Binti – Nnedi Okorafor

70568
Binti est un ouvrage de space-opera contenant deux novellas écrit par l’autrice americano-nigérianne Nnedi Okorafor : Binti et Binti : Home. Traduit en français par Hermine Hémon pour ActuSF, vous trouverez ce recueil sous le label Naos au prix de 17.9 euros.
Je remercie Jérôme, Gaëlle et les Éditions ActuSF pour ce service presse.
Il s’agit de ma seconde et troisième lecture pour le Projet Maki.

Binti est une adolescente née au sein de la tribu Himba. Son don en mathématique et ses pouvoirs d’harmonisatrice attirent sur elle l’attention de l’université d’Oomza, qui lui propose de venir étudier chez eux. Cela signifie quitter son village, quitter sa planète et devenir une paria. Tiraillée entre les traditions et son envie de s’accomplir, Binti décide de prendre la navette et d’entamer son voyage.

Comme je l’ai signalé en introduction, ce volume contient en réalité deux novellas mais cela ne se ressent pas vraiment à la lecture. Ç’aurait tout aussi bien pu être un seul roman et je ne suis pas sûre que je me serais rendue compte de la division si je n’avais pas lu des chroniques chez d’autres blogpotes, qui en parlent. Je comprends le choix d’ActuSF de réunir ces deux textes en un seul tome.

Dans la première novella, sobrement intitulée du prénom de l’héroïne (Binti donc, pour ceux qui ne suivent pas), Binti décide d’entreprendre un voyage vers l’université d’Oomza, malgré les craintes qu’elle éprouve et le désaccord de sa famille. Dès qu’elle sort de son village, la jeune fille est confrontée à de la curiosité déplacée et à un sans-gêne vraiment choquant de la part des personnes rencontrées dans le spatioport. La raison ? Binti est une himba et cela se voit. Les femmes himbas s’enduisent le corps d’un onguent spécial qui sert aussi à les nettoyer. Elles en ont également sur les cheveux, qu’elles tressent à leur manière. Certaines femmes du peuple koush n’hésitent d’ailleurs pas à les lui prendre pour les tâter, comme on le ferait d’un animal curieux et exotique. C’est l’un des premiers thèmes abordé par l’autrice : la manière dont on considère la différence.

Quand Binti arrive dans la navette, elle rencontre d’autres étudiants de la race humaine qui, comme elle, se rendent à l’université d’Oomza. L’ambiance est immédiatement différente et Binti se sent acceptée pour la toute première fois. On ressent vraiment l’écart entre ces intellectuels en devenir et les gens rencontrés précédemment par l’héroïne. Ici, j’ai eu le sentiment que l’autrice voulait mettre en avant l’importance du savoir et de l’ouverture d’esprit, face aux personnes qui restent enfermées dans leurs habitudes et leurs certitudes. Peut-être que j’extrapole mais c’est ce que j’ai ressenti à ma lecture et j’ai trouvé la transmission de ces valeurs importante.

Malheureusement pour Binti, son bonheur ne va pas durer longtemps. Une attaque se produit un peu avant l’arrivée à destination de la navette et tout le monde meurt. Tout le monde sauf Binti, qui ne doit sa survie qu’à un vieil artefact (son edan) trouvé par elle dans le désert il y a des années. L’attaque, aussi rapide que brutale, fait éclater la bulle de tranquillité dans laquelle le lecteur commençait seulement à s’installer. Je ne peux m’empêcher d’y voir une métaphore du quotidien dans certaines régions d’Afrique. Au départ, on ne comprend pas vraiment les Méduses, pourquoi elles agissent ainsi, aussi soudainement, sans la moindre raison apparente. Pour Binti, il existait jusqu’ici un statu quo relatif entre les Humains et les Méduses, comme il doit en exister, je présume, entre différentes tribus avant que l’idée prenne à l’une d’elle de s’engager sur la voie de la guerre. À nouveau, j’extrapole peut-être mais j’ai lu ce roman en étant épatée par la quantité de liens que je parvenais à faire entre notre réalité, les messages de l’autrice et son intrigue.

À ce stade, Binti doit survivre et tenter de trouver une solution. Arrive alors un des autres thèmes importants qu’aborde Nnedi Okorafor : le pouvoir de la parole. Comme dans beaucoup de romans mais aussi, hélas, dans notre réalité, les problèmes naissent d’une incompréhension culturelle, d’un manque de connaissance de l’autre. L’autrice contraint son lecteur à réfléchir à tout cela et je trouve qu’elle y parvient bien. En soi, son intrigue n’a rien de fondamentalement original mais les valeurs transmises sont vraiment importantes, surtout au sein d’un label jeunesse comme Naos.

La seconde novella (Binti : Home) va plus loin et développe les conséquences de cette attaque sur Binti. Elle subit forcément un grand traumatisme qu’elle essaie de soigner et va passer par plusieurs étapes. La psychologie, déjà très présente dans la première novella, se développe davantage et de manière plutôt crédible. J’ai particulièrement apprécié la relation entre Binti et Okwu. Dans un premier temps, ça m’a plutôt choquée et interpelée qu’elle parvienne à lier une amitié avec le potentiel meurtrier de ses amis. Puis l’autrice nous montre justement les doutes, les traumatismes de son héroïne et cette relation un peu en demi-teinte devient de plus en plus crédible.

Dans ce deuxième texte, on ressent davantage la force des traditions, le cocon confortable du connu vers lequel on est toujours tenté de se réfugier pour guérir. Binti : Home permet d’en apprendre davantage sur la culture Himba et sur la manière dont ses représentants pensent. Les échanges qu’a Binti avec les membres de sa famille et son ancien meilleur ami sont interpellants. En tant que lectrice, j’ai immédiatement ressenti une profonde empathie pour cette héroïne, empathie renforcée par une narration à la première personne véritablement efficace.

On tourne les pages sans vraiment s’en rendre compte et on arrive à la fin avec l’envie d’enchaîner sur la suite. Certains regrettaient un manque d’approfondissement de l’univers mais personnellement, je n’ai pas du tout été gênée par cela. Nnedi Okorafor nous dit ce qu’on a besoin de savoir pour comprendre son intrigue et ses messages, sans ressentir le besoin de nous abrutir d’informations secondaires. Cela rend le pouvoir signifiant de son texte encore plus fort. L’autrice semble savoir ce qu’elle veut avec ses écrits et j’adhère.

Pour résumer, Binti est un space-opera young adult dans la veine afrofuturiste plutôt réussi. Nnedi Okorafor propose une héroïne attachante à la psychologie aussi crédible que développée, le tout dans une narration à la première personne maîtrisée. Les deux novellas sont traversées par la défense de valeurs importantes comme la tolérance, l’ouverture aux autres cultures, la résolution de conflit sans violence et le tiraillement entre épanouissement personnel et tradition familiale. En plus d’être divertissant, Binti est donc un texte intelligent et bien représentatif de la qualité du label Naos. Je le recommande !

Maki

Les sorties de l’ombre #1 – janvier 2020

Bonjour à tous !
J’inaugure cette année un nouveau rendez-vous destiné à vous présenter les sorties à venir chez les éditeurs que j’affectionne particulièrement. Tous les mois, je compte sélectionner cinq romans à paraître que j’attends avec impatience. J’opère la sélection sur base de mes goûts personnels : tous les éditeurs ne seront pas forcément présentés à chaque fois, toutes leurs nouveautés non plus car je n’ai pas pour ambition de faire un tour complet du panorama littéraire de l’imaginaire. J’ai simplement envie de partager avec vous mon enthousiasme face aux sorties à venir 🙂

On commence doucement en Janvier avec deux romans à paraître aux Éditions du Chat Noir et dont les précommandes sont ouvertes depuis le 15 de ce mois, raison pour laquelle je vous en parle déjà. Il s’agit d’un Chat Blanc : Tu es belle Apolline de Marianne Stern et d’une traduction : The Dead House de Dawn Kurtagich Très honnêtement, si le Chat Blanc n’avait pas été écrit par une autrice que j’apprécie beaucoup, je ne suis pas sûre que j’aurai eu envie de le lire. Mais ma curiosité est piquée donc nous verrons ce que cela donnera. Notez que je vais acheter ces romans début mars à la Foire du Livre de Bruxelles, donc on n’en parlera pas tout de suite.

wyld-tome-2-rose-de-sang-1266449
Mi-janvier, Bragelonne a eu la bonne idée de sortir la suite de Wyld de Nicholas Eames intitulée Rose de Sang. Elle n’a pas eu le temps de s’installer dans les rayons de ma librairie que je repartais déjà avec tant le premier tome avait été une vraie bouffée d’oxygène pour moi. J’ai hâte de dévorer celui-ci !

Les-Six-Cauchemars-moran
On continue en compagnie de Mnémos qui commence fort cette année avec les Six Cauchemars de Patrick Moran,  un roman indépendant qui met à nouveau la Crécerelle en scène. J’avais déjà lu le précédent et j’avais adoré. J’ai eu la chance de recevoir celui-ci en service presse (j’en profite pour remercier l’équipe éditoriale au taquet !) il devrait donc être lu ce mois-ci, début février au plus tard.

70568
Et enfin, on termine avec une nouveauté ActuSF à savoir Binti de Nnedi Okorafor. Je n’ai encore jamais lu cette autrice mais le pitch de ce roman me vend du rêve. Je suis impatiente de voir ce qu’il va donner. D’ailleurs, je l’ai reçu en service presse (merci Jérôme et Gaëlle !) et ce sera ma lecture de la semaine.

C’est déjà terminé pour le mois de Janvier ! Je vais essayer de préparer l’article de février un peu plus tôt dans le mois mais j’attendais les couvertures / annonces de tout le monde pour faire ça bien.

Allez-vous craquer pour certains de ces romans? 🙂

#PLIB2020 Je suis fille de rage – Jean Laurent Del Socorro

8
Je suis fille de rage
est un one shot fantastique écrit par l’auteur français Jean Laurent Del Socorro. Publié chez ActuSF dans une belle édition à couverture cartonnée et reliée, vous trouverez ce texte au prix de 23.9 euros.
Je remercie Gaëlle, Jérôme et les éditions ActuSF pour ce service presse.

Je suis fille de rage est un roman découpé en cinq parties, une pour chaque année que dure la guerre de Sécession. Le lecteur suit de nombreux personnages dans les deux camps et côtoie même la Mort en personne au fil de ce conflit dont on a tous entendu parler mais dont on sait en réalité peu de choses.

Difficile de résumer autrement et d’une meilleure manière ce texte qui est un véritable roman choral. Jean-Laurent Del Socorro propose une narration à la première personne en variant chaque fois les points de vue. Des en-têtes de chapitre avec des métaphores nous permettent de comprendre qui nous suivons (bien que ça demande un effort de mémorisation parce que les personnages sont vraiment nombreux). Ces chapitres, l’auteur les veut courts, percutants, efficaces. Il alterne une intrigue romancée avec des documents officiels, existants, avec une traduction personnelle. Ces textes sont autant de communiqués de presse (pour se rendre compte à quel point l’honnêteté journalistique, c’est subjectif), des échanges officiels que des correspondances privées entre de fameux généraux et leurs épouses ou enfants. Le roman s’ouvre d’ailleurs sur une petite notice explicative qui aide vraiment à s’y plonger pour comprendre les codes utilisés. Il se termine sur une notice bibliographique qui nous montre à quel point Jean Laurent Del Socorro s’est investi dans ses recherches.

C’est d’ailleurs la première grande force du roman, cette minutie, cette crédibilité, induites toutes les deux par des documents pertinents et un déroulé clair des affrontements auxquels le lecteur assiste. Quand je dis assiste, je dois nuancer. Les batailles sont soit éclipsées, soit vécues du point de vue d’un simple soldat qui n’y comprend pas grand chose, qui suit les ordres, qui a un objectif final et essaie surtout de sauver sa vie. En s’intéressant aux Généraux mais aussi aux simples soldats, l’auteur parvient à brosser un portrait terriblement humain de ce conflit. On croise parfois des personnages quelques lignes, le temps de les voir mourir, souvent bêtement. Personne n’est épargné et le lecteur ne peut pas rester indifférent devant ces évènements qui tendent vers l’absurde. Surtout quand il se rend compte qu’à de nombreuses reprises, une autre décision prise par une autre personne aurait pu permettre à ce conflit de causer bien moins de victimes. C’est frustrant.

Ne vous attendez pas à trouver un roman de l’imaginaire comme on le conçoit habituellement. Il y a bien ici une pointe de surnaturel, à travers le personnage de la Mort qui échange avec Lincoln et s’incarne comme une espèce de conscience. On la recroise à certains autres moments du récit, ce qui apporte toujours un petit peps narratif. J’ai beaucoup aimé cette idée. Son décompte à la craie apporte une violence subtile, une réalité terrible à cette guerre pour le Président qui ne la vit pas directement. Impossible de réduire les morts à de simples chiffres… Glaçant. Brillant.

Comme je l’ai dit, Je suis fille de rage n’est pas le genre de texte qui laisse indifférent, qu’on soit ou non des spécialistes de cette période. Personnellement, je ne connaissais rien du tout sur cette guerre hormis ce que j’ai pu en entendre dans des séries télévisées. J’ai donc découvert avec grand plaisir les tenants et les aboutissants des affrontements, rencontré quelques batailles célèbres, quelques militaires dont l’Histoire a retenu le nom mais ce qui m’a surtout marqué, finalement, c’est l’équilibre subtil trouvé par l’auteur entre transmission historique et Histoire romancée. Jean Laurent Del Socorro apporte ses propres personnages en plus de ceux laissés par l’Histoire et parvient à brosser une multitude de profils : des hommes, des femmes, des Blancs, des Noirs, des unionistes, des confédérés, des observateurs extérieurs. Il ne se concentre pas que sur les affrontements mais aussi sur leurs conséquences, sur la maladie, sur les pertes, sur le découragement, sur la vie et sa fragilité. Finalement, ceux qui survivent ont surtout eux plus de chance que leur voisin… C’est délicieusement cynique.

Petit point de détail, j’ai lu cet ouvrage en numérique mais j’ai eu l’occasion de feuilleter l’objet-livre en librairie. Il est fabuleux. Si vous n’avez pas encore tous vos cadeaux pour ce soir ou que vous avez envie de faire plaisir à un(e) lecteur(rice) c’est vraiment l’idéal. La seule chose que je regrette, ce sont les coquilles encore présentes dans le texte mais rien qui ne résistera à une relecture pour un second tirage, tirage que je ne doute pas de voir arriver tant Je suis fille de rage mérite de connaître un beau succès. Ce texte m’a vraiment convaincue et il a de grandes chances de figurer dans ma sélection des cinq pour le PLIB 2020.

Pour résumer, Je suis fille de rage est une véritable réussite. Jean Laurent Del Socorro nous parle avec justesse de la guerre de Sécession en trouvant le bon compromis entre devoir de mémoire et intrigue romancée. Ce roman n’est pas juste un livre sur la guerre, c’est aussi -et surtout- un ouvrage sur l’humain porté par des chapitres courts d’une redoutable efficacité. Je recommande très chaudement ce texte que j’ai pris un immense plaisir à découvrir !

À la pointe de l’épée – Ellen Kushner

6
À la pointe de l’épée
est un roman de fantasy dit « de mœurs » écrit par l’autrice américaine Ellen Kushner. Réédité récemment chez ActuSF dans une intégrale prestige avec une nouvelle inédite, vous trouverez ce texte au prix de 24.9 euros.
Je remercie Jérôme, Gaëlle et les éditions ActuSF pour ce service presse.

Richard Saint-Vière est bretteur et c’est même le meilleur d’entre eux aux Bords-d’Eaux. Les nobles s’arrachent ses services mais Richard a un code d’honneur et des habitudes très strictes. Vu son prestige, il peut se permettre de refuser des contrats, ce qui ne plait pas à certains. Le voici alors entrainé, avec son amant Alec, dans les basses intrigues des puissants de ce monde.

Il y a beaucoup à dire sur ce roman. Je vais commencer par évoquer l’objet en lui-même, absolument magnifique avec une couverture cartonnée, un signet en tissu, des dorures… Pour un prix assez démocratique compte tenu du fait que l’intégrale comporte non seulement le roman original À la pointe de l’épée mais également plusieurs nouvelles (cinq en tout : un jeune homme de mauvaise vie, du temps où j’étais brigand, le bretteur qui n’était pas la Mort, le Duc des Bords-d’Eaux (ma préférée ♥) et Cape-Rouge) et quelques lettres d’Octavia Saint-Vière, la mère de Richard. L’ensemble avec une mise en page soignée, aérée, qui m’évoque le 19e siècle.

En commençant ce texte, je m’attendais à un ouvrage davantage fantasy au sens où on imagine habituellement ce terme : une présence magique, peut-être quelques créatures, quelques pouvoirs spéciaux, même une petite touche. Il n’y a rien de cela dans À la pointe de l’épée et je pense que c’est important de le préciser même si, quand on y pense, personne n’a jamais dit le contraire. J’ai simplement supposé, vu l’éditeur.

Il s’agit donc d’un roman de mœurs, qui traite des relations humaines dans un contexte qui rappelle la période Renaissance, ses duels à l’épée, d’où les parallèles avec Dumas je présume. Ellen Kushner choisit de dépeindre une société où les nobles peuvent régler leurs conflits en appelant des bretteurs, qui mènent pour eux des duels d’honneur au premier sang ou à mort. Le bretteur est une classe sociale à part entière. Certains se contentent de parader dans des mariages, d’autres gagnent en prestige grâce à leur talent. C’est le cas du personnage de Richard. Ce concept a priori simple permet d’offrir un roman d’une grande intelligence qui s’interroge notamment sur le pouvoir des élites. En effet, assassiner quelqu’un à la demande d’un noble est socialement acceptable mais quand Richard tue un noble pour se venger de mauvaises actions à son encontre, cela déclenche un scandale d’une hypocrisie terrible. Brillant.

Les personnages de Richard et Alec représentent également l’un des grands points positifs de ce récit. La vie de Richard tourne autour de son art d’épéiste. Il s’entraîne tous les jours, développe une technique qui lui est propre, tue pour l’argent mais aussi pour s’entrainer. C’est un protagoniste à la morale douteuse qui ne tombe pour autant pas dans le sadisme ou l’ultra violence gratuite. Au contraire. Richard est un homme calme qui perd difficilement ses moyens. Une personne simple, qui ne se prend pas inutilement la tête et reste fidèle à ses principes. Mais surtout, Richard est homosexuel. Dans la préface, l’éditeur signale que des lecteurs se plaignaient du manque de traitement de ce sujet dans les différents textes. En fait, Ellen Kushner choisit de montrer une société où l’homosexualité n’est pas scandaleuse ou inhabituelle. C’est une forme de normalité, personne ne s’étonne que Richard aime Alec et vive avec lui pas plus qu’on ne s’étonnerait d’un noble qui courtise une dame. Je trouve ce choix important et novateur car Ellen Kushner nous dépeint une société comme elle devrait l’être. À terme, je souhaite sincèrement que tous les débats sur les différentes orientations sexuelles disparaissent et que chacun soit libre de faire ce qu’il désire sans devoir se justifier ou se défendre. Notez qu’Ellen Kushner est elle-même homosexuelle, mariée et engagée dans la lutte pour les droits LGBTQ+, son choix est donc bien dans la continuité de son propre engagement et non un désintérêt pour sa thématique. Elle la traite, en réalité. Elle le fait juste différemment de ce à quoi on pourrait s’attendre.

Richard est donc en couple avec Alec, un personnage beaucoup plus sombre, névrosé, fascinant. J’ai adoré la manière dont l’autrice met en scène leur relation. La façon dont Richard gère les éclats d’Alec, la manière dont Alec se comporte en cherchant visiblement à mourir. On les voit évoluer ensemble, leur histoire constitue une grande partie de l’intrigue et pourtant je n’ai ressenti à aucun moment un écrasement ou une lassitude quelconque alors qu’en règle générale, vous le savez, ça me déplait. L’autrice maîtrise à merveille l’équilibre de son histoire et de sa narration. À ce stade, je me dois de préciser que ce texte est plutôt violent. Il ne s’agit pas de dépeindre les préférences amoureuses de deux hommes, comme une romance classique (un mot qui ne convient pas du tout à ce roman). Il y a du sang, il y a des morts, il y a des perversions, des éclats, le tout sans excès et présenté d’une manière très crédible. C’est absolument délicieux et je décèle sans problème l’une des sources d’inspiration d’Estelle Faye pour Bohen. Ça saute aux yeux pour tout qui a lu les deux romans.

Ellen Kushner opte donc pour une narration à la troisième personne qui permet au lecteur de suivre plusieurs points de vue afin de prendre conscience de la manière dont les choses se passent sur la Colline mais aussi dans les Bords-d’Eaux. C’est en cela aussi que ce roman est qualifié, je pense, de romans de mœurs puisqu’il nous détaille, un peu comme certains auteurs du 19e, la manière dont on perçoit tel ou tel comportement, dont on doit se comporter dans telle ou telle situation, ce qui est honorable ou ce qui ne l’est pas. J’en ai été fascinée tout au long de ma découverte.

Je ne vais pas revenir sur le contenu de chaque nouvelle afin de ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte. Sachez qu’ActuSF a eu l’intelligence de les classer par ordre chronologique pour l’histoire au lieu d’un ordre de parution comme le font certains éditeurs. Du coup, je n’ai pas spécialement eu l’impression de lire un roman et des nouvelles, mais bien une grande fresque superbe et maîtrisée par une autrice talentueuse dont j’ai envie de découvrir le travail plus en profondeur.

Pour résumer, j’ai adoré ma découverte d’À la pointe de l’épée qui a été un vrai coup de cœur malgré ma surprise de ne pas y trouver ce que j’imaginais. Dans une fantasy de mœurs, Ellen Kushner nous propose de suivre des personnages atypiques, sombres et fascinants. L’action est aussi au rendez-vous et l’autrice emprunte beaucoup au genre cape et épée pour nous offrir des duels dignes de Dumas. Ce roman est un petit bijou autant pour son intégrale prestigieuse que pour son contenu. C’est un texte que je relirai avec plaisir et que je recommande plus que chaudement.

Passing Strange – Ellen Klages

2
Passing Strange
est un one-shot fantastique écrit par l’autrice américaine Ellen Klages. Publié chez ActuSF, vous trouverez ce roman dans la collection Perles d’Épice au prix de 18.9 euros.
Je remercie Jérôme, Gaëlle et les Éditions ActuSF pour ce service presse.

Passing Strange raconte l’histoire de six femmes dans le San Francisco des années 1940. Six femmes homosexuelles qui ne cherchent qu’à obtenir le droit de vivre comme elles l’entendent.

J’ai parlé d’un roman fantastique et j’ai conscience que ma manière de résumer ce texte ne le laisse pas penser. Il y a bien une dose de surnaturelle mais elle s’apparente plutôt à une forme de magie belle, douce et subtile que je ne peux pas détailler par crainte de vous gâcher la fin (quelle fin, franchement ! ♥). Sachez toutefois que l’une des protagonistes pratique un art appelé ori-kami qui est celui du pliage de papier et qui permet de tordre le tissu spatial. J’ai trouvé l’idée intéressante, originale. La touche de fantastique permet d’ajouter une certaine poésie au roman mais ce qui marque surtout, ce sont ses thèmes.

Dans les années 1940, vous imaginez bien que l’homosexualité n’était pas vraiment bien considérée. J’ai été effarée de découvrir les lois en vigueur à cette époque (que je présume malheureusement exactes puisque l’autrice semble avoir mené des recherches consciencieuses). Pour vous donner une idée, une femme n’a pas le droit de s’habiller « en homme », elle doit porter au moins trois accessoires féminins sur elle et les agents peuvent évidemment vérifier à leur aise… Il n’y a personne pour défendre leurs libertés et elles doivent se rejoindre dans des espaces vaguement clandestins comme le bar « chez Mona » que la police laisse ouvert parce que ça « participe au tourisme ». Les gens du commun s’y rendent pour se donner des frissons en contemplant ce qui est nommé « débauche ». J’ai conscience que tout ça a évolué (dans la théorie en tout cas) mais ça m’a glacée le sang et révoltée à plus d’une reprise.

Pourtant, Ellen Klages ne transforme pas son roman en pamphlet politique et c’est aussi ce que donne de la force à ses thématiques. Elle raconte une belle histoire d’amour, d’amitié aussi, entre Haskel et Émilie, entre Helen, Franny, Polly et Babs. Elle en profite pour évoquer le racisme (envers les asiatiques, une communauté à laquelle Helen appartient et dont on ne parle pas si souvent), l’inégalité entre les hommes et les femmes (Polly ne peut pas entrer dans l’université de son choix car il n’est pas admis que des femmes y étudient) avec une subtilité qui instille chez le lecteur un sentiment d’horreur, d’incompréhension.

Passing Strange, c’est donc tout cela mais aussi et surtout la (ou en tout cas l’une) plus belle romance que j’ai pu lire. Ce roman est doux, sincère, bien écrit, les pages se tournent sans qu’on ressente la moindre longueur. Ellen Klages plonge son lecteur dans un San Francisco si bien détaillé qu’on pourrait s’y promener les yeux fermés. Je n’ai pas grand chose de négatif à dire sur ce texte hormis peut-être sur la couverture car celle en anglais est, selon moi, beaucoup plus attirante mais c’est un détail et celle en français n’est pas non plus dénuée d’intérêt en ce sens qu’elle rappelle les techniques d’Haskel.

Pour résumer, Passing Strange est une grande réussite sur tous les plans. Ce one-shot légèrement fantastique traite avec poésie et sincérité de l’homosexualité dans les années 1940 à San Francisco. Il raconte l’histoire de six femmes, six amies, qui ne demandent qu’à vivre comme elles l’entendent, comme elles le méritent. J’ai aimé la manière dont l’autrice m’a transportée dans son histoire, les émotions qu’elle est parvenue à m’inspirer et je ne peux que vous recommander la découverte de ce titre. Pourtant, sachez-le, je n’aime pas la romance en général… Imaginez à quel point ce roman est bon !

Les poisons de Katharz – Audrey Alwett

Les poisons de Katharz est un one-shot de l’autrice française Audrey Alwett. D’abord publié chez ActuSF en 2016 pour 19 euros dans un grand format, il existe une version poche chez Pocket au prix de 9.5 euros.

La cité de Katharz est une ville-prison où la Trisalliance entasse ses criminels. Dirigée par Ténia Harsnik dite la tyranne (le féminin, c’est important) cette dernière doit tout tenter pour garder la population sous le seuil fatidique des 100 000 âmes au risque que le terrifiant démon Sälbeth ne se réveille. L’aide de Dame Carasse ne suffira peut-être pas alors que la limite est presque atteinte…

Dès les premières pages de ce roman, j’ai su qu’il serait un coup de cœur. Le livre s’ouvre sur un extrait d’une vieille légende qui donne déjà le ton humoristique du livre. Inspirée du travail de Terry Pratchett, l’autrice s’inscrit dans une veine semblable et le revendique dans les remerciements. Elle m’a d’ailleurs donné très envie de découvrir l’univers de ce célèbre auteur. D’autres que moi seront plus à-même de proposer un parallèle entre les deux comme Pierre-Marie Sencarrieu qui qualifie l’autrice de digne successeur du maître. Pour ma part, j’ai surtout vu des ressemblances avec le travail de John Lang (surtout pour la clé finale !) et de JBX donc les adeptes s’y retrouveront. quant à savoir qui inspire l’autre, au fond, peu importe tant qu’ils continuent tous à écrire des textes d’une telle qualité !

Le ton décalé n’empêche pas l’univers d’être assez sombre. Dans la ville de Katharz, le meurtre n’est pas illégal et les crimes sont légions. On y trouve des créatures terribles (du croquemitaine au zombie administratif, lequel des deux est le pire à votre avis ?), on y croise des personnes improbables aussi. L’autrice a créé tout un univers crédible, délirant et malsain où j’ai pris grand plaisir à évoluer. À travers une pléthore de situations, elle parvient à glisser quelques éléments de critique sociale et même de critique sur les clichés de la littérature. Rien que sur les licornes et les princesses, ça valait de l’or. Les notes en bas de page valent aussi le détour, sans être trop nombreuses, et apportent juste le supplément nécessaire pour pimenter encore davantage cet excellent texte.

Le ton est admirablement servi par une plume fine et maîtrisée. Le rythme du texte est fabuleux, on ne s’ennuie pas une seule seconde, on ne ressent pas un seul moment de longueur ou à l’inverse, de rapidité. Les échanges entre les personnages sont dynamiques, les situations s’enchaînent parfaitement pour que rien ne nuise à la compréhension tout en entretenant le suspens et la douce ironie de la conclusion me plait beaucoup. Je n’avais plus eu un coup de cœur pour un talent littéraire depuis longtemps et ça me fait du bien.

Les personnages ne sont pas en reste au milieu de cette avalanche de compliments. Évidemment, vu le contexte, l’autrice utilise beaucoup d’archétypes mais elle parvient à leur donner une vie propre. Ténia est touchante à sa manière, je pense que c’est la protagoniste qui m’a le plus marquée et surprise aussi dans son développement car je ne m’attendais pas à certains éléments (faut dire que je suis un peu naïve parfois). Elle change des héroïnes habituelles et assume malgré son jeune âge. Quant à Dame Carasse, c’est une vraie sorcière comme on en aimerait en croiser plus souvent !

J’aimerai trouver des éléments négatifs à relever mais, à mon goût, ce roman est parfait. Il exploite un genre que j’adore (la fantasy) en y ajoutant un humour bien maîtrisé (ni trop lourd, ni trop péteux) avec une intrigue solide et des personnages attachants. J’ai souvent ris comme si je lisais un roman du Donjon de Naheulbeuk, le côté jeu de rôle en moins et avec une finesse de ton digne de Reflets d’Acide. J’ai eu du mal à reposer mon livre ne fut-ce que pour dormir. Ce texte d’Audrey Alwett est une magnifique réussite et je ne regrette qu’une seule chose : ne pas l’avoir découvert plus tôt !

Pour résumer, les Poisons de Katharz est un roman de fantasy humoristique qui remplit son rôle de bon divertissement et d’hommage à Terry Pratchett tout en gardant une vraie personnalité. Un one-shot à dévorer de tout urgence et un vrai coup de cœur pour moi, je le recommande chaudement !

La machine de Léandre – Alex Evans

3
La machine de Léandre
est un one-shot écrit par l’autrice française Alex Evans. Nouveauté de la rentrée littéraire chez ActuSF, vous trouverez ce roman au prix de 18.90 euros partout en librairie.
Je remercie Jérôme et les Éditions ActuSF pour ce service presse.
Il s’agit de ma dix-huitième lecture dans le cadre du challenge S4F3s5 organisé par l’ami Lutin !

Ce roman se déroule dans le même univers que Sorcières Associées mais il peut se lire de manière indépendante. Pour preuve, j’ai découvert l’autrice avec la machine de Léandre. Pas d’inquiétudes donc, si vous vous posiez la question !

Constance Agdal est professeur en sciences magiques, elle a même été titularisée ce qui n’est pas une mince affaire dans ce monde très masculin. Elle travaille à ses recherches quand on lui apprend la disparition de son collègue à laquelle Constance va se retrouver mêlée malgré elle. En effet, ce dernier travaillait avec Philidor Magnus sur une machine légendaire et son aide est requise pour la terminer dans les temps. Évidemment, rien n’est aussi simple qu’il n’y parait et les difficultés vont se multiplier pour Constance…

Ce texte contient également une nouvelle bonus où le personnage principal change. Le lecteur suit cette fois Cassandre de Galata à qui on confie la mission de retrouver un livre ancien, très puissant et prétendument perdu.

Je vais d’abord commencer par évoquer l’univers original. Dans ce monde, la magie arrive et repart de manière cyclique. Elle n’est revenue que récemment, le temps pour une secte religieuse de farcir la tête de ses adeptes avec des mensonges. D’ailleurs, Constance vient de la cité de Tourmayeur, un endroit où les enfants possédant le Don disparaissent très jeunes. Cela lui a causé un traumatisme et a contribué à l’intériorisation de ses pouvoirs. J’ai apprécié cette idée de magie qui va et qui vient, cela permet de la redécouvrir dans un univers de raison et de l’étudier avec des procédures scientifiques modernes. Je dis moderne mais sachez que le roman se déroule dans une sorte de fin 19e / début 20e alternatif. C’est du moins l’ambiance décrite par l’autrice telle que je l’ai ressentie.

Comme la magie a disparu pendant un certain temps et vient de revenir, les civilisations ont oublié pas mal d’éléments, comme la manière de conjurer des démons. Quelle surprise d’en voir apparaître en pleine ville, potentiellement sans raison ! Et si c’était lié avec les travaux de son collègue? Constance rencontre malgré elle l’incube concerné, prénommé Albert, et essaie de l’aider tout en préservant sa vertu.

J’ai vraiment apprécié le personnage de Constance. J’avais un peu peur de tomber sur une espèce d’urban fantasy / romance / trio amoureux mais ce n’est absolument pas le cas. Alex Evans propose un traitement intéressant de la femme qui fait son maximum pour s’imposer dans un monde masculin afin d’être reconnue à sa juste valeur. Constance n’est pas très féminine ni sexuée, elle est intelligente et n’a pas envie de céder aux dictats sociaux qui la poussent à se marier, à enfanter. Constance ressent pourtant des sentiments très humains, elle a aussi envie qu’on l’apprécie et a des désirs mais ils ne la rendent ni cruche ni potiche pour autant. Alex Evans propose un bel équilibre sur son héroïne, qu’on retrouve également dans l’autre nouvelle. Le personnage de Cassandra est plutôt belle, féminine, consciente de ses charmes mais n’en use pas et rêve surtout de devenir exploratrice.

Du côté de l’intrigue, elle reste assez classique et on sent arriver le twist final. Pourtant, ça ne m’a pas dérangé plus que ça parce que tout s’enchaîne très vite et je ne me suis pas du tout ennuyée pendant ma lecture. Sans doute grâce au style d’écriture de l’autrice qui est simple, dynamique et percutant. Par contre, j’ai un peu moins apprécié l’intrigue de la nouvelle à l’exception de la fin (puis c’est quoi ce délire avec son cousin, franchement ?!). Je pense, vu toutes les informations données qui déséquilibrent le récit, que l’histoire aurait mérité un roman à part qui aurait pris davantage son temps pour poser les protagonistes. Dommage ! Le potentiel était là.

Pour résumer, la Machine de Léandre est un bon divertissement qui ravira les adeptes de magie, de 20e siècle et de sciences occultes. Alex Evans propose une intrigue classique mais dynamique, portée par des personnages originaux et attachants. Je recommande ce texte aux lecteurs avides d’un agréable moment de détente, il vous accompagnera parfaitement !