#PLIB2019 Terre de Brume #1 le sanctuaire des dieux – Cindy Van Wilder

11
Le sanctuaire des dieux
est le premier tome de la saga Terre de Brume proposée par l’autrice belge Cindy Van Wilder. Publié chez Rageot, vous trouverez ce roman au prix de 16.90 euros.
Je remercie les Éditions Rageot pour l’envoi du fichier numérique de ce roman dans le cadre du PLIB.
Ceci est ma dix-septième lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.

Terre de Brume prend place dans un univers imaginaire qui a connu un Bouleversement. La Brume, sorte de résidu toxique émit lors de l’utilisation de la magie, s’est exfiltrée des réservoirs où on la conservait, s’est répandue sur le monde et a tué une grande partie de tout ce qui vit (faune et flore incluse, d’ailleurs il n’y a plus de vent !). Seuls quelques Survivants parviennent à exister dans des sanctuaires, sous la houlette ou la protection de certains pratiquants de la magie. Hélas, une vague de Brume dévastatrice, peuplée par des monstres, arrive droit sur le temple des prêtres de l’eau où étudie Héra pour devenir une guerrière. La nouvelle, apportée par la Sœur de Feu Intissar, déclenche la panique mais trop tard. Les deux jeunes filles vont devoir s’unir pour affronter cette menace et sauver ce qui peut l’être.

Je vais être honnête, j’étais très peu emballée à l’idée de lire ce roman. Pourtant, j’aime beaucoup l’autrice en tant que personne. En salon, elle est toujours souriante, lumineuse, elle déborde de joie de vivre. C’est super agréable de lui parler ! Mais j’avais lu son roman, Memorex et si j’avais apprécié, je n’en ai pas été transcendée. Je sais très bien que je n’appartiens pas à son public cible, peu importe à quel point ça me frustre. Le pitch ne m’inspirait pas plus que ça et le fait qu’il soit destiné à un public jeune, à la limite adolescent, me faisait m’attendre au pire. Pour ne rien arranger, le pdf offert par l’éditeur affichait une mention « Éditions Rageot 2018 » à travers toutes les pages ce qui, on ne va pas se mentir, était assez rebutant. Pourtant, j’ai commencé ce roman et l’ai lu d’une traite en un peu plus de deux heures ! Temps qu’il a fallu au train pour effectuer le trajet Liège / Mons et m’emmener à Trolls et Légendes. Ce fut donc une très bonne surprise ! J’étais tellement passionnée que, finalement, je ne prenais même plus garde à la mention en travers du texte.

Dès le départ, Cindy Van Wilder nous dépeint un univers intriguant. Le prologue nous place du point de vue de Pylos, un passeur qui se remémore du monde d’avant la Brume et qui conduit un groupe de prêtres jusqu’au pied du mont Olympus. La suite du roman se déroule 17 ans plus tard, du point de vue alterné d’Hera et d’Intissar dans des narrations à la première personne. Si ces deux héroïnes paraissent d’abord assez stéréotypées et se retrouvent vite animées par de (trop) bons sentiments, je n’ai jamais eu la sensation d’un manque de crédibilité. Même si les évènements s’enchaînent à toute vitesse, l’autrice prend le temps de développer les émotions de ses personnages sans en faire trop ou sans que ça ne devienne lourd. Certes, les héroïnes sont des adolescentes mais elles s’éloignent des habituelles gourdes ou pire, mary-sue, qu’on rencontre trop souvent dans la littérature dédiée à un public plus jeune. Si j’ai eu quelques fois envie de gifler Héra, ça m’est vite passé face aux épreuves qu’elle doit affronter. Elle a su m’impressionner par sa résilience !

L’autre personnage intéressant, du moins pour moi, c’est l’antagoniste. On ne sait pas grand chose du mystérieux Dédale au début du roman et les liens ne sautent pas tout de suite aux yeux. Pourtant, dès l’instant où il apparait, je l’ai immédiatement apprécié (ne me jugez pas ->). Il renforce l’aspect métaphorique (je vous en parle juste après) et critique sociale par la façon dont il réussit à convertir les gens à ses idéaux et par la justification qu’il donne à ses actes. Sa présence apporte une dimension supplémentaire à Terre de Brume qui n’est pas pour me déplaire.

Sur fond de métaphore environnementale (je n’ai pas pu m’empêcher de faire des rapprochements entre la brume et l’énergie nucléaire mais je me trompe peut-être), Cindy van Wilder tire la sonnette d’alarme et pousse son lecteur à réfléchir à ces problématiques tout en proposant une intrigue prenante. Certes, cette dernière n’est pas sans défaut et certaines avancées manquent de crédibilité. Comme par hasard, une des héroïnes entend une importante conversation la nuit juste avant que les deux protagonistes concernés se fassent assassiner, ce qui lui permet de quand même continuer leur quête et surtout de savoir dans quelle direction chercher. J’ai trouvé ça un peu dommage mais ce sont des ressors narratifs convenus qu’on retrouve malheureusement souvent. C’est un des points qui m’a un peu agacée toutefois je pense qu’on est moins tatillon là-dessus en littérature jeunesse / ado. Je n’en ai pas suffisamment lu pour pouvoir l’affirmer.

Autre point intéressant, le texte emprunte beaucoup à la mythologie grecque: les lieux, les décors, les noms, les conceptions, ce qui ravira les aficionados auxquels j’appartiens. L’autrice se réapproprie tous ces éléments pour créer un monde bien à elle mais référencé, dans lequel le lecteur ne se perd jamais.

Pour résumer, j’ai passé un bon moment avec ce texte et je compte même acheter la suite aux Imaginales ! Cindy Van Wilder a su me convaincre avec ses héroïnes et son surprenant antagoniste, aussi bien qu’elle a su m’immerger dans son univers aux contours prometteurs. Je recommande ce titre à ceux qui désirent s’initier à la fantasy et aux lecteurs adeptes de textes young adult, Terre de Brume leur est très clairement destiné mais il n’est pas pour autant dénué d’intérêt pour les autres. Les plus exigeants y trouveront un bon divertissement léger qui permet de souffler entre deux lectures !

Publicités

Memorex – Cindy Van Wilder

memorex-cindy-van-wilder-gulf-stream-editeur.jpg

Memorex est un roman d’anticipation écrit par Cindy Van Wilder (une auteure belge !) et publié chez Gulf Stream dans la collection Électrogène, il s’agit donc d’un one-shot. Vous pouvez vous procurer ce livre en librairie puisque l’éditeur est bien distribué, au prix de 17 euros.

Je connais Cindy Van Wilder depuis un bon moment maintenant, via Agnès Marot (dont je vous recommande la lecture d’I.R.L dans la même collection). J’ai directement eu envie de découvrir cette auteure sympathique au rire devenu légendaire sur les salons du livre, sans toutefois parvenir à me décider par quel titre commencer. D’autant que, elle et moi, on joue vraiment de malchance. Soit j’ai dépassé mon budget, soit j’ai dû annuler ma venue en salon, soit j’ai dû partir trop vite, bref… Une fois aux Halliénnales, assis quasiment en face d’elle, toutes les conditions étaient réunies pour que je craque enfin ! Et quoi de mieux qu’un one-shot pour découvrir un auteur? Voilà comment Memorex a rejoint ma PAL.

Memorex raconte principalement l’histoire de Réha, une jeune fille dont la mère est morte un an auparavant dans un attentat perpétré contre sa fondation, Breathe. Depuis, tout s’effondre autour d’elle, sa famille se délite, son frère jumeau n’est plus le même, son père s’enferme sur son île privée… Et elle reçoit un mystérieux e-mail, qui lui laisse penser que bien des mystères sont encore à éclaircir autour de cet attentat, dont le coupable n’a toujours pas été arrêté.

Je ne savais pas quoi penser de la 4e de couverture. A priori, ce n’était pas trop mon genre de lecture mais Agnès m’a bien vendu le livre et j’ai été très agréablement surprise par son contenu. Réha est une jeune femme qui évolue dans un milieu social aisé (académie privée, enfance sereine loin des soucis financiers sur Star Island, etc.) mais qui n’en est pas snobe pour autant. Elle est fragile, perturbée, elle souffre sans pour autant s’apitoyer sur son sort, elle s’interroge beaucoup sur ses émotions, les refoule sans vraiment le faire, ce qui la rend très humaine, très attachante, parce qu’on sent sa volonté de s’en sortir, de ne pas sombrer dans la folie après le drame qui l’a frappé, et toute la difficulté que cela implique.

Si j’ai aimé la suivre et découvrir les protagonistes qui gravitent autour d’elle, j’ai toutefois deviné l’intrigue assez vite. J’avoue que je ne m’attendais pas à ce que ça aille si loin pour son frère jumeau, mais on comprend rapidement certains éléments clés de l’histoire (que je ne cite pas pour ne pas vous bouder le plaisir). De plus, j’ai été un peu perturbée par le changement de narration. Avec Réha, on est à la première personne (puisque c’est le personnage principal) mais ses chapitres sont parfois suivis d’autres chapitres, qui servent à présenter son père, oncle Mike, Aïki, des rapports divers et variés… Dans ceux-ci, on passe à la troisième personne et ensuite, on retourne à la première pour les quelques chapitres consacrés à Aïki, ce qui rend le roman un peu inégal. Cela permet, certes, de comprendre les motivations et la psychologie de chacun, mais était-ce vraiment utile à l’histoire en elle-même? Et à celle de Réha? Je m’interroge.

Du coup, en tant que lectrice, ça me sortait de ma lecture, ça m’empêchait d’être à 200% avec Réha. Si j’ai bien conscience que les informations données sont importantes pour comprendre toute l’intrigue, elles en disent justement trop, trop vite, et ça nous permet de deviner les contours d’une intrigue pourtant intéressante, mais gâchée sur certains points à cause de ces chapitres supplémentaires, ce qui m’embête car construit autrement, je pense que Memorex aurait pu être un coup de cœur.

Toutefois, le point fort de ce roman se situe surtout dans les thématiques qu’il aborde. Le côté attentat a un écho avec notre actualité (bien que le contexte idéologique soit différent), les réflexions d’éthique scientifique, dans un monde de plus en plus automatisé, permettent aussi de tirer la sonnette d’alarme et de nous faire prendre conscience de problèmes qui existent déjà aujourd’hui, en 2017, et depuis plusieurs années. C’est quelque chose que j’ai vraiment apprécié, parce que ça fait de Memorex un roman engagé sans toutefois être dirigiste envers son lecteur. Outre ces éléments, on y parle évidemment de la famille, du deuil, du pardon, des apparences qui sont trompeuses… Des thèmes assez courants mais que l’auteure met en scène d’une manière qui a su me toucher. Mention spéciale à Aïki, un personnage surprenant, complexe… Je me demande si une sorte de suite le mettant en scène, pour pousser un peu plus loin l’univers, est envisageable (ou envisagée?). Quoi qu’il en soit, j’ai beaucoup aimé les jumeaux et Holy, qui s’est révélée plus chouette que prévu.

En bref, malgré quelques points négatifs, j’ai passé un bon moment avec Memorex. Je suis sortie de ma zone de confort et j’ai apprécié le voyage dans cet univers. Je le recommande aux lecteurs qui désirent lire un livre intelligent, pas seulement divertissant, un livre qui les poussera à réfléchir un peu sur le monde dans lequel nous vivons, agrémenté par quelques personnages intéressants.