À l’ombre du Japon #57 { retour sur ma découverte d’Adabana }

Adabana est un manga en trois tome dessiné et scénarisé par NON. Selon le site manga-news, il s’agit d’une femme d’une trentaine d’année d’origine japonaise mais on en sait assez peu à son sujet, si ce n’est qu’elle s’est occupée d’Adabana et a en série en cours dont le titre est Hare-Kon, un manga seinen érotique qui compte pour le moment vingt tomes au Japon et n’a pas (encore ?) été traduit chez nous. C’est donc a priori une mangaka qui est au début de sa carrière et qui aime aborder des thèmes assez sombres et controversés puisque Hare-Kon parle d’emprise psychologique, de jalousie, etc. au sein d’une relation dite polyamoureuse. Je n’en sais pas plus et n’y voyez pas une critique de ma part sur le concept de polyamour. J’ai pour habitude de dire que tant que tout le monde est consentant, l’intimité des gens ne regarde personne d’autre qu’eux-mêmes !

Bref, Adabana raconte comment Mizuki Aikawa aurait tué sa meilleure amie, Mako Igarashi, dont le corps est retrouvé démembré près d’un lac. Très vite, on se rend compte qu’il y a anguille sous roche malgré les affirmations de Mizuki et on découvre l’histoire par une série de flashbacks.

Après ma lecture du premier tome, j’ai décidé d’attendre la sortie des deux suivants pour tout lire d’une traite et j’ai bien fait car si le premier volume posait des bases prometteuses, la série a un impact bien plus grand quand on peut la découvrir en une fois, comme un one-shot. Ce thriller psychologique qui met en scène deux adolescentes aborde des thématiques vraiment difficiles. On y évoque les relations toxiques sur un plan parental et amoureux, on y aborde la question du revenge porn, des abus sexuels sur une mineure, de la perception de soi au milieu de tout ce carnage. De plus, Adabana est aussi l’occasion d’aborder la question de la justice et des défaillances du système, notamment pour protéger les victimes de harcèlement et d’abus psychologiques car comme le dit très bien l’avocate de Mizuki à la fin : « une société dans laquelle les enfants ne peuvent pas compter sur les adultes (…) c’est vraiment une société de merde. »

Toutes ces scènes difficiles sont explicites pour la plupart mais sans jamais que ça ne tombe dans le voyeurisme. Tout le manga dénonce justement les abus et ces scènes sont là pour créer un malaise palpable, une révolte et un dégoût chez le lectorat -ce qui a très bien fonctionné sur moi. Elles servent à renforcer le propos et malheureusement, ce n’est pas si courant sur ce type médium.

Outre cet aspect très sombre, Adabana est aussi et avant tout une histoire d’amitié. La relation qui existe entre Mizuki et Mako a su me toucher droit au cœur. Les deux adolescentes se débrouillent comme elles peuvent dans un monde où elles ne peuvent compter que l’une sur l’autre pour se protéger. L’aspect coup de poing est bien présent et j’ai trouvé en cela les choix narratifs sur la fin particulièrement assumés et convaincants.

Si on veut éventuellement lui trouver un défaut, on pourrait dire que Mizuki a un sacré sang froid et une maturité qui sonne peut-être faux chez une adolescente de son âge mais ce n’est pas quelque chose qui a été problématique pour moi, au contraire. Ça servait l’histoire puis les épreuves de la vie font souvent grandir bien trop vite…

La conclusion de l’ombre :
En conclusion de ce court billet, je ne peux que vous recommander la lecture de cette trilogie que je vais qualifier de nécessaire. Elle est très réussie dans son propos comme dans son graphisme, elle explore brillamment la psychologie des différents protagonistes et ouvre une fenêtre sur la noirceur humaine qu’on a ensuite du mal à refermer.

D’autres avis : Les blablas de Tachan – L’Apprenti Otaku (le tome 1les tomes 2 et 3) vous ?

Informations éditoriales :
Adabana, scénario et dessin par NON. Traduction : Sophie Lucas. Éditeur : Kana. Prix par volume : 12,90 euros.

7 réflexions sur “À l’ombre du Japon #57 { retour sur ma découverte d’Adabana }

  1. Je suis content de voir que cette série courte t’as plu. Compte tenu du sujet je me demande toujours si ça passe ou non. J’ai vu beaucoup la considérer comme un coup de cœur, personnellement je n’irai pas jusque là car je trouve que c’est quand même trop court et des éléments, notamment le côté judiciaire, me semblent trop survolés.
    Mais je n’ai pas décelé de faute de goût dans le traitement des thématiques, ce qui est déjà un très bon point.

    • Puis c’est délicat je trouve de qualifier de « coup de coeur » une série qui aborde une thématique aussi sordide. Je préfère utiliser d’autres termes. Tu as raison, l’aspect judiciaire est plutôt survolé parce que ce n’est pas le sujet premier je pense hormis justement pour dénoncer le fait que si elle n’avait pas procédé ainsi, jamais elle n’aurait pu obtenir une forme de justice pour son amie finalement…
      Et comme tu le dis, aucune faute de goût ce qui n’est pas simple surtout quand on choisit de montrer des scènes explicites ! Le dégoût était bien palpable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s