Palimpsestes #3 Anachronisme – Emmanuelle Nuncq

12
Anachronisme
est le troisième tome de la trilogie fantastique Palimpsestes proposée par l’autrice française (mais résidente belge) Emmanuelle Nuncq. Publié aux Éditions du Chat Noir, vous trouverez ce titre au prix de 19.90 euros. Si cette saga vous intéresse, il existe également un pack comprenant les trois tomes.
Ce livre entre dans le challenge S4F3 organisé par Albédo.
Ce livre entre dans le Pumpkin Autumn Challenge menu « Automne Ensorcelant » catégorie « Balai Pattes ! »

Palimpsestes est une trilogie fantastique, donc, sur le thème du voyage dans le temps qui se situe à la fin du 19e, début du 20e siècle. Dans le premier tome, nous suivons Clara et Samuel qui assistent à des évènements incroyables en plein milieu du Louvre: des scènes du passée surgissent de manière aléatoire depuis le début de l’exposition consacrée à Delphes. Clara, étudiante en art et Samuel, guide au musée, vont chercher à dénouer les fils de ce mystère. Le second tome nous en apprend davantage sur l’histoire de cette statue de la Pythie dont tout part et le troisième se concentre sur Louise, la fille de Clara, qui manifeste des pouvoirs semblables à ceux de la statue. Sa famille décide de garder le secret mais celui-ci éclate malgré tout, ce qui déchaine les passions. Autant du peuple que des politiciens qui ont tôt fait de monter la mission Kairos…

Je n’avais pas encore eu l’occasion de parler de cette saga sur le blog puisque j’ai lu les deux autres tomes avant l’ouverture. Je garde du premier un souvenir assez agréable, une lecture détente pleine de références historiques. Et du second celui d’un roman de voyage qui m’a un peu rappelé des films d’aventure que j’aimais regarder plus jeune. Plus on avance dans la trilogie et plus le ton s’assombrit, ce qui n’est pas un mal en soi puisque les enjeux deviennent plus importants également. À mes yeux, la grande force de ce roman se situe dans l’amour qu’a l’autrice pour l’Histoire. Il se ressent à chaque page, à chaque référence, ce qui transforme Palimpsestes en œuvre très riche. Surtout aux yeux de ceux qui, comme moi, sont férus d’Histoire.

Un autre point positif, ce sont les personnages. Dans le premier tome, j’avais beaucoup apprécié le tempérament de Clara. Là où certains la trouvaient illogique et désagréable, je découvrais une femme forte qui sait ce qu’elle désire et qui aime profiter de la vie. Quand elle prend des décisions, elle assume et ce même si elle se pose toujours des questions. Emmanuelle Nuncq nous dépeint des femmes toutes en nuance qui sont assez réalistes, elle ose dire les choses au lieu de les magnifier bêtement. Cela trouve un écho en moi, en tant que personne.
L’héroïne de ce tome-ci ne fait pas exception. Louise est beaucoup plus naïve que sa mère, plus jeune aussi et plus sensible, pourtant elle est parvenue à me toucher. J’ai vraiment apprécié son évolution et les rapports qu’elle entretenait avec les différents membres d’équipage, ainsi qu’avec sa famille. Quant aux derniers chapitres… Je ne veux pas spoiler mais j’ai été touchée par les choix narratifs de l’autrice qui donnent à Palimpsestes un côté plus mâture et plus réaliste. Ça m’a vraiment beaucoup emballée et a rehaussé encore davantage mon attrait pour ce livre, lu (ou plutôt dévoré) en une journée.

L’intrigue bien ficelée quoi que prévisible par moment permettra aux lecteurs de se questionner sur tout un tas de thématiques propres à l’exploitation du voyage dans le temps (mais pas que). Si cela ne révolutionne pas le genre, Emmanuelle Nuncq dispose toutefois d’une sensibilité qui nous font prendre à cœur ces interrogations. Doit-on modifier l’Histoire si on en a la possibilité? L’être humain peut-il se contenter d’observer sans toucher? Qui a le droit de vivre ou de mourir? Qui sauverait-on si on le pouvait? Et quelles conséquences cela aurait? Comment la meilleure volonté du monde finit-elle pervertie de la sorte? Quelle est la place du savoir dans notre société? De la culture? J’ai trouvé ce troisième tome très engagé à ce niveau, ce que j’ai énormément apprécié puisque ce n’est pas si courant.

Pour résumer, Anachronisme conclut avec brio une trilogie qui va crescendo sur la thématique du voyage dans le temps. Les amoureux de l’Histoire y trouveront forcément leur compte ainsi que les adeptes du steampunk léger et des romans de voyage. Pour ne rien gâcher, l’autrice aborde énormément de thématiques liées à des questionnements culturels et sociaux qui raviront les lecteurs adeptes de textes plus engagés. J’ai passé un excellent moment en compagnie de la famille Morgenstern et je recommande chaudement la lecture de cette trilogie.

Publicités

Les chercheurs du temps – Emmanuelle Nuncq

les-chercheurs-du-temps-1038011

Les Chercheurs du Temps est un one-shot fantastique écrit par l’auteure française Emmanuelle Nuncq et publié chez Séma Éditions au prix de 15 euros dans la collection Séma’gique. Et je vous le précise parce que le jeu de mot me fait toujours rigoler :3 Je remercie Séma Éditions pour ce service presse qui m’a enfin permis de découvrir un petit morceau de leur catalogue (non, ce n’était toujours pas fait, honte sur moi !)

Le concept de ce roman est plutôt simple: le professeur Clarence Fertennant a créé des chaussures qui permettent de voyager dans le temps et s’en sert pour explorer l’Histoire. Ponctuellement, il invite des étudiants en fin de thèse à le suivre, afin qu’ils puissent étudier leur sujet directement sur le terrain. Ce ne sont pas systématiquement des étudiants en Histoire, certains s’intéressent à l’économie, la sociologie, ou même la littérature. Le concept de base m’a directement attirée, même si j’ai toujours un peu peur d’aborder la thématique du voyage dans le temps. Elle me fascine et m’effraie à la fois parce que, mal maîtrisé, c’est une catastrophe. Pourtant, comme dans sa trilogie Palimpsestes, l’auteure pose des règles intelligentes et, je trouve, cohérentes, à son univers.

Dans ce roman, nous suivons les personnages de Clarence et Roxane. Clarence incarne le professeur qui nous explique les règles du jeu et Roxane, de son côté, est une étudiante en lettres modernes. J’ai immédiatement accroché à ce personnage spontané, drôle et passionné. Comme souvent, je me retrouve aisément dans les héroïnes d’Emmanuelle et cela m’aide à rentrer dans l’intrigue. J’ai un peu moins apprécié le personnage de Clarence, surtout à cause de ses choix finaux (non mais franchement ?!), que je ne peux évoquer en profondeur sans spoiler. Il reste intéressant et son passé pose beaucoup de questions, même lorsqu’on termine ce livre. Comment en est-il venu à cette invention, par exemple? Comment a-t-il précisément établi les règles du voyage dans le temps? Quels autres évènements l’ont marqués? J’aimerai beaucoup lire un roman sur ses aventures, même si on en connait, du coup, déjà la fin.

Outre nos deux héros, nous traversons une quantité d’époques différentes. Si le contrat passé entre Clarence et Roxane est supposé les cantonner à la littérature française moderne, ils effectuent tout de même des voyages en Angleterre ou même plus loin dans le passé, par simple curiosité culturelle. Nerval, Baudelaire, Dumas, Bergerac, Brocéliande, Shakespeare, Louis XIV, Poe… Comme pour le premier tome de Palimpsestes, je suis presque effrayée de découvrir à quel point Emmanuelle et moi avons les mêmes références et apprécions les mêmes époques. Ce fut un ravissement de croiser certaines figures historiques, de lever (dans le cadre de la fiction) le voile sur de nombreuses mystères littéraires. Les Chercheurs du Temps est très clairement un roman hyper référencé et on peut saluer la recherche (ainsi que la culture personnelle) de l’auteure.

Principalement axé sur l’aventure et la découverte historique, les Chercheurs du Temps ne passe pas à côté d’une petite romance qui, heureusement, ne prend pas toute la place dans le récit. Ce dernier se conclut d’ailleurs en ouvrant sur Bordemarge, un autre roman de l’auteure, publié chez Castlemore (et qui est dans ma liseuse). Notez que les livres d’Emmanuelle peuvent se lire indépendamment, mais qu’ils sont tous reliés par divers clins d’œil subtils disséminés au fil du texte. C’est quelque chose que j’aime beaucoup chez un auteur, déceler le fil rouge qui relie son imaginaire. Autant dire que je suis, ici, ravie.

L’écriture des Chercheurs du Temps est simple et fraiche. Elle sert une intrigue parfois un peu rapide mais qui se conclut d’une manière aussi intéressante que frustrante. Divisée en différents épisodes, cette œuvre a très clairement un côté Doctor Who, qui ravira les adeptes de la série, mais pas que. Cela permet une lecture rapide (presque d’une traite dans mon cas) qui remplit à merveille son rôle de divertissement.

Pour résumer, les Chercheurs du Temps est un page-turner fantastique qui traite avec intelligence du voyage dans le temps. Les recherches historiques effectuées par l’auteure permettent de parsemer le récit d’innombrables anecdotes intéressantes. Elle se réapproprie l’Histoire et l’histoire littéraire d’une manière qui, chez moi du moins, fait mouche. C’est un excellent divertissement tout public qui est parfait pour découvrir cette auteure une première fois, d’autant qu’il s’agit d’un one-shot. N’attendez plus !