Chiens de guerre – Adrian Tchaikovsky

20
Chiens de guerre
est un roman de science-fiction militaire écrit par l’auteur britannique Adrian Tchaikovsky. Publié dans sa version française par Denoël, vous trouverez cet ouvrage au prix de 19.90 euros.

Je n’avais jamais lu cet auteur culte jusqu’ici et j’ai commencé ce roman grâce aux chroniques conjointes de l’ami Apophis (qui me fit l’acheter) ainsi que de Xapur (qui me fit le sortir de ma PàL). Merci à eux !

Rex est un bon chien. C’est aussi un biomorphe, un animal modifié génétiquement pour devenir littéralement un chien de guerre, avec des armes et toute la panoplie. Il appartient à une escouade avec d’autres animaux : Miel l’ourse, Abeilles (l’essaim) et Dragon, une sorte de lézard. Ils opèrent en zone de guerre au Mexique, pour le compte d’une société privée. Et ils obéissent au Maître, bien entendu. Mais que se passerait-il si le Maître se révélait ne pas être un bon humain ?

L’intrigue se déroule dans un futur proche et s’épanouit dans une narration chorale qui propose notamment de plonger le lecteur dans la psyché de Rex, le fameux chien. C’est ce qui m’a d’abord attiré dans ce roman puisque je trouvais l’idée originale et je dois avouer que ça fonctionne plutôt bien. Un peu trop même, surtout quand on lit le roman en question en câlinant son propre chien. Ce parti-pris est ce qui m’a plu et à la fois dérangé dans ce texte parce qu’il n’est pas possible de rester de marbre face au personnage de Rex. L’empathie est vite là et prend beaucoup de place au point de me causer des malaises par moment. Définitivement, je crois que je suis trop sensible pour les histoires avec des animaux… Pourtant, peut-on vraiment considérer Rex comme un « animal » ? Et ça signifie quoi, au fond, ce mot? Parce que Rex pense. Il est capable de prendre des décisions, même s’il n’aime pas ça. Il est le chef de son groupe, il s’interroge sur la hiérarchie, apprend de plus en plus les notions de bien et de mal. Son évolution est fascinante et bien équilibrée par l’auteur qui fait preuve d’une réelle maîtrise à ce sujet.

Chiens de guerre, c’est donc l’occasion de se questionner sur la notion d’intelligence non-humaine et ça m’a rappelé La Controverse de Zara XXIII de John Scalzi, qui partage des thématiques similaires. L’intrigue en elle-même reste malheureusement assez classique : une milice privée se rend coupable de crimes de guerre, un gouvernement le découvre, on les traine en justice, on cherche des coupables avec plus ou moins de succès et on essaie de légiférer sur quoi faire de tous ces biomorphes produits en série car peu couteux et facilement remplaçables. J’utilise cet adverbe parce que je m’attendais à quelque chose de plus complexe vu tout ce que j’ai pu entendre sur l’auteur . Ça reste une très agréable découverte mais j’en attendais plus, ce qui transforme Tchaikovsky en victime collatérale de son succès.

Qu’est-ce que l’intelligence ? Qui en possède une ? Quels sont leurs droits ? Comment coexister, en tant qu’humain, avec d’autres formes d’intelligence ? Comment assumer ses actes en tant qu’espèce créatrice ? Parce qu’au fond, Rex a été créé par les humains, comme les autres biomorphes. Il a été imaginé comme un objet, pour se rendre utile, et c’est de cette manière qu’on considère les animaux dans la plupart des pays du monde. Peut-être suis-je influencée par mes propres convictions mais j’ai vu dans Chiens de guerre un plaidoyer pour la cause animale qui m’a vraiment séduite.

Ces questions, Adrian Tchaikovsky les posent sans vraiment y répondre. Il propose une potentielle solution, en développant le choix le plus logique qu’auraient fait des humains et ça reste dérangeant. Tout l’est, dans ce livre, mais je ne vois pas d’autres possibilités pour rester crédible puisque ces thématiques appartiennent à notre futur proche, qu’on est déjà amené à se les poser, d’une certaine manière.

J’ignore pourquoi mais un truc a coincé entre ce livre et moi, d’ailleurs j’ai eu beaucoup de mal à organiser mes idées pour proposer une chronique cohérente et un minimum intéressante à lire (je ne suis toujours pas spécialement satisfaite d’ailleurs). Il m’a manqué la petite touche supplémentaire, la petite étincelle qui me cloue sur les fesses et qui me fait me dire : ah ouais, quand même… C’était intéressant, plutôt chouette mais assez oubliable malheureusement. Peut-être en attendais-je trop ou -plus probablement- suis-je passé à côté de quelque chose.

Pour résumer, Chiens de guerre est un roman de science-fiction militaire se déroulant dans un futur proche, sur notre Terre. Des scientifiques ont développé des biomorphes, des animaux modifiés et armés pour la guerre qu’on retrouve dans pas mal de conflits en cours. Le lecteur suit Rex et son unité à travers une intrigue assez classique mais prétexte au développement de plusieurs thématiques importantes comme l’intelligence non-humaine et la manière de coexister avec elle. Un texte intéressant auquel il manquait malheureusement le petit truc en plus pour le rendre extraordinaire.

13 réflexions sur “Chiens de guerre – Adrian Tchaikovsky

  1. Pingback: Chiens de guerre par Adrian Tchaikovsky – Le monde d'Elhyandra

  2. Pingback: Chiens de guerre, d’Adrian Tchaikovsky – Les Chroniques du Chroniqueur

  3. Ah oui, il est déjà au stade d’auteur culte Tchaikovsky ? Ça explique pourquoi je ne l’ai pas encore lu du coup. ^^
    *essaye de ne pas penser à Rex comme au chien de la série télé allemande*

  4. Pingback: Chiens de Guerre – Adrian Tchaikovsky – Les Lectures de Xapur

  5. Pingback: Dogs of War (Chiens de guerre) – Adrian Tchaikovsky – L'épaule d'Orion

  6. Pingback: Dogs of war – Adrian Tchaikovsky | Le culte d'Apophis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s