Kayla Marchal #1 – Estelle Vagner

kayla-marchal,-tome-1---l-exil-642123

(c) Alexandra V. Bach

Kayla Marchal #1 – L’exil est un roman publié aux Éditions du Chat Noir et primé en 2017 au Prix Imaginales des Lycéens. Il coûte 19.90 euros en papier et il est en promotion pour l’anniversaire de la maison d’édition en numérique, vous pouvez vous le procurer pour 2.99euros. J’en ai d’ailleurs profité, j’avoue. Édité dans la collection Cheshire, il s’agit d’un roman Urban Fantasy Young Adult.

Kalya Marchal est un livre que je craignais de lire, j’avoue. C’est typiquement le genre d’œuvre dont j’apprécie humainement l’auteure mais que j’ai peur de découvrir, parce que le résumé ne m’inspire pas grand chose, que j’ai peur de tomber dans une énième histoire d’urban fantasy avec une héroïne stéréotypée et parce que, soyons honnête, la littérature Young Adult n’est pas franchement ma tasse de thé en règle générale. Ce que j’avais lu à son sujet dans certaines chroniques ne m’avait pas du tout encouragée à m’y plonger et honnêtement je pense que si je n’appréciais pas Estelle, je n’aurais même pas acheté le roman en numérique.

Comme j’ai bien fait de me laisser tenter, bon sang ! Je m’en veux juste de ne pas l’avoir découvert plus tôt. J’ai dévoré ce roman en deux jours alors que je suis en plein job d’été. Je lisais dans le train, même dans le bus (alors que j’ai le mal de la route), dans la rue, tout à l’heure j’ai remonté l’allée jusqu’à chez moi sans lâcher ma liseuse, parce que j’arrivais au dénouement. Je me suis même assise sur mon porche pour terminer, alors que j’avais faim hein, quand même… Et ça ne m’arrive plus si souvent que ça.

Par où commencer pour vous en parler?

Peut-être en évoquant l’héroïne, Kayla. J’ai lu qu’on lui reprochait d’être dominée par ses hormones, d’être pénible, de ne pas avoir le sens des priorités… A cela, je réponds que le premier paragraphe du roman nous informe clairement que les morphes (oubliez le mot garou s’il vous plait!) ressentent tout beaucoup plus intensément. Un peu plus loin, on apprend que Kayla n’a que dix-huit ans et a vécu dans une certaine forme de réclusion au sein de sa meute, sous le toit de son grand-père, qui la met à la porte au début du roman, pour une mystérieuse raison. Je me revois au même âge et franchement, je la comprends tout à fait. Forcément, elle manque parfois de maturité (encore que) mais c’est logique, à son âge, on n’en menait pas plus large et même toujours maintenant, si on veut être honnête. Je n’ai jamais trouvé ses réactions disproportionnées ou illogiques, j’ai même souvent souri. Évidemment, je ne goûte pas des masses au délire des beaux gosses qui pullulent autour d’une héroïne jolie comme un cœur (quoi que le physique de Kayla ne soit jamais démesurément mit en avant et j’ai apprécié ce détail), mais c’est un poncif qu’on retrouve dans ce type de littérature et qui est admis, donc pas si gênant en soi. C’est donc une héroïne que j’ai vraiment aimée, à laquelle j’ai su m’identifier, qui sonnait juste, humaine. Elle n’est pas parfaite et c’est ça qu’on veut !

Outre Kayla, j’ai beaucoup aimé la mythologie et l’intrigue développée par l’auteur. Certains éléments ne sont pas forcément bien dissimulés (ou je deviens douée dans mes investigations?) mais j’ai eu quelques surprises malgré tout, surtout à la toute fin du roman. Les évènements s’enchaînent à grande vitesse, sans nous laisser le temps de nous ennuyer, et c’est quelque chose que j’apprécie tout particulièrement. Mention spéciale pour les scènes de combat, qui sont très bien maîtrisées, immersives et agréables à lire. C’est un élément auquel je suis sensible, vous le savez, à force !

Ce roman est écrit à la première personne du singulier, au présent, garantissant une immersion totale dans l’histoire mais aussi dans la tête de l’héroïne. Forcément, tout tourne autour d’elle (ce qui est cohérent avec le style narratif) jusqu’aux expressions, excusant les quelques répétitions qu’on trouve dans le texte. Je me suis aisément identifiée à Kayla, un personnage intéressant et travaillé. Ce tome pose avec brio et punch les bases d’un univers maîtrisé, travaillé, dont toute l’intrigue se déroule en France. Ce n’est pas si courant que ça, on peut donc le souligner !

En lisant Kayla Marchal, j’ai eu l’impression de lire Rebecca Kean… Pourtant, ces deux femmes n’ont rien en commun. Je ne sais pas à quoi ça tient, mais on sent l’influence de Cassandra O’Donnell sur les écrits d’Estelle Vagner, sans que ça ne soit pour autant du pompage pur et dur. Estelle a son propre style, sa propre mythologie, sa propre imagination, qui se concentre uniquement sur les morphes, ce qui ne l’empêche pas d’être riche. Et pour être honnête, ça me soulage de ne pas croiser des suceurs de sang à tous les coins de rue. Les garous, c’est génial !

Bref, si ce n’était pas clair, j’ai adoré ce premier tome de Kayla Marchal et j’ai hâte de me commander le suivant quand j’aurai touché mon salaire, en papier cette fois ! Parce que oui, je la veux dans ma bibliothèque surchargée, elle le mérite amplement, surtout quand on pense qu’il s’agit d’un premier roman. Je n’ose même pas imaginer ce que ça va donner avec la pratique… Et croyez-moi, je vais suivre ça de près ! Je vous conseille cette saga si vous recherchez une bonne lecture détente, pleine de punch, d’humour bien dosé et d’action, avec un style dynamique et un univers prometteur. Il mérite amplement son prix Imaginales des Lycéens 2017!

Pour info, l’auteure sera à la Japan Expo tout ce week-end, profitez-en !

Publicités

8 réflexions sur “Kayla Marchal #1 – Estelle Vagner

  1. Pingback: Les Imaginales 2019 : préparons-nous ! | OmbreBones

  2. Pingback: Kayla Marchal #3 La Source – Estelle Vagner | OmbreBones

  3. Pingback: Kayla Marchal #2 l’Ascension – Estelle Vagner | OmbreBones

  4. Pingback: Premières lignes #3 | OmbreBones

  5. Pingback: Mon vide grenier livresque #4 – Les livres de Rose

  6. Chouette chronique! J’avais beaucoup aimé aussi le tome 1, tout comme le tome 2 que j’ai terminé cette semaine 😊❤️Mon seul petit bémol c’est que j’ai aussi trouvé que certains éléments n’étaient pas bien dissimules (pareil dans le tome 2) mais bon ca ne me dérange pas trop en soi donc ça va 😊

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s