Montres Enchantées (anthologie, première partie)

11
Montres Enchantées
est une anthologie de nouvelles issues du genre steampunk et ayant pour thème le temps. Publié aux Éditions du Chat Noir, vous pourrez la trouver uniquement au format papier au prix de 19.9 euros.
Lecture dans le cadre du Projet Maki !

De quoi ça parle ?
L’anthologie a pour thématique le temps qui passe et ses effets sur les gens. Clairement inscrite dans l’esthétique du steampunk, elle propose de découvrir 17 nouvelles d’auteurs et autrices francophones.
Par facilité et afin de ne pas proposer un article trop long, j’ai divisé la lecture de cette anthologie en deux parties. Dans cet article, je vais vous parler des huit premières nouvelles à côté desquelles je vais noter la date de ma lecture (pour valider le challenge 😉 ).

22/3 : Et depuis, je compte les heures – Geoffrey Legrand
Dans un Londres du 19e siècle, Laëtitia Burrows rentre de trois mois d’étude à l’étranger quand elle se fait agresser en sortant de la gare. Sauvée par Henry Mullane, le contrôleur du train, elle se rapproche de lui jusqu’à découvrir son secret : suite à une blessure de guerre, son cœur est mécanique et il doit le remonter à l’aide d’une montre au risque qu’il ne s’arrête. Et Henry compte bien se venger du responsable de son état, qui est aussi celui de la mort de ses camarades.
Geoffrey Legrand traite une thématique assez classique (la vengeance) d’une manière efficace. Ses protagonistes fonctionnent bien ensemble, on n’a aucun mal à s’y attacher malgré la taille du texte. On sent venir les rouages narratifs mais on se laisse volontiers porter par le style d’écriture efficace.

22/3 : Comment meurent les fantômes – Sophie Dabat ♥
Dans un monde futuriste qui a régressé dans une ambiance steampunk victorienne, Doris utilise la montre de sa grand-mère pour voyager dans le passé et fuir un quotidien solitaire. Elle revit des évènements heureux de sa vie d’avant, au risque de s’y perdre définitivement…
Sophie Dabat traite ici avec brio de la fuite du réel, de l’addiction et de la tentation : celle de fuir une réalité trop difficile. J’ai ressenti beaucoup d’empathie pour le personnage de Doris et j’ai trouvé cette nouvelle très poétique, surtout grâce à sa fin. Un gros coup de cœur !

23/3 : Le toquant – Clémence Godefroy ♥
Cette nouvelle précède le roman Eros Automaton de la même autrice, que j’avais lu il y a quelques années (avant d’avoir le blog) et dont je conserve un très bon souvenir. Dans le Toquant, nous suivons Lucien qui passe son diplôme de soignant à l’institut d’automatie. Il y présente Léonie, son projet et une automate pour lequel il ressent des inclinaisons coupables. Comme dans son roman, Clémence Godefroy évoque la question d’âme et de conscience chez les automates et le tabou qui entoure leur relation avec les humains. Ça a été un vrai plaisir de replonger dans cet univers, ça m’a donné envie de relire le roman. J’attends avec impatience tout autre projet qui se déroulera dans le même monde ! On me souffle d’ailleurs dans l’oreillette que c’est en cours 😀 Joie !

23/3 : Allergène – Hélène Duc
Dans un 19e siècle technologiquement très avancé grâce au voyage dans le temps de Wells (oui, celui-là), Will est allergique au temps sous toutes ses représentations. Dans le genre pas de bol.. Ne lui montrez pas une horloge, ça pourrait le tuer. J’ai accroché avec enthousiasme à ce postulat de départ mais malheureusement, l’autrice en fait trop à mon goût. Son univers est référencé à outrance avec toutes les figures fameuses de l’époque. On croise même Sherlock Holmes… C’est le genre de choses qui a le don de me refroidir. De plus, la nouvelle ne comporte pas de dialogue. Elle est très descriptive, dans l’exposition. Ce n’est pas du tout un choix narratif qui me plait donc je suis malheureusement passée à côté. Dommage !

24/3 : Tourbillon aux Trois Ponts d’or – Fabien Clavel
Les inspecteurs Fredouille et Ragon enquêtent sur un meurtre surprenant en chambre close où la victime a reçu un carreau d’arbalète dans le front. Fabien Clavel exploite intelligemment la thématique du voyage dans le temps et propose deux personnages forts, intelligents, auxquels on s’attache aisément. Il donne même dans la diversité puisque Ragon est un homme obèse ! Ça peut paraître surprenant, mon besoin de le préciser, mais je me suis rendue compte que ça n’arrive pas très souvent dans les livres que je lis. Fabien Clavel fait preuve d’une belle maîtrise sur tous les plans et offre une nouvelle vraiment bien fichue qu’on dévore avec plaisir.

24/3 : The Pink Tea Time Club – Cécile Guillot
Lottie se promène dans Hyde Park avec sa sœur et son chien (Pink Princess, sans déconner.) quand celui-ci se fait avaler par un monstre tentaculaire. Folle de rage, Lottie décide de venger Pink Princess après avoir rencontré Mr Rabbit, un magicien horloger qui veille normalement sur les portails afin qu’aucun monstre n’en sorte. Cette nouvelle est la première aventure du Pink Tea Time Club, une sorte de recueil d’aventures édité par Cécile aux éditions du Chat Noir et qui est désormais en rupture si je ne dis pas de bêtise. C’est un bon texte mais j’ai eu envie de coller trois baffes par seconde à l’héroïne. Lottie est plutôt du genre superficielle, capricieuse… En réalité, elle est un parfait stéréotype féminin de shônen et cette nouvelle aurait très bien pu être adaptée en manga tant tout y est japonisant. Et oui, même si ça se passe à Londres ! J’ai besoin de citer Black Butler ? Le plus amusant, c’est que l’autrice n’a pas du tout ce type d’influence donc l’esthétique que j’y vois est née d’un parfait accident. Comme quoi… J’ai tout de même passé un bon moment à projeter cette petite histoire en format animé.

25/3 : Je reviendrai – Laurent Pendarias
Angela vient d’un monde dystopique où les montres ont une conscience et dominent les humains. Ceux-ci finissent par se révolter, ce qui contraint les montres à inventer une machine à voyager dans le temps pour éliminer Emmanuel Kant, l’auteur d’idées séditieuses. Angela va alors tenter de le sauver pour sauver l’humanité… Et oui, à ce stade, on a tous pensé à la même chose : Terminator ! Sauf que dans cette nouvelle, Laurent Pendarias prend la peine de réfléchir sur les paradoxes temporels et de les exploiter avec une certaine intelligence. De plus, la résolution se fait sur le dialogue au lieu de la baston. Ça change ! Malgré l’inspiration évidente, j’ai bien aimé lire ce texte.

25/3 : Le club des érudits hallucinés – Marie Lucie-Bougon
Souvenez-vous, je vous ai évoqué ce roman l’année dernière. Et bien cette nouvelle, c’est sa genèse ! Eulalia est l’andréïde, celle décrite dans l’Ève du Futur. Mais si, ce fameux roman précurseur de la science-fiction écrit par Villiers de l’Isle-Adam (okey je fais la maligne, je l’ai découvert après la lecture du roman de Marie-Lucie ->). Sa réalité n’a pourtant rien avoir avec la fiction… J’ai adoré redécouvrir ce texte qui pose les bases solides d’un univers steampunk extraordinaire. J’en profite pour vous recommander le très bon roman qui en découle.

La conclusion (partielle) de l’ombre :
Il est vraiment amusant et intéressant de découvrir cette anthologie six ans après sa publication. On peut ainsi compter le nombre de nouvelles qui sont devenues des romans et des romans d’une très bonne qualité, qui plus est, au sein de la collection Black Steam du Chat Noir. Si je n’ai pas accroché à tous les textes pour des questions de goût, ça n’empêche pas ceux-ci d’être remarquables. On sent un travail de sélection rigoureux qui en vient à me convaincre de lire davantage ce type d’ouvrage alors que je suis plutôt frileuse en règle générale. Bravo au Chat Noir ! On se retrouve bientôt pour la seconde partie de cette chronique 🙂

Sans nouvelles – anthologie

9782930839721

Sans nouvelles est une anthologie publiée chez Livr’s Éditions qui sortira pour la Foire du Livre de Bruxelles (qui a lieu du 22 au 25 février, profitez en puisque l’entrée est gratuite !). Sous le parrainage de Graham Masterton, vous retrouverez Geoffrey Claustriaux, Christelle Colpaert-Soufflet, Hélène Duc, Alexys Méan et Marine Stengel qui vous proposeront des textes en lien avec la thématique de la disparition. Notez que l’anthologie sera disponible au prix de 18 euros dans la collection « Nouvelles ».

Je ne suis pas très portée sur les anthologies en règle générale, parce que j’ai du mal à me retrouver dans des textes aussi courts. Pourtant, globalement, j’ai passé un très bon moment avec Sans Nouvelles. Je me propose de vous parler un peu de chaque texte, pour vous mettre l’eau à la bouche !

Au cœur de l’horizonGeoffrey Claustriaux
Dans cette nouvelle, nous rencontrons deux enfants -un cousin et une cousine- qui disparaissent de leur domicile sans laisser de traces pour se réveiller sur un bateau habité uniquement par des personnes âgées. Le pitch de base est plutôt inédit, je n’avais encore jamais rien lu de semblable et ça m’a assez vite emballée. J’ai trouvé ce texte intéressant et inspiré ; il y a une certaine tension tout du long et le dénouement était complètement inattendu. Le talent de Geoffrey Claustriaux n’est plus à prouver et on le retrouve ici à chaque ligne. Ce n’est pas ma nouvelle favorite, mais elle reste remarquable, principalement pour sa conclusion (glauque !) et pour sa finesse dans le traitement du sujet.

De l’autre côtéChristelle Colpaert-Soufflet
Souvenez-vous, début du mois, je vous ai parlé du roman Mémoires Assassines, de cette même auteure. Avec cette nouvelle, Christelle affirme son penchant pour les maisons qui renferment plus d’un secret. Une malédiction familiale pousse l’héroïne à vendre cet héritage immobilier et sa fille aînée en disparaît soudainement sans laisser la moindre trace. Cette mère va donc chercher désespérément des réponses et les trouver là où elle s’y attend le moins. J’ai apprécié cette nouvelle pour son côté fantastique maîtrisé et inspiré et pour sa fin qui fait froid dans le dos. Comme pour Geoffrey, le malsain est au rendez-vous mais il est beaucoup plus prononcé et brut sous la plume de Christelle, ce qui n’est pas désagréable. C’est simplement un autre style !

Enquête en sang troubleHélène Duc
Sûrement la nouvelle que j’ai le moins apprécié mais je pense que mon passif en tant que lectrice et ma tendance à être trop exigeante y est pour quelque chose. Nous suivons un privé qui s’ennuie dans son travail, jusqu’à ce qu’on lui confie une enquête sur la disparition d’une jeune fille. Outre un pitch plutôt standard, ce texte comprend de nombreux clichés désagréables (par exemple « elle était gothique et donc n’avait pas beaucoup d’amies »…. Lol ? Merci. ) et manque, par conséquent, de crédibilité. Si ce détective existait dans la vraie vie, son incompétence l’aurait soit fait tuer, soit condamné au chômage. Je crois que le dénouement et les explications sur la disparition m’ont achevés… Il y a des thèmes qu’on ne peut pas traiter n’importe comment au risque d’enchaîner les clichés indigestes et ça a malheureusement été le cas ici. En fait, c’est trop « américanisé », ce qui n’est pas un mal en soi, ça convient à certaines personnes mais moi, j’attendais autre chose. Après réflexion, je me dis que c’est peut-être une volonté stylistique de l’auteure, qui prendrait le contrepied en grossissant les traits des clichés pour justement nous amuser ou nous pousser à réfléchir sur le genre de la nouvelle policière, mais sur un plan personnel, ça ne m’a pas convaincue. Je précise que ça n’engage que moi et que je ne crache pas sur le travail de l’auteure. Simplement ce texte aurait mérité qu’on réfléchisse un peu plus dessus ou qu’on marque mieux son parti pris esthétique.

NagovorAlexys Méan
Je n’avais encore jamais rien lu de cet auteur et ça a été une merveilleuse surprise. J’ai trouvé son texte original et sa plume parfaitement inspirée. Nous rencontrons le vieux monsieur Yudin, qui a reçu l’autorisation de consulter les archives du gouvernement russe concernant un accident qui a coûté la vie à l’équipe d’alpinistes dont il faisait partie, il y a presque soixante ans. Il ne doit sa survie qu’à une maladie, qui l’a empêchée de continuer au-delà d’un étrange village… Ou peut-être que c’est un peu plus compliqué que ça. Nagovor recèle de nombreux mystères qu’on ne voit pas venir avant qu’ils ne se présentent à nous. En exploitant la mythologie slave, l’auteur nous offre un texte original et dynamique. Alexys Méan a énormément de talents, on ressent très bien les émotions des personnages et on vibre avec eux. Sur un texte aussi court, c’est surprenant ! Les descriptions sont justes et efficaces, le choix de la narration est plutôt osé (pari gagné !) et il maîtrise très bien les codes de la nouvelle. C’est sans doute celle que j’ai préféré.

La boîteMarine Stengel
Difficile de parler de ce texte sans vous en spoiler le contenu, parce qu’il est court et… n’a aucun enjeu. Une femme est enfermée dans une boîte. Quand elle en sort, il y a des centaines de corps à ses pieds. Elle trouve une lettre, qui lui explique pourquoi elle est là… Et c’est plus ou moins tout. On n’a pas le temps de s’attacher à elle, tout arrive trop vite, on a juste l’impression d’assister au final d’un film ou justement, à l’introduction d’une histoire plus vaste. Ce texte n’est pas mauvais en soi, je le trouve juste déconcertant et pas à sa place au milieu des autres. Il ne correspond pas, selon moi, aux critères techniques de la nouvelle. Mais il ferait un bon pitch de roman, peut-être une affaire à creuser?

Sous les drapsGraham Masterton
C’est la première fois que je lis un texte de Graham Masterton, maître incontesté de l’horreur et du suspens, du moins selon sa réputation. J’étais curieuse d’en apprendre plus, surtout que je vais le rencontrer sur le stand de Livr’s à la foire du livre de Bruxelles. Je dois avouer que j’ai été très agréablement surprise par le contenu de Sous les draps. Le héros est un petit garçon qui, une fois la nuit tombée, joue à être un héros. Parfois, c’est un pompier, parfois, un secouriste et là, un spéléologue qui doit retrouver une personne coincée dans une grotte. Il va se laisser embarquer dans un univers onirique dont nous ne sommes pas certain de s’il existe ou non. Je ne vais pas trop en dire, parce que à l’exception du texte d’Alexys, c’est celui que j’ai trouvé le plus inspiré, le plus riche et le plus original. Sans la fin, il aurait été mon préféré et vous comprendrez pourquoi si vous le lisez également. Cette nouvelle m’a donnée envie d’en découvrir plus sur son univers ! Je pense que Sous les draps ravira les adeptes de l’auteur et convaincra ceux qui ne le sont pas encore de le devenir.

Pour résumer, je vous recommande l’anthologie Sans Nouvelles. Certes, il y a un texte que je n’ai vraiment pas aimé et un autre que je n’ai pas entièrement compris, mais il y a quatre nouvelles qui sont à lire absolument, surtout si vous avez envie de découvrir ces auteurs dotés d’un certain talent. Le thème de la disparition est traité d’une manière plurielle et systématiquement angoissante. Parfois avec du fantastique, parfois en rappelant simplement que l’horreur peut-être juste humaine. Une agréable lecture qui plaira aux adeptes du genre comme aux novices. N’hésitez pas à passer sur le stand Livr’s à la foire du livre de Bruxelles, pour en profiter !