Boudicca – Jean-Laurent Del Socorro

60753
Boudicca
est un roman historique avec une pointe de surnaturel écrit par l’auteur français Jean-Laurent Del Socorro. Édité chez ActuSF, vous trouverez ce texte au prix de 18.9 euros.
C’est ma première lecture pour le Printemps de l’Imaginaire francophone qui me permet de valider le défi « Lire un livre en rapport avec le folklore celte/breton/gaulois. »

En Angleterre, au Ier siècle après Jésus-Christ, l’Empire romain s’étend sur l’île de Bretagne. Comme son titre l’indique, Boudicca nous raconte l’histoire de cette reine légendaire qui a tenu tête à l’envahisseur, depuis son enfance jusqu’à son trépas. Qui est-elle vraiment ? Jean-Laurent Del Socorro vous le révèle à travers cette biographie teintée subtilement d’éléments surnaturels.

Boudicca est un texte court et dynamique comme je les aime. La narration à la première personne permet de se concentrer sur l’essentiel et je sais que c’est un point qui a gêné plusieurs lecteurs. Pas moi ! J’ai beaucoup aimé l’idée de décrire certaines scènes et d’accumuler les ellipses pour tout ce qui n’était pas fondamental. Cela permet à Boudicca d’avoir un rythme intense, sans temps morts, transformant ce roman en page-turner addictif. De plus, l’auteur y glisse une justification crédible : Boudicca a du mal avec les mots, elle le répète à plusieurs reprises, notamment au druide chargé de son éducation. Elle peine à les trouver, à les prononcer, à les assembler car c’est un art où elle excelle moins que celui des armes. Grâce à l’épilogue, on comprend que nous lisons probablement un texte rédigé par la main de Boudicca, ce qui ne manque pas d’ironie pour un peuple aux traditions orales. Mais que ce soit cela ou que nous la suivions dans son esprit, au fond, ça ne change rien au fait que l’auteur a pris la peine de justifier son choix narratif à travers une caractéristique de son héroïne. J’apprécie cette petite attention qui aide à crédibiliser l’ensemble. La narration à la première personne est un exercice difficile que Jean-Laurent Del Socorro a très bien maîtrisé.

L’auteur nous invite dans la psyché de Boudicca, que le lecteur rencontre au moment de sa naissance tragique et va suivre tout au long de sa vie. Tantôt guerrière, tantôt reine, tantôt mère, tantôt femme, tout simplement, Jean-Laurent Del Socorro s’attache à décrire une personnalité plurielle et complexe, une héroïne forte, imparfaite, insoumise. Une figure magnifique qui rend hommage à la femme dans son ensemble et évite de tomber dans les écueils car Boudicca n’est pas une beauté qui fait tourner toutes les têtes. C’est son charisme et sa force intérieure qui inspirent son entourage.

Grâce à mes études, je disposais de certaines notions sur ce pan de l’histoire antique mais en discutant avec d’autres lectrices de Boudicca, je me suis rendue compte que pour saisir les références et quelques détails, il est nécessaire de s’y connaître un minimum. Je vais aller jusqu’à le qualifier de roman pour les initiés même si l’auteur a l’intelligence de très bien référencer ses recherches à la fin du roman. Ainsi, le lecteur intrigué et novice en la matière pourra parfaire ses connaissances et peut-être relire ce roman court dans la foulée, lui découvrant une toute autre dimension. Une fois de plus, Jean-Laurent Del Socorro nous montre son sérieux dans le traitement de son contexte historique, exactement comme il l’a fait pour Je suis fille de rage.

J’ai évoqué un roman avec des touches de fantastique. En réalité, c’est assez léger. Disons qu’il est présent par la croyance qu’ont les peuples en leurs divinités, par la figure des druides, les augures et les légendes fondatrices des clans. On pourrait discuter de la présence réelle d’éléments surnaturels mais je choisis d’y croire car l’ambiance créée par l’auteur s’y prête.

Pour résumer, Boudicca est une réussite à tous les niveaux. Sa narration, son héroïne et les choix de l’auteur ont su créer, à mes yeux, un page-turner historique efficace et bien mené qui rend en plus hommage à une figure féminine forte. Parfaitement documenté, Boudicca ravira les adeptes de légendes celtiques et perdra peut-être un peu les novices en la matière mais pas de panique, Jean-Laurent Del Socorro a pensé à vous en référençant ses recherches. Vous n’aurez donc aucun mal à aller plus loin si le cœur vous en dit. Je recommande très chaudement la lecture de ce roman !