Vers les étoiles – Mary Robinette Kowal

2
Vers les étoiles
est un roman de science-fiction écrit par l’autrice américaine Mary Robinette Kowal. Publié par Denoël dans sa collection Lunes d’encre, vous trouverez ce texte partout en librairie au prix de 24 euros.
Un tout grand merci à Un papillon dans la lune pour m’avoir offert ce roman à l’issue d’un concours !

Petite précision : il a été porté à ma connaissance que ce texte s’inscrit dans une série d’autres (dont le recueil Lady Astronaut publié par Folio) mais aucune mention de tomaison n’étant présente, je considère qu’il peut se lire de manière indépendante et donc j’en ai parlé comme d’un one-shot. Cette affirmation sera vouée à évoluer en fonction de la traduction ou pas de la suite par l’éditeur mais ça me semblait intéressant de le préciser.

De quoi ça parle ?
En 1952, une météorite s’écrase au large de Washington, dévastant la côte Est des États-Unis dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres. Elma et son mari Nathaniel en réchappent par chance puisqu’ils se trouvaient en congé à ce moment-là, loin de la capitale où ils résident normalement. Elma est une ancienne pilote de l’unité WASP durant la seconde guerre mondiale ainsi qu’une génie des maths. Son mari, lui, est ingénieur spatial. Ils vont donc prêter main forte à ce qui reste de gouvernement américain et découvrir qu’outre les conséquences dramatiques immédiates, cette météorite va entrainer des changements climatiques radicaux qui ne laissent qu’une seule option à l’espèce humaine : coloniser l’espace. 

À la frontière des genres
Ce roman se place à la frontière de plusieurs genres littéraires et je vais laisser le Grand Serpent vous détailler les termes exacts à utiliser (il vous faudra donc lire sa chronique 😉 ). Je dois commencer par dire qu’on se trouve dans une uchronie puisqu’un évènement (ici la chute de la météorite) change radicalement le cours de l’Histoire telle que nous la connaissons. Cette météorite provoque un début de « fin du monde » et amorce une forme d’apocalypse puisque sa chute va rendre petit à petit la planète inhabitable. Et pour cause, puisque la vapeur envoyée dans l’atmosphère au moment de l’impact va entrainer un réchauffement climatique radical en l’espace d’une dizaine d’années. Elma s’en rend rapidement compte via une série de calculs et c’est cette base qui va sonner le départ du roman. 

C’est également un texte axé sur la science et l’exploitation de concepts scientifiques. Ma formation ne me permet pas de dire si tout y est correct ou pas (je vous laisse lire la chronique de personnes plus expertes que moi là-dessus) mais, sauf erreur de ma part, ça peut classer ce roman dans la « light hard sf » parce que les éléments scientifiques restent malgré tout plutôt accessibles, détaillé avec un côté presque pédagogique.

De plus, Vers les étoiles se veut un roman social et féministe car il aborde toute une série de thématiques (le statut de la femme, l’inclusion des personnes de couleur) sur lesquelles je vais revenir en profondeur plus bas dans ce billet. C’est donc un roman d’une grande richesse qui se place à la frontière des genres et des publics. 

Une richesse thématique qui laisse pantois. 
Mary Robinette Kowal écrit à la première personne, du point de vue d’Elma York, docteur en physique, génie des maths mais également juive, femme mariée et pilote. Son profil détonne déjà dans l’époque où elle évolue et permet d’aborder les fameuses thématiques sociales évoquées plus tôt. En effet, si son mari est un homme charmant et pas du tout sexiste, ce n’est pas le cas d’autres hommes qui remettent sans arrêt ses compétences en doute, pas tant sur un plan mathématique que sur celui de ses exploits de guerre ou de pilote. On se rend rapidement compte que si certains la voient comme une petite chose fragile à protéger (parce que c’est une femme donc elle est fragile, logique… #ironie) d’autres ne considèrent même pas son intelligence, uniquement à cause de son sexe. Si les choses ont un peu évolué depuis jusqu’au 21e siècle, Vers les étoiles reste hélas assez moderne sur la question, notamment celle du sexisme ordinaire.

Mais pas que ! On y aborde aussi la discrimination raciale qui causait encore des ravages aux États-Unis dans les années cinquante. Un racisme qui reste lui aussi d’une dérangeante modernité, quand on y pense… Il suffit de voir tout ce qui se passait là-bas sous la présidence de Trump. En effet, si les femmes sont dépréciées, que dire des personnes de couleur à qui on n’offre même pas assistance après la catastrophe ? La prise de conscience d’Elma de ce racisme qu’elle ne remarquait même pas jusqu’ici accompagne celle du lecteur avec brio. Cela vient par petites touches et ce combat se rajoute à celui des femmes puisqu’Elma va rencontrer plusieurs pilotes de sexe féminin ET afro-américaines. Des femmes très compétentes en tant que pilote mais à qui on dénie même le droit de postuler pour devenir astronaute. Pas frontalement, bien entendu. Toutefois, les présélectionnées sont toutes Blanches et une fois qu’Elma commence à le remarquer, la discrimination systématique saute aux yeux. 

Le traitement de ces thèmes et l’évolution de ceux-ci sont présents au cœur du roman et accompagnent l’intrigue en elle-même qui est celle du combat d’une femme pour le droit à se rendre dans l’espace. On pourrait craindre des longueurs et un trop plein d’introspection mais ce n’est pas le cas. L’autrice gère très bien les différents éléments constitutifs de son univers, si bien qu’on ne s’ennuie pas une seconde. 

Pour ne rien gâcher, chaque chapitre est surmonté d’un extrait de journal qui fait le point sur la situation à un endroit du monde ou montre de quelle manière la presse aborde tel ou tel sujet (et c’est le retour du sexisme / racisme ordinaire !). L’autrice explique dans sa note historique que la plupart de ces extraits sont très réels et même si elle en a réadapté certains à la situation, c’est loin d’être le cas pour la majorité. Et franchement, vu le ton employé envers les femmes ou les personnes de couleur, ça fait froid dans le dos. 

Elma York, héroïne malgré elle
Elma est la Lady Astronaut, celle qui se retrouve sur le devant de la scène sans le vouloir et va devoir assumer cette pression médiatique. Son intelligence et ses compétences ne l’empêchent pas de souffrir d’anxiété chronique, jusqu’à l’en rendre malade (elle vomit quand elle est trop stressée, c’est pas super pratique quand les journalistes sont sans arrêt sur son dos…) ce qui la montre comme étant très humaine, avec ses forces et ses faiblesses. J’ai trouvé son personnage vraiment nuancé, bien travaillé. On a d’un côté une femme qui se bat pour la cause féminine mais est mariée, se préoccupe du travail de son mari, le soutient en tout, avec une mentalité très « années cinquante » à sa manière, sans l’aspect soumis. Et il le lui rend bien. Nathaniel est un homme adorable, qui a lui aussi ses failles mais qui croit toujours en sa femme et ne l’empêche jamais de mener à bien ses projets. Au contraire, il la soutient et c’est vraiment agréable de suivre un couple comme eux, unis, sains dans leurs échanges. Mes tendances défaitistes font que je les trouve même un poil idéalisés sur ce plan mais au fond, ça ne fait de mal à personne. Au contraire !

La conclusion de l’ombre :
Vers les étoiles est un roman de science-fiction à la frontière des genres. Mary Robinette Kowal raconte à la première personne l’histoire d’Elma York, une femme pilote et génie des maths qui se bat contre la discrimination des 50′ afin de participer à la colonisation spatiale. Ce texte très humain est un régal à découvrir, je le recommande chaudement au plus grand nombre ! Et ce que vous aimiez ou non la SF parce que, pour ne rien gâcher, il est vraiment très accessible en tant qu’uchronie spatiale. 

D’autres avis : Le Culte d’Apophis – L’Épaule d’Orion – Albédo – Les lectures du Maki – Le Dragon Galactique –  Un papillon dans la luneLes blablas de TachanAu pays des cave Trolls – vous ?

Les découvertes de l’ombre #16

Bonjour à tous !
Déjà un mois et demi depuis le dernier épisode des découvertes de l’ombre ! Deviendrais-je plus difficile à tenter ? Heureusement, certains blogpotes ne perdent pas la main… Découvrons tout de suite la sélection de cette fois-ci avec les résultats en fin d’article.

En quelques mots, je vous rappelle le concept: Au quotidien, je suis beaucoup de chroniqueurs (vive l’application WordPress !) qui me font découvrir des livres intéressants. Ces livres, je me les note toujours sur le bloc-note de mon téléphone (merci à toi qui remplace le post-it que je perdais tout le temps). Puis je me suis dit… Bon sang que tu es égoïste ! Fais donc partager tes découvertes au monde entier, mets en danger les comptes en banque et les PàL qui menacent déjà de s’écrouler !

074-LES_AFFAIRES_DU_CLUB-premiere
Blog : les Chroniques du Chroniqueur
Un recueil de nouvelles qui s’inspire du style littéraire décadent tout droit tiré du 19e siècle. En quelques mots seulement, l’ami Chroniqueur a su titiller mon intérêt puisque vous le savez, j’adore le 19e siècle et ses différents mouvements littéraires.

alana-et-l-enfant-vampire-1300686-264-432
Blog : my dear ema
En ce moment je vois de plus en plus de romans jeunesses évoquer les thèmes de l’appartenance, du genre, des questionnements actuels mais nouveaux au sein de la littérature. Ema m’a donné envie de lire Alana et l’enfant vampire parce qu’on y parle de tout ça mais également des handicaps invisibles, des douleurs que les personnes en bonne santé n’imaginent même pas. J’ai la chance de ne pas en souffrir mais je connais plusieurs personnes dans mon entourage qui doivent vivre avec et lire un livre comme celui là m’intéresse parce que ça pourrait me permettre de mieux les comprendre. Bref, que du bon en perspective !

our_color_ful_days_1_akata
Blog : l’Apprenti Otaku
Je lis de plus en plus de romans sur la sexualité LGBTQIA+ parce que le sujet m’intéresse énormément. J’aime faire en sorte de comprendre correctement les choses en découvrant des œuvres écrites par les personnes concernées. Ce mangaka a déjà traité du sujet dans d’autres séries et ce qui m’attire ici, c’est l’aspect homophobie ordinaire. Pas celle des gens méchants idiots incapables de voir au-delà de leur normalité mais celle qu’on a peut-être tous un peu au quotidien. Je pense qu’on n’en parle pas suffisamment du coup il est clair que ce manga va rejoindre ma PàL.

le-monde-selon-setchan-lezard
Blog : l’Apprenti Otaku
La manière dont l’ami Otaku décrit ce titre m’a beaucoup intrigué: comme un moment de vie capté dont on sait qu’il va se terminer de manière tragique (puisque le manga s’ouvre sur la mort de l’héroïne). Je suis attirée par l’aspect un peu vain et désenchanté qui semble présent dans ce manga. En plus je n’ai jamais rien lu de cet éditeur, ce sera l’occasion !

pdf621-2000
Blog : le Culte d’Apophis
Dans l’Anthologie Apophienne récemment publiée (début juillet de mémoire) j’ai eu la surprise de découvrir un recueil de Robert Silverberg au sein duquel se trouve la novella « Tombouctou à l’heure du lion ». J’ai lu beaucoup d’uchronie toutefois elle est systématiquement écrite par un/e auteurice européen/ne (souvent français/e) ce qui fait que les modifications majeures se déroulent en général au moment de la révolution industrielle (ce qui donne souvent du steampunk) ou une société du 19e siècle qui a continué au-delà, neuf fois sur dix à Paris. J’ai été séduite par le postulat de départ où la peste a ravagé 75% de la population européenne, où la colonisation n’a pas eu lieu, bref où tout est vraiment très différent de ce qu’on peut imaginer. J’espère réussir à mettre la main un jour sur ce recueil.

Et voilà c’est déjà terminé pour cette fois ! L’heure des comptes est venue… Nous sommes donc à une tentation pour miss Chatterton et Chut maman lit ainsi que Célinedanae, FungiLumini, les livres de roses, Lutin et songes d’une walkyrie. Nous arrivons à deux tentations pour Ma Lecturothèque et l’ours inculte. Trois tentations pour les Chroniques du Chroniqueur et My Dear Ema qui se dégagent du peloton. L’Apprenti Otaku s’offre un beau doublé et écrase tout le monde avec quatre tentations ! Enfin, tout le monde… ou presque car bien entendu, le Grand Serpent maintient son avance avec cinq tentations. Qui osera lui disputer son titre ?

Et vous, vous avez découvert quelque chose d’intéressant récemment? 🙂

Chiens de guerre – Adrian Tchaikovsky

20
Chiens de guerre
est un roman de science-fiction militaire écrit par l’auteur britannique Adrian Tchaikovsky. Publié dans sa version française par Denoël, vous trouverez cet ouvrage au prix de 19.90 euros.

Je n’avais jamais lu cet auteur culte jusqu’ici et j’ai commencé ce roman grâce aux chroniques conjointes de l’ami Apophis (qui me fit l’acheter) ainsi que de Xapur (qui me fit le sortir de ma PàL). Merci à eux !

Rex est un bon chien. C’est aussi un biomorphe, un animal modifié génétiquement pour devenir littéralement un chien de guerre, avec des armes et toute la panoplie. Il appartient à une escouade avec d’autres animaux : Miel l’ourse, Abeilles (l’essaim) et Dragon, une sorte de lézard. Ils opèrent en zone de guerre au Mexique, pour le compte d’une société privée. Et ils obéissent au Maître, bien entendu. Mais que se passerait-il si le Maître se révélait ne pas être un bon humain ?

L’intrigue se déroule dans un futur proche et s’épanouit dans une narration chorale qui propose notamment de plonger le lecteur dans la psyché de Rex, le fameux chien. C’est ce qui m’a d’abord attiré dans ce roman puisque je trouvais l’idée originale et je dois avouer que ça fonctionne plutôt bien. Un peu trop même, surtout quand on lit le roman en question en câlinant son propre chien. Ce parti-pris est ce qui m’a plu et à la fois dérangé dans ce texte parce qu’il n’est pas possible de rester de marbre face au personnage de Rex. L’empathie est vite là et prend beaucoup de place au point de me causer des malaises par moment. Définitivement, je crois que je suis trop sensible pour les histoires avec des animaux… Pourtant, peut-on vraiment considérer Rex comme un « animal » ? Et ça signifie quoi, au fond, ce mot? Parce que Rex pense. Il est capable de prendre des décisions, même s’il n’aime pas ça. Il est le chef de son groupe, il s’interroge sur la hiérarchie, apprend de plus en plus les notions de bien et de mal. Son évolution est fascinante et bien équilibrée par l’auteur qui fait preuve d’une réelle maîtrise à ce sujet.

Chiens de guerre, c’est donc l’occasion de se questionner sur la notion d’intelligence non-humaine et ça m’a rappelé La Controverse de Zara XXIII de John Scalzi, qui partage des thématiques similaires. L’intrigue en elle-même reste malheureusement assez classique : une milice privée se rend coupable de crimes de guerre, un gouvernement le découvre, on les traine en justice, on cherche des coupables avec plus ou moins de succès et on essaie de légiférer sur quoi faire de tous ces biomorphes produits en série car peu couteux et facilement remplaçables. J’utilise cet adverbe parce que je m’attendais à quelque chose de plus complexe vu tout ce que j’ai pu entendre sur l’auteur . Ça reste une très agréable découverte mais j’en attendais plus, ce qui transforme Tchaikovsky en victime collatérale de son succès.

Qu’est-ce que l’intelligence ? Qui en possède une ? Quels sont leurs droits ? Comment coexister, en tant qu’humain, avec d’autres formes d’intelligence ? Comment assumer ses actes en tant qu’espèce créatrice ? Parce qu’au fond, Rex a été créé par les humains, comme les autres biomorphes. Il a été imaginé comme un objet, pour se rendre utile, et c’est de cette manière qu’on considère les animaux dans la plupart des pays du monde. Peut-être suis-je influencée par mes propres convictions mais j’ai vu dans Chiens de guerre un plaidoyer pour la cause animale qui m’a vraiment séduite.

Ces questions, Adrian Tchaikovsky les posent sans vraiment y répondre. Il propose une potentielle solution, en développant le choix le plus logique qu’auraient fait des humains et ça reste dérangeant. Tout l’est, dans ce livre, mais je ne vois pas d’autres possibilités pour rester crédible puisque ces thématiques appartiennent à notre futur proche, qu’on est déjà amené à se les poser, d’une certaine manière.

J’ignore pourquoi mais un truc a coincé entre ce livre et moi, d’ailleurs j’ai eu beaucoup de mal à organiser mes idées pour proposer une chronique cohérente et un minimum intéressante à lire (je ne suis toujours pas spécialement satisfaite d’ailleurs). Il m’a manqué la petite touche supplémentaire, la petite étincelle qui me cloue sur les fesses et qui me fait me dire : ah ouais, quand même… C’était intéressant, plutôt chouette mais assez oubliable malheureusement. Peut-être en attendais-je trop ou -plus probablement- suis-je passé à côté de quelque chose.

Pour résumer, Chiens de guerre est un roman de science-fiction militaire se déroulant dans un futur proche, sur notre Terre. Des scientifiques ont développé des biomorphes, des animaux modifiés et armés pour la guerre qu’on retrouve dans pas mal de conflits en cours. Le lecteur suit Rex et son unité à travers une intrigue assez classique mais prétexte au développement de plusieurs thématiques importantes comme l’intelligence non-humaine et la manière de coexister avec elle. Un texte intéressant auquel il manquait malheureusement le petit truc en plus pour le rendre extraordinaire.

Le Gambit du Renard – Yoon Ha Lee

7
Le Gambit du Renard
est le premier tome de la trilogie The Machineries of Empire écrit par l’auteur américain d’origine coréenne Yoon Ha Lee. Publié chez Denoël dans sa collection Lunes d’encre, vous trouverez ce roman au prix de 23 euros.
Il s’agit de ma douzième lecture dans le cadre du challenge S4F3s5 organisé par l’ami Lutin ! Elle faisait d’ailleurs partie de sa sélection conseillée pour l’été.

Kel Cheris se fait remarquer par son commandement et ce n’est jamais une très bonne chose dans cette étrange société dépeinte par Yoon Ha Lee. On la promeut générale à titre temporaire et on ancre en elle l’esprit du général traitre Shuos Jedao, mort des siècles auparavant mais as de la stratégie qui n’a jamais perdu de bataille. Leur mission? Récupérer la forteresse des Aiguilles Diffuses. Mais il semble que leur hiérarchie cache certaines informations d’importance…

J’ignore encore si cette chronique prendra la forme d’une critique ou d’une expérience de lecture. C’est la blogo qui a attiré mon attention sur ce texte à plus d’une reprise et en lisant le résumé, j’ai directement été intriguée par la perspective d’une cohabitation entre deux personnes au sein d’un même corps, surtout quand l’un des deux est un traitre fou et sanguinaire. Du coup, je n’ai pas trop hésité à l’acheter… Et j’ai plus d’une fois manqué d’abandonner ce roman parce que je ne comprenais rien. Pendant le premier tiers, je lisais des mots dont je connaissais le sens mais qui, mis ensemble, ne m’évoquaient rien de cohérent, rien à quoi me raccrocher ou assimiler. L’auteur exploite des concepts totalement nouveaux (pour moi en tout cas) sans les expliquer de manière claire. Du coup, ma lecture du Gambit du Renard ressemblait à un jeu de pistes et d’énigmes pour essayer désespérément de rattacher ça à quoi que ce soit de connu.

Si vous aimez les romans très clairs et carrés, les lectures purement détente, ce texte n’est pas pour vous. Pourtant, quelle richesse ! Yoon Ha Lee a inventé un monde complet avec son propre calendrier, son propre mode de fonctionnement basé sur les mathématiques, ses propres factions et surtout sa propre culture qui va complètement bousculer les habitudes du lecteur. Un vrai tour de force et un parti pris, je pense, de nous laisser découvrir les choses petit à petit. Aurais-je aimé avoir toutes les informations bien classées dans un lexique au début ou à la fin? Peut-être… D’un autre côté, j’ai vraiment ressenti un profond dépaysement et passé l’agacement des soixante premières pages, je me suis laissée prendre au jeu. Finalement, dans l’ensemble, les traits de l’Hexarcat se dessinent bien. En refermant le livre, j’avais compris les grandes lignes et même certaines subtilités (oui, moment de fierté).

Il faut dire qu’outre l’univers très riche et curieux, le duo principal fonctionne à merveille. Kel Cheris était capitaine au sein de la faction Kel et on la découvre d’abord lors d’une de ses missions qu’elle parvient à boucler en effectuant une manœuvre peu conventionnelle (et quand on est Kel, ça frise l’hérésie !). Du coup, elle devient une candidate intéressante pour prêter son corps à Jedao et enfiler le rôle d’ancre. Jedao est un général de l’armée Kel, d’origine Shuos, qui a commis un véritable massacre quatre siècles auparavant et a du coup été enfermé dans le Berceau Noir. Il a été exécuté, privé de son corps, mais son fantôme reste et continue de servir les Kels à travers différentes incarnations, quand le besoin s’en fait sentir. Non seulement le principe est hyper malsain mais en plus, le caractère de chaque personnage apporte du dynamisme, de l’intelligence et du réalisme au duo. C’est ce qui m’a permis de tenir pendant une partie du roman, j’étais curieuse de voir ce que ça allait donner sur le long terme. Je n’ai d’ailleurs pas été déçue.

Toutefois, ne vous attendez pas à croiser beaucoup de personnages remarquables en dehors de Cheris et Jedao bien que l’action se centre ponctuellement sur d’autres, afin de donner au lecteur un aperçu de la situation à un moment donné de l’histoire, sur un point géographique clé. Cela apporte un peu de diversité, tout comme les échanges de mémos entre deux rebelles (enfin plutôt, le spamm à sens unique d’une mercenaire) qui eux ne manquent pas d’ironie ni d’un peu d’humour, surtout en ce qui concerne les dates. Mention spéciale à la vache adipeuse.

L’éditeur parle de space-opera pour classer ce roman. J’ajouterai également qu’il s’agit de SF militaire à un degré très poussé, surtout concernant la stratégie. Personnellement, j’aime beaucoup mais je sais que pas mal de lecteurs y sont allergiques donc ça me parait important de le préciser.

Je n’arrive toujours pas à décider si j’ai aimé ou non ce livre. En tout cas, le lire fut une sacrée expérience que je ne regrette pas du tout et c’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’écrire à son sujet. Je peine à croire qu’il s’agit véritablement du premier roman de l’auteur tant il est brillant dans sa conception et dans son parti pris.

Pour résumer, je pense que le Gambit du Renard s’adresse à un public habitué à la SF qui pourra apprécier son inventivité et sa complexité. Dans un univers totalement original qui bouscule tous nos codes socio-culturels, le lecteur est invité à suivre une bataille pour récupérer la forteresse des Aiguilles Diffuses avec son lot de sacrifices et de stratégie militaire à un degré poussé. Le duo de personnages principaux ne manque pas de piquant et vaut la peine qu’on s’accroche face à la difficulté première du texte. Un indispensable pour les amateurs mais attention aux débutants (auxquels j’appartiens) ça ne va pas être facile de vous y retrouver !

Pornarina – Raphaël Eymery

15
Pornarina est un roman d’enquête fantastique écrit par l’auteur français Raphaël Eymery. Publié chez Denoël dans la collection Lunes d’encre, vous trouverez ce livre au prix de 19 euros.
Je remercie FungiLumini du blog Livraisons Littéraires pour m’avoir prêté ce roman découvert grâce à sa chronique.

Pornarina est aussi connue comme la prostituée-à-tête-de-cheval. Elle sévit en Europe depuis plusieurs décennies et sa particularité est d’émasculer les hommes, qui en meurent sur le coup. Figure quasi mythologique, elle déchaine les passions au sein d’un cercle de spécialistes – les pornarinologues- auquel appartient le Dr Blazek. Nous suivons principalement sa fille adoptive, Antonie, contorsionniste naturel. Elle assiste son père dans sa quête de Pornarina ce qui la pousse à fréquenter tout un tas de personnes pas franchement fréquentables, justement.

Il est vraiment difficile de parler de ce roman à mi chemin entre une enquête et une étude des « monstres ». D’ailleurs, par moment, on est vraiment davantage dans un texte (pseudo) scientifique que dans un récit de fiction. Le roman s’ouvre sur un « nous » dont on ne saura jamais rien et qui ramène à la vie le célèbre détective, Sherlock Holmes. Ce « Nous » enquête sur le Dr Blazek dont nous apprenons le passé à travers les archives de Sherlock. Après cette introduction qui est un prétexte pour poser le personnage du docteur, nous faisons connaissance avec Antonie dans des chapitres à la troisième personne au style littéraire assez percutant. La personnalité du récit s’y marque bien et c’est une grande force de ce livre.

Antonie est une jeune fille aux os en caoutchouc. Orpheline trouvée dans la banlieue de Kiev, elle est élevée par le docteur pour devenir son assistante. Il est de plus en plus âgé et a du mal à continuer son enquête sur Pornarina. C’est donc Antonie qu’il envoie sur ses traces en espionnant un pornarinologue, surnommé Fel, qui semble avoir des informations intéressantes à ce propos.

Plus que Pornarina, à mon sens, c’est Antonie le personnage principal et la figure mythique sert simplement de prétexte pour faire avancer le récit et réfléchir sur une multitude de sujets dont, entre autre, la guerre des sexes, les déviances et la mythification des tueurs en série. Quand je dis qu’Antonie est le personnage principal, c’est parce qu’on suit son évolution ou plutôt, sa descente dans les abîmes de la folie jusqu’au chapitre final qui était peut-être un peu trop abrupt à mon goût. Antonie est une mise en abîme des propos tenus tout au long du texte et l’auteur le réalise d’une manière aussi maîtrisée qu’intelligente.

Pornarina est un roman de freaks, avec des personnages pervers et des scènes franchement malsaines. Il n’est pas à mettre entre toutes les mains mais je l’ai trouvé original autant dans son procédé narratif que dans cette façon qu’il a d’enseigner à son lecteur les perversions humaines. J’ai appris énormément de termes que je ne connaissais pas et j’ai eu le sentiment de me retrouver dans un immense cabinet des curiosités. La quatrième de couverture parle de ressusciter la tradition française du Grand-Guignol et je suis assez d’accord là-dessus. Si ce roman souffre des défauts induit par son culot, je reconnais volontiers le talent de Raphaël Eymery et espère que ça ne soit pas son dernier texte.

Pour résumer, Pornarina est un roman qui sort des sentiers battus et n’est pas à mettre entre toutes les mains. Ses indéniables qualités stylistiques et philosophiques se heurteront aux valeurs traditionnelles des lecteurs et ne pourra pas le laisser indifférent. Au lecteur à garder l’esprit ouvert ! Les thématiques de déviance et de différence développées tout au long du texte ont vraiment su me plaire et je recommande ce titre aux lecteurs avertis.