Rouge Venom – Morgane Caussarieu

12
Rouge Venom
est la suite du roman Rouge Toxic écrit par l’autrice française Morgane Caussarieu. Publié chez ActuSF dans la collection Naos, vous trouverez ce titre au prix de 16.90 euros.
Je remercie Jérôme et les Éditions ActuSF pour ce service presse ! Rendez-vous en mai 2019 pour la sortie de ce roman.
Ceci est ma 18e lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.

Attention, cette chronique a été écrite environ cinq minutes (d’accord, dix) après la fin de ma lecture. Elle déborde donc d’un enthousiasme totalement immodéré mais elle me plaisait bien comme ça. Je trouvais qu’elle rendait bien hommage au grain de folie de l’autrice et qu’elle collait au texte. Du coup, pardonnez moi d’avance ! Allez, on va stopper tout de suite le suspens: J’ai adoré du début à la fin. Quel kiff, disons le clairement, de retrouver ces personnages que je côtoie maintenant depuis juillet 2017. Morgane Caussarieu m’a rendue aussi accro que JF aux bains de sang ! Mais reprenons depuis le début…

Rouge Venom est la suite directe de Rouge Toxic et se place dans le même univers que Dans les veines et Je suis ton ombre. On y retrouve d’ailleurs certains personnages, notamment mes deux chouchous, JF et Gabriel. La Red saga (marque déposée, non je déconne 😉 ) peut se lire indépendamment des deux textes édités chez Mnemos mais ce serait une grave erreur de les bouder. Même si l’autrice place des rappels et des références, je pense qu’on ne peut profiter pleinement de Rouge Venom qu’à condition de connaître les histoires racontées dans dans les précédents romans, ce qui était moins le cas avec Rouge Toxic. Du coup, je ressens Rouge Venom comme un tome de transition, un retour aux sources pour Morgane Caussarieu qui se laisse une porte ouverte pour une suite. Et je prie pour qu’elle l’écrive !

Dans Rouge Venom, nous retrouvons Barbie qui a découvert la nature de l’expérience que son père a pratiqué sur elle ainsi que Faruk, toujours amoureux de cette fille littéralement programmée pour le tuer. Tous les deux sont paumés et cherchent leur chemin. Les chapitres à la première personne s’enchaînent alors mais pas seulement de leur point de vue comme c’était le cas dans Rouge Toxic. On suit désormais aussi Emma, la scientifique devenue vampire qui a synthétisé le sérum de sevrage ainsi que JF, le vampire trash punk qui ne connait pas le sens du mot limite. Sans compter Gabriel et d’autres petites surprises dont je ne vous parle pas pour ne pas vous spoiler. Chaque personnage s’exprime différemment mais tous ont globalement des tons assez familiers voire argotiques à certains moments, ce qui peut déplaire à certains lecteurs mais moi, j’ai trouvé ce choix super immersif. Ça dynamise le texte qui se lit très vite.

Très et presque trop. Je l’ai dévoré en un peu plus de deux heures de lecture. Allez, trois, je l’ai achevé le lendemain matin parce que je suis rentrée de salon trop épuisée et mes yeux se fermaient tout seul. L’action s’enchaine sans temps mort et certains ressentiront probablement un manque à ce niveau. Parfois, tout va trop vite et si j’arrive à suivre sans problème parce que je pense être dans le même ordre d’idées que l’autrice, je sais d’avance que certains lecteurs ne vont pas toujours s’y retrouver. L’intrigue reste assez standard au fond mais la forme nous permet de l’oublier sans problème. Parce qu’on s’intéresse aux personnages et à leur devenir avant tout le reste.

Le classement young adult du récit empêche l’autrice de s’attarder sur des scènes qui auraient été davantage développées dans ses premiers textes. Non pas que je suis affamée de gore et de malsain (si si, je vous jure) mais quand on aime JF et Gabriel… Après, j’admets, c’est sans doute mon fangirlisme qui parle un peu. Beaucoup. Désolée. On reste donc dans un état d’esprit young adult pour ce qui est du sexe. Par contre, il y a pas mal de violence et ça reste globalement un récit plutôt malsain. Ça me pousse à dire que Rouge Venom se positionne plutôt à la frontière de plusieurs genres et de plusieurs types de lectorat. Je ne sais pas si je l’aurai édité en Naos, personnellement, mais j’ai toujours un peu de mal à juger où se situe la limite.

J’ai conscience de ne plus parvenir à parler de Morgane Caussarieu avec impartialité. J’aime son univers, son style et surtout, ses personnages. Je manque de recul, je vous le dis honnêtement. Alors, me demanderez vous, pouvez-vous croire un seul mot de ces lignes ? Et bien elle est quand même parvenue à me rendre accro… Ce qui n’est pas rien. Cette autrice est pour moi ce que le sang et le meurtre est à JF (c’était l’instant poésie). Je prends énormément de plaisir à la lire et j’espère qu’elle écrira encore pendant longtemps.

Par contre, même si je manque de recul, j’anticipe déjà les critiques qu’on fera au texte. Les nouveaux lecteurs auront l’impression d’être des témoins extérieurs qui n’ont pas toutes les cartes en main pour comprendre les références (raison pour laquelle je vous recommande ses autres livres AVANT et dans l’ordre chronologique s’il vous plait). Barbie est vraiment spectatrice de sa propre vie (de toute façon, je ne l’ai jamais aimée) et se réveille deux chapitres avant la fin (quand même, quelle scène !). Il y a trop de personnages pas forcément utiles (coucou Emma) et le traitement réservé aux femmes n’est pas politiquement correct (j’en connais qui vont grincer des dents, sans mauvais jeu de mots), surtout dans les chapitres du point de vue JF (en même temps, le gars nous vient des années soixante et est un vrai connard (cœur cœur)). Pourtant, dans l’univers Caussarieu, tout fonctionne bien, rien de tout cela ne me dérange et j’ai l’impression de retrouver un peu de ses premiers textes, de ceux qui m’ont totalement séduite il y a deux ans.

Alors oui, je vous recommande chaudement Rouge Venom. Et toute la bibliographie de l’autrice, comme d’habitude. Sauf si pour vous, les gentils vampires existent, qu’un personnage féminin fort et indépendant est obligatoire pour que l’histoire soit bonne ou que vous avez un souci avec le style littéraire familier. Si ce n’est pas le cas, jetez-vous sur ces textes de toute urgence !

#PLIB2019 Terre de Brume #1 le sanctuaire des dieux – Cindy Van Wilder

11
Le sanctuaire des dieux
est le premier tome de la saga Terre de Brume proposée par l’autrice belge Cindy Van Wilder. Publié chez Rageot, vous trouverez ce roman au prix de 16.90 euros.
Je remercie les Éditions Rageot pour l’envoi du fichier numérique de ce roman dans le cadre du PLIB.
Ceci est ma dix-septième lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.

Terre de Brume prend place dans un univers imaginaire qui a connu un Bouleversement. La Brume, sorte de résidu toxique émit lors de l’utilisation de la magie, s’est exfiltrée des réservoirs où on la conservait, s’est répandue sur le monde et a tué une grande partie de tout ce qui vit (faune et flore incluse, d’ailleurs il n’y a plus de vent !). Seuls quelques Survivants parviennent à exister dans des sanctuaires, sous la houlette ou la protection de certains pratiquants de la magie. Hélas, une vague de Brume dévastatrice, peuplée par des monstres, arrive droit sur le temple des prêtres de l’eau où étudie Héra pour devenir une guerrière. La nouvelle, apportée par la Sœur de Feu Intissar, déclenche la panique mais trop tard. Les deux jeunes filles vont devoir s’unir pour affronter cette menace et sauver ce qui peut l’être.

Je vais être honnête, j’étais très peu emballée à l’idée de lire ce roman. Pourtant, j’aime beaucoup l’autrice en tant que personne. En salon, elle est toujours souriante, lumineuse, elle déborde de joie de vivre. C’est super agréable de lui parler ! Mais j’avais lu son roman, Memorex et si j’avais apprécié, je n’en ai pas été transcendée. Je sais très bien que je n’appartiens pas à son public cible, peu importe à quel point ça me frustre. Le pitch ne m’inspirait pas plus que ça et le fait qu’il soit destiné à un public jeune, à la limite adolescent, me faisait m’attendre au pire. Pour ne rien arranger, le pdf offert par l’éditeur affichait une mention « Éditions Rageot 2018 » à travers toutes les pages ce qui, on ne va pas se mentir, était assez rebutant. Pourtant, j’ai commencé ce roman et l’ai lu d’une traite en un peu plus de deux heures ! Temps qu’il a fallu au train pour effectuer le trajet Liège / Mons et m’emmener à Trolls et Légendes. Ce fut donc une très bonne surprise ! J’étais tellement passionnée que, finalement, je ne prenais même plus garde à la mention en travers du texte.

Dès le départ, Cindy Van Wilder nous dépeint un univers intriguant. Le prologue nous place du point de vue de Pylos, un passeur qui se remémore du monde d’avant la Brume et qui conduit un groupe de prêtres jusqu’au pied du mont Olympus. La suite du roman se déroule 17 ans plus tard, du point de vue alterné d’Hera et d’Intissar dans des narrations à la première personne. Si ces deux héroïnes paraissent d’abord assez stéréotypées et se retrouvent vite animées par de (trop) bons sentiments, je n’ai jamais eu la sensation d’un manque de crédibilité. Même si les évènements s’enchaînent à toute vitesse, l’autrice prend le temps de développer les émotions de ses personnages sans en faire trop ou sans que ça ne devienne lourd. Certes, les héroïnes sont des adolescentes mais elles s’éloignent des habituelles gourdes ou pire, mary-sue, qu’on rencontre trop souvent dans la littérature dédiée à un public plus jeune. Si j’ai eu quelques fois envie de gifler Héra, ça m’est vite passé face aux épreuves qu’elle doit affronter. Elle a su m’impressionner par sa résilience !

L’autre personnage intéressant, du moins pour moi, c’est l’antagoniste. On ne sait pas grand chose du mystérieux Dédale au début du roman et les liens ne sautent pas tout de suite aux yeux. Pourtant, dès l’instant où il apparait, je l’ai immédiatement apprécié (ne me jugez pas ->). Il renforce l’aspect métaphorique (je vous en parle juste après) et critique sociale par la façon dont il réussit à convertir les gens à ses idéaux et par la justification qu’il donne à ses actes. Sa présence apporte une dimension supplémentaire à Terre de Brume qui n’est pas pour me déplaire.

Sur fond de métaphore environnementale (je n’ai pas pu m’empêcher de faire des rapprochements entre la brume et l’énergie nucléaire mais je me trompe peut-être), Cindy van Wilder tire la sonnette d’alarme et pousse son lecteur à réfléchir à ces problématiques tout en proposant une intrigue prenante. Certes, cette dernière n’est pas sans défaut et certaines avancées manquent de crédibilité. Comme par hasard, une des héroïnes entend une importante conversation la nuit juste avant que les deux protagonistes concernés se fassent assassiner, ce qui lui permet de quand même continuer leur quête et surtout de savoir dans quelle direction chercher. J’ai trouvé ça un peu dommage mais ce sont des ressors narratifs convenus qu’on retrouve malheureusement souvent. C’est un des points qui m’a un peu agacée toutefois je pense qu’on est moins tatillon là-dessus en littérature jeunesse / ado. Je n’en ai pas suffisamment lu pour pouvoir l’affirmer.

Autre point intéressant, le texte emprunte beaucoup à la mythologie grecque: les lieux, les décors, les noms, les conceptions, ce qui ravira les aficionados auxquels j’appartiens. L’autrice se réapproprie tous ces éléments pour créer un monde bien à elle mais référencé, dans lequel le lecteur ne se perd jamais.

Pour résumer, j’ai passé un bon moment avec ce texte et je compte même acheter la suite aux Imaginales ! Cindy Van Wilder a su me convaincre avec ses héroïnes et son surprenant antagoniste, aussi bien qu’elle a su m’immerger dans son univers aux contours prometteurs. Je recommande ce titre à ceux qui désirent s’initier à la fantasy et aux lecteurs adeptes de textes young adult, Terre de Brume leur est très clairement destiné mais il n’est pas pour autant dénué d’intérêt pour les autres. Les plus exigeants y trouveront un bon divertissement léger qui permet de souffler entre deux lectures !

Le Chant des Épines #1 le Royaume Rêvé – Adrien Tomas

9
Le Royaume Rêvé est le premier tome de la saga le Chant des Épines écrit par l’auteur français Adrien Tomas. Publié chez Mnémos, vous trouverez ce roman au prix de 19 euros.
Ce roman est ma seizième lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.

Voilà bien deux ans que cet epub traine dans ma PàL numérique. Acheté pendant une promotion estivale peu de temps après avoir lu la Geste du Sixième Royaume, il est finalement tombé dans l’oubli pour ressortir à l’occasion du PIF parce que bah… J’aime pas ne pas lire ce que j’achète. Quand même.

Le texte s’ouvre sur une présentation des différents clans dont on va parler dans le texte. Leur blason, leur histoire, l’identité de leur héritier. Ainsi, le lecteur se familiarise directement avec l’univers et il n’y a aucun doute quant à l’endroit où on se trouve ! Rien qu’à la sonorité des noms, on ressent le froid piquant du Nord. L’initiative ne m’a pas vraiment servie car je trouve que l’auteur place très bien ses personnages au fil de ses chapitre mais cela permet au moins de se rafraîchir la mémoire si, à un moment donné, on se perd ou on arrête la lecture pour x raison. Puis ça reste ludique. Bon point !

Au sein d’un roman chorale, Adrien Tomas nous propose de découvrir le destin des héritiers de clans nordiques qui ont pour projet de créer le fameux Royaume Rêvé du titre : un Nord unifié sans distinction de clan ou de caste afin de s’opposer à la menace qui plane sur eux. Enfin aux. Mais la voie empruntée est semée d’embuches. Le Nord est affaibli par des querelles entre les Quatre Citadelles. Sans parler des mandragores, vestiges de la civilisation elfique, qui apparaissent soudain et répandent la terreur dans les environs en massacrant à tour de bras. Puis n’oublions pas que ces héritiers sont des otages avant toute chose ! Ainsi, la princesse Ithaen tente de s’attacher leur loyauté en créant les Épines, une sorte de cercle d’élite composé entre autre d’Ysémir (le personnage le plus gonflant du monde), Merisia (l’apprentie de l’apothicaire) Solheim (le prince nécromant mais gentil hein, oubliez les tarés maléfiques habituels) et Vermine qui n’est princesse de rien du tout, juste une mystérieuse enfant sauvage liée à une prophétie dont on parle seulement au début du roman. En plus de ces héritiers, le lecteur suivra aussi des protagonistes mystérieux qui, a priori, n’ont rien avoir avec toute cette histoire. A priori seulement je suppose même si à la fin de ce premier tome, le lien reste obscur et titille la curiosité du lecteur.

Situé chronologiquement avant la Geste du Sixième Royaume, Adrien Tomas continue d’exploiter son vaste univers à la mythologie aussi riche qu’aboutie. À mes yeux, voilà le gros point fort du roman. Il transforme les races classiques pour leur donner un nouveau souffle, ce qui est très appréciable. Pour exemple, jusqu’au siècle dernier, les Elfes gouvernaient les humains, réduis en esclavage. Suite à une révolte, ils se sont réfugiés dans la forêt en laissant derrière eux un peu de leur sombre magie, notamment les mandragores mais pas que. Et forcément, quelqu’un a décidé de l’exploiter à des fins plus ou moins nobles. À vous de juger.

Je pense que ce roman est présenté comment destiné à un public adulte mais je l’ai trouvé plutôt parfait pour des ados ou des gens qui veulent s’initier à la fantasy. Vous me direz, c‘est normal, les princes en question SONT des ados en pleine recherche d’eux-même mais ce premier tome manquait parfois de nuance dans la psychologie des protagonistes et de surprises dans son action. Si certains éléments de l’intrigue ne manquent pas d’originalité, on devine trop facilement l’identité de ceux qui évoluent dans l’ombre (et dont on ne cite pas les noms pour entretenir le mystère), ce qui contribue à installer un faux suspens. En fait, seulement deux personnages collent vraiment à mes goûts et mes attentes: Ténèbres et la Locuste (cœur sur lui !) dont les manigances parviennent à entretenir mon intérêt. Il a l’air de manquer un sacré grain à ce type en plus. Donc forcément…

Si l’intrigue reste classique dans ce tome introductif, la fin laisse présager un développement plus complexe et sans doute plus sombre, il suffit de voir les titres des deux autres tomes pour s’en convaincre (ou pour l’espérer). Je gardais un autre souvenir de la fantasy d’Adrien Tomas (plus sombre, subtile, dérangeante) et en attendais autre chose. Du coup ce tome m’a déboussolée mais je lui reconnais volontiers des qualités prometteuses. Si ses personnages sont encore assez bruts et qu’à une ou deux exceptions, on a quand même droit à une bonne dose de manichéisme, les indices dissimulés dans le texte laissent à penser que ça ne durera pas. De plus, l’écriture fluide et maîtrisée de l’auteur en font un page-turner efficace dont on se surprend à vouloir connaître la suite.

Pour résumer, si je m’attendais à autre chose et que tout n’est pas parvenu à m’enchanter, j’ai tout de même passé un agréable moment lecture avec le Royaume Rêvé qui pose des bases prometteuses pour la suite de la trilogie. L’aspect roman chorale permet au lecteur de découvrir énormément de protagonistes et il s’en trouvera toujours au moins un pour vous plaire. De plus, l’auteur est un habitué de fantasy doublé d’un passionné et ça se sent quand on le lit. Finalement, ce livre a le problème de tous les tomes introductifs tout en réussissant à accrocher suffisamment pour donner envie de lire le second volet. Une réussite, si on résume. Personnellement, je vais laisser sa chance à la suite.

#PLIB2020 Les Nocturnes – Tess Corsac

Les-Nocturnes
Les Nocturnes est un one shot écrit par l’autrice française Tess Corsac. Publié chez Lynks Éditions, vous trouverez ce roman au prix de 16.90 euros.
Je remercie Bleuenn pour ce service presse et pour la jolie box pleine de goodies qui allait avec ! Que de belles surprises 🙂
Ceci est ma quatorzième lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.

Les Nocturnes est un roman narré à la première personne qui nous fait suivre le personnage de Natt Käfig, un jeune Rouge qui étudie à l’institut de la Croix d’iIf. Natt commence à prendre conscience qu’il lui manque des pans entiers de son passé et se retrouve embarqué au sein d’un groupe secret appelé « Nocturnes » dont le but est de dévoiler les mystères de l’endroit où ils sont, semble-t-il, retenus prisonniers.

J’aimerai en dire davantage mais ce serait spoiler des morceaux entiers de l’intrigue et je m’y refuse. Il faudra donc s’en contenter ! Je vais essayer de détailler ma chronique en évitant de trop vous en révéler.

Les Nocturnes est un roman intelligent et très actuel qui offre une notamment une réflexion approfondie sur la justice. Le texte remet en question les concepts de victime, de bourreau, comment il est facile de passer de l’un à l’autre, comment le système peut se montrer défaillant et frustrant, comment on peut être tenté de faire justice soi même avec les conséquences que cela implique. Bref, il met en scène la pluralité parfois douteuse de ce qu’on regroupe sous ce simple mot : justice. Je trouve qu’un roman comme celui là est très moderne et s’inscrit dans notre actualité. C’est un texte que j’aimerai faire lire à des jeunes pour les encourager à réfléchir dessus. Certaines scènes reprennent les débats qu’on peut entendre au quotidien à ce sujet et je n’ai pas pu m’empêcher de faire des liens avec, par exemple, les attentats terroristes. Notamment quand on juge tout un groupe sans vraiment chercher au delà des apparences, qu’on punit des innocents pour les crimes d’autres coupables ou certains coupables pour des crimes d’autres coupables en mettant tout le monde dans le même sac. Ça m’a sauté aux yeux mais peut être que j’interprète trop ?

Je vais mettre le paragraphe suivant en blanc car il contient une révélation du roman. Il suffit de passer votre souris dessus si vous désirez le lire. La suite de la chronique qui n’est pas caché ne contient aucun spoil. Tout à l’heure j’ai évoqué un profond développement sur la psychologie humaine et ça va vous paraître paradoxal avec ce que je dirai des personnages un peu plus bas mais bref, on y reviendra. Dans le texte, Natt apprend que les gens de l’institut n’ont pas volé leurs souvenirs mais qu’il a été volontaire pour une expérience de mnémochirurgie. Il commence donc à essayer de découvrir le pourquoi du comment, en s’investissant auprès du groupe des Nocturnes. Je ne vous dis pas pour quel résultat. J’ai trouvé que l’autrice mettait bien en avant tout le paradoxe de l’être humain et toute l’importance des souvenirs dans la formation de la personnalité d’un individu. Elle pousse le lecteur à se demander ce que lui aurait fait dans cette situation et surtout, à ne pas juger trop vite. core plus flagrant avec le personnage de Léo. Côté crédibilité psychiatrique, ça m’a parlé.

Dans quel genre littéraire se classe les Nocturnes? Difficile à dire… Tout au long de ma lecture, j’ai cru lire un texte contemporain mais en découvrant le dossier de Natt, j’ai lu des dates notées -46 donc de deux choses l’une: soit on est dans le passé et donc dans une sorte d’uchronie (quoi que légère) soit on est dans le futur. L’idée de mnémochirurgie et la présence de drones me ferait plutôt penser à un roman d’anticipation dans un futur pas si lointain mais tout aussi angoissant que notre présent.

Enfin, évoquons la plume de l’autrice. Tess Corsac use d’un style simple à la première personne. Les pages se tournent toutes seules mais Natt me semble plus témoin que protagoniste. C’est ce que j’ai voulu dire dans le paragraphe avant. L’autrice parle de psychologie d’une manière poussée mais ne développe pas suffisamment, selon moi, ses personnages. Parfois tout est trop rapide et pas assez intense sur les émotions. J’aime quand ça bouge mais là, il y avait trop d’ellipses pour permettre d’installer une tension palpable ou une empathie avec les personnages. J’ai tourné les pages avec curiosité sans être toutefois immergée dans le récit via les protagonistes. Une distance restait bien là, ce qui ne m’a pas empêchée de prendre du plaisir à lire ce roman. Simplement, j’ai été davantage touchée par les idées que par les différents héros qui sont d’ailleurs bien trop nombreux. Plus d’une fois j’ai confondu un prénom avec un autre, c’était frustrant.

Pour conclure, les Nocturnes fut une bonne lecture dans l’ensemble. À travers une intrigue simple mais pas manichéenne, ce roman propose une réflexion sur le concept de justice et développe avec justesse la complexité de la psychologie humaine. Si les protagonistes manquent un peu de profondeurs (je sais, ça parait paradoxal avec mon affirmation précédente ! ) et sont trop nombreux pour qu’on s’y attache vraiment, le style simple et rythmé de l’autrice donne envie de tourner les pages. On arrive à la fin sans s’en rendre compte ! C’est un livre que je recommande aux lecteurs qui aiment les romans d’anticipation.

Frankenstein 1918 – Johan Heliot

frankenstein_1918.indd
Frankenstein 1918
est un one-shot dans la veine de l’uchronie proposé par l’auteur français Johan Heliot. Publié chez l’Atalante dans sa collection La Dentelle du Cygne, vous trouverez ce roman au prix de 16.90 euros.
Ceci est ma treizième lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.

Frankenstein 1918 est une uchronie qui part du principe suivant: et si la première guerre mondiale ne s’était pas terminée en 1918 mais avait duré jusque bien plus tard ? Les Anglais, en mauvaise posture, décident de lancer l’opération Frankenstein sous la direction secrète de Churchill. Son but? Créer des soldats à partir de la chair de ceux morts au front, afin d’envoyer des bataillons entiers de « non-nés » capables de résister aux assauts des prussiens, sans ressentir ni la peur, ni la douleur. Parmi eux, on retrouve Victor ou 15-007, premier « frankie » à avoir survécu au processus.

L’histoire se construit à travers une série de témoignages scripturaux retrouvés dans des carnets par un historien. Celui de Victor, au moment où sa conscience et son intelligence lui reviennent totalement au point qu’il éprouve le besoin d’écrire ce qu’il a vécu. Celui de Churchill également, avec ses « mémoires secrets » (non c’est pas une faute 🙂 ) et enfin Edmond Laroche-Voisin, le fameux historien passionné qui va découvrir cette histoire par le plus grand des hasards et décider d’en faire son sujet de thèse. C’est lui qui va compiler et traduire les carnets tout en y ajoutant des passages plus personnels. Parce qu’Edmond va devoir enquêter, en compagnie d’Isabelle, pour combler les trous de l’Histoire. Pour cela, il va se rendre dans les ruines radioactives d’une Londres bombardée et détruite.

Je ne suis pas forcément une adepte de ce type de narration mais je trouve que Johan Heliot réussit très bien son coup ici. Ce n’est pas Edmond qui va publier l’histoire mais sa fille, en ajoutant un avertissement aux lecteurs. À plusieurs reprises, l’historien insiste sur le fait qu’il a retravaillé le texte. Ce choix justifie l’aspect romancé de certaines scènes des carnets qui, autrement, paraitraient trop factices, ainsi que les ellipses parfois de plusieurs années. Sur un plan personnel, ça a freiné ma lecture mais je sais que beaucoup de lecteurs ne sont pas dérangés par ce type de narration puis ça a au moins le mérite d’être original.

Frankenstein 1918 est donc une uchronie mais c’est surtout une réflexion sur la guerre, sur la condition humaine et, plus important encore, sur le devoir de mémoire. D’ailleurs, le roman se termine sur ces quelques mots qui se suffisent à eux-mêmes: « (…) n’oubliez jamais le sacrifice des générations qui vous ont précédé et rappelez-vous les leçons d’Histoire car c’est le seul moyen d’éviter de répéter les erreurs de vos aînés. »

Ces réflexions arrivent à travers celles des personnages et de leurs actions qui sont nombreuses, souvent brutales. Les choix de Churchill, par exemple, mettront le lecteur mal à l’aise. Peut-on vraiment tout accepter au nom du plus grand bien? Chacun y va de son opinion et Johan Heliot rappelle ainsi que rien n’est jamais blanc ou noir. Et qu’il est facile de juger d’un œil extérieur quand on ne se salit pas les mains. D’ailleurs, c’est un peu ce que j’ai fait à la fin pour tout ce qui concerne Isabelle !

Pour résumer, Johan Heliot affirme avec Frankenstein 1918 son statut de maître ès uchronie. C’est un plaidoyer vibrant en faveur du devoir de mémoire accompagné d’une réflexion intelligente sur la condition humaine. Ses clins d’œil aux personnages historiques et à ceux de la littérature populaire anglaise plairont aux adeptes du genre. Le récit, construit comme un assemblage de témoignages à des fins de publication scientifique, marque par son parti pris esthétique qui ne plaira pas à tout le monde mais qui a le mérite d’oser quelque chose d’inhabituel. J’ai passé un bon moment avec ce texte que je recommande à ceux qui aiment l’uchronie ainsi que la période « Grande Guerre ».

Les Révoltés de Bohen – Estelle Faye

les-revoltes-de-bohen-1161834
Les Révoltés de Bohen
est la suite des Seigneurs de Bohen, un roman proposé par l’autrice française Estelle Faye. Publié chez Critic, vous trouverez ce texte en papier au prix de 25 euros.
Ceci est ma douzième lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.

Le récit se déroule quinze ans après les évènements narrés dans les Seigneurs de Bohen. Une nouvelle narratrice raconte de quelle façon la révolution a continué, a en partie échoué, les conséquences que cela a eu et comment le peuple de Bohen en est arrivé à cette Seconde Révolution. À mon sens, le texte peut très bien se découvrir de manière indépendante car l’autrice ravive notre mémoire -sans alourdir le texte- en plaçant des rappels de ci, de là. Ils prennent une dimension particulière pour ceux qui ont découvert le premier livre mais permettent aussi à ceux qui ne sont attirés que par les Révoltés de se passer de lire le roman qui lui est lié. Toutefois, croyez moi, ce serait une très grande perte pour vous !

Tout au long des 733 pages réparties en plus de 100 chapitres, Estelle Faye offre un roman chorale de grande envergure qui nous permet de voyager aux quatre coins de Bohen. Nous y retrouvons les personnages du premier tome sous un jour différent, ainsi que certains nouveaux qui ne sont pas pour déplaire. J’aimerai beaucoup en dire davantage mais cela impliquerait de spoiler une partie des Seigneurs de Bohen et je m’y refuse catégoriquement.

J’ai relevé dans cette suite des qualités identiques à celles détaillées dans ma chronique des Seigneurs de Bohen. Je vais commencer par évoquer les personnages multiples et tous représentatifs d’une partie du monde où l’intrigue ne cesse de sauter. On apprend quel destin ont eu ceux qu’on connaissait, on se surprend à en retrouver d’autres mais ce qui est certain, c’est qu’aucun ne laisse indifférent. Qu’on les aime ou non, qu’on les comprenne ou non, la magie d’Estelle Faye opère et le lecteur se retrouve facilement embarqué dans une intrigue qui trouve son origine dans les passions humaines et dans les ambitions bassement matérielles. Le tout sur fond de richesse culturelle, parce qu’on en rencontre des peuplades ! Pour prendre toute la mesure des Révoltés de Bohen, il faut abandonner nos propres convictions pour se laisser porter par celles des personnages dont on suit l’évolution. Personnellement, c’est quelque chose que je recherche avec avidité dans mes lectures et que j’ai trouvé sans difficulté ici.

Cela donne évidemment un roman très immersif. Si j’ai ressenti une énorme frustration à suivre certains personnages au lieu d’autres, j’ai à nouveau eu les larmes aux yeux à la fin et c’est la marque des grands textes, parvenir à nous tirer des émotions sincères alors qu’on sait très bien que c’est une œuvre de fiction. Mais Estelle Faye donne si bien vie à Bohen qu’on ne peut pas rester de marbre à sa lecture.

Est-ce pour autant de la dark fantasy, comme semble le présenter l’éditeur? À mon sens, non, pas totalement. Le texte est résolument destiné à un public adulte, mâture. Il contient des scènes violentes et à caractère explicite. Il ne souffre pas d’anthropocentrisme ni même de manichéisme et il apporte bien une réflexion sur les côtés sombres de l’humain. Les personnages ont tous des caractères différents et ne peuvent pas se comparer avec des héros au sens classique du terme d’autant que l’autrice exploite les psychologies dites « déviantes » pour notre plus grand plaisir. Malgré cela, il véhicule un fort message d’espoir qui continue d’éclairer l’horizon et qui ne colle pas trop avec ce qu’on attend au sein de ce genre littéraire. Ni avec le ton fataliste des Seigneurs de Bohen. Après, on est d’accord, tout ça ne sont que des classifications éditoriales et ça n’empêche pas Estelle Faye de brasser plusieurs thématiques aussi fortes que contemporaines. Notamment la tolérance, le droit des femmes, le mariage pour tous, la sexualité sous ses différentes formes, pour ne citer que cela.

Ainsi, l’autrice nous offre une œuvre aussi immersive qu’engagée. Ce texte souffre moins des longueurs ressenties dans les Seigneurs de Bohen et on sent qu’elle est encore parvenue à s’améliorer. Comme quoi, tout est possible ! Et pour ne rien gâcher, elle choisit de développer toute une nouvelle mythologie autour des Wurms qui sont absolument fascinants. Je rêve d’une préquelle à leur sujet, qu’on se le dise. Et pas uniquement parce que Morde (♥) est mon personnage préféré.

Pour résumer et si ce n’était pas clair, j’ai eu un gros coup de cœur pour ce roman. L’univers de Bohen m’est particulièrement cher et Estelle Faye lui a donné une suite à sa hauteur. J’ai été embarquée par son intrigue sans temps mort et par ses personnages toujours aussi fascinants. L’autrice ose une fois de plus sortir des sentiers battus et je ne peux qu’espérer que la dernière phrase du roman soit une promesse faite à ses lecteurs avides d’en avoir encore ! Je vous recommande plus que chaudement de découvrir cette saga de toute urgence, d’autant que les Seigneurs de Bohen sort en poche début juin. Plus aucune excuse pour reculer 🙂

L’Enfer du Troll – Jean-Claude Dunyach

19
L’Enfer du Troll est un roman court parodique dans la lignée de l’Instinct du Troll écrit par l’auteur français Jean-Claude Dunyach. Édité par l’Atalante, vous trouverez ce roman en papier au prix de 12.90 euros.
Je remercie Emma et les Éditions Atalante pour ce service presse !
Ce roman est ma onzième lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.

Cette chronique sera un peu plus courte que les autres car je me rends compte que je n’ai pas grand chose à rajouter par rapport à ce que j’ai déjà pu dire dans l’Instinct du Troll.

L’Enfer du Troll est donc la suite de l’Instinct du Troll. On y retrouve les personnages du troll, de sa trollesse (ce qui offre un point de vue un peu plus féminin), de Cédric, Sheldon et Brisène, en route pour empêcher l’apocalypse et le tout avec un budget s’il vous plait ! Sous un format à 100% roman cette fois, Jean-Claude Dunyach reste sur son concept premier en offrant une délicieuse parodie de l’administration, du capitalisme, avec des références et des clins d’œil disséminés un peu partout.

Mais pas seulement !

L’aspect supplémentaire, par rapport au tome précédent, c’est qu’on en apprend davantage sur les trolls et sur leur intimité. C’est presque ethnologique comme livre, je trouve que la façon dont Jean-Claude Dunyach construit sa mythologie dénote une grande imagination et beaucoup d’originalité. Cela change de la vision qu’on a usuellement de la race troll. Le couple entre le Troll et la Trollesse fonctionne bien et les quelques conseils maritaux dispensés dans le roman ne manquent pas d’humour. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est la confrontation de plusieurs cultures. Ici, en l’occurrence, celle des trolls et celle des humains. Cela change agréablement de l’ethnocentrisme qu’on retrouve trop souvent en fantasy tout en permettant une critique pertinente de nos habitudes.

Pour résumer, l’Enfer du Troll est le digne successeur de l’Instinct du Troll. Il suit la même ligne directrice en proposant une parodie pleine d’humour et complètement décalée, qui s’assortit d’une critique sociale bien marquée dans le sous-texte. Réfléchir en s’amusant? Avec Jean-Claude Dunyach, c’est possible ! Et le tout sans ethnocentrisme, s’il vous plait. J’ai à nouveau passé un excellent moment et je compte bien me pencher sur les autres œuvres de ce talentueux auteur.

La Voie du Sabre – Thomas Day

18
La Voie du Sabre
est un one shot de fantasy japonaise écrit par l’auteur français Thomas Day. Vous trouverez ce roman en version poche chez Folio SF au prix de 6.80 euros.
Je confirme donc qu’il s’agit d’un one-shot et que c’est la BD adaptée du roman qui est en trois tomes, une pour chaque partie du texte.
Ce roman est ma dixième lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.

C’est grâce aux blog-potes que j’ai découvert ce monument de fantasy nippone écrit par un auteur français. Alors merci au Troll et au Lutin de participer si activement à la construction de ma culture 🙂

Mikédi est le fils d’un grand chef de guerre. Dans l’espoir d’assouvir ses propres ambitions, son père le confie à un rônin, le célèbre Miyamoto Musashi. Pendant six ans, ils vont parcourir ensemble le chemin menant à Edo afin que Mikédi puisse épouser la fille de l’Empereur et parfaire son apprentissage du Secret. Hélas pour Mikédi, qu’on surnomme bientôt Oni, la tentation du pouvoir est grande et les conséquences, terribles.

La Voie du Sabre est une uchronie fantasy inspirée du Japon médiéval et de certains personnages historiques dont principalement Miyamoto Musashi que vous connaissez peut-être pour son célèbre Traité des Cinq Roues. Il s’agit d’un personnage fameux à cheval sur la fin de l’ère féodale et le début de l’ère Edo, grand samouraï, artiste et philosophe. Le retrouver ici romancé et librement réadapté par l’auteur dans une diégèse imaginaire plaira autant à ceux qui connaissent son histoire qu’aux novices car l’auteur a eu l’idée de mettre un petit explicatif au début du roman. Ainsi, on peut facilement tisser des liens et repérer les clins d’œil au sein du texte. Notamment par la façon dont l’histoire est posée, qui n’est pas sans rappeler la propre fin de Miyamoto Musashi.

J’en profite pour préciser que Thomas Day propose plusieurs aides au sein de son roman pour ceux qui ne sont pas familiers de la culture japonaise ou de son vocabulaire. Notamment un lexique qui peut se révéler utile, en plus de son avant propos sur Miyamoto Musashi.

L’uchronie du texte devient fantasy à partir du moment où l’auteur incorpore des monstres extraordinaires, des magiciens et des empereurs-dragons, mélangeant ainsi les mythes et les légendes nippones pour donner à son récit une saveur particulière. Adorant tout ce qui touche à la culture japonaise, j’ai été immédiatement séduite par les idées développées dans la Voie du Sabre qui offre un mélange assez fin entre philosophie, récit initiatique et magie.

Si le style de Thomas Day reste moderne, il rend tout de même hommage aux romans japonais (et à la culture qui s’y associe) par sa façon de poser son récit. Par exemple, il souvent plusieurs années sur quelques lignes, en se concentrant sur des scènes clés à forte signification philosophique, éclipsant le reste ou le résumant en quelques explications utiles. Ainsi, les chapitres sont courts, immersifs et dynamiques. On peut aussi ajouter la présence de l’érotisme et du corps féminin, assez typique du Japon autant dans la littérature que dans leur cinéma (et non, je ne parle pas de hentaï 🙂 par contre si vous n’avez jamais vu l’empire des sens… ) Si je ne savais pas l’auteur français, j’aurai presque pensé à une traduction d’un écrivain du cru. Chapeau !

Puisque Mikédi raconte son histoire, le roman est écrit à la première personne. Cela permet de suivre un anti-héros qui critique a posteriori ses actions et ses erreurs, qui les décortique et les analyse. L’œil qu’il pose sur lui-même permet au lecteur de ne pas totalement le mépriser pour ses actions et même parfois de le comprendre. J’ai, personnellement, vraiment apprécié ce personnage avec ses failles et ses évolutions. Son parcours initiatique sort des sentiers battus et la relation qu’il développe avec son maître change de ce dont on a l’habitude. Le lecteur suit l’enchainement de ses choix avec une fascination morbide et se régale comme devant un bon manga.

Pour résumer, la Voie du Sabre est un texte brillant qui rend un vibrant hommage au Japon et à sa culture littéraire. On sent l’auteur passionné par son sujet au point de nous livrer un page-turner haletant avec un héros qui restera longtemps dans ma mémoire. J’ai adoré ce texte et je vous le recommande très chaudement ! D’autant que l’auteur sera à Trolls et Légendes, je vais donc me faire un plaisir de le rencontrer 🙂

Frères d’enchantement – Siana

xcover-2801
Frères d’enchantement est un one-shot de fantasy proposé par l’autrice française Siana, dont c’est le premier roman. Éditée chez Rroyzz Éditions dont je découvre pour la première fois un ouvrage (en même temps que leur existence), vous trouverez ce titre au prix de 17 euros.
Je remercie l’autrice pour l’envoi de ce service presse via SimplementPro.
Ce roman est ma neuvième lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.

J’ai découvert ce roman un peu par hasard au détour d’une chronique de la blogpote FungiLumini. Très intriguée par le pitch et par son retour enthousiaste, j’ai tenté ma chance pour recevoir le roman en service presse et j’ai bien fait parce qu’honnêtement, ça a été une belle surprise !

Nous suivons deux personnages en parallèle. Le premier est Ensio, un fier milicien et héros de sa cité. Au début du roman, on le voit tuer son ami d’enfance, devenu un renégat. L’acte en lui-même n’est pas anodin mais le plus difficile à vivre pour Ensio, c’est ce silence dans sa tête car Ljuka et lui partageaient un lien télépathique depuis l’enfance. Ensio va alors tout tenter pour ne pas sombrer dans la folie. Avec un succès assez relatif.
Le second est Ljuka, dans le passé. Le lecteur l’accompagne au fil de son histoire et comprend les raisons qui le poussèrent à agir comme il l’a fait. On voit également le début de son amitié avec Ensio, la façon dont ces deux amis vont s’éloigner, etc.

L’alternance des points de vue et des époques est bien gérée par l’autrice et permet une immersion dans la psyché de ses deux héros ainsi que dans l’univers unique créé par elle. La narration à la première personne est adaptée à la dimension psychologique du texte et chaque personnage est assez bien caractérisé. Ma préférence va toutefois à Ljuka, pour qui j’ai éprouvé énormément d’empathie contrairement à Ensio que j’ai eu envie de gifler jusqu’à la dernière page du roman. D’autant que la fin est assez malsaine. J’ai du mal à décider si c’était l’intention de l’autrice ou si elle a pensé que l’idée d’Ensio était vraiment bonne mais je suis restée scotchée par un tel égoïsme de la part du personnage. C’est aussi la marque d’un bon roman immersif: le lecteur se prend au jeu, vibre avec les protagonistes. Le seul point négatif que je relèverai par rapport à cet aspect c’est que l’autrice a passé tellement de temps à développer Ensio et Ljuka que, finalement, les personnages secondaires paraissent caricaturaux, sans vraie profondeur et juste bon à remplir des rôles prédéfinis à l’avance pour le bon déroulement de l’histoire. C’est le cas notamment de l’épouse d’Ensio, une femme que les deux amis ont aimé en leur temps.

Frères d’enchantement, c’est donc l’histoire d’une amitié qui se mue en haine et en incompréhension. À cause du système de classe assez rigide, Ensio ne parvient pas à comprendre le goût de son ami pour les arts des Mécanistes ni son « manque d’ambition » à ne pas vouloir décrocher un titre de Maître. L’air de rien, le parallèle avec notre propre société est assez évident et le message de l’autrice plutôt fort: il faut vivre pour soi-même, pour ce qui nous rend heureux, et pas pour l’image qu’on montre à la société. Je valide à 200%.

Il s’agit d’un premier roman mais Siana possède déjà une plume prometteuse quoi que jeune. Il reste des tournures faibles et des répétitions qu’on pardonne volontiers. En plus d’une écriture qui a déjà sa personnalité, Siana jouit d’une imagination débordante. Son univers se révèle original et bien construit avec la présence d’une magie qui est très scientisée. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte mais les chapitres de Ljuka permettent de vraiment bien mettre en place tout cet aspect et d’évoluer en même temps que les protagonistes. À travers son intrigue, l’autrice développe aussi une réflexion marquée sur la lutte des classes et la révolution sociale, qui ne manquera pas de pousser les lecteurs à la réflexion, surtout par les temps qui courent. Parvenir à mêler le divertissement à l’engagement politique, le tout dans un premier roman… Moi je dis bravo.

Pour résumer, Frères d’enchantement est un premier texte de fantasy adulte bien mené. L’autrice propose de suivre Ensio sur les chemins de la folie et Ljuka sur celui de la révolution dans une alternance de point de vue maîtrisée et immersive. Sa plume jeune, son univers personnel et ses idées originales donnent du peps à ce premier roman qui est, pour moi, une belle découverte que je recommande volontiers !

Neph et Shéa #1 La Fuite – Aline Wheeler

couv-ebook-ok
La Fuite est le premier tome de la saga fantasy Neph et Shéa proposé par l’autrice belge Aline Wheeler. Disponible en auto-édition, vous trouverez cet ouvrage sur bon nombre de plateformes dédiées, autant en papier (au prix de 16 euros) qu’en numérique, avec également une version disponible pour les personnes dyslexiques !
Ce roman est ma huitième lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.

Le roman se déroule en Tell’Andra, un monde imaginaire de fantasy médiévale. Nous y rencontrons deux personnages. D’un côté, Neph qui veut échapper à une destinée guerrière alors qu’il est barde et de l’autre Shéa, héritière de la Tour des Ombres qui doit s’enfuir pour sauver sa vie face aux velléités meurtrières de sa famille. Leurs chemins vont se croiser et les mener jusque chez Berth, un étrange vieux monsieur qui a plus d’un tour dans son sac et se révèle proche ami de la Reine. Cette dernière va leur confier une mission d’escorte qui en cache une autre, un peu moins officielle.

J’ai un moment hésité à chroniquer ce texte, je voulais prendre le temps de bien réfléchir sur ce que j’allais dire à son sujet. Ce qui est certain, c’est que ce n’est pas mon genre de fantasy. Elle est trop accessible, trop tout public et comporte pas mal d’éléments trop attendus à mon goût. On reste dans un texte assez classique dans un univers médiéval qui répond aux codes du genre. Et ce n’est pas un mal ! Je ne doute pas que ce texte plaira à un grand nombre de lecteurs, simplement je ne suis pas le public cible.

Au fil de ma lecture, j’ai eu le sentiment de me retrouver dans un jeu vidéo. Le premier nom qui me vient à l’esprit étant World of Warcraft, mais c’est peut-être parce que j’y joue sans discontinuer depuis 2014. Rien que la couverture qui donne directement le ton, je trouve que le personnage féminin (pour représenter Shéa?) ressemble furieusement aux kaldoreis. Toutefois, ce n’est pas une gêne en soi puisque le contenu répond à l’attente du graphisme soigné (parce qu’elle claque quand même cette couverture !), surtout dans la forme narrative et dans la présentation des protagonistes.

En effet, les personnages entrent tous dans des cases attendues et propres au genre littéraire. J’aurai souhaité davantage de nuances sur leur psychologie et leur histoire personnelle. Il est certain qu’on ne peut pas révolutionner le genre à chaque livre toutefois la Fuite souffre des défauts inhérents à un premier roman. Il manque de prise de risque et les scènes d’exposition à travers laquelle l’autrice développe son univers, dans une série de dialogues entre plusieurs personnages, sonnent artificielles. Du coup, difficile de vraiment s’attacher à l’un des héros. Sans compter que le ton général est trop positif, trop de bons sentiments qui me paraissent faux mais j’admets volontiers que je suis miss cynisme et faux-semblants en mode esprit tordu, du coup forcément…. Peut-être que, dans le second tome, l’autrice étonnera ses lecteurs là-dessus mais pour le moment tout le monde fait confiance un peu trop facilement à des inconnus sous prétexte d’un lien familial inconnu jusqu’ici. Les personnages ne sont pas assez méfiants compte tenu de leur histoire personnelle (surtout Shéa) et c’est dommage. J’aurai aimé plus de tensions mais ces choix narratifs collent bien au message positif sur la ténacité et l’espérance qui traverse tout le roman.

Pourtant, ce texte est pas mal, d’autant qu’il s’agit d’un premier roman et en auto-édition ! Alors oui, il y a parfois des scènes d’exposition pas forcément utiles et quelques fautes se cachent encore au détour du texte mais je trouve que globalement, le travail de l’autrice est soigné, ce qui n’est pas une mince affaire quand on s’occupe de tout soi-même. Elle propose un univers bien à elle et hyper référencé qui plaira pourtant davantage aux novices qu’aux habitués mais il faut des romans pour tous les publics. Au fond, Neph et Shéa est parfait pour s’initier au genre de la fantasy et c’est davantage dans ce but que je le recommande. D’autant que la plume de l’autrice est simple et accessible. Aline Wheeler dépeint son univers avec brio et on n’a aucun mal à se représenter non seulement les paysages mais aussi les scènes d’action hautes en couleur qui rappellent le médium vidéoludique. J’ai beaucoup aimé ces sorts colorés, ces ombres insidieuses, ces combats bien menés, c’était rythmé et prenant.

Pour résumer, même si ce roman n’était pas accordé à mon goût personnel, je n’ai aucun mal à lui trouver des qualités qui en font un titre parfait pour s’initier à la fantasy. L’aspect jeunesse justifie certains de ses défauts et le travail en auto-édition de l’autrice est assez remarquable, surtout pour le paysage francophone. Son univers dispose d’une véritable identité et sa plume dynamique rend l’action vivante. En tant que lecteur, on n’a aucun mal à se laisser emporter dans ce bon divertissement de fantasy médiévale.