Blood Lad (série complète) – Yûki Kodama

Blood_Lad_vol.1_cover.jpg.png

Blood Lad est un manga de type seinen publié chez Kurokawa. Il s’agit d’une série fantastique terminée en 17 volumes. En Belgique, chaque tome coûte 8.60 euros (merci la tabelle) mais en France, il est 1 euro moins cher. Un anime existe également depuis 2013, il compte 10 épisodes et semble être en cours. Pour info, je n’ai pas pu le regarder parce qu’il est licencié, donc je ne sais pas ce qu’il vaut. Mais s’il est à la hauteur du manga, ça peut valoir le détour !

Ce qui m’a en premier lieu attirée chez Blood Lad, c’est la couverture. Le style de dessin m’a tapé dans l’œil mais surtout les couleurs, assez atypiques sur une couverture. C’est très flashy sur le fond, avec l’effet crayonné sur les personnages. Forcément, j’ai craqué immédiatement sur le sale genre de Staz (le héros) et je me suis offerte le premier tome. Pour info, j’ai été acheter les quatre suivants le lendemain…. Même si, au départ, je m’étais demandée un peu où j’étais tombée !

Blood Lad ressemble à une parodie de shonen. On rencontre Fuyumi, une jeune fille qui se retrouve dans le monde des démons et est mangée par la plante carnivore d’un vampire. Oui, déjà là… J’avoue que j’étais pliée. Devenue fantôme, Staz, le vampire en question, se promet de l’aider à ressusciter. Sauf que pour ça, il a besoin de l’aide de son frère, Blaz, avec qui il n’entretient pas d’excellentes relations, pour diverses raisons. De fil en aiguille, l’histoire se tisse, des embûches tombent sur le chemin de ces improbables héros qui vont finalement devoir sauver le monde des démons d’une menace particulière.

Je sais, l’histoire a l’air cliché et, d’une certaine manière, elle l’est. Pourtant, on sent que l’auteur est un vrai fan de manga doublé d’un otaku. Les références aux œuvres de ses collègues sont nombreuses, il respecte les codes du shonen (alors qu’on est dans un seinen, je le rappelle) et s’amuse parfois à les tourner en ridicule ou à forcer le trait, avec une certaine maîtrise. En plus de cela, il amène une forme de maturité dans le traitement des relations entre les personnages, dans le sens où l’amour n’est pas du tout un tabou. Enfin, je ne développe pas ce point pour ne pas risquer de vous spoiler des choses, mais c’est un élément que j’ai apprécié.

Évidemment, ce manga n’est pas parfait. Certains tomes font, à mon sens, office de remplissage pour tirer encore un peu profit d’une saga qui connait du succès. Le côté ecchi un peu fan service ne me dérange pas personnellement (au contraire, j’avoue !) mais peut déplaire à certains. L’humour est bien présent tout du long, parfois un peu lourd mais il touche quand même souvent juste. Si les tomes sont inégaux et parfois un peu brouillon parce que beaucoup de nouveaux personnages (pas forcément utiles je trouve) apparaissent, l’ensemble reste cohérent, intéressant et de qualité.

En gros, Blood Lad est une saga à lire, une bien belle découverte qui plaira aux fans du genre et qui en surprendra plus d’un. Pour ma part, je viens de terminer à l’instant le tome 17 et je ne m’attendais pas du tout à ce dénouement. J’ai été surprise. C’était bien amené, touchant, ça a achevé de me convaincre. J’espère que ce mangaka va sortir autre chose dans cet univers, même si la fin est bien en soi. Blood Lad n’est pas un coup de cœur absolu (pas comme j’ai pu en avoir pour Tokyo Ghoul, Psycho Pass ou Black Butler) mais c’est un bon divertissement qui vaut le détour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s