Le Gambit du Renard – Yoon Ha Lee

7
Le Gambit du Renard
est le premier tome de la trilogie The Machineries of Empire écrit par l’auteur américain d’origine coréenne Yoon Ha Lee. Publié chez Denoël dans sa collection Lunes d’encre, vous trouverez ce roman au prix de 23 euros.
Il s’agit de ma douzième lecture dans le cadre du challenge S4F3s5 organisé par l’ami Lutin ! Elle faisait d’ailleurs partie de sa sélection conseillée pour l’été.

Kel Cheris se fait remarquer par son commandement et ce n’est jamais une très bonne chose dans cette étrange société dépeinte par Yoon Ha Lee. On la promeut générale à titre temporaire et on ancre en elle l’esprit du général traitre Shuos Jedao, mort des siècles auparavant mais as de la stratégie qui n’a jamais perdu de bataille. Leur mission? Récupérer la forteresse des Aiguilles Diffuses. Mais il semble que leur hiérarchie cache certaines informations d’importance…

J’ignore encore si cette chronique prendra la forme d’une critique ou d’une expérience de lecture. C’est la blogo qui a attiré mon attention sur ce texte à plus d’une reprise et en lisant le résumé, j’ai directement été intriguée par la perspective d’une cohabitation entre deux personnes au sein d’un même corps, surtout quand l’un des deux est un traitre fou et sanguinaire. Du coup, je n’ai pas trop hésité à l’acheter… Et j’ai plus d’une fois manqué d’abandonner ce roman parce que je ne comprenais rien. Pendant le premier tiers, je lisais des mots dont je connaissais le sens mais qui, mis ensemble, ne m’évoquaient rien de cohérent, rien à quoi me raccrocher ou assimiler. L’auteur exploite des concepts totalement nouveaux (pour moi en tout cas) sans les expliquer de manière claire. Du coup, ma lecture du Gambit du Renard ressemblait à un jeu de pistes et d’énigmes pour essayer désespérément de rattacher ça à quoi que ce soit de connu.

Si vous aimez les romans très clairs et carrés, les lectures purement détente, ce texte n’est pas pour vous. Pourtant, quelle richesse ! Yoon Ha Lee a inventé un monde complet avec son propre calendrier, son propre mode de fonctionnement basé sur les mathématiques, ses propres factions et surtout sa propre culture qui va complètement bousculer les habitudes du lecteur. Un vrai tour de force et un parti pris, je pense, de nous laisser découvrir les choses petit à petit. Aurais-je aimé avoir toutes les informations bien classées dans un lexique au début ou à la fin? Peut-être… D’un autre côté, j’ai vraiment ressenti un profond dépaysement et passé l’agacement des soixante premières pages, je me suis laissée prendre au jeu. Finalement, dans l’ensemble, les traits de l’Hexarcat se dessinent bien. En refermant le livre, j’avais compris les grandes lignes et même certaines subtilités (oui, moment de fierté).

Il faut dire qu’outre l’univers très riche et curieux, le duo principal fonctionne à merveille. Kel Cheris était capitaine au sein de la faction Kel et on la découvre d’abord lors d’une de ses missions qu’elle parvient à boucler en effectuant une manœuvre peu conventionnelle (et quand on est Kel, ça frise l’hérésie !). Du coup, elle devient une candidate intéressante pour prêter son corps à Jedao et enfiler le rôle d’ancre. Jedao est un général de l’armée Kel, d’origine Shuos, qui a commis un véritable massacre quatre siècles auparavant et a du coup été enfermé dans le Berceau Noir. Il a été exécuté, privé de son corps, mais son fantôme reste et continue de servir les Kels à travers différentes incarnations, quand le besoin s’en fait sentir. Non seulement le principe est hyper malsain mais en plus, le caractère de chaque personnage apporte du dynamisme, de l’intelligence et du réalisme au duo. C’est ce qui m’a permis de tenir pendant une partie du roman, j’étais curieuse de voir ce que ça allait donner sur le long terme. Je n’ai d’ailleurs pas été déçue.

Toutefois, ne vous attendez pas à croiser beaucoup de personnages remarquables en dehors de Cheris et Jedao bien que l’action se centre ponctuellement sur d’autres, afin de donner au lecteur un aperçu de la situation à un moment donné de l’histoire, sur un point géographique clé. Cela apporte un peu de diversité, tout comme les échanges de mémos entre deux rebelles (enfin plutôt, le spamm à sens unique d’une mercenaire) qui eux ne manquent pas d’ironie ni d’un peu d’humour, surtout en ce qui concerne les dates. Mention spéciale à la vache adipeuse.

L’éditeur parle de space-opera pour classer ce roman. J’ajouterai également qu’il s’agit de SF militaire à un degré très poussé, surtout concernant la stratégie. Personnellement, j’aime beaucoup mais je sais que pas mal de lecteurs y sont allergiques donc ça me parait important de le préciser.

Je n’arrive toujours pas à décider si j’ai aimé ou non ce livre. En tout cas, le lire fut une sacrée expérience que je ne regrette pas du tout et c’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’écrire à son sujet. Je peine à croire qu’il s’agit véritablement du premier roman de l’auteur tant il est brillant dans sa conception et dans son parti pris.

Pour résumer, je pense que le Gambit du Renard s’adresse à un public habitué à la SF qui pourra apprécier son inventivité et sa complexité. Dans un univers totalement original qui bouscule tous nos codes socio-culturels, le lecteur est invité à suivre une bataille pour récupérer la forteresse des Aiguilles Diffuses avec son lot de sacrifices et de stratégie militaire à un degré poussé. Le duo de personnages principaux ne manque pas de piquant et vaut la peine qu’on s’accroche face à la difficulté première du texte. Un indispensable pour les amateurs mais attention aux débutants (auxquels j’appartiens) ça ne va pas être facile de vous y retrouver !

La croisade éternelle #1 la prêtresse esclave – Victor Fleury

10
La prêtresse esclave est le premier tome de la saga intitulée « la croisade éternelle » écrite par l’auteur français Victor Fleury. Publié chez Bragelonne, vous trouverez ce roman au prix de 22 euros.
Je remercie l’auteur et les éditions Bragelonne pour ce service presse !
Ceci est ma 27e lecture pour le Printemps de l’Imaginaire francophone.
Ceci est ma 7e lecture pour le mois de la fantasy et complète les défis suivants: un livre écrit par un auteur français, une nouveauté de ma PàL.

Nisaba est l’oblate de peau de l’héritier Akurgal, qu’elle doit servir malgré la haine qu’elle voue à la famille régnante et les abus que son maître commet sur elle de manière détournée. Pour prouver sa valeur à sa mère, Akurgal décide de partir en croisade, mater les infidèles qui résistent à l’expansion de leur empire. Obligée de le suivre à cause de leur lien, Nisaba doit abandonner son fils et pourrait ne jamais revenir à la capitale car quelqu’un semble décidé à attenter à la vie de l’infant. Voilà grosso modo le pitch de départ mais ne vous inquiétez pas, ce roman a davantage à offrir !

Commençons par évoquer l’univers d’une éclatante richesse développé par Victor Fleury. Le lecteur évolue au sein du Pays-des-Deux-Fleuves dont l’ambiance m’a d’abord évoqué la société inca. Après discussion avec l’auteur, il s’avère que son inspiration vient plutôt davantage du côté mésopotamien mais comme je connais mal cette civilisation en dehors de ce que j’ai pu en apprendre à l’école… L’un dans l’autre, Victor Fleury choisit non seulement de s’éloigner du traditionnel Moyen-Âge mais aussi des inspirations antiques habituelles tirées de l’empire romain, ce que je trouve très appréciable.

Dans cette société, la famille régnante est descendante des dieux, divinités d’ailleurs véritablement présentes dans le récit à certains moments, ce qui donne un aspect surnaturel à la croisade éternelle en plus de la maîtrise d’un type de magie nommée l’Irradiance qui s’oppose à celle du Tréfond. Parce qu’ils descendent des dieux, ils ont le droit de s’affilier des oblats, des esclaves qui leur permettent d’étendre leur pouvoir et leurs capacités. Pour prendre l’exemple d’Akurgal, il dispose d’un oblat de puissance qui lui évite de devoir s’entrainer, d’un oblat de mémoire qui rend inutile toute étude de sa part, d’une oblate de peau qui partage toutes ses sensations… Et va s’en trouver deux autres pendant le récit, je ne vous en dit pas plus pour ne pas gâcher la surprise. Le lien qui unit l’oblat à son maître est à sens unique et les prive de toute intimité. L’oblat de mémoire partage toutes les pensées immédiates de son maître, l’oblat de peau, toutes ses sensations… Ces liens sont complètement malsains et forcément, difficiles à vivre.

Surtout quand on connait la relation qui unissait jadis Akurgal et Nisaba, l’héroïne du roman et la fameuse prêtresse-esclave du titre. Leur passif se révèle petit à petit au lecteur par des séries de réminiscences qui viennent à Nisaba, souvent sous l’influence de drogue. Et oui, ce lien est tellement difficile à vivre que la pauvre n’a trouvé que ce moyen pour échapper à ces viols détournés, à cette pression psychologique que l’Infant lui impose en essayant (maladroitement) de la ramener à lui. Outre l’intrigue principale du roman qui tourne autour de la guerre, de la religion et des conflits de succession, on a aussi droit d’en apprendre davantage sur leur intimité, le tout avec un équilibre qui manque trop souvent dans ce genre de roman.

Je ne vous brosse ici qu’une rapide esquisse de l’univers qui confirme le talent de Victor Fleury à proposer des romans qui sortent du lot et rafraichissent les genres dans lesquels ils s’inscrivent (rappelez-vous de ma chronique sur l’Homme Électrique). Pourtant, ce n’est pas sa seule réussite. La galerie de personnages qu’il propose séduira le lecteur avide de protagonistes en nuances de gris. Mes sentiments n’arrêtaient pas de changer au fil du récit, allant de la pitié à la compassion puis au dégoût, pour finalement revenir à la pitié… Victor Fleury joue avec nos émotions pile comme j’aime et ce, sans sacrifier le rythme de l’intrigue.

Parce qu’il se passe toujours quelque chose, dans la croisade éternelle. L’auteur parvient à conserver une action régulière sans nous perdre dans son univers dense, en distillant juste quand le besoin s’en fait sentir les informations nécessaires pour appréhender les contours de son monde. Il m’a embarquée dans son histoire dont je ressors difficilement, surtout à la lecture de la toute dernière ligne. Il a eu de la chance que je le termine après les Imaginales, sans quoi j’aurai été l’étrangler ! Ou je l’aurai enlevé pour l’obliger à écrire plus vite la suite. Vous l’avez compris, c’est un roman à côté duquel il vaut mieux éviter de passer.

Pour résumer, le premier tome de la croisade éternelle est un coup de cœur. Victor Fleury propose un monde inspiré de la cruelle Mésopotamie et réinventé à sa sauce dans lequel il plonge le lecteur avec tact, sans l’assommer d’informations inutiles. Sa galerie de personnage brille par sa diversité ainsi que par son absence de manichéisme et ne manquera pas de provoquer des sentiments aussi nombreux que violents chez le lecteur. Ce dernier aura d’ailleurs bien du mal à reposer ce tome. On ne peut qu’espérer une suite rapide publiée par Bragelonne !

#PLIB2019 La Légende des Quatre #1 le clan des loups – Cassandra O’Donnell

la-legende-des-4,-tome-1---le-clan-des-loups-1033741-264-432
Le clan des loups
est le premier tome de la saga la Légendes des Quatre, une nouveauté jeunesse écrite par l’auteure française Cassandra O’Donnell (qu’on ne présente plus) publiée chez Flammarion Jeunesse. Vous pouvez vous procurer ce roman absolument partout pour le prix de 15 euros.
Ce roman a été sélectionné pour le #PLIB2019. #ISBN9782081394254.

J’étais au salon de Bondues ce week-end et j’ignorais que Cassandra s’y trouvait également. Après l’avoir découvert en parcourant le planning dans un moment d’ennui (bah oui y’a pas toujours des gens, sur les salons !) j’ai été discuter avec elle et j’en ai profité pour acheter ce roman à destination d’un public 12 – 14 ans. Je sais, vous vous dites: non mais à quoi tu pensais? C’est pas du tout ton genre de lecture ! Un moment de folie, ça arrive, surtout quand ça concerne les écrits de Cassandra. Comme vous le savez, j’adore sa saga Rebecca Kean, donc pourquoi ne pas tenter celle-ci, que l’auteure qualifie elle-même de « Rebecca Kean mais sans sexe » ?

C’est vrai qu’il y a un peu de ça, mais pas que.
En commençant le roman, au bout du premier chapitre, j’ai refermé le livre et j’ai du changer le mode de mon cerveau. Je crois que c’est le plus difficile quand on se plonge dans un genre qui ne nous est pas familier / qu’on ne lit pas en temps normal. À partir du moment où mes neurones avaient intégré que c’est un livre à destination d’un public qui a dix ans de moins que moi, tout a commencé à aller bien mieux.

Parce ce qu’on ne s’exprime pas de la même manière à destination des enfants que des adultes. On n’utilise pas le même vocabulaire, les mêmes tournures de phrase, la même ponctuation. Non, on ne les prend pas pour des cons, mais il est vital de s’adapter à leur psychologie et à leur niveau de lecture, de langage, surtout pour cet âge, puisque c’est là qu’on construit ses goûts littéraires. Alors oui, l’abondance de verbe « être » agacera les puristes et très certainement, l’utilisation abusive des points d’exclamation rendra fou certains d’entre vous. Forcément, j’ai tiqué sur ces détails… Et ça ne m’a pas empêché de passer un très bon moment !

Pour vous évoquer le concept en quelques mots, nous évoluons dans un univers fantasy post-apocalyptique. En gros, les humains ont déconné et la technologie a disparu après une guerre contre les yokaïs. Retour au Moyen-Âge, où les tensions entre les clans et les races sont exacerbées. Il existe quatre types de yokaï: les loups, les tigres, les serpents et les aigles. Nous suivons principalement l’héritière des loups et l’héritier des tigres, dans ce tome, même si nous rencontrons également les serpents et les aigles. D’ailleurs, tant qu’on ne les avait pas croisé, je trouvais le tout sympa mais sans plus. Puis arrivent Wan (♥) et Nell… Et là, BOUM ! Je comprends ce que Cassandra voulait dire en parlant de « Rebecca Kean sans sexe » (même si en vrai ça aurait été super avec Wan, on peut imaginer un spin-off pour adulte s’teuplaiiiiit?). Ces deux personnages sont absolument géniaux, j’ai hâte de les retrouver dans les tomes suivants ! J’ai un peu moins accroché avec les deux héros principaux, mais c’est tout moi, ça: craquer sur les personnages secondaires.

Outre ça, l’univers est plutôt bien pensé et les messages passés par l’auteure sont intelligents. Il y a non seulement une mise en garde sur l’écologie et l’épuisement des ressources, mais également une mise en avant de la notion de tolérance, qui est très importante à rappeler (autant aux enfants qu’aux adultes). La Légende des Quatre n’est donc pas qu’un simple divertissement, c’est aussi un livre qui pousse à la réflexion. D’une pierre deux coups !

Pour conclure, je trouve que ce roman est une réussite qui conviendra aux petits comme aux grands. Cassandra O’Donnell invente un univers crédible et riche qu’elle exploite à travers un panel de personnages colorés. Elle n’infantilise pas son public et n’hésite pas à inclure de la violence (beaucoup de violence) et des réflexions intelligentes, tout en évitant l’anthropocentrisme chez les yokaïs, ce qui est un plus non négligeable à mes yeux. Le clan des loups se lit très vite et vous permettra de passer un bon moment au sein d’une littérature plus légère que d’habitude. À lire !