Mes découvertes & autres bons moments aux Imaginales 2022

À moins que vous ne viviez dans une grotte, vous avez du passer votre fin de semaine et week-end à voir sur Twitter des messages et photos diverses autour d’un certain salon de l’imaginaire dit incontournable : les Imaginales. Je m’y rends chaque année ou presque depuis 2015 mais cette édition a été un peu particulière entre les diverses annulations de tables rondes engagées, la mise en avant des francs-maçons avec notamment une conférence au titre plus que douteux, la récompense spéciale d’un homme qui se vante d’être un agresseur sexuel, la non-invitation d’un auteur primé l’année dernière qui a eu un discours fort durant l’édition d’octobre et une anthologie qui aurait mérité que le salon change ses habitudes afin d’aller au bout de son concept, on peut dire que les bourdes s’enchainaient et grignotaient petit à petit mon envie de me rendre à cet évènement.

J’y suis pourtant allée, déjà par respect pour ma maison d’édition et les frais engagés. J’y suis aussi allée avec la volonté de découvrir d’autres plumes, de rencontrer de nouvelles personnes afin de faire un pied de nez à toutes ces choses négatives et c’est de cela que ce billet va parler car j’ai envie de me concentrer sur le positif. Je pense que cette édition sera ma dernière (pour toutes les raisons précitées mais aussi parce que j’ai de plus en plus de mal à gérer la fatigue et la route) et elle fut à la hauteur.

Vendredi…FTLqZ7pXoAEOHTK

Arrivée vers 14h avec S.A. William et A.D. Martel puisque nous covoiturions (et départ de chez moi à 7h du matin ._. entre les arrêts pour chercher tout le monde, la pause pipi, la pause midi, bref). J’y filé directement auprès d’Ellen Kushner que je voulais rencontrer à tout prix depuis ma lecture d’À la pointe de l’épée afin de discuter avec elle et de lui acheter ses autres titres. J’ai ainsi découvert que mes capacités en anglais dépendent beaucoup (trop) de mon degré de fatigue. Une chance qu’elle parle très bien français et qu’elle ait été compréhensive… Faudra que je m’entraine pour Ada Palmer. Un chouette moment.
FTNTWBDXoAEzAAI

Ensuite j’ai été voir Ariel Holzl pour acheter son nouveau roman, consciente que probablement comme chaque fois, le libraire n’en aurait pas pris assez pour tenir tout le salon. Il n’y en avait déjà presque plus… Mais j’ai eu mon exemplaire ! Ouf.

J’ai ensuite dédicacé de 16h à 19h (j’ai aussi totalement cuit parce qu’il faisait au moins 1000° dans la bulle). C’était plutôt calme mais ça m’a donné le temps de discuter avec des visiteur·euses. Le soir, je me suis rendue avec Yuyine, son compagnon GyD, Aelinel et Bob au restaurant pour un moment entre blogpotes car je n’étais hélas pas libre le lendemain soir pour la grosse soirée. C’était très sympa de mettre des visages sur des noms et de pouvoir mener des discussions très sérieuses comme la manière de cuire correctement une frite ou encore à partir de quelle taille une boulette devient un boulet. Blague à part, je repars avec un chouette souvenir d’autant que j’ai pu ensuite retrouver une amie proche de qui je m’étais éloignée.

FTOFeUIXsAEYMCG

Samedi
La plus grosse journée ! Après avoir dormi cinq heures à peine (je hais mon horloge interne) retour sur le salon pour dédicacer jusque 13h et ensuite, pause jusque 16h. Durant ce laps de temps, j’ai fait le tour des stands à l’extérieur de la bulle jusqu’à atterrir à la librairie des Jeunes Pousses dont le concept est de mettre en avant des auteurs indépendants. J’ai discuté avec les cinq auteur·ices présent·es sur le stand et je suis repartie avec trois livres.

Celui de Lancelot Sablon était une évidence pour moi, ayant eu un petit coup de cœur pour sa nouvelle dans l’anthologie Nouvelles du Front. L’auteur m’a expliqué sa démarche historique et sa volonté de faire relire ses romans par des historiens confirmés pour s’assurer qu’ils soient solides sans pour autant y sacrifier l’aspect romancé. Une notice est chaque fois disponible à la fin de l’ouvrage pour référencer les sources. Forcément, cela m’a doublement parlé. Pendant qu’il me le dédicaçait, j’ai fait la connaissance de sa très sympathique voisine qui vendait ses livres à petit prix vu leur taille (9 et 10 euros, c’est attractif !). Il s’agit principalement de fantasy, genre qui m’attire beaucoup moins qu’avant mais la façon dont elle en parle a su me convaincre et provoquer en moi l’envie de la découvrir. On verra si j’ai bien fait…

J’y suis restée un moment avant de retourner dans la bulle pour rencontrer Laura Nsafou. Je ne la connaissais pas du tout mais je suis passée devant elle sur le stand librairie et j’ai été attirée par la couverture de son roman. Comme je souhaitais élargir mes horizons et découvrir de nouvelles cultures, j’ai été discuter avec elle et je suis repartie avec son roman.

Pause ! J’ai rejoint Yuyine et Aelinel à l’extérieur pour un moment de détente avec un peu d’oxygène (on en manque dans la bulle…) et nous avons discuté de la remise des prix à venir. Pour soutenir Yuyine, j’ai décidé de m’y rendre à 19h.

Avant de retourner bosser, je suis allée à la rencontre de Michael Roch. J’ignore s’il est toujours réservé, s’il était simplement fatigué ou si j’ai dit quelque chose qui l’a contrarié (si c’est le cas j’en suis vraiment désolée, je suis parfois très maladroite) mais nous n’avons pas pu échanger comme je l’espérais. Cela ne m’a pas empêché de repartir avec deux de ses romans, toujours dans ma volonté d’élargir mes horizons et découvrir de nouvelles cultures.

Retour en dédicace jusque 19h puis on a filé avec Laure-Anne Braun à la remise des prix où il y a eu plusieurs discours qui m’ont fait rouler des yeux par leur hypocrisie quand on sait ce qui est arrivé notamment avec les conférences annulées… Mais bon ! David Bry a été récompensé deux fois et j’étais ravie pour lui, d’autant qu’il a eu de très beaux mots. Ça a ensuite été le tour de Féro(ce)cités de recevoir son prix et à son éditeur de s’exprimer avec un discours aux blagues animalières raffinées (enfin… drôles quoi) mais surtout en osant parler, avec subtilité, de ce qui ne va pas et de ses espoirs pour l’avenir. C’est après ça que j’ai décidé d’acheter l’anthologie, en soutien. Mon moment préféré ? Quand on a hué la remise du prix de Jodorowsky (j’ai achevé mes cordes vocales mais je n’ai aucun regret) puis quand toute la salle s’est levée pour sortir au moment de la remise du prix des Francs-Maçons.
En espérant que le message soit passé…

Au soir, nous devions nous rendre dans un restaurant à une vingtaine d’auteur·ices mais malgré ce qui était annoncé sur son site, l’endroit ne servait pas de plats végétariens et a refusé de préparer ne fut-ce qu’une simple salade pour A. D. Martel. J’ai donc décidé d’aller manger avec elle Au Bureau qui nous a très bien reçu, d’autant que nous n’avions pas réservé. Si je suis la seule à être partie, c’est parce que vu le nombre, il aurait été impossible de caser tout le monde ailleurs, je précise ! Un petit tête à tête entre amies qui fait du bien et qui soulage après une aussi longue et épuisante journée. On a d’abord tenté de rejoindre la blogo au restaurant mais en appelant, la gérante nous a dit que c’était archicomplet donc qu’on ne pouvait pas rajouter deux couverts. Dommage mais compréhensible !

Dimanche
Dure, DURE journée avec une courte nuit et une fatigue accumulée. J’avais du mal à aligner deux mots cohérents, ce qui ne m’a pas empêché de tenir une conversation passionnante sur Kaamelott et la démarche de recherches académique avec Clément Pélissier (ni de repartir avec LE DERNIER exemplaire de son essai, mouahaha victoire).

Ce fut la journée des au-revoirs, des promesses de se retrouver ici ou ailleurs, beaucoup d’émotions qui me reviennent aujourd’hui pendant que j’écris ce billet alors que j’étais, sur le moment, trop épuisée pour vraiment les ressentir. Retour en Belgique 15 minutes avant qu’il ne soit lundi, si ça c’est pas du timing… Et sans m’endormir au volant ! Double victoire.

Et donc, les craquages ?
Je vous laisse constater par vous-même…FTa702BWUAIybR0

Le mot de la fin :
J’ai envie de dire merci.
Merci à mon éditrice pour l’invitation et la patience dont elle a fait preuve parce qu’entre la chaleur, la faim et la fatigue, je deviens une créature assez invivable, même quand je fais des efforts.
Merci à mes co-pilotes Sonia et Aurore pour plus ou moins les mêmes raisons.
Merci à la team Livr’S dans son ensemble parce que, quand même, on rigole bien.
Merci à Yuyine d’avoir organisé les rencontres entre gens de la blogosphère tout au long du salon.
Merci à tous·tes les blogpotes qui sont venu·es me voir sur le stand ou ailleurs, j’ai été contente de vous rencontrer ♥ Je ne cite pas de noms par peur d’en oublier mais il n’y en a pas besoin pour vous exprimer ma gratitude face à votre gentillesse et votre bienveillance. Un merci tout particulier à ma Trollesse pour tous ses cadeaux livresques et à Aelinel pour le paquet de bonbons, c’était très attentionné 🥰
Merci à toutes les personnes qui ont eu un mot pour moi ou un craquage pour un de mes textes. J’en connaissais certain (petit cœur sur les blogpotes qui ont craqué, vous êtes adorables) et d’autres pas. Clément séduit plus doucement en France mais il parcourt son petit bonhomme de chemin…

Ce n’est qu’un au revoir !

26 réflexions sur “Mes découvertes & autres bons moments aux Imaginales 2022

  1. Plein de bons moments, je trouve! Même si c’est vrai que c’est épuisant, ce genre d’évènement…
    Le restau qui refuse de faire une salade, ahah, je suis bouche bée 😆😆 Vive Au Bureau!!!

    • Oui !
      Je n’en revenais pas non plus… Franchement de nos jours c’est honteux ^^’
      Exact en plus quand on a expliqué la situation Au Bureau elle nous a trouvé une table de 2 tout de suite même si on n’avait pas de réservation et que c’était bondé. C’était très cool de la part de la gérante.

  2. C’était épuisant mais tellement chouette ❤ On a tous terminé sur les rotules je crois, d'ailleurs on a abandonné notre stand à 15h30 le dimanche, on n'en pouvait plus après 4 jours très intenses.
    J'ai été ravie de te croiser, encore un énorme merci pour les deux livres ❤

  3. J’avais un peu suivi tes pérégrinations sur twitter, tout comme j’avais suivi les polémiques concernant certains choix effectués cette année pour le salon (je précise que je ne suis jamais allé à un seul salon de ma vie, ni aux Imaginales de par le fait), et lire cet article pour avoir un complément m’a bien intéressé ma foi !
    J’avoue que je trouve quand même tout ça assez magique même en ayant un regard ultra extérieur à tout ça, je ne sais pas comment le décrire, mais ça donne un sentiment de créativité tous ces acteurs de l’imaginaire en un même endroit.

    • Merci !
      Oui je comprends, quand j’ai commencé à aller à ce type d’évènement j’avais le même sentiment mais je dois avouer qu’à force, la magie se dissipe. Surtout quand tu y es pour travailler, en fait. C’est aussi pour ça que j’ai besoin de prendre du recul !

      • Oui, je me doute que le cadre professionnel et tout le contexte particulier de cette édition invite à prendre du recul.
        Mais pour quelqu’un comme moi qui ne connaît pas du tout ça, ça donne vraiment un côté particulier d’en entendre parler.

  4. C’était un immense plaisir de partager quelques moments avec toi. Merci encore pour le soutien le samedi. J’ai aussi explosé ma voix mais ça a fait tellement de bien!

    • Oui pas le choix c’est déjà mal desservi mais alors depuis la Belgique… Après voilà je préfère ne pas avoir de regrets, il y a d’autres salons de toute façon qui sont tout aussi bons 😊

      • Oui il y a d’autres salons.
        Moi mon gros problème avec ce festival, du fait que je ne viens pas en voiture, c’est de me loger. Bref de toute façon j’attends de voir comment ça tourne ces histoires XD

      • Oui il faut s’y prendre un an à l’avance pour avoir une place dans les hôtels aux alentours, autrement ce sont les gîtes mais là, il faut au moins quelqu’un avec une voiture ^^’ c’est mal fichu.

  5. Qu’est ce que j’étais contente de pouvoir papoter avec toi « en vrai » 🙂
    Je comprends ton point de vue, la fatigue, la route, et puis la chaleur à crever sous la bulle, les heures de travail qui ne vous laissent pas bcp de temps pour en profiter pleinement… Ce n’est pas pareil pour vous de l’autre côté. Je suis contente que tu aies pu en profiter et retirer le maximum de positif malgré tout.
    J’espère te recroiser à un autre festival, j’aimerais faire trolls et légendes dans deux ans.
    Je te souhaite une bonne récupération maintenant, et puis de belles lectures !

  6. Chouette billet !
    Désolée de ne pas avoir pu venir rediscuter plus longtemps, j’avais un samedi réduit et le week end est passé tellement vite ! 😱 j’avais hésité à venir les 4 jours et franchement ça aurait été nécessaire…
    Bonne lecture , j’espère que tu apprécieras ces nouvelles découvertes 😊

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s