Le Bâtard de Kosigan #3 Le marteau des sorcières – Fabien Cerutti

6
Le marteau des sorcières
est le troisième tome de l’extraordinaire saga de fantasy historique, le Bâtard de Kosigan, écrite par l’auteur français Fabien Cerutti. Publié chez Mnémos, ce tome coûte, comme les deux précédents, 20 euros.
Ce roman entre dans le cadre du challenge S4F3 organisé par Albédo.

Le Bâtard de Kosigan est une série que je suis depuis sa sortie en 2015 où j’avais rencontré l’auteur aux Imaginales. J’ai été séduite par le concept et je découvre chaque tome avec le même plaisir. Je mets toujours un peu de temps à me lancer parce qu’il ne s’agit pas d’un livre à découvrir comme un simple divertissement. C’est une littérature plutôt dense, réservée à une certaine niche de lecteur de par son niveau (sur tout ce qui touche à l’Histoire notamment et au style de langage) mais bon sang ce que c’est bon, ce que c’est grand ♥ Comme je n’ai pas encore eu l’occasion de chroniquer ces romans sur le blog, je vais reprendre depuis le début.

Avant cela, petit mot sur le contenu du livre en terme d’annexes et de cartes. La maison d’édition a vraiment accordé un très grand soin à ces éléments en fournissant au lecteur des cartes des zones évoquées dans le roman, en rappelant certaines lettres évoquées dans ce tome, dans les annexes afin que le lecteur puisse facilement se rafraichir la mémoire mais aussi en proposant un rappel des différents personnages / fonctions. De même, on retrouve des précisions sur le système des heures et des mesures au Moyen-Âge, ce qui peut paraître anecdotique mais révèle surtout le soin que l’auteur et l’éditeur ont apporté à ce roman. Chapeau !

Nous suivons deux histoires parallèles et complémentaires. D’un côté, celle de Pierre Cordwain de Kosigan, le fameux bâtard, chef d’une compagnie de mercenaire dont nous lisons les pages de son journal écrit dans le courant du 14e siècle. D’un autre, celle de son descendant, Kergaël, qui découvre son ascendance grâce à l’envoi d’un mystérieux colis et dont on suit la correspondance avec ses amis et ses mentors, à la recherche de la vérité. En décryptant le journal du Bâtard, Kergaël se rend compte que son ancêtre évoque des peuples disparus, des mythes qui ne sont pas supposés exister et possède plusieurs dons magiques liés à la Source, des éléments dont on ne conserve aucune trace au 19e siècle. Aucune trace crédible, tout du moins, car qui croit encore à la magie à notre époque « éclairée » ? Petit à petit, Kergaël va pourtant commencer à y croire grâce à divers indices et au concours de son entourage. La question commence alors à se poser: et si quelqu’un, dans l’ombre, était parvenu à éradiquer les anciens peuples, les anciennes pratiques? Qui? Pourquoi? Voilà probablement LA plus grande question du récit.

Il ne s’agit pourtant pas uniquement d’une quête de la vérité. Une organisation secrète semble détenir des éléments importants et cherche à aider Kergaël là où une autre souhaite au contraire qu’il disparaisse. Dans ce tome, on en apprend davantage sur les deux, ce qui permet à l’intrigue d’avance. Pardonnez mon manque de détails mais vous connaissez ma politique anti-spoil. Quant au Bâtard, on le retrouve à Cologne, face au Cardinal de Las Casas, à la recherche du covent auquel sa mère a jadis appartenu, afin de trouver des réponses sur le sang noir qui coule dans ses veines.

La première chose à relever sur cette saga, c’est le grand soin qu’apporte l’auteur au traitement historique. Bien que passionnée d’histoire, je suis loin d’être une spécialiste mais il me semble que toutes les références qu’évoque Fabien Cerutti peuvent se vérifier au point que la théorie qui se dessine plus clairement dans ce tome parait presque… Plausible. En tout cas, j’ai commencé à me poser certaines questions ! J’ai trouvé ces passages et détails particulièrement fascinants. De plus, l’auteur soigne aussi son style d’écriture qui, bien que traduit dans un français du 19e siècle, sonne crédible et est parsemé de termes latins ou locaux qui donnent une touche de réalisme supplémentaire au récit.

Le personnage du Bâtard est très agréable à suivre. Ce n’est ni un saint, ni un monstre, mais bien un homme avec ses défauts et ses qualités, ses pulsions et ses désirs. Fabien Cerutti nous offre un héros tout en nuance auquel on s’attache immédiatement. Quant à son descendant, c’est parfois plus ardu pour une raison très simple: le choix du style épistolaire. Nous ne connaissons Kergaël qu’à travers ses lettres (et dans ce tome, ses coups de téléphone). Ces dernières regorgent de beaucoup de détails mais ça n’offre pas la même proximité qu’avec le Bâtard. Pourtant, ces intermèdes s’avèrent eux aussi très intéressants. Ils permettent de distiller à la fois action et suspens, pour maintenir l’intérêt du lecteur.

Je n’ai pas grand chose à reprocher à Fabien Cerutti, hormis sa très frustrante tendance au cliff-hanger ! Si j’avais eu le tome 4 sous la main, j’aurai enchainé ma lecture pour découvrir le fin mot de cette première partie.  Hélas, il va falloir attendre quelques semaines…

Pour résumer, ce troisième tome du Bâtard de Kosigan est une réussite. Fabien Cerutti brille par son talent littéraire et historique en offrant un roman passionnant qui ravira les adeptes du genre – dont je suis. Je recommande très chaudement cette saga à tous les lecteurs sensibles à l’Histoire et au surnaturel crédible, qui ont envie de s’offrir un grand moment de littérature.

Publicités

10 réflexions sur “Le Bâtard de Kosigan #3 Le marteau des sorcières – Fabien Cerutti

  1. Pingback: Le Bâtard de Kosigan #4 Le Testament d’Involution – Fabien Cerutti | OmbreBones

  2. Pingback: #VendrediLecture (11) | OmbreBones

  3. Pingback: Bilan : le challenge S4F3 | OmbreBones

  4. Pingback: S4F3 – Victoire aux points – Albédo

  5. Pingback: BML #2 – Août 2018 | OmbreBones

  6. Pingback: Deuxième escale de la S4F3 – Round 2 – Albédo

    • Franchement je trouve que c’est très très bon et tu devrais y trouver ton compte ^-^ Lance toi ! D’autant que le tome 4 clôture un cycle donc tu n’auras même pas la frustration de devoir attendre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s