La mort n’est qu’un début – Ambelin et Ezekiel Kwaymullina

23
La mort n’est qu’un début est un one-shot fantastico-policier écrit par Ambelin et Ezekiel Kwaymullina. Publié chez Rageot, vous trouverez ce roman partout en librairie au prix de 14.9 euros.

De quoi ça parle ?
Beth a 15 ans pour toujours. Oui, elle est morte ! Présente en tant que fantôme, elle reste aux côtés de son père policier qui ne se remet pas de son décès du à un accident de la route. Ils vont mener ensemble l’enquête autour d’une incendie dans lequel semble impliquée Isobel, une jeune fille capable de voir Beth…

Une double narration en « je »
Dans ce roman, il n’y a pas une narratrice mais bien deux. Les premiers chapitres mettent le lecteur au contact de Beth, adolescente fauchée prématurément dans un banal accident de la route alors qu’elle se rendait à une fête en compagnie de sa tante. Cette narration n’a rien de particulier et est même plutôt commune au genre young-adult. La seconde narratrice se présente en la personne d’Isobel Capture (plus souvent nommée « Capture » d’ailleurs) et est bien plus intéressante puisque ses chapitres sont rédigés certes à la première personne mais avec un style littéraire qui se veut métaphorique composé de phrases courtes, évocatrices. Isobel raconte de quelle manière elle a fuit un autre univers où elle était prisonnière du Dévoreur, une créature qui lui mange ses couleurs. Au départ, on la prend au mot et on s’attend à voir débarquer les Happeurs. Puis on comprend qu’il y a bien davantage…

Du fantastique, du policier, mais pas que !
Les révélations d’Isobel sont entrecoupées par la résolution de l’enquête sur laquelle travaille le père de Beth, aidée par celle-ci. Un foyer pour jeunes a pris feu et un corps y a été découvert, trop abîmé pour réussir à l’identifier d’autant qu’il manque trois adultes à l’appel : le directeur, l’infirmier et le bienfaiteur. Qui est mort ? Et où se trouvent les deux autres ? L’énigme en elle-même reste très classique et ne surprendra pas les amateurs du genre, ni les lecteurs dotés d’un peu d’esprit. Là où le roman brille par son originalité, c’est dans son traitement du fantastique mais surtout dans la thématique du deuil qu’il exploite d’une manière intéressante.

Perdre son enfant adolescent dans un accident, on ne peut qu’imaginer l’horreur vécue par le père de Beth qui avait déjà perdu sa femme et n’avait donc plus que sa fille pour éclairer son monde. L’homme souffre et se raccroche au fantôme de Beth pour ne pas perdre pied. Pendant un temps, on se demande même si tout ceci n’est pas une hallucination produite par son esprit toutefois le choix narratif empêche le lecteur d’y croire. Dommage, il y avait quelque chose à exploiter ! À mesure que le roman avance, son concept prend forme. On comprend qu’il y a un après auquel Beth refuse d’accéder parce qu’elle craint de laisser son père. La thématique du deuil est donc traitée dans les deux sens : le mort qui craint d’avancer et le vivant qui vit dans le passé.

Comme l’expliquent les deux auteurs dans leur note de fin : raconter des histoires est une façon de guérir. Cette phrase prend tout son sens quand Isobel Capture confie ce qu’elle a vécu et qu’on saisit enfin à quoi correspond sa métaphore. Au fond, l’enquête sert surtout de prétexte pour découvrir les clés adéquates à la compréhension du mystère spirituel développé par les auteurs.

Une exploitation passionnante de la culture aborigène.
Il faut savoir que les auteurs sont frère et sœur et qu’ils appartiennent à la culture aborigène (ils sont issus du peuple palyku) australienne au sujet de laquelle je dois confesser mon ignorance complète. Durant ma lecture, il me semblait bien que La mort n’est qu’un début possédait un souffle différent, surtout sur les parties concernant Isobel Capture. C’est en lisant le mot des auteurs présents à la fin que tout s’est éclairé. Quelques pages qui expliquent ce qu’ils ont souhaité raconter avec La mort n’est pas une fin et les valeurs qu’ils ont cherché à transmettre. Ils y évoquent la mémoire du passé, l’importance du pardon et de la transmission, bref des thématiques qui me parlent. En réalité, ils produisent une analyse détaillée de leur propre roman sans laisser place aux interprétations des lecteurs. Généralement, ce type d’initiative me déplait toutefois ici je l’ai trouvée aussi importante que pertinente car ça m’a permis de saisir ce que je venais de lire. De plus, cette note contient de nombreux détails sur un pan de l’histoire d’Australie que peu d’européens doivent connaître.

Selon moi, c’est vraiment ce point qui donne au roman sa richesse et son originalité. L’atmosphère qui s’en dégage ne manquera pas de dépayser le lecteur habitué au surnaturel type européen.

La conclusion de l’ombre :
La mort n’est qu’un début est un one-shot à la frontière des genres fantastique et policier plutôt efficace quoi que assez classique. Si le deuil est la thématique principal, les auteurs ont souhaité transmettre des morceaux de leur propre culture (tirée des croyances du peuple palyku originaire d’Australie) ce qui donne une dimension supplémentaire vraiment intéressante au texte. Une petite curiosité littéraire young-adult que je recommande volontiers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s