Symposium Inc. – Olivier Caruso

23
Symposium Inc. est une novella de science-fiction écrite par l’auteur français Olivier Caruso. Publié par le Bélial dans sa collection Une Heure Lumière, vous trouverez ce texte dans toutes les bonnes librairies (et sur le site de l’éditeur) au prix de 9.90 euros.

De quoi ça parle ?
Le jour de ses dix-huit ans, Rebecca tue sa mère. Mais pourquoi ? Et surtout, pourquoi maintenant ? Ce sont les questions qui vont se poser lors de son procès où elle sera défendue par Amélie, une avocate réputée imbattable qui semble partager une partie du passé des parents de l’accusée. Amélie va devoir déployer tout son talent car sur les réseaux sociaux, Rebecca est déjà considérée comme coupable…

Une narration à deux voix.
Dans Symposium Inc., deux personnages se partagent la narration. D’un côté, on a Stéphane qui est le père de Rebecca et le mari de Rose (la victime). Il est également le créateur de Neurotech, une firme qui a révolutionnée la neuroscience et qui a pris une place centrale dans la société française où se déroule la novella. Stéphane est un homme difficile à cerner, même lorsqu’on se place de son point de vue. Il a certaines réflexions et réactions qui sont difficilement concevables… Et qui, paradoxalement, d’une manière malsaine, le rend fascinant à suivre. En face, on retrouve Amélie Lua, une avocate ténor du barreau qui n’a plus rien à prouver à personne et a quelques soucis avec la boisson. Elle est intimement liée à la famille de Stéphane, d’une manière qu’on découvre à mesure que la lecture avance. J’ai presque envie de la qualifier de masochiste, d’accepter cette affaire vu les implications pour elle.

Quand je parle de narration à deux voix, je simplifie outrageusement… Olivier Caruso a opté pour une certaine originalité. Tout au long du texte, on retrouve des commentaires entre parenthèses, qui sont des extraits de ce qui se dit sur le réseau à propos des évènements en cours. C’est souvent malaisant et me rappelle pourquoi je ne lis jamais les commentaires sous un article de presse. Toutefois, vu le texte, c’est une excellente idée qui lui rajoute de la richesse.

Cette narration s’articule autour de deux éléments principaux : un drame familial et l’influence des réseaux sociaux.

Je choisis de ne pas m’arrêter dans le détail sur l’aspect drame familial, parce que ça reviendrait à gâcher l’intrigue et donc le travail de l’auteur. Par contre, il n’est pas possible de ne pas évoquer la question des réseaux sociaux.

L’influence des réseaux sociaux.
De nos jours, il serait hypocrite de dire que les réseaux sociaux n’ont aucune influence dans nos vies. Il suffit de voir à notre petite échelle de blogueur : plusieurs fois par mois, lire certain.es parmi vous me fait acheter tel ou tel livre de manière imprévue. Imaginez un monde où cette influence s’étend à la justice… Pas besoin de faire de gros efforts, c’est déjà le cas. Encore récemment, une affaire de harcèlement avec violence qui trainait depuis des mois en France a enfin été (enfin) prise en main par les autorités parce que la victime a interpelé la police sur Twitter.

C’est glaçant et c’est ce que met en scène Olivier Caruso dans une société où « commenter, c’est bon pour la santé ». Tout démarre de Stéphane Bertrand, qui prend conscience d’à quel point il s’indigner lui procure du plaisir face à une certaine situation de sa vie. C’est de cette manière qu’il va développer Neurotech et la technologie qui permet de recevoir des décharges hormonales positives quand on donne son opinion sur tel ou tel sujet, avec, évidemment, un bonus si le sujet porte à polémique… Entre notre réalité et celle de Symposium Inc., il n’y a plus qu’un pas déjà largement entamé.

Un procès ?
La quatrième de couverture évoque un procès mais il n’est pas mis en scène, pas en tant que tel. L’histoire se concentre sur l’avant, avec la manière dont Amélie va manipuler l’opinion publique et sur l’après, avec les conséquences que ça impliquent et qui amèneront le dénouement de l’intrigue. Dommage, parce que l’aspect m’intéressait, mais c’est une remarque toute personnelle. Quant au dénouement, on n’en tombe pas de sa chaise, quelques indices mettent la puce à l’oreille du / de la lecteur.ice attentif.ve toutefois ça reste bien fait dans l’ensemble.

La conclusion de l’ombre :
Symposium Inc. est un texte d’une grande richesse où beaucoup de thématiques s’entremêlent, ce qui le transforme en outil pédagogique de premier plan pour l’éducation numérique. On y parle non seulement d’un drame familial mais aussi des dérives des réseaux sociaux, de la manière dont il est facile de manipuler l’opinion publique… Il met également en garde sur l’avancée toujours plus rapide et intrusive de certaines technologies. Un texte brillant qui méritera une relecture de ma part pour l’approfondir avec mes étudiant.es. Sans surprise, voilà un autre UHL de qualité qui rappelle que le talent se trouve aussi chez les auteur.ices francophones.

D’autres avis : L’épaule d’OrionLes chroniques du chroniqueurQuoi de neuf sur ma pile ? – vous ?

9 réflexions sur “Symposium Inc. – Olivier Caruso

  1. Pingback: Symposium Inc. de Olivier Caruso – Au pays des cave trolls

  2. Pingback: Symposium Inc. , d’Olivier Caruso – Les Chroniques du Chroniqueur

  3. Tu parles superbement bien de ce texte pour nous donner envie. Il n’a pas l’air simple à lire à cause de sa grande richesse narrative mais les thèmes autour des réseaux sociaux et de notre société m’intéressent beaucoup.
    Merci pour ce retour !

    • Merci pour ton compliment ! J’ai eu beaucoup de mal à écrire cette chronique, à trouver le bon angle, les bons mots, du coup je suis contente d’avoir réussi à te toucher et à te donner envie de le lire 🙂 J’espère que ça te plaira, si tu te lances !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s