Trois bonnes raisons de lire la trilogie « Les héritiers d’Higashi » de Clémence Godefroy !

Salutations à tous.tes !

Il est toujours délicat de chroniquer le tome final d’une trilogie puisque le billet contiendra forcément des divulgâchages monstrueux et n’intéressera donc, probablement, que les personnes ayant déjà découvert le texte. Comme je ne publie que deux articles par semaine et qu’en plus, j’écris dans l’espoir de vous faire découvrir des textes intéressants, ce serait dommage de s’en tenir à une chronique traditionnelle…

Ainsi, je tente un nouveau format au sein duquel je vais développer trois arguments pour vous convaincre de lire une saga, après avoir terminé celle-ci. Comme l’indique le titre, ce sont les Héritiers d’Higashi de Clémence Godefroy qui ouvrent le bal !

Pour rappel, j’avais chroniqué le tome 1 (Okami-Hime) et le tome 2 (Bakemono-san).

Argument n° 1 : Une exploitation judicieuse et bien menée de la mythologie japonaise.
Si, comme moi, vous aimez le Japon et sa mythologie, alors vous trouverez votre compte au sein de l’univers créé par Clémence Godefroy. On y croise des bakemono, des yokai, des oni et tout un tas de créatures tirées de ce folklore si riche. J’ai rarement eu l’occasion de lire une autrice française qui maîtrise si bien ce type d’univers, à l’exception peut-être de Céline Chevet avec son excellent La fille qui tressait les nuages, dans un genre totalement différent. On a davantage tendance à trouver ça dans des mangas, pas dans des romans, même si je sais qu’il existe d’autres titres qui se veulent également japonisants. Je n’ai, pour le moment, trouvé mon compte qu’avec cette saga.

De plus, il faut savoir que les univers de l’autrice sont reliés entre eux. Elle a également écrit du steampunk (et, si mes informations sont exactes, un autre roman de ce type est en préparation) qui se déroule plutôt dans un monde européen, au 19e siècle, qui coexiste en réalité avec Higashi, bien que la ligne temporelle soit différente. C’est particulièrement évident avec l’épilogue. Même si ça tient du détail, je trouve cet aspect intéressant et il méritera une analyse plus poussée une fois le moment venu.

Argument n° 2 : des personnages féminins forts et majoritaires.
Les personnages principaux de cette saga sont quasi exclusivement des femmes, de tout âge, de toute espèce et de tout caractère. Clémence Godefroy a créé une belle galerie de personnages qui évoluent de manière crédible au fil des évènements de sa trilogie, ce qui est un gros point fort. Mention spéciale à Midori, qui est ma favorite entre toutes et qui m’a beaucoup touchée dans son histoire ainsi que dans son parcours. Un personnage sublime ! Merci de l’avoir créé ♥ En quelques mots, au début de la saga, elle est présentée comme une bakemono souffreteuse, une femme intéressée par la culture mais à qui on impose beaucoup de restrictions et qui devra se marier, comme c’est le lot de toutes les femmes à cette époque. Le souci c’est qu’elle est plus intéressée par les savoirs qu’autre chose et qu’elle a un bon fond. Elle se rend donc rapidement compte que des choses ne tournent pas rond, qu’on ne dit pas tous aux femmes. Les chapitres de son point de vue permettent aussi d’avoir un œil sur Yin Daisen, la grande méchante de l’histoire, et de voir comment les choses se passent à la cour. À mesure que le temps passe, Midori évolue, se renforce, se cultive et devient un personnage de plus en plus fort, dans tous les sens du terme. J’ai beaucoup aimé les relations qu’elle entretient avec Joaquim comme avec Ren, particulières chacune à leur manière, mais aussi le fait qu’elle s’épanouisse pour elle-même, par elle-même, et non pas au sein d’une relation amoureuse. Je déplore souvent de ne pas rencontrer davantage de personnages comme elle au sein de la littérature de l’imaginaire. Du coup, j’ai été ravie de la suivre !

Argument n°3 : des tomes courts.
Chaque volume compte +- 200 pages pour 14.90 euros par tête. Il s’agit de romans courts, ce qui apporte beaucoup de dynamisme à l’histoire. On ne s’ennuie pas une seconde, les chapitres alternent les points de vue et sont clairs, directs. L’autrice évite les digressions inutiles et on peut dévorer ses écrits d’une traite si on le souhaite. Pour moi qui ai du mal à me poser à lire pour le moment, c’est sans conteste un point fort.

La conclusion de l’ombre :
Si vous cherchez un récit d’aventure qui se déroule dans un Japon alternatif au sein d’une période moyenâgeuse où des créatures tirées du folklore mythologique japonais sont présentes, vous ne devez pas passer à côté de cette série aux multiples rebondissements. Certes, le déroulement de l’intrigue reste relativement classique mais l’univers et le travail sur les personnages suffisent largement à fournir une trilogie de qualité.

N’hésitez donc pas à soutenir à la fois une autrice française et un éditeur indépendant en commandant Les héritiers d’Higashi directement sur leur site Internet.

Les héritiers d’Higashi #2 Bakemono-san – Clémence Godefroy

28
Bakemono-san
est le second tome de la trilogie des héritiers d’Higashi écrite par l’autrice française Clémence Godefroy. Publié par les éditions du Chat Noir, vous trouverez ce roman sur leur site Internet au prix de 14.90 euros.

Souvenez-vous, j’ai déjà parlé du premier tome sur le blog !

De quoi ça parle ?
Je vous propose ici de vous réexpliquer en quelques mots l’univers du roman : À Higashi, il existe plusieurs espèces de bakemonos qui vivent cachées depuis la fin de la grande guerre qui les opposa au clan Odai (des renards roux) et aurait mené à l’extermination de toutes les autres espèces animales à l’exception des renards roux et de leurs alliés les serpents. Ce clan règne  sans partage sur l’archipel depuis plus d’un siècle et c’est dans ce contexte que nous suivons l’histoire d’une série de personnages. Le premier tome se centrait surtout sur trois femmes : Ayané, une discipline de la Main Pure qui brûle de se voir confier une mission d’importance. Numié Dayut, héritière d’un clan de loup blanc du Nord qui a été faite prisonnière pour forcer les siens à ne plus défier les Odais. Et Yoriko, une nekomata (chat) qui va s’introduire au palais pour se faire oublier et découvrir… tout un tas de choses. Dans cette suite, l’intrigue continue de se développer en laissant la parole à d’autres personnages.

Un roman chorale
Comme pour le premier tome, celui-ci propose de suivre plusieurs protagonistes aux quatre coins d’Higashi, afin de ressentir efficacement l’évolution de l’intrigue. Plusieurs groupes vont donc se former :

Ayané va accompagner Tadashi vers le Sud après avoir découvert le secret de ses origines. Elle se pose beaucoup de questions sur elle-même ainsi que sur son ascendance mais va devoir les éclipser au profit de son ami tanuki ( = chien viverin) qui retourne dans sa tribu alors qu’il en a été banni. Il risque donc la mort ! Pourtant, le soutien des tanukis sera nécessaire dans la révolution qui se prépare…

Jinyu et Shunpei, deux nekomatas (= chat) vont quant à eux se diriger vers les forêts de l’Est à la recherche de l’Oni Vert, capable de rallier tous les yokais (= créature surnaturelle, c’est un terme générique car il en existe toute une flopée). Une puissance qui ne sera pas de trop dans leur lutte… En chemin, ils vont croiser la route de Temma, une jeune jorogumo (araignée) qui s’est mise en tête de les suivre, poussée sur ce chemin par son hélice. Malheureusement pour eux, ils vont rencontrer une terrifiante créature dont l’occupation va permettre de lever un voile sur le mystérieux métal flottant dont on fait les armures à Higashi. À mon avis, ces passages se révèleront clés dans le tome 3.

Enfin, Midori est une orochi (serpent) qui se rend au palais des Mille Flammes pour épouser Ren Ishida, le meilleur ami de Kaito Odai, voué à prendre la succession de l’Empereur. Successeur qui s’était entiché de Numié dans le premier tome au point de retarder ses fiançailles, on va avoir droit à une évolution de ce côté là d’ailleurs. Midori est une jeune fille bien sous tout rapport qui place l’honneur de sa famille avant son propre bonheur. Une fois au palais, elle va rencontrer un diplomate étranger prénommé frère Joachim, un homme qui reconnaitra son érudition. En effet, Midori étant de constitution fragile, elle s’est tournée vers la lecture au lieu de développer des aptitudes physiques comme c’est habituellement le cas au sein de son clan. Forcément, cette attention toute intellectuelle va créer un émoi…

À l’exception d’Ayané, les narrateurs de ce tome ont donc changé puisqu’on ne croise plus du tout la princesse Numié (partie en mission dans le Nord, on aura le fin mot de l’histoire dans le tome 3 je suppose) ni Yoriko qui s’effacent assez vite du paysage l’une et l’autre alors que leurs actions ont des conséquences au sein de l’intrigue. J’ai apprécié suivre ces nouveaux protagonistes avec une petite préférence pour Midori parce que sa force se situe dans les savoirs qu’elle recherche avidement et dans son goût pour la lecture. Clémence Godefroy choisit de mettre l’érudition en avant, j’adore !

Je dois toutefois avouer que j’ai eu besoin de quelques chapitres pour bien tout replacer. En cela, le mémo à la fin a un peu aidé mais j’aurai aimé un résumé du contenu du tome 1 -tant qu’on y était. Si je n’avais pas eu ma chronique pour me rafraichir la mémoire, j’aurai vraiment eu du mal. Je vous suggère donc de lire les tomes à peu de temps d’intervalle !

Une suite à la hauteur, avec des qualités identiques.
Difficile de se montrer très originale quand on chronique des suites, surtout quand celles-ci se révèlent d’une qualité identique au premier tome. En effet, j’ai retrouvé dans ce second tome tout ce que j’ai apprécié dans le premier, absolument tout ! La mythologie japonaise est bien exploitée et l’autrice a entendu la demande des lecteurs en incluant un petit explicatif concernant les mots japonais, les races et les suffixes afin que les novices puissent s’y retrouver. Personnellement, je n’avais pas ressenti de souci majeur mais il faut dire que je consomme énormément de mangas, donc je suis habituée… L’univers se développe et s’enrichit à mesure des chapitres, tout comme l’intrigue qui reste bien rythmée. Quant à l’écriture de l’autrice, elle dépeint si bien les décors, les personnages et les interactions que j’avais l’impression de lire un manga… Si vous voulez en savoir plus sur ces différents points, je vous invite à lire ma chronique précédente puisque je ne vois pas l’intérêt de réécrire identiquement la même chose 🙂

La conclusion de l’ombre :
Avec Bakemono-san, Clémence Godefroy signe un second tome tout aussi enthousiasmant que le premier en reprenant une recette qui a bien fonctionné et en s’y tenant : une mythologie japonaise maîtrisée (et cette fois rendue accessible même aux novices), une intrigue bien ficelée, des personnages intéressants… La qualité est au rendez-vous et une fois au bout de ce tome, on n’a qu’une envie : enchaîner sur le troisième ! Hélas, il va falloir attendre encore un peu pour cela mais il y a des romans pour lesquels cela vaut la peine et celui-ci en fait partie. Si ce n’était pas clair, je recommande très chaudement cette saga !

D’autres avis : Pas encore mais cela ne saurait tarder !

104830016_196628828305750_7386869054363146438_n