Contes hybrides – Lionel Davoust

10
Contes hybrides
est un recueil de trois nouvelles écrites par l’auteur français Lionel Davoust. Publié aux éditions 1115, vous le trouverez sur la boutique de l’éditeur au prix de 7 euros au format papier.

Lionel Davoust est un auteur que j’apprécie beaucoup sur un plan humain comme artistique. J’ai déjà eu l’occasion de lire sa prose à plusieurs reprises : avec sa nouvelle Les Questions dangereuses (ActuSF), son recueil La route de la conquête (Critic), son roman Port d’âme (au format poche, que j’ai mis de côté pour le lire à un meilleur moment) et son essai Comment écrire de la fiction (chez Argyll, que je n’ai pas chroniqué mais qui est très bon). Je me suis jusqu’ici plus volontiers retrouvée dans ses textes courts et dans son essai. Je me lançais donc dans la découverte de ce recueil avec une certaine dose de confiance bien que j’ignorais totalement à quoi m’attendre, n’ayant une fois de plus pas lu le résumé avant d’acheter l’ouvrage.

Sommaire :
Le sang du large
Point de sauvegarde
Bienvenue à Magicland

Le sang du large :
Ce recueil commence fort avec l’histoire d’un auteur en souffrance qui remet son art en question. Quelques lignes seulement ont suffit pour que je me retrouve dans ce personnage, avec ses doutes, sa procrastination chronique et son sentiment de n’avoir plus rien d’intéressant à raconter. J’en étais au point où je soupçonnais Lionel Davoust de lire dans mes pensées tant il a retranscrit à la perfection mes émotions et mes pensées de ces derniers mois vis à vis de l’écriture.

Cet auteur (celui de l’histoire, pas Lionel Davoust ! Enfin, je pense…) vit sur une île isolée et, un soir de tempête, il entend un chant magnifique avant d’apercevoir la créature dont il provient. Cette sirène va devenir son obsession car il a toujours cru à la magie et en avoir la preuve sous les yeux, c’est quand même quelque chose. Cet aspect-là aussi m’a touchée puisque, comme ce personnage, je pense sincèrement que l’absence de preuves n’invalide pas la présence du surnaturel. Finalement, Lionel Davoust met sur papier tout ce qui constitue, je pense, les troubles d’un écrivain moderne et ses fantasmes quand il s’agit d’un.e auteur.ice de l’imaginaire. Brillant ! Il place la barre très haut pour commencer.

Point de sauvegarde :
On quitte radicalement le genre du fantastique pour se lancer dans la science-fiction militaire. À nouveau, le récit est à la première personne et raconte une mission du point de vue d’un cyborg. Lui et deux autres soldats sont chargés d’infiltrer une base ennemie en Amérique du Sud (enfin j’en ai déduit que c’était là-bas mais je me trompe peut-être) où, évidemment, tout ne se passera pas comme prévu.

La nouvelle commence de manière plutôt classique et rappelle un peu le principe du Vieil Homme et la Guerre de Scalzi sauf qu’ici, l’armée propose à des condamnés à mort (au lieu de personnes âgées) de copier leur cerveau pour l’installer dans des corps cybernétiques, afin de servir la nation s’ils le souhaitent. Le lecteur comprend rapidement que les trois soldats sont en réalité plutôt jeunes et qu’en guise de criminels, on a surtout des gamins paumés avec une enfance difficile.

Je dois avouer ne pas avoir grand chose à dire sur ce texte si ce n’est qu’il souffre de la comparaison avec le précédent. Ce qui est aberrant, j’entends bien, puisqu’ils n’ont rien avoir l’un avec l’autre mais Le sang du large m’a tellement parlé que j’attendais quelque chose d’aussi fort ici, ce qui n’a pas été le cas. On est sur du bon divertissement, avec une ambiance qui rappelle Demande d’extraction de Rich Larson, nouvelle parue dans le 102e Bifrost. C’est efficace mais oubliable.

Bienvenue à Magicland :
Après le fantastique et la science-fiction, voici de la fantasy…. et de la bonne, s’il vous plait ! Garam est un troll qui travaille à Magicland, une sorte de zoo pour créatures fabuleuses. Garam est obsédé par les licornes et rêve de devenir soigneur pour ces animaux si particuliers. La nouvelle est divisée en quatre saison, chacune contenant une scène du quotidien de Garam à Magicland et un extrait de sa conversation avec son psy.

Parce que oui, Garam voit un psy pour apprendre à gérer sa colère. Ce troll n’aime pas trop ses semblables, qu’il trouve dans l’ensemble stupides et irrespectueux. On sent, au fil des pages et des scènes, cette grande rage qui l’habite et on ne peut qu’éprouver de l’empathie pour lui. Moi, en tout cas, j’en ai ressenti tout au long de ma lecture et j’ai trouvé chacune de ses réflexions sur les autres très pertinentes. Devrais-je me faire soigner ?

Bienvenue à Magicland est une nouvelle d’une richesse extraordinaire qui, en une vingtaine de pages (sur ma liseuse) aborde la question du bienêtre animal, notre tendance à anthropomorphiser les animaux (et à tout ramener à nous, bien sûr), notre rapport à autrui, la gestion d’un mal-être moderne, le tout à travers le personnage d’un troll qui aurait tout aussi bien pu être humain tant tout ce qu’il ressent m’a parlé. J’ai été enchantée par ce texte qui déborde d’originalité, également au niveau de son bestiaire puisque Lionel Davoust propose des licornes carnivores au mode de reproduction… inattendu ! Ce qui conduira à la chute de ce texte, que je qualifie volontiers de brillante.

La conclusion de l’ombre :
Au risque de radoter, Contes hybrides est selon moi un recueil de grande qualité. Lionel Davoust propose trois histoires courtes dans chacun des grands genres littéraires de l’imaginaire, rappelant ainsi son talent pour ce format qui n’était déjà plus à prouver depuis Les questions dangereuses. Je me suis interrogée quant à la pertinence d’associer ces trois récits les uns aux autres mais, en y repensant, chaque histoire aborde un aspect de l’imaginaire et met en garde le lecteur sur l’importance de préserver le rêve, la magie mais aussi les cultures anciennes. Je ne peux que chaleureusement vous recommander la lecture de cet ouvrage !

D’autres avis : La bibliothèque d’AelinelAu pays des cave trollsL’Épaule d’OrionLe syndrome Quickson – vous ?

capture-decc81cran-2021-06-06-acc80-15.04.03
#S4F3s7 : 21e lecture