La Maison des Jeux #1 le Serpent – Claire North

2

Venise, 1610.
Thene est mariée par son oncle à un homme qui ne la respecte pas et dilapide tout son argent dans les prostituées et les jeux. Un jour, il la contraint de l’accompagner dans la Maison des Jeux pour qu’elle l’observe perdre, cherchant à susciter une réaction chez elle qui a pris le parti de la neutralité au lieu de la colère et des reproches. Lassée, Thene commence à jouer elle aussi et à se faire remarquer par la Maîtresse du Jeu, qui l’invite dans la Haute Loge afin de mener une partie d’une toute autre envergure…

Voilà en quelques mots le concept de cette fabuleuse novella publiée par le Bélial, que je remercie pour l’envoi.

Ce qui m’a d’abord frappée, c’est la musicalité du texte. Je l’ai lu en français et la traduction a été réalisée par Michel Pagel, je ne peux donc parler que de son travail, pas du style original de l’autrice mais j’imagine qu’il s’est efforcé de le rendre le plus fidèlement possible dans notre langue. J’ai toujours été très sensible à cet aspect, que je retrouve malheureusement assez peu de manière générale. Ici, l’écriture de Claire North montre une vraie personnalité littéraire et un souci formel évident qui fonctionne très bien. Non seulement ses mots chantent mais elle choisit de narrer son histoire du point de vue d’un narrateur mystérieux qui s’exprime en « Nous » et interpelle parfois son lecteur. Ce narrateur, qu’il soit entité plurielle, groupe ou individu supérieur, permet d’exposer les enjeux, les différents personnages et les principes sans alourdir le texte. Il semble d’ailleurs que ce narrateur appartienne à l’histoire en elle-même, certains indices le laissent penser mais sans doute ce point s’éclaircira-t-il dans la suite.

Parce que oui, vous avez bien lu, le Serpent est le premier tome d’une trilogie qui est publiée dans la collection Une Heure Lumière du Bélial. C’est assez rare, l’éditeur opte pour des one-shot la plupart du temps. Toutefois, c’est déjà arrivée avec Molly Southbourne, bien que ça ait été un accident. De mémoire, il me semble que l’éditeur avait expliqué qu’en signant le premier Molly, ce devait être un one-shot et que le tome 2 n’est arrivé qu’ensuite. Qu’importe au fond pour moi qui ai la résolution de posséder la totalité de la collection ! Sans compter que, quand on se confronte à un texte de cette qualité, on ne se plaindra pas d’en avoir davantage.

L’efficacité de son écriture n’est pas la seule qualité de l’autrice. L’univers qu’elle dépeint dans cette Venise du 17e siècle est fascinant et immersif en plus de toucher au cœur de mes goûts personnels. Il y a d’abord et avant toute cette fameuse Maison des Jeux qui traversera la trilogie (celle-ci porte d’ailleurs son nom) une entité mystérieuse qui parait presque vivante, divisée en une Basse Loge et une Haute Loge, dans laquelle se joue le destin du monde. On comprend rapidement que cette Maison des Jeux se trouve partout et nulle part à la fois et qu’elle permet d’accorder certaines bénédictions -ou malédictions aux joueur·euses en son sein. Elle contraint également des personnes extérieures à la servir pour diverses raisons, les transformant en cartes qui sont remises aux joueur·euses au début d’une partie. Cell·eux-ci doivent alors les utiliser avec subtilité et fine intelligence pour en tirer le maximum.

Il y a ensuite Venise en elle-même, une ville rendue tangible et presque vivante par l’efficacité de l’écriture de Claire North et où, comme il se doit, on assiste à une intrigue politique de grande envergure qui ne l’est pourtant pas tant que ça lorsqu’on comprend que la Maison des Jeux influe sur le destin du monde entier… Pourtant, Thene s’en sort brillamment en utilisant les ressources de son esprit uniquement. La stratégie politique est mise à l’honneur et maîtrisée avec brio. Le personnage de Thene est tout à fait remarquable, au même titre que son évolution et sa force de caractère qui lui permettra de résister aux exactions de son mari.

La conclusion de l’ombre :
Ce premier tome de la Maison des Jeux est une réussite phénoménale à mes yeux. Je l’ai dévoré en une seule séance de lecture tant j’ai été charmée par le style littéraire de l’autrice et la maîtrise de son intrigue. Il se hisse sans effort parmi les meilleurs UHL proposés jusqu’ici par le Bélial et je ne peux que vous en recommander chaudement la lecture.

D’autres avis : Les chroniques du ChroniqueurL’Épaule d’OrionAu pays des cave trollsQuoi de neuf sur ma pile ?Le nocher des livresOutrelivresVive la SFFFMondes de pocheLa Lutine blagueuse – vous ?

Informations éditoriales :
Le Serpent, premier tome de la Maison des Jeux écrit par Claire North. Traduction : Michel Pagel. Éditeur : Le Bélial. Illustration de couverture : Aurélie Police. Prix : 10,90 euros au format papier, 4,99 euros au format numérique.
Publicité

17 réflexions sur “La Maison des Jeux #1 le Serpent – Claire North

  1. Pingback: Le Serpent – Claire North – Albédo

  2. Pingback: La Maison des Jeux #2 le Voleur – Claire North | OmbreBones

  3. Pingback: Chronique – Le Serpent (La maison des jeux T1), Claire North – Mondes de Poche

  4. Pingback: Le Serpent – La Maison des Jeux 1 (Claire North) – Vive la SFFF !

  5. Pingback: Bilan mensuel de l’ombre #45 – avril 2022 | OmbreBones

  6. Pingback: Le Serpent [La Maison des Jeux. 1], Claire NORTH – Le nocher des livres

  7. Pingback: Le Serpent, de Claire North – Les Chroniques du Chroniqueur

  8. Pingback: Claire North sort le grand jeu ! – Drums n Books

  9. Pingback: Le Serpent – Claire North – L'épaule d'Orion

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s