Bilan mensuel de l’ombre #37 – juillet 2021

Bonjour tout le monde !
C’est désormais une tradition que de vous présenter un bilan mensuel à la fin de chaque mois. Et il y a eu pas mal de choses en juillet… Notamment des abandons, des déceptions, mais pas que heureusement !

Je précise également qu’il est possible qu’en lisant cet article via l’application WordPress, certaines images soient affichées par-dessus le texte. Pour régler ce problème, je vous invite à passer en « lecture web » en cliquant sur la petite icône en forme de planète en haut à droite.

Mes lectures de juillet – les romans

Juillet a été un mois plutôt compliqué en terme de lectures. J’ai commencé par le roman de Mina M aux éditions du Chat Noir, Rêver Double, dont j’ai mis la lecture de côté. Le style onirique n’est pas du tout ce que j’ai envie de lire pour le moment. Premier abandon ! Mais comme j’apprécie l’autrice sur un plan humain, je retenterai plus tard, dans quelques mois ou quand je sentirais que c’est le moment.
J’ai ensuite tenté de lire Un long voyage de Claire Duvivier puisqu’il était encensé par plein de blogpotes et a été sélectionné pour le prix Planète SF sauf que je n’ai pas, à nouveau, accroché au style d’écriture. Je l’ai abandonné au bout d’une cinquantaine de pages vu que je m’ennuyais… Heureusement que je l’avais acheté en numérique. Lassée, j’ai sorti un UHL et ça n’a pas été une super pioche puisque je suis passée à côté de Le Temps Fut d’Ian McDonald. Toutefois, ici, aucune surprise puisque je ne suis pas friande du tout des voyages dans le temps.
Après toute ces déceptions, j’ai prit une pause manga que je vous détaillerai plus loin. Puis j’ai tenté la lecture d’une valeur relativement sûre avec Flibustière de Johan Heliot, également acheté pendant l’OP All Stars. Si j’accrochais bien au début, j’ai rapidement eu l’impression de lire un livre d’histoire de la piraterie avec une héroïne qui devient pénible en grandissant. Beaucoup trop d’explications historiques lourdes m’ont sorties du texte et m’ont fait abandonner, cette fois après une centaine de pages. Bon… Je commençais à désespérer. Heureusement, je venais d’acheter Tokyo, la nuit et je me suis dit qu’un roman sur le Japon devrait mettre un terme à cette série noire. J’ai eu raison, ça a été une très bonne lecture ! Ouf.
J’ai continué mon mois avec plusieurs textes du Bélial. D’abord un UHL, Vigilance, qui trainait depuis longtemps dans ma PàL et qui est très anxiogène. J’ai apprécié ma lecture mais je ne me sentais pas de le chroniquer. Ensuite, le 103e Bifrost qui m’a moins plu que les autres, j’ai trouvé le temps un peu long et les nouvelles ne me parlaient pas. Ça arrive ! N’empêche, ça commençait à faire beaucoup de déceptions ou d’arrêt sur le même mois, j’ai donc tiré une valeur sûre de ma PàL : le dernier Ariel Holzl, intitulé Temps Morts. Si j’ai apprécié ma lecture et adoré l’univers, j’ai clairement un goût de trop peu. Il m’a manqué deux ou trois cents pages, ou une saga, bref frustration quand tu nous tiens, tu ne nous lâches plus… Continuant mon challenge S4F3, j’ai cette fois jeté mon dévolu sur Ormshadow, un autre UHL qui sous couvert d’une histoire de dragon parle surtout de drames familiaux. C’était plutôt bien ! À ce stade du mois, toutefois, j’avais besoin de légèreté et j’ai donc lu Trois mages et une margarita de Annabelle Marie, de l’urban fantasy fun et bien foutue qui m’a soulagé. Je n’ai pas chroniqué ces deux textes sur le blog parce que… Bon, en fait, je ne sais pas trop pourquoi. La flemme du moment ?
Bien remontée, j’ai voulu tenter la lecture du premier tome de la Hanse Galactique, reposé après soixante pages. Non seulement la façon dont les femmes sont présentées m’a déplu (rien que le coup de la secrétaire au départ, c’est quoi ces réflexions ? ^^’ Mais c’est un vieux texte il faut dire, qui date des années 70 si j’ai bonne mémoire) mais en plus je n’ai pas réussi à m’intéresser aux soucis rencontrés par ces marchands. J’ai donc lu la première nouvelle et décidé de ne pas aller plus loin. Au moins, j’aurai essayé ! Le hasard a voulu que ce soit le lendemain de mon anniversaire, je voyais des amies qui m’ont offert des livres en cadeau si bien que dans le train retour, j’ai entamé Paprika, une expérience culturelle en soi… Et j’ai pris le roman comme tel, comme une expérience, même si c’était bien chelou.
Bon, ça devient long ce mois de juillet. Une chance pour moi, j’avais encore du UHL dans ma PàL et du bon crû avec le Hors Série 2021 et À dos de crocodile, deux textes de Greg Egan (la chronique du 2e arrive la semaine prochaine !) qui remontent le niveau de ce mois de juillet. Toujours dans le challenge S4F3, j’ai décidé de sortir une anthologie, cette fois aux éditions du Chat Noir. La fameuse anthologie 9, pour leur anniversaire ! Je n’ai abandonné qu’un texte sur les 9, ce qui est pas mal comme score mais je dois avouer que seuls deux ont su vraiment me faire vibrer. On en reparlera d’ailleurs !

J’ai donc lu 5 novellas, 4 romans et 1 anthologie. Et abandonné trop de trucs pour en faire la liste.

Mes lectures de juillet – les mangas : 

Heureusement, si ça a été compliqué pour les romans, j’ai eu d’excellentes lectures en manga. Déjà, début juillet, Ki-oon sortait ses nouveautés avec le tome 17 de Beastars, le tome 1 de Beast Complex, le tome 4 des Carnets de l’apothicaire… Des valeurs sûres qui se confirment ! J’ai ensuite testé une nouvelle série : Toilet-bond Hanako-kun qui a été une très belle surprise sur ses deux premiers tomes, à voir si ça se confirme dans la durée. Après ça, j’ai lu The voices of a distant star, un très beau one-shot qui a su m’émouvoir et j’ai terminé Chobits avec le tome 8 qui a été une déception (trop court, trop rushé) mais une déception gérable compte tenu de la série dans sa globalité. Je vais d’ailleurs écrire à son propos la semaine prochaine.

Ce qui fait 7 volumes lus !

Mes lectures de juillet – les BD :

J’avais acheté plusieurs bandes-dessinées fin juin et j’en ai lu deux sur les trois avec Le Jardin, Paris et Nellie Bly. J’ai vraiment adoré chacune de ces lectures ! J’ai écrit une chronique pour le premier, pas (encore ?) pour le second toutefois que ce soit sur le dessin ou sur les thèmes, c’était passionnant, bien écrit, un régal. J’ai également tenté de lire un comics, Spider-man noir crépuscule sur Babylon mais j’ai abandonné après le premier chapitre. Je n’arrive pas à rentrer dedans du tout, tant pi ! Je l’offrirai à quelqu’un qui l’appréciera plus que moi.

La PàL de l’ombre :
Plutôt que de vous donner des chiffres, je vais vous donner des titres ! Je me suis rendue compte que c’était bien plus représentatif…
En numérique : Et dieu se leva du pied gauche d’Oren Miller chez l’Homme sans nom / Le roi sombre d’Oren Miller chez l’Homme sans nom / La longue patience de la forêt de Christian Léourier au Bélial / Les contes hybrides de Lionel Davoust chez 1115 éditions / Diaspora de Greg Egan au Bélial / Le règne de l’espoir de Sélina Fenech au Chat Noir / Providence dévoilée de Sélina Fenech au Chat Noir / L’écart des missiles de Charles Stross chez Exoglyphes / Un océan de rouille de C. Robert Cargill chez AMI / Le magicien quantique de Derek Kunsken chez AMI / Stigmata de CJ Sterne chez MxM / Guide sorcier de l’évasion d’Alix Harrow au Bélial / Plaine guerre de Thierry di Rollo au Bélial / L’apocalypse selon Sandra de Céline Saint Charle chez Livr’S / 1, 2, 3… Vampires ! de Bertrand Crapez chez Livr’S / Talisman de Gilles Debouverie chez Livr’S / Et j’abattrai l’arrogance des tyrans de Marie-Fleur Albecker aux Forges de Vulcain / Ne sautez pas ! de Frédéric Ernotte chez Lajouanie / Voile vers Sarance de Guy Gavriel Kay chez l’Atalante / Paris-Capitale de Feldrik Rivat chez l’Homme sans Nom / Le Sicilien de Carl Pineau chez Lajouanie / La dixième muse d’Alexandra Koszelyk aux Forges de Vulcain / La princesse au visage de la nuit de David Bry chez l’Homme sans Nom / Indomptable de Jack Campbell chez l’Atalante / Avant-garde de Jack Campbell chez l’Atalante / Nocturnes de Laurent Fétis chez ActuSF / Le Proscrit de Simon R. Green chez l’Atalante.
En papier : Une histoire de genre de Lexie chez Marabout / Les mystères de Larispem #1 de Lucie Pierrat-Pajot chez Gallimard Jeunesse / Âme Ténébreuse, cœur lumineux (anthologie) au Chat Noir / Le livre écorné de ma vie de Lucius Shepard au Bélial / Nouvelles fantastiques d’Alexandre Dumas chez Fantask / La fabrique des lendemains de Rich Larson au Bélial / Warchild #1 de de Karin Lowachee au Bélial / Sans foi ni loi de Marion Brunet chez PKJ / La maison au milieu de la mer céruléenne de TJ Klune chez de Saxus.
En manga : Card Captor Sakura tomes 7 et 8 (Pika) / A sign of affection tome 1 (akata) / Le secret de Madoka (akata)
BD & ComicsLe prince et la couturière de Jane Wang (akileos)

Sur cette base, j’ai pris la décision en août de lire principalement (si pas exclusivement) en numérique afin de faire descendre ma PàL liseuse !

Le focus de l’ombre :
Sans titre
Connaissez-vous Bleuenn ? Cette éditrice indépendante dirige les collections jeunesses et YA chez Léha et Mnémos. La première fois que je l’ai rencontrée, elle était encore stagiaire aux éditions du Chat Noir. Depuis, j’ai toujours suivi son parcours de loin et si elle apparait dans ce focus c’est pour vous encourager à la suivre sur Twitter. Pourquoi ? Déjà parce qu’elle propose plusieurs services éditoriaux de qualité mais également des threads hyper utiles pour tout.e futur.e auteur.ice et / ou personne intéressée par le fonctionnement du monde littéraire. Le dernier en date donne des conseils pour sélectionner intelligemment les maisons d’édition (de l’imaginaire) à qui envoyer son manuscrit. Autant dire que, quand je me suis lancée en 2015 comme autrice, j’aurais bien aimé recevoir ce type de conseils ! Alors autant partager au maximum la bonne parole.

Sans titre2
J’ai également envie de pour parler de l’initiative solidaire lancée par Cindy Van Wilder qui, pour aider les victimes des inondations en Belgique, a mis en vente sur son UTip une nouvelle inédite en numérique dont l’intégralité des revenus générés seront reversés à la Croix Rouge de Belgique. C’est le genre de belle idée que j’ai envie de soutenir, d’autant que c’est encore valable jusqu’au 13 août.

Les petits bonheurs : 
Les petits bonheurs du mois est un rendez-vous initié par le blog Aux Petits Bonheurs qui consiste à mettre en avant les moments positifs de la vie. J’ai surtout envie de retenir le beau dans ce mois de juillet et heureusement puisque cette rubrique est là pour ça. J’ai pu retourner au restaurant avec des amies, fêter mon anniversaire dignement, aller voir Kaamelott, un retour (presque) à la normale plus qu’apprécié. De petits bonheurs qui font du bien.

Et voilà, c’est (déjà ?!) la fin de ce bilan du mois de juillet. J’espère que le vôtre s’est bien déroulé, en tout cas je vous souhaite le meilleur pour août et surtout, prenez soin de vous ♥