À l’ombre du Japon #2 {Magus of the Library #3, Reversible Man #1, Cast Heaven #4, DeadTube #11, Gigant #2}

Bonjour à tous !
Nouvelle fournée d’avis courts concernant des mangas lus récemment. Je sais que j’avais dit que je parlerais de suites uniquement et qu’il y a un premier tome annoncé dans le titre… Vous allez comprendre. Je me rends compte que je ne ressens pas toujours spécialement le besoin de présenter un début de série, surtout quand je n’ai pas l’intention de la continuer. Alors elle atterrit ici.

24
Cette série est toujours aussi bonne et conserve une qualité égale de tome en tome, ce qui n’est pas un mince exploit. Dans celui-ci, l’examen pour devenir kahuna continue et la mangaka prend son temps pour nous le faire vivre sans jamais qu’on ressente de l’ennui ou de la longueur. Un tour de force d’autant que chaque volume est plutôt épais. C’est rare aussi, pour un manga. Je n’ai absolument rien de négatif à dire sur ce tome ou cette série tant elle m’enthousiasme. En tant que lecteur, on en a largement pour son argent et c’est probablement ma plus belle découverte cette année. J’ai hâte de lire la suite !

8
Des personnes sont retrouvées mortes, le corps complètement retourné. Une lycéenne enquête, aidée par un groupe de yakuzas qui cherche à comprendre ce qui se passe. Si le pitch de départ me branchait, j’ai trouvé que ce premier tome tirait inutilement en longueur et qu’il aurait très bien pu faire office de one-shot. En le refermant, je n’avais pas spécialement envie d’aller plus loin malgré le dessin maîtrisé ainsi que des scènes d’affrontements très claires, ce qui n’est pas toujours le cas dans un manga. Demi-teinte donc.

12
Il m’arrive de lire du yaoi et si vous suivez le blog depuis longtemps, vous savez que j’en parle parfois. Trouver une bonne série, bien construite, qui possède des personnages intéressants, une vraie histoire et de la psychologie approfondie, c’est compliqué. Heureusement, ça existe et Cast Heaven en fait partie ! L’histoire se déroule dans un lycée dont les relations sociales sont régies par un jeu de castes. Tous les x temps, les cartes sont redistribuées et les élèves doivent chercher dans toute l’école une carte qui leur donnera un rang qui va du roi à la victime en passant par les flatteurs, les geeks, les intellos, etc. On suit donc les personnages évoluer dans ce contexte. Alors, évidemment, tous les mecs sont homosexuels, soit assumés, soit refoulés, parce que… yaoi. Mais on sait que c’est un canevas propre au genre du coup, je le mets de côté pendant ma lecture. Outre ça, j’adore et j’ai hâte de lire la suite.

13
DeadTube est une série qui est loin de faire l’unanimité sur la mangasphère à cause de son côté extrême totalement assumé et de ses scènes explicites qui peuvent tenir, pour certains, du fanservice. Il y a probablement un peu de ça (on ne va pas se mentir, toutes les filles sont canons, ne portent pas de collants sous leurs jupes et ont tendance à mettre des hauts moulants parce que bah… Japon.) mais personnellement, j’y distingue surtout une esthétique osée qui sert le propos du manga à savoir la dénonciation des dérives du net et des applications qui vont toujours plus(trop) loin. J’aime beaucoup le sous-texte derrière ces intrigues extrêmes et tordues. Après, j’aime aussi avoir ma dose de trash / malsain de temps en temps, d’autant que c’est rare de trouver un manga qui fait ça bien. Voilà pourquoi je continue DeadTube. Il y a eu un tome ou deux plus faibles vers le milieu de la série mais c’est vite passé à la trappe. L’arc Justice-Man vient de se terminer pour laisser place à celui de la Deadtubeuse virtuelle et ça va envoyer du lourd, je le sens. J’ai hâte !

14
J’attendais beaucoup de cette suite vu l’énorme réussite qu’avait constitué le premier tome pour moi et… J’ai été déçue. Pourtant, l’ami Otaku m’avait prévenue via sa chronique. Déjà parce que le héros est devenu un pleurnichard qui donne dans le chantage affectif (la scène du restaurant m’a juste révoltée en tant que femme, j’en ai vécue une semblable et je ne peux juste pas tolérer ce que ça a donné) mais aussi parce que, du coup, toute l’intrigue tourne autour de cette relation qui nait entre le petit lycéen et l’actrice porno qui donne dans le détournement de mineurs quand on y pense bien. Ce second tome est un enchaînement de scènes prises comme des clichés photographiques, une sorte de mauvais montage qui remplit le manga en terme de volume/page mais ne donne pas du tout l’impression d’avoir avancé dans l’intrigue, contrairement au premier tome. Une grosse déception donc qui me fait hésiter à lire la suite. On verra à ce moment là !

Et voilà c’est déjà terminé pour cette fois 🙂 J’espère que ces courts retours vous plaisent et vous intéressent toujours ! N’hésitez pas à me donner votre avis sur cette formule.

Et vous, avez-vous lu des mangas sympas ces temps-ci?

8 réflexions sur “À l’ombre du Japon #2 {Magus of the Library #3, Reversible Man #1, Cast Heaven #4, DeadTube #11, Gigant #2}

  1. Pingback: BML #17 – novembre 2019 | OmbreBones

  2. Gigant est l’un des mangas qui me tente le moins notamment à cause des couvertures. Puis quand j’ai vu le synopsis et connaissant les japonais, hum, je me suis dit euh non ^^’ Dead Tube faudrait que j’essaye même si ça à l’air hardcore (ça ne me dérange pas mais bon).

    • Je n’étais pas du tout tentée non plus par Gigant à l’origine mais mon libraire m’en a fait un retour élogieux et il est dur à convaincre. Le premier tome était très bon mais voilà ça se casse clairement la gueule. À voir le 3 si je le lis mais j’en doute y’a tellement à lire que ce type d’erreur ne peut pas passer…
      Je ne sais pas si tu aimeras DeadTube, c’est assez trash, malsain, c’est assumé à fond. Moi j’aime beaucoup mais voilà.. C’est une série soit on adore soit on déteste y’a pas de demi mesure.

  3. Pingback: Mon avis sur… Gigant T.2 de Hiroya Oku – Le blog de l'Apprenti Otaku

  4. Je vois qu’on a eu exactement le même problème avec Gigant. j’ai aussi trouvé l’évolution de la relation entre les deux personnages très gênante, voire malsaine. Et je n’arrive pas à savoir si le mangaka a souhaité la traiter comme tel, car j’ai l’impression qu’il essaie quand même d’en faire quelque chose de touchant… Ça m’a vraiment posé problème, et je me pose la même question que toi quant à la suite du titre.

    • Qu’on traite d’une relation malsaine ça ne me pose aucun problème mais ici on voit bien au début qu’elle se force puis au final elle l’aime… Ça fait passer des messages qui me dérangent et ça entretient une norme qui ne devrait plus exister de nos jours :/ après on a vu dans le tome 1 qu’elle avait des soucis émotionnels hein mais c’est pas une raison pour l’afficher comme normal. Quel dommage pour un titre aussi prometteur…

      • Oui, je me suis dit la même chose justement !
        Le décalage entre le traitement de la relation de Chiho avec son mec dans le premier tome et avec Rei ici est perturbant, parce que la deuxième n’a pas l’air tellement plus saine que la première.

      • Elle ne l’est pas. C’est juste que comme on « connait » Rei en tant que héros alors qu’on ignore tout du mec avant finalement (bonjour le personnage fonction) on a tendance à montrer un peu plus d’indulgence… Jusqu’à ce qu’on réfléchisse plus loin et qu’on se rende compte qu’il a fait peser sur elle un chantage affectif sur lequel l’auteur insiste en plus parce qu’on le voit pleurer pendant bien deux trois pages sous différents angles de vue x) C’est incompréhensible. On dirait presque que ce n’est plus le même mangaka aux commandes en fait..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s