Le Baron Noir : volume 1864 – Olivier Gechter

5
Le volume 1864 du Baron Noir est une intégrale qui reprend trois nouvelles écrite par l’auteur français Olivier Gechter. Publié chez Mnémos, vous trouverez ce très beau livre objet au prix de 24.50 euros.
Ceci est ma onzième lecture dans le cadre du challenge S4F3s5 organisé par l’ami Lutin !

Au sein d’un Paris steampunk en l’année 1864, la France est dirigée par le Président Bonaparte. Antoine Lefort, magnat des industries du même nom et plus riche célibataire du pays est également le justicier connu sous le pseudonyme de Baron Noir. Il s’applique à déjouer les machinations de puissances étrangères couplées à des groupuscules anarchistes afin de sauver la France.

Voilà en quelques mots le concept de cette intégrale. Comme je l’ai précisé plus haut, elle reprend trois nouvelles : l’Ombre du Maître-Espion, Bel-Ange et la Bataille de Cherbourg. Les trois textes se déroulent dans le même univers et se suivent chronologiquement, ils sont d’ailleurs reliés entre eux et s’assimilent sans mal aux épisodes d’un feuilleton moderne. Un feuilleton qui, selon l’éditeur, rend hommage au genre célèbre du XIXe siècle. En tant qu’amatrice du genre en question, je ne peux qu’approuver. On y retrouve de nombreuses similitudes déjà dans le ton. L’écriture d’Olivier Gechter est maîtrisée et pointilleuse. Il apporte un grand soin à sa plume autant qu’à son riche univers. Chaque nouvelle est d’ailleurs suivie de quelques notes historiques qui permettent au lecteur de constater avec quel brio l’auteur s’amuse à réécrire l’Histoire. Il utilise à son avantage des éléments plus ou moins connus et des personnages réels qu’il réadapte pour notre meilleur plaisir. Je crois que mon favori en terme de reprise restera Hugo ! On sent les recherches effectuées par l’auteur en amont mais aussi sa passion pour l’ingénierie et les sciences. Une passion contagieuse !

Outre l’aspect steampunk et uchronique très bien maîtrisé, le Baron Noir est également un recueil d’aventure croisé avec le récit de super-héros. Olivier Gechter boucle la boucle (si on me permet l’expression) en ramenant en France un mélange entre Batman et Iron Man. Il réussit à adapter la technologie utilisée pour qu’elle colle à l’époque et au genre littéraire où il s’inscrit. Pas d’armure haute technologie sortie des usines Stark mais bien des pistons et des principes scientifiques crédibles exploités pour permettre au Baron Noir de sauter plus loin, frapper plus fort, et user sur ses ennemis d’un tas de gadgets farfelus que n’auraient pas renié ces deux héros. Comme eux, Antoine Lefort est riche, aime les femmes, tâche de s’investir dans l’humanitaire et sauve souvent sa ville comme son pays du mieux qu’il le peut même si certains actes lui provoque des cas de conscience. Il a même un majordome prénommé Albert, un presque-Robin du nom de Clément Ader et un inventeur fou, Louis-Guillaume Perreaux. Cette galerie de personnages haute en couleur est rapidement attachante et le lecteur ne manque pas de se passionner pour leurs aventures. Certains diront peut-être que ça manque de représentation féminine (à l’exception de Bel-Ange) mais ce n’est pas un point qui m’a gênée personnellement.

Je ne vais pas vous détailler le contenu des trois nouvelles car le mystère tissé par l’auteur vaut la peine qu’on le découvre au fil des pages. Par contre, je vais dire un mot sur le livre objet proposé par les Éditions Mnémos : une belle couverture cartonnée avec une illustration superbe, bien détaillée que je vous encourage à observer une fois votre lecture terminée pour juger de tous les petits clins d’œil dissimulés dedans. Un papier de qualité relié et non collé (on le remarque sur la tranche, à moins que ça ne soit qu’un effet ?) avec un signet en tissu rouge du plus bel effet. Pour ne rien gâcher, l’intérieur est très soigné avec une mise en page sobre et aérée pour le texte et plutôt ludique pour les notes historiques. C’est un objet que je suis très heureuse de posséder et qui rend bien dans une bibliothèque.

Pour résumer, cette intégrale du Baron Noir est un magnifique livre objet proposé par les Éditions Mnémos dont l’intérieur se révèle à la hauteur de l’extérieur. Hommage au roman-feuilleton mais aussi aux super-héros, il propose trois aventures reliées entre elles qui mettent en scène Antoine Lefort, alias le Baron Noir, dans son combat pour sauver la France. Porté par un univers steampunk soigné, historiquement documenté et une écriture à la hauteur de ceux dont il s’inspire, Olivier Gechter propose un texte indispensable dans la bibliothèque de tous les aficionados du genre. Une grande réussite !

 

Publicités

#PLIB2019 Rouille – Floriane Soulas

3
Rouille
est le premier roman de l’autrice française Floriane Soulas. Publié chez Scrinéo, vous trouverez ce one-shot au prix de 16.90 euros partout en librairie.
Cette lecture a été réalisée dans le cadre du PLIB 2019 !

Rouille se déroule en 1897, dans un Paris aux allures steampunk. À l’extérieur du Dôme, la population pauvre de la capitale survit comme elle le peut. Le lecteur suit principalement Violante, une prostituée officiant sous le pseudonyme de Duchesse au sein des Jardins Mécaniques, un établissement appartenant à Léon, son souteneur. Violante est amnésique depuis un accident survenu trois ans auparavant et est en quête de son identité, aidée par son amie Satine. Cette dernière disparait soudain sans laisser de traces et Violante décide de braver les interdits pour enquêter.

Avant d’aller plus loin dans cette chronique, je tiens à préciser que je ne suis pas du tout le public cible de ce roman. Je pense que c’est pour cette raison que je suis passée à côté. Et pour continuer dans l’honnêteté, si je n’y étais pas tenue par le PLIB, je n’aurais pas acheté / lu ce roman (et par extension, que je ne l’aurai pas chroniqué).

Pourtant, Rouille a certaines qualités. Déjà, la plume de l’autrice qui est simple, accessible et maîtrisée surtout pour un premier roman. Floriane Soulas ne se perd pas en fioritures inutiles, elle va droit au but et dépeint bien l’univers qu’elle a imaginé. D’ailleurs, cet univers est plutôt intéressant même s’il reste globalement classique. On ignore comment mais l’humanité est parvenue à voyager jusqu’à la Lune, ce qui a permis l’arrivée de nouveaux matériaux et un développement de la technologie des automates ou des hybrides. L’extérieur du Dôme est divisé en plusieurs quartiers, sous l’influence de différentes bandes et l’intérieur déborde de faste, de richesse, c’est presque un monde à part. J’ai apprécié l’ambiance générale dégagée par le texte pourtant vous voyez déjà se dessiner les contours de ce qui a bloqué, à mon goût.

C’est classique. Trop classique et convenu, limite manichéen par moment. On s’attend à tout ce qui se passe et on voit venir la fin de loin. Les personnages sont malheureusement des archétypes sans surprises et l’intrigue n’a pas de réel rebondissement. Dès le début, l’autrice alterne les points de vue ce qui permet au lecteur d’être par moment dans la tête de celui qui enlève les filles et les enfants de Paris. Le problème, c’est que ça bousille le suspens car les indices donnés sont trop gros pour qu’on passe à côté. Et pourtant, je suis une lectrice naïve assez facile à balader, à ce niveau. On ne se demande pas longtemps quel est le but de cette personne, les pièces se mettent en place bien trop aisément et on attend juste que les protagonistes s’en rendent compte pour que tout se débloque. J’ai senti venir la fin au premier tiers du bouquin (grosso modo, il y a quand même eu un ou deux petits éléments inattendus) du coup je ne suis pas parvenue à m’intéresser à l’histoire.

Pas plus qu’aux personnages d’ailleurs puisqu’ils correspondent tous à des archétypes. Ils manquent même parfois de crédibilité. Je pense à Léon parce qu’il est celui chez qui ça m’a paru le plus évident. Dans le genre chef de bande proxénète trop gentil on fait difficilement pire… La scène finale m’a achevée à ce niveau. Après, j’ai conscience qu’on reste dans un roman young adult et qu’il y a beaucoup de lecteurs moins tatillons que moi qui y trouveront leur compte. Ce texte a d’ailleurs un beau petit succès et je suis contente pour son autrice, d’autant qu’il s’agit d’un premier roman ! C’est très encourageant pour un début de carrière.

Alors quand on remet ça en perspective… Oui, Rouille est un texte trop classique à mon goût et sans réelle surprise dans son déroulement. Mais pour un premier roman et à destination du grand public, il remplit efficacement son rôle de bon divertissement. Parfois, c’est tout ce dont un lecteur a besoin.

Pour résumer, Rouille ne révolutionne pas le genre dans lequel il se place (uchronie / dérivé steampunk) et propose des personnages trop archétypaux à mon goût. L’intrigue manque de surprise car l’autrice révèle trop facilement des éléments clés, ce qui empêche d’entretenir le suspens de manière efficace. Pourtant, ce roman se lit tout seul, on ne sent pas les pages se tourner. Il ravira les lecteurs qui cherchent un divertissement sans prise de tête dans un Paris steampunk du 19e siècle.

Célestopol – Emmanuel Chastellière

9
Célestopol
est un recueil de nouvelles écrit par l’auteur français Emmanuel Chastellière. Publié à l’origine aux Éditions de l’Instant, vous pouvez trouver ce texte chez Libretto au format poche pour 10.70 euros.
Je remercie chaleureusement l’auteur et les éditions Libretto pour ce service presse !
Ceci est ma première lecture pour le challenge S4F3s5 organisé par le Lutin.

Célestopol contient en tout 15 nouvelles qui brossent le paysage de la cité lunaire construite par l’Empire russe et dirigé par le Duc Nikolaï. Chacune possède un thème propre et traite d’une facette de la ville. Plusieurs années séparent parfois deux textes mais l’auteur indique la chronologie au début quand c’est nécessaire.
Voici le sommaire exact:
– Face cachée
– La chambre d’ambre
– Dans la brume
– Les lumières de la ville.
– Les jardins de la Lune
– Oderint dum metuant
– Une note d’espoir
– Le boudoir des âmes
– La douceur du foyer
– La danse des libellules
– Convoi
– Le chant de la Lune
– Fly me to the moon
– Tempus fugit
– Le roi des mendiants.

Je ne vois pas l’intérêt de vous détailler le contenu de chaque nouvelle, d’autant que certaines sont assez courtes et que je ne veux pas dévoiler le contenu des différentes intrigues qui s’imbriquent. Par contre, je vais vous parler un peu de l’univers. Dans cette uchronie qui se développe pendant le XXe siècle, l’Empire russe a colonisé la lune. La ville de Célestopol s’épanouit sous un dôme et subsiste économiquement grâce à l’exploitation du sélénium. Cette substance à forte teneur énergétique permet de palier à la diminution des ressources mais disons que c’est un peu mettre un pansement sur une hémorragie. Les voyages entre la Terre et la Lune sont monnaies courantes, plusieurs protagonistes arrivent tout juste (comme Anton, le journaliste de la première nouvelle) ce qui permet au lecteur de découvrir les merveilles de Célestopol mais aussi sa décadence dès qu’il est question des automates (mais pas qu’à cette occasion, rassurez-vous). Cette technologie est présente, non seulement pour palier aux faiblesses des ouvriers humains mais aussi, comme vous vous en doutez, pour des services plus tendancieux.  Leur présence permet le développement de nombreuses thématiques et interrogations philosophiques : où commence la vie ? Où commence la conscience? Une machine dispose-t-elle de droits semblables aux humains ? Une machine peut-elle aimer? Que se passerait-il si elles parvenaient à développer une conscience de manière autonome? Des thèmes assez récurrents en SF mais aussi en steampunk dès qu’il est question de cette technologie.

Côté protagonistes, il y a deux personnages qui traversent toute la narration. En premier lieu, le Duc Nikolaï présent dans chaque texte, soit cité, soit en personne, dont on découvre la personnalité complexe et les lourds secrets à mesure que la lecture avance. Il a une importance capitale dans tout ce qui arrive et finalement, chaque texte permet de placer un pan de l’histoire qui se dévoile entièrement sur les trois dernières nouvelles. En second lieu, la ville de Célestopol en elle-même, à la fois sublime et décadente, une cité aux multiples facettes qui pose un cadre aussi extraordinaire que mélancolique aux multiples intrigues qui s’imbriquent l’une dans l’autre pour offrir une vaste fresque romanesque. Célestopol ressemble à ces grandes villes européennes dont on vante les louages, enfermée dans un écrin au cœur d’une terre hostile. Comme un oiseau en cage.

Cet ouvrage s’inscrit à la fois dans la veine steampunk et romantique. Il mêle les deux avec brio et créé une réelle harmonie dans les codes. Pour l’exemple, le romantisme est plutôt tourné vers le passé là où le steampunk regarde l’avenir et la modernité, même si cette modernité est alternative. Emmanuel Chastellière parvient à les faire cohabiter dans Célestopol sans que ça ne paraisse artificiel, un vrai tour de force. Le monde qu’il créé et développe est d’une telle richesse que c’en est bluffant. Pour ne rien gâcher, sa plume poétique et maîtrisée n’a pas manqué de provoquer chez moi de nombreuses émotions, ce qui n’est pas si facile. Joli coup.

Sur un plan personnel, j’ai préféré certains textes à d’autres (logique, vous me direz…), le premier qui m’a vraiment touché c’est « les lumières de la lune » qui était incroyablement beau et empreint d’une magnifique mélancolie. Le second c’est « fly me to the moon » que j’ai adoré pour son aspect macabre et la folie du personnage de Gédéon (puis la fin…). D’ailleurs, plusieurs personnages ne manquent pas d’originalité et les clins d’œil à la littérature slave se multiplient. J’en ai relevé un ou deux mais je pense que les aficionados en trouveront bien davantage que moi qui manque de culture sur le sujet. Le plus présent, comme je le disais plus haut, reste le Duc Nikolaï qui a aussi des inspirations multiples (j’ai bien aimé le lien avec le portrait ou même le kochschei) dont on découvre une facette à chaque nouvelle jusqu’à ce final éblouissant qui prend aux tripes.

Pour résumer, Emmanuel Chastellière signe un magnifique ouvrage à la frontière des genres. Roman paysage et social dans une ville imaginaire au sein d’une uchronie steampunk maîtrisée par un auteur talentueux, Célestopol ne peut pas laisser le lecteur indifférent. Chaque nouvelle apporte sa pierre à l’édifice d’une intrigue magistrale teintée de romantisme slave, au sein de laquelle il vaut mieux ne pas avoir l’âme trop sensible. L’écriture d’Emmanuel Chastellière brille par sa poésie qui ne manquera pas de provoquer des émotions fortes chez son lecteur. Je recommande très chaudement cette lecture !

Le club des érudits hallucinés – Marie-Lucie Bougon

12
Le club des érudits hallucinés est un one-shot steampunk écrit par l’autrice française Marie-Lucie Bougon. Publié aux Éditions du Chat Noir dans la collection Black Steam, vous trouverez cet ouvrage au prix de 19.90 euros.

Eugénia est l’andréïde, celle décrite dans l’Eve du futur, le célèbre roman précurseur en science-fiction rédigé par Villiers de l’Isle-Adam. Pourtant, sa réalité n’a rien avoir avec la fiction imaginée par l’auteur. Amnésique et recueillie par le professeur Brussière qui en fait son apprentie, Eugénia est en quête de ses origines. Pour répondre à ses questions existentielles, elle sera soutenue par les membres du Cénacle : la médium Barberine Fricka, l’explorateur Victor Cassieux, l’autre assistant du professeur, Eusèbe d’Orlille et le riche ennuyé Alcibiade de Voraise. Ensemble, ils tenteront de répondre à une simple question : une machine peut-elle avoir une âme?

J’ai un goût prononcé pour les romans steampunk dénichés par les Éditions du Chat Noir. Ils ne manquent jamais d’originalité, de personnalité ni de style et c’est ce que j’ai eu le plaisir de découvrir ici.

Le roman s’ouvre sur une nouvelle parue dans l’anthologie des Montres Enchantées et qui a été la genèse du roman. Si j’ai trouvé intéressant de pouvoir en prendre connaissance, j’ai malheureusement eu un sentiment de redondance avec le début du roman où l’autrice plaçait très bien ses personnages sans besoin de rappel. Heureusement, il s’agit du seul reproche que j’ai à adresser au roman en dehors de quelques petites coquilles qui seront promptement corrigées au second tirage.

En effet, Marie-Lucie Bougon propose un univers d’une grande richesse. La plupart de l’intrigue se déroule à Paris mais Eusèbe prend à un moment donné son envol pour l’intrigante République Savante d’Outremer. L’endroit, situé dans le grand nord, rassemble une importante communauté scientifique et se présente comme un éden de la science autant que de la culture tout en restant neutre vis à vis de la politique mondiale. J’ai trouvé l’idée séduisante. Ainsi, l’autrice ne se contente pas d’imaginer des machines incroyables ou de se questionner sur les fondements de l’âme, elle s’intéresse aussi à la politique, ce qui donne une dimension supplémentaire à son roman.

L’idée centrale du club des érudits hallucinés s’articule autour de la biomutation. Le professeur Brussière remarque en effet que certaines machines ou jouets qu’il a pu construire commencent à s’animer comme contaminés par les sentiments inspirés par ceux qui les possèdent. Il suffit de voir l’expérience de la tortue pour s’en convaincre. C’est ce propos qui va traverser tout le livre avec, d’un côté, des scientifiques qui y voient un miracle et de l’autre, une défaillance. Bien que le roman prenne place à la fin du 19e siècle, il a, je trouve, un questionnement extrêmement moderne pour notre époque où on s’interroge sur les I.A. et sur les avancées de la robotique. Voilà une métaphore bien élaborée !

Non contente d’écrire un roman intelligent, Marie-Lucie Goudin propose également des personnages aussi excentriques qu’attachants. Sans grande surprise, ma préférence va à Alcibiade mais chacun d’eux est plaisant à suivre. Alcibiade à ce côté esthète riche qui s’ennuie et se cherche un but dans la vie, qui s’habille avec goût mais originalité, qui excelle aux duels et surtout, qui ne recherche pas l’amour. D’ailleurs, le club des érudits hallucinés dégage beaucoup d’émotions mais pas un seul love interest (du moins déclaré), ce qui est aussi plaisant que remarquable.
Quant aux autres, Eusèbe est séduisant par sa naïveté et son désir d’apprendre. Le professeur Brussière est un scientifique curieux de tout mais paternel et bienveillant. Quant à Mme Fricka, on la prend d’abord pour une charlatante mais on découvre une complexité inattendue chez son personnage à mesure que le récit avance. Pour ne rien gâcher, Eugénia, qui est le point central de ce récit, est une fille sensible et fragile sans tomber dans les archétypes habituels. Elle commet des erreurs, déborde d’émotions, ne manque pas de cœur et tente de surmonter de profonds traumatismes dont les souvenirs lui reviennent à mesure que sa quête de réponses avance.

Pour évoquer le récit en lui-même, sachez qu’il se découpe en plusieurs styles formels. Un article de presse, une vingtaine de lettres pour évoquer la correspondance des protagonistes, le journal à souvenirs d’Eugénia (rédigé à la première personne) et des chapitres plus conventionnels. Je n’ai eu aucun problème à passer de l’un à l’autre. À mon sens, dans un roman steampunk, impossible de se couper totalement du style épistolaire que l’autrice maîtrise très bien.

Pour résumer, le club des érudits hallucinés est une belle découverte. Dernier né de la collection Black Steam des Éditions du Chat Noir, il est à la hauteur de ses prédécesseurs par son intelligence et son propos, servis par une intrigue passionnante et un univers riche. La plume de Marie-Lucie Bougon n’y est pas pour rien et transmet sans effort les émotions des personnages, auxquels on s’attache immédiatement. Je recommande chaudement la lecture de ce one-shot aux adeptes du steampunk mais plus globalement, à ceux qui ont envie de lire un très bon roman d’une autrice prometteuse car il n’est pas uniquement dédié à un public expert. J’espère qu’elle écrira à nouveau dans ce style littéraire !

L’Homme Électrique – Victor Fleury

7
L’Homme Électrique est un one-shot voltapunk proposé par l’auteur français Victor Fleury. Publié chez Bragelonne dans sa collection steampunk, vous trouverez ce roman au prix de 9.90 euros.
Ceci est ma quinzième lecture dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire francophone.

Je remercie l’ami Xapur dont la chronique a inspiré la lecture de ce roman. Sans lui, je serais passée à côté d’un livre extraordinaire !

L’histoire se déroule en 1895 dans une France uchronique ou Napoléon IV règne sur l’Empire Électrique. Un empire menacé par les russes, d’où l’envoi d’un trio d’agents de la Sûreté pour enquêter là-dessus : la comtesse Cagliostro aux dons surprenants et aux qualités scientifiques reconnues, le frère Vacher, assassin et homme de main impitoyable et le Valet, un androïde capable de porter le visage d’un mort sans qu’il ne se détériore (oui c’est assez glauque) et de copier ses souvenirs ainsi que sa personnalité. Malheureusement, le Valet se rend compte que quelque chose cloche avec sa mémoire. Il va s’embarquer malgré lui au sein d’un complot aux multiples protagonistes, à travers tout l’empire, avec finalement une seule question : à qui demeurer loyal pour le bien de l’humanité ?

J’ai dévoré ce roman en l’espace de deux jours, à ma plus grande surprise vu que j’ai connu plusieurs déceptions chez cet éditeur, surtout cette collection. Du coup, je ne m’y intéressais plus et j’ai été contente de laisser sa chance à Victor Fleury qui propose un titre très marquant sur bien des points.

Déjà en terme de genre littéraire. Il est classé en steampunk faute d’un meilleur terme mais l’ami Xapur parle de voltapunk. Peut être pour plaisanter, toutefois je trouve l’usage de ce terme très pertinent ici puisque l’auteur n’a pas développé une technologie à vapeur… Mais bien électrique ! Qui n’a pourtant rien de commun avec notre propre usage de l’électricité. Voilà une idée très inspirée car elle offre un univers aux couleurs très différentes. On n’étouffe pas sous le smog, au contraire. Le lecteur se retrouve presque aveuglé par les éclairs, ce qui donne au texte une luminosité brute qui éclaire sans détour la noirceur de son propos.

En effet, quand on y pense, Victor Fleury aborde des thèmes assez durs. L’intrigue est celle d’un complot assez standard entre deux grandes nations qui en veulent toujours davantage mais le sous-texte a davantage de fond, surtout dans le développement psychologique du Valet. Finalement, qu’est-ce qui rend humain? Le fait d’avoir un corps de chair et de sang?

Dans une narration à la 3e personne, on suit le personnage du Valet, un androïde pourtant très humain et souvent perdu face à ce qui lui arrive. J’ai immédiatement ressenti de l’empathie pour lui, utilisé comme un objet par d’autres, qui pense pourtant toujours à l’humanité et au bonheur des gens simples avant le sien. Il souffre des manipulations dont il est victime et ne sait plus à qui accorder sa confiance. Surtout que les indices qu’il se laisse à lui-même au fil de ses « reboots » ne sont pas forcément très clairs. Il essaie toujours de comprendre, refuse d’agir pour son propre intérêt et est traversé pendant tout le roman par la très humaine peur de mourir, de disparaître, bref d’être « éteint ». Ce qui ne l’empêche pas de prendre des risques ou de se montrer loyal ! Le Valet choisit, se trompe, assume, tente même de sauver ses ennemis et répugne à la violence. Tous ces éléments, pour ne citer que ceux-ci, donnent un protagoniste principal marquant et attachant.

En plus de l’univers, ce personnage du Valet est donc vraiment LA grande force de l’homme électrique dont il est d’ailleurs le héros (au cas où c’était pas évident). Pourtant, les autres personnages ne sont pas en reste et toujours tiraillés entre le devoir et l’humain, entre leurs convictions et ce qu’il convient de faire. On le ressent assez bien dans le dilemme de la Comtesse et tout comme le Valet, je trouve que ça la rend à la fois merveilleuse et cruelle. D’ailleurs, plusieurs de ces personnages sont empruntés à la littérature populaire. Ainsi, vous allez croiser Arsène Lupin, Michel Strogoff, un certain comte bien connu, une petite Sophie dont certains vont peut-être se rappeler, entre autres ! Dès qu’on s’en rend compte, on ne peut pas résister à la tentation de traquer les références jusqu’à questionner chaque apparition de personnage : est-il totalement inédit ou vient-il d’un roman que je ne connais pas? Je me suis vraiment amusée là-dessus.

J’en profite pour préciser que Victor Fleury n’a pas qu’emprunté des personnages pour les réadapter à sa sauce ou leur rendre hommage. Il livre aussi un roman d’aventure digne des meilleurs auteurs du 19e siècle, sans le moindre temps mort et avec autant d’efficacité qu’à l’époque.

Pour résumer et si ce n’était pas clair, j’ai vraiment adoré l’Homme Électrique. Pionnier d’un genre nouveau dérivé du steampunk, à savoir le voltapunk, Victor Fleury propose un texte d’une grande humanité qui, paradoxalement, se place du point de vue d’un automate. Ce roman d’aventure très référencé à la mode du XIXe plaira à un large public et mérite d’être découvert. Je le recommande chaudement !

La Forêt des araignées tristes – Colin Heine

6
La Forêt des araignées tristes est un one-shot écrit par l’auteur français Colin Heine. Prévu chez ActuSF pour février 2019, vous trouverez ce premier roman au prix de 19 euros dans la collection Trois Souhaits.
Je remercie Samantha et les Éditions ActuSF pour ce service presse.

Avant d’aller plus loin dans cette chronique, je pense sincèrement être passée à côté du roman.  Je préfère prévenir d’entrée de jeu. Je ne compte pas démolir le premier roman de Colin Heine mais il y a des éléments qui ne m’ont pas plu. Le fait que je m’attendais à un tout autre texte (rien que par son titre) n’aide pas. Je trouve toutefois que la Forêt des araignées tristes a certaines qualités qui séduiront les amateurs, d’où ma chronique.

Nous évoluons dans un monde post apocalyptique recouvert par la vape. La vape, c’est un brouillard qui enveloppe le monde sur une grande partie de sa surface. Une catastrophe a eu lieu, dont on nous parle dans l’introduction, puis l’homme est parvenu à se relever, à se reconstruire. Plusieurs cités émergent et coexistent. L’action principale se passe à Gale, dans ce que j’identifie comme un équivalent de la France.
Quand je dis post apocalyptique, il faut garder à l’esprit que la société reconstruite tient davantage du steampunk belle époque. L’action aurait d’ailleurs sans problème pu se dérouler au 19e siècle.

À travers des points de vue multiples, nous suivons tantôt Bastien (un paléontologue) tantôt Ernest (un explorateur), tantôt Agathe (la vieille servante acariâtre de Bastien) et tantôt… Beaucoup de personnages, en fait. Une rebelle allemande qui arrive à la moitié du roman sans qu’on sache trop d’où elle sort, un fleuriste assassin qui est de loin le personnage le plus intéressant (mon côté cruelle, tout ça), un détective aux buts douteux, et j’en oublie. C’est probablement le premier reproche que j’adresse au roman: la multiplication des points de vue est bien trop nombreuse à mon goût. Si les personnages sont majoritairement bien caractérisés (et c’est déjà bien, vous me direz) tous ne sont pas utiles, loin de là. Certains chapitres rallongeaient inutilement le texte en créant des longueurs plutôt gênantes à la lecture.

C’est le second souci de la Forêt des araignées tristes : les longueurs. Déjà, chaque chapitre est assez volumineux (du moins j’en ai eu le sentiment sur la version numérique) mais en plus, certains sont carrément redondants. Par exemple, Bastien vit toute une mésaventure. Il rentre chez lui, la raconte à Agathe et Ernest, mais sans ellipse. Bastien réexplique donc mot pour mot tout ce que le lecteur a lu juste avant. Pour quelle raison? S’assurer que le lecteur a tout compris? C’est dommage parce que ce sentiment d’être prise par la main m’a vraiment gênée. La tentation de passer des pages était forte et, très honnêtement, si ça n’avait pas été un service presse, j’y aurai cédé. C’est dommage, parce qu’une révision sur ce point aurait rendu ce roman et son intrigue bien plus dynamique.

Ce texte a tout de même certaines qualités. Outre la caractérisation des personnages, je trouve que l’univers inventé par Colin Heine est bien fichu et regorge de métaphores autant sociales qu’écologiques. C’est sans conteste un texte engagé, imagé et inspiré. Dommage, finalement, que l’intrigue ne le serve pas mieux. En lisant la quatrième de couverture en plus du titre, on ne s’attend pas à une enquête aussi classique. On ne s’attend même pas vraiment au contenu, d’autant que Bastien n’est même pas tellement le personnage principal. Pas plus que d’autres. Moi, j’imaginais une exploration dans les Vaineterres avec un Bastien obligé d’embarquer sur une expédition d’Ernest pour échapper à ses poursuivants et découvrant des étendues sauvages peuplées d’araignées géantes avec qui il parviendrait à communiquer, quelque chose dans ce goût-là.  On en est assez loin. Peut-être que ma déception vient de là. Mais en même temps, sur le papier, ça aurait dû y ressembler si on se fie au package du roman.

D’ailleurs, si je dis que je suis totalement passée à côté du texte, c’est aussi en partie parce que je cherche toujours la signification du titre. Il y a bien des araignées géantes présentes à certains moments mais j’ai eu le sentiment qu’elles restaient au second plan et je n’ai absolument pas compris ce qu’essayait de dire le chapitre final. Je ne sais pas si c’est lié à ma panne de lecture (ça ne me surprendrait pas), si je suis lente à la détente (ça arrive !) ou si c’est une volonté esthétique que je n’ai pas saisie / à laquelle je ne suis pas sensible… Toutefois, je referme ce roman avec les sourcils froncés, sans trop savoir ce que j’en pense précisément. Je crois qu’on peut résumer en disant que ce texte n’était pas fait pour moi. Ce qui n’en fait pas un mauvais livre pour autant, qu’on se le dise !

En bref, La Forêt des araignées tristes souffre de certaines longueurs et manque parfois de clarté dans son exposition. Toutefois, Colin Heine signe un premier roman assez convainquant sur son univers et ses personnages, doublé d’un texte socialement et écologiquement engagé. Un auteur avec un potentiel certain mais qui ne m’a pas convaincue ici.

Une aventure de Lucifer Box #1 Le Club Vesuvius – Mark Gatiss

14
Le Club Vesuvius
est le premier tome de ce qui est présenté comme une saga ayant pour personnage principal Lucifer Box. Écrit par Mark Gatiss, cet ouvrage steampunk est disponible au format poche chez Bragelonne au prix de 9.90 euros.
Ce roman peut convenir au Pumpkin Autumn Challenge dans le menu « Automne Douceur de Vivre » catégorie « La feuille d’automne emportée par le vent (…) » pour sa couverture aux couleurs rouges / marrons un peu automne.

Dans ce premier tome, nous rencontrons le personnage de Lucifer Box: dandy, bad boy, peintre talentueux et espion au service de la Reine. Il va s’intéresser de près à une drôle d’affaire qui menace la couronne et qui le mènera de Londres à Naples.

Et oui, c’est tout.
Je veux dire, comprenons nous bien. Le roman fait un peu moins de trois cents pages et c’est un bel objet. La couverture est soignée, les dorures tiennent plutôt bien, l’intérieur du bouquin comprend d’intéressantes illustrations et les débuts de chapitres sont travaillés avec une mise en page spéciale. Mais en dehors du support physique, ce roman n’offre pas grand chose de plus qu’un divertissement. Parfois, c’est ce qu’on attend d’un livre et d’autres, non. Moi, j’en voulais davantage et je ressors de ma lecture un peu mitigée à cause de ça.

Pourquoi est-ce que j’en attendais trop?

Parce que Mark Gatiss est un homme dont j’apprécie le travail. Vous le connaissez sûrement en tant qu’acteur (et producteur et scénariste) dans Sherlock (aka une de mes séries préférées de tous les temps) ainsi que scénariste sur Doctor Who, entre autres. Je ne peux pas nier son talent tout britannique dans ces domaines, ni son style, ni cette aura particulière qu’il dégage quand il joue. Mais si son roman n’est pas mauvais, il n’est pas non plus transcendant et loin du niveau auquel il a pu habituer son public dans d’autres arts. Du coup, forcément, j’en attendais énormément et je ressors déçue alors que le livre en lui-même n’est pas mauvais.

Le scénario est très classique pour ne pas dire prévisible, à quelques exceptions. Je ne me suis pas sentie concernée ni même prise dans l’intrigue. Je n’avais aucun mal à le refermer pour passer à autre chose et je lui ai même trouvé quelques longueurs. Les personnages sont tous des caricatures, en particulier le héros. Pourtant, j’adore les anti-héros dans ce genre-là mais Lucifer Box sonne faux, sonne « trop » : trop parfait, trop beau, trop talentueux, pour qu’on parvienne à s’y attacher. Il manque de nuances, de profondeur psychologique. Et si ses réflexions très british prêtent à sourire, on se lasse assez vite de ses tentatives pour paraître scandaleux. Tentatives qui tombent souvent à plat.

Et c’est ça le problème majeur du Club Vesuvius: il est terriblement grand public. Il colle strictement aux codes de ce type de roman. Cette remarque ne se veut pas condescendante, loin de là. Il y a des livres qui collent à une image précise, à destination d’un public cible qui consomme ce type de littérature à la pelle et il y en a d’autres qui se démarquent, qui cherchent plus loin, qui apportent un peu plus. Ça ne fait pas des romans grands publics de mauvais livres, au contraire. Simplement, ils sont inadaptés à des lecteurs comme moi qui ont une autre vision du steampunk, bien plus poussée, avec des autrices comme Marianne Stern ou Esther Brassac. Ou une autre vision de la littérature, tout simplement. J’en suis à un stade de ma vie de lectrice où je n’ai pas envie de lire un roman interchangeable avec un autre comme je le faisais volontiers plus jeune avec la bit-lit par exemple. Je connais d’ailleurs aussi ce phénomène dans la sphère audiovisuelle.

Malgré ma déception, ce roman trouvera un public. Il est certain que le Club Vesuvius ne marquera pas votre mémoire de lecteur, en positif comme en négatif. N’empêche, il reste sympathique à découvrir si vous souhaitez démêler une enquête dans un univers steampunk avec un personnage qui se voudra récurrent sur plusieurs tomes.