Frères d’enchantement – Siana

xcover-2801
Frères d’enchantement est un one-shot de fantasy proposé par l’autrice française Siana, dont c’est le premier roman. Éditée chez Rroyzz Éditions dont je découvre pour la première fois un ouvrage (en même temps que leur existence), vous trouverez ce titre au prix de 17 euros.
Je remercie l’autrice pour l’envoi de ce service presse via SimplementPro.
Ce roman est ma neuvième lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.

J’ai découvert ce roman un peu par hasard au détour d’une chronique de la blogpote FungiLumini. Très intriguée par le pitch et par son retour enthousiaste, j’ai tenté ma chance pour recevoir le roman en service presse et j’ai bien fait parce qu’honnêtement, ça a été une belle surprise !

Nous suivons deux personnages en parallèle. Le premier est Ensio, un fier milicien et héros de sa cité. Au début du roman, on le voit tuer son ami d’enfance, devenu un renégat. L’acte en lui-même n’est pas anodin mais le plus difficile à vivre pour Ensio, c’est ce silence dans sa tête car Ljuka et lui partageaient un lien télépathique depuis l’enfance. Ensio va alors tout tenter pour ne pas sombrer dans la folie. Avec un succès assez relatif.
Le second est Ljuka, dans le passé. Le lecteur l’accompagne au fil de son histoire et comprend les raisons qui le poussèrent à agir comme il l’a fait. On voit également le début de son amitié avec Ensio, la façon dont ces deux amis vont s’éloigner, etc.

L’alternance des points de vue et des époques est bien gérée par l’autrice et permet une immersion dans la psyché de ses deux héros ainsi que dans l’univers unique créé par elle. La narration à la première personne est adaptée à la dimension psychologique du texte et chaque personnage est assez bien caractérisé. Ma préférence va toutefois à Ljuka, pour qui j’ai éprouvé énormément d’empathie contrairement à Ensio que j’ai eu envie de gifler jusqu’à la dernière page du roman. D’autant que la fin est assez malsaine. J’ai du mal à décider si c’était l’intention de l’autrice ou si elle a pensé que l’idée d’Ensio était vraiment bonne mais je suis restée scotchée par un tel égoïsme de la part du personnage. C’est aussi la marque d’un bon roman immersif: le lecteur se prend au jeu, vibre avec les protagonistes. Le seul point négatif que je relèverai par rapport à cet aspect c’est que l’autrice a passé tellement de temps à développer Ensio et Ljuka que, finalement, les personnages secondaires paraissent caricaturaux, sans vraie profondeur et juste bon à remplir des rôles prédéfinis à l’avance pour le bon déroulement de l’histoire. C’est le cas notamment de l’épouse d’Ensio, une femme que les deux amis ont aimé en leur temps.

Frères d’enchantement, c’est donc l’histoire d’une amitié qui se mue en haine et en incompréhension. À cause du système de classe assez rigide, Ensio ne parvient pas à comprendre le goût de son ami pour les arts des Mécanistes ni son « manque d’ambition » à ne pas vouloir décrocher un titre de Maître. L’air de rien, le parallèle avec notre propre société est assez évident et le message de l’autrice plutôt fort: il faut vivre pour soi-même, pour ce qui nous rend heureux, et pas pour l’image qu’on montre à la société. Je valide à 200%.

Il s’agit d’un premier roman mais Siana possède déjà une plume prometteuse quoi que jeune. Il reste des tournures faibles et des répétitions qu’on pardonne volontiers. En plus d’une écriture qui a déjà sa personnalité, Siana jouit d’une imagination débordante. Son univers se révèle original et bien construit avec la présence d’une magie qui est très scientisée. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte mais les chapitres de Ljuka permettent de vraiment bien mettre en place tout cet aspect et d’évoluer en même temps que les protagonistes. À travers son intrigue, l’autrice développe aussi une réflexion marquée sur la lutte des classes et la révolution sociale, qui ne manquera pas de pousser les lecteurs à la réflexion, surtout par les temps qui courent. Parvenir à mêler le divertissement à l’engagement politique, le tout dans un premier roman… Moi je dis bravo.

Pour résumer, Frères d’enchantement est un premier texte de fantasy adulte bien mené. L’autrice propose de suivre Ensio sur les chemins de la folie et Ljuka sur celui de la révolution dans une alternance de point de vue maîtrisée et immersive. Sa plume jeune, son univers personnel et ses idées originales donnent du peps à ce premier roman qui est, pour moi, une belle découverte que je recommande volontiers !

Publicités

10 réflexions sur “Frères d’enchantement – Siana

  1. Pingback: Frères d’enchantement (Siana), faux-frères et faux-semblants – Évasion Imaginaire

  2. J’ai découvert Siana avec son texte « Les Oniriphages » dans le recueil de nouvelles que j’avais chroniqué « Malédiction », un texte vraiment barré mais quelle qualité ! J’espère retrouver ces éléments dans ce livre (que j’ai reçu généreusement en SP) même si je sais que je ne dois pas tomber dans la comparaison des deux textes. Merci pour cette chronique.

  3. Pingback: BML #9 – mars 2019 | OmbreBones

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s