À l’ombre du (100e) Bifrost : la bête du loch Doine & Décapiter est la seule manière de vaincre – Thomas Day

Bonjour à tous !

Comme vous le savez si vous suivez ce blog avec attention, j’ai décidé de m’offrir un abonnement à la revue Bifrost à l’occasion de son 100e numéro. Depuis des mois et même des années, je lis des blogpotes parler de cette publication et j’ai fini par craquer. Je me tâte toujours à écrire un article concernant ma découverte en elle-même mais il me semblait intéressant d’en rédiger un au sujet des quatre nouvelles présentes au sein de ce numéro. Deux écrites par Thomas Day, une par Catherine Dufour et une autre par Rich Larson.

Je vais commencer par un article au sujet des nouvelles de Thomas Day et j’en écrirai un autre sur celles de Catherine Dufour et Rich Larson.

22

La Bête du loch Doine – Thomas Day
Lecture le 30 octobre 2020.
Le numéro étant consacré à cet auteur, il est juste qu’une de ses nouvelles l’inaugure. La Bête du loch Doine se déroule dans une ambiance médiévale et a pour personnage principal Zeite, un juif qui a traversé une partie du monde pour se rendre dans les pays du nord et étudier la religion de l’Arbre après avoir perdu foi en la sienne. Pour cela, il rejoint un programme de noviciat mais subit la méfiance des autres apprentis. Un jour, le Grand Prêtre lui confie une mission : se rendre dans un village près du loch Doine et y rencontrer Ryhope, une veuve bûcheronne, pour qui il va devoir marquer des arbres. En effet, dans cet univers, il est interdit de couper un arbre sans l’accord d’un prêtre ou d’un représentant de la religion de l’Arbre.

Lors de cette mission, Zeite va être confronté à une créature qu’il ne pensait pas exister et cela va remettre ses priorités en question.

Cette nouvelle est extrêmement riche mais m’a laissée un goût de trop peu par sa fin qui n’en est pas vraiment une selon moi. Thomas Day esquisse un chouette concept avec un personnage principal venu de loin qui a déjà un certain bagage de vie et de spiritualité. Cela donne lieu à une conversation très intéressante avec le Grand Prêtre sur des notions de religiosité qui ne m’ont pas laissé indifférente.

Quand Zeite commence sa mission, il va rencontrer le personnage de Ryhope qui est une femme plutôt intéressante et différente de ce qu’on voit d’habitude. Veuve, un peu vieillie, elle dégage une aura de puissance tout en ayant une vulgarité de Burgonde (comprendra qui pourra 😉 ). Leurs interactions ne manquent pas d’intérêt, surtout dans le prisme de représentation féminine. Ryhope est forte et fidèle à elle-même, peu féminine au sens conventionnel du terme mais je l’ai trouvé rafraichissante.

C’est justement parce que tous les jalons mis en place par l’auteur sont très stimulants que je me retrouve avec cette frustration à la fin. Il reste encore beaucoup à exploiter vu le revirement connu par Zeite dans ses centres d’intérêt (justement suite à la rencontre avec la créature que je ne citerais pas) mais, comme c’est précisé dans la préface, l’auteur l’envisage pour un projet plus long. Hélas, comme le souligne cette même préface, ce n’est pas la première fois qu’il annonce cela pour une nouvelle et on l’attend encore. Je croise donc les doigts !

Décapiter est la seule manière de vaincre – Thomas Day
Lecture le 31 octobre 2020.
Tout qui a un peu lu la bibliographie de l’auteur sait que l’Asie tient une grande place dans son écriture. Pour ma part, j’ai déjà pu découvrir Dragon et la voie du sabre dans cette veine, deux textes dont je garde un assez bon souvenir. Je partais donc avec de grandes attentes concernant cette nouvelle.

Celle-ci se déroule dans un futur plus ou moins proche où la société Sony se trouve en position de trust dans le domaine de la technologie. Umezaki semble à sa tête et est régulièrement défié par la Renarde, une femme sortie de nulle part qui enchaîne les duels avec lui. Dans cette diégèse, les consciences des participants sont sauvegardées juste avant le combat, ce qui permet de s’entretuer sans réelles conséquences puisque les corps sont remis en état par la suite. Si la Renarde l’emporte sur Umezaki, elle gagnera en pouvoir au sein de la société et la perspective inquiète Kimiko, la fille d’Umezaki.

La narration s’alterne entre Umezaki et Kimiko, la première partie est intitulée Recto et l’autre Verso, ce qui me fait m’interroger sur une possible métaphore dont la substance principale m’échappe toutefois. Il me manque une clé pour bien saisir, à moins que ça ne soit voulu par l’auteur ? Ce n’est en aucun cas gênant, toutefois.

Ce texte est assez court, il occupe seulement 7 pages au sein du Bifrost et l’auteur arrive à esquisser un univers vraiment étonnant. Toutefois, à nouveau, j’ai le sentiment qu’il s’agit plus d’une mise en bouche pour un univers plus large que d’une nouvelle achevée sur elle-même. Elle n’en restait pas moins intéressante à lire et j’ai été surprise par son dénouement.

D’autres avis : pas encore à ce que j’ai pu voir mais cela ne saurait tarder !

Maki

19 réflexions sur “À l’ombre du (100e) Bifrost : la bête du loch Doine & Décapiter est la seule manière de vaincre – Thomas Day

  1. Pingback: Des nouvelles de Bifrost #100 | Thomas Day, Rich Larson, Catherine Dufour – Le dragon galactique

  2. Pingback: Bifrost n° 100 – Spécial Thomas Day – Au pays des cave trolls

  3. Pingback: À l’ombre du (100e) Bifrost : je découvre la revue des mondes imaginaires ! | OmbreBones

  4. Pingback: À l’ombre du (100e) Bifrost : Circuits de Rick Larson & des millénaires de silence nous attendent de Catherine Dufour. | OmbreBones

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s