La Magie de Paris #1 le Cœur et le Sabre – Olivier Gay

la-magie-de-paris,-tome-1---le-coeur-et-le-sabre-971971

La Magie de Paris est la nouvelle saga type « ado » de l’auteur Olivier Gay, dont je vous ai déjà parlé avec Les Épées de Glace. J’ai reçu ce premier tome en service presse de la part de Castelmore (via le site NetGalley) que je tiens à chaleureusement remercier pour leur confiance ! La sortie de ce roman est prévue pour le 18 octobre 2017 au prix de 14.90 euros.

Ce premier tome pose les bases d’un univers prometteur. Comme son titre l’indique, nous nous trouvons à Paris, un Paris contemporain du nôtre et nous rencontrons Chloé, une adolescente un peu comme les autres, avec ses réussites et ses problèmes. Elle a seize ans, est trop grande pour son âge, pratique l’escrime depuis qu’elle a huit ans et a la chance d’être sélectionnée pour les championnats régionaux. Alors qu’elle s’entraîne au gymnase le soir, elle assiste à une scène surréaliste: Thomas, un garçon plutôt introverti qui est dans la même classe qu’elle, se fait attaquer par une créature humanoïde (une Goule, comme on l’apprend plus tard). Plutôt que de se cacher, elle décide de l’aider et est gravement blessée dans l’aventure. Dans la panique, Thomas pratique alors un rituel interdit qui va lier Chloé à lui.. Parce que oui, Thomas est un mage.

Nous sommes donc dans un monde où la magie est présente, mais ne vous attendez pas à croiser des baguettes magiques ou des mages à la Fairy Tail. Ici, les incantations sont longues, poétiques (enfin euh…) pas toujours (jamais) pratiques en combat, et c’est la raison d’être des Chevaliers. Cela n’empêche pas le roman de contenir beaucoup d’action, bien maîtrisée. Les duels à l’épée sont immersifs, on sent que l’auteur s’y connait en escrime et peut-être pratique-t-il lui-même. Les références pop culture du roman sont présentes juste comme il faut, sans trop en abuser. Je trouve que Chloé sonne très vrai pour une adolescente et je me suis immédiatement identifiée à elle pour beaucoup de raisons. D’abord parce que je suis moi-même une fille très grande et que j’ai connu les moqueries liées à cet état. Ensuite parce qu’on a eu le même genre d’envies par rapport notamment à d’Artagnan (comment oublier ma première lecture de Dumas?) ce qui me la rend immédiatement sympathique. Heureusement, d’ailleurs, parce que La Magie de Paris est écrit à la première personne, c’est Chloé qui raconte elle-même ce qui lui arrive et c’est agréable de ne pas être confrontée à une héroïne casse-pied, une fille ultra-populaire ou super jolie vers qui tout le monde se retourne ou qui ne pense qu’aux mecs.

Outre la magie, les combats et les références bien placées, la Magie de Paris évoque aussi les situations familiales compliquées, les parents qui ne remplissent pas leur rôle, la nécessité de grandir trop tôt et trop vite, le tout avec justesse, sans jamais tomber dans le mélodrame inutile. Tout est bien dosé et on reconnait sans peine le talent de l’auteur.

Ce roman a beau être destiné à un public adolescent, il séduira sans problème des jeunes adultes ou même des personnes plus âgées pour ses nombreuses qualités. C’est un page-turner, difficile de le lâcher quand on l’a commencé (pour ma part, je l’ai fini en 24h puisque j’ai lu les premières pages hier) et on ne sent pas le temps passer pendant notre lecture. On arrive à la fin et on s’étonne d’avoir déjà avalé deux cents pages (201 pour être précise). Bref, je vous recommande chaudement ce roman car même si je préfère les œuvres plus adultes de l’auteur, celle-ci a de vraies qualités et conviendra à un public beaucoup plus large.

L’âge des ténèbres #2 : Mage de Sang – Stephen Aryan

l--ge-des-tenebres,-tome-2---mage-de-sang-918159

Mage de Sang est le second tome de la saga « l’âge des ténèbres » écrite par Stephen Aryan et publiée en poche chez Milady au prix de 8.20 euros par tome. Il est également disponible en grand format chez Bragelonne, pour ceux qui préfèrent. Le troisième tome est prévu en poche le 25 août chez Milady et je me réjouis de le découvrir.

Si Mage de Guerre, comme son nom le sous-entend, était davantage un récit axé sur la guerre, Mage de Sang ressemble plus à une enquête policière qui met, une fois de plus, un mage au cœur de l’intrigue. Nous suivons majoritairement de nouveaux personnages tels que Fray (le mage de sang en question), Katja (l’espionne) ou encore Choss (le combattant), et nous entendons un peu parler des anciens. Balfruss est tout juste évoqué et on retrouve quand même un peu Vargus, ce qui me fait plaisir puisque c’est mon personnage préféré. La reine Talandra est également très présente et c’est tant mieux parce que je la trouvais intéressante dans le premier tome. Mention spéciale aussi à Gorrax, le Vorga, parce que ça a été une chouette surprise en matière de personnage.

L’action se déroule principalement à Perizzi. On rencontre Byrne, un Protecteur qui va prendre Fray sous son aile, en plein milieu d’une mystérieuse enquête. Des cadavres sont retrouvés dans un sale état et la magie est forcément impliquée, ce qui ne plait pas du tout. En effet, depuis la fin de la guerre contre le Nécromancien, les gens ont peur des mages et n’hésitent pas à tuer leurs enfants s’ils naissent avec le Don. La situation est très tendue, les quelques mages restant sont obligés de se cacher et Fray est de ceux-là. Heureusement, Byrne, un ancien ami de son père, a surtout l’intention d’utiliser ses dons pour traquer le responsable de ces actes… Et démasquer finalement un complot bien plus grand, menaçant l’équilibre politique des royaumes.

Ce tome est différent du premier, à tel point qu’on pourrait très bien le lire sans avoir lu Mage de Guerre, hormis pour quelques clins d’œil. Quoi qu’à la fin du tome, on commence à voir une toile qui se dessine et quelque chose de bien plus vaste qui se construit, c’est intriguant ! Mage de Sang est moins bourrin, l’intrigue est plus subtile quoi qu’elle reste assez classique: un complot vise les deux reines qui doivent se rencontrer pour discuter de l’avenir, ses espions font tout leur possible pour l’empêcher et, parallèlement à ça, Fray enquête sur ce mage dissident, le Mage de Chair. Tout est-il lié? Peut-être, peut-être pas. L’intrigue a beau être très classique, j’ai quand même été surprise à plusieurs reprises par les évènements. Le récit est immersif et les personnages intéressants, tous à leur façon.

Mage de Sang n’est pas le roman de l’année, ce n’est pas non plus un coup de cœur, mais c’est un bon divertissement qui remplit son rôle. Il propose une histoire rythmée qui respecte les codes de la fantasy, avec des personnages auxquels on s’attache rapidement. On y retrouve le même gros point positif que j’avais relevé pour Mage de Guerre: les combats, qui sont bien décrits et très prenants, même s’ils sont beaucoup moins nombreux. Sur un plan personnel, je préfère le point de vue purement guerrier du premier tome mais celui-ci  n’a pas, pour autant, été une déception. Ils sont justes très différents, incomparables, et on sent l’évolution dans le style de l’auteur. Rappelons que Mage de Sang est son second roman !

Pour résumer, Mage de Sang, tout comme le premier tome de cette saga, est un roman à lire pour ceux qui aiment la fantasy classique et ont envie d’un livre divertissant, sans prise de tête.