How to save a life – Lauren K. McKellar

10
How to save a life
est un roman one-shot tranche de vie publié par l’autrice australienne Lauren K. McKellar. Traduit aux Éditions du Chat Noir dans la collection Chat Blanc, ce titre est disponible au prix de 19.90 euros.

Vous avez le droit de vous indigner. C’est vrai que je lis assez peu de romans de ce style là et qu’en général, je les évite largement. Toutefois, en découvrant la quatrième de couverture, j’avoue… Il me tentait bien. Je ne sais toujours pas pourquoi à l’heure actuelle mais j’ai profité qu’une amie me le prête pour m’y essayer parce que quand même, il me titillait depuis l’annonce de sa sortie qui date d’octobre 2018. Y’a des mystères, comme ça.

Lia est une lycéenne de dix-sept ans qui cache un assez lourd secret et n’a pas la vie facile. Entre son passif, sa mère alcoolique et les difficultés dans son job, elle compte les jours pour enfin se tirer de chez elle et vivre à Melbourne même si ça implique de laisser sa mère. Pour cette raison, Lia essaie absolument de la soigner avant de s’en aller, par peur qu’elle se tue. Son objectif? Décrocher une bourse dans un célèbre conservatoire afin de jouer du piano, instrument qu’elle maîtrise à la perfection. Mais tout n’est pas si simple dans cette petite ville australienne.

Je suis toujours un peu entre deux sentiments concernant ce livre. Je l’ai lu très rapidement et je l’aurai même dévoré d’une traite si je n’avais pas été fatiguée par la foire du livre de Bruxelles. Sans aucun doute, How to save a life est un page turner plutôt bien écrit (et bien traduit) puisqu’il déborde d’émotions maîtrisées par son autrice. On a envie de connaître la suite et on la lit avec une sorte de fascination morbide en se demandant ce qui va bien pouvoir encore arriver à cette pauvre fille. D’un autre côté, j’ai eu plus d’une fois envie de secouer Lia pour qu’elle ouvre les yeux sur les horreurs qui se déroulent autour d’elle. Entre son copain, le nouveau mec de sa mère, sa mère elle-même et les traumatismes qu’elle a subi avec son père… Quand on découvre son histoire d’un œil extérieur, on a plus d’une fois envie de hurler et de la pousser à faire ce qu’il faut pour se sortir de là. D’ailleurs, sans vous spoiler, je ne comprends toujours pas comment elle peut supporter de se retrouver en compagnie de Kat. Il y a des choses que je ne cautionne pas et ça franchement…

Et c’est là, je trouve, qu’on peut parler de roman réussi. Parce que j’ai ressenti des émotions. Que j’étais prise dans le texte. Lauren McKellar évoque des thématiques graves qu’on a tendance à minimiser ou pire, à banaliser. L’alcoolisme d’un parent, l’inversion des rôles parent-enfant, le désir qu’on a de voir ses proches heureux quitte à se sacrifier pour ça, le choix de garder le silence face à l’horreur pour protéger sa mère, la peur de se dévoiler et le regard des autres, tout ça sont des sujets importants et je pense que ce roman peut amener une réelle prise de conscience par ses lecteurs. Je trouve d’ailleurs que la psychologie de Lia sonne assez juste et que les éléments aberrants de sa vie n’en sont que renforcés.

Venant de donner un cours sur l’alcoolisme, je peux aussi affirmer que la façon dont l’autrice parle des alcooliques est aussi (et hélas) très réelle. On sent un investissement émotionnel conséquent à travers ces lignes. Alors, évidemment, on est dans de la littérature young adult même s’il y a quand même des scènes sexuelles (non explicites). Et il y a quand une romance. Sans vous spoiler la fin, vous la devinez plus que probablement. Ces éléments me laissent un petit arrière-goût d’agacement mais il est quand même minime dans l’ensemble parce que je m’étais attachée à Lia et que contrairement à l’idée reçue générale, je ne suis pas un monstre. Sans compter que j’ai apprécié le fait que ce garçon ne prenne pas toute la place. Lia se sent bien avec lui mais elle ne se jette pas à ses pieds pour qu’il la sauve. Alors évidemment, le gars est super beau, super sexy, super gentil, super tout ce qu’on veut mais elle se débrouille d’abord et avant tout par elle-même, bien que ça la fasse souffrir. Ça, ça me plait !

Pour résumer, j’ai aimé How to save a life et je suis contente de l’avoir lu. Je ne suis absolument pas le public cible sans compter que certains codes de la romance sont présents (ce qui m’agace), pourtant j’ai trouvé ce texte intéressant grâce à ses thématiques et son héroïne. Il prend aux tripes et ce page-turner ne manquera pas de plaire aux amateurs du genre. Je le recommande à ceux qui cherchent un texte contemporain avec des thématiques fortes et un personnage principal crédible.

Publicités

Anima – Wajdi Mouawad

6

Anima est un one-shot de l’auteur franco-libanais Wajdi Mouawad. Publié chez Actes Sud dans la collection Babel, vous trouverez ce livre au prix de 9.70 euros.

Je n’avais jamais entendu parler de cet auteur ou de ce roman avant de tomber sur l’article de Book’s Anatomy il y a un an de cela. La façon dont elle a tourné sa chronique m’a immédiatement donné envie de le découvrir. Vous pensez bien ! Malsain, dur, un coup de poing dans l’âme… Je ne pouvais que foncer dessus. Aussitôt commandé en librairie, reçu la semaine suivante, il est pourtant resté perdu dans ma PàL pendant toute l’année 2018. Finalement, ma bookjar s’est décidée à le sortir et j’en suis plus qu’heureuse. Quelle claque !

Nous suivons le personnage de Wahhch Debch qui découvre sa femme enceinte assassinée dans son appartement. Choqué, il cherche des réponses que la police refuse de lui donner. Ces réponses concernent le meurtre de sa femme, mais pas seulement. Wahhch a des traumatismes anciens qui datent de son enfance dans les camps palestiniens de Sabra et Chatila. La violence à laquelle il a assisté les remonte petit à petit à la surface et avec eux, de nouvelles questions qui vont mettre à mal son identité.

Le pitch de ce roman peut sembler banal: une épouse assassinée, un homme en quête de vengeance… Déjà-vu? Pas vraiment. D’ailleurs, on ne parle même pas de revanche mais ça, je vous laisse le découvrir dans le texte.
Premièrement, ce roman se distingue des autres par sa narration particulière. Ce n’est pas Wahhch qui raconte son histoire mais bien… les animaux ! Ceux dont il croise la route tout au long de son périple. Chiens, chats, oiseaux, souris, serpents, insectes, parfois dans des chapitres très courts d’une seule phrase qui nous permettent de savoir où il en est, d’entendre ses conversations, de comprendre les émotions qu’il dégage avec la sensibilité propre à chaque espèce. Le tout sans jamais être dans sa tête et ça, c’est un vrai tour de force puisque ça ne m’a pas empêchée de ressentir énormément d’empathie pour lui. Pour savoir quel animal l’observe, chaque chapitre commence par l’énonciation du nom latin de la bête en question. Autant certains sont évidents, autant pour d’autres c’est un peu plus flou mais on réussit toujours à s’y retrouver.

Le fait que des animaux racontent des moments de la vie de Wahhch permet aussi de mettre en lumière le rapport entre l’homme et l’animal. Il y a des chapitres vraiment horribles, comme ceux dans la bétaillère avec les chevaux. Il en faut beaucoup pour me dégoûter mais plus d’une fois, ce roman m’a prise aux tripes. L’auteur a eu un sacré coup de génie en choisissant de narrer Anima de cette manière. Rien que pour cela, le titre est remarquable. Mais il l’est aussi par sa dimension poétique, critique et mélancolique, induite justement par le point de vue des animaux. Ça donne au roman un côté onirique cru, frôlant le cauchemar et le fantastique. Saisissant.

Quant à l’intrigue, si elle souffre de quelques longueurs et aurait pu se passer de certains chapitres, elle est d’une rare puissance émotionnelle. Aucune censure, alors âmes sensibles s’abstenir. C’est vrai que ce livre est malsain et très dur, mais il permet aussi de parler d’un pan entier de l’histoire récente dont on ignore tout: ce qui se passe en Israël, les massacres qui y sont commis, l’amnistie qu’on accorde aux bourreaux (sérieusement ?!) je n’en avais jamais entendu parler ou alors vaguement et franchement, j’ai honte. Honte de la censure médiatique, honte qu’on puisse cautionner cela (parce que oui, pardonner, c’est cautionner). Suivre un personnage déraciné, d’une culture éloignée de la mienne avec une telle sensibilité et un tel angle narratif m’a bouleversée. Je suis vraiment heureuse d’avoir lu un roman aussi marquant. Je comprends pourquoi il est sur la liste de lecture de certaines facs.

Pour résumer, Anima est un roman original, inspiré et coup de poing. Il prend aux tripes, n’a aucun tabou. Son langage cru mais bien manié propulse le lecteur en plein cauchemar aux côtés de Wahhch, à travers le regard de multiples animaux dont on oublie trop souvent la voix dans notre quotidien. C’est un coup de cœur, à découvrir absolument !

#PLIB2019 La fille qui tressait les nuages – Céline Chevet

13
La fille qui tressait les nuages est un thriller psychologique / tranche de vie surréaliste écrit par l’autrice française Céline Chevet. Publié aux Éditions du Chat Noir dans la collection Neko, vous trouverez ce roman au prix de 19.90 euros.
Ce roman fait partie des 21 sélectionnés pour le #PLIB2019.

Ce roman se déroule dans un Japon à la fois contemporain et surréaliste (j’y reviens plus bas). Nous y rencontrons Julian, un métis (anglais / japonais) et lycéen ordinaire qui souffre toujours du deuil de la fille dont il était amoureux: la petite sœur de son meilleur ami Souichiro. Il ne parvient pas à tourner la page, d’autant que sa mémoire occulte une grande partie de ce qui est arrivé ce jour-là. Au fil de l’histoire, Julian ne va plus pouvoir se voiler la face et aidé par Akiko, il s’emploiera à dénouer les fils du mystère.

Le résumé que je viens de fournir ne rend pas justice au roman et peut paraître aussi pauvre que niais, si pas ennuyeux. Détrompez-vous ! Il est simplement assez difficile de parler d’un roman surréaliste sans vous gâcher le plaisir de la découverte. Quand je dis surréaliste, ce n’est pas tant dans le mode d’écriture (après, je ne sais pas comment l’autrice s’y est prise :p) que dans son expression littéraire au sein de cette diégèse. Pour les novices, le surréalisme selon André Breton est un « automatisme psychique pur, par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. » Dans ce Japon contemporain, la pensée se manifeste de manière physique. Céline Chevet propose ainsi un univers fort avec un absurde poétique tout nippon. Le plus beau, c’est que pour les personnages, tout cela est normal et personne n’essaie de l’expliquer. Ça existe, c’est tout. C’est comme ça. J’ai trouvé ce parti pris rafraichissant.

On peut considérer la fille qui tressait les nuages comme un thriller psychologique et onirique à la fois, sur fond de tourments adolescents. L’enjeu du roman, c’est de découvrir la vérité quant au décès de la petite sœur de Souichiro. Ainsi, l’autrice joue avec une alternance de point de vue et de temps. Julian, par exemple, le protagoniste principal, a des chapitres rédigés à la première personne du singulier. On a parfois l’impression qu’il raconte certains des autres chapitres comme un narrateur omniscient mais cette certitude se brouille à d’autres moments en proposant presque un jeu de piste narratif quand ce sont d’autres personnages, comme Souichiro ou Akiko, qui reprennent la main dans une narration, cette fois à la troisième personne. À un moment du récit, l’apparition d’un journal intime romancé (je n’en révèle pas plus pour ne pas spoiler) permet d’en apprendre davantage sur le passé de la famille et sur le mal dont souffrait la petite sœur (je tais volontairement son prénom depuis le début sinon je vous gâche tout 🙂 ). Ce journal contient une sacrée dose de macabre et les amoureux des chats en auront l’estomac retourné. Vous êtes prévenus !

On se rend rapidement compte que des histoires assez sombres et malsaines hantent le passé de la famille Sakai. Si j’ai deviné certains éléments de l’intrigue, d’autres ont réussi à me prendre totalement au dépourvu ! Une chose est sûre, ce titre est très addictif même s’il ne déborde pas d’une action haletante comme ce qu’on imagine souvent en parlant de thriller. Il prend aux tripes, donne envie de le scruter sous tous les angles et d’avancer jusqu’au grand final. D’ailleurs, je l’ai lu sur une journée, emportée par la plume sûre et poétique de Céline Chevet dont c’est, je pense, le premier roman bien qu’elle ait publié deux ou trois nouvelles dans des anthologies (dont celle du Bal Masqué au Chat Noir).

Pour résumer, la fille qui tressait les nuages est une vraie réussite et un premier roman excellent pour la nouvelle collection Neko des Éditions du Chat Noir. Céline Chevet nous emmène dans un Japon contemporain et surréaliste pour détisser la trame d’un drame familial. Avec des personnages à la personnalité marquée et des psychologies touchantes, elle embarque son lecteur qui aura du mal à poser son roman avant d’en avoir tourné la dernière page. Je recommande très chaudement ce titre qui fera sans hésitation partie de ma sélection pour les cinq finalistes du PLIB !

Le Syndrome du varan – Justine Niogret

2
Le Syndrome du varan
est un roman de littérature blanche proposé par l’autrice française Justine Niogret. Publié chez Seuil, vous trouverez ce livre dans la collection Cadre Rouge au prix de 16 euros.

Avant d’aller plus loin, je dois rappeler que je ne suis pas lectrice de littérature blanche. J’aime et maîtrise pas mal de classiques, je m’y connais en histoire littéraire (vu mon cursus, c’est mieux, vous me direz), mais pour ce qui est de la littérature contemporaine, sérieuse et engagée, je ne suis pas spécialiste. Peut-être (et même probable) que l’avis d’une personne habituée diffèrera du mien. Je vous le précise simplement pour vous rappeler que c’est un ressenti purement subjectif (comme beaucoup de chroniques, me direz-vous encore) d’une lectrice lambda face à un texte surprenant.

Si je me suis tournée vers ce roman qui me sort de ma zone de confort, c’était uniquement pour l’autrice. Rappelez-vous, je l’ai déjà évoquée sur le blog avec deux de ses romans : Mordred et Cœurs de rouille.

Il est difficile de parler du Syndrome du varan. Il fait partie de ces romans qu’on vit et qui n’ont pas besoin de longs discours. D’autant que ça ne lui rendrait pas justice et que ma chronique risque de passer à côté de nombreuses thématiques dont, paradoxalement, l’évocation vous spoilera le contenu. Le Syndrome du varan, c’est le genre de texte qui heurte et qui pousse à l’interrogation. On sait qu’il s’agit d’une fiction (on ose l’espérer du moins) pourtant la façon dont la narratrice parle, s’exprime, donne l’impression au lecteur de lire une sorte d’autobiographie. Peut-être une auto-fiction ? Pas écrite pour se mettre en scène ou se faire bien voir, mais bien pour extérioriser quelque chose. Hurler à la face du monde que non, ce genre d’horreur, d’absurdité même, n’existe pas que dans les romans ou les séries.

Le personnage principal n’a pas de prénom. Et on n’en a pas besoin pour la connaître en profondeur. On sait qu’elle approche la quarantaine au moment où elle écrit et qu’elle a vécu dans un milieu familial immonde. Une mère perverse et folle, un père con et pédophile, un système défaillant… Il serait aisé de tomber dans la haine, dans le lynchage, mais Justine Niogret est une autrice bien plus fine que cela. Elle raconte, en se mettant dans la peau de sa narratrice, les évènements vécus sou forme d’une confession qui parait décousue au premier abord. Les lignes temporelles se croisent, se heurtent, mais ce n’est pas grave. Les paragraphes s’enchaînent avec fluidité et intelligence. Chaque mot parait mesuré, chaque phrase travaillée, pour un résultat saisissant. On retrouve le talent littéraire (qui n’est plus à prouver) de l’autrice.

Le Syndrome du varan n’est pas un livre qu’on peut qualifier de « coup de cœur » ce serait ridicule et insultant pour son propos. Par contre, on peut le saluer pour ses thématiques, pour son traitement très juste qui évite de tomber dans le grand spectacle cru et vulgaire. L’autrice ne cherche pas à attirer un public malsain avide d’histoires salaces impliquant des enfants. Elle ne mâche pas ses mots pour autant. Nouveau paradoxe. Son roman dérange, forcément. Il heurte. Il interpelle. Il pousse à réfléchir sur l’humain, sur nos réactions face à des victimes, sur notre société dans son ensemble. Ce n’est pourtant pas un livre très long, 224 pages lues sur la même journée.

Une fois de plus, Justine Niogret démontre son talent d’autrice. Il n’y a pas que la fantasy ou l’anticipation où elle excelle. Son incursion dans la littérature blanche est une réussite. Le Syndrome du varan est un roman coup de poing qui pose sur notre société un regard acéré et un propos d’une rare intelligence. Ce n’est pas à mettre entre toutes les mains ni face à tous les yeux mais je ne peux que le recommander.

Cœur Vintage – Cécile Guillot

1
Cœur Vintage
est un one-shot de young adult francophone écrit par l’autrice française Cécile Guillot. Premier né de la collection Chat Blanc aux Éditions du Chat Noir, il est disponible en papier au prix de 14.90 euros. Notez que Cécile sera en dédicace ce samedi aux Halliénnales pour la sortie officielle de son roman !
Ce titre entre dans le Pumpkin Autumn Challenge, menu « Automne douceur de vivre » catégorie « Pomme au four, tasse de thé et bougie » ainsi que dans le menu « Automne ensorcelant » catégorie « Balai Pattes ! »

Cœur Vintage, c’est l’histoire de Mina. Une jeune lycéenne américaine passionnée par la mode vintage qui entre dans sa dernière année de lycée. Elle commence à sortir avec le quaterback de l’équipe de foot, un garçon charmant, attentionné, populaire. Le rêve quoi. Mais Logan est-il si parfait que ça? Quand le doute commence à s’installer, Mina est forcée d’ouvrir les yeux sur une réalité douloureuse et va devoir prendre ses propres décisions, qui impacteront toute sa vie. Mina sera d’ailleurs influencée par l’histoire de Delia, adolescente en 1956. Leur lien? Une robe…

Alors, j’ai beaucoup de choses à dire et je vais essayer de le faire sans spoiler le contenu du roman !

Déjà, vous vous en doutez, ce n’est pas le genre de livre vers lequel je me dirige en règle générale. Déjà, le young adult, brrrrrr (oui ceci est un frisson de terreur) mais alors ces romances pseudo-parfaites décrites sur la quatrième de couverture… J’avais un peu peur. Beaucoup. Pourquoi, vous demandez-vous donc, ai-je acheté ce titre aux Aventuriales? Simplement parce que j’ai lu, je pense, tous les romans de Cécile Guillot à ce jour et je n’ai jamais été déçue. Pourtant, systématiquement, ce sont des livres qui me sortent de ma zone de confort (mais si, ce coin sombre et bizarre là, vous le connaissez !). Je lui ai donc donné sa chance et je ne le regrette pas.

Cœur Vintage est écrit à la première personne. De sa plume douce et fluide, Cécile nous plonge dans les pensées et le quotidien de Mina. Hormis une situation familiale compliquée (une mère dépressive et un père absent sauf pour la critiquer) notre lycéenne a des amies, une tante aimante qui tient une boutique de seconde main (le pied!), un meilleur ami qui est là pour elle. Quand Logan l’aborde un jour au lycée et lui propose de sortir, elle pense que tout lui réussi. Parce qu’elle sait que ce garçon n’est pas juste un beau gosse sportif. Elle l’a déjà vu lire sous un arbre pendant les vacances, un roman qu’elle aime beaucoup. Mina est donc persuadée que Logan est bien plus profond qu’il n’y parait.

Je vous le jure, dès le départ, je ne le sentais pas ce mec. Trop parfait, trop poli, il cachait quelque chose à moins que ça ne soit ma tendance à voir toujours le mauvais chez les autres. À travers cette relation entre deux adolescents, l’autrice aborde plusieurs thématiques importantes comme le respect dans un couple, le danger de la violence conjugale, l’importance de se confier, de ne pas avoir honte, la pression qui existe autour de l’acte sexuel…

Et à ce stade, tu te dis: attends, elle a parlé de young adult, pourquoi est-ce qu’il y a du sexe? Je me suis posée la même question. Je ne m’y connais pas trop dans le genre alors une fois ma lecture terminée, j’ai été discuter avec l’autrice pour comprendre et j’ai saisi la nuance. Oui, il y a deux ou trois scènes de sexe dans Cœur Vintage. Mais elles n’ont absolument rien d’érotiques. Et évidemment, il y a une vraie différence entre ces deux termes. Ce sont davantage des mises en situation pour la problématique principale du livre, à savoir la pression qui existe pour les femmes autour de ce sujet (et d’autres, mais nous y reviendront) qu’elle vienne d’elles-même ou des hommes. Les questions que se posent Mina suite à ce premier rapport, toutes les filles y ont déjà pensé au moins une fois et se sont senties mal à l’aise face à ce décalage entre la réalité et les fictions que nous lisons / voyons / consommons d’une manière ou d’une autre. J’ai trouvé ça très positif que Cécile Guillot aborde ces sujets, avec la sensibilité qui la caractérise. Elle ne porte pas de jugement, que ce soit dans un extrême ou dans l’autre. Je pense qu’un public adolescent pourrait trouver un certain réconfort à la lecture de ce roman.

J’ai beaucoup parlé de Mina, quid de Delia, notre héroïne des années cinquante? Déjà, je vous attendez pas à un roman en alternance de point de vue avec un chapitre pour chaque fille, comme je le pensais à la base. Mina est bien la protagoniste principale. Delia est présente en toile de fond, à travers les visions données à Mina par la robe. Et là, je vous entends à nouveau vous dire mais, elle a dit que le roman était dans la collection chat blanc… Pourquoi y a-t-il du fantastique? C’est le second point sur lequel j’ai tiqué (le premier, c’était le sexe mais tout s’est arrangé hein, si vous suivez un peu). On pourrait dire qu’on ne sait pas vraiment si Mina rêve de Delia qui serait une projection d’elle-même dans une époque qu’elle apprécie mais Mina s’étonne des mœurs de Delia, de ses conversations avec ses amies sur le sexe, de ce tabou qui existe à cette époque sur le passage à l’acte avant le mariage, leur absence de connaissances sur la contraception et le reste. Du coup, il y a bien une pointe de fantastique mais elle reste légère et sert surtout à traiter les thématiques du récit qui elles, sont beaucoup plus actuelles. Sur un plan personnel, j’aurai aimé que les chapitres s’alternent de manière plus équitable entre Delia et Mina, et que la robe soit un fil conducteur entre les deux parce que j’étais vraiment intéressée par l’idée de découvrir la vie adolescente dans ces années-là. Néanmoins, vu comment tournent les évènements, cela aurait donné une histoire complètement différente. Je rappelle ici que c’est juste mon opinion, ça ne change rien à la qualité du livre.

Bref, je parle, je parle (enfin, j’écris)… Que dire de Cœur Vintage, en quelques mots? Ce roman court et one-shot est très clairement destiné à un public adolescent et même d’adolescentes. Il aborde avec sensibilité des thématiques propres à cette période entre l’enfance et l’âge adulte, où on se pose beaucoup de questions sur le présent autant que sur l’avenir. La jolie plume de Cécile Guillot permet de passer un moment de détente agréable en compagnie d’un texte intelligent et social sur la condition de la femme, une thématique traitée sous de nombreux aspects et de nombreuses situations. J’ai passé un bon moment avec la lecture de ce texte que je recommande aux adeptes du young adult et aux jeunes filles qui doivent être sensibilisées rapidement à tous ces problèmes.

Altérez-moi – Thomas François

9782930839950
Altérez-moi
est un one-shot de littérature contemporaine sur fond d’enquête écrit par l’auteur belge Thomas François. Nouveauté de chez Livr’S Éditions pour la rentrée littéraire, vous trouverez ce roman au prix de 18 euros.
Je remercie les éditions Livr’S pour ce service presse disponible sur Simplement.Pro !

Altérez-moi nous raconte l’histoire de Léon Mallar, un jeune adulte, fraichement diplômé, solitaire et au chômage. Il passe ses journées à ne rien faire et à éviter le contact avec le reste de l’humanité. Puis un jour, sa voisine lui demande de faire une course pour elle à la pharmacie. Bon gré mal gré (surtout mal gré) Léon accepte de lui rendre service. Sauf que quand il frappe à sa porte pour lui donner ses médicaments, celle-ci est ouverte… Et Léon va faire une macabre découverte qui l’entrainera dans une folle (et désastreuse) aventure. La quatrième de couverture le dit très bien: une visite à la pharmacie n’aura jamais tourné si mal !

Dans ce texte de littérature contemporaine, on découvre un personnage principal à la fois antipathique et attachant. Vous pensiez ces deux termes antinomiques? Vous ne connaissiez pas encore Léon Mallard ! Ce roman est divisé en trois parties, elles-mêmes divisées en chapitre de longueur assez variables. Régulièrement, le début d’un chapitre offre une sorte d’introduction en italique, d’un personnage prénommé Vingus qui s’avère être une projection de Léon. Ces apparitions dérouteront le lecteur qui ne manquera pas de se demander dans quelle maison de fou il est tombé. Pourtant, les passages concernant Vingus ne cassent pas le rythme du texte. Au contraire, passé le premier choc et les premières questions à son propos, le lecteur se laissera embarquer avec plaisir dans le parallèle qui existe entre Léon et lui.

L’écriture de François Thomas porte avec brio un texte mordant, très référencé et passionné. On sent l’amour qu’a l’auteur pour la littérature et surtout, pour le cinéma. Il propose un anti-héros qui brille par sa malchance au cours d’une enquête qui certes, ne révolutionne pas le genre mais reste intéressante à suivre. Quant à la fin en apothéose, on ressent un parti pris esthétique engagé de la part de l’auteur qui a le mérite de signifier véritablement quelque chose.

L’histoire que raconte Altérez-moi n’a rien d’original, elle ressemble à des centaines d’autres mais dispose d’un style littéraire affirmé et d’une volonté franche de jouer autant sur les mots que sur les genres. François Thomas a, en cela, une grande maîtrise de la langue et de son sujet, ce qui donne un texte intéressant à lire. J’évoquais une intrigue assez standard mais le tour de force de l’auteur est de nous la faire paraître complètement improbable, au point que l’on s’inquiète un peu (beaucoup, à la première lecture !) de sa santé mentale.

Pour résumer, Altérez-moi est un petit ovni littéraire de littérature contemporaine / enquête à mi-chemin entre le western spaghetti et la parodie burlesque. Oui, vous avez bien lu cette phrase ! Ce texte intelligent et hyper référencé convient à un public à partir de l’adolescence car un minimum de bagage culturel est nécessaire pour l’apprécier dans sa globalité. Je le conseille à ceux qui veulent sortir de leur zone de confort et découvrir un texte différent.

Techno Freaks – Morgane Caussarieu

techno-freaks-1096203
Techno Freaks est un one-shot contemporain qui prend place dans l’underground berlinois. Écrit par l’autrice française (mais expatriée à Berlin) Morgane Caussarieu, vous trouverez ce roman chez l’éditeur le Serpent à Plumes au prix de 17 euros.
Cette lecture entre dans le cadre du challenge S4F3 organisé par Albédo.
Cette lecture entre dans le Pumpkin Autumn Challenge menu « Automne ensorcelant » catégorie « Cristaux, tarot et encens » pour le qualificatif de freaks qui lui va si bien !

Je ne vous présente plus Morgane Caussarieu dont j’ai lu tous les romans (Dans les veinesJe suis ton ombreRouge ToxicChéloïdes). Si vous suivez un peu le blog, vous savez que j’aime beaucoup la plume et la mentalité de cette autrice qui sort des sentiers battus en proposant des textes inattendus avec plusieurs niveaux de lecture. Techno Freaks ne fait pas exception.

Morgane Caussarieu entraine son lecteur à Berlin pendant trois jours qui divisent l’ouvrage en 3 parties : samedi, dimanche et lundi. Chaque chapitre correspond à une heure de la soirée ou de la journée, en fonction. Nous suivons toute une bande de fêtards qui sont plus ou moins reliés entre eux et qui évoluent dans les clubs de nuit techno. Mais pas la techno mainstream, évidemment. En cela, ce roman est une tranche de vie. La vie de Goldie, de BG, d’Opale, de Dorian mais aussi de Nichts. Ils viennent d’un peu partout en Europe, sont francophones et ont des personnalités différentes qui ne séduiront pas forcément tous les lecteurs.

Mais le but de Techno Freaks, ce n’est pas de vous présenter des personnages auxquels vous pourrez vous identifier. Jamais entièrement, a priori. C’est de vous initier à un monde, un autre univers qui côtoie pourtant le nôtre de près. Celui de la K, de la techno, de la fête qu’on voudrait sans fin mais qui doit quand même s’arrêter lundi matin pour aller bosser. Celui de Berlin, une ville à part, un personnage dans ce roman, pourtant rattrapée par la mondialisation. En fait, j’ai eu le sentiment de lire une sorte de requiem pour cette ville en train de changer. À moins que ça ne soit les personnages, qui évoluent, qui ne trouvent plus leur compte dans ce style de vie? Une prise de conscience? Le roman n’apporte pas une réponse claire mais bien une myriade de sensations plus ou moins fugaces, plus ou moins perceptibles pour le lecteur en fonction de sa propre sensibilité, de sa propre expérience, de ses propres convictions.

Les lecteurs de Chéloïdes retrouveront certains personnages en toile de fond, comme des clins d’œil, des rappels. Les deux sont à la fois liés et différents, ils symbolisent les étapes d’une vie, d’une évolution, d’une mentalité et je me demande quelle sera la suivante, finalement. Techno Freaks, c’est vraiment le passage d’une époque à une autre, le choc de deux mondes, comme l’illustre si bien la scène du métro avec Opale et BG.

Ce roman ne laisse pas indifférent. En partie grâce à la plume maîtrisée de Morgane Caussarieu, toujours aussi travaillée sur la musicalité de son texte. Ici, on ressent presque le beat de la techno perpétuellement en fond. Elle choisit toujours le bon mot pour exprimer son idée, évoque ses thématiques avec justesse, sans en faire trop. Et c’est rare, quand ça concerne des milieux hardcores comme ceux de la drogue ou de l’underground. On sent que c’est son univers à elle, qu’elle y a participé, c’est presque un témoignage. Presque. Parce qu’on est probablement plus dans l’auto-fiction. Ce qui est certain, c’est que l’autrice donne dans le roman social en décrivant un univers sur le déclin qui paraitra surréaliste aux générations futures, presque autant qu’il a pu me le paraitre à moi.

Parce qu’il existe une frontière. Une frontière entre ce qu’on sait intellectuellement et ce qu’on lit dans les pages de Techno Freaks. Je sais que l’underground berlinois existe mais j’ai eu l’impression de pénétrer dans un autre univers, si différent du mien au point qu’il en devient fantastique, imaginaire, surnaturel. Pourtant, il est douloureusement ancré dans la réalité quand les personnages pensent à leur travail en call-center, comme un rappel de la vraie vie qu’ils font en sorte d’oublier. Ça donne un sentiment étrange.

Techno Freaks, c’est tout cela et bien plus encore. Au fil de ma lecture, je ne me suis pas sentie happée comme ça a pu être le cas avec Chéloïdes, probablement parce que le roman n’est pas écrit à la première personne. Mais en refermant le bouquin sur la dernière page je me suis dit… Waw. D’accord. C’est dingue. Il est à côté de moi pendant que j’écris cette chronique et je le regarde comme une bête curieuse, une ouverture vers un ailleurs fascinant et malsain. Tentant et repoussant.

Est-ce que je conseille ce roman? Bien entendu. Il dispose des qualités propres aux livres de Morgane Caussarieu et s’inscrit très bien dans sa bibliographie. Est-ce que je vous conseille de le lire en premier ouvrage? Non, certainement pas, parce que vous risquez de passer à côté de quelque chose. Vous l’aimerez probablement, mais il vous manquera un niveau de lecture supplémentaire, une sensibilité, certaines clés. Est-ce qu’il est à mettre entre toutes les mains? Non, mais ça concerne tous les romans de l’autrice, à l’exception peut-être de Rouge Toxic. Pour public averti, ouvert d’esprit, qui a envie de se dépayser et de fréquenter des personnages explosés sans les juger. Est-ce que j’ai aimé? Oui. Oui, parce que j’adore qu’on me malmène, qu’on me présente des protagonistes que la vie n’a pas épargné, des anti-héros, des gens normaux, finalement. Dans leur propre normalité. Des cassés. Des brisés. Ça me parle et c’est ça que je recherche. Mais ce livre ne peut pas se résumer à un « j’ai aimé » ou pas. Il appartient sans conteste à ces romans pour qui on répond toujours: c’est plus que ça.

Bref, lisez Techno Freaks. Et lisez Morgane Caussarieu.