À l’ombre du Japon #33 { Beastars #15 ; Les carnets de l’apothicaire #2 ; le renard et le petit tanuki #2 }

Ohayô minasan !
On se retrouve pour un rendez-vous manga entièrement consacré à l’éditeur Ki-oon. Vous le savez, j’ai pour eux une affection particulière (même si tous leurs titres ne sont pas des coups de cœur ou ne me séduisent pas, coucou My Broken Mariko) car ils proposent régulièrement des séries originales, qui sortent du lot. C’est le cas avec les trois titres dont il est ici question et qui ont été d’énormes coup de cœur. Je n’ai qu’une hâte : arriver au mois de mai pour avoir les suites.

6
Je ne présente plus cette série qui a été pour moi une vraie révélation. Je dévore chaque tome dés leur sortie et j’en ressors chaque fois avec des étoiles plein les yeux tant Paru Itagaki est douée pour mener son intrigue, doser son action, proposer sans arrêt de nouveaux éléments sans pour autant oublier les anciens, ce qui permet d’accrocher le lecteur de tome en tome. Je n’ai pas souvenir d’un seul moment plus faible, d’un seul tome « de remplissage » et ce quinzième volume ne fait pas exception à la règle…

Ce tome, donc, se focalise sur la question des relations interespèces. En effet, on a découvert dans le volume précédent l’existence d’un tueur qui est à la fois herbi et carni, issu de l’union d’une gazelle et d’un léopard. C’est l’occasion pour Legoshi de réfléchir à l’avenir de sa relation avec Haru, puisque, s’ils ont des enfants, ce seront également des hybrides… Tout comme sa propre mère l’a été puisque, pour rappel, le grand-père de Legoshi a eu un enfant avec une louve, alors que lui-même est un varan de komodo. Le lecteur va également découvrir une partie du passé de la mère de Legoshi et entrevoir les raisons possibles de son suicide. Louis, de son côté, va tomber nez à nez avec son ancienne bande, non loin du marché noir. À nouveau, les péripéties s’enchainent, des personnages qu’on pensait oubliés reviennent sur le devant de la scène et le suspens est à son comble quant à ce qui va arriver ensuite. J’adore !

Si vous n’avez pas encore donné sa chance à ce titre, n’hésitez plus… Surtout que la série va se terminer bientôt, donc vous savez où vous allez !

D’autres avis sur ce tome : pas encore, mais cela ne saurait tarder !

7
Si j’ai été très convaincue par le premier tome des Carnets de l’Apothicaire, ce n’était rien à côté de celui-ci qui m’emballe plus que de raison, si bien que j’ai à présent des attentes extrêmement élevées concernant cette série. Ce second volume est l’occasion d’en apprendre plus sur le fonctionnement du système des concubines et des dames de compagnie ainsi que sur le métier de gouteuse, exercé malgré elle par Mao Mao.

Ce personnage prend aussi de l’ampleur car on en apprend davantage sur ses taches de rousseur (j’ai adoré cet aspect même s’il fait froid dans le dos) tout en la voyant en action dans son métier, implacable, capable de faire preuve d’un fort caractère assez terrifiant tout en se montrant préoccupée du bien être des autres. Cette héroïne est l’une des plus réussies que j’ai pu croiser récemment dans un manga !

Pour ne rien gâcher, l’esthétique superbe du titre se confirme. Chaque planche est soignée, millimétrée, rien n’est laissé au hasard, encore moins la caractérisation des personnages qui rend l’ensemble très aisé à suivre. Je me réjouis d’avoir le troisième tome entre les mains !

D’autres avis sur ce tome : Les voyages de LyLes blablas de Tachan – vous ?

8
Souvenez-vous, je vous avais déjà présenté le premier tome de cette série qui parait jeunesse mais ne l’est pas du tout. Le dessin m’avait conquise ainsi que l’aspect adorable du petit tanuki prénommé Manpachi, couplé au sale caractère de Senzo, le redoutable renard noir. Mais la série possède-t-elle ce qu’il faut pour durer ? Après la lecture de ce tome, ma réponse est oui !

Dans ce tome, le renard noir se lance à la poursuite du blaireau Momoji qui a menti à Manpachi pour l’attirer dans sa montagne d’origine, lui promettant de l’aider à retrouver ses parents. C’est l’occasion d’une très belle scène avec l’esprit protecteur de la montagne même si elle est précédée d’un moment crève-cœur sur la façon dont les autres esprits traitent Manpachi.

C’est toujours doux, drôle, mignon mais le titre possède aussi une part de noirceur qui fonctionne d’autant mieux au milieu des éléments précités. J’ai très envie de découvrir la suite et je suis assez curieuse de voir où tout cela va nous mener…

D’autres avis sur ce tome : La pomme qui rougitles voyages de LyLes blablas de Tachan – vous ?

Et voilà, c’est déjà terminé pour cette fois. J’espère que vous avez apprécié ce tour d’horizon des séries qui se confirment et semblent faites pour durer chez Ki-oon… Je vais conclure en disant : bien vite le mois de mai ! Mais rassurez-vous, on se retrouvera avant dans ce rendez-vous manga.

Mata itsu ka, ja ogenki de !
( À bientôt et prenez soin de vous !)

16 réflexions sur “À l’ombre du Japon #33 { Beastars #15 ; Les carnets de l’apothicaire #2 ; le renard et le petit tanuki #2 }

  1. Pingback: Bilan mensuel de l’ombre #33 – mars 2021 | OmbreBones

  2. Je n’ai encore acheté aucun des trois du fait des soucis que tu sais, mais j’ai hâte de pouvoir sortir de nouveau pour les prendre. Dans les faits, j’ai quand même commandé Le Renard et le Petit Tanuki car j’avais un chèque cadeau et que Beastars était pas dispo dans l’immédiat.

    Et ce que tu dis sur Beastars me met encore plus en appétit. C’est vraiment fou de me dire que ça fait plus de 2 ans que je lis cette série, étant une jeune pousse dans le monde du manga, c’est finalement la série en cours que je suis depuis le plus longtemps. J’ai hâte de pouvoir tout relire d’une traite !

    Pour les deux autres, j’ai hâte aussi de les avoir, mais quand même pas autant.

    • En même temps Beastars est quand même le haut du panier, la série est dans mon top 3 des meilleurs mangas de tous les temps et elle s’y est hissée super vite vu que, comme tu le sais, je l’ai finalement découverte il y a un an presque jour pour jour lors du premier confinement, et sous ton conseil, avec l’animé… (encore merci d’ailleurs !)
      J’espère que la qualité de la lecture sera à la hauteur de l’attente mais je n’en doute pas une seconde 😉

      • Oh je n’en doutes pas, je ne suis jamais déçu avec cette serie. D’ailleurs je suis ravi que Beast Complex nous arrive aussi chez Ki-oon. En espérant qu’ils éditent aussi ses deux autres mangas.

      • Oui, deux séries courtes (genre one shot ou deux tomes max), une qui est autobiographique, du coup je me demande si elle parle de son père, qui est l’auteur du manga Baki. Et la seconde est l’histoire d’une femme qui saigne du nez en permanence, je n’en sais pas plus ^^’

  3. Je n’ai pas encore lu Beastars alors je ne te lis pas, mais je te rejoins sur les deux autres (dont j’ai parlé sur les fiches de chacun sur le blog 😉)
    La douce noirceur de l’univers du Renard et du petit tanuki me plaît, en plus de l’univers fantastique et légende. Et je trouve effectivement Mao Mao de mieux en mieux définie. Deux titres dont j’attends impatiemment la suite 😊

  4. Faut que j’aille acheter le tome 2 du Renard et le petit Tanuki. *_*

    J’ai pris aussi le tome 1 des Carnets de l’Apothicaire, je vais voir ce que ça donne. ^^ (Et on a la collec presque complète de Beastars à la médiathèque, je vais les commencer… ^^)

    • Ouiiii ** Je te souhaite de belles lectures ! Beastars j’ai commencé avec l’animé, faut s’habituer au dessin particulier même si maintenant je l’adore (je préfère quand même prévenir).

      Je te souhaite de belles lectures 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s