Le carrousel éternel (I. Dollhouse) – Anya Allyn

Dollhouse

Dollhouse est le premier tome de la saga du Carrousel Éternel écrit par Anya Allyn, qui est également l’auteure de l’excellent Lake Ephemeral. Vous pourrez retrouver ses écrits traduits aux éditions du Chat Noir au prix de 19.90 euros le tome, dans la collection Cheshire.

Dans une petite ville tranquille d’Australie, une adolescente (Aïsha) disparaît en pleine randonnée. Cassie, sa meilleure amie, aidée par Ethan (le petit ami de la disparue) et Lacey (une autre amie), décident de partir à sa recherche. Hélas pour eux, ils se retrouvent rapidement enfermés dans les sous-sols d’un mystérieux manoir, piégés dans un cauchemar surréaliste, où ils semblent condamnés à devoir se comporter comme des jouets pour le bon plaisir du Bienfaiteur.

La première chose qu’on remarque sur ce roman, c’est sa couverture, signée par la très talentueuse Mina M qui collabore souvent avec les éditions du Chat Noir. Son style gothique, sombre, dépeint à merveille l’intérieur du roman et donne un bon aperçu sur son contenu. D’ailleurs, chaque chapitre est surmonté de l’illustration du carrousel (sublime !) ainsi que d’un poème inédit (seuls un ou deux sont des citations) qui vous feront froid dans le dos. Une fois qu’on s’est emparé de l’objet pour le regarder d’un peu plus près, c’est la quatrième de couverture qui frappe. Comment ne pas craquer à la mention d’un cauchemar éveillé, d’un manoir abandonné, des jouets, de poupées? Tout cela promettait une aventure très glauque…

Et je n’ai pas été déçue !

Ce roman est sombre, oppressant, terrifiant, malsain, sans jamais tomber dans le gore ou les effusions de sang style massacre de masse qu’on détaille et qu’on expose en grandes pompes. On y retrouve l’aspect de pression psychologique exercée sur les personnages, le fantastique se distille par petites gouttes au point qu’on continue de douter de son existence, jusqu’à la toute fin du roman. L’intrigue se dévoile en même temps que l’univers, et nous attire, nous enveloppe, nous tient en haleine au point qu’on soit incapable de lâcher le livre. J’ai lu les deux tiers en une matinée, c’est dire !

On retrouve un univers qui a quelques échos avec Lake Ephemeral et qui achève de définir ce qu’est « un roman à la Anya Allyn »: un fantastique subtil, une plume poétique, une (més)aventure construite sur un jeu mental. C’est une fenêtre ouverte sur les émotions des personnages et surtout, de son héroïne puisque le roman est écrit à la première personne, du point de vue de Cassie. Nous suivons des adolescents d’une quinzaine d’années, qui se retrouvent catapultés dans un monde terrifiant. Je vous avoue que, aux premiers abords, j’ai tout de suite pensé à certains épisodes d’Esprits Criminels (quoi, on a les références qu’on peut !). Au départ, j’étais persuadée que c’était une sorte de thriller, qu’ils étaient coincés dans le jeu malsain d’un psychopathe, quelque chose dans ce goût-là, et que ça allait être assez banal… Tu parles ! Franchement, on ne s’attend pas du tout aux évènements, au déroulement de l’histoire. On va de surprise en surprise. On se demande qui est derrière ces enlèvements, ce qu’il fait à ces filles, pour quelle raison, on échafaude des théories, on s’attend au pire… Et finalement, ce qu’on croit être le pire n’est rien à côté de ce qui se passe réellement dans le livre.

J’en ai eu des frissons, et je ne suis pas facilement impressionnable. J’ai été conquise, tout simplement. Et j’attends la suite avec beaucoup d’impatience !

Je recommande très chaudement cette lecture qui est un coup de cœur, et l’univers d’Anya Allyn plus largement. C’est une auteure dotée d’un grand talent et on peut remercier les éditions du Chat Noir d’avoir pensé à la traduire. Par contre, si vous avez peur des poupées, des clowns ou même du noir, accrochez-vous, parce que vous allez en faire des cauchemars !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s