La première loi #3 dernier combat – Joe Abercrombie

8
Dernier combat
est le troisième tome de la trilogie La première loi écrite par l’auteur anglais Joe Abercrombie. Publié chez Bragelonne au format poche, vous trouverez ce roman partout en librairie au prix de 9.20 euros.

De quoi ça parle ?
Souvenez-vous, je vous ai déjà chroniqué le premier et le second tome.
En quelques mots, j’avais trouvé le premier tome très intéressant au niveau des personnages mais beaucoup trop long à se mettre en place et à développer son intrigue. Je déplorais, de plus, l’absence de personnages féminins intéressants / remarquables. Le second volume avait dans l’ensemble gommé ces défauts et me laissait très enthousiaste quant à la lecture du troisième…
Dans celui-ci, Logen retourne au Nord pour régler ses comptes avec Bethod et a la bonne surprise d’y retrouver ses vieux amis qu’il pensait morts. Glokta, de son côté, se démène pour ramener le plus de voix possibles dans le giron de l’Insigne Lecteur puisque le roi est mourant et qu’un vote va être organisé pour élire son successeur. Quant à Jezal, il retrouve Ardee mais tout ne se passe pas comme il l’imaginait dans ses fantasmes au Bout du Monde, encore moins quand de grands secrets vont être révélés et bouleverser complètement son destin…

Mon sentiment global sur ce troisième tome.
Je ne vais pas vous reparler de l’univers ou des personnages car j’ai déjà longuement écrit à ce sujet dans mes deux autres billets. En règle générale, lorsqu’on lit la chronique d’une fin de saga, c’est soit qu’on l’a lu soi-même et qu’on est curieux de savoir ce que d’autres en pensent, soit qu’on souhaite s’assurer que la découverte vaut bien le coup. Si j’ai dans l’ensemble beaucoup aimé pour plein de raisons sur lesquelles je vais revenir, je suis quand même un peu déçue du final.

Un final qui semble d’ailleurs paradoxalement ne jamais arriver puisque quand les Gurkhiens finissent par être repoussés et que la capitale termine (presque) en ruines pour plusieurs raisons, l’auteur enchaine les chapitres qui ont un goût de chapitre final pour tout qui les découvre, sauf qu’il y en a d’autres qui arrivent derrière si bien que j’avais du mal à savoir à quoi m’en tenir. Ce n’est pas fondamentalement grave en soi puisque Joe Abercrombie laisse la part belle à Glokta (qui est mon personnage préféré) mais le dernier chapitre consacré à Jezal, par exemple, ne ressemblait justement pas à un dernier chapitre.

Et que dire à ce sujet de l’épilogue qui propose une fin ouverte… Et même trop ouverte ? Je n’ai rien contre en soi mais là, il y a quand même une limite. L’arc concernant le Nord me laisse d’ailleurs globalement un goût d’inachevé en bouche mais peut-être que d’autres romans vont s’y passer ? Comme je lis la bibliographie de l’auteur dans l’ordre chronologique, difficile de l’affirmer.

À la lecture de ces lignes, on pourrait penser que j’ai apprécié ma lecture, sans plus (et encore), mais ce n’est pas le cas. J’ai vraiment passé un excellent moment dans l’univers grimdark (selon la classification Apophis) proposé par Joe Abercrombie. Ma première impression sur l’auteur est qu’il soigne ses personnages, leur psychologie, leur développement, parfois au détriment du rythme de l’intrigue. Toutefois, les personnages sont, à mes yeux, un élément très important de tout bon récit donc cela ne me dérange pas, sans compter qu’il est assez rare de croiser des auteurs capables de proposer des anti-héros aussi aboutis. De plus, Joe Abercrombie se révèle plutôt doué pour immerger son lecteur dans la guerre et les combats, ce que j’apprécie tout particulièrement. Dommage qu’il ne déploie pas le même talent pour les arts magiques puisque, comme le dira si justement Bayaz, personne ne prend la réelle mesure de l’exploit qu’il a accompli et que je n’ai, personnellement, à aucun moment ressenti comme tel puisque les personnages qui y assistent n’ont pas les connaissances requises pour nous faire prendre conscience de l’étendue de ce que ça peut représenter. Dans l’ensemble, le Premier Mage et toute cette histoire de Première Loi tombent à plat et c’est un peu dommage. J’en viens à me demander pourquoi la trilogie porte ce titre puisque ça reste une partie assez mineure de ce que nous raconte l’auteur.

Je me dis que Joe Abercrombie a peut-être voulu se montrer trop ambitieux, trop en mettre en une fois dans une seule saga, ce qui est un défaut récurrent chez les auteurs qui débutent (pour rappel, c’est sa première trilogie). J’ai tout de même apprécié le voyage rien que pour l’extraordinaire personnage de Sand Dan Glokta qui m’a profondément marquée en tant que lectrice. J’ai trouvé son concept et son évolution vraiment soignés, complexes, le rendant touchant et terrifiant à la fois. Un anti-héros dans toute sa splendeur comme j’aimerais en voir plus souvent !

Concernant ce troisième tome en lui-même, il approche les 900 pages au format poche et on ne les sent pas passer, même une fois les grands évènements achevés. Les rebondissements sont très nombreux et je n’en ai pas vu venir la plupart. Il se passe toujours quelque chose, plus aucun temps mort (contrairement au tome 1), difficile de reposer le roman pour souffler tant je me suis passionnée par ce que je lisais. Cela peut paraître contradictoire avec ce que j’ai écrit plus haut mais trouver des défauts à une lecture n’empêche pas de se laisser emporter dedans. Enfin, pas systématiquement.

À quel type de lecteur conseiller cette saga ?
Au fond, c’est également ce qu’on attend (je pense) d’une chronique sur une fin de saga ! Quel type de lecture ravira cette trilogie ? Tout d’abord je dirais qu’il ne faut pas craindre les longueurs ni les pavés. Il ne faudra pas non plus attendre un world building original ni un magic building renversant car le premier est assez classique (ce qui ne signifie pas mauvais, juste déjà vu) et le second vraiment trop flou pour que cette partie de l’intrigue ait un réel impact, malgré le titre. Il sera également important si pas nécessaire d’apprécier l’aspect militaire d’une intrigue puisque Joe Abercrombie décrit bon nombre de batailles, de sièges, de duels, tout au long de sa trilogie. À cet aspect militaire s’ajoute une ambiance plutôt sombre, violente et crue, qu’on retrouve dans le genre grimdark, et des anti-héros aux commandes de la narration. C’est quelque chose qui m’enthousiasme et me séduit mais je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde. De plus, même si quelques personnages féminins sont présents et développés, La première loi reste une saga très masculine, ce qui peut déranger certain/e.

La conclusion de l’ombre
Pour conclure, je dois dire que je n’ai pas le moindre regret de m’être laissée convaincre par Apophis et Julie (ma libraire que vous pouvez retrouver sur la Brigade Éclectique) de découvrir cet auteur. En commençant par sa première trilogie et en le voyant évoluer de tome en tome, je ne peux qu’attendre avec impatience de découvrir le prochain texte sur ma liste (Servir froid, pour rester dans la chronologie) afin de voir ce que ce talentueux auteur nous réserve avec cette expérience gagnée.

D’autres avis : Le culte d’Apophisl’ours inculteLe Bibliocosme (Boudicca) – vous ?

14 réflexions sur “La première loi #3 dernier combat – Joe Abercrombie

  1. Pingback: Bilan mensuel de l’ombre #31 – janvier 2021 | OmbreBones

  2. A peu près du même avis également, j’ai apprécié cette première saga sans la trouver époustouflante. J’ai eu un peu de mal à comprendre le statut culte de La première loi.

    Mais effectivement, voir l’évolution de l’auteur est intéressant, c’est Les héros qui m’a vraiment épaté, et puis La mer éclatée aussi.

    • Ah ça me rassure un peu de ne pas être la seule 😅 c’est ironique quand même vu que la saga porte ce titre mais bon.
      Le tome 1 de la mer éclatée est dans ma pal avec servir froid mais je compte bien tout lire de toute façon. 2021 sera mon année Abercrombie 😁

    • Je pense que c’est une bonne porte d’entrée parce que la lire après ses œuvres plus récente pourrait laisser un goût de trop peu. Enfin c’est le sentiment que j’ai quand je vois les retours sur la blogo en tout cas 🤔

  3. Je viens de finir le premier tome de seconde trilogie qui se déroule 20 ans après et il y a beaucoup plus de personnages féminins, ça fait plaisir 🙂 Je partage ton ressenti sur la série même si je pense avoir été davantage enthousiasmée que toi (je te rejoins sur le fait que la magie n’est pas très développée mais comme c’était l’aspect du roman qui me plaisir le moins ça ne m’a pas dérangée^^). Tu as encore de belles heures de lecture devant toi avec les trois one-shot écrits dans le même univers : ils sont tous super ! 🙂

    • Je me réjouis en effet de lire tout ça ^-^ J’ai quand même été assez enthousiasmée par cette saga même si je conçois que comme je relève beaucoup de « points noirs » ça ne saute pas aux yeux xD Mais si je continue ma découverte de l’auteur c’est qu’il m’a convaincue.

  4. Pingback: Dernier combat – Joe Abercrombie | Le culte d'Apophis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s