Les Enfermés – John Scalzi

9
Les Enfermés est un one-shot de science-fiction / uchronie / policier écrit par l’auteur américain qu’on ne présente plus, John Scalzi. Publié chez l’Atalante en 2016 dans sa collection la Dentelle du Cygne, vous trouverez ce roman au prix de 21.90 euros.
Je remercie Emma et les Éditions l’Atalante pour ce service presse.

Chris Shane est agent du FBI depuis quelques heures seulement quand une enquête impliquant un haden lui tombe sur le coin de la tête. Avec sa coéquipière, Leslie Vann, il va tenter de résoudre le mystère qui plane autour de cet intégrateur surpris en flagrant délit supposé. Mais peut-être qu’il y bien davantage derrière cette banale affaire de meurtre…

Ce que je retiens principalement des Enfermés, c’est son univers surprenant et très crédible. Il y a vingt-cinq ans, un virus a frappé l’humanité toute entière. Au début, on pensait à une forme de grippe aviaire mais les scientifiques ont vite compris que c’était bien plus grave. Au début du roman, on a droit à une introduction de quelques lignes pour poser le contexte et comprendre l’uchronie proposée par Scalzi. Parce qu’il s’agit bien de cela, finalement, à la différence que le point divergent de l’histoire se situe dans l’Histoire proche au lieu de siècles éloignés comme on trouve souvent dans ce genre littéraire. Après le roman en lui-même, on découvre une cinquante de pages intitulées « Libération » sous forme de documentaire (mais en version scripturale forcément) où les témoignages de plusieurs spécialistes, chercheurs, victimes, etc. s’enchaînent afin de renseigner en profondeur le lecteur sur l’histoire du virus haden. J’ai adoré cette idée même si une partie donnait l’impression de redite avec le contenu du roman. Ce que décrit Scalzi paraît tellement crédible que j’ai du mal à croire que ça ne soit pas réellement arrivé, que ça n’appartiennent pas à notre véritable histoire. Chapeau.

Pour vous donner quelques bases dans l’univers : si certains meurent de ce virus, d’autres finissent enfermés dans leur corps. On les appelle « haden » du nom de la première dame des États-Unis qui a elle aussi contracté le virus à l’époque. Pour cette raison, le Président a investi des sommes colossales dans la recherche afin de trouver un moyen de libérer ces personnes enfermées. Un système a été imaginé par des chercheurs qui sont passées par plusieurs phases (détaillées dans « Libération » ) pour finalement aboutir à la création de robots qu’on appelle des cispés. Ce sont des enveloppes mécaniques contrôlées par l’esprit des hadens enfermés qui réussissent à s’y transférer. Il existe également des intégrateurs, soit des personnes qui ont survécus au virus sans être enfermées mais dont le cerveau a été modifié si bien qu’ils peuvent se synchroniser avec des hadens et les inviter dans leur corps, ce qui peut donner parfois lieu à des dérives. Voilà, vous avez les clés de base pour appréhender l’univers. Je ne sais pas ce qu’il vous faut de plus pour vous mettre l’eau à la bouche?

Les romans en lui-même, titré les Enfermés, raconte la première semaine au FBI de Chris Shane qui ne va pas chômer. Chris est un haden depuis l’enfance et le fils d’une star du basket. Il a été célèbre pour avoir contracté le virus et devenir l’un des premiers à bénéficier d’un cispé. Ils enquêtent au départ sur une agression qui serait peut être un suicide mais des éléments ne collent pas. Plus leur enquête va avancer et plus ils vont mettre à jour un plan assez glaçant. Ce sera l’occasion pour l’auteur d’aborder toute une série de thématiques importantes et d’inviter son lecteur à réfléchir, comme il a pu le faire dans la Controverse de Zara XXIII. Ce qui m’a le plus marquée, ici, c’est la polémique autour des hadens. Une entreprise n’était pas loin de réussir à trouver le moyen de les libérer en parvenant à leur rendre le contrôle de leur corps mais certains hadens s’y refusent et militent contre cette perspective en parlant de génocide envers toute une partie de la population. Ça parait très violent et insensé exprimé ainsi. Au début, j’ai moi-même eu du mal à appréhender leur point de vue mais finalement Scalzi exploite bien notre tendance culturo-centrée. Il la critique de manière intelligente et ça remue. Il faut dire que les hadens disposent d’un réseau appelé Agora où ils peuvent exister comme ils le souhaitent, chacun a son espace privé, peut y inviter d’autres hadens, etc. Faut-il vraiment vivre dans le monde réel pour exister? J’aime beaucoup cette question. D’ailleurs quand on suit le personnage de Chris en tant que lecteur, on s’aperçoit à peine qu’il est « handicapé ». On l’oublie souvent, sauf quand il se bat avec son cispé et qu’il en casse trois ou quatre sur sa première semaine, ou qu’il est confronté à son corps physique. Grâce à la narration à la première personne, on ressent vraiment que tout ça constitue sa normalité, son quotidien, qu’il n’a aucun problème à être un haden. Une belle réussite de la part de Scalzi. Je me permets un ajout après une discussion dans les commentaires avec Célindanaé (qui a aussi chroniqué ce roman d’ailleurs) et comme ça peut vous révéler un élément important, je le dissimule en blanc toutefois sentez vous libre de surligner pour en apprendre plus. Il s’avère que je n’avais pas remarqué mais Scalzi réalise un tour de force en écrivant tout le roman sans jamais préciser le sexe de Chris ! Je suis partie du principe qu’il s’agissait d’un homme (par habitude sans doute) mais il n’utilise jamais de pronom et ses interlocuteurs non plus, pas pour le définir. Du coup, je conserve le « il » mais ça pourrait très bien devenir un « elle ». Je suis bluffée !

Du coup, au milieu de cet univers hyper riche, l’intrigue passe un peu au second plan. Ou plutôt, elle se révèle classique dans son développement et sa résolution. En soi, ce n’est pas forcément un mal mais je n’ai pas eu beaucoup de surprises de ce côté là. De plus, j’ai regretté quelques longueurs sur les explications au sein du texte en lui-même. Ça ne m’a pas gâché ma lecture mais ça me semblait important de le relever.

Pour résumer, les Enfermés est un roman de science-fiction / uchronie / policier à l’univers solide, très engagé et d’une redoutable intelligence. Tout ce à quoi Scalzi nous a habitué, en somme. Si j’ai regretté le côté classique de l’intrigue en elle-même, je me suis régalée avec son contenu et sa narration à forte portée signifiante. Je recommande donc volontiers ce texte, tout comme chaque roman de Scalzi lu jusqu’ici !

Publicités

L’armée des veilleurs #2 les Forêts combattantes – Jérôme Nédélec

19
Les Forêts combattantes
est le second tome de la trilogie l’armée des veilleurs écrit par l’auteur français Jérôme Nédélec et publié chez l’éditeur Stéphane Batigne dans la collection Tri Nox, spécialisée dans l’imaginaire breton. Vous trouverez ce roman au prix de 24 euros partout en librairie.
Je remercie l’auteur pour sa confiance et l’envoi de ce service presse.

Pour rappel, je vous ai déjà parlé du premier tome. Toutefois, cette chronique ne contient pas de spoilers donc vous pouvez la lire sans crainte afin de vous mettre l’eau à la bouche !

Les Forêts combattantes prend place directement après l’action du premier tome en l’an 890. L’un des narrateurs que nous connaissions déjà (et qui n’a toujours pas de nom mais se fait surnommer Broërec à un moment donné par un ennemi donc je vais l’appeler comme ça dans ma chronique pour plus de facilité) a été missionné en compagnie de son groupe par le futur roi Alan afin de trouver un mystérieux forgeron détenteur de secrets le rendant capable de forger des armes puissantes. Parallèlement à cette action, le lecteur suit les révélations du moine Fidweten qui les transmet dans un manuscrit au crépuscule de sa vie, narrant ainsi des évènements surprenants qui se sont déroulés 60 ans plus tôt. Surprenants mais utiles à la compréhension de ce qui se passe dans le présent.

J’ai retrouvé dans cette suite les qualités relevées dans le premier tome même si elle est beaucoup plus axée sur l’aspect politique de l’univers. L’auteur est très soigneux de son contexte historique et se documente assidument sur tous les aspects de l’univers : métiers, agricultures, guerre, etc. On trouve d’ailleurs à la fin de l’ouvrage une série de lexiques sur les mots bretons, les personnages historiques, les lieux cités, qui sont très enrichissants pour la culture générale du lecteur. Certains préfèreront des notes en bas de page ou une indication comme quoi le lexique se trouve à la fin. Personnellement, l’auteur m’avait envoyé le PDF en annexe pour faciliter ma lecture numérique mais je pense aux lecteurs qui ne sont pas prévenus, ça peut perdre. J’aurai également aimé avoir un résumé du premier tome au début de celui-ci, peut-être y penser pour le dernier ? Quand on lit une petite centaine de romans par an et autant de mangas, ce n’est pas toujours évident de replacer tout le monde. Encore moins au sein d’un texte aussi dense et recherché que celui de l’armée des veilleurs.

J’ai du coup apprécié retrouver un personnage connu avec son humour et sa verve si séduisante en la personne de Broërec. Mais… Et là se situe peut-être le seul vrai reproche que j’ai à adresser à l’auteur, les parties concernant le moine Fidweten deviennent vite agaçantes.

Non pas qu’elles soient inutiles ou inintéressantes, pas du tout. Au contraire, on en apprend beaucoup sur l’univers en lui-même mais aussi sur les connaissances de l’époque dans plusieurs domaines. Elles contiennent de nombreuses révélations pertinentes qui font avancer le fond de l’intrigue mais qui mettent un temps infini à arriver d’autant l’auteur coupe toujours au moment où ça devient palpitant. Il alterne chaque fois un point de vue au présent puis un chapitre dans le passé en tentant d’installer un suspens qui, s’il fonctionne bien au départ, devient rapidement lassant. J’ai eu du mal à comprendre le pourquoi de tous ces secrets fait au pauvre moine et pourquoi il s’obstine à rester en l’état actuel. Au bout du troisième « il est trop tôt pour t’en dire plus, désolé » j’ai levé les yeux au ciel en marmonnant pour contenir mon début d’agacement.

Outre ce souci, son choix de transmettre un résumé très complet et trop détaillé de ses aventures m’a posé un souci de cohérence car vu leur situation, une lettre accompagnant les documents anciens protégés par l’armée des veilleurs aurait eu le même effet autant sur le lecteur que sur les protagonistes. À la limite, vu la révélation finale, j’aurai compris qu’il souhaite s’épancher un peu mais j’ai du mal à imaginer qu’il écrive littéralement un roman (genre qui, si je ne me trompe pas, ne colle pas à l’époque du moins pas en l’état ni sous cette forme mais je laisse le soin aux spécialistes de juger si je m’égare) pour en arriver là. Sans compter qu’il s’adresse sans arrêt au lecteur de manière directe en lui demandant de patienter, sauf que ça finit par mettre la patience en question à rude épreuve. Si j’avais lu la version papier, j’aurai difficilement résisté à la tentation de sauter des chapitres pour en arriver au fait. Et quand on y arrive enfin, on n’est pas spécialement beaucoup plus avancé. À force d’endurer tout ce suspens, on en vient même à se dire: ah bon c’est… juste ça en fait ? La sauce monte un peu trop pour ce qu’on découvre au sein de ce tome et c’est dommage. Ça m’a semblé sortir un peu de nulle part bien que des liens apparaissent clairement avec des éléments du premier tome.

Je rappelle que ce sentiment est tout personnel. Ce que moi je considère comme un défaut plaira certainement à d’autres. Puis ça ne gâche en rien les mésaventures du pauvre Broërec. Voilà un personnage riche agréable à suivre dans une narration à la première personne pas trop mal maîtrisée. Il permet également de côtoyer de nouveaux protagonistes enthousiasmants comme la guerrière Hache qui, je l’espère, va prendre encore plus d’ampleur dans la suite. Voilà un personnage féminin bien fichu, chapeau. Vous la trouverez d’ailleurs représentée sur la couverture qui est plutôt sympathique.

On pourrait croire ma lecture en demi-teinte vu tout le laïus sur la partie concernant le moine mais ce n’est pas le cas. J’ai passé un bon moment avec ce roman et cet auteur de qualité qu’est Jérôme Nédélec. Je continue donc de vous conseiller cette saga qui possède de grandes forces malgré ses quelques faiblesses qu’on pardonne volontiers.

Pour résumer, si vous aimez la Bretagne, que le IXe siècle vous intéresse (c’est vrai qu’on en parle peu finalement dans les romans), que vous aimez le mélange historico-fantastique bien dosés et que vous cherchez un auteur rigoureux dans l’exploitation de son contexte historique tout en restant abordable même aux novices, alors ruez-vous d’urgence sur cette saga prévue en trois volumes. Vous ne le regretterez pas !

Générique de fin – Simon Domb dit Casas

18
Générique de fin est un roman écrit par l’auteur français Bernard Domb dit Simon Casas (je pense que ça peut avoir son importance de le préciser, je vous explique pourquoi plus loin). Nouveauté de la rentrée littéraire au Diable Vauvert, vous trouverez ce roman au prix de 15 euros.
Je remercie le Diable Vauvert et la Masse Critique de Babelio pour ce service presse.

Difficile de vous résumer ce roman autrement qu’avec ce qu’en dit l’éditeur et ce au risque de spoiler le contenu. Pour une fois, je vais donc utiliser la quatrième de couverture :
« « Si un jour tu décides de te suicider vise juste ! Pour ne pas se rater il faut être en accord avec soi-même. »
À Madrid, les chassés-croisés d’un écrivain et ses doubles, confrontés à leur disparition… Un polar borgésien qui mêle cinéma et littérature, fiction et réalité.»

Générique de fin est un texte assez court de 168 pages doté d’une police assez grande et aérée ce qui fait qu’il se lit très rapidement. Il est découpé en cinq parties en plus d’un épilogue, elles mêmes de longueurs diverses. Ça rend un sentiment brouillon, un peu fouillis, qui colle bien au texte en lui même. J’apprécie quand les auteur adoptent une forme signifiante et ne se contentent pas d’un fond solide. D’ailleurs, cette remarque peut s’appliquer au nom qu’a choisi d’utiliser l’auteur. Il signe normalement ses romans comme Simon Casas (si je me fie à mes recherches) mais ici, il a opté pour Simon Domb (Domb étant son nom de famille civil) dit Casas. Vu le contenu du roman, je ne peux pas m’empêcher d’y voir un lien puisqu’on évoque un écrivain raté qui souffre du syndrome de la page blanche ainsi qu’une série de ses « doubles ». Comme c’est un roman à tiroir où on a du mal à déceler la réalité de la fiction, signer ainsi me paraît approprié.

Selon l’éditeur, il s’agit d’un polar borgésien et je vais être honnête, je n’ai aucune idée de ce que cela signifie. Ma culture littéraire n’est pas mauvaise mais là, je sèche et mes recherches ne m’ont pas apporté d’élément concret à ce propos. Je suppose que c’est lié à l’écrivain argentin Jorge Luis Borgès mais je n’ai jamais lu ses œuvres et en cherchant le terme, je n’ai rien trouvé de concluant. Du coup si quelqu’un peut m’éclairer afin d’enrichir cette chronique, qu’il ne s’en prive pas.

Ce que je peux dire par contre c’est qu’il s’agit d’un roman à tiroir et que l’auteur perd son lecteur entre les différentes diégèses. On rencontre d’abord un auteur suicidaire qui souffre du syndrome de la page blanche. Il est le narrateur à la première personne pendant trois des cinq parties constitutives du roman. Il nous raconte sa relation avec une femme qui se révèle être celle d’un cinéaste très connu et très jaloux. Ce même cinéaste qui l’invite à tenir le premier rôle dans son prochain film via un ami commun qui se rend compte que le personnage principal porte certaines caractéristiques de l’écrivain. C’est assez tarabiscoté donc et pour moi, le roman comporte plusieurs niveaux de lecture et de métaphores dont une partie m’a probablement échappé. J’ai apprécié cette richesse signifiante, j’avais un peu le sentiment de regard un film d’auteur loin des blockbusters habituels mais aussi loin des clés dont je dispose habituellement pour tout saisir du premier coup.

Les deux dernières parties sont racontées par un policier qui est chargé d’enquêter sur les évènements liés au début. Il s’avère que cet agent est également écrivain (sous pseudo) du coup il perçoit la force des mots dans le drame qui s’est joué. Ce personnage va alors se confronter au coupable et je ne vous en raconte pas davantage pour ne pas gâcher le twist final. Sachez seulement qu’on va de surprise en surprise, d’image en image et de métaphore en métaphore. En cela, le style de l’auteur simple et percutant, très emphatique dans les monologues (notamment du cinéaste) sert très bien son propos.

Ce roman parle aussi et surtout, donc,  de la figure de l’auteur, de la figure des artistes de manière générale. J’ai été très touchée par ses mots et les piques cachées par Simon Casas dans son texte à l’encontre des écrivains et des lecteurs. Ça rejoint un peu mon sentiment pendant les machines fantômes d’Olivier Paquet, avec la fameuse scène en salon. J’apprécie retrouver de plus en plus ces morceaux de réalité au sein des romans et cette démystification du métier.

Pour résumer, Générique de fin est un étrange roman à tiroir qui se veut polar borgésien (quoi que ça signifie) mais surtout, petit ovni dans mes habitudes littéraires. L’auteur embarque et perd son lecteur dans un voyage où la réalité et la fiction se mêlent au cœur de Madrid. Lecture rapide qui donne à réfléchir, j’ai bien apprécié ma découverte !

L’enceinte 9 – Ophélie Bruneau

13
L’enceinte 9
est une dystopie young adult écrite par l’autrice française Ophélie Bruneau. Publié chez Éditions Lynks, vous trouverez ce roman au prix de 18.90 euros partout en librairie.
Je remercie Bleuenn et les éditions Lynks pour ce service presse.

L’humanité a du affronter un virus dangereux et s’est repliée dans différentes enceintes, chacune sous le contrôle d’un programme de Gestion des ressources. L’action du roman se déroule dans l’Enceinte 9, un siècle après le Repli. C’est là que vit Ysa, une jeune fille surnuméraire (née sans autorisation de naissance et abandonnée par ses parents dont elle ignore tout) qui entre dans les forces de l’ordre à l’âge de dix-huit ans. Le système, elle, elle y croit… Jusqu’à ce que la réalité la rattrape. Les gens ont faim, certains groupes extrémistes ont des idées bien arrêtées sur l’avenir de l’humanité et des évènements bizarres s’enchaînent, comme cette série de suicides à laquelle la jeune enquêtrice assiste malgré elle. Ysa va donc enquêter et découvrir le monde de l’ombre.

Ce qui est assez remarquable dans ce roman et que je vais relever en premier, c’est l’univers. Ophélie Bruneau imagine une situation crédible et l’exploite d’une manière intelligente. Je n’ai aucun problème à imaginer que des Enceintes viennent à exister un jour ni que l’humanité soit confrontée à des soucis similaires avec la gestion des ressources. Au fond, on s’en rapproche. Subtilement, l’autrice propose une critique politico-sociale avec des solutions envisageables. Le roman est d’ailleurs très orienté là-dessus: comment changer, comment le faire correctement, comment se rebeller contre un système immobiliste qui n’est plus en accord avec la réalité du monde. Ce sont des questions qui me parlent beaucoup, surtout dans le climat actuel de l’Europe. Et l’autrice les traite sans transformer son roman en manifeste, chapeau.
Je n’ai eu aucun problème à croire que la vie dans l’Enceinte 9 soit possible. Contrairement à plusieurs titres populaires dans cette veine littéraire que j’ai pu lire, Ophélie Bruneau prend le temps d’expliquer comment s’organise les gestions de ressource, de matériel, etc. Parfois directement dans le texte en y confrontant ses personnages et parfois par des articles de presse, extraits de journaux anciens, etc. qui se glissent entre chaque chapitre. Ça parasite un peu le rythme du roman mais ça reste suffisamment intéressant pour ne pas devenir agaçant.

On sent bien que l’autrice a beaucoup réfléchi sur son sujet et l’a travaillé soigneusement. Je ne suis pas une adepte de la dystopie, encore moins young adult, mais celle-ci était bien menée sans tourner au manichéen. Un très bon point.

Chaque chapitre débute par une indication chronologique. Il se passe souvent plusieurs jours si pas plusieurs semaines entre deux d’entre eux et j’ai parfois éprouvé une sensation de rapidité, de résumé, ce que j’ai trouvé dommage. Je conçois parfaitement que le roman était déjà gros (500 pages avec une mise en page aérée, ça fait une belle brique) mais j’aurai aimé avoir davantage l’occasion de m’attacher aux personnages. Peut-être en se focalisant sur un unique point de vue? Ysa est présentée comme l’héroïne sur la quatrième de couverture et il est vrai que le lecteur la suit majoritairement, mais d’autres personnages parlent et par moment, j’ai éprouvé un sentiment de redondance dans les propos, dans les explications. Je ne ressentais pas la personnalité de chacun, la narration était à la fois trop ciblée sur des pensées spécifiques et pas suffisamment différente en fonction du point de vue du personnage. Je le précise, c’est mon propre goût et je suis certaine que c’est une façon de raconter qui conviendra à d’autres gens. Finalement, je me suis assez peu attachée aux protagonistes et le seul qui m’a plu, qui m’a un peu touchée, ironiquement, c’est Zéro… Soit l’I.A. présente dans l’œil d’Ysa.

J’ai conscience de ne pas être le public cible de ce texte, pourtant Ophélie Bruneau a réussi l’exploit de me faire tourner les pages sans que je m’en rende compte et ce malgré les quelques longueurs et redondances soulignées plus haut. Sa plume est efficace, maîtrisée, on ne sent pas passer le temps. Lynks propose donc à nouveau un page-turner de bonne qualité.

Pour résumer, l’Enceinte 9 est une dystopie young adult plutôt réussie. Ophélie Bruneau propose un univers cohérent et crédible avec des questionnements d’actualité. Si j’ai été un peu moins convaincue par les personnages que par l’univers, j’ai apprécié l’absence de romance pour se consacrer sur les thèmes centraux du roman qui sont eux, vraiment bien exploités. Je pense que ce texte séduira les adeptes du genre ainsi que ceux qui, comme moi, aimeraient pouvoir s’y retrouver sans jamais y parvenir vraiment. Un chouette texte engagé, comme on en trouve toujours chez Lynks, avec une fin ouverte porteuse d’espoir pour l’humanité.

Les machines fantômes – Olivier Paquet

maquette_machinesFantomes.indd
Les machines fantômes est le nouveau roman de l’auteur français Olivier Paquet. Édité chez l’Atalante pour la rentrée littéraire 2019, vous trouverez ce titre au prix de 23.90 euros dans toutes les bonnes librairies.
Je remercie Emma et les éditions l’Atalante pour ce service presse.

Les machines fantômes est un techno-thriller sous forme de roman chorale qui invite le lecteur à suivre cinq personnages : Adrien, un trader accro à l’adrénaline, Aurore une chanteuse pop qui se produit sous le pseudonyme de Stella, Kader un ancien sniper des forces spéciales et Lou, une gameuse ingénieure en informatique. Ils n’ont rien en commun… Sauf Joachim, qui va bouleverser leur vie en se servant d’eux pour accomplir son dessein : livrer le monde aux IA.

Je ne connaissais pas encore la plume d’Olivier Paquet et c’est le résumé couplé à la magnifique couverture d’Aurélien Police (encore et toujours lui !) qui m’a donné envie de me lancer. J’ai commencé le roman en me sentant un peu perdue. Chaque chapitre est assez long et parle d’un personnage, de sa vie avant de rencontrer Joachim (même s’il utilise à chaque fois une nouvelle identité, je garde son prénom d’origine par facilité), de la façon dont leur quotidien est bouleversé par lui et comment ils apportent malgré eux leur pierre à son édifice. Ils finissent par se retrouver et s’allier pour essayer d’arrêter cet homme qu’ils jugent néfaste. Mais sachez que la moitié du roman est consacrée à la mise en place, à la présentation de chacun, à la façon dont il ou elle vit sa vie, du coup j’ai passé beaucoup de temps à me demander où Olivier Paquet voulait en venir. Puis est arrivée la révélation…

La forme chorale est finalement très adaptée au récit. Elle permet de perdre complètement le lecteur, d’autant que certaines situations se révèlent être des simulations proposées par les I.A. et on ne le comprend pas forcément tout de suite. On essaie de tisser des liens entre certains évènements qui, finalement, n’en ont pas tellement. Tout va vite… et assez lentement à la fois, car l’auteur profite de son thriller pour proposer une critique sociale des plus acides. À ce sujet, la postface de Tristan Garcia est très intéressante à lire, pas très longue (et surtout à la FIN ce qui est merveilleux parce qu’elle éclaire vraiment le texte au lieu de nous le spoiler, super choix éditorial).

Comme je le disais, la critique sociale est mordante, pertinente et assez malaisante. Le monde glacial des traders qui jouent avec les chiffres et les gens sans se soucier des conséquences, qui brassent des millions pour perdre des milliards comme si ça ne valait rien. Le monde des stars qui ont une telle influence sur leur public et qui essuient pourtant des critiques acerbes des uns et des autres, impossible de plaire à tout le monde. L’univers cruel de la famille, avec Kader obligé de s’occuper de son grand-père malade en essuyant ses critiques et sa déception, en étant toujours comparé à son frère qui lui est un « bon musulman ». Le changement de sexe, la question de l’identité, les abus parentaux et même le microcosme de la littérature ! Tout le monde en prend pour son grade. Je suis sure que ce roman ravira les sociologues dans quelques années car il a beau se passer dans un futur proche, il dépeint une société tristement actuelle. D’ailleurs, les chapitres dans l’esprit de l’auteur en salon ont trouvé un écho très fort en moi. Une merveille. Un bijou.

Le tout avec une plume maîtrisée, dynamique, ce qui ne gâche rien. On sent que l’auteur a du métier et du bon métier. Si on s’embrouille, c’est totalement voulu -du moins je pense- afin de pousser la métaphore encore plus loin. Et comme je l’ai dit, des métaphores, il y en a beaucoup. C’est la postface qui m’a permis de mettre des mots clairs sur les intentions de l’auteur, sur ce que je ressentais parfois confusément. Les machines fantômes sont évidemment les I.A. qui naissent et qui développent une forme de pensée, de conscience, différente de celle des humains mais tout aussi importante. L’auteur montre la place prise dans notre vie par tous ces programmes, l’impossibilité de revenir en arrière, les dangers mais aussi les bénéfices que cela pourrait avoir pour l’humanité en fonction de leurs décisions. Car même chez les I.A., il y a des dissensions et ce qui est intéressant c’est qu’elles ne parlent pas. Il n’y a jamais de long dialogue pseudo philosophique entre l’humain et la machine, ce que j’ai vraiment apprécié. La barrière reste, les I.A. guident et ont des plans mais ça reste un degré de conscience trop différent du nôtre pour vraiment les unir. Olivier Paquet met en scène une naissance, le début d’une ère nouvelle et il le fait avec maestria.

Je ne peux même pas parler de science-fiction. Le terme de techno-thriller évoqué dans la presse me parait très adapté et c’est une superbe réussite qui vous collera des frissons.

Pour résumer, les machines fantômes est un techno-thriller sous forme de roman chorale. Magnifiquement orchestré par Olivier Paquet, il met en scène cinq personnages reliés entre eux par des I.A. qui vont devoir se battre pour contrecarrer les plans des uns et des autres avec un final surprenant. Si le texte contient parfois quelques longueurs, la critique sociale qu’il recèle ne manque pas de piquant ni de justesse et permet d’oublier qu’on s’éloigne un peu du sujet central à certains moments. Je recommande très chaudement ce texte à tous ; il est brillant et mérite qu’on le lise. Attention toutefois si ce sujet vous cause déjà des angoisses, ça ne va pas s’améliorer après la lecture.

Fingus Malister, Feux follets, mandragore et cadavre frais – Ariel Holzl

11
Fingus Malister, Feux follets, mandragores et cadavre frais
est le premier tome d’une saga jeunesse écrite par l’auteur français Ariel Holzl. À paraître chez Rageot pour le 2 octobre, vous trouverez ce roman au prix de 12.5 euros dans toutes les bonnes librairies !
Je remercie les Éditions Rageot et NetGalley pour ce service presse.
Ceci est ma vingtième lecture dans le cadre du challenge S4F3s5 organisé par l’ami Lutin !

Fingus Malister est un seigneur maléfique en herbe qui désire entrer à l’académie de magie pour étudier la nécromancie. Pour ça, il doit éblouir le jury et quoi de mieux qu’une potion capable de ramener les morts à la vie? Le problème, c’est qu’il a besoin d’ingrédients spécifiques et de l’aide de Polly, sa seule ami, afin d’affronter les obstacles qui se dresseront sur sa route.

J’ai lu ce texte d’une traite dans le train pour un salon, ça m’a pris un peu moins de deux heures. On reconnait immédiatement la plume efficace d’Ariel Holzl avec son humour noir d’une rare finesse et ses jeux de mots ravageurs. Difficile de reposer ce roman quand on le commence alors méfiez-vous !

Dans le village de Bedlam, les Malister n’ont pas bonne réputation. D’ailleurs, une foule en colère a brûlé leur château quand Fingus était encore un bébé, si bien qu’il a été élevé par une femme un peu folle décédée trois ans auparavant. Depuis, il se débrouille tout seul dans une vieille maison avec un kraken qui ravage sa cave. Fingus n’a que douze ans et il subit l’exclusion de la part de ses concitoyens, hormis la famille de Polly qui l’accueille toujours à bras ouverts. Je n’ai pas pu m’empêcher de compatir même si Fingus n’a pas vraiment bon caractère. Quand on y pense, sa situation est horrible ! J’apprécie beaucoup le fait qu’il y ait plusieurs niveaux de lecture, autant pour les plus jeunes qui ne tiqueront pas forcément sur tout que pour les lecteurs plus vieux. Une belle réussite et des questionnements intéressants qui se posent sur l’hérédité, le harcèlement, le rejet de l’inconnu.

Ariel Holzl propose une nouvelle galerie de personnages intrigants comme Polly, l’amie sorcière de Fingus, n’aime pas utiliser sa magie et rechigne toujours à s’exécuter, ce qui lui vaut les moqueries du jeune Malister. Il est assez cruel avec elle, difficile de savoir s’il l’apprécie vraiment ou si elle n’est pour lui qu’un sous-fifre, comme expliqué dans son manuel. Pour un futur seigneur du mal, on ne peut pas dire que Fingus soit bien équipé : un vieux libre à moitié brûlé, le crâne de son défunt grand-père à qui il parle tout le temps et un chapeau sans fond.

Parviendra-t-il à rassembler tous les ingrédients nécessaires à la préparation de sa potion ? C’est le fil conducteur du récit qui consiste en une quête assez classique et à sa résolution. Ça reste un roman jeunesse, après tout. Le dernier chapitre indique clairement une suite à venir et c’est appréciable car plusieurs questions restent en suspend et le retournement de situation final s’est révélé inattendu. J’aurai quand même aimé que ça soit annoncé de façon claire dans le titre, je sais que c’est le genre de surprise qui déplait à certains lecteurs.

Pour résumer, Fingus Malister est certes un roman jeunesse mais qui séduira les petits comme les grands grâce à ses différents niveaux de lecture. Avec le style qu’on lui connait, Ariel Holzl propose l’histoire d’un seigneur du mal en herbe qui a peut-être un bon fond… Ou peut-être pas. Ce texte dynamique, drôle et intelligent se lit d’une traite et on a qu’une hâte: découvrir la suite ! Une grande réussite que je recommande chaudement.

Voyageur #1 L’espace d’un an – Becky Chambers

10
L’espace d’un an
est le premier tome de la série Voyageur écrit par l’autrice américaine Becky Chambers. Publié chez l’Atalante dans sa collection La Dentelle du Cygne, vous trouverez ce roman au prix de 23.90 euros partout en librairie.
Je remercie Emma et les Éditions l’Atalante pour ce service presse !

Le Voyageur est un vaisseau tunnelier, c’est à dire qu’il creuse l’espace pour créer des passages entre différentes galaxies. Rosemary vient d’être engagée comme greffière à son bord et semble fuir un lourd passé. Dans une narration à différents points de vue, Becky Chambers nous raconte le voyage d’un an effectué par le Voyageur pour rejoindre une lointaine planète torémi qui doit être reliée au reste de l’Union Galactique suite à des accords diplomatiques qui ne font pas franchement l’unanimité.

Je ne savais pas précisément à quoi m’attendre avec ce roman. En général, quand je lis de la SF, j’espère des batailles spatiales, du militaire, de gros enjeux scientifiques. Comme je débute dans ce genre, je me réfère beaucoup à ce que je connais : Scalzi, Weber… Il n’y a pas grand chose de tout cela au sein de l’Espace d’un an et pourtant, j’ai vraiment apprécié ce texte.

Becky Chambers prend le parti d’une SF orientée sur les sentiments, les émotions, la famille que constitue le Voyageur. Sur le social, devrais-je dire, et sur tout l’aspect anthropologique / xénologique. Ainsi, les personnages et leurs cultures sont la grande force du récit. L’autrice les présente les uns après les autres, via des scènes clés et chaque en-tête de chapitre permet de suivre la date où se déroulent ces moments quotidiens, parfois séparés de longues périodes à vide.

Le lecteur rencontre d’abord Rosemary et c’est une entrée en matière qui m’a un peu refroidie car au premier abord, elle me paraissait très clichée, peu intéressante. Une humaine qui fuit sa planète natale (Mars) sans jamais trop en révéler… Ce qui est arrivé est tellement horrible, blablabla. Je roulais des yeux. Puis sont arrivés les autres. Le capitaine Ashby Santoro, un humain exodien droit dans ses bottes qui essaie de jongler avec ses différentes casquettes et la relation secrète qu’il entretient avec une autre capitaine d’une race différente de la sienne. Sissix, la pilote reptilienne appartenant à la race aandrisk qui a une culture et des mœurs très éloignés de ce qu’on croise habituellement au coin de la rue. Jenks, le technicien de petite taille et étrangement formé qui est amoureux de Lovey, l’IA dotée d’une personnalité qui gère le vaisseau. Le Docteur Miam, l’un des derniers représentants d’une race en voie de disparition qui apporte son lot de sagesse. Ohan, infecté par un virus qui fait de lui une paire sianate et lui permet de percevoir l’imperceptible dans l’espace. Kizzy, l’autre technicienne totalement excentrique qui n’aurait pas cloché dans Borderlands. Corbin, le misanthrope qui s’occupe des algues (et donc du carburant) du vaisseau, un spéciste franchement désagréable à qui on collerait bien une claque ou deux.

Ce panel de personnage permet d’une part de développer plusieurs cultures intéressantes et d’autre part d’exploiter des thématiques vraiment importantes qui cassent nos habitudes anthropocentristes. Quand Rosemary rencontre l’équipage pour la première fois, elle essaie de comprendre les mœurs aliens avec ses propres valeurs et doit se rappeler sans arrêt que ça n’a pas de sens. Comme Becky Chambers multiplie les points de vue, ça permet aussi d’être dans la tête des aliens comme Sissix qui a du mal avec les habitudes des humains, qu’elle trouve prise de tête. D’ailleurs, dans une discussion qu’elle a avec le Docteur Miam, elle dit une phrase qui m’a fait sourire: si seulement ils pouvaient être NORMAUX ! Ça nous fait grandement relativiser le concept de normalité et j’ai adoré ce bousculement dans mes habitudes.

L’univers en lui-même m’a paru bien construit et crédible. Becky Chambers donne un certain nombre d’informations pertinentes sans trop noyer le lecteur (même s’il y a des longueurs) et utilise certaines astuces comme des échanges de mail ou des recherches effectuées par Rosemary. Hélas… Tout cela a beau créer un roman riche, il est aussi assez lent. Les trois premiers quarts du roman sont consacrés à la vie quotidienne de l’équipage et s’il y a parfois un peu d’action, elle disparait vite au profit des conséquences psychologiques sur chacun d’eux et des intrigues privées de l’un ou l’autre. Cela plaira aux lecteurs qui aiment quand le récit se met tranquillement en place mais L’espace d’un an est très clairement un tome introductif, voué à poser les bases, initier le lecteur pour la suite que j’imagine plus intense en action. C’est seulement sur le dernier quart que survient un évènement violent mais il ne dure finalement pas si longtemps que ça. Ses conséquences, par contre…

Malgré cette lenteur, j’ai vraiment aimé ma lecture et le soin apporté par l’autrice, par exemple, à l’utilisation de pronoms comme iel pour désigner les espèces asexuées ou le pluriel pour la paire sianate (ce qui donne de drôles de phrase !) vu qu’ils sont deux dans un seul corps. Tout, dans ce livre, jusqu’à la forme du récit, passe un message de respect des différences et de tolérance qui ne peut qu’avoir un gros écho dans notre société actuelle.

Pour résumer, l’Espace d’un an est un très bon livre que je conseille plutôt à des débutants en SF (ce que je suis !). Becky Chambers propose de peindre le portrait d’une famille de cœur à bord du vaisseau tunnelier Voyageur. Son roman, très orienté sur la psychologie et la découverte de son univers, est clairement un tome d’introduction qui souffre d’un rythme assez lent sur la majorité du titre car il prend pas mal le lecteur par la main en enchainant les scènes d’exposition afin de détailler les particularités socio-culturelles de chacun. Il doit très clairement être lu dans l’optique de continuer la saga et en acceptant son statut introductif. L’autrice réussit très bien ses personnages auxquels on s’attache et pour qui on se passionne. Elle a créé un univers crédible (selon moi) et intéressant au sujet duquel j’ai très envie d’en apprendre davantage. Je vais donc continuer avec plaisir la saga Voyageur que je recommande pour débuter dans le genre.