Axiomatique – Greg Egan (partie 2/2)

7
Il y a une semaine, je vous présentais un premier billet au sujet du recueil Axiomatique de l’auteur australien Greg Egan, édité au Bélial. Je vous racontais un peu mon rapport à l’auteur ainsi que le pourquoi j’en étais venue à lire cet ouvrage, très aimablement offert par l’éditeur.

Dans le présent billet, je vais vous détailler mon sentiment et mon appréciation sur les neuf dernières nouvelles contenues dans Axiomatique. Nous verrons ainsi si mon sentiment général, positif jusqu’ici, se confirme. Sans plus attendre, c’est parti !

En apprenant à être moi :
(Traduction par Sylvie Denis et Francis Valéry, harmonisé par Quarante-Deux)
Chaque humain reçoit, à la naissance, un cristal implanté dans son crâne qui enregistre absolument tout ce qui constitue sa personnalité. Vers l’âge de trente ans, chacun peut décider de faire détruire son cerveau humain -trop fragile, faillible- pour être totalement remplacé par le cristal aussi appelé dispositif Ndoli. On suit les pensées d’un homme depuis son enfance et ses réactions face à ce procédé ainsi que l’évolution de sa perception de celui-ci.

C’est une nouvelle très introspective qui questionne les composantes de notre identité et par extension, de notre existence. Toutefois, le principe même du dispositif Ndoli me parait tellement aberrant que j’ai eu du mal à m’investir dans ce texte.

Les douves :
(Traduction par Francis Lustman et Quarante-Deux)
La nouvelle s’ouvre sur un avocat qui subit du harcèlement parce qu’il défend les réfugiés climatiques. Chaque jour, il retrouve son bureau tagué. À travers lui, Egan dresse le portrait d’une Australie qui cherche à protéger sa population à tout prix et qui a des idées très arrêtées sur l’accueil à réserver à ces personnes qui ont tout perdu. Ce n’est pas la première fois qu’il parle de la question des réfugiés, souvenons-nous de Cérès et Vesta
Parallèlement à cela, la compagne de l’avocat, qui travaille dans un laboratoire d’analyse médico-légale, tombe sur une anomalie dans l’une des preuves biologiques qu’elle doit étudier. Quel lien, me demanderez-vous ? Et bien disons que certaines personnes iraient très loin pour protéger leur territoire…

Je me refuse à en dire trop pour ne pas gâcher la découverte des personnes qui liraient ce recueil. Cette nouvelle fait froid dans le dos parce qu’elle est plausible, tout simplement. En arrivant à la dernière ligne, j’ai ressenti un malaise qui m’a fait me demander : et si. Pour moi, c’est la marque d’un grand texte.

La marche :
(Traduction par Francis Lustman et Quarante-Deux)
Deux hommes marchent dans la forêt. L’un menace l’autre avec une arme et on comprend qu’il va l’exécuter parce qu’il y a un contrat sur sa tête. L’autre sait que sa vie arrive à son terme et essaie de négocier.

J’ai eu du mal à voir où Egan voulait en venir ici. On retrouve la même technologie que dans la nouvelle Axiomatique, avec des questionnements un peu semblables quoi qu’ici on va plus loin en évoquant les probabilités pour qu’un jour, il existe quelqu’un qui soit par hasard exactement identique à nous. C’est très… philosophique et redondant. Pas un mauvais texte mais certainement pas mon préféré.

Le pti mignon :
(Traduction par Sylvie Denis et Francis Valéry, harmonisé par Quarante-Deux)
Frank veut désespérément un enfant. La nouvelle s’ouvre sur une dispute entre sa compagne et lui. Elle ne veut pas entendre parler de maternité et lui avance tous les arguments possibles en faveur, affirmant qu’il s’en occupera, qu’elle n’aura rien à faire, qu’elle n’est même pas obligée de porter l’enfant… Cette introduction dure une page et demi mais elle m’a crispée à un point tel que j’ai failli arracher la page et demi en question. Pourtant, je me doutais qu’il y avait plus que cela et j’ai bien fait d’aller plus loin !

Après que sa compagne l’ait quitté, Frank décide d’investir dans un dispositif appelé pti mignon qui créé un simulacre de bébé destiné à mourir à l’âge de quatre ans -et donc à rester un bébé au stade de bébé toute sa « vie ». Il va le porter lui-même (les hommes enceints ne sont pas une curiosité dans cette société) et s’en occuper mais petit à petit, alors que la date fatidique approche, Frank va tout remettre en question vu qu’il aime sincèrement cette enfant, prénommée Ange. Il ne peut pas la laisser mourir. Si elle parle, si elle lui sourit, alors elle a forcément une conscience, au contraire de ce qui est affirmé par les fabricants de ce dispositif…

C’est une nouvelle assez osée et dérangeante. Elle m’a mise mal à l’aise, en partie parce que je ne ressens pas du tout ce désir de maternité, donc j’ai du mal à comprendre pourquoi Frank allait aussi loin. Pourtant, c’est un texte très riche qui pose des questions intéressantes sur ce fameux impératif biologique. Brillant.

Vers les ténèbres :
(Traduction par Francis Lustman et Quarante-Deux)
John est un coureur. Son travail consiste à se déplacer au sein d’une anomalie qui apparait par hasard dans une ville donnée et d’en sauver les gens coincés dedans. Cette anomalie répond à plusieurs règles dont je vous épargne le détail.

Le concept même du métier de John est intéressant, par contre je crois que je suis totalement passée à côté des enjeux de cette nouvelle parce qu’une fois celle-ci terminée, je me suis demandée de quoi ça parlait, en fait…

Un amour approprié :
(Traduction par Sylvie Denis et Francis Valéry, harmonisé par Quarante-Deux)
Et le titre le plus ironique revient à…
Chris, le mari de Carla, a été grièvement blessé dans un accident de train. Son corps ne s’en remettra pas mais son cerveau est intact et la technologie qui existe dans ce monde permettrait de lui créer une nouvelle enveloppe sans problème. Hélas… Cela prendra du temps, au moins deux ans ! Et leur police d’assurance dispose d’une clause qui oblige Carla à opter pour la solution de conservation la moins chère. Cela signifie donc que pour conserver le cerveau de Chris aussi longtemps, il faudra l’implanter… dans son utérus.

Évidemment, Carla passe par tout un tas de phases et d’émotions mais elle finira par accepter cette horreur et par être enceinte (avec tous les symptômes qui vont avec) pendant DEUX ANS avec tout ce que cela implique. Cette nouvelle met en scène l’instrumentalisation du corps féminin dans tout ce qu’elle a de plus abject. J’ai trouvé la maîtrise psychologique dont Egan fait preuve ici vraiment impressionnante. On sent les traumatismes profonds que la situation a créé chez Carla, ce que tout ça implique dans ses relations à autrui et notamment à Chris… C’est franchement brillant.

Et immonde.
Mais brillant.

La Morale et le Virologue :
(Traduction par Francis Lustman et Quarante-Deux)
Une nouvelle à ne pas lire par les temps qui courent… Ni après une pandémie.
Un scientifique qui s’avère être également fanatique religieux se met en tête de créer un super virus du SIDA afin de punir les homosexuels mais aussi les personnes adultères et celles qui couchent en dehors des liens du mariage. Ce virus meurtrier fonctionnerait d’une façon très simple et peut-être un peu trop car quand certaines questions vont commencer à se poser – grâce à ironiquement un dialogue avec une prostituée- l’homme se demande s’il n’a pas fait une connerie.

Franchement, si vous n’étiez pas paranoïaque avant, vous risquez de le devenir après la lecture de ce texte car un peu comme pour Les douves, on ne peut pas s’empêcher de se demander : et si. Surtout quand on constate avec quelle facilité la mondialisation permet la circulation d’un virus…

Plus près de toi :
(Traduction par Francis Lustman et Quarante-Deux)
On retrouve dans cette nouvelle le fameux dispositif Ndoli évoqué plus haut. On suit ici un couple qui cherche à savoir ce que ça fait vraiment d’être l’autre, en fusionnant temporairement leurs cristaux par exemple. Malheureusement, le résultat risque de ne pas être à la hauteur de leurs espérances…

On repart ici dans un registre très psycho-philosophique sur les notions d’identité et d’intimité qui rend la nouvelle longuette et pas spécialement passionnante à lire, surtout quand on a un désintérêt profond pour les relations de couple.

Orbites instables dans la sphère des illusions :
(Traduction par Francis Lustman et Quarante-Deux)
Alors ce n’est pas que je n’ai rien compris… Mais presque. Je pense que cette nouvelle s’inscrit peut-être dans la continuité des évènements de Vers les ténèbres mais pas sûre… Dans ce que j’ai pu comprendre, un évènement a rendu les psychés de tout le monde lisibles par autrui et donc influençables puisqu’on entend les certitudes des autres dans sa tête. Il existerait des machines qui ont une influence sur la psyché humaine en les rassemblant par « idéologie » et le couple qu’on suit essaierait de vivre en dehors de ces influences.

Voilà grosso modo. Je ne peux pas donner un avis sur le texte en lui-même parce que je suis passée à côté de ses enjeux et de son thème. Le recueil ne se termine donc pas aussi bien qu’il a commencé mais ça n’enlève rien à ses qualités.

La conclusion de l’ombre :
Je craignais de lire Axiomatique car Greg Egan m’effrayait par son aura et sa réputation. Toutefois, on ne rappellera jamais assez que hard-sf ne signifie pas compliqué ou accessible uniquement à quelqu’un disposant d’un doctorat dans un domaine scientifique comme la physique, la biologie ou que sais-je. La plupart des textes de ce recueil sont accessibles et invitent à des réflexions intéressantes sur ses domaines aussi variés que l’identité, la maternité, la génétique, le dérèglement climatique… J’ai pris beaucoup de plaisir à lire et à réfléchir sur Axiomatique. Je vous en recommande donc chaudement la lecture, que vous soyez ou non des spécialistes en sciences ! Foncez.

D’autres avis : LorkhanYuyineL’Épaule d’OrionAlbédoAu pays des cave trolls – vous ?

INFORMATIONS ÉDITORIALES :
AXIOMATIQUE DE GREG EGAN. TRADUCTION PRÉCISÉE SOUS CHAQUE NOUVELLE. ÉDITEUR : LE BÉLIAL. ILLUSTRATION PAR NICOLAS FRUCTUS. PRIX : 23,90 EUROS
logochallenge
+9 nouvelles lues
Avancée du challenge : 58 textes lus.

6 réflexions sur “Axiomatique – Greg Egan (partie 2/2)

  1. Pingback: Axiomatique — Greg Egan – Constellations

  2. Je ne lis pas ton billet sauf ce qui concerne En apprenant à être moi (que j’ai lue) car j’ai l’intention de lire ce recueil un jour (quand ? that’s the question).

    J’avais trouvé En apprenant… vertigineuse pour ma part mais je ne venais pas de lire la moitié d’un recueil contenant des nouvelles qui le sont peut être encore plus 😅

    Belle initiative que tu as eue avec ton thread twitter également.

    • Merci beaucoup ^-^
      Franchement si tu as l’occasion, c’est vraiment le genre de recueil dont on regrette d’avoir trop repoussé la lecture. La sauce n’a pas pris sur toutes les nouvelles mais sur une grande majorité, l’adjectif vertigineux colle bien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s