#PLIB2020 Le Phare au Corbeau – Rozenn Illiano

1
Le Phare au Corbeau
est un roman fantastique écrit par l’autrice française Rozenn Illiano. Édité chez Critic, vous trouverez cet ouvrage au prix de 20 euros.
Je remercie les éditions Critic pour avoir offert l’epub aux membres du jury du PLIB 2020. C’est dans ce cadre que je le découvre.

Agathe et Isaïah exercent la profession d’exorcistes. Ils se complètent puisque Agathe peut voir les fantômes, invisibles à son partenaire, tandis qu’Isaïah dispose des connaissances théoriques nécessaires à la pratique de leur art. Via le réseau social des sorciers, ils apprennent que le domaine de Ker ar Bran (en Bretagne) est hanté et qu’il faut déloger le fantôme qui squatte la future maison d’hôtes de Léna et Thomas. Rien de bien compliqué, à première vue. Mais une fois sur place, les choses se corsent.

Le Phare au Corbeau est écrit à la première personne, du point de vue d’Agathe. Agathe est un personnage auquel je me suis immédiatement attachée : elle souffre du syndrome de l’imposteur à cause de ses pouvoirs incomplets, elle est déprimée, intériorise ses émotions et essaie d’avancer malgré les difficultés de la vie. Sa famille l’a rejetée à cause de ses pouvoirs et elle a eu la chance de rencontrer celle d’Isaïah, composée de personnes dotées de dons surnaturels qui n’ont pas hésité à l’adopter. Cela permet à l’autrice de rappeler que si on ne choisit pas sa famille biologique, on peut s’en trouver une meilleure d’adoption et que même si le monde parait noir, il y a probablement une lueur quelque part. Des principes simples qu’il est bon de rappeler parfois.
Je n’ai eu aucune difficulté à comprendre Agathe et à ressentir de l’empathie pour elle. C’est très agréable de suivre une héroïne qui ne gère pas du début à la fin ou qui se découvre comme par miracle un pouvoir qui va la sortir de la mouise. Agathe est telle qu’elle est et doit vivre avec, un choix fort de la part de l’autrice auquel j’adhère totalement. C’est, à mes yeux, la vraie force de ce roman.

Autour d’Agathe gravite une galerie de personnages plus ou moins intéressants mais on retiendra surtout ceux qui ont droit à leurs propres chapitres. En effet, à plusieurs reprises, l’autrice revient dans le passé en montrant des morceaux de l’histoire du domaine de Ker ar Bran et de ses habitants, cassant la narration à la première personne (bien que les révélations finales permettent de nuancer cette affirmation mais loin de moi l’envie de vous divulgâcher quoi que ce soit). Ainsi, le lecteur suit Théophile, un vieil homme de la ville qui a emménagé dans ce petit village en 1921 après avoir racheté le manoir réputé maudit. Théophile est un chercheur, un universitaire passionné par le surnaturel dont il essaie de prouver l’existence. Il travaille sur son propre livre, un essai comprenant pas mal de théories différentes un peu obscures à la lecture autant pour nous lecteur que pour Agathe quand elle s’y plonge. Est-ce vraiment le hasard qui le pousse à se porter acquéreur d’un manoir hanté? La lecture du Phare au Corbeau répondra à cette question. Théophile n’est pas le seul personnage à avoir droit à des chapitres dans le passé. L’autrice développe également Gwennyn, une jeune fille qui vivait là-bas en 1839 et semble détenir quelques pouvoirs surnaturels. Une nouvelle pas spécialement bonne pour l’époque, surtout quand on n’est pas très riche et qu’on a des envies de liberté.

L’intrigue entière tourne autour de Ker ar Bran et de sa malédiction. Concrètement, l’histoire racontée reste assez classique et exploite les topiques du genre. Je n’ai pas été surprise par les révélations amenées au fil du roman et j’en avais deviné certaines, tout comme j’ai senti venir la fin cent pages avant d’y être. Pourtant, ça ne m’a pas fondamentalement gênée parce que ce roman remplit son rôle de bon divertissement. Je ne sais pas précisément à quoi ça tient, je l’ai simplement ressenti ainsi. L’ambiance posée par l’autrice est plutôt crédible, de même que les réactions de ses personnages à l’exception de certaines scènes dans le passé qui me paraissaient parfois un brin forcées. Le phare au corbeau a le mérite de nous rappeler que classique n’est pas synonyme d’ennuyeux. Ç’aurait été encore mieux sans l’aspect répétitif de certaines scènes (notamment les exorcismes) et si l’autrice ne prenait pas un peu trop son lecteur par la main. Je suis plutôt naïve quand je lis mais comme je l’ai signalé, j’avais deviné une partie de la fin ce qui m’arrive rarement. Dommage !

Pour résumer, le Phare au Corbeau est un bon divertissement dans le genre fantastique qui plaira aux adeptes mais séduira plus probablement les novices. L’héroïne change des personnages qu’on a l’habitude de côtoyer dans cette veine littéraire et c’est très plaisant. Malheureusement, l’intrigue a manqué pour moi de surprise et j’ai par moment ressenti quelques longueurs, ce qui ne m’a toutefois pas empêchée d’aller jusqu’au bout. Je ne pense pas que ce roman figurera dans mes finalistes pour le PLIB mais j’ai été contente de le découvrir.

11 réflexions sur “#PLIB2020 Le Phare au Corbeau – Rozenn Illiano

  1. Pingback: BML #20 – Février 2020 | OmbreBones

  2. Je partage globalement ton avis, sauf sur Agathe. Disons que si j’ai apprécié ce personnage qui n’assure pas forcément dans toutes les situations, j’ai trouvé que l’autrice en faisait trop à son sujet, que cela était trop répétitif et donc gâchait un peu le plaisir qu’on a à la suivre.
    Je pense quand même essayer un de ces jours un autre titre de l’autrice, peut-être Notre-Dame de la mer.

    • J’ai ressenti un aspect répétitif aussi mais surtout dans les situations personnellement. Après c’est vrai que Agathe n’évolue pas trop dans sa façon d’être mais d’un autre côté j’ai trouvé ça crédible aussi. Perso je ne pense pas lire autre chose de l’autrice, c’était sympa mais voilà à moins qu’elle écrive sur un sujet qui me passionne je ne pense pas être son public cible. Heureusement, ça n’engage que moi !

  3. Je partage complètement ton avis. Le personnage d’Agathe est intéressant et surtout original pour ce type de récit, j’ai trouvé que l’ambiance du livre était réussi aussi, même si le dénouement est assez prévisible. J’aurais bien aimé d’autres récits dans le même univers pour voir les personnages évoluer.

  4. J’ai beaucoup accroché à Agathe moi aussi, je trouve cette personnage réussie car réaliste 👌 J’avais aussi deviné la direction général et le dénouement, mais c’est effectivement une affaire de ressenti (quand tu dis « tu ne sais pas précisément à quoi ça tient) car j’ai été comblée par ma lecture.

    • Je n’irai pas jusqu’à dire que j’ai été comblée même si je suis contente que ça ait été ton cas ! On a relevé les mêmes choses c’est chouette 🙂 Je ne regrette pas d’avoir pris le temps de lire ce roman et parfois y’a pas besoin d’être bouleversé par un texte pour qu’il soit sympa à lire o/

  5. C’est super intéressant un personnage avec le syndrome de l’imposteur, on n’en voit pas souvent ! Par contre, moins emballée par le côté prévisible qui pour le coup me dérange pas mal. C’est dommage, j’hésitais à le mettre dans mes finalistes, mais au final, à force de voir beaucoup de critiques disant qu’il est sympa sans plus, je pense qu’il n’y sera pas.

    • Oui ça change agréablement et c’est d’autant plus dommage de ne pas lui avoir offert une intrigue digne de ce nom. Après tous les romans ne doivent pas révolutionner leur genre non plus on est d’accord et c’est bien aussi d’exploiter les classiques mais voilà. Perso j’hésite déjà entre plusieurs romans qui m’ont vraiment davantage branchée du coup je suis sûre de ne pas voter pour lui. En plus connaissant un peu tes goûts je crois que toi aussi tu auras ce sentiment de trop peu à la lecture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s