Cœur Vintage – Cécile Guillot

1
Cœur Vintage
est un one-shot de young adult francophone écrit par l’autrice française Cécile Guillot. Premier né de la collection Chat Blanc aux Éditions du Chat Noir, il est disponible en papier au prix de 14.90 euros. Notez que Cécile sera en dédicace ce samedi aux Halliénnales pour la sortie officielle de son roman !
Ce titre entre dans le Pumpkin Autumn Challenge, menu « Automne douceur de vivre » catégorie « Pomme au four, tasse de thé et bougie » ainsi que dans le menu « Automne ensorcelant » catégorie « Balai Pattes ! »

Cœur Vintage, c’est l’histoire de Mina. Une jeune lycéenne américaine passionnée par la mode vintage qui entre dans sa dernière année de lycée. Elle commence à sortir avec le quaterback de l’équipe de foot, un garçon charmant, attentionné, populaire. Le rêve quoi. Mais Logan est-il si parfait que ça? Quand le doute commence à s’installer, Mina est forcée d’ouvrir les yeux sur une réalité douloureuse et va devoir prendre ses propres décisions, qui impacteront toute sa vie. Mina sera d’ailleurs influencée par l’histoire de Delia, adolescente en 1956. Leur lien? Une robe…

Alors, j’ai beaucoup de choses à dire et je vais essayer de le faire sans spoiler le contenu du roman !

Déjà, vous vous en doutez, ce n’est pas le genre de livre vers lequel je me dirige en règle générale. Déjà, le young adult, brrrrrr (oui ceci est un frisson de terreur) mais alors ces romances pseudo-parfaites décrites sur la quatrième de couverture… J’avais un peu peur. Beaucoup. Pourquoi, vous demandez-vous donc, ai-je acheté ce titre aux Aventuriales? Simplement parce que j’ai lu, je pense, tous les romans de Cécile Guillot à ce jour et je n’ai jamais été déçue. Pourtant, systématiquement, ce sont des livres qui me sortent de ma zone de confort (mais si, ce coin sombre et bizarre là, vous le connaissez !). Je lui ai donc donné sa chance et je ne le regrette pas.

Cœur Vintage est écrit à la première personne. De sa plume douce et fluide, Cécile nous plonge dans les pensées et le quotidien de Mina. Hormis une situation familiale compliquée (une mère dépressive et un père absent sauf pour la critiquer) notre lycéenne a des amies, une tante aimante qui tient une boutique de seconde main (le pied!), un meilleur ami qui est là pour elle. Quand Logan l’aborde un jour au lycée et lui propose de sortir, elle pense que tout lui réussi. Parce qu’elle sait que ce garçon n’est pas juste un beau gosse sportif. Elle l’a déjà vu lire sous un arbre pendant les vacances, un roman qu’elle aime beaucoup. Mina est donc persuadée que Logan est bien plus profond qu’il n’y parait.

Je vous le jure, dès le départ, je ne le sentais pas ce mec. Trop parfait, trop poli, il cachait quelque chose à moins que ça ne soit ma tendance à voir toujours le mauvais chez les autres. À travers cette relation entre deux adolescents, l’autrice aborde plusieurs thématiques importantes comme le respect dans un couple, le danger de la violence conjugale, l’importance de se confier, de ne pas avoir honte, la pression qui existe autour de l’acte sexuel…

Et à ce stade, tu te dis: attends, elle a parlé de young adult, pourquoi est-ce qu’il y a du sexe? Je me suis posée la même question. Je ne m’y connais pas trop dans le genre alors une fois ma lecture terminée, j’ai été discuter avec l’autrice pour comprendre et j’ai saisi la nuance. Oui, il y a deux ou trois scènes de sexe dans Cœur Vintage. Mais elles n’ont absolument rien d’érotiques. Et évidemment, il y a une vraie différence entre ces deux termes. Ce sont davantage des mises en situation pour la problématique principale du livre, à savoir la pression qui existe pour les femmes autour de ce sujet (et d’autres, mais nous y reviendront) qu’elle vienne d’elles-même ou des hommes. Les questions que se posent Mina suite à ce premier rapport, toutes les filles y ont déjà pensé au moins une fois et se sont senties mal à l’aise face à ce décalage entre la réalité et les fictions que nous lisons / voyons / consommons d’une manière ou d’une autre. J’ai trouvé ça très positif que Cécile Guillot aborde ces sujets, avec la sensibilité qui la caractérise. Elle ne porte pas de jugement, que ce soit dans un extrême ou dans l’autre. Je pense qu’un public adolescent pourrait trouver un certain réconfort à la lecture de ce roman.

J’ai beaucoup parlé de Mina, quid de Delia, notre héroïne des années cinquante? Déjà, je vous attendez pas à un roman en alternance de point de vue avec un chapitre pour chaque fille, comme je le pensais à la base. Mina est bien la protagoniste principale. Delia est présente en toile de fond, à travers les visions données à Mina par la robe. Et là, je vous entends à nouveau vous dire mais, elle a dit que le roman était dans la collection chat blanc… Pourquoi y a-t-il du fantastique? C’est le second point sur lequel j’ai tiqué (le premier, c’était le sexe mais tout s’est arrangé hein, si vous suivez un peu). On pourrait dire qu’on ne sait pas vraiment si Mina rêve de Delia qui serait une projection d’elle-même dans une époque qu’elle apprécie mais Mina s’étonne des mœurs de Delia, de ses conversations avec ses amies sur le sexe, de ce tabou qui existe à cette époque sur le passage à l’acte avant le mariage, leur absence de connaissances sur la contraception et le reste. Du coup, il y a bien une pointe de fantastique mais elle reste légère et sert surtout à traiter les thématiques du récit qui elles, sont beaucoup plus actuelles. Sur un plan personnel, j’aurai aimé que les chapitres s’alternent de manière plus équitable entre Delia et Mina, et que la robe soit un fil conducteur entre les deux parce que j’étais vraiment intéressée par l’idée de découvrir la vie adolescente dans ces années-là. Néanmoins, vu comment tournent les évènements, cela aurait donné une histoire complètement différente. Je rappelle ici que c’est juste mon opinion, ça ne change rien à la qualité du livre.

Bref, je parle, je parle (enfin, j’écris)… Que dire de Cœur Vintage, en quelques mots? Ce roman court et one-shot est très clairement destiné à un public adolescent et même d’adolescentes. Il aborde avec sensibilité des thématiques propres à cette période entre l’enfance et l’âge adulte, où on se pose beaucoup de questions sur le présent autant que sur l’avenir. La jolie plume de Cécile Guillot permet de passer un moment de détente agréable en compagnie d’un texte intelligent et social sur la condition de la femme, une thématique traitée sous de nombreux aspects et de nombreuses situations. J’ai passé un bon moment avec la lecture de ce texte que je recommande aux adeptes du young adult et aux jeunes filles qui doivent être sensibilisées rapidement à tous ces problèmes.

Lena Wilder #1 Sauvage – Johan Heliot

lena_wilder
Sauvage est le premier tome du diptyque Lena Wilder écrit par l’auteur français Johan Heliot (dont je vous ai déjà parlé pour sa saga Grand Siècle). Publié chez Lynks Éditions, vous trouverez facilement ce tome urban fantasy young adult partout en librairie au prix de 16.90 euros. Je tiens à remercier l’éditeur pour ce service presse !

Lena Wilder, c’est l’histoire de… Lena Wilder donc, narratrice à la première personne qui a passé sa vie à fuir aux côtés de sa mère. Qui ou quoi? Des hommes mystérieux appelés les Démarcheurs dont elle ne sait pas grand chose. Les deux femmes ne restent jamais plus de six mois au même endroit et Lena en a plus que marre. Sa mère et elle arrivent, au début du roman, dans la petite ville d’Arkhoon où tout va changer radicalement dans leur quotidien. Et pas uniquement à cause du voisinage…

Comme je l’ai précisé, il s’agit d’un roman young adult doublé par un livre type urban fantasy (même si on peut chipoter sur le terme dans ce cas-ci), autant dire de moins en moins mon type de lecture. Si ça n’avait pas été écrit par Johan Heliot, je ne pense pas que j’aurai posé les yeux sur ce roman, pourtant, j’ai été agréablement surprise par cette découverte. Après, très honnêtement, je n’ai trouvé aucune similitude (même pas de style) entre ce livre et les autres que j’ai pu lire de l’auteur, ce qui était assez perturbant en soi. Cela n’enlève rien au côté sympa du roman ! Évidemment, l’amourette entre Lena et Gerry m’a un peu saoulée parce que je la trouve trop rapide et trop peu crédible (comme souvent) mais il n’y a que cet élément, en plus de certaines facilités scénaristiques (dont je ne dresse pas la liste pour éviter de vous spoiler l’intrigue), qui m’a vraiment posé problème. Et en soi, pour ce genre littéraire, il se contente de respecter les codes donc ce sera un point positif pour beaucoup de lecteurs. C’est simplement que moi, en tant que lectrice, je n’apprécie plus spécialement.

Je vais commencer par évoquer l’univers. L’action se passe en Amérique, une Amérique profonde ambiance trou perdu avec une mentalité très en retard sur l’égalité, le racisme, etc. L’ambiance est bien décrite par l’auteur, on s’imagine sans problème notre environnement, on sent presque la poussière se coller sur une mince pellicule de sueur. L’auteur incorpore une mythologie assez novatrice et à la fois classique. Il évoque le mythe du loup-garou à l’ancienne: pas de transformation en véritable loup, plutôt une forme hybride qui prend le pas sur celle humaine, le tout avec des explications scientifiques et de vrais concepts comme l’atavisme. J’ai trouvé ça original et plutôt intéressant, ça sort du garou des romans habituels. Je ne vais pas trop en révéler sur les théories évoquées dans le livre, pour ne pas spoiler, mais ça change.

On sent que l’auteur a pas mal réfléchi sur la question et il en profite pour aborder des thèmes plutôt classiques comme la tolérance, le danger de la haine, de l’extrémisme et du rejet, l’importance du vivre ensemble. Il ne révolutionne pas le genre mais je trouve que, face à notre actualité, ce n’est pas plus mal de rappeler certains principes fondamentaux comme ceux-là.

Le personnage de Lena ressemble à celui de n’importe quelle adolescente avec une touche supplémentaire de maturité puisqu’elle n’a pas le même type de préoccupations que la plupart des filles de son âge. La faute à son manque de sociabilité: pas facile de se faire des copines quand on déménage sans arrêt ! Je ne me suis pas particulièrement attachée à elle, mais je ne l’ai pas détestée non plus. Par contre, pour les garçons et surtout pour Gerry, c’est une autre histoire… Heureusement, même si j’ai trouvé que leur relation allait très (trop) vite, Lena ne devient pas une poupée enamourée qui ne pense qu’à son « mec ». Elle garde le sens des priorités, elle se débrouille sans forcément compter sur lui et c’est plutôt agréable. Les autres personnages ne m’ont pas forcément marqués, ils remplissent leur rôle sans laisser une trace réellement indélébile sur le lecteur. Et cela s’explique quand, une fois à la fin, on se rend compte que tout le livre est raconté par Lena, littéralement. Elle est en train de l’écrire. Du coup, ça « excuse » les passages parfois trop rapides et le manque de profondeur de certains protagonistes. Disons que ça reste cohérent avec le style narratif choisi par l’auteur, qui nous offre une écriture dynamique et prenante.

L’intrigue en elle-même reste assez classique mais on n’attend pas forcément de chaque roman qu’il révolutionne son genre littéraire. J’ai tout de même trouvé dommage que la fin soit si précipitée. J’ai eu un sentiment un peu de bâclé, ça aurait mérité quelques pages supplémentaires et davantage de suspens, parce qu’on s’y attend vraiment.

Pour résumer, si le premier carnet de Lena Wilder ne propose pas de grosses surprises scénaristiques et pousse parfois à grimacer face à la force de l’héroïne (qui n’a que 18 ans…), il reste néanmoins agréable à lire. Les 302 pages se tournent facilement et on se surprend à être embarqué dans l’histoire. Ce roman se lit vite et remplit efficacement son rôle de bon divertissement. Il plaira beaucoup aux lecteurs adeptes du Young Adult et des univers surnaturels, qui ont envie d’une héroïne moins nunuche que la moyenne dans ce genre littéraire. J’ai passé un agréable moment avec Lena Wilder qui est une lecture détente, sans prise de tête, et je suis quand même curieuse de découvrir le second tome.

Dévore-moi ! #1 l’Imaginarium – Tiffany Schneuwly

Dévore-moi-FACE-pour-site

Le premier tome de la saga « Dévore-moi ! », intitulé l’Imaginarium, est un roman écrit par Tiffany Schneuwly et illustré par Sarah Bertagna. Il est publié chez Livr’s Éditions au prix de 18 euros dans la collection Fantastique. Je tiens à remercier la maison d’édition pour ce Service Presse !

Je n’étais pas du tout le public cible pour ce roman et je termine ma lecture en étant agréablement surprise. Je l’ai lu dimanche matin en deux heures et demi, d’une seule traite, alors que je comptais seulement commencer les premiers chapitres pour me mettre dans le bain. Il faut dire que l’histoire est assez accrocheuse.

Le roman s’ouvre sur un prologue intriguant où on rencontre pour la première fois le général Côme, alias le mec à qui tu as envie de retourner une paire de baffes tellement il est suffisant et désagréable. En même temps, il peut se le permettre, ce n’est pas franchement le stéréotype du mec égocentrique sans raison, juste à cause de son rang. C’est un militaire, qui a sa vision du monde et qui veut à tout prix protéger l’Imaginarium. Et ce prix passe par la vie d’innocents qui essaient de proposer une solution. A quoi? Et bien on le découvre au fil de l’histoire, donc je ne vais pas vous spoiler. Après ce prologue qui donne le ton (un bon ton, j’avoue que j’étais emballée), nous rencontrons le personnage de Maddie, dans notre monde humain à nous, qui entre au Collège. Je précise que le roman se situe en Suisse (enfin ce n’est pas précisé mais j’ai déduis), donc le système scolaire s’y rattache et là-bas, c’est à 16 ans qu’on entre au collège. Nous sommes catapultés dans la vie d’une adolescente comme n’importe quelle autre, un peu introvertie. Elle vit avec sa mère suite au divorce de ses parents, ne voit presque pas son père qui travaille beaucoup et est très proche de Thaïs, sa petite sœur adoptive.

C’est le premier bon point que j’ai relevé dans ce livre. Il est réaliste, il nous peint une famille avec ses problèmes mais qui essaie de s’en sortir. On n’est pas dans le délire de la relation hyper conflictuelle entre une mère et sa fille, au contraire. Elles sont proches, soudées, elles se soutiennent et essaient de se comprendre. Peut-être parce que je suis moi aussi une enfant de parents divorcés, je me suis assez facilement retrouvée dans Maddie, dans ses ressentis, même si elle a été victime de quelque chose que je n’ai jamais eu à vivre (heureusement !) je ne vous en dis pas plus pour ne pas spoiler mais ce genre de sujet est rarement abordé avec autant de justesse. Au fil du roman, l’intrigue se dessine avec l’apparition d’un élément fantastique grâce au personnage de Caleb, puis les révélations s’enchaînent.

C’est là que le bât blesse un peu. J’ai trouvé certaines scènes forcées. Elles tombaient dans les écueils habituels de ce genre littéraire et c’est dommage parce que tout partait assez bien. Je comprends qu’il faut, à un moment donné, que Maddie apprenne la vérité sur Caleb mais cette solution ne me parait pas crédible. Sur la fin, tout s’enchaîne d’une manière assez bancale. J’ai du mal à comprendre pourquoi l’oncle de Caleb accepte aussi facilement de retourner à Imaginarium, malgré ce qu’il y risque. C’est un peu trop manichéen et plein de bons sentiments, le thème du repentir est intéressant mais là, c’est un peu trop gros et rapide, comme si tout devait absolument rentrer dans un seul tome. Pourquoi ne pas avoir rallongé ce roman (qui est finalement assez court) pour développer davantage les évènements finaux? J’imagine mal qu’on jette à la poubelle toute une éducation en claquant des doigts, sans même que l’héroïne ait à insister beaucoup. J’ai été assez déçue par ça même si, quand on y réfléchit, ce sont des éléments acceptés tacitement au sein de ce type de littérature. Moi, ça me dérange, mais objectivement, ça entre dans le respect des codes littéraires.

En outre, ce point négatif ne gâche pas la qualité de l’ouvrage. L’auteure a un style simple et accessible. Elle a fait très attention aux descriptions et aux verbes de dialogue, sans que ça casse le rythme du livre. Les quelques chapitres du point de vue de Caleb sont hésitants mais ceux de Maddie et les scènes dans Imaginarium sont bien maîtrisées. L’univers créé autour de cette saga est riche et intéressant, il change de ce qu’on peut trouver habituellement en mélangeant plusieurs bestiaires. J’ai beaucoup aimé la mythologie créatrice autour d’Imaginarium et j’ai eu envie d’en apprendre davantage à son sujet. Même si je ne suis pas le public cible et que certaines choses m’ont dérangées, je suis curieuse de découvrir le tome 2 ! C’est donc que les auteurs ont réussi leur coup.

Pour résumer, je recommande Dévore-moi ! à un public majoritairement adolescent ou pour les lecteurs qui aiment le Young Adult fantastique. Il possède de nombreuses qualités comme un univers riche et une héroïne bien construite, crédible. Le style d’écriture est simple et agréable, il nous entraine dans l’aventure et nous pousse à lire ce roman d’une seule traite. S’il n’est pas parfait, il vaut vraiment le détour et j’ai été très heureuse d’enfin découvrir la plume de Tiffany Schneuwly entre ces lignes, qui est une personne humainement adorable. Je vous recommande de vous pencher sur cette auteure suisse qui a, je trouve, quelque chose à offrir 🙂