Le secret du colibri – Jaye Robin Brown

5
Le secret du colibri est un one-shot young adult contemporain écrit par l’autrice américaine Jaye Robin Brown. Publié aux Éditions du Chat Noir dans la collection Chat Blanc, vous trouverez ce roman au prix de 19.9 euros.

De quoi ça parle ?
Jessica souffre d’élans colériques et elle se bat pour les maîtriser. Quand elle rencontre Vivi, l’avenir semble radieux. Hélas, Vivi décède à cause de son asthme et la descente aux Enfers commence pour Jess. Entre passé et présent, une tranche de vie quotidienne poignante et humaine.

Une alternance des temps.
Jaye Robin Brown décide de narrer son histoire à la première personne, du point de vue de Jess. Le lecteur la rencontre alors que la mort de sa petite amie, Vivi, date de quelques jours à peine. La souffrance est palpable à chaque ligne sans pour autant paraître lourde ou exagérée. À travers ce maelstrom d’émotions, l’autrice insère des notes plus douces grâce à des chapitres dédiés au passé, ce qui permet de connaître les détails de la relation entre les deux adolescentes : leur rencontre, leur premier baiser, leurs passions, ce qu’elles s’apportent l’une à l’autre. C’est doux, agréable et surtout, pas bêtement idéalisé. Cet aspect humain m’a sauté aux yeux durant toute ma lecture tant l’autrice le maîtrise de tout en bout.

Évoquer l’amour (lesbien).
Le secret du colibri est le premier roman que je lis qui traite en thématique principale d’une relation amoureuse entre deux femmes et c’est ce qui m’a tout de suite attirée dans ce titre (un peu comme pour Je ne suis pas un gay de fiction même si on parle plus souvent de relations entre hommes qu’entre femmes, du moins j’en ai l’impression). En cette période où on évoque beaucoup la problématique de la représentation de la femme mais aussi de la communauté LGBTQ+ en fiction, j’avais envie de me plonger dans un roman de ce genre et j’en ressors enchantée. Jaye Robin Brown développe énormément de sujets importants autour de l’amour : la notion de consentement, la première fois dans l’intimité, la pression sociale qui existe autour de la sexualité « dans la norme ». Comme son héroïne est une adolescente, l’autrice ne va pas trop loin et ne tombe pas dans les descriptions explicites ou le voyeurisme graveleux. Il s’agit ici de traiter des émotions en priorité. Sans être le public cible (vous le savez, la romance et moi…) j’ai beaucoup aimé me plonger dans ce roman car non seulement la relation principale concerne deux femmes mais on trouve aussi la présence d’un personnage qu’on soupçonne d’asexualité. Et c’est bien la première fois que je croise ce terme dans un roman, ce que je trouve vraiment extraordinaire ! J’ignore si l’autrice appartient elle-même à la communauté LGBTQ+ mais quoi qu’il en soit, elle en parle avec beaucoup de justesse, d’intelligence et de respect.

Évoquer le deuil.
Le secret du colibri n’est pas une romance même si on y parle beaucoup d’amour. C’est avant toute autre chose un roman sur le deuil, sur la façon de le vivre, de le gérer, de l’affronter au quotidien avec ses hauts et ses bas mais aussi sur la manière de se reconstruire dans l’après. Jessica est confrontée à des réactions très différentes, du camarade crétin qui se moque de la mort de sa petite amie parce qu’elle est « gouine » à sa mère très compréhensive en passant par sa grande-sœur qui a du mal à concevoir qu’elle n’ait pas tourné la page au bout d’un mois. Une fois de plus, l’autrice brille par ses choix de narration très humains et crédibles. Dans une note finale de sa main, on apprend qu’elle a écrit ce roman suite à un deuil qu’elle a vécu bien qu’elle précise que cette histoire n’a rien d’autobiographique. Et bien, on le sent. Jaye Robin Brown ne se contente pas de reprendre les étapes théoriques du deuil, elle y apporte de la nuance, de la subtilité, avec une surprenante maîtrise. Aucun manichéisme ici mais beaucoup de douceur, d’espoir, de réussites et d’échecs. J’y ai cru du début à la fin, l’autrice est parvenue à m’embarquer dans le coeur de Jess avec une surprenante maestria.

Un roman très moderne d’utilité publique.
J’ai refermé ce texte en me disant que j’avais envie de le donner à lire à mes élèves parce qu’il aborde de nombreux thèmes actuels et permettra probablement des prises de conscience chez son lecteur en plus d’entrainer de passionnantes discussions. Le secret du colibri joue beaucoup sur l’aspect psychologique, sur les émotions plutôt que sur l’action. Au final sur le plan de l’intrigue en elle-même, il ne se passe pas « grand chose » puisque l’autrice narre le récit d’une reconstruction, une reconstruction à travers l’art et non pas de grandes aventures ou des drames en chaîne. C’est véritablement une tranche de vie commune dotée d’une profonde richesse autant stylistique que thématique.

L’art salvateur.
Grâce aux chapitres dans le passé, le lecteur apprend que Jess souffre de crises colériques depuis le décès de son père militaire dans son enfance. Elle travaille à gérer ses émotions et à ne plus se battre sans arrêt. C’est dans un but thérapeutique qu’elle commence à dessiner et il se trouve qu’elle possède un certain talent, talent que Vivi la poussera à exploiter. Lors de son second deuil, l’art reste inaccessible à Jess qui se sent privée de toute inspiration, celle-ci ayant disparue avec sa petite amie. Pourtant, l’art continuera de tenir une place importante dans le récit et aidera Jess à remonter la pente. Pas en un claquement de doigt, pas du jour au lendemain, mais en lui permettant de poser un pied après l’autre. Sans hésitation, ce récit plaira aux artistes, à tous ceux qui ont un jour ressenti une pulsion créatrice.

En parlant d’art, le roman contient plusieurs dessins d’oiseaux vraiment superbes qui accompagnent le récit puisqu’il s’agit de ceux réalisés par Jess ! Ils illustrent également la passion de Vivi pour l’ornithologie. C’est un détail en soi mais ça rappelle à quel point le Chat Noir soigne la mise en page de ses romans.

La conclusion de l’ombre.
Le secret du colibri est un très beau roman autour de l’amour entre deux femmes, du deuil et de la manière dont on peut se reconstruire après une perte. Jaye Robin Brown raconte avec une narration à la première personne l’histoire de Jessica et la façon dont elle tentera de surmonter le décès si soudain de sa petite amie Vivi. Avec une plume douce et sincère, l’autrice signe un texte poignant dont on ne ressort pas indifférent, qu’on soit ou non le public cible. Une découverte que je recommande très chaudement !

D’autres avis : Recto VersoLes instants volés à la vieLa bibliothèque de ChloéLa droguerie écrite – vous ?

Une réflexion sur “Le secret du colibri – Jaye Robin Brown

  1. Pingback: BML #25 – juillet 2020 | OmbreBones

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s