques sur chacun d’eux et des intrigues privées de l’un ou l’autre. Cela plaira aux lecteurs qui aiment quand le récit se met tranquillement en place mais L’espace d’un an est très clairement un tome introductif, voué à poser les bases, initier le lecteur pour la suite que j’imagine plus intense en action. C’est seulement sur le dernier quart que survient un évènement violent mais il ne dure finalement pas si longtemps que ça. Ses conséquences, par contre…

Malgré cette lenteur, j’ai vraiment aimé ma lecture et le soin apporté par l’autrice, par exemple, à l’utilisation de pronoms comme iel pour désigner les espèces asexuées ou le pluriel pour la paire sianate (ce qui donne de drôles de phrase !) vu qu’ils sont deux dans un seul corps. Tout, dans ce livre, jusqu’à la forme du récit, passe un message de respect des différences et de tolérance qui ne peut qu’avoir un gros écho dans notre société actuelle.

Pour résumer, l’Espace d’un an est un très bon livre que je conseille plutôt à des débutants en SF (ce que je suis !). Becky Chambers propose de peindre le portrait d’une famille de cœur à bord du vaisseau tunnelier Voyageur. Son roman, très orienté sur la psychologie et la découverte de son univers, est clairement un tome d’introduction qui souffre d’un rythme assez lent sur la majorité du titre car il prend pas mal le lecteur par la main en enchainant les scènes d’exposition afin de détailler les particularités socio-culturelles de chacun. Il doit très clairement être lu dans l’optique de continuer la saga et en acceptant son statut introductif. L’autrice réussit très bien ses personnages auxquels on s’attache et pour qui on se passionne. Elle a créé un univers crédible (selon moi) et intéressant au sujet duquel j’ai très envie d’en apprendre davantage. Je vais donc continuer avec plaisir la saga Voyageur que je recommande pour débuter dans le genre.