Le Respir – Saintclair HJ

La thanatophilie est l’adjectif utilisé pour qualifier un amour et une fascination pour la mort, à ne pas confondre avec la nécrophilie qui est un attrait sexuel pour les cadavres. Étrange entrée en matière, pensez-vous ? Pas du tout cas l’amour de la mort est bien le cœur du texte qui nous occupe ici…

Le Respir est une novella gothique se déroule à Paris durant les années 2019 et 2020. Le lecteur est invité à suivre Pierre, un adolescent souffrant de mutisme qui s’exprime par langue des signes mais également à l’écrit. C’est son journal que nous lisons, journal qu’il rédige dans une langue soutenue teintée de poésie macabre qui a su me séduire. C’est à mes yeux une des grandes forces du texte mais j’ai conscience que cela peut-être un frein aux yeux d’autres personnes qui trouveront ces effets de style « inutiles ». La poésie des mots ne l’est jamais pour moi mais les goûts et les couleurs… Bref.

Pierre souffre de tendances suicidaires, il est résolu à mourir toutefois il repousse sans arrêt le moment, encore plus quand il remarque que le remplaçant de son professeur décédé ne respire pas. Nait alors une obsession qui l’amènera, avec son amie Claire, à remonter une piste datant du XIXe siècle… Car Mr Aubespin est forcément plus vieux qu’il n’y parait, non ?

Le Respir coche toutes les cases de ce qu’on attend pour un texte gothique. On a un cadre sombre avec de nombreuses scènes se déroulant dans un cimetière ou dans les catacombes -une ambiance très maîtrisée. On a un personnage en détresse souffrant de névroses psychiatriques qui est obsédé, passionné, par son professeur au point d’embrouiller le lecteur entre réalité et fantasme. On a également une créature surnaturelle mystérieuse qui a quand même le bon goût de s’éloigner des attentes habituelles en la matière.

En ce sens, on pourrait qualifier le Respir de classique mais il est en même temps assez moderne dans son contexte et dans l’exploitation des névroses comme des maux de notre époque. J’ai d’ailleurs apprécié la manière dont est abordé le mutisme au quotidien, surtout à travers les difficultés qu’a Pierre à communiquer. Imaginez que ses propres parents n’ont jamais pris le temps d’apprendre la langue des signes et que vous deviez leur parler en tapant sur un portable dont ils lisent l’écran en diagonale dans le meilleur des cas ? Dans le même ordre d’idée, comment vous défendre d’une accusation ou d’une agression sans aucune voix pour argumenter ? Car bonne chance pour qu’un agresseur accepte de se poser et de lire un message… Plus d’une fois, les échanges sociaux de Pierre ont fait naitre en moi une frustration et m’ont poussé à réfléchir sur le sujet, bien que ce ne soit pas la thématique centrale de la novella.

Le texte recèle certaines surprises (dont la fin) et est traversé par un spleen digne de Baudelaire en personne. C’est quelque chose qui fonctionne très bien sur moi, surtout lorsque c’est maîtrisé et je trouve que l’auteur s’en sort plus que bien ici.

La conclusion de l’ombre :
Le Respir est typiquement le genre de novella qui serait devenue mon texte préféré durant mon adolescence car non seulement il coche toutes les cases du genre gothique mais parvient à les exploiter d’une façon intéressante avec une plume travaillée au vocabulaire soutenu et des passions vivaces. J’ai été absorbée par ma lecture au point de la dévorer d’une traite alors si vous aimez ce genre littéraire, n’hésitez pas à vous lancer dans sa découverte.

D’autres avis : Maude ElytherMoonlight Symphony – vous ?

S4F3 : 18e lecture
Informations éditoriales :
Le Respir par Saintclair HJ. Éditeur : Le Chat Noir. Illustration de couverture par Marcela Bolivar. Prix au format papier : 12 euros.

13 réflexions sur “Le Respir – Saintclair HJ

    • Et pourtant c’était plutôt bien mené ! Même si comme toi je n’aurais pas spontanément associé les deux. Comme quoi on peut être surpris. Mais pas par le fait que j’aime le gothique, ça c’est plutôt évident 😂

  1. Pingback: Le Bilan du Challenge estival est là – Albédo

  2. J’aime bien ton analyse mélange classique et modernité, c’est un aspect que je n’avais pas encore vu passer dans les chroniques que j’ai lues sur cette novella.
    Je me la prendrai pour cet hiver, j’aime bcp cette collection de textes courts du chat noir !
    Merci bcp pour ton retour passionnant qui m’aura en plus appris deux mots ! ^^

  3. Pingback: Le Respir – Saintclair HJ : spleen et beauté morbide – Moonlight Symphony

  4. J’ai déjà gâché mon super jeu de mots sur twitter, donc je vais plutôt commenter de façon sérieuse.

    J’aime bien l’idée du personnage muet dont les parents n’ont pas appris la langue des signes, ça peut en dire beaucoup sur la question de la communication parents/enfants qui, tu t’en doutes, m’intéresse pas mal !

    C’est tout ce que j’avais à dire, pour le meilleur et le Respir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s