L’autre facette de l’ombre : la petite histoire de « Choisir la forêt »…

9782379100956
Ce mardi 5 avril 2022 commençaient les précommandes pour l’anthologie Nouvelles du Front chez Livr’S, à laquelle je participe modestement avec une nouvelle de fantasy intitulée Choisir la forêt. Le thème de cette anthologie est celui de la guerre, exploitée dans différents genres de l’imaginaire. Vous pouvez toujours la précommander jusqu’au 30 avril 2022 ou l’acheter par la suite, en fonction de quand vous lirez cet article. Il suffit de cliquer ici.

Une première version de ce texte a été publiée dans l’anthologie de Magie et d’Ombres chez feu L’ivre-Book en 2017 -si ma mémoire est bonne- et sous un titre différent : Hessä. L’anthologie de l’époque souhaitait proposer des nouvelles issues d’auteur·ices de la maison d’édition, dans le style dark fantasy. C’était mon genre de prédilection à l’époque et j’ai immédiatement voulu participer -même si une fois le projet abouti je me suis rendue compte que peu d’auteur·ices comprenaient vraiment la définition de ce genre littéraire… Mais ça, c’est une autre histoire.

De « Hessä »….
J’avais à ce moment-là une idée qui me trottait en tête autour d’un univers de fantasy inspiré par la mythologie nordique, peuplé par différentes races d’elfes et au sein duquel évoluerait le personnage de Nerwën, une magicienne de sang, elfe elle-même, controversée mais indéniablement puissante et surtout, guerrière de première ligne dans tous les combats. Il s’agirait donc d’une époque résolument guerrière. Je voulais faire avec elle tout ce que j’avais échoué à faire avec Melyän (c.f. mon précédent billet) et elle apparaissait dans cette nouvelle comme antagoniste. En effet, le personnage de Hessä mourait très tôt (au bout d’une page ou deux) et revenait d’entre les morts, sans comprendre ce qui lui arrivait. Il se rendait toutefois très vite compte que les vivants voulaient détruire son cadavre animé… Et surtout Nerwën, qui devenait alors son croquemitaine personnel, ce qui a donné lieu à une scène que je jugeais superbe à l’époque (beaucoup moins en la relisant) dans une forêt en flammes, tout ça…

Si certain·es ont joué à World of Warcraft, le parallèle avec les Réprouvés doit vous sauter aux yeux. J’avoue sans honte que ce jeu, auquel j’ai consacré un temps… disons… certain, m’a beaucoup influencée dans mon écriture à mes débuts. Des clins d’œil apparaissent d’ailleurs tout au long des Légendes Faës (le physique de Melyän est inspiré de Sylvanas, celui des fomoires est clairement inspiré des Illidaris, l’un des personnages a été baptisé Nathanos en hommage à celui du jeu, etc.). On toucherait presque ici à la fanfiction si je ne m’étais pas réappropriée l’univers pour le sortir d’Azeroth et le placer dans la mythologie irlandaise.

Et donc chaque fois que je commençais un personnage Réprouvé (je jouais ou ça ou elfe de sang -sans surprise, pour la Horde !) je me posais la même question : qu’est-ce que ça fait d’être réveillé d’entre les morts après une bataille ? Comment se sent-on ? À quoi pense-t-on ? C’est à ça que je cherchais à répondre avec Hessä. Tout simplement. En exploitant surtout un volet psychologique parce que je me juge plus douée pour développer la psychologie des personnages que l’univers autour. Il suffit de voir à quel point les univers sont des esquisses vagues dans mes textes, pour se concentrer sur les personnages. Sans doute une déformation due à mes nombreuses années de jeux de rôles textuels.

…. à « Choisir la forêt »
Revenons au présent ! Ou à un passé moins lointain. Quand le thème de l’appel à texte chez Livr’S a été connu, j’ai immédiatement pensé à cette nouvelle pour deux raisons. La première, il faut dire que l’anthologie précédente a très très peu circulé au point que seul·es mes lecteur·ices les plus assidu·es disposent d’un exemplaire. Je crois que, même moi, je n’en ai plus… C’est dire ! La seconde, c’est que je souffrais déjà de mon syndrome de la page blanche et que j’ai toujours eu beaucoup plus facile de travailler à partir d’un matériel de base. Le plus dur pour moi, c’est d’accoucher du premier jet. Cet aspect a beaucoup joué dans le fait que je retourne vers Hessä.

Je l’ai alors relue et quand mes yeux ont arrêté de saigner, j’ai décidé de la réécrire correctement en mettant à profit mon expérience acquise au fil du temps.

Aussi, quand je dis que ce texte a connu une première parution, c’est à la fois vrai et faux. Dans Choisir la forêt, on retrouve le même concept de départ à savoir un elfe entre deux âges sur le point d’être précipité dans une bataille d’envergure contre des forces maléfiques qui menacent son peuple, le tout écrit à la première personne. Toutefois, le déroulement est totalement différent. Ce coup-ci, je me suis concentrée uniquement sur Sleipnir (c’est son petit nom au monsieur elfe), ses pensées, ses émotions, l’attente terrible avant le début de la bataille, ce qui se déroule pendant… Ironiquement, l’action n’a pas de lien avec la forêt en elle-même, toutefois il faut lire la nouvelle pour comprendre la raison de ce titre. Je ne vais pas vous en dire davantage afin de ne pas gâcher votre potentielle découverte mais ayant relu la première mouture pour écrire ce billet, je dois bien avouer que ces deux textes n’ont quasiment plus rien en commun.

Et que je suis assez fière de Choisir la forêt. Vraiment.

Elle n’est jamais contente !
Évidemment, il reste un dernier point qui me gêne un peu et ne m’a sauté au visage que lors de la relecture du BAT (et donc trop tard) c’est que, finalement, l’aspect elfique n’est que peu développé et n’apporte rien à l’intrigue hormis sur un plan vaguement esthétique. Je n’en exploite pas les possibilités, je me contente de mettre en scène une race présente en fantasy pour laquelle j’ai toujours eu une certaine affinité. Vous me direz, on ne peut pas parler de tout, dans une nouvelle ! Et vous avez sans doute raison. Toutefois, quasiment rien dans la psychologie de Sleipnir ne le distingue, finalement, d’un humain. Ça ne change rien à ma fierté par rapport à la nouvelle, seulement je me devais d’être honnête par rapport à cet élément.

Je ne sais pas si je me remettrais un jour à l’écriture mais si ce n’est pas le cas, je serais heureuse d’avoir « terminé » par ce texte-là qui me permet aussi de tourner définitivement la page du chapitre fantasy de ma vie.

Et voilà, vous savez tout sur cette nouvelle et sa genèse ! J’espère que ce billet vous a intéressé et si le cœur vous en dit, n’hésitez pas à partager l’information concernant les précommandes en cours pour l’anthologie. Un petit RT ne coûte rien et peut apporter beaucoup. J’ajoute également que si vous possédez un blog, que vous lisez en numérique et que mon billet vous a intrigué, il est toujours possible de recevoir l’anthologie en service presse. Il suffit de m’écrire dans les commentaires, en DM sur Twitter ou à l’adresse service-presse(a)livrs-editions.com.

20 réflexions sur “L’autre facette de l’ombre : la petite histoire de « Choisir la forêt »…

  1. Pingback: Nouvelles du front anthologie – Au pays des cave trolls

  2. Pingback: Nouvelles du front (anthologie) | OmbreBones

  3. Pingback: C’est lundi… Que lisez-vous ? #73 – Fourbis & Têtologie

  4. 😖 pourquoi ai-je lu l’article maintenant ? Ça me donne encore plus envie de la lire. D’autant plus que je suis fan de ta plume psychologique. Tu arrives à nous immerger dans l’âme de tes personnages à un de ce point ! J’admire beaucoup pour ça. Et en soit ce n’est pas grave si l’univers est peu détaillé, car ce sont les protagonistes qui nous font vivre le récit. Ce n’est pas grave si tu n’as pas parlé de son côté elfe. Car au fond, pourquoi un elfe ne pourrait-il pas ressembler à un humain derrière leur masque de perfection ?

    • Merci beaucoup pour ton commentaire, il me touche énormément 🥰 J’espère que tu apprécieras ta lecture du coup 🤞
      Et tu as raison pour ta remarque sur les elfes, c’est juste mon côté un peu perfectionniste qui parle… Jamais contente 🙄

  5. C’est super intéressant de connaître le cheminement entre les deux parutions. 🙂 C’est dommage que je n’ai pas eu l’occasion de lire la première version parce qu’à l’époque, j’étais aussi bien à fond avec Warcraft. ^^’
    Je me prendrai l’anthologie en numérique, je vais me le noter !

  6. Super d’avoir un aperçu de ta démarche et de ton procédé d’écriture. Je pense que c’est normal de toujours garder quelques motifs d’insatisfaction, ce doit être le cas même pour les très grands auteurs. Comme les autres je vais garder le plaisir de lire la tienne pour la fin, et j’ai d’autant plus hâte après avoir lu ton billet 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s