Les amoureux de la lune – Lizzie Felton

amoureux-preview
Les amoureux de la lune
est un one-shot écrit par l’autrice française Lizzie Felton. Publié aux Éditions du Chat Noir dans la collection Cheshire, le livre est disponible au prix de 19.90 euros.
Ce roman entre dans le chalenge S4F3 organisé par Albédo.
Ce roman entre dans le Pumpkin Autumn Challenge menu « Automne douceur de vivre » catégorie « pomme au four, tasse de thé et bougie » puisqu’il s’agit d’une romance. Il peut aussi convenir au menu « Automne ensorcelant » catégorie « cristaux, tarot et encens » pour son côté très mystérieux et étrange. Je n’en dit pas plus pour ne pas spoiler mais ceux qui l’ont lu comprendront.

Pour être très honnête avec vous, je n’ai pas acheté ce livre et je ne l’aurai pas acheté malgré les bonnes critiques que j’ai pu lire dessus et le fait que l’autrice soit absolument adorable. Assez simplement parce que ce n’est pas du tout mon style de littérature, que ça ne me correspond pas le moins du monde. Pourtant, justement parce que Lizzie Felton est une fille super gentille avec qui j’ai longtemps discuté aux Imaginales, j’ai accepté avec plaisir que FungiLumini, du blog Livraisons Littéraires, me le prête. J’en profite pour vous glisser le lien de sa chronique sur le roman. Voici donc comment j’en suis venue à lire les Amoureux de la Lune et à me prendre une grande claque.

Nous suivons le personnage de Lucie, une parisienne pure souche qui doit déménager en province le temps d’une année, pour le job de son père. Lucie n’est pas une gentille fille sans être non plus une terreur. Ses parents ne lui font pas vraiment confiance et l’école ne la veut pas en internat à cause de son comportement. Du coup, la voilà partie dans le Sud avec sa famille. Son intégration à la jeunesse dorée de la côte d’Azur se fait sans le moindre problème. Mais tout change quand Lucie rencontre Ulysse, un mystérieux garçon qui appartient à la famille Lovelace, des gens qui vivent à l’écart des autres. Ulysse va la toucher et la transformer à tout jamais, en lui montrant une autre vision du monde.

Je sais, expliqué comme ça, le roman a l’air vraiment banal. Et pourtant ! Il est assez compliqué de parler des Amoureux de la Lune, que ça soit de son genre littéraire ou son intrigue, sans vous dévoiler des pans entiers du mystère savamment entretenu par Lizzie. Elle maîtrise bien son intrigue et son suspens, en distillant des informations ici et là, en provoquant le doute chez les lecteurs qui n’est pas toujours certain de se trouver dans un roman fantastique. Dans le premier tiers du livre, j’ai eu l’impression de suivre une adolescente agaçante et sans saveur. Pourtant, je n’ai pas réussi à poser les Amoureux de la Lune. Je continuais à le lire, plongée dans la vie de Lucie, happée par l’écriture simple mais poétique de l’autrice. Si j’ai parfois eu du mal à la comprendre, je dois avouer que cette jeune fille m’a finalement touchée plus que je ne l’aurai cru. Finalement, les adolescentes et les jeunes adultes s’y identifieront facilement et ses élans amoureux parleront à toutes les filles un brin sensible. C’est une fille comme les autres, submergée par un sentiment d’une puissance inouïe. Certains trouveront peut-être qu’elle en fait trop. Je leur dirais qu’ils ont vite oublié ce que c’est, d’être ado.

On pourrait se demander pourquoi ce livre est au Chat Noir, quand on le referme. Avant de se rendre compte qu’il n’aurait pas pu être ailleurs. C’est la maison d’édition parfaite pour un ouvrage de ce type, si original et disposant d’une vraie personnalité. Si j’ai parfois trouvé dommage que certaines scènes soient un peu rushées, comme les dialogues entre Lucie et Marie ou la manière dont Lucie s’installe dans sa nouvelle vie, je referme pourtant ce livre avec un sentiment positif, sans aucune frustration et la tête pleine de magnifiques citations. C’est en arrivant à la fin de ces trois cent pages qu’on comprend les choix narratifs de l’autrice et qu’on saisit la mesure réelle de sa sensibilité.

Pour résumer, les Amoureux de la Lune est une magnifique histoire qui, je l’espère, vous touchera autant que moi. Ce texte a réussi à me faire verser une larme. Lizzie Felton signe un premier roman qui déborde de poésie et de sensibilité artistique. Une autrice à suivre et un titre à découvrir. Ce fut un coup de cœur pour moi ♥

Nordie #1 Guilendria – Cécile Ama Courtois

guilendria-partie-1
Nordie est un roman médiéval en deux parties publié chez l’Ivre-Book et écrit par l’auteure française Cécile Ama Courtois. La partie 2 est prévue pour le 2 mai, la date approche ! Vous pouvez retrouver cet ouvrage en numérique (4.99euros) et en papier (13euros). Je remercie les éditions l’Ivre-Book pour ce service presse.

Vous le savez, je n’aime pas la romance. J’y trouve rarement mon compte, la plupart du temps, les protagonistes m’agacent… C’est la raison pour laquelle, malgré un résumé intriguant et la chronique de mon amie Cyrielle sur ce livre, j’ai mis du temps à passer le cap. Puis j’ai fait un salon en compagnie de l’auteure au début du mois et je me suis dit allez, tente le, si ça se trouve tu auras une bonne surprise.

Et de fait, c’en fut une.
Alors je vous arrête tout de suite: je ne parle pas de coup de cœur, de révélation ou quoi que ce soit dans le genre. Mais pour une romance médiévale, je lui trouve de nombreuses qualités à relever même si je ne suis pas du tout le public cible.

Déjà, je trouve le style de l’auteure maîtrisé et d’un certain niveau. Elle adapte son langage à la période médiévale, utilise des termes appropriés pour décrire la forteresse, les éléments de décors ou même la façon de parler de ses personnages. C’est accessible mais on sent cette touche de recherche, renforcée par les nombreuses notes en bas de page. Ce fut une belle surprise.

Ensuite, les personnages. Si j’appréciais d’abord davantage Deijan avec ses allures militaires, j’ai appris à passer outre l’agacement inspiré par Guilendria. Elle est trop douce à mon goût, trop naïve mais colle bien à ce qu’étaient les femmes à cette époque, à leurs aspirations. Si elle est trop différente de moi pour que je m’y attache, je la trouve crédible et son évolution reste intéressante. Enfin, le personnage d’Ifhoras m’intrigue beaucoup. C’est le genre de protagoniste que j’aime croiser dans les romans, à la fois cruel, violent, dérangé mais avec cette petite touche de mystère et d’humanité qui transparait quand on ne s’y attend pas. Je me demande ce que l’auteure en fera dans le prochain tome. Plus que la relation entre les deux héros, c’est lui qui me convainc et qui porte le livre.

Enfin, l’intrigue. Au départ, nous suivons Deijan dont la vie bascule à la mort de son frère. Le voilà héritier de son domaine alors qu’il ne le souhaitait pas, contraint de se marier à Guilendria à qui il est promis depuis l’enfance. En soi, il n’a rien contre elle mais ça le dégoûte d’être obligé de la visiter pour concevoir un héritier, c’est loin de sa vision habituelle du sexe. Je l’ai rapidement trouvé inutilement cruel avec elle et même les passages où il s’explique, plus tard après sa blessure, ne me convainquent pas du tout. Et ce qu’elle a pu m’agacer à accepter tout ça sans broncher ! Jusqu’à l’attaque des écumeurs qui nous offre une scène de défense militaire vraiment sympa qui prouve que l’auteure a réfléchi plus loin que le bout de son couple, ce que j’apprécie. Je ne vais pas en dire davantage mais ça arrive assez tôt dans le livre et donne une épaisseur au texte qui reste toutefois classique dans son déroulement narratif.

Par contre, je me permet une petite réflexion… Je ne comprends pas trop pourquoi on parle de fantasy dans le cadre de ce livre. Il ne contient aucun élément surnaturel ou mythologique, ce qui est quand même la base de ce genre littéraire. Du moins, pas dans la première partie. Certes, le monde médiéval où les protagonistes évoluent n’existe pas (mais il pourrait, franchement) toutefois je ne trouve pas que ça soit suffisant pour qualifier ce livre de fantasy. L’éditeur envoie un faux message aux lecteurs. Je m’attendais à trouver autre chose et même si j’ai eu une bonne surprise à la lecture, je reste un brin déçue. Heureusement, il est classé en romance mais le résumé mentionne tout de même de la fantasy donc voilà, c’est en demi-teinte à ce niveau et ça me paraissait important de le relever.

En bref, la première partie de Nordie est un bon divertissement que je recommande à ceux qui apprécient la romance et les univers médiévaux. La plume de Cécile Ama Courtois est maîtrisée et son intrigue, certes classique, nous emporte pourtant avec facilité dans une lecture plutôt rapide.