Les attracteurs de Rose Street – Lucius Shepard

9
Les attracteurs de Rose Street
est une novella fantastique écrite par l’auteur américain Lucius Shepard. Publiée dans la collection Une Heure Lumière aux éditions du Bélial, vous trouverez ce texte partout en librairie au prix de 9.90 euros.

Londres, 19e siècle. Samuel Prothero est un jeune aliéniste qui fait ses premiers pas dans la Société des Inventeurs. Il rencontre par ce biais Jeffrey Richmond, inventeur lui aussi qui souffre d’une très mauvaise réputation et subit la loi du silence chaque fois qu’il se rend au club. Un soir, Jeffrey aborde Samuel en rue pour lui proposer un travail d’un jour ou deux dans sa maison de Rose Street. Pour ce service, Jeffrey est prêt à payer le double du tarif habituel de l’aliéniste qui le suit, poussé par la curiosité. C’est alors que Samuel découvre l’existence des fantômes et plus particulièrement celui de Christine, la sœur de Jeffrey…

Les attracteurs de Rose Street est un texte narré à la première personne dans un style très 19e en Angleterre: une forme de journal, de compte-rendu faussement romancé d’un témoin privilégié d’évènements surprenants. Ce n’est pas sans rappeler les habitudes d’auteurs comme Conan Doyle et je trouve que le sujet, ainsi que l’époque, s’y prêtent très bien. Le narrateur est donc Samuel Prothero, auquel on s’attache rapidement grâce à son traitement terriblement humain. On le suit donc avec plaisir dans ses découvertes des mystères de Rose Street.

Il apparaît que Christine, la sœur de Jeffrey, a été assassinée et que celui-ci cherche à débusquer le coupable. Jeffrey exerce la profession d’inventeur : il a mis au point des machines supposées attirer les particules néfastes qui planent sur Londres afin de purifier l’air. D’une manière assez étrange, ses machines attirent plutôt des fantômes, des esprits, des reliquats d’âmes, on ne sait pas très bien. Comme il s’est installé dans l’ancienne maison de sa sœur, celle-ci revient à de nombreuses reprises, condamnée à rejouer des scènes du passé allant de son meurtre à d’autres activités bien plus suggestives. Parce que Christine tenait visiblement une maison de passe et ça ne plait pas trop à Jeffrey…

J’avais déjà fait connaissance avec l’auteur en lisant sa novella Abimagique et j’ai trouvé certaines similitudes entre les deux textes, surtout dans l’ambiance et l’atmosphère qui s’en dégage. À nouveau, Lucius Shepard ne cherche pas à donner une explication aux phénomènes surnaturels qu’il met en scène car Samuel, chargé de les étudier, a l’esprit ailleurs à cause de la belle Jane. Jane est une ancienne employée de Christine qui se montre étrangement fidèle à Jeffrey. Elle prend de plus en plus de place dans les pensées et le cœur de notre héros si bien qu’il se détourne de sa mission et met trop longtemps à comprendre des éléments évidents pour le lecteur. Si je n’ai pas été surprise par la plupart des rebondissements de l’intrigue, je n’en ai pas moins apprécié ma lecture.

Et c’est en grande partie grâce aux personnages évoqués plus haut mais également à l’atmosphère sombre, étouffante, qui se dégage de cette novella. Lucius Shepard use de descriptions précises, courtes et efficaces qui immergent le lecteur sans lui laisser la possibilité de refermer ce texte avant de l’avoir terminé. La première qui m’a marquée est sans conteste celle du quartier où se trouve la maison de Richmond. On approche du génie. Lucius Shepard nous transmet les expériences et les sentiments de Samuel avec brio. Il use de ce même talent pour nous peindre une galerie de protagonistes qui, s’ils entrent dans des archétypes, n’en restent pas moins intéressants dans l’expression de leurs passions qui frise parfois la folie. À cet égard, Jeffrey Richmond est pour moi une délicieuse réussite.

Comme je l’ai dit, l’intrigue ne m’a pas véritablement surprise dans son déroulement. Par contre, j’ai apprécié les choix finaux de l’auteur tant pour Samuel que pour Jeffrey.

Pour résumer, les attracteurs de Rose Street est une novella fantastique très agréable à lire. Elle prend pour cadre le Londres du 19e siècle, étouffant et sombre, pour proposer une histoire de fantômes à l’atmosphère maîtrisée et aux personnages fascinants. Si l’intrigue reste, à mon goût, assez classique, Lucius Shepard offre tout de même une fin très satisfaisante. Je vous recommande volontiers ce texte qui s’ajoute au palmarès des réussites dans la collection Une Heure Lumière !

7 réflexions sur “Les attracteurs de Rose Street – Lucius Shepard

  1. Pingback: Les Attracteurs de Rose Street par Lucius Shepard – Le monde d'Elhyandra

  2. Pingback: Les Attracteurs de Rose Street – Lucius Shepard – Les Notes d'Anouchka

  3. Pingback: BML #17 – novembre 2019 | OmbreBones

  4. Pingback: Les attracteurs de Rose Street – Lucius Shepard | Le culte d'Apophis

  5. Pingback: Les Attracteurs de Rose Street – Lucius Shepard – L'épaule d'Orion – blog de SF

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s