La dernière colonie – John Scalzi

9
La dernière colonie
est le troisième tome de la saga du Vieil Homme et la Guerre écrite par l’auteur américain John Scalzi. Publié par l’Atalante, vous trouverez ce roman au prix de 19.90 euros. Il existe également au format poche chez Bragelonne.
Je remercie Emma et les éditions l’Atalante pour ce service presse numérique.

Souvenez-vous, je vous ai déjà parlé de cette saga : Le Vieil Homme et la Guerre (1) – Les Brigades fantômes (2).

De quoi ça parle ?
John vit une existence tranquille sur Huckleberry aux côtés de Jane (revenue à la vie civile dans le tome précédent) et de Zoé, leur fille adoptive. Tout se passe pour le mieux, rien de plus grave à régler que des problèmes de chèvre. Enfin… jusqu’à ce qu’un officiel des Forces de Défense Coloniale débarque pour leur proposer de superviser l’installation d’une nouvelle colonie. Il y a bien entendu anguille sous roche puisque cette colonie est un pied de nez au Conclave, avec tout ce que ça implique sur un plan politique. John et Jane vont devoir se montrer à la hauteur s’ils veulent sauver ces 2500 âmes qui n’ont rien demandé à personne et sont pourtant utilisées par les FDC comme des pions dans une bataille bien plus grande. Dommage qu’ils s’en rendent compte si tard.

De la guerre ouverte à la colonisation.
Dans le Vieil Homme et la Guerre, Scalzi posait les bases d’un univers développé ensuite de façon plus subtile dans les Brigades fantômes -je vous invite à lire mes deux chroniques pour obtenir les détails. On se trouvait clairement dans une SF au parfum militaire, avec tout ce que cela implique sur l’ambiance, les combats, la violence, les horreurs de la guerre. La situation évolue avec ce troisième opus. John et sa femme, Jane, vivent tranquillement sur une planète où lui règle les conflits de voisinage pendant qu’elle est shérif. Ils acceptent de laisser cela derrière eux pour aider à l’implantation de la colonie Roanoke, avant de se rendre compte qu’on se sert d’eux.

Pendant une bonne moitié du roman, le lecteur découvre le quotidien tranquille du couple puis la manière dont s’implante une colonie sur une planète. On est dans le calme, la discussion, les explications facilement accessibles au lecteur novice. C’est une ambiance totalement différente de ce à quoi nous a habitué Scalzi dans cette saga (ou de manière générale) mais ce n’est pas dénué d’intérêt pour autant car tout est présenté d’une manière intéressante. Je n’ai, a aucun moment, eu le sentiment de me noyer sous les informations ni n’ai vu mon intérêt décliner. Que du contraire, je suis arrivée à la fin du roman sans l’avoir vu passer.

Un univers qui se développe.
Avec toute la maîtrise qu’on lui connait, Scalzi continue de développer cet univers en le complexifiant. Dans la dernière colonie, il oppose le Conclave à l’Union Coloniale. Le Conclave est une organisation entre plusieurs espèces qui prône une forme d’entente et d’entraide pour ne laisser personne sur le carreau lors de la découverte de l’univers infini. Sur le papier, l’idée ne manque pas d’intérêt et est portée par le Général Gau, un personnage honorable à la personnalité vraiment intéressante.

Même si un peu de plus quatre cents espèces ont accepté de les rejoindre, d’autres refusent en craignant pour leur souveraineté. C’est le cas de l’humanité (ouais tu l’avais pas vu venir hein), représentée par l’UC, qui veut même aller plus loin que ça en annihilant le Conclave. C’est ce but qui est poursuivi dans ce tome, à travers l’implantation de Roanoke puisque le Conclave a interdit à toute espèce qui n’y appartient pas de coloniser une nouvelle planète. Ce privilège leur appartient et ils espèrent créer des colonies mixtes afin de favoriser la collaboration entre les espèces. Si une espèce désobéit, le Général Gau se rend sur place, offre à la colonie de se rendre et si ceux-ci refusent de « trahir » leur nation, il les détruit tous jusqu’au dernier -et seulement dans ce cas. L’homme se montre très diplomate, serein. Je lui ai trouvé un côté général sage asiatique qui n’hésite pas au moment d’agir mais qui respecte ses adversaires et accepte ses propres défaites. J’espère vraiment qu’il réapparaitra dans les prochains romans.

Sur base de cette succincte explication, vous imaginez sans peine les enjeux, les retournements de situation, les informations dissimulées par les autorités et nos pauvres protagonistes qui doivent se débrouiller tant bien que mal… avec l’aide bienvenue de Pirouette et Cacahouète, deux Obins qui ne quittent pas Zoé d’une semelle. Je ne vais pas approfondir afin d’éviter de vous divulgâcher des pans importants de l’intrigue. Toutefois, sachez que ça bouge, que ça trahit, que ça réfléchit, que ça se tape dessus -juste un peu moins que dans les tomes d’avant concernant ce dernier point.

John Perry, un narrateur attachant.
Le personnage de John Perry me plait beaucoup et j’avais été déçue d’en changer dans les Brigades fantômes bien que je comprenne l’intérêt sur un plan scénaristique. Ça permettait de mieux comprendre la problématique des forces spéciales, de leur presque humanité, un thème qui revient ici. John, quant à lui, incarne l’humanité dans ce qu’elle a de plus compliqué. Il tient a sa famille, ne manque pas d’honneur, sait se servir de son cerveau et affronte les difficultés avec aplomb. J’aime ses traits d’humour et j’éprouve énormément de sympathie à son égard si bien que j’ai dévoré ce roman sans m’en rendre compte, prise que j’étais dans sa psyché, dans son quotidien, dans ses difficultés.

La conclusion de l’ombre :
Pour résumer, la dernière colonie est une réussite de plus au palmarès de Scalzi et cela n’a rien d’étonnant quand on connait un peu la bibliographie de l’auteur. Ce roman quitte l’aspect purement militaire des deux autres opus pour se concentrer sur la politique et la colonisation, sans manquer d’action pour autant. Les nouveaux personnages proposés se révèlent très intéressants, j’ai personnellement hâte de les retrouver. Quant au narrateur, John Perry, c’est un vrai plaisir de le suivre aux commandes de cette aventure. Je ne vais pas attendre trop longtemps avant de me plonger dans le quatrième volume… Et je vous recommande évidemment la saga tout comme l’auteur de manière générale.

D’autres avis : je pense que le titre est trop « ancien » pour la blogo car je n’en ai pas trouvé.

Les Sœurs Carmines #3 Dolorine à l’école – Ariel Holzl

11
Dolorine à l’école
est le troisième (et dernier?) tome de la saga des Sœurs Carmines écrite par l’auteur français Ariel Holzl. Publiée chez Mnémos, chaque tome coûte 17 euros.
Je remercie les éditions Mnémos pour ce service presse !
Cette lecture entre dans le cadre du challenge S4F3 organisé par Albédo.

Souvenez-vous, je vous ai déjà parlé des Sœurs Carmines en chroniquant le tome 1 et le tome 2. J’avais été emballée par le concept sur le premier et avait été enchantée par les aventures de Tristabelle dans le deuxième. Ce troisième tome nous permet de suivre Dolorine, la petite sœur Carmine âgée d’une dizaine d’année seulement, qui va entrer au pensionnat de Mme Boggartine. En arrivant sur place, Dolorine se rend compte que plusieurs choses ne vont pas. Déjà, les élèves sont anormalement gentils avec elle. Ensuite, les fantômes ont tous disparu, du jamais vu ! La fillette décide alors de mener l’enquête et ça n’ira pas sans mal.

Ce qu’on craint naturellement avec une héroïne aussi jeune, c’est de tomber sur un texte trop enfantin ou trop immature. Ce n’est pas le cas du tout ! Dolorine est d’une touchante naïveté qui se mêle à son éducation « grisaillaise » pour offrir au lecteur des réflexions aussi amusantes qu’incongrues. Là où le premier tome restait introductif avec une sœur un peu plus fade comparée aux autres et où le second offrait une Tristabelle brillante et détestable, ce troisième continue sur sa lancée pour dépayser son lecteur.

Le récit à la troisième personne est parsemé des pages du journal de Dolorine pour une plus grande immersion dans le personnage mais aussi, nouveauté, du journal de son institutrice et d’un exposé réalisé par ses camarades de classe qui se montrera capital pour la suite. J’ai vraiment apprécié les choix narratifs de l’auteur à ce niveau et les dessins qui parsèment le livre. Ce sont parfois des bonhommes assez simplistes et à d’autres moments, des croquis plus aboutis qui apportent véritablement quelque chose au livre. Les pages du journal de Dolorine comportent des taches et des ratures pour donner cet aspect vieillot à ces parties. Les moments de narration, quant à eux, contiennent parfois des mots barrés et corrigés comme d’une façon manuscrite, probablement par Dolorine elle-même, ce que j’ai trouvé amusant et enrichissant.

Outre ces éléments esthétiques et ces choix de l’auteur, l’intrigue qui se développe aborde des thèmes intéressants, comme celui de la mort et des conséquences d’une lutte contre elle. Cela reste classique mais la manière dont Ariel Holzl met cela en place m’a captivée au point de lire ce tome presque d’une traite. On en apprend également davantage sur la dernière des filles Carmine, ce qui pose finalement plus de questions qu’autre chose. Je doute en fait que ce tome soit le dernier car l’auteur se ménage pas mal d’éléments pour continuer sa saga en laissant des questions en suspend. Puis n’oublions pas bébé Dram !

Pour le reste, l’univers se maintient à la hauteur des deux tomes précédents en s’enrichissant toujours un peu plus. On retrouve avec plaisir cette ambiance de merveilleux noir où le progrès technologique commence à menacer les habitudes un peu plus magiques des habitants de Grisaille. Le dénouement de cette malheureuse affaire était vraiment épique, l’auteur n’a peur de rien et ne manque pas d’imagination ! Je me demande s’il envisage des produits dérivés, d’ailleurs. J’adorerai avoir un Monsieur Nyx.

Pour résumer, ce troisième tome des Sœurs Carmines est à la hauteur de sa saga. Contrairement à ce que je craignais, suivre Dolorine n’empêche pas le lecteur plus âgé de s’immerger, que du contraire. Chaque tome a un ton différent, relié par un univers de merveilleux noir avec quelques tendances au steampunk plus que prometteuses. Ariel Holzl signe un nouveau roman réussi et en tant que lecteur, on a qu’une question à lui poser: À quand la suite?

Le Bâtard de Kosigan #3 Le marteau des sorcières – Fabien Cerutti

6
Le marteau des sorcières
est le troisième tome de l’extraordinaire saga de fantasy historique, le Bâtard de Kosigan, écrite par l’auteur français Fabien Cerutti. Publié chez Mnémos, ce tome coûte, comme les deux précédents, 20 euros.
Ce roman entre dans le cadre du challenge S4F3 organisé par Albédo.

Le Bâtard de Kosigan est une série que je suis depuis sa sortie en 2015 où j’avais rencontré l’auteur aux Imaginales. J’ai été séduite par le concept et je découvre chaque tome avec le même plaisir. Je mets toujours un peu de temps à me lancer parce qu’il ne s’agit pas d’un livre à découvrir comme un simple divertissement. C’est une littérature plutôt dense, réservée à une certaine niche de lecteur de par son niveau (sur tout ce qui touche à l’Histoire notamment et au style de langage) mais bon sang ce que c’est bon, ce que c’est grand ♥ Comme je n’ai pas encore eu l’occasion de chroniquer ces romans sur le blog, je vais reprendre depuis le début.

Avant cela, petit mot sur le contenu du livre en terme d’annexes et de cartes. La maison d’édition a vraiment accordé un très grand soin à ces éléments en fournissant au lecteur des cartes des zones évoquées dans le roman, en rappelant certaines lettres évoquées dans ce tome, dans les annexes afin que le lecteur puisse facilement se rafraichir la mémoire mais aussi en proposant un rappel des différents personnages / fonctions. De même, on retrouve des précisions sur le système des heures et des mesures au Moyen-Âge, ce qui peut paraître anecdotique mais révèle surtout le soin que l’auteur et l’éditeur ont apporté à ce roman. Chapeau !

Nous suivons deux histoires parallèles et complémentaires. D’un côté, celle de Pierre Cordwain de Kosigan, le fameux bâtard, chef d’une compagnie de mercenaire dont nous lisons les pages de son journal écrit dans le courant du 14e siècle. D’un autre, celle de son descendant, Kergaël, qui découvre son ascendance grâce à l’envoi d’un mystérieux colis et dont on suit la correspondance avec ses amis et ses mentors, à la recherche de la vérité. En décryptant le journal du Bâtard, Kergaël se rend compte que son ancêtre évoque des peuples disparus, des mythes qui ne sont pas supposés exister et possède plusieurs dons magiques liés à la Source, des éléments dont on ne conserve aucune trace au 19e siècle. Aucune trace crédible, tout du moins, car qui croit encore à la magie à notre époque « éclairée » ? Petit à petit, Kergaël va pourtant commencer à y croire grâce à divers indices et au concours de son entourage. La question commence alors à se poser: et si quelqu’un, dans l’ombre, était parvenu à éradiquer les anciens peuples, les anciennes pratiques? Qui? Pourquoi? Voilà probablement LA plus grande question du récit.

Il ne s’agit pourtant pas uniquement d’une quête de la vérité. Une organisation secrète semble détenir des éléments importants et cherche à aider Kergaël là où une autre souhaite au contraire qu’il disparaisse. Dans ce tome, on en apprend davantage sur les deux, ce qui permet à l’intrigue d’avance. Pardonnez mon manque de détails mais vous connaissez ma politique anti-spoil. Quant au Bâtard, on le retrouve à Cologne, face au Cardinal de Las Casas, à la recherche du covent auquel sa mère a jadis appartenu, afin de trouver des réponses sur le sang noir qui coule dans ses veines.

La première chose à relever sur cette saga, c’est le grand soin qu’apporte l’auteur au traitement historique. Bien que passionnée d’histoire, je suis loin d’être une spécialiste mais il me semble que toutes les références qu’évoque Fabien Cerutti peuvent se vérifier au point que la théorie qui se dessine plus clairement dans ce tome parait presque… Plausible. En tout cas, j’ai commencé à me poser certaines questions ! J’ai trouvé ces passages et détails particulièrement fascinants. De plus, l’auteur soigne aussi son style d’écriture qui, bien que traduit dans un français du 19e siècle, sonne crédible et est parsemé de termes latins ou locaux qui donnent une touche de réalisme supplémentaire au récit.

Le personnage du Bâtard est très agréable à suivre. Ce n’est ni un saint, ni un monstre, mais bien un homme avec ses défauts et ses qualités, ses pulsions et ses désirs. Fabien Cerutti nous offre un héros tout en nuance auquel on s’attache immédiatement. Quant à son descendant, c’est parfois plus ardu pour une raison très simple: le choix du style épistolaire. Nous ne connaissons Kergaël qu’à travers ses lettres (et dans ce tome, ses coups de téléphone). Ces dernières regorgent de beaucoup de détails mais ça n’offre pas la même proximité qu’avec le Bâtard. Pourtant, ces intermèdes s’avèrent eux aussi très intéressants. Ils permettent de distiller à la fois action et suspens, pour maintenir l’intérêt du lecteur.

Je n’ai pas grand chose à reprocher à Fabien Cerutti, hormis sa très frustrante tendance au cliff-hanger ! Si j’avais eu le tome 4 sous la main, j’aurai enchainé ma lecture pour découvrir le fin mot de cette première partie.  Hélas, il va falloir attendre quelques semaines…

Pour résumer, ce troisième tome du Bâtard de Kosigan est une réussite. Fabien Cerutti brille par son talent littéraire et historique en offrant un roman passionnant qui ravira les adeptes du genre – dont je suis. Je recommande très chaudement cette saga à tous les lecteurs sensibles à l’Histoire et au surnaturel crédible, qui ont envie de s’offrir un grand moment de littérature.